boom bitch
Après un long dimanche, mais pas de fiançailles, nous voilà de retour !
Pour tout savoir sur les nouveautés de la version, c'est par .
dying to be born again
L'intrigue est de retour, pour vous jouer de mauvais tours... ou pas.
Dans tous les cas, c'est par .
paris versus the apocalypse
Quoi de mieux pour lutter contre l'apocalypse qu'un apéro ?
Pour vous inscrire à l'event, c'est par là.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 Qui s'y frotte... ● mila & simon
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
the last young renegades
homecoming : 11/01/2017
Messages : 42
Louis d'or : 179
pretty face : Chris Wood
julius caesar : dreamy
these streets : Simon enquête... Il avance petit à petit et tente de relier ce qu'il découvre à différentes théories. Il ne s'avance jamais de trop tant qu'il n'en est pas sûr et certain.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1370-they-say-stay-in-your-
Humains

Sujet: Qui s'y frotte... ● mila & simon Dim 5 Fév - 18:19 ()
...S'y pique !
@Mila I. Romanova & Simon T. Foss
A l’angle d’une ruelle, Simon demeurait silencieux et soigneusement caché dans la pénombre. La capuche de son sweat-shirt rabattu sur sa tête, on devinait à peine ses yeux alors que lui scrutait les alentours. Il se doutait que cette zone devait être sous surveillance et s’efforçait d’être le plus furtif possible. Ça n’était pas pour rien qu’il longeait les murs comme une ombre et se tenait ainsi, le dos presque cassé en deux. Jusqu’à présent tout se déroulait comme il l’avait prévu. Lors de ses recherches, une piste l’avait conduit à ce lieu de rendez-vous, où il suspectait un trafic qui peut-être justifierait et alimenterait ses théories. Il n’en avait parlé à personne, pas même à Mélody. La jeune femme l’aurait probablement stoppé dans son élan, lui interdisant formellement de s’attirer des ennuis sans être certain que cela leur soit bénéfique. Du moins, pas sans elle ; et cela était un risque qu’il préférait lui épargner. Simon était donc tout seul et jouait les espions en observant la scène qui se déroulait non loin de lui. Il apercevait des silhouettes, semblait reconnaitre un homme, non sans difficulté due à la distance. Alors il tenta un nouveau rapprochement, dans un élan d’inconsciente curiosité. Il s’en montra bien moins prudent et ne remarqua pas les quelques débris qui jonchaient le sol, dans lesquels il se prit les pieds. Simon se figea instantanément à la suite de ce bruit fracassant. « Merde ! » -lâcha-t-il finalement, alors que les gorilles qu’il observait jusqu’à présent dans le plus des secrets remarquaient sa présence et l’interpellaient d’un accent tranchant et froid. Ces hommes n’avaient pas l’air commodes et ne semblaient pas vouloir lui offrir une tape amicale dans le dos pour le convier à leur petite entrevue.

Alors qu’ils grondaient à l’autre bout de la ruelle, Simon ne demanda pas son reste et comprit très vite qu’il était dans son intérêt de filer. Tournant les talons, il prit aussitôt la fuite et entama un véritable sprint. Bien sûr, ces hommes partirent à ses trousses, bien décidé à le stopper pour savoir ce qu’il avait pu voir de leurs échanges. Dans ce milieu les témoins ne faisaient pas long feu et même si Simon n’était pas certain d’avoir assister à quelque chose de suffisamment conséquent pour avoir une réelle importance dans son affaire, il était préférable de disparaître et se faire oublier. Il arpenta plusieurs ruelles au pas de course, traversant des intersections au hasard dans l’espoir de les semer. Il avait pour lui une certaine agilité qu’il couplait à une endurance plus que correcte. Mais était-ce suffisant ? Plusieurs hommes lui couraient désormais après, si bien qu’il se retrouva rapidement piéger au sein de ce quartier. En traversant le parvis de la chapelle, il comprit que la situation se gâtait pour lui. Il jeta un regard à sa droite, puis sa gauche et se rendit à l’évidence, il était sacrément dans la merde ! La seule issue de secours qui se présenta à lui fut l’immense porte de la chapelle. Il s’y précipita et traversa une partie de l’allée centrale pour se cacher sous un banc. C’était la seule idée qui lui avait traversé l’esprit à cet instant précis, bien que la scénario soit des plus critiques. Simon était davantage un homme de science qu’un agent secret, il ne fallait pas trop lui en demander. Il entendit la porte s’ouvrir une seconde fois, et s’efforça de ne pas faire le moindre bruit. Les pas résonnaient dans l’enceinte de la chapelle et il était frustré d’être plongé dans cette ignorance, incapable de voir ce qu’il se passait autour de lui. Le silence se fit soudainement, amenant presque Simon à retenir sa respiration dans le doute que son simple souffle le trahisse. Il attendit quelques instants et… « Ne bouge pas ! » Simon eut à peine le temps de tourner la tête pour découvrir une paire de chaussures cirées juste sous ses yeux. « …Merde, merde, merde ! » -grinça-t-il entre ses dents, n’ayant plus que ce mot à la bouche. Il dégagea ses mains en signe de capitulation, et l’homme lui donna un coup dans l’estomac pour le faire rouler sur le côté et donc sortir de sa cachette enfantine. Le jeune ingénieur en eu le souffle coupé, se crispant de douleur. On lui posa de nombreuses questions, auxquelles il refusa de répondre. Impossible pour lui de livrer la moindre information le concernant, risquant entre autre de mettre en péril son travail d’enquêteur. « Tu vas parler ?! » L’homme agrémenta ses menaces de ce qui semblait être des insultes en russe et força Simon à se relever. Là, il l’entraina un peu plus loin et le bouscula jusqu’à une toute petite pièce. « Si ce n’est pas nous qui te faisons parler, elle saura s’en charger sans trop t'abimer ! » Ces hommes auraient pu le tuer... Alors pourquoi l'épargnaient-ils ? C'était lié à ce qu'il avait pu voir ? Simon fronça les sourcils, osant à peine relever la tête de peur que ce crétin interprète son regard comme une ultime provocation. Mais de qui parlait-il ? Simon n’allait pas tarder à le savoir.
- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

When the leader of the bad guys sang, something soft and soaked in pain. I heard the echo from his secret hideaway. He must've forgot to close his door.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 01/01/2017
Messages : 260
Louis d'or : 282
pretty face : Gal Gadot
julius caesar : frimelda
the mighty bush : Mila possède le pouvoir de vibration de la matière. Elle peut faire vibrer toute la matière qui l'entoure au niveau moléculaire. Ainsi, elle peut briser du verre, des objets. Elle peut également faire vibrer l'air pour projeter quelqu'un. Si elle pousse son pouvoir à son potentiel maximum, elle peut provoquer des séismes.
these streets : Mila ne sait pas que les anges et les démons sont présents sur Terre. Cependant, elle sait que les personnes qui sont revenues ne sont plus les mêmes car l'homme qu'elle devait épouser ne sait même plus qui elle est et est bien différent.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1258-mila-dancing-with-bull
Humains

Sujet: Re: Qui s'y frotte... ● mila & simon Lun 6 Fév - 17:33 ()





❝Qui s'y frotte... S'y pique!❞
@Simon T. Foss & Mila I. Romanova
Être sur tous les fronts était un combat du quotidien. La mafia était une entreprise qu’il fallait gérer d’une main de fer pour éviter tous les débordements possibles. Je travaillais avec des types caractériels, qui aimaient la violence, qui aimaient se faire écouter et frapper avant de poser les questions. Il était donc nécessaire que je sois là pour brider leurs hormones afin de garder une certaine discrétion sur les activités et donc, pouvoir agir un peu partout dans Paris. Il fallait une tête pensante et malheureusement, tous ne l’étaient pas forcément. Mais il fallait également des gros bras pour pouvoir faire peur, intimider nos adversaires. Et pour pouvoir se faire écouter de ces gros bras, il fallait imposer le respect. Le respect était une chose primordiale, surtout lorsque l’on était une femme à la tête d’une organisation criminelle. J’avais réussi à me faire respecter, malgré les réticences de certains à se faire commander par une femme. Mais ils avaient fini par voir qui commandait ici.

« Patronne, on vous attend à la chapelle... Il s’est passé quelque chose. » Mon téléphone avait vibré et j’avais décroché. C’était un de mes hommes de main qui me demandait de venir, car ils avaient choppé un type qui semblait avoir vu quelque chose sur la dernière transaction. Il avait tenté de fuir mais il avait fini par se faire arrêter dans la chapelle. Je souriais rien qu’à l’énonciation du lieu. Cette personne ne savait pas qu’elle n’aurait pas pu mieux tomber que dans la chapelle. C’était là que je donnais rendez-vous aux personnes qui n’agissaient pas comme je désirais et que j’aimais menacer pour éviter de nouveaux écarts de conduite. C’était l’endroit rêvé, la maison de Dieu. « Bien, j’arrive. » Répondis-je en russe avant de raccrocher. Je pris mes affaires et je quittai le château rouge afin d’entrer dans un SUV noir qui était piloté par mon chauffeur.

Le trajet ne fut pas très long jusqu’à la fameuse chapelle. Une fois là-bas, j’ouvris mes portières avant de descendre. Je marchai calmement avant d’ouvrir les portes. Mes pas orchestrés par mes bottes en cuir résonnèrent à l’intérieur de la chapelle. Je fis quelques hommes qui me firent signe pour me montrer la pièce dans laquelle ils avaient enfermé l’individu. Il s’agissait d’une petite pièce isolée. Je m’approchai de cette pièce calmement avant d’ouvrir la porte et de me glisser calmement dans cette pièce avant de la fermer derrière moi en la verrouillant. Je fis un léger petit sourire au jeune homme qui se trouvait devant moi. C’était donc lui qui avait causé tout ce remue-ménage ? Il n’avait pas l’air très dangereux.

« Bonjour. » Dis-je d’une voix douce, dans un léger accent russe caractéristique. Mon accent était moins prononcé que la plupart de mes hommes, car, contrairement à la plupart d’eux, j’avais appris le français peu après le russe, ayant vécu à Paris dès ma plus tendre enfance. « C’est donc toi qui a causé tout ce remue-ménage, hum ? » Je m’approchai doucement de lui, gardant mes yeux plongés dans les siens. Je vins tapoter sa joue avec ma main avant de désigner d’un geste de la tête la chaise qui se trouvait dans la pièce. « Assieds-toi. » Dis-je d’un ton un peu plus sec, d’un ton qui laissait présager que c’était avant tout un ordre et non une proposition amicale. Je lui tournai le dos quelques instants en détachant mes cheveux qui formaient une queue de cheval. « Tu sais… Je n’ai pas pour habitude de me faire déranger sans une bonne raison. » Je tournai mes talons pour lui faire face. « Alors, j’espère que c’est une bonne raison. » Dis-je en posant de nouveau mes yeux sur lui. Depuis le début, je le tutoyais sans aucune gêne, n’hésitant pas à utiliser cela comme intimidation.


© Pando

_________________

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 11/01/2017
Messages : 42
Louis d'or : 179
pretty face : Chris Wood
julius caesar : dreamy
these streets : Simon enquête... Il avance petit à petit et tente de relier ce qu'il découvre à différentes théories. Il ne s'avance jamais de trop tant qu'il n'en est pas sûr et certain.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1370-they-say-stay-in-your-
Humains

Sujet: Re: Qui s'y frotte... ● mila & simon Sam 18 Fév - 15:22 ()
...S'y pique !
@Mila I. Romanova & Simon T. Foss
Dans cette pièce plongée dans la pénombre, Simon avait été contraint de s’asseoir à même le sol. Enfin on l’avait bousculé jusqu’à ce qu’il tombe à terre, lui interdisant de se relever… « Charmant ! » -avait-il commenté dans un souffle, plus pour lui-même que pour agacer ces hommes. Très rapidement, il avait essayé de jeter un coup d’oeil à ce qui l’entourait tout en faisant mine de garder la tête baissée. Rien. La pièce était pauvrement meublée et de chaque côté se dressaient deux portes soigneusement gardées par deux de ces brutes au teint blafard. Simon n’avait donc pas d’autres choix que d’attendre ici comme le lui avait ordonné son interlocuteur, sans faire de vagues. Elle… Il se demandait qui était cette femme qui avait apparemment les compétences et atouts suffisants pour le faire parler. L’idée qu’elle puisse l’abimer avait aussi été soumise, chose qui lui plaisait que très moyennement. On lui demanda de laisser ses mains bien en évidence et de garder le silence jusqu’à nouvel ordre. Mais c’était beaucoup en demander à Simon, qui avait tendance à n’en faire qu’à sa tête. « Qui est-ce qu’on attend en fait ? » A cette question, on lui répondit par un simple grognement. Visiblement, on ne voulait pas lui donner le moindre nom, ni la moindre indication à ce sujet. « Eum… Ce n’est pas qu’attendre m’ennuie mais… C’est mieux quand je sais pourquoi ou pour qui. » Faisait-il le malin ? Même pas. Simon avait cette particularité de n’avoir que très peu de filtres lorsqu’il parlait, traduisant la moindre de ses réflexions par les mots sans vraiment se soucier des répercussions immédiates. Il construisait sa pensée avec une rare rapidité, intellectualisait chaque situation et les partageait librement. Il était très sérieux en s’adressant de la sorte à ses bourreaux, réclamant réellement ces informations pour nourrir ses réflexions sur cette situation délicate. On lui adressa plusieurs regards noirs, qui le firent réagir instantanément : en effet, il venait de lever les mains au niveau de son visage et de hausser les épaules en signe de résignation.

Le temps lui semblait interminable alors qu’une dizaine de minutes venaient de s’écouler. Le silence régnait en maître dans la pièce, ce qui laissait Simon en tête à tête avec ses pensées. Il était planté au milieu de la salle et avait à peine le droit de bouger le petit doigt. Jusqu’à ce que du mouvement l’extirpe de ses réflexions et retienne son attention. Les hommes qui lui tenaient jusqu’à présent compagnie venaient de s’éclipser alors qu’une grande brune faisait son entrée. Il découvrit d’abord de hauts talons, à la source de ces claquements irritant contre les dalles de pierre de la chapelle. Puis son regard glissa le long de fines jambes, d’une taille dessinée, de courbes féminines… Et enfin il se posa sur les traits fins d’un visage démuni de réelle expression. Elle avait pris le soin de verrouiller la porte derrière elle, pour finalement lui adresser un semblant de sourire en coin. Très léger. Trop léger pour qu’il soit de bonne augure. « …Bonjour. Ah je n’ai jamais voulu en arriver là. » -commença-t-il par répondre, prêt à en rajouter une couche pour feinter l’innocence concernant sa présence lors de cette transaction des plus louches. Mais elle l’avait stoppé avant qu’il ne reprenne, sans avoir à prononcer le moindre mot. Il lui suffisait de le fixer comme elle faisait, plongeant son regard sombre dans le sien tout en se rapprochant. Elle tapota sa joue et lui intima l’ordre de s’asseoir sur l’unique chaise de la pièce. Il prit place sans bronché, grimaçant légèrement en constatant qu’elle était un brin bancale. Il s’étira doucement, retrouvant alors toutes les sensations dans ses jambes, dont la circulation avait été coupée à cause de cette position peu confortable. « J’imagine que vous réglerez ça avec eux… » -répliqua-t-il en faisant référence à ses hommes de mains, qu’il tenait pour seuls responsables de ce dérangement. « Je ne vous ai pas appelé, moi. » Un constat véridique. Qu’il aurait sûrement mieux fait de garder pour lui, non ?

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

When the leader of the bad guys sang, something soft and soaked in pain. I heard the echo from his secret hideaway. He must've forgot to close his door.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 01/01/2017
Messages : 260
Louis d'or : 282
pretty face : Gal Gadot
julius caesar : frimelda
the mighty bush : Mila possède le pouvoir de vibration de la matière. Elle peut faire vibrer toute la matière qui l'entoure au niveau moléculaire. Ainsi, elle peut briser du verre, des objets. Elle peut également faire vibrer l'air pour projeter quelqu'un. Si elle pousse son pouvoir à son potentiel maximum, elle peut provoquer des séismes.
these streets : Mila ne sait pas que les anges et les démons sont présents sur Terre. Cependant, elle sait que les personnes qui sont revenues ne sont plus les mêmes car l'homme qu'elle devait épouser ne sait même plus qui elle est et est bien différent.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1258-mila-dancing-with-bull
Humains

Sujet: Re: Qui s'y frotte... ● mila & simon Mer 22 Fév - 11:57 ()





❝Qui s'y frotte... S'y pique!❞
@Simon T. Foss & Mila I. Romanova
Mes yeux s’étaient posés sur ce jeune homme qui s’était trouvé au mauvais endroit, au mauvais moment. Pas de chance pour lui car il allait, malheureusement pour lui, passer un très mauvais moment en ma compagnie. Je ne comptais pas perdre mon temps avec des futilités et il n’allait pas falloir très longtemps pour que je m’énerve. Je n’aimais pas que des petits malins trainent près de mes affaires, et encore moins si ces petits malins me forçaient à me déplacer pour régler l’affaire. Mais il est vrai que j’étais plutôt douée pour délier les langues. En général, quand on était face à une grosse brute, on savait à quoi s’attendre. Mais lorsque l’on se trouvait face à une jeune femme comme moi, c’était différent. Et pourtant… Je savais être tout aussi directe que ces hommes et souvent bien plus dangereuse qu’eux. Je fis quelques pas dans la pièce, regardant les alentours alors que les quelques paroles que je pouvais entendre ne me plaisaient guère. Était-ce un genre qu’il se donnait ou était-il réellement stupide à un tel point de prendre tout ceci à la légère ? Lorsqu’il me disait qu’il ne m’avait pas appelée, je m’approchai de lui et sans hésiter une seule seconde, je vins lui décocher une droite en plein visage, le faisant tomber au sol par surprise, faisant également tomber la chaise sur le côté. Je vins relever cette dernière et me saisir du jeune homme pour le reposer sur la chaise.

« Bien. As-tu compris qui posait les questions ou dois-je recommencer ? » Demandais-je d’une voix plutôt froide en posant mon regard sur lui. Je vins tapoter doucement sa joue comme si je m’excusais de ce geste alors que ce n’était pas du tout le cas. « Ça peut très bien se dérouler pour toi. » Je posai ma main gauche sur son épaule avant de faire quelques pas et me retrouver derrière lui. Je posai mon autre main sur son autre épaule avant de m’approcher de lui et de lui murmurer à l’oreille, d’une voix glaciale, et pourtant avec une pointe de douceur. « Ou alors, je peux te montrer à quel point je peux être très en colère lorsque l’on me fait perdre mon temps. » Je souris doucement, mes lèvres proches de son oreille avant de me redresser, relâchant ses épaules pour faire de nouveau face à ce séduisant jeune homme. Il arrivait, parfois, que certaines personnes voyaient des choses qu’ils n’auraient jamais dû voir. Malheureusement pour lui, c’était son cas.

« Dis-moi qui tu es et pourquoi tu trainais dans le coin. » Demandais-je, d’une voix plus amicale qu’auparavant. J’avais posé les bases de l’interrogatoire, il savait très bien à quoi s’attendre et ce qui allait se passer s’il jouait au plus malin. Maintenant, libre à lui de tenter le Diable mais il était certain que je n’allais pas me gêner de lui faire comprendre qui commandait ici, même si pour ça, je devais malheureusement abimer son joli minois. C’était dommage d’en arriver là, mais les sacrifices étaient souvent nécessaires !



© Pando

_________________

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 11/01/2017
Messages : 42
Louis d'or : 179
pretty face : Chris Wood
julius caesar : dreamy
these streets : Simon enquête... Il avance petit à petit et tente de relier ce qu'il découvre à différentes théories. Il ne s'avance jamais de trop tant qu'il n'en est pas sûr et certain.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1370-they-say-stay-in-your-
Humains

Sujet: Re: Qui s'y frotte... ● mila & simon Sam 25 Mar - 11:06 ()
...S'y pique !
@Mila I. Romanova & Simon T. Foss
En effet, Simon aurait mieux fait de garder ses lèvres scellées et de contenir cette réflexion qui était certes véridique mais peut-être un brin irritante aux oreilles de la grande brune qui lui faisait face. Sans attendre, comme un coup de sang, elle venait de lui mettre une droite. Ne l’ayant absolument pas vu venir, la surprise fut de taille si bien qu’il en tomba de sa chaise. Un brin sonné par cet élan de violence spontané, sa propre main s’était aussitôt posée sur sa mâchoire endolorie, se frottant doucement pour dissiper la douleur en chauffant la zone touchée. Il cligna des yeux à plusieurs reprises, comme pour se remettre les idées en place. Seulement, la Russe voulait déjà qu’il se redresse et reprenne place sur cette foutue chaise bancale, qui l’avait d’ailleurs accompagné dans sa chute. Simon leva à peine les yeux vers elle, un brin vexé il fallait bien l’avouer. Il était peut-être étrange par moment, trop franc et détaché, mais il restait tout de même un homme, avec son ego et sa fierté. Elle venait de lui en mettre une et c’était assez déstabilisant. Il fallait en plus de ça qu’elle s’affirme davantage en lui faisant bien comprendre qu’elle régnait en maîtresse sur cet échange et qu’il était dans son intérêt de ne pas trop faire le malin. « Bien… » souffla-t-il en baissant légèrement la tête, en se faisant une raison. La fine main de la jeune femme tapota sa joue, lui donnant l’impression d’être un enfant ou un simple animal de compagnie que l’on encourageait à bien se tenir. La petite tape significative, que Simon avait toujours méprisé. Les menaces étaient de mise, tandis qu’elle lui rejouait une scène tirée d’un vieux polar. Tous les codes étaient présents : les brutes au service d’une beauté glaciale, une accent aussi doux que tranchant, une gestuelle calculée et presque chorégraphiée tant qu’elle était gracieuse, et enfin ce murmure à son oreille, quand tout ce qui se présente à son regard reste un mur nu et une lourde porte en bois. Comme si cette voix provenait de nul part et que cette pression sur ses épaules n’était que le poids de son erreur. Trop curieux. Trop investi. Trop imprudent… Dans un nouvel élan d’autorité, elle lui intima l’ordre de lui dévoiler son identité et surtout de lui livrer les raisons de sa présence dans ces quartiers sombres. Il avait bien en tête ce qui l’attendait s’il ne se montrait pas très coopératif ; sa joue le lui rappelait en chauffant doucement… Et pourtant, il ne voulait pas se montrer idiot et foutre en l’air tout ce travail de recherches qu’ils avait mené jusqu’à présent. Encore moins mettre en danger l’un de ses contacts en avouant quelques informations le concernant. Il resta silencieux quelques instants. Ses neurones tournaient à plein régime, sans pour autant parvenir à trouver une solution à cette situation délicate. Aucun moyen de sortir de là sans finir avec une balle dans la tête ou pire encore… Avant de sortir de cette pièce, il se prendrait plusieurs coups d’ailleurs ! Il suffisait de l’observer, alors qu’elle tournait autour de lui comme une lionne en chasse d’informations, prête à bondir pour égorger sa proie. « C’est vraiment un malentendu… » -commença-t-il, un peu maladroitement. Gagner du temps… C’était tout ce qui lui était venu à l’esprit alors qu’il se sentait pris au piège. « Je m’appelle Simon. Simon Baker. Je suis nouveau en ville et je me suis paumé… Je ne pensais pas… Enfin quand j’ai vu vos hommes me foncer dessus, j’ai simplement eu peur. » Il ponctua sa phrase en relevant la tête, cherchant à capter celui de la brune. Aucune ombre ne venait mettre en doute ses propos, alors qu’il restait mi-sérieux, mi-inquiet… Il laissait transparaitre une appréhension dans son regard, comme s’il s’excusait d’exister à cet instant précis. Bien sûr, il avait menti… Sur son nom, son excuse… Il mettait tout son cœur et son âme dans ce bobard, espérant que cela passe auprès de la dame de glace. Pas dit… Mais ne dit-on pas que l’espoir fait vivre ?
- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

When the leader of the bad guys sang, something soft and soaked in pain. I heard the echo from his secret hideaway. He must've forgot to close his door.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 01/01/2017
Messages : 260
Louis d'or : 282
pretty face : Gal Gadot
julius caesar : frimelda
the mighty bush : Mila possède le pouvoir de vibration de la matière. Elle peut faire vibrer toute la matière qui l'entoure au niveau moléculaire. Ainsi, elle peut briser du verre, des objets. Elle peut également faire vibrer l'air pour projeter quelqu'un. Si elle pousse son pouvoir à son potentiel maximum, elle peut provoquer des séismes.
these streets : Mila ne sait pas que les anges et les démons sont présents sur Terre. Cependant, elle sait que les personnes qui sont revenues ne sont plus les mêmes car l'homme qu'elle devait épouser ne sait même plus qui elle est et est bien différent.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1258-mila-dancing-with-bull
Humains

Sujet: Re: Qui s'y frotte... ● mila & simon Mar 28 Mar - 15:15 ()





❝Qui s'y frotte... S'y pique!❞
@Simon T. Foss & Mila I. Romanova
S’il y avait bien une chose que je détestais, c’est que l’on joue au petit malin alors que la situation ne s’y prêtait vraiment pas du tout. Ce jeune homme était installé sur une chaise, entouré de Russes et de la dirigeante de la mafia. Ce n’était clairement pas le moment de jouer au petit con, d’autant plus que Je n’aimais pas beaucoup que l’on me dérange pour des broutilles, mais je devais m’en occuper, quoi qu’il arrive parce que c’était mon rôle, après tout. Je m’étais mise à tourner autour de lui, lorsqu’il s’était réinstallé sur sa chaise, pour venir lui murmurer à son oreille d’une voix intimidante et suave, comme je savais si bien le faire. Je lui avais bien fait comprendre qu’il n’était pas celui qui menait la danse ici et qu’il avait plutôt intérêt à me révéler les informations que je désirais. Je m’étais ensuite redressée pour faire quelques pas et me retrouver face à lui, le dominant du regard, car il était assis et moi debout. Il s’exprima enfin, comprenant qu’il ne devait pas jouer au malin avec moi. Il prôna le malentendu et déclina enfin son identité et la raison de sa venue dans le coin. J’eus un petit rire en passant une main dans mes cheveux.

« Si tu savais combien de personnes m’ont déjà dit ce genre de choses… » Dis-je en posant de nouveau mes yeux sur lui. « Il va falloir trouver une meilleure histoire, Simon… Ou je vais devoir passer à la manière forte et je ne pense pas que tu le souhaites. N'est-ce pas ? Tu ne sembles pas être du genre à supporter grandement la douleur, je me trompe ? » Ajoutais-je en m’étant doucement penchée vers lui, à quelques centimètres de son visage, le regard froid et la voix intimidante, lui expliquant la suite des évènements si jamais il ne se mettait pas à parler et à me dire ce qu'il faisait. Pour se perdre ici, il fallait vraiment le vouloir et j’avais beaucoup de mal à croire aux coïncidences… Dans mon monde, il fallait plutôt les bannir.

Je me reculai doucement afin de me redresser, un petit sourire aux lèvres avant de faire quelques pas en arrière, tout en le regardant dans les yeux. Je lui laissais vraiment le choix. J’optais souvent pour des méthodes douces au départ, surtout avec des personnes qui n’étaient pas habituées… Simon ne semblait pas être le genre de type à tremper dans de sales affaires, mais je devais en avoir le cœur net et m’assurer que je ne laissais pas filer quelqu’un qui avait des informations précieuses. Je ne pouvais pas me le permettre. Vis-à-vis de moi et de mon autorité, d’ailleurs… Ma plus grande peur, que je cachais jalousement, c’était de perdre la confiance de mes hommes et ainsi perdre tout ce que j’avais pu bâtir… C’est pourquoi j’étais dure parfois, voire souvent, afin d’assouvir mon autorité et empêcher la moindre rébellion.  

« Tout ça pourrait aller très vite, Simon… Tu serais chez toi dans l’heure et on oublierait cette histoire. »
Ajoutais-je, mes yeux toujours rivés dans sa direction.



© Pando

_________________

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 11/01/2017
Messages : 42
Louis d'or : 179
pretty face : Chris Wood
julius caesar : dreamy
these streets : Simon enquête... Il avance petit à petit et tente de relier ce qu'il découvre à différentes théories. Il ne s'avance jamais de trop tant qu'il n'en est pas sûr et certain.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1370-they-say-stay-in-your-
Humains

Sujet: Re: Qui s'y frotte... ● mila & simon Sam 5 Aoû - 14:41 ()
...S'y pique !
@Mila I. Romanova & Simon T. Foss
En effet, Son histoire n’avait en aucun cas convaincu la jeune femme. Sa banalité en était même dérangeante et représentait aux yeux de son tyran une explication bien trop légère. Zut ! C’est vrai qu’il n’avait pas donné dans l’originalité, et Simon ne pu que l’approuver silencieusement. Une fine moue avait même entravé son visage alors que cette ombre froide et sévère se trouvait face à lui, sa joue presque collée à la sienne. Elle lui en avait presque arraché un frisson tant elle se montrait intimidante. Qu’allait-il bien pouvoir faire pour se sortir de cette situation délicate ? Changer radicalement de version revenait à afficher le visage d’un menteur et l’amener à remettre la moindre de ses paroles en doute. Si elle ne croyait pas à la première histoire, pourquoi irait-elle lui accorder le bénéfice du doute pour la seconde ? Après tout, il suffisait de l’observer quelques instants pour deviner qu’elle n’était pas de ceux qui se laissait berner et qu’en aucun cas elle ne devait laisser passer les tentatives de ce genre. Désormais menaçante à son égard, la russe prévoyait de s’y prendre autrement avec lui s’il ne parlait pas… Autant dire que Simon n’en menait pas large ! Il avait néanmoins cette expression figée et très sérieuse qui lui était si commune, comme concentré et détaché de la réalité. Il analysait comme il pouvait cette scène qui lui était inconnue, découvrant alors des aspects et échanges sociaux qui en temps normal auraient pu le fasciner -s’il n’avait été que simple spectateur.

Or, ça n’était pas le cas ! Rôle principal de ce court métrage cliché et déroutant, Simon se demandait s’il devait jouer les gros dur et feinter à nouveau… Ou alors acquiescer et admettre qu’il n’avait pas une grande endurance face à la douleur. La seule qu’il pouvait encore tolérer était lorsqu’il se rendait à la salle de sport, de manière hebdomadaire. Et encore, c’était dans le simple but de garder la forme, surtout qu’il pouvait régulièrement s’en plaindre ! « Beaucoup de personnes se perdent ? » -questionna-t-il presque innocemment, en se doutant que jouer au plus malin avec elle risquait de lui coûter un nouveau coup au visage. « C’est vraiment mal foutu comme quartier ! » Oui, définitivement : il allait s’en prendre une. D’ailleurs, il grimaça en avance, prêt à souffrir. Or, elle qui s’était précédemment reculé ne bougea pas d’un centimètre dans un premier temps. Son comportement troublait grandement Simon, qui l’écoutait attentivement. Elle tentait de l’amadouer en lui promettant d’être sagement raccompagné chez lui une fois l’échange terminé. Sauf que là… C’était lui qui doutait de ce qu’elle avançait. Comme si elle allait lui faire une bise, lui tapoter l’épaule et lui promettre qu’elle passait l’éponge sur cet incident…! Certes, il n’avait pas été très malin en s’aventurant par ici tout seul, mais il n’était pas non plus le roi des crétins ! « Qu’est-ce que vous voulez que j’avoue en fait ? Je suis dépassé, et je pense que c’est assez flagrant que je suis loin d’être le type d’homme que vous devez croiser ou fréquenter au quotidien. C’est vrai, regardez-moi : je fais la moitié d’un de vos gardes du corps, je me trimballe toujours avec un bouquin de science, et quand je relève la tête de mes lectures c’est pour me rendre compte que j’ai marché sans but précis et sans regarder où j’allais… En plus, je n’ai aucune idée de qui vous êtes. » Il haussa les épaules, espérant qu’en insistant un peu sur son innocence et son côté geek, elle en viendrait à l’évidence qu’il ne devait pas être une grande menace finalement. « Qui êtes-vous, hein ? » Pour le coup, il avait cette question avec un réel intérêt et il maintenait son regard perçant.

- a game of shadows, shall we play ?  -


Spoiler:
 

_________________

When the leader of the bad guys sang, something soft and soaked in pain. I heard the echo from his secret hideaway. He must've forgot to close his door.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 01/01/2017
Messages : 260
Louis d'or : 282
pretty face : Gal Gadot
julius caesar : frimelda
the mighty bush : Mila possède le pouvoir de vibration de la matière. Elle peut faire vibrer toute la matière qui l'entoure au niveau moléculaire. Ainsi, elle peut briser du verre, des objets. Elle peut également faire vibrer l'air pour projeter quelqu'un. Si elle pousse son pouvoir à son potentiel maximum, elle peut provoquer des séismes.
these streets : Mila ne sait pas que les anges et les démons sont présents sur Terre. Cependant, elle sait que les personnes qui sont revenues ne sont plus les mêmes car l'homme qu'elle devait épouser ne sait même plus qui elle est et est bien différent.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1258-mila-dancing-with-bull
Humains

Sujet: Re: Qui s'y frotte... ● mila & simon Mer 16 Aoû - 11:23 ()





❝Qui s'y frotte... S'y pique!❞
@Simon T. Foss & Mila I. Romanova
J’en voyais passer de nombreux entre mes mains… Certains me tenaient la tête, d’autres ne regardaient que mes pieds, n’osant pas relever le regard de peur de me contrarier. Quoi qu’il en soit, le point commun entre tous ces individus, c’est qu’ils avaient tous quelque chose à cacher. On ne se retrouvait pas entre mes mains par hasard et en général, on n’en ressortait rarement indemne. J’étais brutale, j’étais directe, j’étais sanguine, mais je faisais parler. Après tout, c’était la fin qui justifiait les moyens. Cela ne servait à rien de s’y prendre avec des pincettes, surtout dans un milieu comme le mien où le plus fort gagnait souvent. Je le regardais dans les yeux, essayant de le sonder. Il ne le savait pas, mais j’avais fait des études de psychologie avant d’arriver dans ce monde… Lorsque mon père était encore en vie, j’avais quitté la famille pour aller faire mes études aux États-Unis et une fois diplômée, je comptais m’installer en tant que psy. Malheureusement, mon nom m’avait rattrapé et je m’étais retrouvée à la tête de la Bratva. Mais ces études me permettaient de déceler les menteurs, bien souvent, ou les personnes qui espéraient pouvoir me cacher quelque chose sans être vraiment discret dans leurs gestes révélateurs.

Je ne réagis pas à sa remarque du fait que le quartier semblait mal fichu, c’était clairement une tentative maladroite pour se dédouaner. Je l’écoutais simplement reprendre la parole, en faisant quelques pas, de droite à gauche, n’appréciant pas rester figée sur place. Il était vrai qu’il n’avait pas le physique de l’emploi, il était bien plus frêle que mes gardes du corps, mais cela n’empêchait pas d’avoir des suspicions sur lui. Le physique ne faisait pas tout. D’ailleurs, il désirait savoir qui j’étais et j’eus un petit sourire en me retrouvant dans son dos, venant déposer mes mains sur ses épaules, me penchant pour lui répondre.

« A quoi cela t’avancerait de savoir qui je suis ? Tu comptes m’inviter à diner ? Cela serait une piètre technique pour essayer de t’en sortir. D’autres ont essayé, en pensant que comme j’étais une femme, je leur étais inférieure. » Dis-je avant de m’approcher de son oreille pour lui murmurer doucement. « Grossière erreur, certains ne sont plus là pour en parler. » Dis-je en me redressant avant de faire de nouveau face à Simon. « Si tu veux un nom pour me parler, je m’appelle Mila. » Je penchai doucement ma tête sur le côté en venant poser mon pied sur l’une de ses jambes, mon coude sur ma cuisse et mon menton sur la paume de ma main. « Alors, tu veux te risquer à jouer ce petit jeu, mon grand ? Tu te vantes d’être le petit geek qui lit ses livres au coin d’un arbre et pourtant, tu t’es amusé à faire le malin avec moi. Je pense qu’un froussard de ce genre n’aurait même pas osé lever les yeux vers moi. » Je fis un petit sourire, désirant être intimidante avant toute chose. Pourtant, je n’avais pas encore sorti le grand jeu, j’essayais simplement de me faire oppressante.




© Pando

_________________

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 11/01/2017
Messages : 42
Louis d'or : 179
pretty face : Chris Wood
julius caesar : dreamy
these streets : Simon enquête... Il avance petit à petit et tente de relier ce qu'il découvre à différentes théories. Il ne s'avance jamais de trop tant qu'il n'en est pas sûr et certain.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1370-they-say-stay-in-your-
Humains

Sujet: Re: Qui s'y frotte... ● mila & simon Mar 26 Sep - 22:17 ()
...S'y pique !
@Mila I. Romanova & Simon T. Foss
« C’est un peu tard pour dîner… Et je me doute que je me heurterais à un refus de votre part de toute évidence… Vous ne semblez pas trop m’apprécier. » Bravo, Einstein ! Pour beaucoup d’entre nous le constat était évident : plus il parlait, plus il sombrait dans un gouffre face à la russe, qui allait peut-être perdre patience. Or, ce comportement était assez normal et naturel lorsque l’on connaissait un peu Simon. Il était tellement réfléchi qu’il analysait la moindre situation et en faisait part à son entourage. « Pas très évolués… » -souffla-t-il finalement en guise de commentaire au sujet de la pseudo infériorité féminine, qui a ses yeux de scientifique n’avait jamais eu lieu d’être. Évidemment, Simon essayait désespérément de gagner un peu de temps. Son interlocutrice lui faisait clairement comprendre qu’il pouvait finir six pieds sous terre en un claquement de doigts, pour un prétexte en apparence aussi futile qu’une invitation maladroite et intéressée au restaurant. Alors à quoi bon le grappiller ce temps ? Après tout, cinq minutes de plus ou de moins pour finir par se faire casser la mâchoire, ça n’allait pas l’avancer à grand chose…

Pourtant il avait l’impression qu’il fallait tenter le tout pour le tout. Même si pour le coup il cherchait à s’en sortir, le jeune homme ne s’éloignait pas de ce qu’il était réellement. Il avait expliqué la situation dans un raisonnement simple et méthodique, en avançant des arguments avec un certain aplomb. Était-il à son aise et rassuré ? Sûrement pas ! Mais il avait une fois de plus confiance en la logique et espérait qu’elle fasse son petit effet sur la grande brune. Or, son comportement était apparemment suspicieux à ses yeux et il grimaça légèrement lorsqu’elle s’appuya contre sa jambe et poursuivit sur ce même ton froid et menaçant. « Le malin ? » Il la regardait, affichant pour la peine un léger voile d’incompréhension. Le stéréotype du geek un peu trouillard aurait sûrement eu cette attitude qu’elle décrivait… Mais le soucis de Simon c’est qu’il ne rentrait pas dans les cases et que son manque d’échanges sociaux dits « normaux » influait sur son comportement dans ce genre de situation. Il sentait le danger, il avait conscience qu’il était dans un merdier inqualifiable, et pourtant il continuait de converser presque normalement avec cette femme qui e séquestrait dans ce lieu sacré. « Je n’ai pas spécialement envie de faire le malin avec vous, je vous assure …Mila. » Il la fixait sans pour autant la défier du regard. Au contraire, dans ses yeux se mêlait de l’inquiétude et un soupçon de peur. En fait, il était impressionné par tout ce que dégageait cette dénommée Mila. Il avait d’ailleurs prononcé ce nom avec hésitation, comme par crainte qu’elle le gifle l’instant d’après ou lui plante son talon dans la cuisse. Il haussa finalement les épaules. « Qu’est-ce que je peux faire ou dire pour que ça s’arrête ? » Il était presque suppliant, sentant venir le moment où elle rappellerait à l’ordre ses copains de 2 mètres cube pour l’achever à grands coups de pieds dans le ventre et la tête…

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

When the leader of the bad guys sang, something soft and soaked in pain. I heard the echo from his secret hideaway. He must've forgot to close his door.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 01/01/2017
Messages : 260
Louis d'or : 282
pretty face : Gal Gadot
julius caesar : frimelda
the mighty bush : Mila possède le pouvoir de vibration de la matière. Elle peut faire vibrer toute la matière qui l'entoure au niveau moléculaire. Ainsi, elle peut briser du verre, des objets. Elle peut également faire vibrer l'air pour projeter quelqu'un. Si elle pousse son pouvoir à son potentiel maximum, elle peut provoquer des séismes.
these streets : Mila ne sait pas que les anges et les démons sont présents sur Terre. Cependant, elle sait que les personnes qui sont revenues ne sont plus les mêmes car l'homme qu'elle devait épouser ne sait même plus qui elle est et est bien différent.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1258-mila-dancing-with-bull
Humains

Sujet: Re: Qui s'y frotte... ● mila & simon Mer 4 Oct - 18:01 ()





❝Qui s'y frotte... S'y pique!❞
@Simon T. Foss & Mila I. Romanova
Ce genre de situation, c’était presque du quotidien. Sauf, qu’en général, j’avais des sales types à la place de Simon. Des types qui voulaient se mêler de mes affaires ou s’en prendre à moi, me détrôner et me mettre à genoux pour me montrer qu’au final, sans mes hommes, je n’étais rien. Mais Simon, c’était différent… Il était simplement tombé au mauvais endroit au mauvais moment… Du moins, c’est ce qui semblait vouloir me faire croire, mais quoi qu’il en soit, il n’était clairement pas mauvais… Avant tout ceci, avant la mafia, j’avais fait des études de psychologie aux USA et j’avais obtenu mon diplôme. Je n’avais jamais eu l’occasion de me monter un cabinet, mais tout mon savoir me servait à déceler un peu si on me mentait ou si l’on me cachait des choses. Cela m’était toujours très utile, à vrai dire. D’ailleurs, Simon ne semblait pas vouloir faire le malin et je le croyais bien. J’étais proche de lui, intimidante comme je savais le faire, appuyant même parfois avec mon talon sur sa cuisse, sans pour autant lui faire excessivement mal.

« Mila ? On se connait assez pour que tu appelles celle qui te retiens par son petit prénom ? »
Dis-je avec un petit rire, appréciant jouer avec lui. Mais il est vrai que certains que je connaissais depuis pas mal de temps, des collaborateurs, n’osaient pas m’appeler par mon prénom de peur de me vexer ou tout simplement par respect. Mais ce pauvre Simon ne vivait pas dans mon milieu et ne connaissait probablement pas tout ce que cela impliquait. Cependant, Simon désirait que tout ceci s’arrête et il voulait savoir ce qu’il pouvait faire pour que je le laisse tranquille. J’attrapai une autre chaise que je tournai pour pouvoir m’installer sur elle, dossier face à moi, posant mes bras dessus, mes jambes de part et d'autre de la chaise.

« Tu as l’air d’être un type intelligent, Simon… Certainement la première fois que tu te retrouves dans ce genre de situation. N’est-ce pas ? Je ne toucherai pas à ton joli minois si tu me dis simplement ce que tu as vu et ce que tu foutais là. Un type intelligent comme toi n’est pas assez stupide pour se perdre aussi facilement, pas vrai ? » Dis-je en le regardant, penchant doucement ma tête sur le côté. J’étais toujours aussi froide dans le ton que j’employais avec mon léger accent russe, mais il n’empêche que je n’étais pas aussi dure que je pouvais l’être avec les types qui se trouvaient habituellement sur cette chaise. Simon n’était pas un mauvais gars, il ne trempait pas dans l’illégalité alors il n’avait pas besoin du même traitement de faveur. Du moins, tant qu’il me fournissait les infos que je cherchais… Je détestais perdre mon temps, par contre. J’avais d’autres choses à faire que de gérer ce genre d’affaires, surtout avec quelqu’un qui était muet. Il y avait de nombreux moyens de faire parler. J’étais sage pour le moment, mais il ne fallait pas me pousser non plus.



©️ Pando

_________________

 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: Qui s'y frotte... ● mila & simon ()
Revenir en haut Aller en bas
 
Qui s'y frotte... ● mila & simon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Simon Wolowitz
» Simon Gagné va se faire soigner à Buffalo
» [Foot en Herbe] Christian Gourcuff, qui s'y frotte s'y pique !
» Simon BOLIVAR
Static palms
melt your vibe
always on the hunt

a game of shadows :: Paris :: Nord-ouest :: dix-septième arrondissement :: All Saints Chapel