boom bitch
Après un week end de liane foly, le forum ouvre ses portes !
Pour tout savoir sur les news de cette version, c'est par .
are you ready for it ?
Un cavalier de l'apocalypse, une pénurie inédite, un trésor chelou de ouf et surtout la fashion week...
Venez découvrir l'intrigue et ses quêtes ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 say your prayers (juliette)
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1078-jasper-just-one-yester
admin du dimanche
homecoming : 18/12/2016
Messages : 638
Louis d'or : 11
pretty face : matt daddario
julius caesar : ophelia ma queen
legends never die : Démon de la décadence et de l'inertie, sphère de la paresse. Pour les civilisations trop paresseuses pour s'entretenir, pour la culture qui disparaît de la mémoire des hommes, pour les empires qui tombent et les royaumes qui s'effondrent dans les crevasses de l'enfer. Pour les rêves qui n'aboutisent jamais, les souhaits qui flottent dans le néant, les espoirs délaissés. Pour les ruines sous la poussière et les débris sous le lierre, pour tous ceux qui abandonnent au premier obstacle, pour les spectateurs qui regardent, les yeux grand ouverts, toute une ville sombrer dans l'oubli.
the mighty bush : persuasion . Très utile pour un démon de la sphère de la paresse. Il n'a qu'à prononcer un ordre pour que celui-ci soit exécuté. Il tire les ficelles, comme un marionnettiste, d'une décadence orchestrée. Il injecte des idées, des volontés, des souhaits, dans des cervelles atrophiées par un monde décomposé.
pyrokinésie . contrôle du feu
Allegeance : Sa loyauté va à Lucifer et à tous les démons qui le suivent. Il préfère ne pas prendre de risque et ne se fondra jamais dans une rebellion qui sera muselée et anéantie en quelques heures. Le pouvoir, il n'en veut pas.
these streets : Il ne sait pas grand chose. Certains pensent que les anges sont à l'origine du grand schisme mais c'est une hypothèse qui lui semble peu probable. Pour autant, il ne croit que ce qu'il voit, et, pour l'instant, il n'a pas vu grand chose...

Sujet: say your prayers (juliette) Sam 18 Fév - 0:47 ()
sayyour prayers
and being blue is better than being over it
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

hallelujah


Pas de gloire dans le noir de ses yeux. Âme en mille morceaux éparpillés sur le sol, le cœur trop fatigué pour essayer de les recoller. Jasper, dans la nuit, se tient contre un lampadaire et fume sa clope. Il pleut. Il a décidé qu’il s’en foutait quand il a compris qu’il avait oublié son parapluie. Le mec observe le grenier de l’opéra et évalue les risques. L’étau se resserre sur le démon. Il doit obtenir des réponses. Gagner la confiance de Juliette (il connaît son prénom, maintenant, elle ne le lui a toujours pas dit, mais il l’a lu sur son badge) n’est pas suffisant. Mammon veut du vrai, il veut du concret. Il veut la pomme qu’il l’a laissée lui voler. Il veut la destruction, le chaos le plus total. Il veut la violence dont Jasper n’a jamais été capable. Prisonnier des ambitions des autres, écrasé par l’ombre des immeubles beaucoup trop haut, et du ciel beaucoup trop bas, le démon se faufile et survit. Il a des bleus dans le dos. Les os brisés ont fini de se reconstituer, mais le corps souffre encore. Torture infligée dans le sous-sol du casino. Jasper tabassé jusqu’à ce que mort s’en suive. Mais la mort, il connaît déjà. Alors les yeux se sont ouverts sur le même monde et les mêmes constats. Le démon se rêve empereur, mais finit toujours par se réveiller pion.

La porte se ferme derrière le dernier des templiers qu’il raye de sa liste d’un coup de stylo. D’après ses calculs, Juliette est seule dans la planque qu’ils utilisent. Il attend quelques minutes avant de s’élancer. Dans la pénombre, Jasper a un semblant de courage. La nuit est son élément, après tout. Sur l’ombre, le démon règne en maître. Brûlure immédiate lorsqu’il pénètre dans le bâtiment. Ils ont foutu du sel et de l’eau bénite quelque part et il le sent d’ici. Il serre la mâchoire, il lutte, il ferme les yeux. Il pense à elle. Il sait pas exactement qui elle est, mais il sait qu’elle l’apaise, à chaque fois que les choses empirent trop vite pour qu’il ne puisse les esquiver. Lorsqu'il ouvre les yeux, la douleur est toujours là, mais elle est secondaire. Il gravit les marches qui le séparent de la templière et constate avec plaisir que la porte de la planque est restée ouverte. Juliette s’est endormie sur ses dossiers. Le sourire au coin des lèvres, le démon balaye la salle du regard. Chaque élément susceptible d’intéressé Mammon est enregistré dans son esprit. Les feuilles sont arrachées avec précaution, et les objets finissent dans la poche de son blouson. Mais il n’oublie pas sa mission principale. Et sa mission principale, c’est elle.

Ca doit faire quelques jours qu’il l’a pas vue. Il a beau dire, il a fini par s’attacher. Et il aurait pas dû. Juliette et lui, qu'il le veuille ou non, ça fonctionne. Peut-être que c'est parce qu'elle a le sourire qu’ont les femmes insaisissables et les yeux remplis de secrets. Elle se livre pas, Juliette. Elle garde tout pour elle. La confiance, elle est dure à gagner, mais il persiste. Peut-être que c'est parce que, quand il est avec elle, il arrête de penser comme un démon. Et les morceaux éparpillés, ils semblent soudainement plus facile à re-souder. Prudemment, il prend place à côté d’elle. Il se racle la gorge. Aucune réaction. Il lève les yeux au ciel, et marmonne qu'elle ne lui rend pas la tâche facile. Alors il décide de lui caresser le bras. La réaction est immédiate. Ses yeux s'ouvrent et, par réflexe, elle se redresse. Avant qu'elle ne puisse dire quoi que ce soit, il pose son index sur sa bouche. « Ne dis rien. » Sourire en coin qui se veut provocateur, comme toujours.  « J’’tai manqué, je sais. »


_________________
paint it BLACK
no colors anymore, I want them to turn black
you've got two black eyes from loving too hard and a black car that matches your blackest soul I wouldn't change it.

autres comptes : matt d. lefèvre & eponine de stahl & leo g. sorel & roman d. gariel
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t938-juliette-i-know-im-gonn
Admin
homecoming : 23/04/2015
Messages : 380
Louis d'or : 61
pretty face : Holland Roden
julius caesar : (c) matty des bwas la plus forte (a)
Allegeance : En tant que chevalier de l'Ordre, elle est très respectée, parfois crainte. Elle est dévouée à la cause des templiers, parce que c'est comme une mission pour elle, c'est son devoir. Elle est assez froide, et pas très liante, ce qui la rend parfois antipathique pour les autres.
these streets : Juliette, elle est au courant de tout. En tant que templier, elle sait que quelqu'un a brisé le pacte, et que les démons ainsi que les anges sont revenus sur Terre. Cependant, elle ignore tout de la présence des Dieux dans la capitale.

Sujet: Re: say your prayers (juliette) Mer 22 Fév - 23:48 ()


say your prayers
juliette & jasper ✗ biblical
You gave me magical, I gave you wonderful, let's make this biblical, and hang from our invisible cords. Baby if you could would you go back to the start ? Take any fresh steps or watch it all fall apart again ?


Juliette qui porte sur ses épaules le poids d’un secret qui est devenu un peu trop lourd à porter. Juliette qui marche au milieu des autres, qui voit tout pendant qu’ils ne se rendent compte de rien. C’est presque ironique, de voir tout ce qu’ils ne peuvent pas voir, tout ce qui leur échappe. Détails qu’elle s’est habituée à observer. Course contre la montre qu’elle réussit toujours. Le monde s’effondre, mais elle reste debout. Nuits sans sommeil qui s’enchaînent. Les images sont toujours les mêmes, les coups laissent toujours autant de bleus, même dans ses cauchemars. Peut-être qu’elle était tout simplement brisée, et qu’aujourd’hui, elle devait se contenter de ce qui pouvait rester d’elle. Avec les heures, les mots ont commencés à se brouiller, et elle s’est endormie sur la table du grenier de l’opéra Bastille. Elle s’était habituée à ça, s’endormir seule, un peu quand elle pouvait. C’était un éternel recommencement. Les dossiers étaient toujours là à son réveil. Les monstres, aussi. Ils se battaient dans les rues de Paris, quand bien même elle tentait de les chasser. Le sang pleuvait et pourtant dehors, ils ignoraient tous à quel point ils allaient souffrir, à quel point ils étaient en train de tomber. Elle n’était pas vraiment effrayée par tout ça, Juliette. Juste un peu accoutumée. Et c’en était presque triste, d’en arriver là. De se dire qu’il n’y avait rien de nouveau, rien d’extraordinaire. Simplement une douloureuse réalité.

Avant de s’endormir, elle lisait un dossier sur lui. Jasper. Les informations qu’ils avaient pu récolter. Ça n’était pas vraiment quelqu’un de dangereux, ou de spécialement compliqué à mettre en difficulté. Démon un peu jeune, qui pensait plus à s’amuser, ou plutôt, à dormir. Elle se détestait un peu d’y penser, de se dire qu’au fond, c’était quelque chose d’imprévu. Qu’avec ses phrases bidons et son air naïf, il arrive presque à la faire sourire. Elle continuerait à affirmer que c’était presque, parce qu’elle était fière, Juliette. Et elle ne s’avouait jamais vraiment vaincue, ou déstabilisée. Contrôle auquel elle s’accrochait, comme une bouée qu’elle était terrifiée de lâcher. D’un seul coup, elle sent une caresse sur son bras, et ses yeux s’ouvrent. Elle prend quelques secondes, s’apprête à ouvrir la bouche quand elle sent son index à lui s’y poser. « Ne dis rien. » Offusquée, elle n’a pas le temps de dire quoi que ce soit, qu’il reprend. « J’t’ai manqué, je sais. » Elle se redresse, d’un geste vif, rapide, et sa main vient encercler son poignet à lui. Encore un peu enfermée dans son sommeil. « Dans tes rêves, probablement. »

Elle se lève d’un bon, avant de tourner sa chaise pour qu’il se retrouve face à elle et dos contre la table, sa main tenant toujours fermement son bras. « Putain mais qu’est-ce que tu fous ici ?!?! » Regard noir, dévastateur. On pourrait lire une histoire, dans ses yeux, à Juliette. Et pour l’instant, on ne peut pas dire qu’elle serait très sympathique. Elle regarde tout autour d’elle. Ayant le sommeil léger, elle aurait remarqué, s’il avait fouillé pendant longtemps. Mais une seconde suffit pour attraper un dossier intéressant. « Dis-le. Qu’est-ce que t’as pris ? Dis-le tout de suite. » Voix glaciale, rage qu’elle tente de maîtriser. Il n’y a que Jasper, qui puisse l’énerver autant. Peut-être à cause de ce qu’il représente. A cause du fait qu’avant, c’était quelqu’un de normal, rien qu’un visage de plus dans la foule. Aujourd’hui, il se retrouvait pion dans une guerre qu’il maîtrisait à peine. « Si tu crois que tu vas réussir à t’en aller comme ça, tu peux rêver. T’es foutu, et si tu parles pas, ça va pas arranger ton cas. » Elle s’apprête à continuer, quand soudain, la lumière s’éteint. Coupure de courant. Le blackout était terminé, mais l’ironie du sort voulait qu’une coupure de courant pousse tous les systèmes de porte à se verrouiller automatiquement. Elle savait déjà la réponse, et pourtant, elle pose quand même la question. « Qu’est-ce que… »
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1078-jasper-just-one-yester
admin du dimanche
homecoming : 18/12/2016
Messages : 638
Louis d'or : 11
pretty face : matt daddario
julius caesar : ophelia ma queen
legends never die : Démon de la décadence et de l'inertie, sphère de la paresse. Pour les civilisations trop paresseuses pour s'entretenir, pour la culture qui disparaît de la mémoire des hommes, pour les empires qui tombent et les royaumes qui s'effondrent dans les crevasses de l'enfer. Pour les rêves qui n'aboutisent jamais, les souhaits qui flottent dans le néant, les espoirs délaissés. Pour les ruines sous la poussière et les débris sous le lierre, pour tous ceux qui abandonnent au premier obstacle, pour les spectateurs qui regardent, les yeux grand ouverts, toute une ville sombrer dans l'oubli.
the mighty bush : persuasion . Très utile pour un démon de la sphère de la paresse. Il n'a qu'à prononcer un ordre pour que celui-ci soit exécuté. Il tire les ficelles, comme un marionnettiste, d'une décadence orchestrée. Il injecte des idées, des volontés, des souhaits, dans des cervelles atrophiées par un monde décomposé.
pyrokinésie . contrôle du feu
Allegeance : Sa loyauté va à Lucifer et à tous les démons qui le suivent. Il préfère ne pas prendre de risque et ne se fondra jamais dans une rebellion qui sera muselée et anéantie en quelques heures. Le pouvoir, il n'en veut pas.
these streets : Il ne sait pas grand chose. Certains pensent que les anges sont à l'origine du grand schisme mais c'est une hypothèse qui lui semble peu probable. Pour autant, il ne croit que ce qu'il voit, et, pour l'instant, il n'a pas vu grand chose...

Sujet: Re: say your prayers (juliette) Dim 12 Mar - 0:36 ()
don't you mind
I got a plane in the middle of the night, don't you mind I nearly killed somebody, don't you mind don't you mind I gave you something you can never give back, don't you mind



Sous ses doigts, il y a Juliette qui se réveille, un réflexe affuté. Il y a collision entre leur peau, puis entre leur regard, puis entre leurs colères. Ils sont pas si différents, parce qu’un jour, il a été comme elle, et qu’un jour, elle sera comme lui. L’avenir volcanique contemple le passé de glace avec complaisance. Elle se sent probablement courageuse, celle qui traque les ombres à longueur de temps. Lui, il sait que le courage, ça s’effrite, que la ville fera d’eux des morts trop pressés de vivre, et que les échappées, c’est comme des éclipses, ça dure jamais assez longtemps. « Dans tes rêves, probablement. » Un sursaut, le temps est déjà révolu. Juliette l’observe à travers l’œil d’un ouragan. La rage pourrit ses veines, lui il assiste au désastre avec un visage sans expression. La pression de ses doigts autour de son bras ne l’effraye pas. S’il le voulait, il pourrait l’envoyer crever à l’autre bout de la pièce.
Oui, mais, voilà, il ne le veut pas.

« Putain mais qu’est-ce que tu fous ici ?!?! » Elle a les mots qui fusent entre ses lèvres et le démon observe l’humaine en colère. Il est venu pour les secrets, pour les infos, pour tout ce qui pourrait lui permettre de racheter son âme. Enfin, ça, c’est la version officielle, la version du traître, la version qu’il avouerait volontiers avec le sourire carnassier du démon qu’il est. La vraie raison, le silence qui se perd, le regard en prières, c’est qu’elle lui a manqué. Un peu. Mais juste assez pour qu’il en redemande. Avec elle, l’ennuie a meilleur goût et le temps passe plus vite. Mais c’est pas le genre de chose qu’un démon est censé penser. Un démon, d’ailleurs, ça pense pas. Un démon, ça rêve pas non plus. Mais Jasper, derrière ses yeux, il a des constellations de souvenirs, la mémoire en somnolence, et peut-être, sûrement, le cœur en miettes du mec qui meurt un peu trop tôt pour des raisons un peu trop mauvaises et un égoïsme un peu trop vrai. « Dis-le. Qu’est-ce que t’as pris ? Dis-le tout de suite. » Il lui dit pas, il lui dit rien. Pour réponse, un sourire, derrière des yeux tout en noir. Le démon révèle son identité et brise les règles. Il s’en fout, il n’y a qu’eux, il est pris sur le fait. L’insolence se dévoile dans un sourire alors qu’il fait mine de réfléchir. « Attends, c’est quoi déjà ? j’ai pris les étoiles pour les mettre dans tes yeux… » La provocation d’un éclat de rire, les attaques à peine masquées du mec qui est obligé de faire le mal pour exister. Il y a des flammes qui dansent dans ses entrailles. Mais ces flammes lui appartiennent pas. « Si tu crois que tu vas réussir à t’en aller comme ça, tu peux rêver. T’es foutu, et si tu parles pas, ça va pas arranger ton cas. » Une moue peu convaincue par des menaces peu convaincantes. « J’ai tellement peur, j’vais m’pisser dessus. » Et puis, tout devient noir, tout s’effrite et tout s’efface. De là où ils se tiennent, ils entendent la porte qui claque, la porte qui se verrouille, les mécanismes de sécurité. Prise à son propre piège, Juliette ne peut pas s’échapper. Lui, si. S’il le voulait, il pourrait se téléporter à l’autre bout de la Capitale.
Oui, mais voilà. Il ne le veut pas.

« Qu’est-ce que… » Elle ne voit ni le sourire ni la stupeur balayée d’un haussement d’épaules. Déjà, Jasper s’active, à travers la pièce. Pas pour voler ce qu’il n’a pas encore pu prendre, mais pour trouver de quoi boire et de quoi manger. Le démon a le sens des priorités. « J’sais pas qui c’est, l’connard qui vous a vendu le générateur, mais il vous a bien niqué. » Un cabinet dans le coin de la pièce, fermé à double tour. Un haussement de sourcils pendant qu’il arrache la porte avec sa force surhumaine. Un sourire quand il pose les yeux sur la bouteille. Le voilà, le vrai trésor des templiers.  « Ah, trouvé. » Ses yeux se sont habitués à l’obscurité, alors il l’aperçoit, le regard assassin de Juliette lorsqu’il se retourne avec le butin. « Fais pas cette tête, princesse. » Ils vont se détruire, ça fait partie du deal. Un jour, il va déchirer son âme comme on a déchiré la sienne et rien ne pourra l’en empêcher. C’est un pacte tacite entre l’humaine et le démon.  « On est coincé ici, autant faire passer le temps. » Juliette et Jasper, plongés dans le noir, n'ont que faire de la coupure d'électricité. Ce qu'ils n'avouent pas, c'est qu'ils ont pas besoin de la lumière ratée du soleil, ils en veulent plus. A force de vivre, ils finiront bien par exister, même si c'est dans des éclipses.



_________________
paint it BLACK
no colors anymore, I want them to turn black
you've got two black eyes from loving too hard and a black car that matches your blackest soul I wouldn't change it.

autres comptes : matt d. lefèvre & eponine de stahl & leo g. sorel & roman d. gariel
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t938-juliette-i-know-im-gonn
Admin
homecoming : 23/04/2015
Messages : 380
Louis d'or : 61
pretty face : Holland Roden
julius caesar : (c) matty des bwas la plus forte (a)
Allegeance : En tant que chevalier de l'Ordre, elle est très respectée, parfois crainte. Elle est dévouée à la cause des templiers, parce que c'est comme une mission pour elle, c'est son devoir. Elle est assez froide, et pas très liante, ce qui la rend parfois antipathique pour les autres.
these streets : Juliette, elle est au courant de tout. En tant que templier, elle sait que quelqu'un a brisé le pacte, et que les démons ainsi que les anges sont revenus sur Terre. Cependant, elle ignore tout de la présence des Dieux dans la capitale.

Sujet: Re: say your prayers (juliette) Jeu 16 Mar - 0:08 ()


say your prayers
juliette & jasper ✗ flume
Only love is all maroon, gluey feathers on a flume. Sky is womb and she's the moon. I am my mother on the wall, with us all, I move in water, shore to shore; nothing's more

Peut-être que c’était un jeu entre eux, un accord tacite, une promesse qu’ils avaient décidés de sceller dans le plus grand des secrets. Peut-être que pour eux, le monde tournait différemment, parce qu’ils n’avaient pas su faire les bons choix, au bon moment, et qu’aujourd’hui, ils faisaient partis de ceux qui se battent par habitude, par peur d’abandonner. Elle le regardait, et Jasper, il se débat contre quelque chose caché dans ses tripes. Mirage qu’il ne peut contrôler, quand bien même il semble tenter de le faire à chaque seconde. Elle aussi, elle se débattait. Incapable de savoir où s’arrêtait le jeu et où commençait la vérité. Elle préférait se dire que chaque mouvement était calculé, que chaque mort était réfléchi. Illusion de quelque chose de plus qu’elle préférait garder au fond d’elle, comme si elle préférait protéger quelque chose d’un peu trop fragile. Quelque chose était là, à peine perceptible et pourtant, elle essayait déjà d’y échapper. De s’en séparer, comme d’un sentiment de honte qu’elle ne pouvait pas vraiment bien maîtriser. Juliette, elle s’était habituée au fait que son pire ennemi, c’était elle-même. Monstres qu’elle dissimulait derrière un regard froid et des gestes un peu trop calculés. Pion qui préférait se considérer comme bourreau, même si ici, elle n’était rien de plus qu’un soldat à qui on donne des ordres. Elle écoute ses remarques, en essayant de trouver un moyen d’ouvrir la porte. Peine perdue, et pourtant, l’idée de rester enfermée là avec lui semblait presque trop difficile à supporter.

« J’sais pas qui c’est, l’connard qui vous a vendu le générateur, mais il vous a bien niqué. » Lui aussi, il cherche. Elle regarde les dossiers, elle sait très bien qu’il n’osera rien faire, du moins, pas quand elle regarde. « Ah, trouvé. » Bouteille qu’il porte dans ses mains, et qui ne présage rien de vraiment bon. Elle nage au milieu de l’océan, Juliette, et elle tente de garder la tête hors de l’eau. Mais chaque respiration est plus dure que la précédente. Elle regarde, offusquée, la bouteille dans ses mains, la joie presque innocente dans son regard. Il a l’air d’un enfant dans un nouveau monde, Jasper. Comme si chaque moment était un nouveau mystère à découvrir. « Fais pas cette tête, princesse. » Regard noir, elle arrête de forcer la porte. Elle sait, que c’est peine perdue. Qu’elle devra attendre. Peut-être qu’elle a peur de s’attacher, peur de connaître l’ennemi et de se rendre compte qu’au fond, il a les peurs, les mêmes craintes, les mêmes douleurs. Peur de comprendre qu’il ne soit pas si différent. « On est coincé ici, autant faire passer le temps. » Elle lève les yeux au ciel. Bras croisés. Son regard qui défie, qui étouffe. Elle n’a pas le droit à l’erreur, parce qu’elle a déjà trop perdu. Parce que les espoirs sont déjà lointains et les rêves ne sont que des souvenirs. « Maintenant, c’est certain, je vais te tuer avant la fin de la soirée. » Elle se laisse glisser pour s'assoir contre la porte.

Quand ils sont ensembles, Jasper et Juliette, ils s’élancent dans une danse des plus harmonieuses. Ils combattent pour essayer de savoir qui des deux pourra gagner. Ils s’affrontent et se rattrapent avant la chute, du bout des doigts. Ils se tiennent au bord d’un précipice, et ça serait presque trop facile, de tomber. Presque trop facile, de se dire que tout pouvait se terminer en une seconde. « Passes-moi cette bouteille. » Grâce que l’on retrouve dans leurs mouvements. Brutalité qu’ils crachent dans des mots qu’ils ne pensent pas vraiment. Ils se cachent dans un jeu qui n’appartient qu’à eux. Et encore, ils font comme s’ils avaient déjà tous les deux gagné. Ils étaient trop forts et trop faibles à la fois. Comme deux opposés qui se repoussent et qui s’attirent un peu plus à chaque fois qu’ils se regardaient. Peut-être qu’un des deux finirait par tomber. Peut-être qu’un des deux n’aurait pas la force de se relever. Qu’ils allaient se consumer l’un l’autre. Parce que quand il était là, le combat reprenait un sens. Les mots brûlaient plus. Les gestes étaient plus douloureux. La façade était plus dure à tenir en place. « Et m’appelles plus jamais ‘princesse’. » Y’a un sourire, qui se cache derrière l’insulte. Comme si tout ce qu’ils partageaient avait toujours un double sens. Une autre histoire que l’on murmure entre les lignes, qu’on préfère ne pas raconter. Celles qui se perdent dans l’Histoire avec un grand H, qu’on garde secrètes, de peur de briser leur équilibre délicat, de peur d’effleurer la passion qui les anime. Mais leur danse à eux, elle n’était même pas encore terminée, qu’elle laissait déjà un goût amer dans la bouche. Un goût d’inachevé. « Je comprends pas pourquoi est-ce qu’ils garderaient une bouteille pareille ici. » Murs qu’elle connaît par cœur. Quotidien qui habille ses journées et pourtant, là, avec Jasper, ils semblent enfermés dans un lieu en dehors du temps et de l’espace. Comme si ici, ils pouvaient presque tout avoir. Presque.
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1078-jasper-just-one-yester
admin du dimanche
homecoming : 18/12/2016
Messages : 638
Louis d'or : 11
pretty face : matt daddario
julius caesar : ophelia ma queen
legends never die : Démon de la décadence et de l'inertie, sphère de la paresse. Pour les civilisations trop paresseuses pour s'entretenir, pour la culture qui disparaît de la mémoire des hommes, pour les empires qui tombent et les royaumes qui s'effondrent dans les crevasses de l'enfer. Pour les rêves qui n'aboutisent jamais, les souhaits qui flottent dans le néant, les espoirs délaissés. Pour les ruines sous la poussière et les débris sous le lierre, pour tous ceux qui abandonnent au premier obstacle, pour les spectateurs qui regardent, les yeux grand ouverts, toute une ville sombrer dans l'oubli.
the mighty bush : persuasion . Très utile pour un démon de la sphère de la paresse. Il n'a qu'à prononcer un ordre pour que celui-ci soit exécuté. Il tire les ficelles, comme un marionnettiste, d'une décadence orchestrée. Il injecte des idées, des volontés, des souhaits, dans des cervelles atrophiées par un monde décomposé.
pyrokinésie . contrôle du feu
Allegeance : Sa loyauté va à Lucifer et à tous les démons qui le suivent. Il préfère ne pas prendre de risque et ne se fondra jamais dans une rebellion qui sera muselée et anéantie en quelques heures. Le pouvoir, il n'en veut pas.
these streets : Il ne sait pas grand chose. Certains pensent que les anges sont à l'origine du grand schisme mais c'est une hypothèse qui lui semble peu probable. Pour autant, il ne croit que ce qu'il voit, et, pour l'instant, il n'a pas vu grand chose...

Sujet: Re: say your prayers (juliette) Sam 13 Mai - 20:24 ()
quiet hours
And I'll build a fire, you fetch the water and I'll lay the table and in our hearts, we still pray for sons and daughters and all those evenings out in the garden, red, red, wine These quiet hours turning to years



« Maintenant, c’est certain, je vais te tuer avant la fin de la soirée. » Il hausse les épaules. Il sait qu’elle le fera pas. Qu’elle osera pas. Parce que si elle le voulait vraiment, le tuer, elle l’aurait déjà fait depuis longtemps. Elle lui aurait rien épargné, elle l’aurait pas laissé pousser le moindre soupir, elle l’aurait jamais laissé exister. Il est tout ce qu’elle déteste, tout ce qu’elle combat. Il est tout ce qui bouscule l’ordre qu’elle protège. Il vit plongé dans les ombres où il triomphe. Une chimère à l’état d’homme, des ténèbres solidifiées qui s’étirent dans un sourire insolent. Voilà ce qu’il est. Un mirage, une illusion destinée à tout exploser. Alors, oui, si elle l’avait voulu, si elle l’avait vraiment voulu, elle aurait transformé les menaces en action. Mais au milieu de la nuit, et contre toute attente, ils sont toujours en vie. « Passes-moi cette bouteille. » Il se laisse tomber contre la porte, à côté d’elle. Lui non plus, il l’a toujours pas tuée. Il sait qu’un jour, il devra faire un choix, pourtant. Ca sera elle ou lui, aucune échappatoire, pas de porte de sortie. Elle ou lui dans un désert où crèvent les prières que personne n’entend plus. Elle ou lui, mais pas les deux, parce que dans son monde, il n’aurait jamais dû exister. « Et m’appelles plus jamais ‘princesse’. » Il hausse les épaules. Ses menaces, il les a jamais prises au sérieux et elle le sait. Mais, cette fois-ci, le démon ne provoque pas. Il obéit sagement. Il trône dans son silence, ouvre la bouteille avec ses pouvoirs raturés, oubliant les règles d’un jeu qu’il n’a jamais maîtrisé.  « Je comprends pas pourquoi est-ce qu’ils garderaient une bouteille pareille ici. » Il en boit une gorgée, trachée brûlée à vif, soupir satisfait. Il lui passe la bouteille, avec un regard un peu trop humain. « Pour les nuits comme celle-là. »
On y croirait presque.

* * *

La bouteille se vide contre leurs lèvres et les effluves d’alcool prennent possession de leur air. A l’heure des choses statiques, ils défient le silence avec leurs rires inattendus et leurs murmures explosifs. Les regards s’entrechoquent et se fuient aussitôt. Les corps se sont rapprochés. Un peu trop pour deux personnes qui sont censées se haïr. Exit les réflexes des ennemis de guerre. Dans leur éclipse, la bataille n’est plus qu’un vague souvenir. Une gorgée pour finir d’oublier avant de lui tendre la bouteille. Le silence s'installe, plus évocateur que les mots qu'ils ne prononcent pas. Il perd de vue sa mission et les objectifs qu’on lui a assignés. Il perd de vue tout ce qui le prive de son humanité. Sous les yeux de Juliette, le puzzle se reconstitue. Les morceaux d’âme se raccrochent à elle. Il y a deux grands yeux noirs, braqués sur elle. Et, derrière ses rétines, des rêves, des souvenirs, il en est plus trop sûr. Une époque où il aspirait à autre chose. Où son cœur battait pour autre chose que le pouvoir. Une époque où tout était plus simple. Parce qu’il était comme elle. « Pourquoi tu te bats, Juliette ? » Mais comme elle, il n’est plus. Elle le lui rappelle assez souvent, d’ailleurs, qu’il n’est rien d’autre qu’un démon. Sauf que, dans des nuits comme celles-ci, le démon se rêve humain. Il en a l’apparence, les réflexes. Il lui manque juste le cœur. Du moins, c’est ce qu’il s’est toujours dit. « Est-ce que j’suis vraiment pire qu’un humain ? »  






_________________
paint it BLACK
no colors anymore, I want them to turn black
you've got two black eyes from loving too hard and a black car that matches your blackest soul I wouldn't change it.

autres comptes : matt d. lefèvre & eponine de stahl & leo g. sorel & roman d. gariel
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t938-juliette-i-know-im-gonn
Admin
homecoming : 23/04/2015
Messages : 380
Louis d'or : 61
pretty face : Holland Roden
julius caesar : (c) matty des bwas la plus forte (a)
Allegeance : En tant que chevalier de l'Ordre, elle est très respectée, parfois crainte. Elle est dévouée à la cause des templiers, parce que c'est comme une mission pour elle, c'est son devoir. Elle est assez froide, et pas très liante, ce qui la rend parfois antipathique pour les autres.
these streets : Juliette, elle est au courant de tout. En tant que templier, elle sait que quelqu'un a brisé le pacte, et que les démons ainsi que les anges sont revenus sur Terre. Cependant, elle ignore tout de la présence des Dieux dans la capitale.

Sujet: Re: say your prayers (juliette) Sam 13 Mai - 23:32 ()


say your prayers
juliette & jasper ✗ the night we met
And then I can tell myself, what the hell I'm supposed to do ? And then I can tell myself, not to ride along with you. I had all and then most of you, some and now none of you, take me back to the night we met. I don't know what I'm supposed to do, haunted by the ghost of you, oh, take me back to the night we met.

Bouteille presque terminée. Yeux qui brillent dans l’obscurité, alors qu’ils se racontent des secrets que ces murs osent à peine entendre. Lumière qui se cache dans les recoins, qui préfère disparaître, peut-être pour oublier le courage, pour oublier les hontes. Il ne restait que des vérités, celles qui sont dures à dire, celles dont on a peur de parler. Juliette, elle les gardait au plus profond de son âme, cœur qui s’était durci, peut-être pour les protéger, pour les oublier un peu, aussi. « Pourquoi tu te bats, Juliette ? » Habitude qu’elle avait prise. Le combat, elle le menait avec force. Mais aussi avec lâcheté, parce qu’elle n’osait pas avouer ses peurs, elle n’osait pas admettre qu’elle était terrifiée. Et même là, alors qu’elle était à ses côtés, elle était terrifiée parce qu’au fond, il pouvait tout détruire, Jasper. Il pouvait tout prendre et tout casser. Risque qu’elle avait toujours eu peur de prendre. Pourtant avec lui, elle avait un peu moins peur. Ou alors, elle s’en fichait. « Est-ce que j’suis vraiment pire qu’un humain ? » Elle finit par prendre la bouteille, prendre une gorgée. Et alors que leurs yeux s’évitaient presque, ils se rencontrent. Elle continue à le regarder. Elle se perd un peu aussi.

« Faut bien se battre pour quelque chose. » Sans s’en rendre compte, elle s’est rapprochée. Puis elle regarde à nouveau la bouteille. « ça permet d’oublier un peu. » Elle s’était habituée à cet oubli, celui qui semblait facile, celui qui lui redonnait l’impression de tout contrôler. Ses mots, elle les choisissait avec précaution. Comme si les prononcer, c’était s’avouer vaincue. Mais avec Jasper, c’était différent. Il était là, et il lui donnait l’impression d’être un peu plus. Il lui donnait l’impression que les choses pouvaient changer. Peut-être que c’était le hasard, si ça fonctionnait entre eux. Sauf que Juliette, elle croyait pas au hasard. Elle croyait aux statistiques, à la logique, à tout ce qui semblait rationnel. Et lui, il vivait à l’instinct. C’était comme un monde qui s’illumine, dans ses yeux. Comme si elle pouvait encore y croire. Et elle parle, avant de même réaliser le poids de ses propres mots. Et Jasper, il rendait ça facile. Elle lui en voulait presque, d’être ce qu’il était. Parce qu’il était ce dont elle avait besoin, elle.

« Non t’es différent. T’es pas comme les autres. T’as l’air d’être au-dessus de tout ça, comme si tu comprenais pas pourquoi t’es avec eux, tu sais ? » Elle le regarde à nouveau, un léger sourire sur ses lèvres. Ses yeux qui brillent. Elle s’en fiche, de gagner ou de perdre. De se battre ou d’abandonner. « Comme si t’étais à part, que tu recherchais quelque chose. » Haussement d’épaule. C’était presque ridicule, de se retrouver là, au milieu du chaos. De tout ce qui représente leurs différences, et tout ce qu’ils ne pourront jamais être. C’était comme ça qu’ils signaient un pacte tacite, quelque chose qu’ils se refusaient de briser. Quelque chose qui les mènerait à leur perte, ou peut-être qui pourrait les sauver. Espoir qui leur rappelait qu’il y avait encore quelque chose à prendre, dans un monde qui leur avait tout arraché. « Ou quelqu’un, j’sais pas. » Elle le regarde. Et peut-être qu’à ce moment-là, elle sait qu’elle n’a besoin que d’être là, dans cette pièce. Là où elle peut tout oublier. Là où elle a rencontré tout ce qu’ils pouvaient devenir.

_________________
i don't even know
if I believe
everything you're trying to say to me


autres comptes : fantine c. de stahl & h. lewis dubois & bass a. renoir & héra c. swango
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1078-jasper-just-one-yester
admin du dimanche
homecoming : 18/12/2016
Messages : 638
Louis d'or : 11
pretty face : matt daddario
julius caesar : ophelia ma queen
legends never die : Démon de la décadence et de l'inertie, sphère de la paresse. Pour les civilisations trop paresseuses pour s'entretenir, pour la culture qui disparaît de la mémoire des hommes, pour les empires qui tombent et les royaumes qui s'effondrent dans les crevasses de l'enfer. Pour les rêves qui n'aboutisent jamais, les souhaits qui flottent dans le néant, les espoirs délaissés. Pour les ruines sous la poussière et les débris sous le lierre, pour tous ceux qui abandonnent au premier obstacle, pour les spectateurs qui regardent, les yeux grand ouverts, toute une ville sombrer dans l'oubli.
the mighty bush : persuasion . Très utile pour un démon de la sphère de la paresse. Il n'a qu'à prononcer un ordre pour que celui-ci soit exécuté. Il tire les ficelles, comme un marionnettiste, d'une décadence orchestrée. Il injecte des idées, des volontés, des souhaits, dans des cervelles atrophiées par un monde décomposé.
pyrokinésie . contrôle du feu
Allegeance : Sa loyauté va à Lucifer et à tous les démons qui le suivent. Il préfère ne pas prendre de risque et ne se fondra jamais dans une rebellion qui sera muselée et anéantie en quelques heures. Le pouvoir, il n'en veut pas.
these streets : Il ne sait pas grand chose. Certains pensent que les anges sont à l'origine du grand schisme mais c'est une hypothèse qui lui semble peu probable. Pour autant, il ne croit que ce qu'il voit, et, pour l'instant, il n'a pas vu grand chose...

Sujet: Re: say your prayers (juliette) Sam 20 Mai - 10:39 ()
whiskey neat
I had a dream We were sipping whiskey neat Highest floor, The Bowery Nowhere's high enough



« Faut bien se battre pour quelque chose. Ca permet d’oublier un peu. » Elle veut oublier. Lui, il veut se rappeler. Se rappeler de tout ce qu’on lui a ôté, de tout ce qu’il a perdu dans le processus. Se rappeler de ce qu’il était avant. Avant les flammes, avant l’ombre, avant les pactes et les contrats. Il veut revenir à une époque où il avait tout. Une époque où il était comme elle, un humain, un peu perdu, un peu brisé, mais un humain quand même. Il veut sentir quelque chose. Quelque chose de vrai, quelque chose de fort, quelque chose qui pourrait lui couper le souffle, le laisser sur le carreau, quelque chose qui pourrait le tuer, quelque chose pour quoi il donnerait tout.
Quelque chose (quelqu'un) qu’il a eu.
Un jour.
Et qui s’est envolé aussi vite.
Parce que t'as tout foutu en l'air.

Elle a le regard qui s’attarde et qui fuie. Lui, il a plus peur de plonger les yeux dans les siens, même s’il ne sait pas ce qu’il y trouvera. Il a le souffle alcoolisé, l’hémoglobine au goût whisky. Elle est jolie, Juliette, avec ses grands yeux verts et ses cheveux détachés. Elle est jolie quand elle abandonne son armure et qu'elle sort de ses murailles. Elle est jolie quand elle se livre à lui et qu'elle laisse les mots dévaler de ses lèvres.  « Non t’es différent. T’es pas comme les autres. T’as l’air d’être au-dessus de tout ça, comme si tu comprenais pas pourquoi t’es avec eux, tu sais ? » C’est là qu’elle se trompe. Il est au dessus de rien. Tous les coups sont permis pour sauver sa peau. Tous les coups, ça inclue de jouer avec une fille des templiers, saborder sa confiance pour obtenir les informations nécessaires à sa liberté. C’est comme ça qu’il est, Jasper, il calcule et il manipule, tout pour lui, rien pour elle.
Ca serait plus facile si c'était vrai.

« Comme si t’étais à part, que tu recherchais quelque chose. » Il fronce les sourcils. Il la dévisage. Elle voit clair dans son jeu, plus que ce qu'il voudrait. Elle voit clair dans son jeu et pulvérise les mensonges derrière lesquels il se cache. Entre eux, les illusions sont tombées. Maintenant, il faut faire avec la vérité. « Ou quelqu’un, j’sais pas. » Il a des éclairs dans les yeux, des souvenirs qui valsent dans ses iris, des questions qui attendent désespérément des réponses. Le cœur est parti aux oubliettes, du moins, c’est ce qu’il se plaît à dire. Un jour, il faudra bien qu’ils dorment. Ouais, mais pas ce soir. Ce soir, les secrets se percutent, l’air en est chargé. Ce soir, les désirs sont électriques et ils pourront pas y échapper. Il est quelque chose comme 2h36 du matin quand il rapproche ses lèvres des siennes pour y goûter. C’est doux, timide, c’est pas censé durer. Quelque part, il y le bruit d’un cœur qui explose. Collision avec pertes et fracas, les lèvres qui s’activent, le kiff total. Sa main autour de sa taille pour accompagner le mouvement quand elle s’assoit sur lui. L'autre se perd dans son cou. Pour une fois, elle le rejette pas. Il en profite. Il lui coupe la parole en avalant son souffle. Il se doute bien, que ça sera l'histoire d'une nuit. Une nuit hors du temps, là où les étoiles ne peuvent plus les voir. Par delà la guerre, il y a deux ennemis qui oublient que le champ de bataille est truffé de mines. Et demain, dans les décombres de leur décor, ils devront reprendre leur rôle. En attendant, dans leur éclipse, ils explosent.




_________________
paint it BLACK
no colors anymore, I want them to turn black
you've got two black eyes from loving too hard and a black car that matches your blackest soul I wouldn't change it.

autres comptes : matt d. lefèvre & eponine de stahl & leo g. sorel & roman d. gariel
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t938-juliette-i-know-im-gonn
Admin
homecoming : 23/04/2015
Messages : 380
Louis d'or : 61
pretty face : Holland Roden
julius caesar : (c) matty des bwas la plus forte (a)
Allegeance : En tant que chevalier de l'Ordre, elle est très respectée, parfois crainte. Elle est dévouée à la cause des templiers, parce que c'est comme une mission pour elle, c'est son devoir. Elle est assez froide, et pas très liante, ce qui la rend parfois antipathique pour les autres.
these streets : Juliette, elle est au courant de tout. En tant que templier, elle sait que quelqu'un a brisé le pacte, et que les démons ainsi que les anges sont revenus sur Terre. Cependant, elle ignore tout de la présence des Dieux dans la capitale.

Sujet: Re: say your prayers (juliette) Sam 20 Mai - 18:35 ()


say your prayers
juliette & jasper ✗ skin
When I heard that sound, when the walls came down, I was thinking about you. When my skin grows old, when my breath runs cold. I'll be thinking about you. It was almost love, it was almost love

Elle sait pas trop quoi faire, Juliette. Face à l’adversité, face au monde qui s’écroule. Elle pensait que les choses auraient plus de sens, avec le temps. Elle s’était dit qu’elle trouverait une solution aux problèmes. Ciel qui la défiait, qui lui hurlait qu’elle ne pouvait pas tout avoir. Elle avait perdu espoir, elle se demandait s’il y aurait autre chose que les cris, que les hurlements. Autre chose que la cruauté et la solitude. Elle s’était habituée à vivre seule, à combattre seule. Une arme dans la main. Son sourire caché au reste du monde. Il n’existait pas, il était derrière la façade. Il lui faut pas beaucoup de temps, à Jasper, pour plonger son regard dans le sien. Pour que leurs mains se perdent dans une chorégraphie qu’eux seuls peuvent connaître.

Nuit qui enveloppe tout ce qui aurait pu leur barrer la route. Ils sont là, au beau milieu de la nuit et tout ce dont ils auraient pu rêver est là, à leur portée. Pourtant, ils font comme si c’était des mensonges, comme si c’était une histoire inventée. Des rêves parfaitement contrôlés. Le temps était passé, et Juliette elle avait arrêté de croire que quelque chose, ou quelqu’un pourrait changer les choses. Son cœur, il battait un peu trop vite, quand ses lèvres à lui s’écrasent sur les siennes. Il continuait sa course folle, quand elle s’assoit sur lui, quand la main de Jasper s’échoue sur sa taille, et une autre dans son cou. Il s’arrête toujours pas, son cœur, quand elle pose ses mains sur ses joues. Juliette elle a l’impression d’être au milieu de l’océan, et d’être remontée à la surface pour respirer à nouveau.

Sauf que, Jasper et Juliette, ça peut pas durer. Ça peut être que l’histoire d’une nuit, que l’histoire d’un rêve, qu’on oublie et qui disparaît aussi vite qu’il est arrivé. Rêve qu’on essaie d’attraper, du bout des doigts. Simulacre presque amer, quand on y repense, parce qu’il est parti un peu trop vite, un peu trop loin. Elle aurait attendu une éternité, pour quelque chose comme ça, parce que ça voulait dire qu’elle avait encore quelque chose pour quoi continuer. Elle aimait à croire qu’elle n’avait que des souvenirs ratés et un avenir compromis. Et bizarrement, ça changeait un peu, avec lui. Elle veut parler. Il l’embrasse, à nouveau. Elle se plaint pas vraiment. Ils ont vu et fait des choses qu’ils aimeraient probablement oublier. Ils ont fait partie d’une guerre qu’ils n’ont jamais voulu combattre. Ils font partie d’une génération qui ne croit plus en grand-chose. Et là, dans la nuit, dans l’un des endroits les plus cachés de Paris, elle s’autorise à y croire à nouveau. Alors que les vêtements tombent et que les corps s’entrechoquent. Alors que la pluie tombe dehors et qu’ils sont comme enfermés dans un monde qui n’appartient qu’à eux.


rp terminé

_________________
i don't even know
if I believe
everything you're trying to say to me


autres comptes : fantine c. de stahl & h. lewis dubois & bass a. renoir & héra c. swango
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
oh, look what you made me do

Sujet: Re: say your prayers (juliette) ()
Revenir en haut Aller en bas
 
say your prayers (juliette)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Juliette Charlotte de Bourgogne ; Demandez votre sujet
» Juliette récupère les jumeaux [PV JB et Ninon]
» Juste le temps d'un soirée? ou plus si affinité? [juliette]
» Olivia / Juliette
» Juliette sort de prison (pv Pascalou)
Ready for it ?
Are you
i see how this is gonna go, touch me & you'll never be alone

a game of shadows :: Paris :: Nord-est :: Onzième arrondissement :: Place de la Bastille :: Opéra Bastille :: Grenier