boom bitch
Après un long dimanche, mais pas de fiançailles, nous voilà de retour !
Pour tout savoir sur les nouveautés de la version, c'est par .
dying to be born again
L'intrigue est de retour, pour vous jouer de mauvais tours... ou pas.
Dans tous les cas, c'est par .
paris versus the apocalypse
Quoi de mieux pour lutter contre l'apocalypse qu'un apéro ?
Pour vous inscrire à l'event, c'est par là.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 Welcome home | Zahreen
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Welcome home | Zahreen Sam 18 Fév - 22:58 ()
Welcome Home
Zahreen & Mabel
Peel the scars from off my back; I don't need them anymore; You can throw them out or keep them in your mason jars; I've come home Radical Face

De la cuisine, Mabel posa un regard attendri sur les formes de Zahreen et Maha, assises devant la télévision, dans l'ombre du salon, et sourit. Elle les avait invitées à passer la journée à l'appartement, profitant d'un jour de congé pour profiter de la présence de ses deux femmes préférées et de l'absence d'Ambroise - Friends, cette vieille série TV, n'avait jamais fait partie de ses favorites et elle ne voulait pas l'ennuyer avec ça. Depuis l'arrivée de Za et de sa fille, les trois avaient passé tout leur temps à visionner épisode après épisode et rire leur avait fait bien à toutes ; souvent, Mabel lançait un discret coup d'oeil à sa presque sœur et la surprenait à couver sa fille du regard, un éclat de tristesse au fond des yeux. L'annonce du décès de Matthias leur était parvenue il y a peu et les deux amies n'avaient pas encore pu en discuter, la bibliothécaire espérait pouvoir le faire aujourd'hui. Son sourire s'élargit quand elle les entendit rire. Qu'est-ce qu'elle ne ferait pas pour elles. Elle attrapa le petit plateau où se trouvaient les tasses de chocolat chaud qu'elle venait de préparer - avec des marshmallow dedans, comme quand elle était petite - et rejoignit les deux autres. « Tenez, leur dit-elle en s'accroupissant auprès d'elles sur la couverture qui avait été étalée au sol, quelques heures auparavant. Faites attention, c'est très chaud ! » Une fois tout le monde servi, elle se réinstalla et presque immédiatement, Maha vint se coller contre elle, le regard fixé sur l'écran. Mabel étouffa un petit rire et passa un bras autour des épaules de sa nièce de coeur. Elle aimait tellement ces moments tout simples, où les soucis s'envolaient pour laisser derrière eux le bonheur d'être avec ceux qu'elle aimait, loin de la guerre qui faisait rage entre les anges et les démons, entre l'humanité et les créatures mystérieuses qui avaient pris la place des disparus. Presque malgré elle, elle repensa à cette année où elle avait été seule, séparée de l'être qu'elle aimait le plus au monde et son coeur se brisa un peu plus tandis que sa gorge se serrait. Non, pas maintenant. Doucement, elle se dégagea de l'étreinte de l'adolescente et, tout en essayant de contrôler sa respiration, se leva avant de retourner à la cuisine. Pourquoi fallait-il que ses souvenirs viennent gâcher un de ses rares moments de répit ? Elle s'adossa à l'un des meubles et essuya la larme qui venait de couler ; quand elle releva la tête, elle aperçut Zahreen, dans l'encadrement de la porte. « Ne t'inquiète pas, réussit-elle à marmonner, un maigre sourire qu'elle savait pas convaincant sur les lèvres. Ça va aller. » Quelques secondes passèrent avant que des sanglots silencieux ne viennent secouer ses épaules ; l'instant d'après, l'Indienne la serrait dans ses bras tandis qu'elle laissait couler sa peine. Comme d'habitude.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: Welcome home | Zahreen Dim 26 Fév - 2:25 ()
they say home is where your heart is set in stone
so take me away to some place real.
elle a l'impression d'être encore un peu engourdie, comme si elle avait plongé dans une cuve glacée et que le froid lui parcourt encore le corps, courant le long de sa colonne vertébrale tel un long frisson. le gel fond au contact des autres, à l'effleurement de leurs mains et leurs embrassades, et elle se force à faire bonne figure. à sourire lorsque c'est ce qu'on attend d'elle, à dire aux autres de ne pas s'inquiéter. elle est devenue maître à ce jeu de dissimulation, à mentir comme elle respire.
mais il y a des gens à qui elle ne sait rien cacher, pour qui elle a des yeux aussi clairs qu'un livre ouvert, et ce n'est que pour eux qu'elle accepte de craquer, de céder et s'effondrer en silence en attendant qu'ils lui redonnent la force et la foi de se reconstruire.

la journée lui rappelle ses premiers jours dans son propre appartement. elle était ridiculement fière de l'endroit, zahreen. le premier logement qu'elle est arrivée à payer de ses propres moyens, avec le salaire versé par l'ordre. elles n'avaient pas de canapé, mais elle se souvient d'avoir empilé des coussins les uns par-dessus les autres et de s'être effondrée dessus en riant avec maha. elle avait vingt-et-un ans, la gamine cinq, et elles avaient passé une soirée entière à enfiler des bridget jones en grignotant des naans au fromage. elle a grandi, sa petite fille, et elle ne sait que trop bien d'où vient la distance qui les sépare maintenant. pourtant, quand za tend le bras et attire l'adolescente à son côté, maha se laisse faire, et après quelques minutes, la tête brune se niche dans le creux entre son cou et son épaule. en fermant les yeux, elle arrive à entendre chaque battement de son coeur. lorsque sa fille rit, l'éclat la secoue toute entière, fait vibrer sa gorge et le coeur de za. elle ne lui a pas encore dit, pour son père. se demande combien de temps elle osera délayer l'annonce. aucun enfant ne devrait perdre un parent, même un parent majoritairement absent.

les rires pré-enregistrés, ça n'a jamais été son truc, mais elle ferait un marathon de la série la plus ennuyeuse de monde si ça lui permettait de garder maha à ses côtés, de savoir que mabel est là, vigilante et aussi digne de confiance qu'elle a toujours été. elle accepte le mug avec un sourire rempli de gratitude. « des marshmallows — si y'avait pas ambroise, je t'épouserai. » c'est probablement bon signe, qu'elle arrive à plaisanter. maha émet un reniflement qui pourrait passer pour un rire avant de se détacher de sa mère et de se saisir de son propre verre avec un merci! lancé à mabel. elle ne dénigre pas la compagnie de l'adolescente à sa meilleure amie, tirant une seconde couverture par-dessus ses jambes. il y a de pires endroits où être que dans un appartement qui sent bon, avec une coupe de chocolat chaud dans les mains et deux des personnes à qui elle tient le plus au monde assises à même pas un mètre de là.

Le mouvement l'alerte, et elle finit par repousser l'épaisseur de patchwork pour se redresser. « je reviens tout de suite, » marmonne-t-elle à l'adresse de maha, qui acquiesce sans quitter l'écran des yeux. ( elle n'a même plus besoin des sous-titres, ce dont za tire une indéniable fierté. ) elle se dirige sur la pointe des pieds vers la cuisine, distingue la silhouette de mabel recroquevillée sur elle-même avant de reconnaître ses sanglots. c'est une habitude, maintenant, un geste qu'elle a répété et re-répété des dizaines de fois ces quatre dernières années: elle s'avance vers son amie, passe les bras autour de son cou, trace de petits cercles du bout des doigts dans son dos. « là, là, yaara, » murmure-t-elle. « ça va aller. je suis là. » elle attend deux minutes avant de s'écarter, ses yeux sombres dévisageant l'autre sans chercher à cacher son inquiétude. « qu'est-ce qu'il y a? mauvaises nouvelles? » elle a toujours été douée à ce jeu-là, à faire abstraction de sa propre peine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: Welcome home | Zahreen Lun 27 Fév - 22:53 ()
Welcome Home
Zahreen & Mabel
Peel the scars from off my back; I don't need them anymore; You can throw them out or keep them in your mason jars; I've come home Radical Face

Sentir les bras de Zahreen autour d'elle eut pour effet de faire couler un peu plus les larmes. Ça la rassura un peu, aussi, tout autant que ça lui brisa un peu plus le coeur. Parce que ce n'était pas vraiment pour elle qu'elle pleurait, mais plus pour sa Za et pour la petite Maha. Elle, elle avait retrouvé Ambroise, même si il avait bien changé. Elles, elles ne reverraient jamais Matthias. Jamais. Quelques minutes passèrent dans un silence lourd, uniquement brisé par les sanglots de l'Américaine qui tentait de les rendre les plus discrets possibles et les murmures réconfortants de son amie. Quand celle-ci se recula et la regarda de ses grands yeux d'ébène brillants d'inquiétude, Mabel ne put empêcher quelques larmes de rejoindre les autres. D'autres coulèrent encore quand elle lui posa ses questions. La belle Zahreen ne méritait pas de subir ce qu'elle subissait. Elle s'essuya les joues et tenta de faire bonne figure. « Non, non... Pas de mauvaises nouvelles... parvint-elle à articuler. C'est juste que, idiote comme je suis, j'ai repensé à la disparition et- Elle se racla la gorge, pour masquer le fait que sa voix s'était cassée. Et comme la blessure n'est pas encore totalement cicatrisée et que je suis un peu fatiguée, les nerfs ont lâché et j'ai pleuré. » Elle se tut quelques instants et détourna le regard. Oserait-elle poser la question qui lui trottait dans la tête ? Il lui fallait savoir, pourtant. Comment pourrait-elle aider son amie si elle n'était pas au courant de ce qu'elle ressentait vraiment ? Le rire de Maha résonna depuis le salon et la gardienne du secret prit son courage à deux mains. « Et toi, Za, comment tu vas ? Honnêtement, comment tu vas ? »
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: Welcome home | Zahreen Sam 18 Mar - 20:57 ()
they say home is where your heart is set in stone
so take me away to some place real.
c'est qu'elles n'ont pas vraiment le temps de pleurer, mab et za — qu'elles ne s'en donnent pas le temps. ça sert à rien, de rester là à se tamponner les yeux alors qu'il y aura toujours quelque chose de plus pressant, de plus urgent, quelque chose sur quoi balancer leur impatience et leur désespoir et leurs hantises jusqu'à ce qu'il n'en reste rien. avant le grand départ, za n'avait jamais vu mabel pleurer. comme si la disparition d'ambroise avait ouvert une vanne invisible, brisé quelque chose que même son retour n'a pas pu vraiment refermer. c'est cette même image de cicatrice, d'une autre ligne sur des corps non pas marqués par des batailles mais par une toute autre catégorie de conflit. elle se demande ce qu'il faudra pour refermer la blessure définitivement. « dis pas ça. » elle reprend la même voix rassurante qu'elle utilise avec les enfants dans sa famille, non pas pour rabaisser mabel mais pour la calmer sans trop forcer l'affaire. « c'est pas idiot, pas étonnant, tu es sûre que tu te surmènes pas? » c'est plus qu'un peu hypocrite de sa part. cette disparition n'est pas la première pour laquelle elle plonge dans un tourbillon de sa propre création et refuse de refaire surface, et quelque chose lui dit que ce n'est pas la dernière avant que cet orage ne passe au-dessus de leurs têtes. si son amie ne l'avait pas persuadée de prendre son week-end et ne l'avait pas emmenée chez elle pour être sûre qu'elle n'essaierait pas de travailler sur son propre ordinateur, za sait exactement où elle serait: enterrée sous ses papiers, avec des tâches qui ne sont pas forcément les siennes dans le seul but de se distraire de la tragédie. « mais il est là, maintenant, vous allez quand même bien en tant que couple et je doute très fortement qu'il soit un démon. ça ira mieux, promis, promis. »

elle a toujours adoré le rire de maha, depuis la toute première seconde. c'est toujours trop jeune, seize ans, pour avoir son propre bébé dans les bras, mais ce bébé-là riait comme le soleil et tous les doutes s'étaient évaporés. elle n'a pas le droit, za, elle n'a pas le droit de ternir ce rire-là. alors elle garde les nouvelles pour elle, en se demandant lorsqu'elle sera à la fois assez brave et assez cruelle pour le lui dire. c'est pas juste, qu'elle se dit d'un air hagard. c'est pas juste de donner un père à quelqu'un pour quelques mois et le lui enlever. lui donner un goût de normalité, une famille avec une chance de ne pas se décomposer sur pied, et la lui retirer avec un tsss, qu'est-ce que tu attendais? « j'me souviens d'avoir eu mieux. » son propre rire tremble, ne convainc personne. « j'aurais dû m'y attendre, mab. ça faisait des mois, ça pouvait pas bien finir, mais j'espérais quand même— » ses doigts se recourbent dans le dos de mabel, cherchent un appui, quelque chose à quoi se raccrocher. « et j'ai rien dit à maha. comment t'annoncerait ça à une gosse, toi? 'l'homme qui a mis ta mère enceinte, avec qui elle s'est disputé pendant pas loin d'une décennie mais qui a repris un contact normal avec vous deux l'année dernière a été retrouvé mort'? » elle sonne comme une hystérique même à ses propres oreilles, mais sa voix reste un murmure. pas question que sa fille entende ça. « je sais pas, mab, » reprend-elle, yeux à demi fermés. « j'ai pas envie que ça m'affecte autant, et j'ai peur que ce soit pas la dernière fois. même les anges commencent à me donner des frissons, tu sais? j'me demande si on fait bien les choses. comme on devrait. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: Welcome home | Zahreen Mar 4 Avr - 9:54 ()

welcome home
i've come home

Mabel reconnut le ton que l'on prend pour rassurer les enfants mais elle n'en tint pas rigueur à son amie. Au contraire, elle avait ainsi l'impression d'être redevenue une petite fille, pour qui on mettrait le monde en pièces pour la faire sourire. Comme le feraient ses parents. Mais il ne fallait pas qu'elle tombe dans un cercle vicieux où elle pleurerait pour avoir l'attention et le soutien de son amie, elle n'avait pas besoin de ça pour avoir l'amour de Zahreen - les larmes étaient donc inutiles. De plus, ce n'était pas ça qui allait arranger les choses. Bien au contraire. Un maigre sourire étira ses lèvres quand l'autre templière la rassura quant à Ambroise. C'est vrai qu'elle ne pouvait pas vraiment se plaindre de son couple : le comportement de l'homme avait changé mais elle ne pouvait qu'admettre que ce qui avait pris son apparence s'était bien adapté à la vie qu'ils menaient - elle aurait juste aimé avoir la certitude qu'elle ne partageait pas son lit avec un démon. Quoique l'idée qu'il soit un ange soit tout autant effrayante : avait-elle corrompu un être de lumière ? Si elle n'appréciait pas vraiment l'association forcée entre leurs deux groupes, elle n'en avait pas moins un réel respect pour ces créatures. « Oui, promis... » murmura-t-elle. Puis elle demanda à Zahreen comment ça allait et plus les minutes passaient dans le silence et plus elle prenait conscience de l'ampleur du désespoir de sa presque sœur. Son rire tremblant la fit frissonner, brisa un peu plus son coeur déjà en miettes. Ses doigts qui se recourbèrent dans son dos firent se raffermir sa propre emprise sur elle. Pas question de la lâcher. Puis elle tressaillit quand elle lui fit part de ses doutes, de ses inquiétudes. Trouva que ses paroles faisaient écho avec ce qu'elle ressentait, elle aussi. Doucement, tendrement, elle passa ses doigts sur sa joue pour la calmer et la rassurer. « Je pense que tu devrais en parler à Maha. Elle a le droit de savoir, malgré son jeune âge, et mieux vaut qu'elle l'apprenne par toi que dans les journaux ou par hasard au détour des couloirs du QG. Elle fit une petite pause, rassembla ses idées. Honey, c'est normal que ça t'affecte autant, c'est même rassurant, un peu, je pense. Vous aviez quelque chose de spécial, tous les deux ; si tu n'avais pas été aussi touchée, c'est qu'il y aurait quelque chose d'anormal avec toi... Ce qui n'est clairement pas le cas. Autre pause. Un sourire qui se voulait rassurant étira le coin de ses lèvres tandis qu'elle replaçait une mèche de cheveux derrière l'oreille de son amie. Il faut que tu laisses sortir la pression. Pleure s'il le faut, il n'y a aucune honte à ça. Promets-moi juste que tu ne feras pas de bêtise, comme essayer de te noyer sous les dossiers qui ne sont pas les tiens. Tu sais que tu peux nous demander de l'aide, à Arthur et à moi. Son sourire s'agrandit un peu et elle embrassa la joue de l'Indienne. Quand elle se redressa, son visage s'était fermé. Quant aux anges, je partage ton inquiétude. Malgré tout le respect que je peux avoir pour eux, ils commencent à me faire vraiment peur. La pause suivante fut un peu plus longue, comme si elle menait une bataille intérieure. Peut-être...  lâcha-t-elle finalement, peut-être que je pourrais parler à Ambroise ? Lui... lui demander qui il est vraiment... au- au risque qu'il soit un démon... Auquel cas... Elle ferma les yeux, quelques instants, la simple idée la révoltant au plus profond de ses tripes. Je verrai pour Ambroise. En attendant, peut-être que nous devrions en parler à Arthur. Il partage peut-être notre avis et mieux vaut trois têtes pour réfléchir plutôt que deux. D'accord ? » Un dernier sourire, à la fois plus léger et plus lourd que les autres, étira ses lèvres et elle prit son amie dans ses bras pour la serrer le plus fort possible contre elle sans lui faire mal. Pour lui montrer qu'elle était là pour elle. Quoiqu'il arrive.


Dernière édition par Mabel Collins le Lun 22 Mai - 15:16, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: Welcome home | Zahreen Lun 17 Avr - 21:04 ()
they say home is where your heart is set in stone
so take me away to some place real.
« tu crois? » c'est à son tour de quémander le réconfort, l'assurance que tout ira bien. elle a toujours fait de son mieux en tant que mère, za, mais peut-être que ce n'est pas assez. elle a du mal à accepter l'idée que maha est presque à l'âge qu'elle-même avait quand sa fille est née tant elles ne sont pas sur la même longueur d'onde. c'est sûrement mieux comme ça, qu'elle se dit ; ça veut dire que l'adolescence de maha est en quelque sorte meilleure que la sienne, qu'elle a réussi jusqu'ici à maintenir cette illusion de normalité qui lui est si chère. la seule entorse qu'elle ait faite à cette règles implicite, c'est introduire sa fille à l'ordre. pas de traitement de faveur, a-t-elle insisté auprès des entraîneurs. après tout, maha n'est pas là comme la fille de la maîtresse de la légende, mais pour que sa mère ait une conscience quelque peu tranquille en sachant que l'adolescente n'est pas plongée dans l'ignorance quant au surnaturel et sans défenses. « elle va mal le prendre, » murmure za. « et je pourrais pas être là pour m'assurer que tout va bien, je vais encore la laisser chez mes parents et elle va me détester. » elle a vraiment l'impression d'être une gamine plaintive, à déverser ses problèmes sur mabel comme si sa meilleure amie allait régler la situation d'un coup de baguette magique pour elle, mais elle ne peut nier la satisfaction de s'enlever ce poids du coeur, ne serait-ce que pour un moment.

« c'est mal, tu penses, de lui en vouloir? avec tout ce qu'on dit sur salir la mémoire des morts? je le déteste pour s'être barré, à l'époque. et puis pour nous faire ça à tous, maintenant. » elle n'a pas le temps et le coeur de s'étaler sur les et si...?, mais le ressentiment est toujours là. tout ce qu'elle n'a pas dit — n'a pas eu le temps de dire. « c'est un peu tard pour me dire ça...mais je peux arrêter. si tu veux. » et juste comme ça, elle a l'air d'une petite fille qui se dandine d'un air penaud sous les remontrances de sa grande soeur. ça a toujours été son truc, de prendre à coeur plus que ce qu'elle peut supporter. si son cerveau fonctionne à plein régime, elle n'a plus le temps ou l'énergie de faire son deuil, d'être triste ou enragée ou de penser à tout ce qui n'est pas un problème matériel qu'elle peut régler. « j'ai pas envie de peser sur arthur avec ça, mab. c'était— c'était son frère, quand même. ça, et être le chevalier du roi...il en a déjà pas mal sur les bras. pas la peine de lui en rajouter si je peux gérer ça toute seule. » après un moment de réflexion, elle corrige: « avec toi. » ce serait une très mauvaise idée, de renoncer à l'aide de mabel. elles se soutiennent, c'est ce qui marche, il n'y a pas de raison de changer la combinaison.

elle est presque trop soulagée quand la discussion s'éloigne d'elle et se reporte sur un sujet objectif, bien qu'inquiétant. « j'ai peur qu'on n'arrive plus à leur imposer de limites, » ajoute za. « s'ils deviennent leur propre entité, s'ils n'écoutent plus ce que les templiers ont à leur dire concernant les humains... » elle laisse la phrase en suspens. tout cela lui rappelle une discussion qu'elle a eu avec alexis quelques jours plus tôt. paris est une ville humaine, et la mission de l'ordre est avant tout de protéger les habitants qui n'ont pas encore été directement touchés par le surnaturel. si gabriel ne peut pas accepter ça, leur collaboration freine. « je pourrais être là, si tu veux, » fait-elle d'un ton qui se veut rassurant. « pas dans la pièce, ça reste quand même assez...intime. mais à côté, si t'as besoin de quelqu'un à qui tu fais confiance. » au cas où les choses tourneraient mal, même si elle en doute fortement. « on devrait, oui. » za sourit, peut-être le premier sourire entièrement sincère qu'elle ait eu depuis le début. « on est un deal à trois, on arrivera à trouver quelque chose. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: Welcome home | Zahreen ()
Revenir en haut Aller en bas
 
Welcome home | Zahreen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» Go big or go Home ~ ! [Terminer]
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15
» † Carry me home tonight.
» AN EXCLUSIVE INTERVIEW WITH MARIE FLORE LINDOR-LATORTUE
Static palms
melt your vibe
always on the hunt

a game of shadows :: Paris :: Nord-est :: Quatrième arrondissement :: Quartier Saint-Gervais :: Habitations