boom bitch
Après un long dimanche, mais pas de fiançailles, nous voilà de retour !
Pour tout savoir sur les nouveautés de la version, c'est par .
dying to be born again
L'intrigue est de retour, pour vous jouer de mauvais tours... ou pas.
Dans tous les cas, c'est par .
paris versus the apocalypse
Quoi de mieux pour lutter contre l'apocalypse qu'un apéro ?
Pour vous inscrire à l'event, c'est par là.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 lorsque plus rien n'a d'importance (manon & constance)
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
the last young renegades
homecoming : 05/01/2017
Messages : 1512
Louis d'or : 324
pretty face : bryden jenkins.
julius caesar : wicked game (avatar), XynPapple (code signature)
the mighty bush : électromagnétisme. Oui, elle est capable de contrôler le métal en manipulant les champs magnétiques autour d'elle.

these streets : Elle est persuadée que les disparus ne sont plus eux-mêmes. Elle l'a bien constaté avec son propre père. Elle veut comprendre ce qu'il s'est passé, ce qu'ils ont subit. Elle se demande parfois s'ils sont encore humains ou s'ils sont autre chose, sans réellement savoir quoi.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1303-constance-le-poids-du-
Revolutionnaires

Sujet: lorsque plus rien n'a d'importance (manon & constance) Lun 13 Mar 2017 - 0:39 ()


Lorsque plus rien N'a d'importance
Lorsqu'on entre dans la danse
Manon & Constance


Le quartier des miracles. Ah ah, la bonne blague. Depuis la déchéance de la capitale elle-même, les rumeurs sur ce quartier allaient de bon train.. Et surtout, devenaient de plus en plus grotesques. Le douzième était devenu de nouveau Lourdes. Des gens malades s'y rendaient, pleins d'espoirs inavoués. Des gens dans la souffrance, dans le besoin. Des gens brisés, un peu comme Constance, mais physiquement. Mais elle n'approuve pas, la blonde. Oh ça non ! Loin de là même. Des gens qui se permettent de vendre du rêve mensonger à des malheureux devraient être arrêtés pour un tel crime. On offre de l'espoir que s'il y a réellement une chance d'accéder aux demandes des gens. Seulement, elle sait, elle sent qu'ici, ce n'est pas le cas. Elle n'y crois pas, voilà tout. Parfois, il faut simplement être réaliste.. Et la demoiselle était loin d'être une fervente croyante. Elle ne croit pas en Dieu. Elle ne croit pas en toutes ces conneries. Non. Rien de tout cela n'a le moindre de sens et, de toutes manières, la blonde est bien plus terre à terre. Elle ne croit que ce qu'elle voit.

D'ailleurs, de là où elle est, elle voit très bien les rues alentours. Les toits du quartier. Les toit d'un quartier mensonger. Alors qu'elle se promenait, elle avait remarqué ce bâtiment ancien de trois étages. Style baroque. Aux allures d'un autre temps, d'une autre vie.. Et elle avait eu la soudaine envie de grimper. Grimper tout en haut, jusque sur les toits. Jusqu'à pouvoir toucher le ciel, ou presque. Pour admirer la vue. Pour admirer le vide sous ses pieds alors qu'elle est assise sur le muret qui cercle le toit plat du petit immeuble. Elle aime cette sensation. Le vent dans ses cheveux. L'impression que le monde s'ouvre à elle. L'impression que le souffle du vent est un murmure à son oreille. Comme s'il souhaitait partager un secret avec elle, et elle uniquement. Comme si elle était unique. Comme si elle était seule au monde. Un sourire s'étire doucement sur ces lèvres craquelées, qu'elle passes son temps à bouffer. Elle ne devrait pas, mais c'est un mauvais réflexe qu'elle a depuis toujours. Que sa jumelle avait aussi.. Avait. Et c'est là que la raison disparait pour laisser place aux remords. A la tristesse. Aux regrets.

Alors, elle se penche légèrement en avant pour tenter d'estimer la hauteur sans vraiment y parvenir. Elle n'est pas douée pour évaluer les distances. En fait, elle n'a jamais été très bonne en géométrie. Elle se fait la simple réflexion que c'est assez haut. Assez haut pour mourir ? Elle ne sait pas. Il faut dire que Constance n'a jamais vraiment étudié la question, mais elle lui trotte dans la tête sans qu'elle parvienne à l'évacuer. A la chasser. A l'ignorer. Et puis, finalement, elle renonce à l'idée de mettre la question de côté. Comme à chaque fois. Elle n'évalue pas les risques. Elle n'évalue pas le danger. Elle se contente de vivre.. Non. D'exister. Oui, elle se contente d'exister. C'est d'ailleurs son problème. La raison pour laquelle elle fonce sans réfléchir. Tout droit dans le décor. Comme cette fois où elle a foutu la moto de Benjamin dans un fossé. Mais là n'est pas la question. Elle ramène alors un pied, puis l'autre sur la corniche pour ensuite se redresser de toute sa hauteur. De toute sa grandeur. Elle se sent puissante de là haut. Elle se sent presque importante. Et il y a cette petite voix qui lui murmure à l'oreille.. Cette petite voix qui n'est pas le vent. Non, elle vient de l'intérieur de son être. Elle est là, dans le coin de son esprit, la narguant de son timbre envoutant, l'idée. Elle est là, et rien ne pourrait la chasser. Alors elle inspire, prête à plonger dans le vide.

_________________

    Repentance
    † et alors qu'elle est au bord du gouffre, plus rien n'a d'importance. alors, elle sourit, et elle se laisse emporter.


Dernière édition par Constance Vasseur le Lun 20 Mar 2017 - 21:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 30/10/2016
Messages : 516
Louis d'or : 232
pretty face : Jennifer Lawrence
julius caesar : Shiya
legends never die : L'archange, protectrice de la sphère de la médecine. Anciennement archange protégeant les hommes du pêché.


the mighty bush : Guerison: La belle est une faiseuse de miracle comme l’ont appelé certains êtres humains. D’un touché, elle peut soulager, en se concentrant, elle peut soigner des blessures, seule la mort lui résiste, car elle ne peut choisir qui vit et qui meurt, elle peut cependant accompagner le défunt vers celle-ci en apaisant ses douleurs. Cela fonctionne sur tout être vivant, même sur les plantes et sur les animaux. Absorption: C’est-à-dire qu’elle peut par contact physique, réussir à prendre le pouvoir d’un ange ou d’un démon, lui retirant celui-ci pendant une courte période, elle peut alors l’utiliser à son avantage pendant ce laps de temps.
Ondes folies: Elle peut choisir de faire sombre dans la folie une personne ou un groupe. Cela peut aller de simples mutilations à des blessures beaucoup plus sévères. Quand aux groupes, les membres de celui-ci se retournent alors les uns contre les autres.
Allegeance : Avant d’aller aux anges, sa loyauté va aux hommes, c’est une différence notable qu’il vaut mieux souligner. Les tensions qu’ils existent entre elle et Gabriel font qu’elle refuse de se battre totalement à ses côtés. Cependant, elle se doit de le respecter les volontés de ce dernier, mais cela ne se fait pas sans heurts.
these streets : Elle ne sait finalement pas grand chose, sauf que cela ne serait pas sans conséquence. Qu'il y a surement un plus grand tableau qu'elle ne voit pas encore et cela la dérange réellement. Sariel se tient donc prête à agir pour le bien de l'humanité, quand le moment sera voulu.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t370-manon-i-am-prepared-for
Anges

Sujet: Re: lorsque plus rien n'a d'importance (manon & constance) Jeu 16 Mar 2017 - 12:20 ()
lorsque plus rien n'a d'importance.
Constance & Manon
Le ciel avait perdu sa couleur bleutée, désormais, il ne demeurait qu'une épaisse couverture nuageuse qui cachait le soleil. La pluie ne cessait de tomber depuis des jours, comme si Paris pleurait son désespoir. Sariel, quant à elle, continuait à avancer dans ce monde, portant avec elle ses espoirs et ses doutes. Elle ne savait pas s'ils vaincraient, peut-être n'en avait-elle rien à faire après tout. Depuis longtemps, elle est fatiguée par la guerre et par la folie qui pulsait dans l'esprit de Gabriel. Plus le temps s'écoulait et plus elle avait l'impression que les anges étaient en train de se perdre. Pourtant, elle croyait encore à leur mission. Ils étaient le soldat du paradis, leur mission était de les protéger, ce qui signifiait protéger ses hôtes, les âmes. Leur existence était donc liée aux êtres humains quelles que soient les erreurs qu'ils puissent commettre durant leur courte vie. Peut-être que leurs âmes s'élèveraient au Paradis ou descendraient dans les enfers, mais elles prendraient un chemin ou l'autre, il n'y avait pas d'autres possibilités. En tant qu'ange, Sariel devait rendre la monter au paradis plus aisée. Ainsi, elle guidait les hommes vers celui-ci, tentait de les aiguiller quant au meilleur chemin à adopter. Certains l'avaient écouté et le moment venu, elle avait pu accueillir leurs âmes et les regarder entrer au paradis, d'autres ne lui avaient accorder aucun crédit et leurs âmes pourrissaient désormais aux enfers. Pour Sariel, l'enfer et le paradis, bien qu'opposés, évoluaient l'un avec l'autre, ils étaient dépendants, même si chacun d'entre eux souhaitaient posséder le plus d'âmes possibles. Mais si les humains venaient à disparaître, ni l'un ni l'autre n'aurait une quelconque utilité. Alors, Sariel continuait de croire qu'elle pouvait protéger les hommes, même des anges... Le temps s'écoulait et elle avait l'impression que plus il passait et plus les choses se compliquaient. Comme ce ciel qui n'indiquait rien de bon.

Elle se rendait de façon assez régulière à la cour des miracles. Parim s'y trouvait régulièrement, et c'était aussi le cas pour Umaniel désormais. Ces amis, les seuls en qui elle avait offert sa confiance, sans craindre qu'elle ne la brise. Ils étaient pour elle deux piliers qui lui permettaient de continuer à avancer, mais il n'était heureusement pas les seuls, elle pouvait compter sur certains de ses anges, sur leur soutien et cela n'avait pas vraiment de prix.

L'archange était perdue dans ses pensées, jusqu'à que son regard se lève vers le ciel, apercevant non loin d'elle, en haut sur le toit, une âme en perdition. Prête à sauter dans le vide, dans une tentative pour faire taire toute cette souffrance et cette colère. L'archange observe autour d'elle, Sariel est seule. Alors ses paupières se ferment et l'instant d'après elle se trouve quelques mètres derrière la jeune fille. D'ici, elle voit qu'elle est blonde et encore pleine de vie, aucune maladie ne s'est emparée de son corps, mais Sariel sait depuis longtemps que le pire des maux sont ceux de l'âme, ceux qu'elle ne peut soigner. D'un pas lent, mais assuré, surtout silencieux, Sariel s'approche avant de monter à son tour sur le rebord. Elle ne fait pas un bruit, si bien que la jeune femme ne l'a sûrement pas encore entendu. L'achange observe le sol, elle aimerait pouvoir étirer ses ailes, mais celles-ci sont bien cachées dans son dos. Elles ne sortiront qu'en cas d’extrême nécessité et hélas, sauver la vie d'un être humain, n'en fait pas partie. Leur existence doit rester secrète le plus longtemps possible, jusqu'à ce que la vérité n'éclate au grand jour. Sariel, le sait, ce n'est qu'une question de temps pour qu'ils finissent par comprendre qu'ils ne sont pas seuls. « C'est haut ! » Laissa échapper Sariel, brisant ainsi le silence, tout en tournant son regard vers la jeune femme. « Mais vous ne semblez pas avoir le vertige. » dit-elle tout en observant Constance et le sol qui se trouve quelques dizaines de mètres plus bas. .
- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________


We must accept finite disappointment, but never lose infinite hope. — Neon Demon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 05/01/2017
Messages : 1512
Louis d'or : 324
pretty face : bryden jenkins.
julius caesar : wicked game (avatar), XynPapple (code signature)
the mighty bush : électromagnétisme. Oui, elle est capable de contrôler le métal en manipulant les champs magnétiques autour d'elle.

these streets : Elle est persuadée que les disparus ne sont plus eux-mêmes. Elle l'a bien constaté avec son propre père. Elle veut comprendre ce qu'il s'est passé, ce qu'ils ont subit. Elle se demande parfois s'ils sont encore humains ou s'ils sont autre chose, sans réellement savoir quoi.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1303-constance-le-poids-du-
Revolutionnaires

Sujet: Re: lorsque plus rien n'a d'importance (manon & constance) Mar 21 Mar 2017 - 1:30 ()


Lorsque plus rien N'a d'importance
Lorsqu'on entre dans la danse
Manon & Constance


Le vent sur son visage, dans ses cheveux. Ses yeux clos offerts au vide qui lui fait face. Rien n'a d'importance alors qu'elle se tient sur le bord de ce toit, provoquant le gouffre qui se trouve ses pieds. C'est haut ! Sa quiétude est brisée en mille morceaux. En mille petits fragments scintillants qui s'envolent au loin tandis que la voix féminine reprend tranquillement, ignorant tout de l'impact qu'à son intervention sur Constance. Mais vous ne semblez pas avoir le vertige. La blonde lâche un long soupir et replace ses bras le long de son corps.. Bras qu'elle avait commencé à déplier pour ce saut qu'elle imaginait presque comme un envol.

Elle fini ensuite par soulever ses paupières qui étaient devenues étrangement lourdes grâce à ce sentiment de lâcher prise total qui l'avait envahie. Mais c'était terminé. Elle n'était plus seule sur ce toit, elle n'était plus seule au monde. Elle n'était plus dans cette bulle dont elle n'avait profité que durant quelques instants bien trop courts à son goût.
Elle tourne la tête vers la gauche.
Observe.
Elle rumine son mécontentement tandis qu'elle détaille les traits de la blonde qui s'est perchée à son côté. Les yeux clairs qui oscillent entre le vide et sa propre personne. Les cheveux blonds qui se laissent guider par le vent assez conséquent si haut. Elle se fait la réflexion que la vie est drôle. Si l'on demandait à un passant de les décrire sommairement, la description serait la même. Elancée, blonde aux yeux bleus. Et pourtant, elle sont si différentes. Tellement différentes. Et surtout, totales inconnues.

Alors la question est de savoir ce que la demoiselle fait sur ce putain de toit. La question est de savoir pourquoi elle est venue l'emmerder, la faire chier. Elle qui n'avait rien demandé à personne. Elle qui se contentait d'exister sur son petit bout de toit. Elle qui se contentait d'essayer de se libérer de sentiments bien tumultueux. Tout simplement. Tout simplement ? Pas si sûr. Mais bordel, on t'a pas sonné.. Si ? Le tact légendaire de la blonde à l'oeuvre. L'envie d'être seule qui se fait sentir. La voix sèche, assez dure, mais aussi curieuse. Un peu. Au fond. Sans l'admettre. Pourquoi tu viens foutre ma journée en l'air en te pointant sur mon toit ? Constance veut qu'elle se barre, point. Elle veut simplement faire son test à la con sans être dérangée par qui que ce soit. Et encore moins une inconnue. Elle veut simplement arrêter de réfléchir quelques secondes, quelques minutes, quelques heures. Elle veut juste faire un pas en avant, franchir ce petit pas de rien du tout.. Quitte à rejoindre sa soeur s'il le faut.

Mais ce n'est pas en compagnie de l'autre blonde qu'elle souhaite le faire. Non. C'est son moment. C'est personnel. Elle ne souhaite aucunement le partager. J'ai une super idée, tu prends tes cliques et tes claques et tu t'en vas voir ailleurs si j'y suis ! Ramenant son visage face au vie. Laissant ses paupières s'alourdir de nouveau. Détendant chacun de ses membres, chacun de ses muscles. Elle inspire profondément, expire doucement. Le but premier est d'ignorer l'inconnue et d'espérer qu'elle suive son conseil et qu'elle s'en aille vaquer à ses occupations plutôt que de déranger la blonde aux allures de suicidaire. Oui, il fallait bien avouer que Constance avait plutôt l'air de vouloir mettre fin à ses jours qu'autre chose.. Mais non. Non. Ce n'était pas ça. N'est-ce pas ? Elle n'était pas suicidaire.. Au contraire, tout ce qu'elle souhaitait, c'était de se sentir bien en vie, malgré le risque que comportait les situations dans lesquelles elle se fourrait. Oui, c'était ça. Elle voulait se sentir en vie.  

_________________

    Repentance
    † et alors qu'elle est au bord du gouffre, plus rien n'a d'importance. alors, elle sourit, et elle se laisse emporter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 30/10/2016
Messages : 516
Louis d'or : 232
pretty face : Jennifer Lawrence
julius caesar : Shiya
legends never die : L'archange, protectrice de la sphère de la médecine. Anciennement archange protégeant les hommes du pêché.


the mighty bush : Guerison: La belle est une faiseuse de miracle comme l’ont appelé certains êtres humains. D’un touché, elle peut soulager, en se concentrant, elle peut soigner des blessures, seule la mort lui résiste, car elle ne peut choisir qui vit et qui meurt, elle peut cependant accompagner le défunt vers celle-ci en apaisant ses douleurs. Cela fonctionne sur tout être vivant, même sur les plantes et sur les animaux. Absorption: C’est-à-dire qu’elle peut par contact physique, réussir à prendre le pouvoir d’un ange ou d’un démon, lui retirant celui-ci pendant une courte période, elle peut alors l’utiliser à son avantage pendant ce laps de temps.
Ondes folies: Elle peut choisir de faire sombre dans la folie une personne ou un groupe. Cela peut aller de simples mutilations à des blessures beaucoup plus sévères. Quand aux groupes, les membres de celui-ci se retournent alors les uns contre les autres.
Allegeance : Avant d’aller aux anges, sa loyauté va aux hommes, c’est une différence notable qu’il vaut mieux souligner. Les tensions qu’ils existent entre elle et Gabriel font qu’elle refuse de se battre totalement à ses côtés. Cependant, elle se doit de le respecter les volontés de ce dernier, mais cela ne se fait pas sans heurts.
these streets : Elle ne sait finalement pas grand chose, sauf que cela ne serait pas sans conséquence. Qu'il y a surement un plus grand tableau qu'elle ne voit pas encore et cela la dérange réellement. Sariel se tient donc prête à agir pour le bien de l'humanité, quand le moment sera voulu.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t370-manon-i-am-prepared-for
Anges

Sujet: Re: lorsque plus rien n'a d'importance (manon & constance) Jeu 23 Mar 2017 - 11:08 ()
lorsque plus rien n'a d'importance.
Constance & Manon
Les âmes égarées, elles vont et viennent, passent et repassent, elles ont toujours été présentes. Perdues, cherchant à agripper ce qu’elles peuvent encore attendre. Dans l’imagerie populaire, les anges sont des sauveurs. Des gardiens qui viennent en aide aux humains dévastés. Sariel sait que cela n’est pas tout à fait vrai. Que tout est plus compliqué que ça et qu’ils sont avant tout des soldats, obéissant aux ordres d’une entité qu’ils appellent Père. Pour eux, il est tout, le roi de ce monde, celui qui tire les ficelles, mais désormais Sariel se met à douter. Son père n’est plus, rien qu’un souvenir. Parfois, elle se demande même s’il a vraiment existé ou s’il n’était pas qu’une simple construction de son esprit pour expliquer ses décisions et ses choix. Aujourd’hui livrés à eux-mêmes, les anges étaient beaucoup moins angéliques que ceux que l’on pouvait lire sur elle. Sariel, tentait de se raccrocher à son passé. Elle avait toujours aidé les êtres humains, parfois cependant, elle en avait puni, mais contrairement à certains de ses frères, son apparition était souvent signe de bonnes fortunes. Peut-être aurait-elle pu continuer sa route et ne pas s’intéresser à la vie de cette jeune fille. Après tout cela ne lui apporterait rien, et pourtant, elle ne se voit pas comment continuer sa route, sans essayer de recoller les morceaux, de la tirer de ce mauvais pas. La raison qui la pousse à se trouver sur le toit, l’archange l’ignore. Les humains sont des créatures mystérieuses qui l’intriguent depuis des millénaires. Elle ne comprend pas leur besoin de jouer avec la vie et la mort. Les âmes qui se suicident ne goûtent jamais au paradis, elles vont directement aux enfers. Une règle de son père, parce que la vie est trop précieuse pour qu’on la gâche. Il préfère que les gens se battent, souffrent, et finissent par se relever. Le genre de combat que Sariel mène depuis la nuit des temps.

Les paroles cassantes, voir violentes de la jeune femme ne la font par réagir. L’archange est habituée à la violence et à la colère humaine, elle se contente de l’encaisser, sachant pertinemment que parfois cela est un moyen comme un autre de les aider à évacuer ce trop plein qui leur donne envie de sauter d’un toit par exemple. « Je ne crois pas que cela soit votre toi. » Simple remarque, un peu tranchante tout de même, tandis qu’elle croise les bras derrière son dos pour observer le vide. Elle ressent un certain plaisir à se retrouver si près des cieux, elle a l’impression que ses ailes la démangent. Elle rêverait de pouvoir les déployer, mais elle ne le fera pas, même si la jeune femme choisit la chute, elle la laissera tomber… Triste réalité que le monde dans lequel ils évoluent désormais. Sur terre, ils sont faibles, plus faibles qu’ils ne l’ont jamais été, leur présence doit demeurer secrète, le plus longtemps possible, afin de garantir leur protection. Sariel craint la colère des hommes quand ils apprendront la réalité. Elle l’a craint, parce qu’elle sait qu’elle sera légitime et ce n’est pas avec la politique de Gabriel qu’ils réussiront à retrouver la confiance des hommes.

« Tu peux aussi t’en aller, si ma présence te dérange tellement. » Après tout, il existe d’autres toits, d’autres lieux ou commettre le saut mortel, celui qui sépare la vie de la mort. Sariel inspire avant de laisser trainer un de ses pieds dans le vide. Le sol lance comme un appel, elle l’a toujours entendu, même elle qui possède une paire d’ailes. « C’est étrange non... » Cela reste en suspens avant qu’elle ne brise de nouveau le silence. « Que la vie ne tienne qu’à un fil, quand un peu, je puisse décider d’y mettre un terme ou pas... » Elle ne pouvait pas, pas en étant une archange bien sûr, mais elle pouvait salement abîmer son hôte et à vrai dire, elle préférait éviter. Son regard se tourne vers celui de Constance et se plonge dans ses prunelles claires. « Si ce n’est pas indiscret, pourquoi veux-tu sauter ? » Elle n’est pas encore une idiote, elle sait pourquoi elle est là, mais elle ne sait pas la raison qui la pousse à le faire. « Ou peut-être étais-tu indécise ? Sauter pas sauter ? Vivre ou mourir ? » Pas facile comme question, réponse encore plus difficile à donner. Sariel veut bien lui accorder que ce choix est surement l’un des plus compliqué de sa vie, mais si elle continue de vivre, il ne sera pas le dernier..
- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________


We must accept finite disappointment, but never lose infinite hope. — Neon Demon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 05/01/2017
Messages : 1512
Louis d'or : 324
pretty face : bryden jenkins.
julius caesar : wicked game (avatar), XynPapple (code signature)
the mighty bush : électromagnétisme. Oui, elle est capable de contrôler le métal en manipulant les champs magnétiques autour d'elle.

these streets : Elle est persuadée que les disparus ne sont plus eux-mêmes. Elle l'a bien constaté avec son propre père. Elle veut comprendre ce qu'il s'est passé, ce qu'ils ont subit. Elle se demande parfois s'ils sont encore humains ou s'ils sont autre chose, sans réellement savoir quoi.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1303-constance-le-poids-du-
Revolutionnaires

Sujet: Re: lorsque plus rien n'a d'importance (manon & constance) Ven 31 Mar 2017 - 22:35 ()


Lorsque plus rien N'a d'importance
Lorsqu'on entre dans la danse
@Manon S. Durant & Constance


Inspiration. Expiration. Raz-le-bol. Colère. Ennui. Elle n'entend pas l'inconnue s'éloigner. Elle ne l'entend pas la laisser seule avec ses démons. Mais surtout, elle se demande pourquoi ? Pourquoi ne pouvait-elle pas simplement tourner des talons et s'en aller ? Pourquoi fallait-il absolument qu'elle reste plantée à côté d'elle ? Pourquoi vouloir s'intéresser à quelqu'un d'autre que soi ? Il faut être réaliste, non ?! Les gens, aujourd'hui, sont de plus en plus individualistes. De plus en plus tournés vers leur petit nombril tout sauf passionnant. Mais l'autre là, juste à côté, venait comme superman avec sa cape - nous éviterons de parler du slip au-dessus des collants - comme pour sauver Constance. Comme si elle s'intéressait à l'autre. Et peut-être que c'était ça, la bizarrerie de l'inconnue : cette volonté de penser à l'autre, de comprendre l'autre, de s'intéresser à l'autre.

Alors, l'inconnue reste là, bien décidée à gâcher sa journée. Et aussi à la provoquer, l'air de rien. Je ne crois pas que cela soit votre toit. Mais Constance continue d'ignorer, bien qu'elle bout à l'intérieur. Bien qu'elle ai l'impression de sentir son sang entrer en fusion. Tu peux aussi t’en aller, si ma présence te dérange tellement. Là, s'en est trop. La blonde explose. La bombe explose. T'es sérieuse là ? Tu viens m'emmerder sur MON toit, parce que si, c'est le mien dans le sens où je suis arrivée la première et que je ne t'ai rien demandé.. Et t'oses me dire de me barrer ?! Le regard bleu acier de Constance pourrait presque paraitre aussi brûlant que le sang qui ne fait qu'un tour dans ses veines. Les poings se serrent. Les muscles se crispent. Rien d'autre n'a d'importance que de virer cette pauvre fille dont elle n'a que faire.. D'ailleurs, la casse-couilles continue sur sa lancée, ignorant tout de l'intervention de la révolutionnaire. C’est étrange non.. ... Que la vie ne tienne qu’à un fil, quand un peu, je puisse décider d’y mettre un terme ou pas.. De bien belles paroles, sauf que Constance se fiche de ce que l'autre blonde pourrait décider de faire ou non. A la base, elle n'est là que pour elle même, que pour un test vital à ses yeux. Un test qu'elle doit faire, elle ne peut y échapper, elle le sait. Elle en est consciente.

Si ce n’est pas indiscret, pourquoi veux-tu sauter ? Elle ouvre la bouche pour répondre. Puis la ferme, ravalant une réplique cinglante. Pourquoi. Oui, pourquoi ? Elle sait, pourquoi. Mais personne d'autre ne peut comprendre. Elle a déjà essayé de l'expliquer pourtant.. Comme à Benjamin, comme à Diane.. Mais ils ne comprennent pas, pas tout à fait. Parce que c'est personnel. Parce que c'est entre elle et sa conscience. Entre elle et sa soeur disparue. Entre elle et elle-même. Un combat intérieur qui fait rage depuis trois longues années maintenant et qu'elle a toujours refusé de confier à un spécialiste. Parce que c'est son combat. Rien qu'à elle. Parce que personne d'autre ne peut se battre à sa place. Parce que c'est elle la fautive. Parce qu'elle est la seule responsable. Parce que c'est elle qui a tué sa jumelle, sa moitié. Parce que c'est elle le monstre. Et tandis que son regard est fixé, perdu dans le vide.. Et tandis que son esprit divague, il est ramené à la réalité par la question de la belle qui lui tient compagnie. Ou peut-être étais-tu indécise ? Sauter pas sauter ? Vivre ou mourir ? Non. La réponse fuse, sans même une seconde de flottement, naturelle. Je ne veux pas mourir. C'est une évidence. Elle ne souhaite pas la mort. Pas vraiment. Mais elle souhaite savoir si elle mérite toujours de vivre. Ce n'est pas la même chose. Ce n'est pas l'état d'esprit suicidaire auquel on s'attend. Parce que Constance n'est pas suicidaire. Pas pour elle. Elle est juste.. Particulière. Au contraire.. Je veux vivre. Elle lève le regard vers la blonde aux yeux calmes. Au regard presque apaisant. Mais je ne sais pas si j'en ai le droit.. C'est pour ça que veux sauter.. Pour savoir.

Elle ne sait pas vraiment pourquoi elle se confie. Elle n'est pas du genre à se confier. Alors pourquoi ne pas envoyer l'autre balader, l'envoyer valser ? Pourquoi ne pas continuer les répliques acerbes ? Elle ne sait pas vraiment. Peut-être est-ce grâce au calme olympien dont fait preuve son interlocutrice. Peut-être est-ce parce qu'elle est fatiguée de vivre comme ça. Elle n'a pas la réponse, mais elle se raccroche presque désespérément au regard de l'inconnue, comme une bouée de sauvetage. Comme si ces yeux connaissaient la quiétude absolue.

_________________

    Repentance
    † et alors qu'elle est au bord du gouffre, plus rien n'a d'importance. alors, elle sourit, et elle se laisse emporter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 30/10/2016
Messages : 516
Louis d'or : 232
pretty face : Jennifer Lawrence
julius caesar : Shiya
legends never die : L'archange, protectrice de la sphère de la médecine. Anciennement archange protégeant les hommes du pêché.


the mighty bush : Guerison: La belle est une faiseuse de miracle comme l’ont appelé certains êtres humains. D’un touché, elle peut soulager, en se concentrant, elle peut soigner des blessures, seule la mort lui résiste, car elle ne peut choisir qui vit et qui meurt, elle peut cependant accompagner le défunt vers celle-ci en apaisant ses douleurs. Cela fonctionne sur tout être vivant, même sur les plantes et sur les animaux. Absorption: C’est-à-dire qu’elle peut par contact physique, réussir à prendre le pouvoir d’un ange ou d’un démon, lui retirant celui-ci pendant une courte période, elle peut alors l’utiliser à son avantage pendant ce laps de temps.
Ondes folies: Elle peut choisir de faire sombre dans la folie une personne ou un groupe. Cela peut aller de simples mutilations à des blessures beaucoup plus sévères. Quand aux groupes, les membres de celui-ci se retournent alors les uns contre les autres.
Allegeance : Avant d’aller aux anges, sa loyauté va aux hommes, c’est une différence notable qu’il vaut mieux souligner. Les tensions qu’ils existent entre elle et Gabriel font qu’elle refuse de se battre totalement à ses côtés. Cependant, elle se doit de le respecter les volontés de ce dernier, mais cela ne se fait pas sans heurts.
these streets : Elle ne sait finalement pas grand chose, sauf que cela ne serait pas sans conséquence. Qu'il y a surement un plus grand tableau qu'elle ne voit pas encore et cela la dérange réellement. Sariel se tient donc prête à agir pour le bien de l'humanité, quand le moment sera voulu.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t370-manon-i-am-prepared-for
Anges

Sujet: Re: lorsque plus rien n'a d'importance (manon & constance) Sam 1 Avr 2017 - 20:03 ()
lorsque plus rien n'a d'importance.
Constance & Manon
La haine et la colère, Sariel la connaît, ce sont des vieilles amies, aussi vieilles que l’humanité. Souvent, elles étirent les relations humaines, les déchirent parfois et en font de même avec les créatures céleste, comme elle. L’histoire biblique veut que les anges soit des êtres particulièrement pur, la vérité a toujours été différente, bien cachée du coeur des hommes. Qu’ils sont humains ou anges, leurs émotions sont semblables et si les anges ont appris à les contrôler, cela ne veut pas dire qu’ils y arrivent tout le deux. Sariel en était bien la preuve. Une colère sourde grondait dans ses veines. Elle avait appris à la faire sienne, tout en sachant qu’un jour ou l’autre, elle devrait la laisser sortir, car la colère consume l’âme. Silencieuse, mais attentive, un léger sourire se dessine alors que l’humaine s’énerve. Cette colère bien que dirigeait vers Sariel n’est en fait que le reflet de son propre intérieur. Sariel n’est pas la raison de toute cette rage, elle ne fait juste que la recevoir. La seule chose que se demande Sariel, c’est contre quoi se bat cette blonde, contre elle-même cela va de soi, sinon elle ne serait pas ici. Mais pour quelle raison se trouve-t-elle ici ? À ce moment précis ? « C’est un choix comme un autre » Se contente de dire, se moquant finalement de ce qu’elle peut bien ressentir. Elle n’a jamais été là pour s’écraser, bien au contraire. Les humains ont parfois besoin qu’on les pousse dans les retranchements pour qu’ils comprennent l’importance de leurs actes. Qu’importe la colère de cette jeune femme, elle ne fait que glisser sur l’ange qui n’en a cure.

L’archange attend, patiente, elle sait que cela finira par venir, qu’à un moment soit elle sautera, soit elle fera le choix de lui parler, même si ce n’est que pour l’envoyer balader et c’est finalement ce moment qu’elle attend. Avec les années d’expérience, elle est plus que bien placer pour laisser le temps au temps. Mais parfois, il faut savoir donner un coup de pouce, aider l’être humain à desserrer ses mâchoires pour faire acte de paroles, sans que celles-ci n’explosent pousser par la colère. Sariel met des mots que cette jeune femme refuse de voir, elle parle de sauter, de chute, de mort. Des mots forts qui ont pour but d’avoir un impact, et puis pourquoi prendrait-elle des pincettes. Après tout si elle a décidé de venir sur ce toit, ce n’est pas pour rien. Autant la mettre en face de son destin, qu’elle sache ce qu’il l’attend si elle décide de sauter de percuter le sol quelques mètres plus bas.

Finalement, la voix de la jeune femme se fait de nouveau entendre, elle est plus douce cette fois-ci. Sariel vient d’obtenir son attention, ce qui est déjà bien. Son regard se perd dans le ciel, les nuages s’amoncellent, il ne pas tarder à pleuvoir. Comme l’aurait fait un être humain craignant le fort, elle hausse les épaules pour remonter le col de sa veste jusqu’à son cou. L’archange déteste l’humidité, mais dernièrement, elle a du apprendre à s’en accommoder. « Alors pourquoi êtes-vous ici ? » Lui demande-t-elle alors qu’un léger sourire se dessine au bord de ses lèvres. Dans ce genre de moment, elle aimerait posséder la force de son ami, Umaniel, celui qui sait plus que n’importe quel ange apaisait les craintes humaines. Mais elle n’a pas ce pouvoir, elle a pour habitude de soigner les corps, pas les âmes. « Et pourquoi n’en aurez-vous pas le droit ? Si vous êtes en vie, c'est parce que vous avez le droit de vivre, l'important c'est ce qu'on en fait.» La culpabilité, voilà ce que Sariel ressent. C’est cette émotion qui l’a poussé à monter sur toi, cette même culpabilité qui la fait hésiter quant à son choix. Celui de sauter, ou celui de rester, celui de se pardonner ou celui de se punir. Cela semble tellement plus facile, comme si la réponse pouvait venir en une fraction de seconde et libérer l’âme de la douleur qui l’encercle. « Croyez-moi, votre réponse ne se trouve pas ici. Ni sur ce toit, ni quelques mètres plus bas. » Elle marque un temps d’arrêt. « J’ai parfois l’occasion de travailler avec des patients qui pensaient qu’il ne méritait pas de vivre. J’ai l’habitude de leur répondre que certaines personnes qui sont passées entre mes mains auraient aimé la posséder. » La mort est injuste, même pour les anges. « Sauter ne vous aidera pas, la mort vous prendra et vous n’aurez jamais eu la réponse. Et vous en serez la seule fautive. » dit- elle, tout en marchant avec dextérité le long du rebord. « Vous devriez faire attention, la vie est un bien précieux, accrochez-vous y. Une fois qu’elle est partie, il ne vous reste plus rien...Si ce n’est le néant.. » Et elle parlait en connaissance de cause. Elle l’immortelle qui ne connaissait pas la vie. Sariel était un soldat, elle n’avait pas été créée pour vivre, mais pour obéir. Elle enviait les humains depuis toujours, elle enviait leur mortalité et le temps qui leur était accordé.
- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________


We must accept finite disappointment, but never lose infinite hope. — Neon Demon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 05/01/2017
Messages : 1512
Louis d'or : 324
pretty face : bryden jenkins.
julius caesar : wicked game (avatar), XynPapple (code signature)
the mighty bush : électromagnétisme. Oui, elle est capable de contrôler le métal en manipulant les champs magnétiques autour d'elle.

these streets : Elle est persuadée que les disparus ne sont plus eux-mêmes. Elle l'a bien constaté avec son propre père. Elle veut comprendre ce qu'il s'est passé, ce qu'ils ont subit. Elle se demande parfois s'ils sont encore humains ou s'ils sont autre chose, sans réellement savoir quoi.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1303-constance-le-poids-du-
Revolutionnaires

Sujet: Re: lorsque plus rien n'a d'importance (manon & constance) Lun 1 Mai 2017 - 1:24 ()


Lorsque plus rien N'a d'importance
Lorsqu'on entre dans la danse
@Manon S. Durant & Constance


La blonde qui se tient tranquillement à ses côtés, presque comme si le vide qui leur faisait face n'existait pas, avait raison. Avait tord. En réalité, elle avait à la fois raison et à la fois tord. Ses propos étaient sensés, semblaient sages. Semblaient vrais. Et pourtant non. Elle semblait plutôt être dans l'ignorance la plus totale. Comme décalée. Comme ces personnes qui ont une vision positive de la vie à toute épreuve. Parce que le fait d'être en vie ne signifiait pas forcément que le droit de vivre était acquis. Après tout, des monstres étaient en vie alors que Constance pensaient parfois qu'ils ne le méritaient pas. Des tueurs en série. Des violeurs. Des pédophiles. Elle avait beau savoir que la plupart d'entre eux avaient des pathologies plus folles les unes que les autres, elle ne pouvait s'empêcher de penser que le monde se porterait mieux sans de tels êtres.

Était-elle injuste ? Était-elle extrême dans sa façon de penser ? Peut-être. Mais elle pensait de la même manière à sa propre encontre. Elle avait fauté, tout en sachant le risque encouru et elle avait agit tout de même. Elle avait tué sa sœur. Elle ne valait pas mieux que les autres monstres parqués derrière des barreaux. Quoi que des barreaux de fer seraient une bien piètre prison pour la demoiselle au don si particulier.. Bref. Non, là n'était pas le propos. Croyez-moi, votre réponse ne se trouve pas ici. Ni sur ce toit, ni quelques mètres plus bas. Pourtant, son être entier lui criait que si. Lui criait que la réponse à cette question perpétuelle était là, quelques mètres plus bas. Qu'elle lui serait offerte à l’atterrissage.  

Lorsque l'inconnu lui parle de patients, la blonde se demande alors si elle serait médecin, ou une sorte de psychologue ou de psychiatre.. Pourtant, elle avait l'air bien jeune pour exercer de tels métiers. Sauter ne vous aidera pas, la mort vous prendra et vous n’aurez jamais eu la réponse. Et vous en serez la seule fautive. Constance observe la demoiselle faire quelques pas d'acrobate sur le muret. Elle l'admire quelques instants pour sa facilité à appréhender le vide, comme s'il ne lui faisait absolument pas peur. Je suis déjà la seule fautive, ça ne changera pas grand chose à ma situation.. Elle bougonne, marmonne presque. Comme si elle voulait garder cet aveux pour elle seule. Vous devriez faire attention, la vie est un bien précieux, accrochez-vous y. Une fois qu’elle est partie, il ne vous reste plus rien.. Si ce n’est le néant.. Un rire nerveux lui échappe. Un bien précieux ? Vraiment ? C'est vrai que c'est flagrant par les temps qui courent ! Sarcasme qui incise, qui pique. Ton désabusé et âme brisée. Voilà ce qu'était Constance dans le Paris d'aujourd'hui.. Une pauvre âme en peine, qui n'avait d'autre but que de découvrir si la Vie voulait bien d'elle. Et puis qui te dit que je mérite de vivre ? Qu'est-ce que tu en sais ? Tu ne sais rien de moi.. Pas même mon prénom ! La voix reprend une certaine force, une certaine vigueur, parce qu'elle est comme ça, Constance. Colère à l'état brut, même quand ce n'est pas nécessaire. Peut-être que je suis la pire des personnes, peut-être que je suis un serial killer ! Peut-être que je démembre de gens vivant pour voir le plaisir de les voir souffrir ! Qu'est-ce que t'en sais après tout. Peut-être que je mérite pas de vivre. Alors, la blonde ferme les yeux et se laisse aller en avant. Pour goûter au plaisir de cette ivresse qui s'empare déjà d'elle. Pour goûter à une liberté qu'elle ne peut ressentir dans ces moments. Pour attendre de recevoir cette réponse qu'elle souhaite désespérément sans vraiment y croire à chaque fois qu'elle dit l'obtenir.

_________________

    Repentance
    † et alors qu'elle est au bord du gouffre, plus rien n'a d'importance. alors, elle sourit, et elle se laisse emporter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 30/10/2016
Messages : 516
Louis d'or : 232
pretty face : Jennifer Lawrence
julius caesar : Shiya
legends never die : L'archange, protectrice de la sphère de la médecine. Anciennement archange protégeant les hommes du pêché.


the mighty bush : Guerison: La belle est une faiseuse de miracle comme l’ont appelé certains êtres humains. D’un touché, elle peut soulager, en se concentrant, elle peut soigner des blessures, seule la mort lui résiste, car elle ne peut choisir qui vit et qui meurt, elle peut cependant accompagner le défunt vers celle-ci en apaisant ses douleurs. Cela fonctionne sur tout être vivant, même sur les plantes et sur les animaux. Absorption: C’est-à-dire qu’elle peut par contact physique, réussir à prendre le pouvoir d’un ange ou d’un démon, lui retirant celui-ci pendant une courte période, elle peut alors l’utiliser à son avantage pendant ce laps de temps.
Ondes folies: Elle peut choisir de faire sombre dans la folie une personne ou un groupe. Cela peut aller de simples mutilations à des blessures beaucoup plus sévères. Quand aux groupes, les membres de celui-ci se retournent alors les uns contre les autres.
Allegeance : Avant d’aller aux anges, sa loyauté va aux hommes, c’est une différence notable qu’il vaut mieux souligner. Les tensions qu’ils existent entre elle et Gabriel font qu’elle refuse de se battre totalement à ses côtés. Cependant, elle se doit de le respecter les volontés de ce dernier, mais cela ne se fait pas sans heurts.
these streets : Elle ne sait finalement pas grand chose, sauf que cela ne serait pas sans conséquence. Qu'il y a surement un plus grand tableau qu'elle ne voit pas encore et cela la dérange réellement. Sariel se tient donc prête à agir pour le bien de l'humanité, quand le moment sera voulu.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t370-manon-i-am-prepared-for
Anges

Sujet: Re: lorsque plus rien n'a d'importance (manon & constance) Lun 29 Mai 2017 - 13:41 ()
lorsque plus rien n'a d'importance.
Constance & Manon
Les anges gardiens... Sariel avait lu bien des choses à leurs sujets, intriguée par cette vision que parfois l’homme pouvait avoir des siens. Si certains de ses semblables pouvaient finalement répondre à ses critères, un peu comme Umaniel, Sariel répondait moins à ce terme. Elle avait passé de très nombreuses années à être responsable des pêchés des hommes, punissant plus qu’elle ne bénissait. Puis, elle avait abandonné cette sphère pour prendre celle de la médecine, qui dans le fond lui correspondait mieux. Sariel n’avait pas toutes les réponses, mais elle respectait la vie. Parce que chaque jour depuis des siècles, elle était en contact avec des gens qui se battaient pour s’accrocher à celle-ci. C’était cette même vie qui réagissait le futur des âmes. Elles pouvaient se tromper, commettre des erreurs et gagner le Paradis, mais certains actes ne pouvaient trouver de pardon. Le suicide faisait partie des actes réprimés par Dieu, aucun suicidaire n’arrivait aux paradis. Si elle était d’accord avec ça ? Et bien, on ne lui demandait pas son avis, ce n’était pas elle qui avait fait les règles. C’était juste comme ça. Et qu’importe à quel point la vie était injustice, elle demeurait le seul moyen d’existence.

Avec les années, elle avait rencontré de nombreux humains en proie à des interrogations, ne comprenant pas l’injustice de la vie. Sariel aurait aimé pouvoir leur donner des réponses claires et précises, mais n’en avaient aucune. Parce que ce monde n’était pas bon, il n’était pas mauvais non plus. Il ressemblait aux humains, c’était eux qui le rendaient ainsi. Finalement, ils avaient beaucoup plus d’impact que les célestes ou démons. Du moins, peut-être, était-ce avant que tout le monde se retrouve ici. Depuis le grand retour, les règles n’étaient plus les mêmes.

Rien n’empêchait la jeune fille de sauter. Sariel n’était pas l’archange du pardon, elle ne pouvait apaiser ses tourments, ni lui dire que sa douleur disparaîtrait. L’archange était pourtant bien placé pour parler des pertes, elle en avait vécu plus que n’importe quel être humain et avec le temps, elle avait même constaté qu’elle avait fini par s’y habituer. C’était douloureux à chaque fois, mais on finissait tout simplement par vivre avec. Mais dans son monde à elle, les choses étaient bien différentes, parce qu’elle possédait le savoir. Sariel savait que corps n’était qu’un réceptacle pour l’âme et que celle-ci continuait son existence derrière les portes du Paradis.

Je suis déjà la seule fautive, ça ne changera pas grand chose à ma situation.. C’est à peine audible, mais elle arrive à en déchiffrer l’essentiel. « Qu’avez vous fait pour penser méritez ça ? » Dit-elle en indiquant le sol du regard. Toujours immobile sur son mur, l’archange n’a nullement peur du vide. Au contraire, elle se sent même appeler par celle-ci, voler lui manque, mais elle sait que pendant quelque temps, elle devra faire avec et continuer à garder ses ailes cachées.

Un bien précieux ? Vraiment ? C'est vrai que c'est flagrant par les temps qui courent ! Elle sent la colère, le sarcasme sortir de ses lèvres, de cette jeune fille déjà trahie par la vie, alors qu’au contraire, elle devrait la mordre à pleines dents. Délicatement, l’archange glisse ses mains dans ses poches, toujours aussi calme et posée, bien que parfois l’envie de battre en retraite lui passe à l’esprit. « Je suis urgentiste, chaque jour, je vois des gens s’accrocher à leur vie, d’autres priés pour qu’elle ne quitte pas ceux qu’ils aiment. Alors si pour vous, elle ne l’est pas, elle l’est pour d’autre. » Et si la vie pouvait se donner, qu’elle saute et en fasse don à quelqu’un qui en rêvait désespérément… Sauf que ce n’est pas comme ça que ça marche. La vie ne se partage pas. Quand on la perd, il n’y a pas de retour possible. Et puis qui te dit que je mérite de vivre ? Qu'est-ce que tu en sais ? Tu ne sais rien de moi.. Pas même mon prénom ! « Je sais que les gens qui se retrouvent ici, sont rarement ceux qui méritent ce destin funeste. » Ils étaient justes ceux qui abandonnés… Pour des raisons qui leur étaient propres et Sariel se sentait toujours affreusement mal de savoir que certains humains en arrivaient à préférer la mort à la vie.

Peut-être que je suis la pire des personnes, peut-être que je suis un serial killer ! Peut-être que je démembre de gens vivant pour voir le plaisir de les voir souffrir ! Qu'est-ce que t'en sais après tout. Peut-être que je mérite pas de vivre. Et elle tombe, ou elle saute, et L’archange la regarde faire. Elle se décide d’intervenir juste avant que cela soit trop tard et referme rapidement sa main autour de la jeune femme, l’immobilisant dans le vide. La colère de l’archange est palpable, elle a presque envie de la lâcher. Elle n’aurait pas dû intervenir, ce n’est pas son rôle, mais elle peut encore lâcher. Tout dépend un peu d’elle, car si elle veut mourir ou se briser les os, tel est son choix et jamais Sariel n’interfère avec les choix des humains qui croisent sa route. Elle soigne… Alors si par chance, la chute ne la tue pas, elle pourra toujours tenter de la soigner. Mais elles n’en sont pas encore là, car il reste encore l’espoir que cette gamine réagisse. "Je ne pourrais pas vous tenir longtemps." Donc soit elle se reveille, soit elle fait exploser ce corps qui contient cette âme meutrie et qui ira direction les enfers. Pas vraiment, le meilleure des endroits..
- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________


We must accept finite disappointment, but never lose infinite hope. — Neon Demon.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: lorsque plus rien n'a d'importance (manon & constance) ()
Revenir en haut Aller en bas
 
lorsque plus rien n'a d'importance (manon & constance)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lorsque ton passé t'appelle, ne répond pas. Il n'a rien de nouveau à te dire > Aidy ♥︎
» « Lorsque ton passé t’appelle, ne réponds pas, il n’a rien de nouveau à te dire »
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère.
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas
» Quand Steven Bénoit ne trouve rien à dire
Static palms
melt your vibe
always on the hunt

a game of shadows :: Paris :: Nord-est :: douzième arrondissement