boom bitch
Après un long dimanche, mais pas de fiançailles, nous voilà de retour !
Pour tout savoir sur les nouveautés de la version, c'est par .
dying to be born again
L'intrigue est de retour, pour vous jouer de mauvais tours... ou pas.
Dans tous les cas, c'est par .
paris versus the apocalypse
Quoi de mieux pour lutter contre l'apocalypse qu'un apéro ?
Pour vous inscrire à l'event, c'est par là.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 promenade au clair de lune (garance & constance)
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
the last young renegades
homecoming : 05/01/2017
Messages : 1513
Louis d'or : 326
pretty face : bryden jenkins.
julius caesar : schizophrenic (avatar), XynPapple (code signature)
the mighty bush : électromagnétisme. Oui, elle est capable de contrôler le métal en manipulant les champs magnétiques autour d'elle.

these streets : Elle est persuadée que les disparus ne sont plus eux-mêmes. Elle l'a bien constaté avec son propre père. Elle veut comprendre ce qu'il s'est passé, ce qu'ils ont subit. Elle se demande parfois s'ils sont encore humains ou s'ils sont autre chose, sans réellement savoir quoi.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1303-constance-le-poids-du-
Revolutionnaires

Sujet: promenade au clair de lune (garance & constance) Mar 14 Mar - 3:32 ()


Promenade au Clair de lune
something in the way you are.
Garance & Constance


La nuit tombée. La pluie. Le bruit des talons des passants qui claquent sur le bitume. Les écrans. La lumière artificielle qu'ils envoient dans la gueule. Dans la tronche. Qui agresse la rétine. Qui fatigue. Qui promet monts et merveilles. Les gouttes d'eau qui dévalent les pentes bien pâles des joues de la blonde. Les yeux bleus de cette dernière qui ne peuvent vraiment s'empêcher de scruter les publicités, les mensonges étalés comme des promesses inaccessible. Pour elle, tout du moins. Car ce quartier n'a d'yeux que pour le luxe. La haute couture. Les flambeurs. Il pue l'argent à plein nez. On respire les diamants à pleins poumons. On se rit de ce que les autres n'ont pas, se sentant supérieur. Au-dessus de la populace. Au dessus de tout.

Mais les yeux de la blonde glissent sur les mensonges comme une goutte d'eau sur l'un des nombreux parapluies qui cachent les visages des passants. Non, les iris bleus cherchent autre chose. Repèrent leur cible. La verrouillent. Un sourire étire légèrement les lèvres de Constance tandis que son pas s'accélère. Elle se fiche de la pluie, la demoiselle. A vrai dire, elle l'apprécie assez. Elle aime cette sensation des gouttes d'eaux qui courent doucement sur sa peau et elle ne rejette pas l'expérience. Non. Elle l'accepte. Parce qu'elle sait bien qu'elle n'est rien de plus qu'un être assez éphémère face aux caprices d'une météo millénaire. Alors elle se laisse faire, au moins pour cela, tandis qu'elle ne lâche plus la silhouette d'une semelle.

Et la silhouette disparait. Tourne soudainement dans une ruelle. Le coeur de Constance bat alors bien plus vite et l'adrénaline commence sa danse dans le corps fébrile de l'humaine. NON. Non, non, non. J'peux pas la perdre. Je les perds à chaque fois, bordel ! C'pas possible ! L'incompréhension. Elle ne comprend pas, non. Alors que certains semblent assez simples à suivre à la trace.. D'autres le sont beaucoup moins. Et Garance Lesquen semble se trouver dans cette seconde catégorie puisqu'il n'y a plus aucune trace d'elle lorsque la blonde tourne à son tour. Disparue. Sans laisser de trace. Comme bien d'autre. Constance fulmine et lance un grand coup de pied rageur dans une pauvre poubelle innocente qui se trouvait juste à sa droite. Putain mais c'est pas vrai ! Et pourtant, ça l'est. La ruelle est vide. Et la pluie continue de s'insinuer dans le creux du col de son perfecto en cuir noir. Ses cheveux clairs sont complètement trempés et son mascara commence même certainement à couler sous ses yeux ébahi de stupeur face à la situation.

Plus rien n'a de sens. Rien n'est logique. De toute manière, depuis son retour parmi les bons vivants, rien n'a plus vraiment de sens. Non. Tout part de travers. Les gens qui filaient droit deviennent des psychopathes et le monde tourne à l'envers. A ce demander même si le monde tourne encore. Parfois, la blonde à simplement l'impression que tout ce bordel n'est qu'un rêve. Un cauchemar. Qu'elle dort ou peut-être même qu'elle est encore dans le coma et que rien de tout cela n'est vrai. Mais elle sait bien que c'est faux. Elle sait bien que cette frustration est réelle. Plus que réelle. Douloureuse. Somatique. Symptomatique. Et alors qu'elle rage furieusement contre cette poubelle dont elle n'a, en réalité, que faire.. Une ombre, peut-être un peu plus loin, peut-être un peu plus haut, l'observe. Car si Constance est persuadée qu'elle est seule, ce n'est pas la vérité. Putain de bordel de merde ! Garance Lesquen, montrez vous, merde ! Elle crie. Et quelques larmes passent inaperçues sur un visage offert à la pluie. Larmes de rage, larmes de haine. Elle crie sans réellement attendre de réponse. Elle crie pour évacuer. Elle crie pour crier. Et elle hait un peu plus cette vie de chien qui ne lui laisse aucun répit.  

_________________

    Repentance
    † et alors qu'elle est au bord du gouffre, plus rien n'a d'importance. alors, elle sourit, et elle se laisse emporter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 18/01/2017
Messages : 2870
Louis d'or : 3765
pretty face : Dree Hemingway
julius caesar : Ava by Canard le Magnifique / Code sign by Kariboo Troublant / Gif by Zazou mon petit chou, tumblr & moi / Icons by me
legends never die : Démon de la Discorde et de la Frustration, Commandant de la sphère de la Discorde, Intendante de l'Impatience, Instigatrice des réactions disproportionnées et des caprices inutiles, Destructrice de la sérénité. Progéniture de l'Infini. Éternelle pétasse des Enfers.
the mighty bush : Discorde Malphas est déjà très douée pour semer la discorde autour d'elle, mais ce talent naturel est renforcé par une capacité inouïe à créer le conflit et la mésentente par sa simple présence si elle le décide. Il lui arrive d'utiliser ce pouvoir simplement pour se détendre et respirer un peu...
Prestidigitation De très loin son pouvoir préféré, cette capacité lui permet de faire disparaître ou apparaître des objets, pour peu qu'ils existent déjà dans ce monde. Cela lui permet de vous faire perdre vos clés et de les faire réapparaître dans le tiroir à couverts, par exemple, ou de déplacer vos lunettes selon sa volonté. Elle trouve à ce pouvoir un aspect artistique que peu soupçonne... Les gros objets sont tout aussi concernés, mais elle a tendance à se contenter des petits... C'est toujours plus frustrant de perdre ses clés de voiture quand on a la voiture que la voiture quand on a ses clés... La panique ne la nourrit pas. Ce pouvoir marche également sur les êtres vivants mais lui demande dans ce cas une énergie bien plus conséquente... (et c'est tout de suite beaucoup moins discret que les objets).
Catalyseur ou la capacité de stocker et diriger l'énergie (a.k.a. Redbull des Enfers). Possibilité pour son porteur de ne pas juste absorber mais aussi de canaliser l'énergie qu'il crée (par sa sphère) dans une direction précise et d'en modifier les flux selon sa volonté. Ce pouvoir permet à Malphas d'alimenter le royaume de Dis en permanence de l'énergie qui naît de la Discorde et de la Frustration, de façon constante. Elle peut aussi décider, non sans effort, d'en faire profiter davantage certaines personnes. Ce pouvoir ne s'applique pas à elle-même, il lui suffirait simplement d'arrêter la catalyse pour récupérer le pouvoir de sa Sphère.
Allegeance : Si ce n'est son éternelle allégeance à Azazel et son statut de bras droit du bourreau des Enfers, Malphas n'a pas de but propre autre que de semer la discorde et d'inspirer la frustration autour d'elle, ce qu'elle fait à chaque instant de son existence, par plaisir et par gourmandise. Elle n'est que Discorde, au service d'un Ange qui entend calciner le monde. Elle obéit aux ordres, parvenant toujours à tirer leur épingle du jeu, sans chercher à obtenir davantage de responsabilités de peur de devoir se brimer et devenir responsable. C'est une faiseuse de miracles malfaisants, qui aime la méchanceté et inspire ses démons à inventer toujours plus de mécanismes visant à rendre folles les âmes qui traversent la terre. Elle n'hésite JAMAIS à semer la discorde et la frustration dans ses propres rangs.
these streets : Tout. Elle sait tout. Et il n'y a pas que la vie à Paris qui est troublée, désormais.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1489-garance-envoyee-sur-te
Modo

Sujet: Re: promenade au clair de lune (garance & constance) Dim 26 Mar - 11:03 ()
Promenade au clair de Lune
Quand le petit chaperon rouge rencontre le Grand Méchant Loup


Depuis quelques temps, il y a un petit spectre blond qui la poursuit. Elle le sait, elle le sent. L'intrusion s'est installée peu à peu, sans grand fracas, par petites filatures discrètes, par petites envies impromptues... Un fantôme frustré avec de jolis reflets soleils dans ses cheveux trop clairs. Puis Malphas en a appris les contours, les traits, jusqu'à chercher à découvrir son nom. Tout ceci n'a pas été si difficile, il suffit bien souvent de connaître les bonnes personnes... Et Garance connaît tout le monde. En tous cas, le bon monde. Pendant un temps, elle avoue avoir pensé à un ange espérant gagner des galons, ou un démon de bas-étage attendant son heure, s'amusant de telles pulsions suicidaires... Qui viendrait chercher des noises à la plus insupportable des connasses ? Elle sourit, Garance, en enfilant son long trench noir. Il pleut, aujourd'hui. Il a fallu une ou deux semaines avant qu'elle ne finisse par apprendre l'identité de son joli Casper... Puis elle a voulu jouer. Juste un peu, au début, pour le plaisir de faire quelques détours improbables et semer le trouble dans l'esprit de la jeune femme... Elle a moins pris la voiture, davantage ses jambes trop longues pour que l'autre n'ait pas quelques difficultés à la suivre dans les rues de Paris. Garance ferme ses derniers dossiers, n'en prend étrangement aucun sous le bras puis éteint la lumière de son bureau.

« Bonsoir, Baptiste... »

Il est tard, trop tard, et Madame Lesquen n'appelle pas son chauffeur... Elle serre dans ses doigts fins un parapluie qui ne trouvera que bien assez tôt le froid et l'humidité de la météo extérieure tandis que l'agent de sécurité se donne la peine de lui tenir la porte ouverte. Depuis que Constance est dans sa vie, le Monstre prend un petit plaisir sadique à se promener dans la Capitale, particulièrement quand il s'agit d'aller faire des courses insignifiantes en leur donnant un air suspect... Mais ce soir... Oh, ce soir, tu ne le sais pas encore, mais j'ai des projets. Elle affiche un air charmeur en saluant le portier d'YSL puis s'enfonce dans la masse organique des parisiens, repérant sans surprise la petite silhouette qui s'acharne à la suivre. Tu as aimé, la semaine dernière, quand tu aurais juré que j'avais une réunion secrète et que je suis allée m'acheter du thé blanc? L'enfant capricieux qu'elle est trépigne déjà.

Elles se promènent dans les rues de Paris, l'autre trempée, elle sous son parapluie. Garance a envie de jouer, c'est sans doute le pire des constats qui puissent être faits. Elle la balade, surtout... Le long de la Rue La Boétie, Malphas tourne à droite. Puis à gauche. Sa frêle silhouette se faufile dans la foule, fendant les visages anonymes et les tenues vestimentaires de pauvre goût pour accélérer légèrement le rythme et finir par disparaître à l'angle d'une ruelle. Constance n'est pas encore apparue à sa suite que la Garce a déjà rejoint les toits, tranquillement assise sur le rebord d'un immeuble clair, battant des pieds dans le vide. Elle observe le spectacle, depuis son perchoir, apprécie les vagues de frustration qui remontent jusqu'à elle. Le prédateur se délecte et s'en lèche les babines tandis que la gamine s'en prend à une poubelle. Puis son rictus s'étire, encore et encore, quand elle entend la voix de sa petite victime, qu'elle en devine les sanglots enragés. Je suis une sale race, je sais, mais j'adore que l'on crie mon nom. Et ce n'est pas peu dire... La connasse se redresse, toise une dernière fois la ruelle et les larmes de frustration qui sentent si bon, même d'aussi loin. Elle a envie d'en mettre jusque sur les murs, de repeindre Paris en gris à la source de ces yeux trop prompts à lui céder... Son regard se perd sur les toits, sur la laideur délavée qui s'écoule des cieux. C'est dans ces moments-là qu'on ne peut que penser que Dieu n'existe pas. Elle crie et le Monstre frissonne. D'envie. Ce qui s'annonce n'augure rien de bon. Dans un battement de cil, Malphas s'évapore des toits.

Au dessus de la silhouette fragile et tortueuse de Constance, l'ombre imposante d'un parapluie estampillé et hors de prix vient se dessiner, son propriétaire venant d'apparaître sans un bruit derrière elle... Quand bien même elle n'aurait pas eu le pas léger, Constance criait si fort qu'elle ne l'aurait pas entendue s'approcher.

« Quand c'est demandé si gentiment... Avec tant de délicatesse... Comment résister ? »

Sa voix au timbre velouté ne résonne pas, elle se pose, vient chercher ses tympans dans une langueur à peine soutenable tant elle est calme et l'autre au bord de l'explosion. Constance se retourne, bien sûr, et ne trouve face à elle qu'un sourire serein et poli, à peine amusé, tout juste moqueur.

« Bonsoir, Constance... J'ai cru entendre que vous m'appeliez, en passant. Me trompe-je ? »

Comment est-ce que je connais ton prénom ? Enfin... Tu le sais... Et tu n'as pas envie de le savoir... Je veux te laisser t'imaginer tout ce que tu voudras bien, le meilleur comme le pire. Surtout le pire. Précisément le pire. Sa tête se penche légèrement sur le côté, toujours plus charmante dans sa mise en scène, frôlant la perfection de façon obscène.

« Vous ne devriez pas rester sous la pluie comme ça, vous pourriez tomber malade, vous savez. Désirez-vous que je vous fasse appeler un taxi ? Que je vous paye un café ? »

Qu'elle continue de se payer sa tête ? Malphas se prélasse dans son rôle, dans cet affront d'une politesse extrême, d'une délicatesse insultante.

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

Connasse
- La méchanceté d'un homme fait de lui un démon, la méchanceté d'une femme fait d'elle un enfer.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 05/01/2017
Messages : 1513
Louis d'or : 326
pretty face : bryden jenkins.
julius caesar : schizophrenic (avatar), XynPapple (code signature)
the mighty bush : électromagnétisme. Oui, elle est capable de contrôler le métal en manipulant les champs magnétiques autour d'elle.

these streets : Elle est persuadée que les disparus ne sont plus eux-mêmes. Elle l'a bien constaté avec son propre père. Elle veut comprendre ce qu'il s'est passé, ce qu'ils ont subit. Elle se demande parfois s'ils sont encore humains ou s'ils sont autre chose, sans réellement savoir quoi.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1303-constance-le-poids-du-
Revolutionnaires

Sujet: Re: promenade au clair de lune (garance & constance) Sam 1 Avr - 19:12 ()


Promenade au Clair de lune
something in the way you are.



Rien n'allait plus. Tout partait en vrille. Dans sa vie, comme dans son esprit. Elle n'en pouvait plus. Elle était fatiguée de courir après des ombres, de ne jamais avoir de réponses. Elle était fatiguée de se battre pour une vérité qui fuyait bien plus vite qu'elle n'était capable de courir. Ses cris traduisaient sa frustration, traduisaient sa colère. Ses larmes invisibles sous la pluie étaient le symptôme d'une existence qui partait en vrille, alors même que Constance avait l'impression de s'effriter un peu plus à chaque jour qui passe. A chaque échec supplémentaire. Quand c'est demandé si gentiment... Avec tant de délicatesse... Comment résister ? En un sursaut, la révolutionnaire se retourne. Alors qu'elle est attaquée par la pluie, l'élégance de Garance est conservée sous son beau parapluie. Car non, on ne peut lui enlever ça, cette élégance naturelle. Cet air un peu supérieur et ce regard calme, maitrisé. Constance, elle, bouillonne. Elle ne supporte pas l'insolence du calme de son interlocutrice. Elle ne supporte même pas sa voix. Constance n'est que rage, colère et raz de marée prêt à se transformer en tsunami à n'importe quelle seconde. A n'importe quel instant.

Bonsoir, Constance... J'ai cru entendre que vous m'appeliez, en passant. Me trompe-je ? Chaos. Tout se bouscule dans l'esprit humide de la blonde. Les sourcils se froncent et l'incompréhension prend place sur le visage pâle de la jeune femme. Non, elle ne comprend plus rien, plus vraiment. Tout s'entrechoque sans qu'elle ne maitrise plus vraiment les choses. Déjà, comment la disparue peut-elle connaitre son prénom ? L'a-t-elle découvert récemment ? Ou alors sait-elle depuis longtemps que la jeune femme la suit ? Comment l'a-t-elle découvert ? D'où tient-elle ses informations ? Comment peut-elle être si calme ? Sait-elle autre chose ? A-t-elle des armes ? Des moyens de pressions ? A-t-elle quelque chose sur Constance qui lui permette d'être si sereine ? Plus rien ne va. La blonde n'a plus aucune certitude, exceptée celle que quelque chose ne tourne pas rond. Que quelque chose ne va pas. Que cette Garance est a l'air très bien informée alors qu'elle-même patauge depuis son réveil, trois ans plus tôt. Comment vous savez comment je m'appelle ?! Comment vous pouvez savoir ? Et depuis combien de temps ?! Et alors, Constance sent comme un sentiment d'injustice monter en elle. Pourquoi cette femme peut-elle avoir des réponses qu'elle n'a pas ? Comment est-ce possible et qui d'autre est dans la confidence ? Elle sent qu'elle a ferré un gros poisson sans même savoir comment l'interroger, comment en obtenir quoi que ce soit.

D'ailleurs, la vraie question est de savoir si elle pourrait vraiment tirer quelque chose de cette Garance. Cette dernière semble tellement sûre d'elle, comme si la jeune femme n'avait aucune chance. Elle a cette assurance mêlée d'une politesse extrême qui tape sur les nerfs de la blonde, mais qui surtout indique qu'elle ne se sent pas menacée.. Loin de là, même. Vous ne devriez pas rester sous la pluie comme ça, vous pourriez tomber malade, vous savez. Désirez-vous que je vous fasse appeler un taxi ? Que je vous paye un café ? Les poings se serrent, et soudain la blonde prend conscience de tout ce métal qui l'entoure. Elle le sent, le ressent. Comme une extension d'elle même. Elle ne contrôle pas encore son don, c'est certain.. Mais elle sait que dans la situation actuelle, elle saura s'en servir instinctivement, au besoin. J'me fous pas mal de ton taxi ou de ton putain de café ! C'que je veux, c'est des réponses.. Et mon instinct me dit que t'en as. Le tutoiement fait son apparition, comme chaque fois que la demoiselle est en énervée. Alors, il n'y a plus de filtre, plus de barrière. Seule la rage sourde qui guide ses pas depuis bien trop longtemps prend le contrôle. Et peu importe quelle est la personne qui lui fait face. Je suis sûre que vous tous, les disparus miraculeusement revenus d'on ne sait où, avez tous quelque chose à cacher. Vous vous foutez ouvertement de notre gueule et j'apprécie pas trop. Mais ce n'est pas tout. D'autres questions trottent dans la tête de la demoiselle. D'autres interrogations. Et puis, comment t'as fait, ein ? T'étais devant moi et là, pouf ! Tu apparais derrière moi comme par magie ! Sauf qu'il y a un problème.. J'crois pas en la magie ! Garance avait-elle un don, elle aussi ? Comme d'autres personnes ? Comme Diane ? Pouvait-elle se téléporter ? Ou devenir invisible ? Constance ruminait car elle se rendait bien compte qu'elle avait plus de questions que de réponse en cette soirée pluvieuse.

_________________

    Repentance
    † et alors qu'elle est au bord du gouffre, plus rien n'a d'importance. alors, elle sourit, et elle se laisse emporter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 18/01/2017
Messages : 2870
Louis d'or : 3765
pretty face : Dree Hemingway
julius caesar : Ava by Canard le Magnifique / Code sign by Kariboo Troublant / Gif by Zazou mon petit chou, tumblr & moi / Icons by me
legends never die : Démon de la Discorde et de la Frustration, Commandant de la sphère de la Discorde, Intendante de l'Impatience, Instigatrice des réactions disproportionnées et des caprices inutiles, Destructrice de la sérénité. Progéniture de l'Infini. Éternelle pétasse des Enfers.
the mighty bush : Discorde Malphas est déjà très douée pour semer la discorde autour d'elle, mais ce talent naturel est renforcé par une capacité inouïe à créer le conflit et la mésentente par sa simple présence si elle le décide. Il lui arrive d'utiliser ce pouvoir simplement pour se détendre et respirer un peu...
Prestidigitation De très loin son pouvoir préféré, cette capacité lui permet de faire disparaître ou apparaître des objets, pour peu qu'ils existent déjà dans ce monde. Cela lui permet de vous faire perdre vos clés et de les faire réapparaître dans le tiroir à couverts, par exemple, ou de déplacer vos lunettes selon sa volonté. Elle trouve à ce pouvoir un aspect artistique que peu soupçonne... Les gros objets sont tout aussi concernés, mais elle a tendance à se contenter des petits... C'est toujours plus frustrant de perdre ses clés de voiture quand on a la voiture que la voiture quand on a ses clés... La panique ne la nourrit pas. Ce pouvoir marche également sur les êtres vivants mais lui demande dans ce cas une énergie bien plus conséquente... (et c'est tout de suite beaucoup moins discret que les objets).
Catalyseur ou la capacité de stocker et diriger l'énergie (a.k.a. Redbull des Enfers). Possibilité pour son porteur de ne pas juste absorber mais aussi de canaliser l'énergie qu'il crée (par sa sphère) dans une direction précise et d'en modifier les flux selon sa volonté. Ce pouvoir permet à Malphas d'alimenter le royaume de Dis en permanence de l'énergie qui naît de la Discorde et de la Frustration, de façon constante. Elle peut aussi décider, non sans effort, d'en faire profiter davantage certaines personnes. Ce pouvoir ne s'applique pas à elle-même, il lui suffirait simplement d'arrêter la catalyse pour récupérer le pouvoir de sa Sphère.
Allegeance : Si ce n'est son éternelle allégeance à Azazel et son statut de bras droit du bourreau des Enfers, Malphas n'a pas de but propre autre que de semer la discorde et d'inspirer la frustration autour d'elle, ce qu'elle fait à chaque instant de son existence, par plaisir et par gourmandise. Elle n'est que Discorde, au service d'un Ange qui entend calciner le monde. Elle obéit aux ordres, parvenant toujours à tirer leur épingle du jeu, sans chercher à obtenir davantage de responsabilités de peur de devoir se brimer et devenir responsable. C'est une faiseuse de miracles malfaisants, qui aime la méchanceté et inspire ses démons à inventer toujours plus de mécanismes visant à rendre folles les âmes qui traversent la terre. Elle n'hésite JAMAIS à semer la discorde et la frustration dans ses propres rangs.
these streets : Tout. Elle sait tout. Et il n'y a pas que la vie à Paris qui est troublée, désormais.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1489-garance-envoyee-sur-te
Modo

Sujet: Re: promenade au clair de lune (garance & constance) Dim 16 Avr - 21:11 ()
Promenade au clair de Lune
Quand le petit chaperon rouge rencontre le Grand Méchant Loup


Il y a une once de moquerie, sous l'apparente bienveillance, et un soupçon de cruauté sous sa grande bonté. Ce n'est pas tous les jours que Garance Lesquen propose un café à une parfaite inconnue, ça n'est même jamais arrivé... Il faut un début à tout. Même aux insultes les plus tordues... Pensait-elle vraiment lui échapper, Constance ? Avait-elle donc l'audace de se croire si supérieure à elle qu'elle pensait sincèrement berner sa proie ? Très probablement... Et qu'il est terrible, le péché d'orgueil, celui qui te fait tomber à genoux et te traîne dans la boue. Malphas compte mentalement les secondes qui s'écoulent depuis son dernier affront, comme le rebours d'une bombe, juste avant une explosion. Elle a tapé dans le mille, les iris de sa victime le lui ont murmuré avant même que sa bouche n'émette la moindre protestation... Ce sera un joli feu d'artifice. Et l'affront ne se fait pas attendre.

Avant toute chose, Garance fait bien attention à ne pas éclater de rires au visage de la petite blonde trempée jusqu'aux os... C'est sans doute la partie la plus difficile de l'exercice, d'ailleurs. La voix de Constance se veut cinglante... Elle se veut méchante, peut-être ? Ou convaincante. Violemment prise à partie, l'égérie affiche un air positivement calme et tolérant, son sourire s'étirant à chaque question, à chaque injonction, à chaque accusation. Tant de rage et de vulgarité dans une seule petite personne, c'est presque fascinant. Belial aurait aimé le spectacle, se dit-elle, se passionnant pour la représentation qui se déroule sous ses yeux et qui dégage une douce odeur de discorde et de frustration. Tu me donnes envie de te mordre l'âme, ma douce...

« Et vous ? Comment connaissez-vous mon prénom ? Et pourquoi me suivez-vous? »

La réplique est efficace, prononcée du bout des lèvres, sur un ton cordial. Tout ce qu'elle a de civisme creuse un fossé entre les deux silhouettes, remet gentiment la révolutionnaire à sa place et lui arrache tout son droit à la vérité. La blondinette a voulu jouer et son adversaire lui annonce déjà sa défaite.

« Je n'apprécie ni votre ton ni votre façon de vous adresser à moi, c'est bien dommage... Vous avez l'air de savoir ce que vous voulez et j'adore les gens convaincus. Mais je ne vous dois rien, Constance. Absolument rien... Alors je ne suis pas très sure d'avoir envie de vous garder sous mon parapluie, de vous appeler un taxi ou de vous offrir un café. C'est désolant, d'ailleurs, nous aurions sans doute échangé pendant des heures... »

Mais tolérer qu'une roturière vienne lui cracher au visage, certainement pas. Surtout si cette attitude princière arrive à l'agacer davantage en venant jouer avec ses idées, ses ambitions et ses plans sur la comète. Elle a des airs d'astronaute, Constance, quand elle ne réalise pas les dangers qu'elle provoque. Les prunelles de la femme d'affaires caressent le visage de la petite poupée comme elle la giflerait, sans effort ni fioriture. Autour d'elles, ignorant les étincelles électriques qui émanent de la petite chose en colère, la pluie délave le reste du monde et en rend les couleurs fades au fur et à mesure que la nuit vient embrasser Paris... Si elles faisaient quelques pas, elles disparaîtraient totalement de la vue des passants, la douce enragée serait à sa merci... Ce serait si facile... C'est déjà si tentant. La Garce aime faire durer le plaisir, cependant. Se redressant de toute sa hauteur, le port de tête royal et le sourire bien ancré sur son visage d'ange, Garance secoue la tête en signe de négation, comme si elle était déçue, ou blessée.

« Je vous souhaite une excellente soirée, Mademoiselle Vasseur... Mais pensez à vous couvrir et à ne pas trop vous habituer à suivre des inconnues dans la rue. On ne sait jamais, elles pourraient se brusquer et appeler la police, vous accuser de harcèlement ou encore détruire votre vie. Les gens sont imprévisibles, de nos jours, vous savez. »

Vraiment imprévisibles. Elle récupère le parapluie au dessus de sa tête et abandonne l'autre silhouette au mauvais temps, à la nuit et à l'oubli. Elle espère avoir été claire, se dit que l'offense sera trop grande et que l'autre ne manquera pas de craquer, d'une façon ou d'une autre... Après tout, la soirée n'en est qu'à ses prémices et je commence seulement à m'amuser.

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

Connasse
- La méchanceté d'un homme fait de lui un démon, la méchanceté d'une femme fait d'elle un enfer.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: promenade au clair de lune (garance & constance) ()
Revenir en haut Aller en bas
 
promenade au clair de lune (garance & constance)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Edition Clair de Lune
» Un rendez-vous au clair de Lune [PV Melody]
» Promenade au clair de lune [Aetius]
» Pratiquant la magie au clair de lune...
» [UploadHero] La Septième compagnie au clair de lune [DVDRiP]
Static palms
melt your vibe
always on the hunt

a game of shadows :: Paris :: Nord-ouest :: Huitième arrondissement