boom bitch
Après un long dimanche, mais pas de fiançailles, nous voilà de retour !
Pour tout savoir sur les nouveautés de la version, c'est par .
dying to be born again
L'intrigue est de retour, pour vous jouer de mauvais tours... ou pas.
Dans tous les cas, c'est par .
paris versus the apocalypse
Quoi de mieux pour lutter contre l'apocalypse qu'un apéro ?
Pour vous inscrire à l'event, c'est par là.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 MATT ⊰ be brave now
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
the last young renegades
homecoming : 21/03/2015
Messages : 5714
Louis d'or : 2507
pretty face : Francisco Lachowski
julius caesar : christopher
the mighty bush : technopathie : Depuis le grand retour, Matt peut contrôler les objets électroniques par la simple force de sa pensée. Il ne comprend pas exactement comment, ni pourquoi, mais il trouve ça bien utile, surtout lorsqu'il s'agit d'effacer des données compromettantes.
these streets : Dire que Matt ne sait rien est un euphémisme. En vérité, il se fiche un peu de ce qui est arrivé à Paris et, même s'il entend souvent parler de Lucifer & co dans son restaurant, il n'y prête pas la moindre attention.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t261-matt-be-brave-now
admin du dimanche

Sujet: MATT ⊰ be brave now Sam 22 Oct - 0:07 ()
Matt D. Lefèvre
you're not as brave as you were at the start
Human name Lefèvre
They call me  Mathieu, Damien
laughter lines 27 ans
moneymaker Matt est manager au pêché mignon situé dans le neuvième arrondissement de Paris. Il s'occupe de coordonner la salle et la cuisine et de la gestion de l'établissement dans son ensemble. Il fait le boulot de ses patrons, mais il a bien compris qu'il n'avait pas intérêt à s'en plaindre.
heart like that célibataire.  
Sex on fire hétérosexuel.  
Blood lines Matt a été adopté alors qu'il n'était qu'un bébé. Ses parents ne le lui ont jamais caché, mais il a toujours essayé de retrouver ses parents biologiques, sans succès. Ses parents sont morts lors d'un accident de voiture alors qu'il n'avait que 15 ans. Depuis, c'est sa grand-mère et son frère aîné qui s'occupent de lui.  
society Il n'a pas beaucoup de revenus mais il se débrouille quand même. Il fait partie de la classe moyenne.  
home address Matt vit dans un appartement du dix-huitièrme arrondissement.
theme song Little lion man - mumford & sons ; snakes - bastille ; fires - allman brown
 
And it was your heart on the line
i really fucked it up this time, didn't I my dear ?  
Il avait fini par s’habituer au vide. Il avait des conversations vides de sens. Il croisait des centaines de personne par jour, mais il ne voyait aucun visage. Juste des chiffres, sur un ticket de caisse. Des sourires, parfois, dans un décor flou. Des sons, brouillés les uns avec les autres, qui n’avaient plus aucune signification. Mais la signification lui importait peu.  Il rentrait, tous les soirs, dans un appartement vide. Et tous les matins, il quittait un lit vide. Il n’y avait pas de photo sur ses murs. Pas de décoration. Rien. Juste de la peinture blanche. La même qu’à son arrivée dans les lieux. Il se contentait du strict minimum. Il était là sans être là. Comme s’il s’excusait d’exister en permanence. C’était un survivant. Quelqu’un qui s’attendait au pire, à tout moment, mais qui y était préparé. Il pouvait tout quitter à chaque seconde. Il ne tenait à rien. Dans tous les sens du terme. Il ne s’accrochait plus à rien, de peur de le perdre. A ce stade-là, il était discutable d’appeler ça de la peur. En réalité, il n’avait plus peur de perdre quoi que ce soit. Il s’était fait à l’éventualité que tout pourrait se produire. Qu’il pourrait se réveiller, un jour, à l’autre bout du monde, sans rien ni personne.  Ou qu’il pourrait disparaître, comme les autres. Il ne se retenait plus à rien. Il tombait, en chute libre, se fichant bien de l’endroit où il atterrirait. Sa vie, c’était comme un tunnel. Il fonçait, droit devant, sans trop savoir où il allait. Il ne savait plus s’il voulait s’en sortir. Il n’était pas sûr que ça en vaille la peine. Il n’avait jamais eu l’âme d’un combattant. Il était habitué au vide, et, quand on n’a jamais connu que ça, on sait, mieux que personne, qu’il n’y a aucun combat à mener contre le néant. Le vide était plus fort que lui et plus fort que les autres. Il aspirait tout sur son passage. Lui y-compris. A 15 ans, il avait survécu à la mort de ses parents. Il avait dû devenir un homme, bien avant les autres. Il avait dû arrêter de rêver. Ramené face contre la réalité, il n’avait plus le temps de déconner. Plus le temps d’être un enfant. Plus le temps de rien. Il devait tout prévoir, à la minute près. Il cherchait ce sentiment de sécurité qu’ont les gosses qui ont encore des parents. Ceux qui ont encore le luxe de se dire qu’on pourra toujours rattraper leurs conneries. Quand il y repensait, il avait eu de la chance. Il avait eu des parents pendant 15 ans. C’était pas gagné d’avance. Il avait été adopté alors qu’il n’avait que quelques mois. Parfois, il se demandait à quoi aurait ressemblé sa vie s’il n’avait jamais eu de famille. Parfois, il se disait que ça n’aurait pas changé grand chose. A 22 ans, il avait survécu au phénomène des disparitions massives. Et à celle de son frère, par la même occasion. Contrairement aux autres, il n’avait pas été en colère. Son poing n’avait pas heurté les murs. Ses cris n’avaient pas rejoint ceux des révolutionnaires. Lui, il criait en silence. Il criait dans le vide. Il était resté des jours scotché devant la télévision. Il regardait les mêmes journalistes répéter les mêmes mots. Personne ne savait ce qu’il s’était passé. Lui, il n’avait pas besoin de comprendre pour savoir. Il savait que le vide était cruel. Il savait que dans la vie, on ne pouvait s’accrocher à rien. Il savait que l’espoir était traître, alors il n’espérait pas.


Un matin, le soleil s’était levé et avait repeuplé Paris de 2% de ses habitants. Lorsqu’il retrouva son frère, il n’était plus qu’une ombre. Le visage était le même, mais derrière les yeux, il n’y avait plus rien. Il avait fini par s’habituer au vide, mais le vide le remarqua. Le vide le rongea, peu à peu. Il le brûlait, à l’intérieur, doucement mais sûrement. Et le vide finit par devenir insupportable. Tout avait le goût amer qu’ont les choses inachevées. Il en voulait trop. Et il le voulait trop vite. Comme il avait eu son quota de vide, il voulait son quota de plein. Il fréquentait les mauvaises personnes. Il fuyait les sirènes, au milieu de la nuit. Il courrait vite, aussi vite qu’il le pouvait. Parfois, il courrait tellement vite qu’il avait l’impression de voler. L’air glacé laminait ses poumons. Là, c’était là qu’il se sentait vivant. Pendant quelques petites secondes, tout était plein. Ses poumons, son regard, sa voix, ses espoirs, ses rêves. Pendant quelques petites secondes, il ne survivait plus, il vivait.

       
your grace is wasted in your face
Your boldness stands alone among the wreck
caractère blasé, résigné, sarcastique, drôle, provocateur, protecteur, humble, pragmatique, pessimiste, débrouillard, loyal, rancunier, susceptible, sensible, romantique, râleur, paresseux, impatient, poli.
anecdotes   Il a une chienne, un labrador noir, qu'il a appelée Madonna A 19 ans, il a demandé sa copine en mariage. Ils sortaient ensemble depuis cinq ans. Quelques mois après, il a appris qu'elle le trompait depuis longtemps, notamment avec son meilleur ami. Il sort à peu près tous les soirs. Il retrouve des amis dans des bars ou se rend en boîte de nuit. Depuis sa fiancée, il n'a pas eu de relation sérieuse. Il a toujours une photo de ses parents sur lui. Il conduit extrêmement mal. Il a raté son permis quatre fois avant de l'avoir. Il a un don pour la cuisine. Il adore préparer des repas. Malheureusement, ça fait des années qu'il n'a pas cuisiné en tant que professionnel. Il rêve d'ouvrir son propre restaurant. Il a toujours une barbe de trois jours. Il dit que c'est parce qu'il trouve que ça lui va bien, mais c'est surtout parce qu'il a souvent la flemme de se raser. Il déteste arriver en retard. Il aime les vieux films.   Il fume énormément.  
not comin' home
you're not coming home
Pouvoirs technopathie. Après le grand retour, Matt a découvert qu'il pouvait contrôler la technologie. Allumer et éteindre n'importe quel ordinateur, naviguer dessus sans mot de passe, passer outre les autorisations dans les banques etc... Ce pouvoir le fatigue énormément et lui donne la migraine lorsqu'il l'utilise. Pourtant, ça ne l'empêche pas de le faire. Pour gagner un peu d'argent, Matt offre ses services aux plus offrants (souvent des démons), sans trop savoir dans quoi il s'est embarqué exactement.
 
What you know  Dire que Matt ne sait rien est un euphémisme. Il se doute que quelque chose ne va pas, surtout vu l'attitude de son frère, mais il ne fait pas partie de ceux qui cherchent à tout prix à connaître la vérité. Sa théorie ? Une expérience militaire qui a mal tourné, c'est tout.
 
 Let's play Matt n'est pas un élément actif du jeu d'ombres. Il se fait utiliser sans vraiment le savoir, surtout par les démons qui ont récemment appris qu'il était doté d'un pouvoir. Il ne sait pas grand chose et il est très facile de profiter de sa naïveté.
 
Pour toi les anges et les démons, fiction ou réalité ?  Matt n'a jamais cru en dieu. Il est complètement athée et pense qu'il n'y a rien après la mort, à part du vide, le néant le plus total. Alors, pour lui, les anges et les démons, c'est des conneries pour faire vendre, rien de plus.

Les templiers, c'est un mythe, pas vrai ?  Matt a toujours été fasciné par les sociétés secrètes. Les templiers en font partie. Pour lui, ça reste, malgré tout, un mythe, même s'il aimerait qu'il soit réel.

Et les révolutionnaires, t'en penses quoi ? Il trouve qu'ils empirent la situation. Après tout, les disparus sont enfin revenus, ils ont obtenu ce qu'ils voulaient. Il ne comprend pas leur besoin incessant de semer le trouble et d'accentuer la peur chez les habitants de la ville.

Le nouveau maire, tu lui fais confiance ?  Matt se contrefiche de qui est le maire, du moment que celui-ci le laisse tranquille et n'augmente pas les impôts locaux.

They left  Lors du grand départ, Matt a perdu son frère aîné dont il avait toujours été très proche. Il a aussi perdu un collègue de travail.
     
Where did they go ?  Au départ, il n'y a pas cru. Il a passé une semaine scotché devant la télévision, à regarder les infos et à espérer qu'une bonne nouvelle tomberait enfin. Mais les nouvelles se ressemblaient toutes : personne ne savait rien. Alors il a fini par se résigner et par accepter le fait qu'il ne comprendrait probablement jamais ce qui s'était passé.
you're not coming home
The real star
a star is born
pseudo Beylin
âge 25 ans, je suis vieille et alors èé Toi aussi un jour tu seras vieux et tu rigoleras moins quand ça arrivera.  
Comment as-tu trouvé le forum ? Je l'ai co fondé avec Fanfan la tulipe  yeah  (a)  keur
Qu'en penses-tu ? Je pense qu'il est pas mal ok ?  
Feat. Francisco Lachowski wiwiwi  
crédits magic & tumblr
what else ?  aya  aya  aya   

_________________

i spiral down again
Who remains when you drop? Who do you call when it stops? I spiral down again Somebody protect me or I'm gone


autres comptes : jasper a. deslauriers & eponine a. de stahl & léo g. sorel & roman d. gariel

Revenir en haut Aller en bas
 
MATT ⊰ be brave now
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Matt Finnegan
» Signature de contrat - Matt Moulson
» Dites moi, mon brave... [PV]
» suite de : le coin de Matt'
» Palmares Of Matt Morgan
Static palms
melt your vibe
always on the hunt

a game of shadows ::  These nights will never die :: les présentations :: validées