boom bitch
Après un long dimanche, mais pas de fiançailles, nous voilà de retour !
Pour tout savoir sur les nouveautés de la version, c'est par .
dying to be born again
L'intrigue est de retour, pour vous jouer de mauvais tours... ou pas.
Dans tous les cas, c'est par .
paris versus the apocalypse
Quoi de mieux pour lutter contre l'apocalypse qu'un apéro ?
Pour vous inscrire à l'event, c'est par là.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 (fb) kaïs ₰ like memories in cold decay
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: (fb) kaïs ₰ like memories in cold decay Ven 5 Mai - 1:24 ()

like memories in cold decay
- feat. kaïs osmane -

« Dépêches-toi, nous allons être en retard. » Dans un soupire muet, elle porte une dernière fois le regard dans le miroir en face d'elle, le reflet de cette femme qui aura accepté de tout sacrifier, y compris sa vie et sa dignité, pour obtenir ce qu'elle désirait le plus au monde. Pour atteindre ce but malsain, qui la déshumanise, fait d'elle le pantin d'hommes au cœur aussi vide que les poches sont remplies. Pourtant, ce minois qui l'observe maintient son sourire en place, continue d'afficher ces lèvres rougies par le tube qui git désormais dans la sacoche posée sur l'évier. Il lui adresse un sourire sincère dans lequel se cache pourtant une misère que peu peuvent observer, que nul ne peut réellement voir et comprendre. Parce que, dans ce monde où tous veulent la même chose, où tous cherchent à obtenir la richesse et une vie luxueuse, bien peu sont ceux à être capables d'aller aussi loin que la jeune femme, à mettre de côté tout ce qui a fait leur vie pour en démarrer une nouvelle, bien loin des standards de la dignité humaine. Mais tout ça, tous ces sentiments, elle ne pouvait se permettre de les afficher au grand jour, à la vue de tous. Parce que le rôle qu'elle doit jouer, qu'elle doit maintenir pour plusieurs années encore, ne peut être brisé de cette façon, pas alors que la raison de tout ça n'a toujours pas été atteinte. Alors elle continue d'affiner ses traits, de s'apprêter chaque jour, d'afficher ce mariage comme un mariage normal, fait d'amour. Une illusion bancale, que personne ne croit réellement, mais que personne n'ose dénoncer. Parce que le mari ne le permettrait pas, parce que cette femme au visage d'ange ne serait pas capable de réaliser une telle ignominie, de se jouer de cette façon d'un homme fragile à la fortune conséquente. C'est pourtant ce que, derrière les masques, tous pensent. Parce qu'elle n'est rien de plus qu'une femme vénale, parce que ce pauvre homme manipulé ne pourrait pas, lui aussi, y trouver son compte. C'est pourtant pour cette raison, pour la beauté de la femme, pour sa jeunesse et cette fougue qui se dégage d'elle, qu'il a proposé une union sacrée, une union bafouée.

Elle sort finalement de la salle de bain, sous le regard de l'homme déjà prêt qui l'attend non loin de l'entrée. Dressée d'une robe rouge, elle lui offre un tour sur elle-même, comme pour mieux afficher les courbes élégamment dessinées par le tissu noble. Elle joue son rôle à la perfection, cette femme chargée de s'afficher au bras d'un homme qui veut paraître jeune à nouveau, qui n'attend d'elle rien d'autre que sa simple présence pour abaisser la garde de ses adversaires – parce que toute négociation est un duel, dit-il – et jouir d'un avantage certain lorsque les chiffres commencent à être abordés. Elle n'est là que pour ça, et cette participation lui suffit amplement. Elle n'a pas cette ambition de vouloir gérer ces choses par elle-même, elle n'a pas la motivation de se plonger dans des tableaux financiers, dans des rapports qui n'ont à ses yeux ni queue ni tête. Tant qu'elle peut profiter d'une journée en plein air et du portefeuille de ce mari qui n'a rien d'un amant, elle ne viendra jamais se plaindre.

Encore et toujours le même endroit. Ce même terrain de golf où les deux hommes se rencontrent de plus en plus régulièrement. C'est déjà le quatrième rendez-vous entre les deux et, comme bien souvent, la jeune femme s'éloigne sitôt les salutations terminées. Parce que tout ça, tout ce blabla autour d'un club et d'une balle, ne l'intéresse absolument pas. Elle n'est pas là pour ça, de toute façon. Elle n'est pas là pour discuter, pour négocier, pour intervenir d'une quelconque façon dans les discussions entre les deux adultes.  « Viens Kaïs, laissons les adultes parler. », dit-elle en tirant le jeune homme par le bras. Car, lorsque les sujets importants arrivent sur le tapis, il lui est rapidement – mais jamais ouvertement – rappelé que ce genre de sujets n'est pas fait pour elle, qu'elle est encore trop jeune pour s'intéresser à des futilités comme la gestion de comptes ou l'investissement. Qu'importe pour elle qui, dans sa naïveté, veut simplement rire comme lorsqu'elle était encore une gamine innocente. Et c'est exactement ce qu'elle fait avec le fils Osmane qui n'a jamais semblé plus intéressé qu'elle par ces échanges incompréhensibles.

Elle détourne une fois la tête, pour voir les deux anciens déjà bien engagés dans leur dialogue, qui ont déjà oublié ces deux gamins. Puis se concentre à nouveau sur Kaïs. Ce type qu'elle a connu sur ce même terrain de golf, celui avec lequel elle découvre, enfin, les joies d'une jeunesse normale. Dans une autre vie, elle aurait aimé jouir de cette simplicité. Elle aurait aimé naître dans une famille aussi aisée que celle des Osmane, et non dans cette pauvreté qu'elle a connu durant toute son enfance. Elle aurait aimé pouvoir profiter d'un argent conséquent sans avoir à vendre son âme et son corps au diable. Mais la vie en a décidé ainsi, et si elle doit passer par là pour arriver à ses fins alors soit, elle le fera sans aucune hésitation. « Comment allez-vous, sir Osmane ? » Un sourire feint sur ses lèvres, tandis que son bras vient se glisser sous celui de l'homme. « Je m'ennuie, Kaïs... Peux-tu changer ça ? », demande-t-elle faussement innocemment, un sourire coincé au coin des lèvres. Elle sait de quoi elle veut parler, lui aussi le sait. Parce que c'est leur seul moyen de passer les nombreuses qui les séparent de la fin du rendez-vous professionnel.


Revenir en haut Aller en bas
 
(fb) kaïs ₰ like memories in cold decay
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» Cody Rhodes Vs Mark Henry Vs Stone Cold Steve Austin
» The Best Memories With Memories
» Apsoline | It's too cold tonight, for angels to fly. (TERMINÉE)
» It's too cold outside for angels to fly [PV Gryfi] || Fini ♪
Static palms
melt your vibe
always on the hunt

a game of shadows :: Elsewhere :: elsewhere