boom bitch
Après un long dimanche, mais pas de fiançailles, nous voilà de retour !
Pour tout savoir sur les nouveautés de la version, c'est par .
dying to be born again
L'intrigue est de retour, pour vous jouer de mauvais tours... ou pas.
Dans tous les cas, c'est par .
paris versus the apocalypse
Quoi de mieux pour lutter contre l'apocalypse qu'un apéro ?
Pour vous inscrire à l'event, c'est par là.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 Garance ₰ There's a fragile game we play
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Garance ₰ There's a fragile game we play Ven 5 Mai - 3:54 ()

there's a fragile game we play
- feat. garance lesquen -

Il y avait l'ombre et l'obscurité. Comme un voile que rien ni personne ne pouvait déchirer, un masque collé à la peau. Le masque de l'ignorance, de l'oubli, qui lui rongeait les tripes et le plongeait plus bas que terre. Il n'était rien, rien de plus qu'un parasite, un microbre parmi les microbes. Dépourvu de puissance, faible traîné comme un boulet par les puissants, incapable d'offrir quoi que ce soit de plus que l'obéissance et la loyauté la plus sincère, il se contentait de suivre, d'être un mouton au pays des loups. Les paupières closes, la conscience vide, il n'était personne. Le démon sans nom, le démon inférieur, celui que même les autres inférieurs pouvaient diriger. Il tentait de se faire une place dans le jeu des ombres, sans même avoir l'espoir d'y parvenir un jour. Chaque jour, chaque heure, chaque souffle lui rappelaient son statut de misérable, cette mémoire beaucoup trop vide pour celui qui existait depuis des centaines d'années au minimum. Comme si quelque chose, ou quelqu'un, l'empêchait d'accéder à ces informations essentielles, lui laissant seulement la conscience de la hiérarchie. Comme pour mieux lui rappeler qu'il n'était personne dans l'échiquier infernal, que la seule chose dont on voulait de lui était une loyauté sans faille. Obéir sans poser de questions, s'effacer continuellement, ne jamais faire preuve de la moindre ambition. Il était, sans doute, unique. Unique en ce sens qu'il connaissait bien mieux son hôte – une femme d'affaires – que lui-même. Qu'il possédait bien plus de souvenirs d'elle que de lui-même. Un démon vidé de sa mémoire, privé de ses pouvoirs, inutile à la cause démoniaque.

Et l'illumination.

Il n'est plus ce démon inconnu, invisible, faible. Les Anges s'en sont assurés. Par leur curiosité malsaine, par leurs vélléités incontrôlées et incontrôlables, ils ont commit l'erreur irréparable. Par leurs envies d'obtenir, par tous les moyens, des outils capables de les aider, ils se sont parjurés. Eux qui juraient de protéger l'espèce humaine, le monde, des démons, venaient de le jeter en pâture à la plus féroce des menaces, au plus grand des ennemis. A ce démon perdu au milieu des siens, incapable de réellement s'y adapter, incapable d'y évoluer. Plus bas que terre, il est désormais au sommet d'une chaîne alimentaire. Passé d'illustre inconnu sans pouvoirs à cet ange maléfique que tous craignent, à ce guerre indomptable que tous fuient. Ils lui ont rendu ses pouvoirs, ses souvenirs, son identité. Et lorsque ce nom s'est échappé pour la première fois de ses lèvres, le sourire s'est rapidement étiré sur les lèvres pour atteindre les oreilles. Guerre. Enfin, il pouvait se donner un nom, une autorité, une crédibilité. Il n'est pas un démon de la guerre, banal agent au service d'un commandant. Il est la guerre, son expression la plus pure et la plus violente. Son représentant sur le monde des mortels, son messager auprès des hommes. Mais aussi puissant soit-il, il est seul, étonnamment seul. Sans frères, sans compagnons de route. Avec, en tout et pour tout, ce démon ayant réussi, sous l'influence du Cavalier, à créer l'une des meilleures armes contre la paix et l'espoir. Dare or Die, le jeu des fous et des suicidaires. Le jeu devenu outil entre les mains de Guerre.

C'est trop facile.

Les talons claquent sur le sol au rythme de ses pas. Sous une pluie devenue habituelle, sous une tempête qui s'éternise, le Cavalier remonte l'allée des Champs Élysées à contre-courant. Bien caché dans le manteau, les mains coincées dans les poches, il jette des regards tout autour de lui, le sourire aux lèvres. Son retour est récent, et pourtant toute la ville en semble déjà marquée. Dare or Die, la tempête, et le chaos qui se prépare aussi lentement que sûrement. Le plan du Cavalier se met en place, et déjà il s'imagine admirer une nouvelle fois les vagues destructrices de l'Apocalypse s'abattre sur tous les hommes. Il se voit l'épée à la main, brandie en avant, tranchant les victimes comme on couperait du beurre. Et c'est une vison de bonheur aux yeux de la Guerre, qui recherche toujours ses frères. Ils sont de retour, il en est sûr. Ils sont là, quelque part, sans doute encore perdus comme lui l'était jusque-là.

La pluie et le vent sont remplacés par un calme trompeur. Dans les égoûts de la Capitale, derrière les secrets et les mensonges, le quartier général des démons se dévoile au Cavalier. Avec une nouvelle vision, des souvenirs désormais entiers et compréhensibles, l'endroit lui paraît désormais beaucoup plus futile qu'avant.
Comme si, maintenant, la mission des démons lui paraissait bien trop loin de ses préoccupations.

« Malphas... » appelle-t-il, alors que le Cavalier s'installe à côté du démon. Si les souvenirs de Guerre sont aujourd'hui revenus, ceux du démon inférieur sont toujours présents. Et il sait tout ce qu'il doit au Commandant de la Discorde, tout ce qu'elle lui a offert là où d'autres se contentaient de l'utiliser et de le jeter comme le médiocre qu'il était. Il sait ce qu'il lui doit, oui. Et désormais, il saut ce qu'elle est. Le prophète. L'annonciateur de la fin des temps. Le second agneau, remplaçant du premier. Et, n'en doute-t-il pas, celui qui lui permettra de retrouver ses frères, et d'amener un Apocalypse qui a beaucoup trop attendu. « Je souhaiterais m'entretenir avec vous... Nous avons beaucoup de choses à dire. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 18/01/2017
Messages : 2870
Louis d'or : 3765
pretty face : Dree Hemingway
julius caesar : Ava by Canard le Magnifique / Code sign by Kariboo Troublant / Gif by Zazou mon petit chou, tumblr & moi / Icons by me
legends never die : Démon de la Discorde et de la Frustration, Commandant de la sphère de la Discorde, Intendante de l'Impatience, Instigatrice des réactions disproportionnées et des caprices inutiles, Destructrice de la sérénité. Progéniture de l'Infini. Éternelle pétasse des Enfers.
the mighty bush : Discorde Malphas est déjà très douée pour semer la discorde autour d'elle, mais ce talent naturel est renforcé par une capacité inouïe à créer le conflit et la mésentente par sa simple présence si elle le décide. Il lui arrive d'utiliser ce pouvoir simplement pour se détendre et respirer un peu...
Prestidigitation De très loin son pouvoir préféré, cette capacité lui permet de faire disparaître ou apparaître des objets, pour peu qu'ils existent déjà dans ce monde. Cela lui permet de vous faire perdre vos clés et de les faire réapparaître dans le tiroir à couverts, par exemple, ou de déplacer vos lunettes selon sa volonté. Elle trouve à ce pouvoir un aspect artistique que peu soupçonne... Les gros objets sont tout aussi concernés, mais elle a tendance à se contenter des petits... C'est toujours plus frustrant de perdre ses clés de voiture quand on a la voiture que la voiture quand on a ses clés... La panique ne la nourrit pas. Ce pouvoir marche également sur les êtres vivants mais lui demande dans ce cas une énergie bien plus conséquente... (et c'est tout de suite beaucoup moins discret que les objets).
Catalyseur ou la capacité de stocker et diriger l'énergie (a.k.a. Redbull des Enfers). Possibilité pour son porteur de ne pas juste absorber mais aussi de canaliser l'énergie qu'il crée (par sa sphère) dans une direction précise et d'en modifier les flux selon sa volonté. Ce pouvoir permet à Malphas d'alimenter le royaume de Dis en permanence de l'énergie qui naît de la Discorde et de la Frustration, de façon constante. Elle peut aussi décider, non sans effort, d'en faire profiter davantage certaines personnes. Ce pouvoir ne s'applique pas à elle-même, il lui suffirait simplement d'arrêter la catalyse pour récupérer le pouvoir de sa Sphère.
Allegeance : Si ce n'est son éternelle allégeance à Azazel et son statut de bras droit du bourreau des Enfers, Malphas n'a pas de but propre autre que de semer la discorde et d'inspirer la frustration autour d'elle, ce qu'elle fait à chaque instant de son existence, par plaisir et par gourmandise. Elle n'est que Discorde, au service d'un Ange qui entend calciner le monde. Elle obéit aux ordres, parvenant toujours à tirer leur épingle du jeu, sans chercher à obtenir davantage de responsabilités de peur de devoir se brimer et devenir responsable. C'est une faiseuse de miracles malfaisants, qui aime la méchanceté et inspire ses démons à inventer toujours plus de mécanismes visant à rendre folles les âmes qui traversent la terre. Elle n'hésite JAMAIS à semer la discorde et la frustration dans ses propres rangs.
these streets : Tout. Elle sait tout. Et il n'y a pas que la vie à Paris qui est troublée, désormais.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1489-garance-envoyee-sur-te
Modo

Sujet: Re: Garance ₰ There's a fragile game we play Dim 28 Mai - 19:44 ()
There's a fragile game we play
Heads, I live. Tail, you die.


De l'histoire de la Violence. Quand le Chaos a embrasé les sols parisiens, elle s'en rappelle très bien... Le sourire ourlant ses lèvres n'a rien d'humain, rien de tendre, il n'est qu'amusement et méchanceté, tandis qu'elle contemple d'un œil la genèse de ses ravages. La Capitale toute entière est devenue électrique et agressive, pervertie jusque dans ses plus belles romances... Si bien qu'elle a la douce impression de retrouver son royaume, Malphas, elle qui ne se connaît qu'une seule ambition : la destruction. Fièrement perchée sur des escarpins hors de prix, la Garce apprécie le tableau obséquieux de ses sauvageries, elle qui a été envoyée ce soir pour débusquer quelques âmes qui pensaient pouvoir défier le peuple de Dis. Des jours durant, elle a chassé ces hommes et ces femmes, ces faiseurs de miracle qui ambitionnaient de doubler elle ne sait plus quelle partie des affaires démoniaques en cours. Peu lui importe, à dire vrai, si les ordres l'autorisent à semer le trouble et la mort... Ses prunelles glissent jusqu'au bout de ses chaussures, et elle se demande si le cuir italien sera abîmé par l'hémoglobine sombre qui ruisselle jusqu'à elle. Il y a des corps, partout, dont les articulations de la plupart ont pris des angles dignes des plus belles œuvres contemporaines. Il y a des corps, c'est certain, et une atroce odeur de rigidité cadavérique, où se mêlent celles des excréments et de l'urine de ses victimes. La robe blanche n'était pas une idée brillante, remarque-t-elle dans une moue un peu boudeuse avant de faire apparaître un jerrican d'essence à sa droite, s'en emparant prestement... Elle arrose la scène et rajoute au bouquet de senteurs celui du pétrole, invoquant les brasiers de l'Enfer pour venir parfaire son infernale composition. Un règlement de compte entre mafieux, l'histoire serait crédible, signée de quelques armes répertoriées par la Police comme appartenant à un autre gang, un peu contrariant, qu'il sera plaisant de voir démantelé.

L'insupportable comédienne balance le bidon dans un coin du hangar avant de s'allumer une cigarette, le rictus plus carnassier encore. Savoir que personne n'assiste à sa petite mise en scène pourrait lui crever le cœur, si elle en avait un... Le Monstre porte son téléphone à son oreille, la voix paresseuse et la démarche de plus en plus languide, inappropriée.

« Tes souhaits ont été exaucés. »

Ils ne s'éternisent pas, ils ne s'éternisent jamais. Il sait que le travail a été effectué. Sa robe sublimée d'une gerbe écarlate, elle tire deux longues bouffées de nicotine avant de se retirer, le bruit de ses talons emplissant l'endroit où seule la Mort peut encore murmurer. C'est terminé. Le mégot est jeté dans son dos, accompagné d'un indécent dédain qui soulève à peine ses babines d'une grimace satisfaite lorsque les cendres encore rougeoyantes rencontrent l'essence et réveillent les flammes de l'Enfer. Discorde aurait aimé prendre davantage de temps pour jouer.

*

Perdue dans ses pensées, elle ne sait plus très bien comment elle atterri au cœur des quartiers démoniaques, abandonnée à un banc solitaire dans l'une des alcôves de l'endroit. Tout cela ne lui suffit pas, ou ne lui suffit plus... Les mâchoires un peu serrées, le regard un peu dur, elle a des airs de pieuse en pleine prière, elle qui en appellerait à l'Apocalypse et à ses cruautés, elle qui ne supporte plus cette existence humaine, cette terre trop limitée, cette réalité qui n'a aucun sens pour eux... Eux qui sont le Mal et qui n'aspirent qu'à le répandre, qu'à tout dévorer. Eux qui doivent faire profil bas et se soumettre aux exigences d'un monde qui a tout fait pour mériter leurs noirceurs.

La voix qui prononce son nom et l'arrache à ses sombres considérations étire ses lèvres d'un sourire amusé. La Garce tourne le visage vers l'intrus, d'abord frappée par les traits familiers d'Héloïse, rattrapée par la réalité dans la seconde. Elle baisse doucement la tête en signe de respect, un respect que très peu peuvent se targuer de réussir à lui arracher. Nul besoin de verbaliser l'existence du Cavalier, lui dont la présence résonne en chacun d'eux depuis son arrivée. Lors de leur dernière entrevue, ce corps portait encore l'essence d'un démon inférieur, qu'elle appréciait à sa façon. Lors de leur dernière entrevue, ce corps lui devait encore allégeance... Elle en rirait, si elle n'était pas déjà occupée à s'interroger sur la présence de son interlocuteur et la raison de son approche. Elle pourrait le prier, sans difficulté. Guerre. Apocalypse. Ses mots viennent sonner étrangement à son oreille, si bien que sa tête se penche sur le côté, les orbes scrutatrices. L'Enfant du Chaos contemple la Fin, l'air songeur. Que diable peut donc lui vouloir celle qui fut Héloïse ? Elle sourit, Malphas, indécrottable gosse capricieuse, trop curieuse.

« Je suis toute à votre disposition, mais je crains avoir un peu de mal avec le vouvoiement. » Sourire lupin. « Me feriez-vous l'honneur de me suivre ? Les murs ont des oreilles, ici, et la trahison un sport de haute compétition. »

Une main est tendue au Cavalier, toute en doigts fins et en bagues d'or blanc, une main qui se referme autour de sa sœur pour l'emporter dans son sillage, loin des égouts et de la puanteur de ses fantômes. Le banc sous elles a été remplacé par un divan lie de vin, recouvert d'un velours de qualité, étrangement inadéquat dans ce lieu de béton et de métal. Autour d'elles, l'immensité d'un entrepôt entièrement vide, et cette espèce de petit salon planté en son cœur, avec le divan qui accueille leurs silhouettes, une table basse en bois massif, quelques fauteuils, un épais tapis persan... Un petit caprice, un lieu où Discorde et ses enfants se regroupent de temps en temps. Les doigts relâchent la main de Guerre, tandis que ses prunelles plongent dans les siennes, entre sagesse et amusement.

« Alors, dites-moi... Que me vaut l'honneur ? Et que puis-je faire pour vous ? »

Ses doigts agiles dessinent une arabesque, pure caprice, petit effet de style inutile alors qu'elle fait apparaître deux coupes de champagne sur la table, directement dérobées au Ritz.

- a game of shadows, shall we play ? -

_________________

Connasse
- La méchanceté d'un homme fait de lui un démon, la méchanceté d'une femme fait d'elle un enfer.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: Garance ₰ There's a fragile game we play Lun 5 Juin - 17:42 ()

there's a fragile game we play
- feat. garance lesquen -

Elle émet un léger rire en réaction aux propos de Discorde. Les traîtres, Guerre ne les connaît que trop bien. De tous temps, de toutes civilisations, le Cavalier a assisté aux trahisons et aux coups bas, aux tentatives d'assassinats fomentées par les frères et aux coups d'état réussis et échoués. D'aussi loin que sa mémoire remonte, la trahison a toujours fait partie de la nature profonde des êtres, qu'ils soient humains ou immortels. Le Cavalier pourrait en raconter des choses, sur la propension des démons à trahir leurs alliés et retourner leurs armes contre eux, il pourrait conter la chute de Lucifer et de ses soldats. Il pourrait même raconter sa propre naissance, sur la naissance de la haine et de la division. Il pourrait lui dévoiler toute la vérité derrière la venue au monde des Cavaliers de l'Apocalypse, de la raison de leur mission divine, pour lui faire comprendre que son existence à elle n'est pas due au hasard et que tout, absolument tout, dans sa vie n'a été qu'une suite d'événements tracés par le destin pour la mener à la position où elle est aujourd'hui. Car si Discorde est ce qu'elle est, si elle est aujourd'hui la digne représentante de la trahison et du mensonge, c'est bien pour remplir une mission dont elle-même n'a toujours pas conscience, c'est bien pour s'élever au-delà de sa condition, devenir bien plus qu'un banal démon à la solde d'autres démons, toute commandant qu'elle est. Mais Guerre ne peut qu'être d'accord avec elle, les égouts ne sont pas l'endroit pour parler de ce genre de choses, pour fomenter un Apocalypse devenu inéluctable depuis le réveil de Guerre et, il en est persuadé, de ses frères.

« Avec plaisir, Malphas. » répond-t-elle au commandant, tout en joignant la main tendue dans sa direction. Et en une fraction de seconde, le décor change du tout au tout. Le banc poussiéreux laisse sa place à un divan entièrement recouvert de velours, tandis qu'autour d'elles apparaît une large – très large – pièce de fer et de béton, qui lui rappelle les entrepôts désaffectés de la ville. A la seule différence qu'ici, en plein centre de l'entrepôt, tout a été décoré de façon à enjoliver l'endroit ; des fauteuils trônent ici et là, un luxueux tapi persan repose sur le sol et, devant elles, une magnifique table de bois massif. Il n'y a aucun doute là-dessus, elles se trouvent bien dans un endroit sélectionné et décoré par la reine de la discorde et Guerre, sous les traits de Héloïse, y reconnaît presque le confort et le luxe de sa propre maison. Mais elle n'a pas le temps d'évaluer le décor, car Malphas interrompt ses pensées. Elle ne sait pas ce qui lui vaut l'honneur de la présence de Guerre, ni même ce que le Cavalier lui veut. Et face à ça, il ne peut s'empêcher de sourire malicieusement. Tout est pourtant si simple dans l'esprit de la Guerre, tout est parfaitement millimétré et orchestré. Et si ses frères ne sont toujours pas présents aujourd'hui, le Cavalier sait qu'ouvrir Malphas à sa véritable nature serait un premier pas vers leur retour et l'arrivée, enfin, de l'Apocalypse.

« Ce monde n'est-il pas merveilleux ? L'avarice, la colère, l'envie, la gourmandise, la luxure, l'orgueil, la paresse... Tout y est. Les humains se vautrent dans le péché éternel et s'en amusent. Ils fabriquent ces boissons –  » dit-elle en faisant tourner le verre de champagne entre ses doigts, humectant l'arôme du nectar. « pour s’enivrer et se livrer un peu plus aux vices. Pendant des siècles – ou des millénaires ? – la seule odeur dont je pouvais profiter était celle du Styx et de ses corps putréfiés qui restaient coincés dans la vase. Les victimes de la colère. Tu comprends donc, Malphas, que ce monde ressemble un peu à un Paradis à mes yeux. »

Dans un sourire entendu, le Cavalier pose le verre sur la table de bois, plongeant aussitôt son regard dans celui du démon installé à ses côtés. Il sait qu'il ne répond pas à sa question, qu'il se contente de parler pour ne rien dire. Mais à qui d'autre pourrait-il parler de ce genre de choses, si ce n'est à celle qui le comprend sans doute le mieux dans cette masse puante de démons ? Personne d'autre ne saurait ce qu'implique de vivre pour la discorde et la division.

« Mais ce monde est voué à disparaître, comme d'autres ont disparu avant lui. Mes frères seront bientôt là, nous le savons tous deux, tout comme nous savons ce qui arrivera lorsque nous serons réunis. » L'Apocalypse, la Fin du Monde. Nul ne peut en échapper, nul ne peut l'éviter. Qu'importe leur puissance, qu'importe leur âge, tous ceux qui se trouveront sur Terre seront engloutis par les vagues incessantes de la Guerre et de la Mort, de la Pestilence et de la Famine. « J'aimerais que tu me dises une chose, Malphas. Une seule chose. N'es-tu pas lassée par la guerre que Lucifer vous impose ? Par les querelles futiles que les démons se livrent au quotidien ? »

Il reprend une gorgée du verre offert par Garance, avant de le poser à nouveau sur la table. Si l'alcool n'a pas vraiment d'effet sur sa santé mentale, le Cavalier ne peut s'empêcher d'apprécier ces petites choses inventées par les mortels.

« Tu as en toi un potentiel encore en sommeil, Malphas. Ce que je veux que tu fasses, c'est choisir. Entre l'éveiller, ou rester ainsi à ployer le genou face à un enfant capricieux et pourri-gâté. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 18/01/2017
Messages : 2870
Louis d'or : 3765
pretty face : Dree Hemingway
julius caesar : Ava by Canard le Magnifique / Code sign by Kariboo Troublant / Gif by Zazou mon petit chou, tumblr & moi / Icons by me
legends never die : Démon de la Discorde et de la Frustration, Commandant de la sphère de la Discorde, Intendante de l'Impatience, Instigatrice des réactions disproportionnées et des caprices inutiles, Destructrice de la sérénité. Progéniture de l'Infini. Éternelle pétasse des Enfers.
the mighty bush : Discorde Malphas est déjà très douée pour semer la discorde autour d'elle, mais ce talent naturel est renforcé par une capacité inouïe à créer le conflit et la mésentente par sa simple présence si elle le décide. Il lui arrive d'utiliser ce pouvoir simplement pour se détendre et respirer un peu...
Prestidigitation De très loin son pouvoir préféré, cette capacité lui permet de faire disparaître ou apparaître des objets, pour peu qu'ils existent déjà dans ce monde. Cela lui permet de vous faire perdre vos clés et de les faire réapparaître dans le tiroir à couverts, par exemple, ou de déplacer vos lunettes selon sa volonté. Elle trouve à ce pouvoir un aspect artistique que peu soupçonne... Les gros objets sont tout aussi concernés, mais elle a tendance à se contenter des petits... C'est toujours plus frustrant de perdre ses clés de voiture quand on a la voiture que la voiture quand on a ses clés... La panique ne la nourrit pas. Ce pouvoir marche également sur les êtres vivants mais lui demande dans ce cas une énergie bien plus conséquente... (et c'est tout de suite beaucoup moins discret que les objets).
Catalyseur ou la capacité de stocker et diriger l'énergie (a.k.a. Redbull des Enfers). Possibilité pour son porteur de ne pas juste absorber mais aussi de canaliser l'énergie qu'il crée (par sa sphère) dans une direction précise et d'en modifier les flux selon sa volonté. Ce pouvoir permet à Malphas d'alimenter le royaume de Dis en permanence de l'énergie qui naît de la Discorde et de la Frustration, de façon constante. Elle peut aussi décider, non sans effort, d'en faire profiter davantage certaines personnes. Ce pouvoir ne s'applique pas à elle-même, il lui suffirait simplement d'arrêter la catalyse pour récupérer le pouvoir de sa Sphère.
Allegeance : Si ce n'est son éternelle allégeance à Azazel et son statut de bras droit du bourreau des Enfers, Malphas n'a pas de but propre autre que de semer la discorde et d'inspirer la frustration autour d'elle, ce qu'elle fait à chaque instant de son existence, par plaisir et par gourmandise. Elle n'est que Discorde, au service d'un Ange qui entend calciner le monde. Elle obéit aux ordres, parvenant toujours à tirer leur épingle du jeu, sans chercher à obtenir davantage de responsabilités de peur de devoir se brimer et devenir responsable. C'est une faiseuse de miracles malfaisants, qui aime la méchanceté et inspire ses démons à inventer toujours plus de mécanismes visant à rendre folles les âmes qui traversent la terre. Elle n'hésite JAMAIS à semer la discorde et la frustration dans ses propres rangs.
these streets : Tout. Elle sait tout. Et il n'y a pas que la vie à Paris qui est troublée, désormais.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1489-garance-envoyee-sur-te
Modo

Sujet: Re: Garance ₰ There's a fragile game we play Sam 10 Juin - 13:55 ()
There's a fragile game we play
Heads, I live. Tail, you die.


Les constatations de l'âme intemporelle remplissent l'immensité du hangar qui a accueilli leurs deux silhouettes... Et elle sourit, la Garce, elle sourit et elle hoche du chef, le menton volontaire et le rictus amusé. Parce qu'elle se reconnaît, là, dans le creux des paroles de Guerre et des images qu'elle impose à l'esprit affamé et décharné de son interlocutrice, accentuant à chaque parole la grimace prédatrice qui illumine son minois. Leurs silhouettes ont la paresse indécente des belles femmes, celle-là même qui leur offre toute l'élégance des artistes de la fin des temps, des valseuses de l'Apocalypse... Alors elle fait tourner la coupe de cristal entre ses doigts, la Blonde, observant les réactions gazeuses dans le liquide doré, partageant son attention entre le discours du Cavalier à ses esgourdes et le spectacle pétillant devant ses yeux. Tu avances, tu recules... Tu attends que ton adversaire capitule, là, pendant que le champagne fait des bulles... Et elle s'imagine, sans difficulté, ces deux mêmes silhouettes, une flûte entre leurs mains manucurées, échangeant calmement au milieu d'un champ de bataille recouverts de cadavres encore fumant. Un frisson gourmand remonte le long de son échine tandis que Discorde repose ses deux prunelles sur le visage caractériel de celle qui fut Héloïse. Ses paroles renferment un quelque chose de destructeur, d'apocalyptique, de fantasmagorique. Elle peut voir, Malphas, les carcasses écorchées vives tordues dans des angles que la nature ne tolérerait pas. Elle devine déjà l'odeur âcre et enchanteresse du charnier des corps putréfiés, calcinés, martyrisés. Et ça tranche avec le décor, avec la grandeur du vide qui les entoure et le confort contemporain du salon qui les accueille. Et elle ne fait rien de plus que boire son champagne et acquiescer aux rêveries guerrières du Cavalier. La Garce partage sa vision du monde, celle d'un amas de consciences débiles de méchanceté, de faiblesse, promptes au chaos et au péché, prêtes à tout pour se sentir exister sans percevoir les Ténèbres qui attendent patiemment leur heure. Il n'y a qu'un monde, et elle a envie de le dévorer tout entier.

Il n'y a qu'un Monde, et il est voué à disparaître. Comme tous les autres, et sa fin sera fantastique. Les lèvres étrangères ondulent autour de sombres et douces prédictions, lui contant l'Apocalypse et la Course folle de ses Cavaliers. Ils arriveront, bien sûr, les frères de Guerre, Mort, Famine et Pestilence, sur leurs chevaux, blanc, rouge, noir et pâle. Alors Guerre avalera les conflits, et les petites batailles d'ego et de puissance se réduiront à néant, ravagées par l'Absolu. L'Histoire se pliera à leurs volontés, elle le sait. Elle le sait et ça la fait rêver, la Terrible, la Monstruosité. Puis vient la question... Et un léger froncement de sourcils sur le visage aux traits trop délicats de Garance. Elle penche la tête sur le côté, les prunelles ancrées à celle de son vis-à-vis, l'air concerné. Les querelles démoniaques, qu'ont-elles à voir dans ton univers, dis-moi? La nuque arquée, elle réfléchit, ne comprend pas. Pas tout de suite, à dire vrai, pourquoi cette question vient la trouver. Elle se fiche de ces considérations, peu lui importe Lucifer et les autres, dans le récit du Cavalier. Elle préfère le Chaos, et le reste, et les promesses de fin du monde, et de cri éternel juste avant le silence, le dernier murmure de l'existence pour repartir de zéro, là où le néant voudra bien venir les cueillir.

La valse de la coupe de champagne les occupe, toutes deux. L'une pour boire, l'autre pour observer, en silence, une interrogation en suspens au creux de ses méninges. Et les deux flûtes sont posées sur la table de bois, dans un mouvement similaire, une danse pauvre de mouvements mais riche de sens. Elle écoute, la Garce, elle écoute et elle cherche à comprendre les sous-entendus obscurs qui ronronnent contre les mots du Cavalier. Et elle sourit, aussi, parce qu'elle n'en pense pas moins, quand bien même elle ne doit rien laisser paraître, jamais, parce qu'Azazel le lui a fait promettre. Elle sourit toujours, Malphas, comme si le monde n'était qu'une vaste blague à ses yeux.

« La Discorde m'intéresse, où qu'elle se trouve, tu dois le savoir. Entre les hommes, les pays, les puissants... Entre les démons, aussi. Parce que je suis partout, je crois, et que je ne vis que pour ça... Tu comprends ? » Elle redresse le chef, juste pour faire face et s'y perdre un peu plus. « Bien sûr que tu comprends... », ajoute-t-elle, le rictus presque attendri devant le Destructeur. « Mais ce n'est pas une fin en soi. Cette guerre qu'on nous demande de mener, ces petites guerres de pouvoir... Ce n'est qu'un chemin, un jalon dans l'histoire de la Fin, n'est-ce pas ? Je ne suis là que pour observer, je crois, et corrompre... »

L'interrogation ne s'est jamais vraiment présentée. Ce n'est pas comme si je pouvais me détacher des conflits, des accrochages, des joutes physiques et verbales. Ce n'est pas comme si je pouvais supporter le calme ou la sérénité... Et il y a un sens caché, dans les paroles de Guerre, qui n'est ni subtil ni réellement dissimulé... C'est juste qu'elle n'est pas tout à fait sûre de comprendre. C'est juste qu'elle a du mal à saisir ce qu'elle lui demande, celle qui fut Héloïse et qui monopolise toute son attention.

« Peut-être que Lucifer n'est pas fait pour régner éternellement, qu'il sera détrôné. Ce ne serait qu'un mouvement de plus... Et les anges... Et le reste... Ce n'est que le prélude, puisque tu es là. Alors... Alors je ne sais pas si mes allégeances ont la moindre importance dans cette histoire, mais tu connaissais déjà les miennes. » Car nul n'ignore que Malphas appartient à Azazel. « Et tu dois te douter que tes volontés seront les miennes, Guerre. Puisque rien n'est plus beau que la fin du monde et que j'ose espérer que personne n'annonce mieux ton arrivée qu'un peu de Discorde bien distillée... »

Elle parle en devinettes, en charades, s'amusant des dédales de cette conversation qui la fracasse et l'abrutit, qui la fascine et l'interroge. Le dos bien droit et la tête haute, elle se mordille la lèvre inférieure, Discorde, et elle passe une main dans sa nuque, l'air rêveur. Le monde disparaîtra dans un fracas, pas dans un murmure.

« Mon choix n'existe pas. Je suis Discorde, pas soldat, tu sais... »

Pour elle, même cette guerre n'existe pas. Tout n'est qu'un canevas, une promesse. Un miracle qui repose entre les doigts joliment entretenus de la créature qui lui fait face.

- a game of shadows, shall we play ? -

_________________

Connasse
- La méchanceté d'un homme fait de lui un démon, la méchanceté d'une femme fait d'elle un enfer.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: Garance ₰ There's a fragile game we play Sam 10 Juin - 23:36 ()

there's a fragile game we play
- feat. garance lesquen -

Il fait glisser ses doigts sur le verre tout juste récupéré, joue avec la coupe alors que son regard reste planté sur le visage de Malphas, sur ses lèvres qui ondulent et laissent échapper les paroles du démon. Et si rien ne transparaît sur le visage demeurant impassible de Guerre, il en est tout autre à l'intérieur, où ses pensées se bousculent inlassablement, lui laissant tout juste l'opportunité de suivre le fil de sa conscience. Depuis son retour, il attend ce moment avec une impatience dissimulée mais bien réelle, et le voilà enfin face à ce démon bien différent des autres, spécial aux yeux du Cavalier. Et spécial au yeux de ses frères, l'espère-t-il. Il a rapidement vu cette différence, il a immédiatement su voir en elle ce qu'il attendait depuis plusieurs millénaires maintenant, et il est certain de ne pas se tromper en l'imaginant, elle, devenir le héraut d'un Apocalypse inéluctable. Il ne peut pas se tromper, pas après les derniers événements survenus sur Terre, qui l'ont laissé lui et ses frères enchaînés bien trop longtemps, coincés entre ce monde et un autre, ignorants de leur propre nature et de leur véritable mission. Mais le voilà désormais totalement éveillé, ouvert à la vérité la plus pure. Malphas est la prochaine, en attendant Mort, Famine et Pestilence. Tu te rendras bien vite compte que tu ne vis pas que pour la Discorde, que tu es née pour quelque chose qui dépasse de très loin la banalité des démons.

Mais Guerre ne peut pas le lui dire aussi clairement, il ne peut pas prendre le risque de la voir changer soudainement d'avis, de la voir l'abandonner en entendant la vérité sans y être préparée. Parce que sa mission est bien trop importante pour être sabordée de la sorte, parce que tout, absolument tout, est liée à ce démon qui ne le sait pas encore, mais qui finira par le découvrir et ouvrir les yeux sur le monde.

Un sourire apparaît sur les lèvres délicatement maquillées de Guerre. Il le sait depuis longtemps, que Malphas est loin d'être aussi stupide que ses congénères. Il sait qu'elle peut comprendre rapidement les choses, quand bien même elle se méprend lourdement sur son propre rôle dans les événements à venir. Elle n'est pas là pour observer, pour rester à distance du chaos et de la destruction. Bien au contraire, même. Elle qui est destinée à devenir l'une des pièces centrales de l'échiquier. Mais si elle ne le sait pas encore, elle finira par l'apprendre, lorsqu'elle se retrouvera en plein cœur de l'Apocalypse à venir, aux côtés des Cavaliers, assistant à la destruction du monde et des Hommes.

Je te ferai ouvrir les yeux, Malphas. Et tu verras.

Il porte une nouvelle fois la coupe à ses lèvres sans réellement en boire le contenu. Quelques gouttes seulement disparaissent du récipient, alors qu'il le repose sur la table de bois, à côté de celui du démon qui continue de parler. Oh oui, Guerre sait où va son allégeance, vers qui sa loyauté est sans faille. Et c'est bien cela qui gêne le Cavalier et ses plans, qui doit désormais réfléchir à un moyen de briser ce lien ou, au moins, détourner Malphas de cette loyauté dépassée et qui ne mène à rien. Parce qu'elle est trop importante pour être confiée aux soins d'un démon identique à Lucifer, obnubilé par le pouvoir et le trône infernal. Guerre y a réfléchi, longuement, pour trouver la meilleure solution à cette épine qui lui reste dans le pied. Et il a fini par trouver un moyen suffisamment satisfaisant pour s'attirer les faveurs de la garce sans prendre le risque de la détourner de lui. Si seulement elle savait, si seulement elle pouvait se rendre compte de son importance et de son rôle dans les plans du cavalier de l'apocalypse.

« C'est là que nous ne sommes pas d'accord, Malphas... Tu n'es pas là pour te contenter d'observer. Tu as un rôle à jouer dans tout ça, un rôle qui dépasse de loin la sphère dans laquelle tu as ton confort. » Il réfléchit soigneusement aux mots qu'il emploie, tente de trouver les meilleurs. « Je sais où va ton allégeance, et je le respecte, mais... » mais elle ne t'offrira rien en comparaison de ce que je t'offre. « mais tu as un rôle à jouer, un rôle qui nécessite toute ton attention. »

Il ne se reconnaît presque pas, Guerre, lui qui est habitué à manipuler les autres et mentir en toute circonstance. Mais Malphas est différente des autres des autres aux yeux du Cavalier. Et si Guerre doit lui offrir un minimum de sincérité pour la convaincre et lui faire prendre conscience de son véritable rôle, alors soit. Tout est bon pour que le Prophète s'éveille. « [color:0bac=5a6495]Ton choix existe, Malphas. » Il lâche un sourire à la blonde, laissant glisser sa main contre la joue de son interlocutrice. « Tu n'es pas un soldat, mais tu es bien plus que Discorde, laisses-moi te le montrer. »


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: Garance ₰ There's a fragile game we play ()
Revenir en haut Aller en bas
 
Garance ₰ There's a fragile game we play
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» MAGGIE ♔ Love is a dangerous game to play. Hearts are made for breaking and for pain.
» SAINT SEIYA TRAD CARD GAME ONLINE ARMY OF THE GODS
» "Let's play a new game, ok?" [Sweets]
» Wanna play a game ?
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
Static palms
melt your vibe
always on the hunt

a game of shadows :: Paris :: Nord-ouest :: Huitième arrondissement :: Les champs élysées :: L'arc de Triomphe :: Les égouts :: QG des démons :: Galileo's bar