boom bitch
Après un long dimanche, mais pas de fiançailles, nous voilà de retour !
Pour tout savoir sur les nouveautés de la version, c'est par .
dying to be born again
L'intrigue est de retour, pour vous jouer de mauvais tours... ou pas.
Dans tous les cas, c'est par .
paris versus the apocalypse
Quoi de mieux pour lutter contre l'apocalypse qu'un apéro ?
Pour vous inscrire à l'event, c'est par là.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 Do you remember when we used to play ?
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
the last young renegades
homecoming : 03/05/2017
Messages : 41
Louis d'or : 84
pretty face : Lauren Cohan
the mighty bush : Technosymbiose : Capacité qui porte l'esprit de l'individu dans n’importe quel objet électronique. Tandis que son enveloppe physique est immobile, son esprit navigue dans les réseaux. Pour revenir dans son corps, l'esprit doit être en contact avec ce dernier, par moyen d'une quelconque technologie. Il lui est possible d'être dans la matrice tout en étant conscient de ce qu'il fait, pour cela, il doit être proche de la technologie. Il peut communiquer avec d'autres personnes grâce au réseau informatique, qui peuvent l'entendre via téléphone, oreillette ou autre.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t2895-gabrielle-sambre-his-palms-ar
Templiers

Sujet: Do you remember when we used to play ? Lun 15 Mai - 3:49 ()
Tout n'est pas rose dans le monde magique de Paris ; visiteurs, déposez à l'entrée tout ce qui serait susceptible de vous blesser, comme votre espoir ou votre sensibilité.

L'alliance des plus précaire entre anges et templiers avait finie par voler éclat, scindant le front de protection de l'humanité en deux et provoquant d'important changements au sein de l'Ordre. Certains anges étaient restés fidèles à leur serment, traités par la plupart comme des parias, tandis que les autres figuraient désormais sur la liste des créatures à arrêter. Il n'y avait plus un ennemi, mais deux, et le futur se dessinait en ombre chinoise. Une question se posait alors... qu'adviendra-t-il au moment où les démons seront – car ils le seront – tous exterminés ?

Lorsque l'on vole aussi près du soleil, n'est-t-on pas au fond à la meilleure place pour se brûler les ailes, qu'elles soient faites de plumes ou de lumière ? N'est-t-on pas à la meilleure place pour... chuter ?

Gabrielle fuyait cette question autant qu'elle le pouvait. Cette affaire lui bouffait le moral. Elle laissait les responsabilité à ceux qui les voulaient et se contentait de suivre, de trainer la patte derrière tous ces chevaliers expérimentés. De faire ce pour quoi elle avait été recrutée tout en vivant sa vie, tant que vie il y avait, en pensant le moins possible aux ténèbres planant sur Paris.

Sa vie. Elle se résumait à peu de choses, sa vie.

Elle adorait retrouver sa petite Miriam de temps en temps pour partager un café ou bien une pizza, avachies sur le canapé à discuter de tout et de rien, à refaire le monde, à Netflix and chill. La bâtarde vivait un peu à travers elle. Comme si elle avait une chance de revivre sa jeunesse avec une amie sincère. Elle était son repaire, son point d'ancrage ; une personne qui ne la décevrait jamais et qui peut-être, un jour, pourrait l'aider à porter ses fardeaux.

Elle l'attendait donc sur le parking comme prévu, parée d'un sourire à côté de sa moto fraichement acquise, deux casques sous le bras. La joie & la fierté émanaient de tout son être, et c'est tout naturellement qu'elle fit les derniers pas pour rejoindre sa meilleure amie, lui collant une bise franche sur la joue avec un enthousiasme qui lui était propre.

« Surprise ! fit-t-elle énergiquement en lui tendant un des deux casques, et... Surprise ! Rah, attend... P'tain. »

Gabrielle plissa le front et glissa une main gantée au fond de la poche arrière de son jean, bataillant en remuant des fesses pour permettre à ses doigts d'atteindre l'objet caché dans le replis rebelle, ses efforts sabotés par l'épaisseur de ses gants de protection. Elle parvint finalement à sortir ce qu'elle cherchait, au prix du ridicule et non sans avoir attisé le rire – sans doute de pitié – de Miriam. La brune le lui tendit alors, un franc sourire aux lèvres. Il s'agissait simplement d'une sucette à la cerise en forme de cœur, emballée sous vide entre deux carrés de plastique, mais elle avait une signification particulière.

« Tu te souviens de ça ? J'en avais toujours quand je venais te chercher à l'école, lorsque t'étais petite. J'crois que ton père m'en aurait voulu s'il avait su. Mon Dieu ça fait loin. J'avais ton âge... Tu sais ce que ça veut dire ? Tu vas vieillir ma beauté ! » avait-t-elle enchaîné, volubile comme souvent.
Revenir en haut Aller en bas
 
Do you remember when we used to play ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» 05. The games we play
» Guide pour étoffer votre rôle-play
» Nano. Role Play !
» Le 20 juin... Remember Cosmos 1999...
Static palms
melt your vibe
always on the hunt

a game of shadows :: Paris :: Sud-Est :: treizième arrondissement :: Quartier de la bibliothèque :: Barabra's milkshake bar