boom bitch
Après un week end de liane foly, le forum ouvre ses portes !
Pour tout savoir sur les news de cette version, c'est par .
are you ready for it ?
Un cavalier de l'apocalypse, une pénurie inédite, un trésor chelou de ouf et surtout la fashion week...
Venez découvrir l'intrigue et ses quêtes ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 grégoire ; pion noir contre chevalier blanc.
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
homecoming : 22/12/2016
Messages : 175
Louis d'or : 147
pretty face : evan rachel wood.
julius caesar : liloo_59.
legends never die : démon du génie incompris et des inspirations biaisées, prêtresse des solutions faciles et apôtre de la vérité qu'on ne veut pas entendre. lieutenant de discorde, ombre de malphas.

Sujet: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Ven 19 Mai - 16:57 ()
Grégoire Nevers
holy nightmare
that's my nameNevers.
They call me Grégoire Armand Gauthier. Comme l’exige la tradition familiale, il a hérité des prénoms de ses grands-pères, et a l’impression de se prendre vingt ans dans la gueule chaque fois qu’il pose un œil sur sa carte d’identité. Il fallait le voir le jour de son mariage, devant le maire.
laughter lines 38 ans. La quarantaine le guette, non sans lui causer quelques rides.
moneymaker Soldat dans l’armée de Terre, affecté à l’école militaire. Plus par facilité que réelle ambition, il s’est engagé dans l’armée également par besoin de se sentir utile à quelque chose.  
heart like that Veuf. C’est à tout le moins le statut qu’il s’est attribué lorsque sa femme a disparu, peu importe qu’aujourd’hui, il lui arrive de la croiser au bout de la rue.
Sex on fire Hétérosexuel. Il ne s’est d’ailleurs jamais posé la question.
Blood lines Fils unique. Son père est décédé le jour de la Grande Disparition, et selon toute vraisemblance, ne compte pas sortir de la tombe dans laquelle il a été couché ; sa mère est plongée dans le coma depuis le Grand Retour, agressée ce jour-là par un homme complètement désorienté. Ils n’ont pas encore retrouvé l’agresseur.
society Classe moyenne. Il a les moyens de payer son logement, sa nourriture et son petit train de vie, et même quelques extras qui ont tendance à le mettre dans le rouge lors des fins de mois.
home address Quatrième arrondissement. Il s’y est installé peu de temps après la Grande Disparition, pour démarrer une nouvelle vie, choisissant volontairement la proximité de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Il trouve l’endroit calme et vraiment très apaisant, sans vraiment savoir pourquoi.
theme song Bird Set Free, Sia.  
la stupidité est homme
l'éternité est démesure
Les hallucinations, c’est pas marrant. C’est le genre de choses qu’on aimerait ne jamais subir, ne jamais connaître, parce qu’on ne sait jamais d’où elles viennent : réminiscences d’une vie passée, espoir fou et démesuré, ou fantasme qui n’a pas droit de vie. Les hallucinations, c’est vraiment le genre de truc qui ne devrait arriver qu’aux autres, voire, si un peu d’altruisme s’incruste dans l’histoire, qui n’est qu’une légende urbaine.

C’était ce qu’il s’était dit peu après l’avoir vue dans la rue, un beau matin gris comme Paris sait les abriter. Le genre de matin clair, sans brume, mais blafard, aveuglant, d’un blanc laiteux, malade, grisâtre. Ces matins mornes, sans vie, accablant, triste. Ces matins qui filent une impression de déjà-vu, de journée sans fin, de routine monotone. Sauf que ce matin-là n’était pas comme les autres. Ce matin-là, il l’a vue. Et ce matin-là, il a senti son cœur exploser dans sa poitrine. Littéralement.

Une surdose de caféine, sûrement.

Pourtant, il s’est mis à courir. Il savait, il savait bien, qu’elle était morte. Il l’avait enterrée. Bon, pas vraiment officiellement ; il s’était confectionné son petit coin de cimetière à l’endroit où il l’avait demandée en mariage, tremblant de tous ses membres, presque convaincu qu’il mourrait d’une attaque cardiaque ou d’un AVC ou de quoique ce soit dans la seconde suivante. Même le cancer, le genre fulgurant quoi. Ça avait été le truc le plus dur qu’il n’ait jamais fait, même se produire dans une grande salle connue pour être une scène de légende ne l’avait pas tant mis à l’épreuve. Alors, ça lui avait paru tout à fait naturel de consacrer ce coin, qu’elle avait foulé et ravi d’un oui soufflé du bout des lèvres, par sa mémoire. Sa stèle à lui. Le tombeau de son cœur. Ils n’avaient jamais retrouvé son corps, mais il en était persuadé, parce que ce jour-là, elle n’avait pas été la seule ; d’autres avaient aussi disparus. Et puis, quand ils ont commencé à dire qu’ils étaient tous réapparus, comme ça, pouf, d’un coup d’un seul, elle n’était pas revenue chez eux. Elle ne l’avait pas appelé, ne l’avait pas recherché, ne s’était pas finalement plantée devant la télé pour rattraper son retard sur la télé-réalité qu’elle suivait assidûment – rien, nada, que dalle.

De fait, elle était morte.

Alors, cette silhouette qu’il avait aperçue au bout de sa rue ne devait être qu’une hallucination. Un tour joué par son esprit fatigué après cette nuit agitée, peut-être même avec la participation de sa culpabilité. Même trois ans après sa disparition, il ne parvenait pas à se défaire de son serment de loyauté et de fidélité qu’il avait prêté à son égard, le jour de leurs noces ; alors, quand il allait voir les prostituées, il n’était pas toujours très fier de lui, mais après. Avant, et pendant, il n’était qu’un homme, un homme comme les autres, à qui on avait arraché une partie de sa vie, une partie de son cœur, une partie de son âme. Et qui trouvait quand même très abordable et très facile le recours à ce genre de service quand il en ressentait le besoin ou l’envie, ou les deux. Mais après… ah, après, il repensait toujours à elle. Il se demandait ce qu’elle en dirait. Elle en rigolerait peut-être, elle hausserait peut-être les épaules en lui disant qu’il faisait ce qu’il voulait, et il savait que ça le mettrait en rogne parce qu’il n’aimait pas quand elle donnait l’impression que ça ne comptait pas. Alors que ça comptait. Ça avait toujours compté.

Mais il courait. Il courait derrière cette hallucination, cette chimère, cet espoir fou et invraisemblable qui lui lacérait la poitrine, il courait tout en sachant que tout ça n’était pas possible. Aussi cruel Dieu a-t-il été en cette année 2041, il ne revenait pas sur ses décisions. C’était impossible. Ça ne pouvait pas être elle.

Il tourna à l’angle de la rue, à bout de souffle. Elle avait disparu.
Aide-toi et le Ciel t'aidera
aux dieux les sacrifices
caractèrearrogant ; impatient ; susceptible ; loyal ; égoïste ; tendu ; méprisant ; passionné ; sportif ; débrouillard ; discipliné ; intègre.
anecdotes♠️ C’est un croyant, un pratiquant. Croire n’a jamais été une question, mais une évidence ; sa foi, une partie de sa personnalité, de son être, de son âme. Il n’a jamais eu besoin de la moindre preuve pour croire en Son existence, Sa bienveillance, Son amour ; c’est quelque chose d’inné, de fort, une conviction profonde, sans commune mesure. Il n’est cependant pas homme d’évangile, car il est assez loin de pratiquer tels que les rites chrétiens le requiert : la messe, les dévotions avant les repas, les pèlerinages n’ont jamais figuré à son programme, pas plus que le catéchisme. Il a appris seul et a interprété seul ses convictions, bien qu’aidé par quelques textes et témoignages glanés par-ci, par-là ; pour lui, sa foi est une raison de vivre, une bouée de sauvetage, une explication à tout. Une façon de vivre la conscience tranquille.

♠️ Il est hypocondriaque. La moindre coupure lui fait craindre la gangrène, la moindre toux, le cancer des poumons. Malgré tous ses efforts pour relativiser les petits bobos du quotidien, il lui arrive très souvent de se rendre chez le médecin, au point de prévoir tout un budget à cet effet.

♠️ Il considère son corps comme un temple. Bien qu’il ne suive pas les règles très strictes d’un régime pour bodybuilder, il n’en est pas loin ; il pratique la musculation et la cardio quotidiennement, et ne se sent pas bien dans ses baskets s’il n’a pas touché au moins aux altères qui sont cachées sous son lit au cours de la journée. C’est autant un engagement, une « passion » qu’une véritable nécessité pour lui. De la même manière, il ne boit pas et ne fume pas ; il n’a jamais touché à la moindre drogue de sa vie, même alors qu’il faisait partie d’un groupe de musique connu et qu’il semblait que ce soit un acquis que de se shooter avant, pendant et après les scènes.

♠️ Il a une véritable passion pour les plantes. Son appartement ressemble davantage à une serre qu’à un logement normalement constitué, et il prend grand soin de tout ce qui est verdoyant et lui passe dans les mains. Il connaît chaque arbre, arbuste et fleur sur le bout des doigts et possède une petite bibliothèque sur le sujet ; sa connaissance va même sur la signification de chaque plante dans la société. Il sait donc parfaitement quelle fleur offrir, quand… Cependant, il n’en parle à personne : ça nuirait à sa crédibilité d’homme viril, voyez.

♠️ Il se déplace à moto et a déjà perdu trois fois son permis pour de (très) nombreux excès de vitesse. ♠️ Il possède une chienne de race boxer, Diva. ♠️ Son animal préféré est le kiwi, c’était d’ailleurs son nom de scène. ♠️ Il ne possède pas un seul des albums de son groupe.
not comin' home
you're not coming home
Pouvoir Aucun.
What you know Le Grand Départ n’est rien de plus que ce qu’il paraît être : l’action de Dieu sur une poignée d’élus. Peu importe les raisons de Son geste, peu importe les conséquences qu’Il espère, il n’y a juste pas d’autres explications à ce phénomène dont seul le Créateur a le pouvoir. Grégoire n’est cependant pas un fanatique et n’apprécie que très peu la volonté divine, mais il la respecte ; de toute façon, ont-ils eu le choix ? Il ne comprend pas pourquoi, pas plus qu’il ne comprend pourquoi ces personnes, pourquoi le choix de ces personnes, et surtout pourquoi celui de sa femme, pourtant si vertueuse ? Bien sûr, tout ça fait partie d’une vision d’évangile, il croit en Dieu et c’est sa foi qui guide sa conviction. Il est très loin de penser que les retours de ces personnes sont le fait d’anges et de démons, ainsi que de dieux païens ; il pense même que ce qu’ils appellent des retours ne sont que des hallucinations, la conséquence d’une douleur incommensurable de ceux qui ont perdu leurs proches. Il ignore parfaitement qu’il a tout à fait raison, que ceux qui sont partis le sont réellement, qu’ils ont été remplacés par des entités divines et démoniaques. Même cette femme, qui est la copie conforme de celle qu’il a épousée, et qu’il croise de nouveau dans la rue, dans sa vie, dans son univers, ne peut être sa femme. Et elle ne l’est pas. Pas tout à fait. Elle ne le sera juste plus jamais.
Let's play Grégoire est un des rares à ne pas croire au complot ; mieux encore, à ne pas se poser de questions. Il est vrai que le Grand Départ est sujet à question : tant de disparitions en une seule fraction de seconde laisse peu de place aux coïncidences, mais comme homme de raison et de foi, Grégoire n’y a vu là que l’expression d’une volonté divine. Une mise en garde, peut-être. Ou tout bonnement, des actes « anodins » qui, mis ensemble, forment tout un ensemble d’étrangetés ? Après tout, de nombreuses personnes meurent dans le monde, le même jour, et personne n’en fait tout un plat. Dans Paris même, la population doit fluctuer chaque jour avec son lot de disparitions, sans que personne n’y prête attention. Pourquoi maintenant ? De plus, avec le Grand Retour, la réapparition de toutes ces personnes portées disparues lui laisse penser que ce n’était qu’une vague de changements de vie, de changements de voie, de personnes qui décident soudainement de tout plaquer avant de revenir à de meilleures intentions. Rien de plus, rien de moins. Et pour ceux qui ne sont pas revenus ? Eh bien, ils sont morts… La vérité est là.  
Pour toi, les démons et les anges, fiction ou réalité ? Les anges et les démons font partie de sa mythologie. Il croit en leur existence, au Paradis et à l’Enfer, mais est convaincu qu’ils ne descendent jamais sur Terre, ou du moins pas dans leur entité complète. Il pense qu’ils rôdent, qu’ils ne sont jamais bien loin, que leur présence irradie sur Terre, et qu’ils sont sous leur influence chaque jour et chaque nuit. Ce qui leur surprend, ce n’est pas tant d’entendre des rumeurs sur leur présence dans Paris, mais plutôt que les gens en parlent : jamais auparavant une telle idée n’aurait pu être évoquée sans être taxée de folie. Et il trouve ça vraiment, mais alors vraiment très étrange.
Les templiers, c'est un mythe, pas vrai ?   L’existence des templiers est un mythe. Une légende. Le genre d’histoires racontées aux enfants pour leur donner des rêves chevaleresques, l’envie d’être aussi braves, héroïques et nobles que ces gens d’une autre époque. C’est également le genre de titres que l’on donne pour sacrer le courage, des valeurs et des préceptes moraux qualifiés de justes. Comme une société secrète, le genre de la franc-maçonnerie, ou des illuminati. Le genre qui ne fait pas bien mal.
Et les révolutionnaires, t'en penses quoi ? Il n’aime pas les révolutionnaires. Il ne comprend pas leurs motivations et surtout, ne comprend pas comment ils peuvent estimer que leurs actions sont justes pour leurs causes. Comment leur est-il venu en tête que provoquer des émeutes dans Paris et avoir quelques exactions sur leur tableau de chasse provoquerait autre chose qu’une guerre civile et des dégâts considérables dans une ville déjà affaibli par une obscure chasse aux fantômes ? Car ce n’est rien d’autres que cela, une chasse aux fantômes. Les disparitions sont étranges, d'accord, mais c'est pas une raison pour faire chier les autres. Comme militaire en charge de la sécurité, Grégoire n’a aucune clémence à l’égard de ceux qui s’attaquent à l’ordre public pour se faire entendre sur un sujet qui ne mérite même pas d’être abordé. Comme homme, il les trouve lâches. Lâches, parce qu’ils n’ont pas la force d’affronter la dure vérité qu’est celle-ci : ils ne sont pas maîtres de leur destinées, et encore moins de celles des autres.
Le nouveau maire, tu lui fais confiance ?   La disparition mystérieuse du précédent maire n’est pas étrange dans un contexte aussi difficile que celui de Paris depuis le Grand Départ. La société tremble, s’effondre, et tout part à vau-l’eau, quitte à estimer qu’une action incendiaire est légitime pour faire réagir le gouvernement. Alors une telle disparition est peut-être dû aux révolutionnaires, ou peut-être même que le maire l’a fait pour lui, pour sa propre sécurité, parce qu’il a su trouver ses limites. Quant au nouveau maire, il n’y a rien à en dire de plus que son prédécesseur. Après tout, les exactions des révolutionnaires n’ont pas cessé, car son boulot à lui n’a pas diminué.
They left ♠️ Morgane Nevers, sa femme, a disparu le jour du Grand Départ. Bien que son corps n’a jamais été retrouvé, elle a été identifiée parmi toutes les personnes qui ne sont pas rentrées chez elles ce soir-là, ni les soirs suivants. Pour Grégoire, sa femme est morte. Peu importe que son corps ait disparu autant qu’elle, peu importe les rumeurs et la théorie du complot, sa femme est morte. Définitivement. Tout comme ceux qui, avec elles, ne sont jamais revenus. Son père, également, a disparu le jour du Grand Départ, mais son corps ayant été retrouvé, il est véritablement mort.
where did they go ? Lorsque les recherches ont abouti à la disparition de sa femme, Grégoire a senti le monde s’effondrer autour de lui. Sa femme était ce qu’il avait de plus cher, son plus beau trésor, la moitié de son âme, l’essence de sa vie ; il n’avait jamais envisagé la vie sans elle et sa demande en mariage a été la chose la plus dure qu’il ait faite de toute sa vie, car c’était ce qu’elle représentait : sa vie. Sa disparition n’a pas seulement laissé un vide derrière elle, mais elle a arrêté le monde sur son pivot. Bien sûr, il veut refaire sa vie, bien sûr, il estime qu’il le lui doit, mais il sait aussi que ce ne sera jamais pareil. Grégoire a fait son deuil longtemps, persuadé, encore aujourd’hui, qu’elle est bel et bien décédée. Il ignore à quel point il a raison. Pendant l’année qui a suivi le Grand Départ, il a changé sa façon de vivre afin de prendre un nouveau départ tout en conservant dans son esprit la mémoire de sa femme, en l’honorant et la respectant chaque jour qu’il passe ; il n’a jamais vu sa mort comme une fatalité, comme quelque chose qui avait tout détruit, qui avait tout terminé. Mais rien ne serait pareil. Il a vécu, et vit toujours, sereinement avec l’idée de sa disparition, et encore aujourd’hui, il la pense morte. Même alors qu’il l’a revue, croisée de nouveau, qu’il a plongé son regard dans le sien et qu’elle a répondu à son prénom, à sa main, à sa peau contre la sienne. Non, Morgane est morte, et c’est ainsi  
you're not coming home
The real star
a star is born
pseudo equynoxe.
âge 27 ans.
Comment as-tu trouvé le forum ? Bazzart.
Qu'en penses-tu ? Il est superbe et très bien construit.
Feat. Luke Evans.
crédits Schizophrénic.
what else ?  


Dernière édition par Grégoire Nevers le Dim 4 Juin - 19:56, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
homecoming : 22/12/2016
Messages : 175
Louis d'or : 147
pretty face : evan rachel wood.
julius caesar : liloo_59.
legends never die : démon du génie incompris et des inspirations biaisées, prêtresse des solutions faciles et apôtre de la vérité qu'on ne veut pas entendre. lieutenant de discorde, ombre de malphas.

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Ven 19 Mai - 16:58 ()
TITRE PRINCIPAL
CITATION PRINCIPALE
SOUS TITRE
CITATION
Paris avait été belle. Lumineuse. Attachante. Extravagante. Attrayante. Aguichante. Un éden, une terre sacrée pour les petits banlieusards et les enfants de la campagne, le pèlerinage de toute une vie parfois. Une ville de rêve, l’inatteignable perfection qui fabriquait sa légende, la chimère du monde parfait. Paris avait été un objectif, un espoir, un fantasme pour nombre d’entre ceux qui n’y vivaient pas ; et pour ceux qui y vivaient, un rêve devenu réalité. C’était ainsi dont on en parlait, ainsi dont on y pensait, ainsi dont on en rêvait. Sa légende seule suffisait à faire battre son cœur.

Aujourd’hui, Paris n’était rien de plus qu’une prison effondrée, un monde disloqué, un univers dévasté.

« Tu l’as démolli, Greg. Ça t’ressembles pas. » « Tu crois ? », lance-t-il d'un sur un ton qui se veut ironique, mais se noie dans l'asthénie. Il fixe d’un œil aveugle la rue défoncée à travers la vitre presque propre du café. Il est épuisé. Le procès, rapide, n’avait pas été particulièrement éprouvant, mais la lourde procédure qui l’avait précédé avait longuement et progressivement sapé les forces de l’homme pourtant endurant quand il s’agissait d’encaisser les emmerdes. Son corps lui pèse, il a l’impression que les années se sont soudainement appesanties sur son dos, il sent presque les rides creuser son visage ; il se traîne plus qu’il ne se déplace et la lassitude, hôte coutumière, est devenue la couleur de son monde. Il boit son café, mais n’en trouve aucun goût ; il goûte son croque-monsieur, mais essuie une amertume acerbe. Il ne se sent même pas vraiment coupable, ni abattu par le verdict et sa promesse des mois à venir, pas plus qu’il ne ressent la moindre colère ; rien de plus qu’une coquille vide, remplie d’air.

« Peut-être que c’est ce qu’il te faut. » « La prison ? » Un rictus étire ses lèvres en prononçant ces mots. Il était en sursis, il avait réussi à décrocher quelques circonstances atténuantes juste parce qu’il avait une vie pourrie depuis quelques temps. Pourrie ? Doux euphémisme. « Non. La mise à pied. Tu sais que tu aurais dû arrêter bien avant. » « Va pas sur ce terrain. » Il ne s’énerve pas, et c’est très étrange parce que sa susceptibilité a très souvent déterminé la nature de ses relations sociales. Il n’était pas vraiment connu pour être un grand patient, un homme d’une grande bonté et d’une certaine retenue ; alors, s’entendre parler si calmement de ça tenait presque du miracle. Ou de ce que ça paraissait être : un abîme sans fond dans lequel il s’était enfoncé. Une anesthésie affective, comme le lui avait dit son psy.

Oui, il aurait dû arrêter bien avant. Oui, il aurait dû prendre ce congé que ses supérieurs lui avaient chaudement recommandé. Oui, il aurait dû rester végéter chez lui, regarder le temps qui passe et peut-être se tirer une balle dans la tête. Oui, il aurait dû continuer d’honorer ses rendez-vous avec le psychiatre de l’armée. Oui, il aurait dû. Il aurait dû. Mais il ne l’avait pas fait.

Du coin de l’œil, il capte l’intérêt mal dissimulé d’un autre client du café. Il sait que sa tête lui revient, parce que ces derniers temps, il a eu le malheur de se prendre un retour de célébrité dans la gueule. Sa vie d’avant, sa vie passée sur les scènes, derrière un micro, cet étrange petit bout de vie qu’il avait mené avec des potes sans croire un instant que ça aurait pu marcher lui a fichu un pain dans la tronche en se rappelant à son bon souvenir maintenant qu’il avait lui-même donné quelques coups de-ci, de-là. Déjà, son engagement dans l’armée avait fait parler de lui pendant une semaine ; mais après quelques années à se tenir à carreau et à entendre le monde de la musique se renouveler, il avait fini par se faire oublier. Jusqu’à aujourd’hui. Ca, en soi, il s’en foutait. Au couple qui l’observe à la dérobée il n’adresse que son indifférence, voire un léger mépris en les observant franchement avant de détourner le regard. Avant de voir qu’elle tenait entre ses mains le magazine qui relatait le mieux, et avec force détails, tout ce qui avait bien pu lui arriver ces derniers jours.

Son procès pour coups et blessures. Et la Grande Disparition.

C’était quand même dingue, ça. Des dizaines de personnes avaient été blessées pendant les émeutes, mais personne ne parlait de leurs agresseurs ; des dizaines de personnes avaient soudainement disparus, mais personne n’interviewaient leurs proches avec assiduité. Sauf lui. Sauf lui et ceux et celles qui avaient eu le malheur de faire quelque chose de leur vie qui leur avait valu une mise en scène médiatique. Lui avait été disséqué sous tous les angles : l’homme sans histoires qu’il avait été était devenu un militaire imbu de son statut, mais qu’on ne devait pas blâmer pour tout ce qu’il avait fait parce qu’il n’était rien de moins qu’un pauvre homme brisé par la disparition tragique de sa femme. Sa femme. Sous leurs plumes, elle était devenue une excuse. Une catharsis. Une explication logique à son comportement. Sa faiblesse. Sa vulnérabilité.

Ils avaient touché à sa femme. Ils avaient osé.

« Lève-toi. » Il ne bouge pas. Il ne parvient pas à détacher son regard de ce magazine qui traîne sur la table du couple, lui-même franchement intrigué par l’insistance de son regard. Qu’ils s’intéressent à son procès, qu’ils s’intéressent à sa vie, qu’ils s’intéressent à sa réputation et qu’ils la fichent en l’air, il s’en foutait. Mais pas ça. Pas sa femme. Pas elle. Surtout pas elle. « Putain Greg, lève-toi, c’est pas le moment. » Bien sûr que non, ce n’était pas le moment. Mais…

Anesthésie affective, hein ? Imbécile.

« Ça va. » Il dégage son épaule de la main de son ami d’un coup sec, se lève et observe ses mains plaquées contre la table. Il a les ongles sales, comment diable avait-il fait cela ? Il lisse les manches de sa veste officielle et se redresse de toute sa hauteur, replongeant de nouveau son œil dans les ombres de la rue fracassée, derrière la vitre presque propre du café. Puis il se tourne vers le couple et leur adresse l’un de ses plus beaux sourires : celui qui simule la politesse mais dissimule les crocs acérés d’une cruauté réelle. « Je vous souhaite une bonne soirée. » Sans en penser un seul mot. Et aux regards du couple, il sait que le message est bien passé.

« Tu sais, tu vas me manquer. Mes journées vont être bien vides pendant ta mise à pied. » Il lance un regard torve à son ami qui, le regard rivé droit devant lui, affiche un petit sourire de connivence. Grégoire lève les yeux au ciel. « Tu parles. T’es le premier à en être ravi. » « Non, non, je t’assure. Les gars sont tellement sûrs de leurs forces qu’ils ne viennent à l’infirmerie que quand ils sont à deux doigts de choper la gangrène. Au moins, avec toi, on va de surprise en surprise. » « Ta gueule. » Ce con a réussi à le dérider. Il sent son cœur, qu’il n’avait pas su si comprimé, se détendre, avoir un sursaut soudain au goût de sa liberté. Il souffle. Il songe que demain, il n’y a rien. Aucune convocation, pas d’avocat, pas de sergent, pas de capitaine ou de gradé susceptible de lui passer un nouveau savon.

Il pense que demain, il pourra aller sur la tombe de Morgane et lui adresser ces dernières paroles qu’il ressasse, parce qu’il n’a jamais pu les lui dire.

Son ami lui touche l’épaule. Doucement. Presque imperceptiblement. Grégoire s’arrête et l’observe. Il sait d’instinct ce qu’il va lui dire. Il le sait, parce qu’il ne le lui a jamais dit, il le sait, parce qu’il le connaît, il le sait, parce que c’est dans sa nature. « Je suis vraiment désolé. Pour Morgane. » Il hoche la tête. Personne n’osait lui parler de Morgane, ni lui présenter de condoléances. Personne n’osait vraiment aborder le sujet sous quelque angle que ce soit ; lorsqu’ils évoquaient la Grande Disparition, ils ne le regardaient jamais en face. Peut-être parce qu’il n’était pas un modèle d’amabilité. Peut-être parce que la presse en parlait assez pour eux. Ou peut-être parce que c’était un sujet tabou. Ou peut-être parce qu’il était le seul parmi ceux qui avaient été touchés par l’évènement à l’accepter. Quelque part, il en était heureux. D’un autre côté, il ne voyait pas ce qu’il y avait à en dire.

Morgane était morte. Qu’y avait-il à rajouter ?

Il se souvenait que quelqu’un lui avait demandé comment il pouvait en être aussi sûr, comment il pouvait l’accepter et surtout, comment il parvenait à vivre avec l’idée qu’elle n’était pas la seule, que quelque chose s’était passé, quelque chose d’incroyable, de surnaturel, quelque chose d’inexplicable qui tourmentait le reste du monde. Il avait répondu par ce en quoi il croyait, que la mort faisait partie de la vie, et que rien n’arrivait sans raison, que c’était peut-être l’œuvre de Dieu. Puisque c’était inexplicable et surnaturel, pourquoi cela ne pourrait-il pas être ? Et depuis, plus personne ne lui avait demandé son avis sur le sujet. Sauf une fois, où quelqu’un s’était emporté contre lui en l’accusant de prosélytisme, de connivence avec le gouvernement car comme il était un militaire, il avait peut-être eu des ordres et il avait peut-être même participé à tout ça ?

Ca s’était terminé par un procès pour coups et blessures.

La disparition de Morgane l’avait détruit. Anéanti. Annihilé. Mais il l’avait accepté, parce qu’il ne pouvait rien faire d’autre et parce qu’en tant qu’homme, en tant que croyant, il y était préparé. C’était leur destin à tous. Bien sûr, il n’avait jamais pensé que cela arriverait aussi tôt, mais on ne lui avait pas demandé son avis. C’était pour cette raison qu’il parvenait à continuer à vivre, à continuer à voir des gens et à être paisible, malgré sa susceptibilité. Malgré son mauvais caractère. Malgré tout.




Dernière édition par Grégoire Nevers le Dim 21 Mai - 23:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
oh, look what you made me do

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Ven 19 Mai - 17:02 ()
Bienvenue
Un humain militaire, c'est une bonne idée yeah
Bon Courage pour la suite de ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t292-pascaline-estelle-sabot
Humains
homecoming : 29/10/2016
Messages : 11879
Louis d'or : 5599
pretty face : Teresa Palmer
julius caesar : Class Whore + Garance + Ophélia
these streets : Pascaline ne sait rien ou presque, mais ça ne saurait tarder si vous voyez ce que je veux dire.

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Ven 19 Mai - 17:11 ()
Re-Bienvenue dans le coin aya
J'espère que tu t'amuseras avec ce personnage là aya

_________________

« you got to be good to be true »
▬ Pascaline. Let my soul smiles through my heart and my heart smiles through my eyes, that I may scatter rich smiles in sad hearts.


Mes Goscars:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
oh, look what you made me do

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Ven 19 Mai - 17:20 ()
Rebienvenue, bon courage avec cette fiche promet
Revenir en haut Aller en bas
Invité
oh, look what you made me do

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Ven 19 Mai - 18:19 ()
Coucou aya Rebienvenue et bon courage pour ta fiche J'aime beaucoup cette idée de croyant mais non pratiquant comme on l'attendrait :hm:

Nous faudra un lien avec Peter et Oscar :well:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
oh, look what you made me do

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Ven 19 Mai - 18:42 ()
Un humain dans l'armée hypocondriaque :mdr: ca promet ! j'adore trop l'idée !

ReBienvenue alors !!!! aya
Revenir en haut Aller en bas
Invité
oh, look what you made me do

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Ven 19 Mai - 19:25 ()
Il est tellement cool et sexy omg je vais pas m'en remettre :well: :well: :well: :well: :well:

Je suis absolument fan de toutes tes idées et j'ai vraiment hâte de voir ton nouveau bonhomme en jeu ! globul Courage pour la rédaction, du coup ! Et re-bienvenue parmi nous !! :yes: :yes:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
oh, look what you made me do

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Ven 19 Mai - 20:46 ()
Rebienvenue.
Je viens de finir de lire ta petite intro - qui n'est pas si petite, m'enfin, on se comprend. Et... :cutipie2:
J'ai super hâte d'en lire davantage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
oh, look what you made me do

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Sam 20 Mai - 11:05 ()
Je suis tellement happy pop que tu retentes l'aventure avec Grégoire :cutipie2: :lovelove: Je trouve le personnage absolument parfait, les choix bien pensés, le côté sexy et vulnérable pleinement assumé bave et j'aime tellement notre lien que voilà :shy:

Bonne chance pour la fin de ta fiche!! aya
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t261-matt-be-brave-now
admin du dimanche
homecoming : 21/03/2015
Messages : 6147
Louis d'or : 725
pretty face : Francisco Lachowski
julius caesar : I ♥ coco
the mighty bush : technopathie : Depuis le grand retour, Matt peut contrôler les objets électroniques par la simple force de sa pensée. Il ne comprend pas exactement comment, ni pourquoi, mais il trouve ça bien utile, surtout lorsqu'il s'agit d'effacer des données compromettantes.
these streets : Dire que Matt ne sait rien est un euphémisme. En vérité, il se fiche un peu de ce qui est arrivé à Paris et, même s'il entend souvent parler de Lucifer & co dans son restaurant, il n'y prête pas la moindre attention.

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Sam 20 Mai - 17:19 ()
Rebienvenue

_________________

i spiral down again
Who remains when you drop? Who do you call when it stops? I spiral down again Somebody protect me or I'm gone


autres comptes : jasper a. deslauriers & eponine a. de stahl & léo g. sorel & roman d. gariel

Revenir en haut Aller en bas
Invité
oh, look what you made me do

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Sam 20 Mai - 22:26 ()
Rebienvenue sur le forum, en espérant que ce nouveau personnage t'inspire davantage. :cutipie2:
Bonne chance pour la fin de cette fiche !
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
homecoming : 22/12/2016
Messages : 175
Louis d'or : 147
pretty face : evan rachel wood.
julius caesar : liloo_59.
legends never die : démon du génie incompris et des inspirations biaisées, prêtresse des solutions faciles et apôtre de la vérité qu'on ne veut pas entendre. lieutenant de discorde, ombre de malphas.

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Sam 20 Mai - 23:36 ()
Merci beaucoup pour vos messages globul

@Peter O. Voclain Avec plaisir :ava:

@Seth V. Sarrier Oui hein smile Son meilleur ami, c'est l'infirmier militaire :mdr:

@Diane B. Jolivet @Christopher Lion Mraw merci globul

@Michael A. Victor ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Invité
oh, look what you made me do

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Dim 21 Mai - 1:43 ()
rebienvenue avec ce beau perso please babe coeur
Revenir en haut Aller en bas
Invité
oh, look what you made me do

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Dim 21 Mai - 13:07 ()
Rebienvenue par ici avec ce BG humain
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t319-jade-before-you-embark-
Modo
homecoming : 29/10/2016
Messages : 4919
Louis d'or : 1696
pretty face : daisy ridley
julius caesar : av : caribou troublant
legends never die : ange de la vengeance, c'est au sein de la sphère de la guerre que son art s'exerce.


the mighty bush : télékinésie — d'une pensée ou d'un délicat mouvement de la main, elle envoie valser objet du commun comme les corps fait de chair et de sang.

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Dim 21 Mai - 15:47 ()
luuuuke bave :hearteyes:
rebienvenue globul
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1489-garance-envoyee-sur-te
Modo
homecoming : 18/01/2017
Messages : 3453
Louis d'or : 1692
pretty face : Dree Hemingway
julius caesar : Zazou (ava) / Beylin (code sign) / Black Madness (gif) / Zazou (gif) / Faust (icon) / Me (icons)
legends never die : Démon de la Discorde et de la Frustration, Commandant de la sphère de la Discorde, Intendante de l'Impatience, Instigatrice des réactions disproportionnées et des caprices inutiles, Destructrice de la sérénité. Progéniture de l'Infini. Éternelle pétasse des Enfers.
the mighty bush : Discorde Malphas est déjà très douée pour semer la discorde autour d'elle, mais ce talent naturel est renforcé par une capacité inouïe à créer le conflit et la mésentente par sa simple présence si elle le décide. Il lui arrive d'utiliser ce pouvoir simplement pour se détendre et respirer un peu...
Prestidigitation De très loin son pouvoir préféré, cette capacité lui permet de faire disparaître ou apparaître des objets, pour peu qu'ils existent déjà dans ce monde. Cela lui permet de vous faire perdre vos clés et de les faire réapparaître dans le tiroir à couverts, par exemple, ou de déplacer vos lunettes selon sa volonté. Elle trouve à ce pouvoir un aspect artistique que peu soupçonne... Les gros objets sont tout aussi concernés, mais elle a tendance à se contenter des petits... C'est toujours plus frustrant de perdre ses clés de voiture quand on a la voiture que la voiture quand on a ses clés... La panique ne la nourrit pas. Ce pouvoir marche également sur les êtres vivants mais lui demande dans ce cas une énergie bien plus conséquente... (et c'est tout de suite beaucoup moins discret que les objets).
Catalyseur ou la capacité de stocker et diriger l'énergie (a.k.a. Redbull des Enfers). Possibilité pour son porteur de ne pas juste absorber mais aussi de canaliser l'énergie qu'il crée (par sa sphère) dans une direction précise et d'en modifier les flux selon sa volonté. Ce pouvoir permet à Malphas d'alimenter le royaume de Dis en permanence de l'énergie qui naît de la Discorde et de la Frustration, de façon constante. Elle peut aussi décider, non sans effort, d'en faire profiter davantage certaines personnes. Ce pouvoir ne s'applique pas à elle-même, il lui suffirait simplement d'arrêter la catalyse pour récupérer le pouvoir de sa Sphère.
Allegeance : Si ce n'est son éternelle allégeance à Azazel et son statut de bras droit du bourreau des Enfers, Malphas n'a pas de but propre autre que de semer la discorde et d'inspirer la frustration autour d'elle, ce qu'elle fait à chaque instant de son existence, par plaisir et par gourmandise. Elle n'est que Discorde, au service d'un Ange qui entend calciner le monde. Elle obéit aux ordres, parvenant toujours à tirer leur épingle du jeu, sans chercher à obtenir davantage de responsabilités de peur de devoir se brimer et devenir responsable. C'est une faiseuse de miracles malfaisants, qui aime la méchanceté et inspire ses démons à inventer toujours plus de mécanismes visant à rendre folles les âmes qui traversent la terre. Elle n'hésite JAMAIS à semer la discorde et la frustration dans ses propres rangs.
these streets : Tout. Elle sait tout. Et il n'y a pas que la vie à Paris qui est troublée, désormais.

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Lun 22 Mai - 7:32 ()
MON JARDINIER EST DEVENU MILITAIRE!

:lick: :lick: :lick: :lick: :lick: :lick: :lick: :lick: :lick:

Re-bienvenue, toi

J'ai adoré ce que j'ai lu, sans surprise... hide
Dépêche-toi de finir cette fiche, qu'on puisse faire des bêtises :cutipie2:

ballon

_________________

Connasse
- La méchanceté d'un homme fait de lui un démon, la méchanceté d'une femme fait d'elle un enfer.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t2035-justyne-adele-devereau
Templiers
homecoming : 20/02/2017
Messages : 149
Louis d'or : 292
pretty face : Emma Watson
julius caesar : Kid • tumblr
the mighty bush : TECHNOSYMBIOSE ► J’ai la possibilité de porter mon esprit dans n’importe quel objet électronique. Tandis que mon enveloppe physique est immobile, mon esprit navigue dans les réseaux. Pour rentrer dans mon corps, je dois être en contact avec ce dernier. Depuis peu, j’arrive à rentrer dans la matrice et à être consciente. Il faut juste que l’objet soit proche de moi, sinon, mon corps devient immobile et amorphe. Je peux aussi communiquer avec mes collègues sur le terrain, grâce au réseau informatique, du coup, ils m’entendent via leur oreillette ou je les appelle. Être une I.A humaine c’est juste trop classe !
Allegeance : J'ai servis, je sers et je servirais pour toujours les Templiers. Ils sont mon sang, ma chair, mon âme.
these streets : Je sais que les anges sont des pigeons à plumes impressionnants - non en vrai je les respecte - et que les démons faut leur dézinguer le cerveau. Selon moi, les révolutionnaires sont facilement manipulables, c'est pour cela que je souhaite les protéger.

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Lun 22 Mai - 9:17 ()
Rebavenuuuue *^*

_________________

justyne, adèle devereaux
(c)endlesslove

Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t4438-lukas-les-yeux-revolvers
Admin
homecoming : 03/03/2017
Messages : 2448
Louis d'or : 1899
pretty face : Michiel Huisman
julius caesar : Tarachou (ava) Jo (gifs) Beylin (gifs, signa)
the mighty bush : Protection surnaturelle : pouvoir passif inconscient qui isole des manipulations surnaturelles, annulant plus ou moins les intrusions en fonction de l'importance de l'adversaire
Allegeance : Loyal aux templiers, hostile aux anges, électron libre d'Arthur
these streets : Il sait pour les anges et les démons ; ignore tous des dieux, mais commence à remarquer des incohérences.

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Lun 22 Mai - 13:27 ()
Re-bienvenue :fiyah:

_________________
Instant cassedédi à Seth, because you're worth it l'oreal cheveux jared tmtc je peux pas faire apparaitre un header clignotant à paillettes qui dit gloire à la crinière étincelante mais l'intention y est
The Holy Towel


Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
homecoming : 22/12/2016
Messages : 175
Louis d'or : 147
pretty face : evan rachel wood.
julius caesar : liloo_59.
legends never die : démon du génie incompris et des inspirations biaisées, prêtresse des solutions faciles et apôtre de la vérité qu'on ne veut pas entendre. lieutenant de discorde, ombre de malphas.

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Lun 22 Mai - 20:04 ()
Merci beaucoup globul

@Garance M. Lesquen Ca te plaît l'uniforme ? smile Mraw merci ♥️ Je me dépêche, je me dépêche aya
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t232-fantine-flying-like-a-c
Admin
homecoming : 01/03/2015
Messages : 5706
Louis d'or : 340
pretty face : Emma Stone
julius caesar : (c) beylin alias matty des bwas la queen du game
these streets : Elle ne connaît rien de la vérité. Elle sait seulement que quelque chose n'est pas clair, c'est pour ça qu'elle fait partie des révolutionnaires.

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Mer 24 Mai - 1:03 ()
omg j'adore ton intro globul superbe idée de perso, rebienvenue aya

_________________

autres comptes : juliette a. gibson & h. lewis dubois & bass a. renoir & héra c. swango



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t319-jade-before-you-embark-
Modo
homecoming : 29/10/2016
Messages : 4919
Louis d'or : 1696
pretty face : daisy ridley
julius caesar : av : caribou troublant
legends never die : ange de la vengeance, c'est au sein de la sphère de la guerre que son art s'exerce.


the mighty bush : télékinésie — d'une pensée ou d'un délicat mouvement de la main, elle envoie valser objet du commun comme les corps fait de chair et de sang.

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Lun 29 Mai - 18:41 ()
@Grégoire Nevers Le délai de ta fiche est malheureusement terminé please babe. Tu as 3 jours pour te manifester, sans quoi nous archiverons la fiche et supprimerons ton compte.
Le staff reste bien entendu à ta disposition en cas de besoin globul.
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
homecoming : 22/12/2016
Messages : 175
Louis d'or : 147
pretty face : evan rachel wood.
julius caesar : liloo_59.
legends never die : démon du génie incompris et des inspirations biaisées, prêtresse des solutions faciles et apôtre de la vérité qu'on ne veut pas entendre. lieutenant de discorde, ombre de malphas.

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Mar 30 Mai - 0:06 ()
Merci Fantine globul

Pardon, j'étais en absence please babe mais je suis de nouveau sur le droit chemin smile
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t4543-les-etoiles-dans-nos-bras-et-
Modo
homecoming : 24/04/2017
Messages : 363
Louis d'or : 105
pretty face : alicia vikander
julius caesar : morrigan

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Mer 31 Mai - 18:51 ()
@Grégoire Nevers Pas de pb ptdr Je te remets sur le droit chemin aussi
Revenir en haut Aller en bas
Invité
oh, look what you made me do

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. Jeu 1 Juin - 8:44 ()
pow pow mais j'ai raté des trucs moiiii

Omagad le militaire *bave sur la gueule, se reprend*

Le combo croyant et hypocondriaque m'a fait sourire. Et sinon, tu jures aussi devant Dieu parce que tu t'es coupé ou pas ?
En tout cas, j'vois que tu touches à la fin. Le prologue était un délice !

Courage pour les derniers détails
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
oh, look what you made me do

Sujet: Re: grégoire ; pion noir contre chevalier blanc. ()
Revenir en haut Aller en bas
 
grégoire ; pion noir contre chevalier blanc.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [VII Tournoi]8ème finale : Kyrian, le phénix noir contre Orion, chevalier d'or du Bélier
» Un étrange marécage : Qu'allons nous y découvrir ?[FlashBack Berenice, Tatsou, Phoebe Bellamind, MS]
» Chevalier d'Andromède contre Guerrier divin de Zeta Prime
» Rapport de bataille Eldars d'Iyander contre Korsairs Orks
» contre le rhume, la toux et les maux de gorge
Ready for it ?
Are you
i see how this is gonna go, touch me & you'll never be alone

a game of shadows ::  These nights will never die :: les présentations :: validées