boom bitch
Après un long dimanche, mais pas de fiançailles, nous voilà de retour !
Pour tout savoir sur les nouveautés de la version, c'est par .
dying to be born again
L'intrigue est de retour, pour vous jouer de mauvais tours... ou pas.
Dans tous les cas, c'est par .
paris versus the apocalypse
Quoi de mieux pour lutter contre l'apocalypse qu'un apéro ?
Pour vous inscrire à l'event, c'est par là.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 don't you forget about me (maxénie)
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: don't you forget about me (maxénie) Lun 22 Mai - 9:23 ()

don't you forget about me
don't don't don't don't

D A R E  O R  D I E

Elle ne lui répond plus, depuis l'autre fois. Elle ne répond plus à ses messages, ne passe plus le voir au Louvre. Il sait très bien pourquoi ce silence, bien entendu, mais il refuse de l'accepter. Elle n'a pas le droit de l'ignorer. C'est lui qui mène la danse de leur couple étrange, c'est lui qui décide. Il a toujours eu le dessus, depuis leur rencontre, il a toujours fait ce qu'il voulait d'elle. Et pourtant... n'est-ce pas lui qui court après elle, désormais ? N'est-ce pas lui qui ferait n'importe quoi pour avoir son attention ?

Thanatos est frustré. Énervé. Vexé. Triste. Il lui semble avoir perdu sa poupée préférée, la seule qui réveillait des choses chez lui. Et ce n'est jamais bon quand la Mort est dans un mauvais état d'esprit. Surtout quand on combine ça avec les Dare or Die. Mettre le feu à un hôpital ne lui a pas suffit, loin de là. Il en veut plus, il veut avoir l'impression de se sentir vivant, il veut que l'adrénaline pulse dans ses veines et fasse battre son coeur de fer. Il veut qu'Eugénie lui réponde. Il veut l'entendre, encore une fois. Son cri résonne toujours dans sa tête, cette voix rendue rauque par le silence et la peur panique des flammes ; cette voix plus belle que le chant des sirènes car plus pure et plus sincère que celui-ci ; cette voix devenue obsession pour le dieu.

Cette fois, il s'est décidé pour un défi en solitaire. Exploser les vitraux d'une église lui paraît un très bon compromis pour sa frustration et un excellent exutoire. Et mieux vaut une église faite de pierre qu'un être humain fait de chair, n'est-ce pas ? Son choix s'est porté sur l'église St Nicolas-des-Champs, dans le troisième arrondissement. Il n'aime pas spécialement le coin, le trouvant trop moderne à son goût, mais elle a le mérite d'être perdue au milieu des ruelles et il y a donc moins de risques de se faire surprendre par les forces de l'ordre.

Toutefois, avant de pénétrer l'enceinte du bâtiment religieux, il marque une pause. Il ne peut pas faire ça seul, il faut qu'elle soit présente à ses côtés. Alors il sort son téléphone et ouvre l'application des messages.

St Nicolas-des-Champs, III. Viens.

Le mot est envoyé, rapidement suivi par un second.

Tu me manques.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 29/01/2017
Messages : 1122
Louis d'or : 1058
pretty face : peters.
julius caesar : AILAHOZ (av)
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

Sujet: Re: don't you forget about me (maxénie) Lun 3 Juil - 21:57 ()

don't you forget about me
don't don't don't don't

D A R E  O R  D I E

Elle a crié.
Crié comme on prie. Avec ferveur, avec lenteur.

L’temps que le son sorte de sa gorge rouillée. Que sa voix reprenne la force d’antan. Que ses cordes vocales oubliées vibrent de nouveau. Et elle a hurlé. Devant les yeux de Maxence. Puis dans ses cauchemars, dans la vapeur oubliée de ses draps, écorchant les murs de ses pauvres gémissements d’enfant apeurée.
Elle a jeté conte les murs le seul objet qui la reliait à ce timbré. Elle a fait exploser la batterie d’un téléphone déchargé, avant de la racheter, de s’empêtrer dans la difficulté d’une technologie qu’elle ne maîtrise pas. Elle a fait valser les textos, elle a supprimé des numéros, importants et inutiles. Elle a refusé de toucher à la moindre vibration effectuée par l’androïde agaçant.

Et puis un soir, doucement, dans le sommeil agité de la déesse, il a vibré de nouveau, se balançant dans les valons de sa couette. Il a sonné, une fois. Puis deux. Elle a ouvert ses grands yeux cendrés d’argent, se perdant dans la luminosité violente de l’écran fracassé.

Maxence.
Maxence et ses mots qui font violence.

Elle s’est emparée d’une vieille parka, dénichant de vieux talons dans une malle de brocante, ne prenant le temps que d’enfiler la capuche de son manteau, élément devenu indispensable en ces temps pluvieux. Elle se glisse comme une ombre hors de l’appartement commun, prenant son temps pour rejoindre le lieu sacré, rendez vous abandonné d’un être en manque.

Il a déjà bien assez attendu.
Il peut attendre encore un peu.

Ses pas serpentent entre les flaques d’eau, puis finissent par se presser aux abords de l’arrondissement. Agitée par le même feu qui les a séparés, empressée de raviver cette adrénaline qui la fait tant paniquer. Elle veut le tuer, elle veut le crucifier sur place, ce type en manque de foi, ce gamin sans conscience. Mais elle veut aussi le revoir, l’affronter, le défier.

Elle veut encore jouer Eugénie.
Le faire ployer, le fracasser dans l’écho indifférent de son silence éternel. Puisqu’elle a la vie pour se taire.

Elle franchit le parvis, s’arrêtant devant le portail de St Nicolas-des-Champs. Le saint père des chrétiens la regarde d’un mauvais œil, mais la titanide n’en a cure. Elle galope engloutissant la volée de marche, se postant de sa maigre hauteur face à l’immobile faucheuse qui semble n’attendre qu’elle. Elle ne sourit pas Mnémosyne, elle laisse le silence religieux s’installer entre eux.

Puis nonchalamment elle tire son téléphone de sa poche, ouvrant l’onglet de conversation, y déversant les quelques mots qu’attendaient Maxence depuis des jours. Des mots qu’il n’avait finalement peut-être pas escomptés.

Si c’est encore une de tes belles prouesses de pyromane, j’rentre chez moi.

Revenir en haut Aller en bas
 
don't you forget about me (maxénie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» ENEYA • « never forget where you came from »
» ♥ - Forget Your Past
» || Come save me, unbreak me, cause I just can't forget you ;
Static palms
melt your vibe
always on the hunt

a game of shadows :: Paris :: Nord-est :: Troisième arrondissement