boom bitch
Après un week end de liane foly, le forum ouvre ses portes !
Pour tout savoir sur les news de cette version, c'est par .
are you ready for it ?
Un cavalier de l'apocalypse, une pénurie inédite, un trésor chelou de ouf et surtout la fashion week...
Venez découvrir l'intrigue et ses quêtes ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 jasper&juliette ✗ it was me that set you free
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t938-juliette-i-know-im-gonn
Admin
homecoming : 23/04/2015
Messages : 380
Louis d'or : 62
pretty face : Holland Roden
julius caesar : (c) matty des bwas la plus forte (a)
Allegeance : En tant que chevalier de l'Ordre, elle est très respectée, parfois crainte. Elle est dévouée à la cause des templiers, parce que c'est comme une mission pour elle, c'est son devoir. Elle est assez froide, et pas très liante, ce qui la rend parfois antipathique pour les autres.
these streets : Juliette, elle est au courant de tout. En tant que templier, elle sait que quelqu'un a brisé le pacte, et que les démons ainsi que les anges sont revenus sur Terre. Cependant, elle ignore tout de la présence des Dieux dans la capitale.

Sujet: jasper&juliette ✗ it was me that set you free Dim 28 Mai - 23:46 ()


it was me that set you free
juliette & jasper ✗ the weight of us
There are thieves, who rob us blind, and kings, who kill us fine but steady, the rights and the wrongs invade us, in innocent song. I'm not ready, for the weight of us.


Y’a jamais rien eu de prévu, entre Jasper et Juliette. C’était comme une histoire dont les pages défilaient doucement. Histoire dont elle ne pouvait connaître la fin. C’était un peu comme un puzzle. Sauf que cette fois, elle avait un peu peur de connaître la réponse. Peur de savoir qu’il y avait plus qu’au début. Parce qu’ils se regardaient, parfois. Parce qu’il y avait des sourires. Parce qu’il y avait des moments où elle restait probablement une seconde de trop dans ses bras. Mais y’avait pas de mots. Tout était dans ce qu’ils n’arrivaient pas à se dire. Regrets qu’elle essayait d’oublier. Alors elle fait comme si rien n’avait d’importance. Comme si le monde pouvait continuer à tourner sans qu’il soit là. Habituée à sa présence, elle avait peur d’avouer qu’il était devenu nécessaire. Qu’avec lui, elle avait l’impression de plus être seule. C’était presque comme une drogue. Savoir qu’elle avait pas besoin d’être terrifiée. Miracle qui se cachait derrière des promesses silencieuses, derrière des mains qui se rejoignent et qui ne se lâchent jamais. C’était pas vraiment un pacte. C’était pas vraiment écrit entre eux. Mais c’était là. Ils appréciaient la compagnie l’un de l’autre. Au moins, ils n’étaient plus seuls.

Assise dans son canapé, avec des dossiers qui couvrent sa table basse, elle pose son regard sur Jasper, affalé sur la méridienne du canap. Seconde qui s’écoule, qui se perd dans la nature. Si elle s’en foutait, elle le regarderait pas. Si elle s’en foutait, elle se demanderait pas si ça lui arrive, de penser à elle quand elle est pas là. Si elle s’en foutait, elle s’en voudrait pas de vouloir qu’il soit simplement là, à côté d’elle. Parce qu’au fond, c’était mal. Parce que c’était censé être une passade, un moment qu’on s’accorde. C’était pas censé devenir une histoire, eux deux. Sauf qu’ils pouvaient plus l’éviter, aujourd’hui. Ils pouvaient plus faire comme si y’avait rien.
Ou peut-être qu’ils pourraient. Encore un peu.

Elle soupire. Leurs regards se croisent. Elle baisse les yeux. Eternelle chasse entre eux, comme un jeu qu’ils sont terrifiés à l’idée de voir qu’il pourrait se terminer. C’était pas une peur de perdre. Plus maintenant. Alors quand elle regarde ses dossiers, elle se demande pourquoi est-ce qu’elle aussi, elle peut pas voir le monde en noir et blanc. Avec des gens bons, et des gens mauvais. Pourquoi est-ce que quand elle regarde Jasper, elle a l’impression qu’il y a quelque chose d’autre que le mal dans son regard. Que lui aussi, il est probablement aussi paumé. Elle soupire. Elle tourne une page. Elle y arrivera pas. Chaque nouvelle information complique la précédente. « Tu ferais mieux d’partir, j’en ai pour un moment. » Elle a envie de lui dire « pars pas, restes un peu ». Elle a envie de lui dire que quand il est là, elle a l’impression de respirer pour la première fois depuis trop longtemps. Elle a envie de lui dire qu’elle veut pas remonter le temps pour tout changer. Elle veut le stopper. Tout arrêter pendant un moment. Elle relit une phrase pour la cinquième fois. Peut-être que c’est parce que ce soir, elle veut autre chose. Peut-être que c’est parce qu’elle a envie d’oublier qu’un jour, tout pourrait s’arrêter. Elle passe une main dans ses cheveux. « Putain… » Un peu pour l’dossier. Un peu pour Jasper, à côté d’elle, alors qu’un gouffre les sépare.

_________________
i don't even know
if I believe
everything you're trying to say to me


autres comptes : fantine c. de stahl & h. lewis dubois & bass a. renoir & héra c. swango
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1078-jasper-just-one-yester
admin du dimanche
homecoming : 18/12/2016
Messages : 638
Louis d'or : 12
pretty face : matt daddario
julius caesar : ophelia ma queen
legends never die : Démon de la décadence et de l'inertie, sphère de la paresse. Pour les civilisations trop paresseuses pour s'entretenir, pour la culture qui disparaît de la mémoire des hommes, pour les empires qui tombent et les royaumes qui s'effondrent dans les crevasses de l'enfer. Pour les rêves qui n'aboutisent jamais, les souhaits qui flottent dans le néant, les espoirs délaissés. Pour les ruines sous la poussière et les débris sous le lierre, pour tous ceux qui abandonnent au premier obstacle, pour les spectateurs qui regardent, les yeux grand ouverts, toute une ville sombrer dans l'oubli.
the mighty bush : persuasion . Très utile pour un démon de la sphère de la paresse. Il n'a qu'à prononcer un ordre pour que celui-ci soit exécuté. Il tire les ficelles, comme un marionnettiste, d'une décadence orchestrée. Il injecte des idées, des volontés, des souhaits, dans des cervelles atrophiées par un monde décomposé.
pyrokinésie . contrôle du feu
Allegeance : Sa loyauté va à Lucifer et à tous les démons qui le suivent. Il préfère ne pas prendre de risque et ne se fondra jamais dans une rebellion qui sera muselée et anéantie en quelques heures. Le pouvoir, il n'en veut pas.
these streets : Il ne sait pas grand chose. Certains pensent que les anges sont à l'origine du grand schisme mais c'est une hypothèse qui lui semble peu probable. Pour autant, il ne croit que ce qu'il voit, et, pour l'instant, il n'a pas vu grand chose...

Sujet: Re: jasper&juliette ✗ it was me that set you free Mar 20 Juin - 10:39 ()
baby, it's alright
When your life is just confusion And you're crashing to the ground And you need someone to catch you And then you finally figure it out That it was me that held you hostage That is was me that held the key That it was me that made you happy That it was me that set you free



Allongé sur un canapé qui ne lui appartient pas, Jasper est à la recherche de réflexes qu’il ne connaît pas. Une vie d’humain, une vie lointaine, celle qu’il possédait avant qu’on ne déchiquette son âme et qu’on la plonge dans les limbes. Il s’en souvient, parfois. Des flashs, qui explosent son cœur. Des flashs et des sensations fortes, l’impression de sentir quelque chose. La peau en alerte, les pupilles dilatées. Mieux que la drogue, mieux que l’alcool, mieux que le sexe, mieux que les pêchés dont il s’abreuve tous les jours. Il sait pas exactement pourquoi il est là, pourquoi il essaye. Pourquoi il est pas comme tous les autres, à faire du mal sa mission divine. E répandre toutes les horreurs dont les humains ont peur. A peindre le monde couleur chaos. Contrairement à ses frères d’armes, il est pas en train de se livrer à une guerre sans fin. Il est là, avec elle, à faire comme s’il n’avait jamais vendu son âme.

Il sait ce qu’on dit. Les opposés s’attirent. Et Juliette et lui, on peut pas faire plus opposé. Elle est droite, juste. Elle protège l’ordre établi de la décadence qu’il expire. Lui, il est tout ce contre quoi elle se bat. Il est l’ennemi idéal. Celui qu’elle pourrait tuer d’un coup si elle le voulait. L’inverse est tout aussi vrai. En principe, rien ne l’empêche de lui trancher la gorge. Rien, si ce n’est le mirage dans lequel il se noie. Les opposés s’attirent pour mieux se repousser, oui, mais Jasper et Juliette, c’est pas une science exacte et, quand leurs regards se croisent, il peut pas s’empêcher de penser qu’elle ressent la même chose.

Juliette, obnubilée par des dossiers qu’il essaye même pas de lire. Il est là pour ça, pourtant. Un ordre, une mission, infiltrer les templiers, ça prend trop de temps. Coucher avec l’une d’entre elles en échange de quelques infos, c’est lier le travail au plaisir. Une sacrée excuse derrière laquelle se cacher. Le roi des illusions, trempé dans la perfidie jusqu’au talon. Il est mort pour la bonne cause, mais il a arrêté de la servir. Dans ce monde, il est un pion sur un échiquier noir. Rien de plus.

« Tu ferais mieux d’partir, j’en ai pour un moment. » Partir, c’est pas vraiment son intention. Le petit prince de la paresse trône dans la meilleure des positions. Un canapé confortable, nue jolie fille et des cadavres de pommes au pied du canapé, tout ce dont il a besoin. Non, partir, c’est vraiment pas son intention.  « Putain… » Les humains sont persuadés qu’il y a des règles à suivre dans ce monde. Tu ne tueras pas. Tu ne voleras pas. La vérité, c’est qu’il n’y a rien. Rien d’autre que des illusions à pulvériser. Il ne lui en faut pas plus pour se téléporter à quelques centimètres d’elle. « Tes papiers seront toujours là demain, tu sais. » Un baiser dans son cou pour la distraire, pendant que d’une main, il vient renverser les papiers auxquels elle tient tant sur le sol. Sourire de démon, sourire de p’tit con et les yeux qui brûlent avec. « Oups. » Tard dans la nuit, les règles, ils les oublient.





_________________
paint it BLACK
no colors anymore, I want them to turn black
you've got two black eyes from loving too hard and a black car that matches your blackest soul I wouldn't change it.

autres comptes : matt d. lefèvre & eponine de stahl & leo g. sorel & roman d. gariel
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t938-juliette-i-know-im-gonn
Admin
homecoming : 23/04/2015
Messages : 380
Louis d'or : 62
pretty face : Holland Roden
julius caesar : (c) matty des bwas la plus forte (a)
Allegeance : En tant que chevalier de l'Ordre, elle est très respectée, parfois crainte. Elle est dévouée à la cause des templiers, parce que c'est comme une mission pour elle, c'est son devoir. Elle est assez froide, et pas très liante, ce qui la rend parfois antipathique pour les autres.
these streets : Juliette, elle est au courant de tout. En tant que templier, elle sait que quelqu'un a brisé le pacte, et que les démons ainsi que les anges sont revenus sur Terre. Cependant, elle ignore tout de la présence des Dieux dans la capitale.

Sujet: Re: jasper&juliette ✗ it was me that set you free Mer 21 Juin - 1:35 ()


it was me that set you free
juliette & jasper ✗ the one
I know, we’ll have our disagreements, be fighting for no reason. I wouldn’t change it for the world. ‘Cause I knew the first day that I met you, I was never gonna let you let you slip away. And I still remember feeling nervous trying to find the words to get you here today.


Leur histoire disparaîtrait, un jour. Leur nom. Leurs souvenirs. Leurs baisers. Un jour, le monde se réveillera, et il ne restera plus rien, de Juliette et Jasper. C’était comme ça. Ces problèmes qui leur semblaient si grands aujourd’hui, finiraient par n’être plus que des souvenirs. Poussière qui se disperse au gré du vent. Histoire qu’ils écrivent jour après jour, sans même oser se l’avouer. Parce que Juliette et Jasper, c’était des compromis. C’était des barrières qu’on laisse tomber, sans vraiment le dire. C’était tout ce qui se passait dans le secret d’un appart. Avec des sourires qu’ils avaient pas le droit de faire. Des lèvres qui avaient pas le droit de rentrer en collision. Des rires qu’ils n’avaient pas à partager. Mais c’était tout ce qu’ils avaient.

Parfois, elle se demandait si ça serait assez, pour lui. Quand est-ce qu’il déciderait de s’en aller à l’autre bout de Paris. Quand est-ce qu’il choisirait de mettre les voiles. Elle se demandait si y’avait autre chose, derrière une histoire qui avait l’air sans lendemain. Ils se sont jamais engagés à rien. Mais y’a des moments où elle a l’impression qu’ils ont signé cet espèce de pacte, celui qui dit qu’ils peuvent pas vraiment imaginer leurs soirées l’un sans l’autre. Celui qui dirait qu’ils ont fini par trouver quelque chose qui en valait la peine, alors qu’ils se noyaient dans les mêmes habitudes depuis trop longtemps. Elle, depuis des années, et lui depuis des décennies. Elle soupire quand elle voit qu’il se téléporte à côté d’elle, concentrée sur le même dossier. « Tes papiers seront toujours là demain, tu sais. » Elle sent un baiser dans son cou, et elle aimerait dire qu’elle a pas fermé les yeux, pendant une demi-seconde. Elle aimerait dire qu’elle s’en fichait, que le dossier devenait pas secondaire. Sauf que ça serait mentir. Mais après tout, Juliette, elle était passée maître dans l’art de se bercer d’illusions nouvelles. Et là, d’une main, il renverse tous les dossiers. Là encore, elle aurait aimé être plus en colère. Sauf que ça serait mentir. « Oups. »

Elle lève les yeux au ciel, avant de poser son regard sur lui. Jasper, il a cet air un peu innocent, parfois. Comme s’il était pas au courant de ce qu’il faisait, comme s’il maîtrisait rien. Comme s’il réalisait pas que tout ce qu’ils faisaient, c’était jouer une partie qu’ils n’auraient jamais dû accepter de commencer. « Tu sais, plus j’y pense… » Une main sur sa joue, un léger sourire, qui disparaît en une seconde. « Plus j’me dit que tu tiens vraiment pas à la vie. » Soupir agacé, elle regarde les cadavres de pomme de son côté du canap’. « Ou alors, que t’as bouffé trop de pommes. » Elle sait que ce temps-là, il est pas à eux. Elle sait qu’ils auront jamais plus qu’un compte à rebours qui leur rappellera toujours que c’est éphémère, fragile, c’qu’ils ont. « Ta copine a intérêt à prévoir un budget pour ça. » Elle sait pas pourquoi à chaque fois qu’elle fait des courses, elle remplit son cadi de pommes, Juliette. Elle sait pas pourquoi est-ce qu’elle fait attention à ce qu’il veut, Jasper. Ou peut-être qu’elle le sait au fond. Mais qu’elle est trop habituée à faire comme si pour s’autoriser à même le considérer.

_________________
i don't even know
if I believe
everything you're trying to say to me


autres comptes : fantine c. de stahl & h. lewis dubois & bass a. renoir & héra c. swango
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1078-jasper-just-one-yester
admin du dimanche
homecoming : 18/12/2016
Messages : 638
Louis d'or : 12
pretty face : matt daddario
julius caesar : ophelia ma queen
legends never die : Démon de la décadence et de l'inertie, sphère de la paresse. Pour les civilisations trop paresseuses pour s'entretenir, pour la culture qui disparaît de la mémoire des hommes, pour les empires qui tombent et les royaumes qui s'effondrent dans les crevasses de l'enfer. Pour les rêves qui n'aboutisent jamais, les souhaits qui flottent dans le néant, les espoirs délaissés. Pour les ruines sous la poussière et les débris sous le lierre, pour tous ceux qui abandonnent au premier obstacle, pour les spectateurs qui regardent, les yeux grand ouverts, toute une ville sombrer dans l'oubli.
the mighty bush : persuasion . Très utile pour un démon de la sphère de la paresse. Il n'a qu'à prononcer un ordre pour que celui-ci soit exécuté. Il tire les ficelles, comme un marionnettiste, d'une décadence orchestrée. Il injecte des idées, des volontés, des souhaits, dans des cervelles atrophiées par un monde décomposé.
pyrokinésie . contrôle du feu
Allegeance : Sa loyauté va à Lucifer et à tous les démons qui le suivent. Il préfère ne pas prendre de risque et ne se fondra jamais dans une rebellion qui sera muselée et anéantie en quelques heures. Le pouvoir, il n'en veut pas.
these streets : Il ne sait pas grand chose. Certains pensent que les anges sont à l'origine du grand schisme mais c'est une hypothèse qui lui semble peu probable. Pour autant, il ne croit que ce qu'il voit, et, pour l'instant, il n'a pas vu grand chose...

Sujet: Re: jasper&juliette ✗ it was me that set you free Mar 4 Juil - 13:04 ()
baby, it's alright
When your life is just confusion And you're crashing to the ground And you need someone to catch you And then you finally figure it out That it was me that held you hostage That is was me that held the key That it was me that made you happy That it was me that set you free



Il a les yeux qui brûlent, Jasper, quand il la regarde. Les yeux qui brûlent et le cœur qui claque, l’âme qui s’éveille, les sensations qui reviennent. La névralgie d’une âme en ruines. Le démon avait oublié la simplicité de la vie humaine. Avant de la rencontrer, il en avait rien à faire. Il y a les vices et il y a la vie et il a choisi son camp dès son retour sur terre. Il veut pas se fondre dans la masse, il veut se fondre dans les ombres, le seul endroit où il a sa place. Il y a le jour et il y a la nuit et entre les deux, une éclipse, c’est là qu’il vit, avec Juliette, dans des mirages qu’ils fabriquent eux même avec des bouts de rêves raturés et des mots arrachés. Des étoiles tatouées dans les rétines quand il la regarde, c’est pas normal, c’est pas comme ça que ça fonctionne, un démon ça ressent rien et surtout ça n’aime pas, oui mais voilà, Paris, c’est vide, Paris c’est mort, Paris sans elle c’est le plus terne des décors. « Tu sais, plus j’y pense… » Elle fait glisser sa main sur sa joue, il penche la tête pour l’accompagner. Il fait durer le contact jusqu’au dernier moment. Les ennemis sont pas censés s’aimer. Il le voit dans ses gestes contrôlés. Dehors, il y a une guerre et des soldats, dehors c’est un champ de mines, dehors, ils existent pas. Et ici non plus, en principe. Ils ont pas le droit. C’est interdit par des règles qu’ils ont jamais dictées, mais qu’ils ont appris par cœur, jusqu’à les graver dans leur peau. Jasper, il est pas là par hasard, il a pas suivi son cœur. Il est là pour la faire tomber. Juliette et ses secrets, Juliette et ses dossiers auxquels il a soudainement accès. Si c’était vrai, si ça se limitait à ça, tout serait plus simple. Oui, mais voilà, simple, ça l’est pas. Jasper, il est tombé dans son propre piège. Il s’est pas assez méfié. Il a pas de remords, pas encore. Pas de scrupule non plus. Il imagine même pas la conséquence que ses actes pourraient avoir. Tout ce qu’il sait, c’est qu’il a besoin d’elle, un peu trop. Beaucoup trop. « Plus j’me dis que tu tiens vraiment pas à la vie. » Pendant qu’elle soupire,lui, il étire son sourire. S’il est si différent, c’est parce qu’il a rien à perdre. Dans ce monde, il a rien. Il a volé un corps, volé une vie, et maintenant il arrache une histoire, récupère de la poussière de sentiments qui ne lui appartiendront jamais. Un démon, ça aime pas, un démon, ça sent rien. Et pourtant… « Ou alors, que t’as bouffé trop de pommes. » Il hausse les épaules. Il sait pas pourquoi, mais depuis qu’il est là, il raffole des pommes. Il en mange à longueur de temps, les dérobes sur les étals, et s’enfuie avec son butin. Son butin c’est comme une drogue. Privé de pommes, il ressent les symptômes.  « On peut jamais bouffer trop de pommes. » Un énoncé qu’il tient pour vrai. « Ta copine a intérêt à prévoir un budget pour ça » Un nouveau haussement d’épaules alors qu’il se rapproche d’elle. Un bout de sourire anime ses lèvres. « Ca tombe bien, j’en ai pas. » Pas d’attaches, pas d’obligations, pas de sentiments. Juste des corps qui explosent. Un premier baiser confirme qu’avec elle, c’est différent. Un premier baiser qui lui coupe le souffle, mais il en redemande. Alors, il y en a un autre, qui s’éternise, pendant qu’il l’allonge. Lui, il prend place sur elle, avec le sourire victorieux du mec qui a réussi à la séparer de ses dossiers. « Ton mec a intérêt à prévoir un buget porno parce qu’on s’fait chier avec ces dossiers, tu trouves pas ? » Ses lèvres provoquent et se perdent dans son cou pendant que sa main remonte le long de sa cuisse. Il a jamais assez de Juliette, Jasper, et il en veut toujours trop.




_________________
paint it BLACK
no colors anymore, I want them to turn black
you've got two black eyes from loving too hard and a black car that matches your blackest soul I wouldn't change it.

autres comptes : matt d. lefèvre & eponine de stahl & leo g. sorel & roman d. gariel
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t938-juliette-i-know-im-gonn
Admin
homecoming : 23/04/2015
Messages : 380
Louis d'or : 62
pretty face : Holland Roden
julius caesar : (c) matty des bwas la plus forte (a)
Allegeance : En tant que chevalier de l'Ordre, elle est très respectée, parfois crainte. Elle est dévouée à la cause des templiers, parce que c'est comme une mission pour elle, c'est son devoir. Elle est assez froide, et pas très liante, ce qui la rend parfois antipathique pour les autres.
these streets : Juliette, elle est au courant de tout. En tant que templier, elle sait que quelqu'un a brisé le pacte, et que les démons ainsi que les anges sont revenus sur Terre. Cependant, elle ignore tout de la présence des Dieux dans la capitale.

Sujet: Re: jasper&juliette ✗ it was me that set you free Mar 4 Juil - 13:52 ()


it was me that set you free
juliette & jasper ✗ all we ever knew
Well, well my love, we've been here before. Don't drag me through this again, we've tried everything under the sun. Now I'm trying to wake up from this, I'm trying to make up for it. All we ever do is all we ever knew.


Il hausse les épaules, Jasper. C’est quelque chose qu’il fait souvent. Comme s’il était pas au courant du monde qui l’entoure, comme s’il réalisait pas c’qui se passait, comme s’il en avait pas besoin. Elle sait pas quand est-ce qu’elle a commencé à le remarquer, Juliette, les sourires en coin, les haussements d’épaule et l’regard un peu perdu qu’il a parfois. Pourquoi est-ce que ça a commencé à faire partie des choses qui l’intriguaient. Pourquoi est-ce qu’elle voulait savoir c’qu’il pensait parfois.
Ce qu’il pensait d’elle.
Dans leurs illusions, Jasper et Juliette ils s’étaient perdus. Ils ont pas réussi à battre en retraite. Ils ont pas réussi à abandonner les rêves. Cachés derrière des fenêtres fermées, derrière des portes qu’ils ont peur de pas verrouiller. Derrière des mots qu’ils n’oseront jamais dire. Il la faisait rire. Il brisait un peu la glace dans lequel s’était figé son visage. Comme s’il avait pas besoin de savoir qu’elle avait passé trop de temps à se cacher derrière des mirages. C’était devenu un fantôme, Juliette. Elle errait dans les rues aux pavés toujours plus crades et elle voyait la foule marcher de plus en plus vite, emportés dans une danse folle dont elle ne pourrait jamais faire partie. Lui, c’était son terrain de jeu. Sur le papier, ils avaient en commun. Rien sauf le cœur qui battait plus assez vite. La solitude qui les bouffait de l’intérieur. Elle s’était dit que ça serait quelque chose de facile. Elle pensait pas qu’elle aurait besoin de lui à en crever.

« Ca tombe bien, j’en ai pas. » Elle a jamais été jalouse avant. Elle comprenait pas ceux qui s’déchiraient de l’intérieur à l’idée de penser où était leur femme, leur mari, leur copain. Jusqu’à aujourd’hui. C’était comme si elle avait peur que ce qu’ils avaient ne lui appartenait pas vraiment. Puis y’a ses lèvres à lui qui attrapent les siennes. Une fois. Puis une deuxième. Y’a son corps à elle qui s’allonge sur le canapé, avec lui qui plonge ses prunelles dans les siennes. Une main sur sa joue, elle sait pas comment résoudre l’énigme qu’ils forment. Celle qui leur rappelle à chaque fois qu’ils peuvent pas penser à autre chose. « Ton mec a intérêt à prévoir un budget porno parce qu’on s’fait chier avec ces dossiers, tu trouves pas ? » Un baiser dans son cou, une main qui remonte sur sa cuisse. Un éclat d’rire, le sien, qui perce le silence, qui détruit l’incertitude. Parce qu’elle a jamais été aussi sûre, Juliette. Mais c’était plus simple de faire semblant. Faire comme si son cœur battait pas plus vite. Faire comme si c’était chimique, binaire. Faire comme si c’était pas le fait que ça soit lui, et pas un autre. « J’en ai pas. » Elle l’embrasse, et l’monde s’incline. Les questions disparaissent et laissent place à l’imprévu. Elle en profite pour les retourner, s’retrouver au-dessus de lui, assise à califourchon. Une main sur son torse, peut-être qu’elle s’attachait au peu de contrôle qu’elle avait parce qu’elle savait qu’avec lui, elle en avait aucun. « Tu vas pas m’faire croire que j’suis la seule personne avec qui tu couches. » Elle savait qu’elle devrait pas poser ce genre de questions, si elle s’en foutait. Qu’elle avait pas à avoir peur qu’il soit avec quelqu’un d’autre, mais elle y arrivait pas. « Tu veux que j’me fasse virer pour passer mes journées ici, c’est ça ? J’savais pas que j’te manquais autant. »

_________________
i don't even know
if I believe
everything you're trying to say to me


autres comptes : fantine c. de stahl & h. lewis dubois & bass a. renoir & héra c. swango
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1078-jasper-just-one-yester
admin du dimanche
homecoming : 18/12/2016
Messages : 638
Louis d'or : 12
pretty face : matt daddario
julius caesar : ophelia ma queen
legends never die : Démon de la décadence et de l'inertie, sphère de la paresse. Pour les civilisations trop paresseuses pour s'entretenir, pour la culture qui disparaît de la mémoire des hommes, pour les empires qui tombent et les royaumes qui s'effondrent dans les crevasses de l'enfer. Pour les rêves qui n'aboutisent jamais, les souhaits qui flottent dans le néant, les espoirs délaissés. Pour les ruines sous la poussière et les débris sous le lierre, pour tous ceux qui abandonnent au premier obstacle, pour les spectateurs qui regardent, les yeux grand ouverts, toute une ville sombrer dans l'oubli.
the mighty bush : persuasion . Très utile pour un démon de la sphère de la paresse. Il n'a qu'à prononcer un ordre pour que celui-ci soit exécuté. Il tire les ficelles, comme un marionnettiste, d'une décadence orchestrée. Il injecte des idées, des volontés, des souhaits, dans des cervelles atrophiées par un monde décomposé.
pyrokinésie . contrôle du feu
Allegeance : Sa loyauté va à Lucifer et à tous les démons qui le suivent. Il préfère ne pas prendre de risque et ne se fondra jamais dans une rebellion qui sera muselée et anéantie en quelques heures. Le pouvoir, il n'en veut pas.
these streets : Il ne sait pas grand chose. Certains pensent que les anges sont à l'origine du grand schisme mais c'est une hypothèse qui lui semble peu probable. Pour autant, il ne croit que ce qu'il voit, et, pour l'instant, il n'a pas vu grand chose...

Sujet: Re: jasper&juliette ✗ it was me that set you free Mar 4 Juil - 23:14 ()
here we are
Here we are again Fading light Those gleaming eyes and freckled smile light up the night Here we are alone My lips on yours The taste of candy and salt drives me for more Tied to my urn with your ball-point pen Say you love me again and again There will never be an end To this love my dear friend


« J’en ai pas. » Jasper et Juliette, ils ont beau dire, ils passent le plus clair de leur temps ensemble, dans cet appartement, à se cacher du reste du monde. Entre quatre murs, ils oublient la guerre, ils oublient ce qu'ils sont censés être. Ils oublient qu'un jour, tout finira par exploser. Alors, avant que l'idée ne puisse leur traverser l'esprit, elle lie ses lèvres aux siennes. Le bruit d'un coeur qui redémarre, les frissons d'une âme qu'on réanime. Ils basculent, ils déraillent, ils se font la malle. Loin des autres, loin de tout, plus rien ne compte. Le monde pourrait brûler qu'ils s'en foutraient. C'est toujours comme ça, quand ils s'embrassent. Ils s'arrêtent au dernier moment, quand ils ont plus le choix, quand leurs poumons hurlent, quand l'air leur manque trop. Là, ses lèvres contre les siennes, ils frôlent la mort et ils en ont rien à foutre. Rien à foutre des templiers, rien à foutre des démons, rien à foutre des lois, des règles, des missions, des dossiers, de tout ce qu'on leur a appris et qui n'a plus aucun sens. Ils s'embrassent et c'est le kiff total et il donnerait tout pour que ça dure jusqu'à la fin des temps. Des promesses à chaque fois qu'il la touche. Des promesses dans des murmures. Des promesses dans l'air qu'ils partagent, dans les regards qu'ils se lancent. Finalement, c'est elle qui cède en premier. Elle finit par se retrouver sur lui. Une main sur son torse, qu'il prend dans la sienne. « Tu vas pas m’faire croire que j’suis la seule personne avec qui tu couches. » Un clin d'oeil. Non. C’est pas la seule. Mais c’est la seule vers laquelle il revient. Il peut pas l’expliquer. Il a pas envie, de toute façon. On l’a pas créé pour comprendre, on a pas piétiné son âme pour qu’il se pose des questions. Jasper, il s’est laissé prendre au jeu des hommes. Jasper, il a croisé son regard, un jour, et il a su qu’ils se détruiraient mutuellement. Il n'y a pas d'autre issue, pas d'autres moyens. Un jour, elle le tuera. Un jour, on lui demandera de la tuer. Ils pourront pas dire non. Et, juste comme ça, ils ne restera plus d'eux qu'un souvenir. Une histoire morte avant même d'avoir pu être vécue. Oh, on pourrait peupler tout Paris avec les rêves qu'ils hurlent en silence, ces deux-là. « Tu veux que j’me fasse virer pour passer mes journées ici, c’est ça ? J’savais pas que j’te manquais autant. » C’est Juliette et Jasper contre le reste du monde. Ils bravent les interdits. Ils savent pas combien de temps ça peut durer. Ils savent pas à quel moment l’un va faire tomber l’autre. Dans leur trêve imaginaire, tout est éternel. Mais les secondes s’évaporent. Là, tout de suite, l’une d’entre elles est déjà passée. Puis deux. Il n’y a pas de temps à perdre. « Te faire virer, c’est la meilleure chose qui puisse t’arriver. » Ses mains contre sa peau. Le besoin de la sentir. Pendant qu’elle est encore là. Pendant qu’ils peuvent encore faire comme s’ils étaient pas destinés à se détester. Comme si tout n’allait pas finir en cendres. « Si l’monde explose demain, si tout s’termine, t’auras fait quoi d’ta vie, à part plancher sur des dossiers, hein ? » Il en sait rien. Il connaît pas grand chose de sa vie. Juliette, c’est pas l’genre à s’étaler. Elle se contente du strict minimum. Au fond, lui, c’est pareil. Ils parlent pas de leur passé. Ils parlent pas de tout ce qu’ils font quand ils sont pas ensemble. Des cadavres qui jonchent le sol. Du sang qu’ils ont sur les mains. Ils parlent pas du bien, du mal, de tout ce en quoi ils ont arrêté de croire. Un doigt qui fait le contour de sa mâchoire pour arriver sous son menton. « Les règles, les lois, les templiers, c’est du vent. » Il sait pas qui il essaye de convaincre. Peut-être que c’est elle. Peut-être que c’est lui. Peut-être qu’il a besoin de l’entendre, lui aussi, que c’est pas leur guerre. Qu’ils ont jamais rien demandé. Que, dans une autre vie, tout aurait fonctionné. Pas dans celle là. Dans celle-là, tout brûle trop vite. Dans celle-là, ils ont déjà signé leur arrêt de mort.  « Mais tu sais c’qui est vrai ? » Il se redresse, pour être à son niveau. Son visage un peu trop près du sien. Leurs souffles qui s’entremêlent. « Ca. » Un léger sourire, avant de lui voler un baiser. Un démon, ça aime pas, qu’il se répète, encore et encore. Un démon, ça ressent rien, ça s’attache pas. Un démon, ça reste pas. Pourtant, lui, il est encore là.




_________________
paint it BLACK
no colors anymore, I want them to turn black
you've got two black eyes from loving too hard and a black car that matches your blackest soul I wouldn't change it.

autres comptes : matt d. lefèvre & eponine de stahl & leo g. sorel & roman d. gariel
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t938-juliette-i-know-im-gonn
Admin
homecoming : 23/04/2015
Messages : 380
Louis d'or : 62
pretty face : Holland Roden
julius caesar : (c) matty des bwas la plus forte (a)
Allegeance : En tant que chevalier de l'Ordre, elle est très respectée, parfois crainte. Elle est dévouée à la cause des templiers, parce que c'est comme une mission pour elle, c'est son devoir. Elle est assez froide, et pas très liante, ce qui la rend parfois antipathique pour les autres.
these streets : Juliette, elle est au courant de tout. En tant que templier, elle sait que quelqu'un a brisé le pacte, et que les démons ainsi que les anges sont revenus sur Terre. Cependant, elle ignore tout de la présence des Dieux dans la capitale.

Sujet: Re: jasper&juliette ✗ it was me that set you free Mer 5 Juil - 0:18 ()


it was me that set you free
juliette & jasper ✗ keep falling
Who am I to hold, If your heart is made of gold, neither a hero, nor a thief oh, I guess that's how stories are told, put good against evil, nod, and go. This is who I am, this is who I always will be, why do I keep on falling in love with you ?


Elle avait jamais vraiment cru, Juliette, aux histoires d’amour. Peut-être parce que la plupart se terminent mal, dans les livres. Elles parlent de sacrifice. Elles sont courtes, intenses. Comme s’ils avaient pas l’temps de s’aimer. Leur histoire, à Jasper et Juliette, elle aurait probablement pu être un de ces livres. Roméo et Juliette. Antony et Cléopâtre. Amants maudits qui écoulaient des secondes précieuses, qui les perdaient dans les faux semblants. Ils luttaient contre le temps, encore et toujours, celui qui leur arrachait un peu plus. Celui qui leur laissait plus grand-chose à la fin. Des larmes et des tombes qui hurlent dans le soir. Alors elle a décidé qu’elle avait pas besoin d’y croire, à ça. Elle a préféré se dire que ça n’arrivait pas. Elle s’est cachée derrière des questions auxquelles elle ne trouverait peut-être jamais de réponse. Et elle a lâché prise. Cœur entouré d’une armure de glace. Mots à tout jamais perdus au fond de sa gorge. Sauf que Jasper, il couchait avec d’autres filles, et ça la rendait malade. Crack quand ses côtes elles explosent avec son cœur qui arrête pas d’faire boom. Y’a pas d’remède à ça. Plus maintenant.

« Te faire virer, c’est la meilleure chose qui puisse t’arriver. » Il avait peut-être raison, Jasper. Peut-être qu’il avait compris avant elle que la vie c’était pas des corps qui s’empilent et du sang qui s’écoule dans les égouts. Elle lui en voulait presque, rien qu’à le voir. Parce que Jasper, il était libre. Il voyait pas d’barrière, il voyait pas d’limites. Il voyait un monde qu’il avait peut-être dû quitter trop tôt, et il s’y accrochait en s’y agrippant de toutes ses forces. Mais voilà, Juliette, elle, elle avait voyait plus d’raison de s’accrocher. « Si l’monde explose demain, si tout s’termine, t’auras fait quoi d’ta vie, à part plancher sur des dossiers, hein ? » On parlerait pas d’elle, non. Son doigt à lui qui fait le contour de sa mâchoire. Il s’échoue sous son menton. Et c’est comme si elle essayait de garder la sensation encore un peu plus longtemps. Comme si elle s’accrochait à ça, comme si elle se noyait en pleine mer et que c’était tout ce qui la ramenait à la surface.

Sauf que ça, il le verrait pas, Jasper. Il le voyait jamais. « Les règles, les lois, les templiers, c’est du vent. » C’était peut-être du vent. Sauf qu’elle pouvait pas s’en détacher. Parce que le hasard, ça l’avait brisé. Parce que le hasard, c’était Jasper qui bouffait l’obscurité et qui ramenait d’la lumière. Parce que le hasard, ça impliquait que tout pouvait changer. « Mais tu sais c’qui est vrai ? » Elle penche sa tête légèrement sur le côté quand il se redresse. Regards qui s’entrechoquent. Parfois, elle avait l’impression d’voir derrière, Juliette. De voir c’qu’il se cachait derrière. C’est quand elle se disait ça, qu’elle comprenait qu’elle pourrait pas gagner, pas cette fois. « Ca. » Leurs lèvres qui s’écrasent. Elle est plus en train d’se noyer. Elle est plus en train d’crever sans que personne regarde. Elle passe ses bras autour de son cou. C’était probablement une immense connerie, d’avoir fait ça. D’avoir laissé son cœur battre à nouveau. Peut-être qu’au fond, ils étaient vraiment comme ces couples tragiques, ceux qui pouvaient pas échapper à leur destin. Elle l’embrasse un peu comme si c’était la dernière fois. Un peu comme s’ils avaient plus le temps.

Elle reprend son souffle. Une main qui joue avec les cheveux dans sa nuque. Putain Juliette réveilles toi. « T’as toujours pensé que c’était du vent, ou c’est depuis que t’es un démon ? » Elle sait pas pourquoi elle veut l’comprendre. Elle veut juste se dire que tout ça a un sens. Que y’a une raison pour laquelle c’est lui et pas un autre. « Les templiers, ils m’ont sauvé. J’leur dois tout. J’ai pas grand-chose d’autre. C’est les seuls qui… » Elle veut pas finir sa phrase. Elle aimerait lui dire qu’elle a lui aussi. Elle aimerait lui demander d’larguer les autres filles. Mais elle a pas ce pouvoir-là. Elle peut pas tout changer en espérant qu’ils s’en sortiront un jour. Ils auront toujours que ça. Des jours qu’ils osent pas compter, de peur qu’ils ne soient pas assez nombreux. « Toi, qu’est-ce que tu leur dois, mh ? Ils t’ont fait pourrir en enfer pour un malheureux contrat que t’as signé par hasard, sans savoir ce que ça te coûterait. » Elle l'embrasse, et son coeur dévale la colline quand elle croise son regard.« T'as raison, on s'en fout des papiers. » Ses lèvres rentrent en collision avec les siennes une fois d'plus. Et comme ça, Jasper et Juliette, ils signent leur fin.

rp terminé

_________________
i don't even know
if I believe
everything you're trying to say to me


autres comptes : fantine c. de stahl & h. lewis dubois & bass a. renoir & héra c. swango
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
oh, look what you made me do

Sujet: Re: jasper&juliette ✗ it was me that set you free ()
Revenir en haut Aller en bas
 
jasper&juliette ✗ it was me that set you free
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» the mysterious explorations of Jasper Morello
» Juliette Charlotte de Bourgogne ; Demandez votre sujet
» Jasper & Alice Forever
» Juliette récupère les jumeaux [PV JB et Ninon]
» Juste le temps d'un soirée? ou plus si affinité? [juliette]
Ready for it ?
Are you
i see how this is gonna go, touch me & you'll never be alone

a game of shadows :: Paris :: Nord-est :: Quatrième arrondissement :: Île de la cité :: Habitations