boom bitch
Après un long dimanche, mais pas de fiançailles, nous voilà de retour !
Pour tout savoir sur les nouveautés de la version, c'est par .
dying to be born again
L'intrigue est de retour, pour vous jouer de mauvais tours... ou pas.
Dans tous les cas, c'est par .
paris versus the apocalypse
Quoi de mieux pour lutter contre l'apocalypse qu'un apéro ?
Pour vous inscrire à l'event, c'est par là.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 bienvenue dans les flammes de pigalle. (zola)
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
the last young renegades
homecoming : 29/01/2017
Messages : 1018
Louis d'or : 787
pretty face : oman.
julius caesar : killer from a gang (av)
legends never die : titanide chérissant la mémoire, elle embrasse les souvenirs. mère des neuf muses, protectrice des arts.
the mighty bush : divination ↯ le troisième oeil, le don d'effleurer du bout des doigts ce qui constitue le passé d'un être et ce qui adviendra dans un avenir plus ou moins proche. à la manière des oracles se dessinent dans son esprit des visions d'autrefois, inchangeables et ancrées à jamais, des effluves du futur au parfum incertain.

manipulation de la mémoire ↯ elle manie avec grâce, avec intelligence mais plus encore avec une facilité déconcertante l'ordre mental de l'esprit. l'ancrage mémoriel que vous possédez depuis votre plus tendre enfance n'est qu'un grain de poussière insignifiant dans tous les beaux souvenirs qu'elle est capable de contempler, d'affectionner ou de supprimer.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1633-young-volcanoes-eugeni
Admin

Sujet: bienvenue dans les flammes de pigalle. (zola) Dim 11 Juin - 15:36 ()
Bienvenue dans les flammes de Pigalle
la face cachée d'la ville des amoureux
Brûle, brûle Sens-tu nos consciences qui brûlent, brûlent autour de nous ? Et quand on brûle, brûle Sens-tu ces absences qui brûlent, brûlent nos défauts ? Et toi qui brûle, brûle Sens-tu nos consciences qui brûlent, brûlent autour de nous ? Et moi qui brûle, brûle Je sens la défiance qui brûle, brûle jusqu'au bout


Ricochent les vieux souvenirs impersonnels auréolés de cendres. Aux pieds de la gamine perdue serpentent encore les résidus d’un méfait salement accompli. Une entité humaine à l’audace démoniaque. Une cavité squelettique où résonne le sombre écho d’un incendie volontaire.

Elle a la conscience embrasée d’un univers brûlé. La belle maison du seizième croupit encore sous un tas de cendres dans l’esprit de la déesse. Pourtant quand ses pieds foulent le sol de la demeure cauchemardesque, il n’y a plus rien.

Tout s’est évaporé dans le nuage indigeste d’une humanité contrôlée.

Balayées les cendres.
Démontées les poutres.
Sorties de leurs gonds les portes.

Le ménage industriel est passé. Et sous les prunelles effarées de la titanide, le terrain désormais vague porte le panneau branlant d’un richissime glouton immobilier. A vendre.

Fausse chrétienne, elle fait vibrer le briquer entre ses mains, enflammant la chandelle, la mèche d’une bougie qu’elle dépose au pied du panneau publicitaire criard. Elle fait acte de religion Mnémosyne, osant à peine entrouvrir ses lèvres pour y souffler le murmure d’une prière inaudible. Une prière d’un autre temps, d’un autre espace, d’une autre religion. La prière à la mémoire. De ceux qui l’ont oubliée. De ceux qu’elle a fait céder sous le poids de l’amnésie.

A genoux elle invoque ce blasphème, grattant ses ongles dans la cendre de l’asphalte, là où subsistent quelques cristaux noirs, quelques gerbes encore d’un souvenir abrasif. Le corps à vif, la déesse saisit le passé de cette pauvre enfant, puissamment. Comme à chaque fois qu’elle revient là. Poser le cierge de sa condoléance. Pour un crime qu’elle n’a pas commis, mais dont son épiderme sent encore la chaleur indécente. Ses ongles vernis raclent le sol, en quête d’absolution, alors que ses lèvres s’ouvrent et hurle dans le silence pour sa rédemption.

Elle aurait préféré naître idiote. Renaître aveugle. Vivre sourde. Elle aurait préféré ne rient savoir, ne rien entendre. Ne surtout rien deviner. Rien imaginer, dans ce qu’a pu ressentir la fragile poupée, à peine éclose dans son adolescence. Ce qu’à pu éprouver Eugénie, quand l’allumette a craqué.

Et que le gasoil s’est embrasé.

Le même craquement la fait virevolter. Celui d’une semelle sur le béton. D’un être humain à portée de mots. Silencieusement, la piteuse môme pivote, ses genoux toujours greffés au sol, ses lèvres toujours scellées. Et dans ces yeux rougeoient la panique quand sur le trottoir d’en face, c’est le fantôme d’un souvenir qui se matérialise.

Zola.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 20/05/2017
Messages : 86
Louis d'or : 122
pretty face : Benedict Cumberbatch.
julius caesar : Avatar : c) Brief Moment. Signature : c) Bat'phanie.
the mighty bush : Graphisme mouvant : Ses mots écrits prennent vie, s'animent pendant quelques heures voire quelques jours selon leurs tailles, puisant ainsi leur énergie dans ses forces physiques sans scrupule. Son imagination débordante lui permet de créer ce qu'il veut même s'il préfère de loin matérialiser des choses utiles en temps voulu sans en abuser. Généralement inoffensives, certaines d'entre elles peuvent s'avérer être redoutables au combat.
Allegeance : Cela fait quelques années à présent que Zola est le maître de l'ordre spécialisé dans les relations angéliques au sein des Templiers, lui offrant ainsi un très bon statut qu'il a dû endosser prématurément. Dans ses jeunes années, il était soldat et aimait particulièrement partir en mission mais la perte de son père précipita les choses, le propulsant ainsi à un poste qu'il n'était pas encore prêt à assumer à l'époque. Mais les années passèrent et son autorité n'est plus à remettre en question. Même si sa présence sur le terrain se fait plus rare il a découvert de nouvelles responsabilités qui lui permettent de se consacrer à sa profession et ses passions.
these streets : Zola sait que les anges et les démons sont parmi eux, mais ignore tout des dieux et n'est pas prêt à l'encaisser.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3049-zola-s-geniel-ce-sont-les-fai
Templiers

Sujet: Re: bienvenue dans les flammes de pigalle. (zola) Lun 12 Juin - 13:25 ()
Bienvenue dans les flammes de pigalle.
Les retrouvailles d'une famille brisée.
Dans ses heures les plus sombres Zola ne savait plus où retrouver sa lumière. La perte de ses repères le faisaient souffrir à un point qu’il n’avait jamais osé imaginer. Son univers, jadis stable et rangé, n’était plus qu’un lointain souvenir parti en fumée. Désormais, ses brides de mémoire vagabondaient dans son esprit tels des âmes en peine en quête d’un endroit calme prêt à les recevoir. Dans ses jours les plus noirs, le professeur était incapable de résister à l’appel de son bonheur révolu. Le temps où ses sourires étaient sincères et transpiraient son amour pour sa chère et tendre femme. Cette époque où il prenait soin de son trésor aux allures rebelles. Il n’y avait pas à dire : cet âge d’or, il ne le retrouvera désormais plus jamais. Zola était détruit, anéanti, ensevelli sous cet amas de tristesse qui alourdissait constamment son coeur meurtri. Le Templier avait beau donner tout ce qu’il avait pour dissimuler sa peine, elle était là. Tel un fantôme qui venait vous hanter, tel un souvenir douloureux qui s’accroche désespérément à vous pour ne pas être oublié mais constamment remémoré. Il souffrait et n’était plus que l’ombre de lui-même.

Quand le professeur sentait que sa perte de contrôle approchait dangereusement il appréciait se rendre à l’ancienne demeure d’Aurevilly. C’était bien plus fort que lui. Même si le destin funeste de cet endroit avait été caché puis arrangé, il était toujours aussi présent pour ses anciens résidents. Zola se souvenait parfaitement de l’entrée de la demeure. La première fois qu’il y était allé, il avait été interloqué par la grandeur des pièces. Jamais ô grand jamais il n’aurait imaginé que ce manoir serait un jour le sien, ou du moins un lieu dans lequel il allait devoir se rendre régulièrement. Chaque pièce avait sa propre atmosphère et c’était ce que Zola appréciait le plus entre ces murs. Bien qu’impressionné au début, il avait rapidement pris ses marques. Il se souvenait encore de l’odeur des crêpes qu’il faisait chaque dimanche matin quand il dormait avec sa compagne peu après leur mariage. En effet, l’homme pouvait encore voir la scène se dérouler sous ses yeux alors qu’il marchait lentement vers la demeure. Tous les dimanches il quittait le lit dans une grâce presque déconcertante pour s’emparer de la cuisine. Il devait être huit heures du matin approximativement et c’était toujours la même chose. Il s’était construit ce rituel pour passer un moment paisible et innocent avec sa nouvelle belle famille. Lui qui considérait la sienne comme son propre trésor inestimable, il tâchait de traiter celle de son épouse comme telle. Ce qu’il préférait dans ces moments-là étaient les discussions futiles qu’ils avaient tous partagé ensemble. C’était de vrais moments magiques tout en simplicité. Avec du recul, la beauté du geste rendait ces instants presque mystiques et séparés de toute temporalité.

Cependant ce doux souvenir se brisa quand les yeux pâles du professeur se posèrent sur l’objet principal de ses craintes. Eugénie. Que faisait-elle là ? Cette dernière s’était retournée quand elle entendit ses pas. Elle aussi semblait avoir été prise de court par sa présence. Au moins, ils étaient tous les deux sur le fait accompli. Ce petit bout de femme était bien la seule à lui faire perdre pieds sans ouvrir la bouche. Il ne l’avait pas revu depuis sa briève apparition de la dernière fois. Zola savait qu’elle était revenue, elle avait réapparu du jour au lendemain comme les autres disparus. Oui, oui bien sûr que dès qu’il l’avait entreaperçu il n’avait eu qu’une envie. Évidemment que le professeur avait eu voulu la prendre dans ses bras pour s’assurer qu’elle était bien réelle. Mais il s’était fait violence. Comme il le faisait à cet instant précis. Il ne savait pas. Il ne savait plus.  Est-ce qu’Eugénie était la même femme qu’il avait connu ? Il ignorait si son brin de femme était encore en vie ou perdue à jamais. Peut-être qu’un ange lui avait volé sa place, ou pire, un vil démon malfaisant s’était introduit dans le corps de sa précieuse Eugénie ? Il ne savait pas. Mais il n’avait envie que d’une chose : faire taire ses craintes et avoir le coeur net. Saisissant alors son courage à deux mains il s’élança à sa rencontre. A son tour le templier se placa en face de la demeure sans rien dire au début. Lui aussi faisait un énième deuil. Lui aussi enfermait ses souvenirs quelque part. « Bonjour Eugénie. » Laissa-t-il échapper de sa gorge enrouée. Cela avait été finalement plus fort que lui. Plus fort que sa propre volonté. Son coeur venait de parler. « Je… Qu’est-ce que tu fais là ? » Demanda le templier en mettant ses mains dans les poches de son pantalon beige. Il essayait d’être impassible, dur comme pierre mais les failles étaient nombreuses. Il ne savait pas à qui il parlait alors il valait mieux préserver son coeur pour ne pas vriller et se perdre totalement. Dans tous les cas il était prêt à rappliquer si la situation tournait mal même si son âme se brisait un peu plus à cette simple possibilité.

Spoiler:
 

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________
Je suis raisonnable, ce sont les autres, tous les autres qui ne le sont pas. Quand tous les hommes seront raisonnables, voudront la vérité et la justice, le monde sera heureux.

COLOR : #66cc66
SECRET AND LIES


Double compte : Clothilde M. Delcourt
Revenir en haut Aller en bas
 
bienvenue dans les flammes de pigalle. (zola)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bienvenue dans ma boutique!
» Bienvenue dans ton nouveau chez toi! [Privé Calendina Nakori et Sora Kujo]
» Bienvenue dans la cour des grands ~
» Thorin Écu de Chêne || Bienvenue dans ma compagnie
» Bienvenue dans votre nouvelle demeure
Static palms
melt your vibe
always on the hunt

a game of shadows :: Paris :: Sud-Ouest :: seizième arrondissement :: Habitations