boom bitch
Après un long dimanche, mais pas de fiançailles, nous voilà de retour !
Pour tout savoir sur les nouveautés de la version, c'est par .
dying to be born again
L'intrigue est de retour, pour vous jouer de mauvais tours... ou pas.
Dans tous les cas, c'est par .
paris versus the apocalypse
Quoi de mieux pour lutter contre l'apocalypse qu'un apéro ?
Pour vous inscrire à l'event, c'est par là.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 oh brother we go deeper than the ink beneath the skin of our tattoos. (bass)
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
the last young renegades
homecoming : 24/04/2017
Messages : 399
Louis d'or : 299
pretty face : baby reece king.
julius caesar : alaska (av)
legends never die : pourfendeur de miroirs. il dégueule de narcissisme le commandant des égos, désirant son reflet plus que sa propre personne.
the mighty bush : métamorphose ✗ uc.

nécromancie ✗ uc.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

Sujet: oh brother we go deeper than the ink beneath the skin of our tattoos. (bass) Lun 3 Juil - 20:31 ()


oh brother we go deeper
than the ink beneath the skin of our tattoos.
bass & gauthier



Il est venu frapper. Défoncer ses poings brisés. Déverser la rage qui ne fait que stagner, s’accumuler dans ce corps de lâche qu’on lui a refilé. L’épiderme imbibé d’hématome qui gicle sur son visage, venant auréoler ses yeux d’un cosmos bleuté.

L’beau père a encore sévit. Dégainant les poings contre ce môme sans défense qui n’a fait que revenir trop tard d’son excursion morbide au cimetière. La gueule emplâtrée. Et l’beau père l’a pas raté. Rajoutant sur le canevas de sa peau décousue de belles balafres ensanglantées.

Au milieu de la nuit il est venu dans ce repère de bourrins, passant sans encombre le néon vacillant de la belle fleur noire. Il a le visage tuméfié de ceux venus se faire bombarder. Il entant déjà brailler, dans ce bouillon humain, ce graillon de démons. La salle n’a rien d’un vieil égout grouillant de rats et pourtant c’est ce qu’ils sont à ses yeux ce soir là. Des monstres crasseux, avide de sang, avide de s’bouffer entre eux parce qu’ils n’ont plus que ça pour subsister pour ne pas crever de leurs misérables vies.

Il s’écarte un peu de cette bande hurlante, suante, puante. Les huées ne cessent jamais, jusqu’à ce que les crânes tombent, se fracassent, que les âmes sombrent un peu plus. Les hommes sont noirs ici. Non pas d’peau, mais d’l’intérieur. Ils ont bouffé du charbon, dégueulé des cendres. Ils ont avalé des vies pour en recracher les os sur le ring vermillon d’une salle perdue au fin fond de China Town.

A reculons, il vacille contre un mur, gardant son éternelle capuche de branleur. Il n’a rien d’autre à faire que d’observer le monde remuant de l’underground, les yeux affolés et le cœur encore en vrac de n’avoir pu se défendre convenablement. Dans ses pupilles crépitent encore le regard furieux de cet homme irascible, les veines saillantes, pompant l’hémoglobine humaine avant de s’abattre sur le visage balafré d’un môme inconsidéré, qui n’a qu’à moitié le statut de fils dans ce taudis parisien.

Du coin d’l’œil il voit vaciller un punching ball, entre l’enfilade de colonne se détache le maître des lieux. Axaphat et son appétit de violence. Le môme se détourne espérant ne pas attirer l’attention sur lui ce soir. Il grince des dents en sentant le pas du démon qui s’impose à quelques mètres de lui. « Pas c’soir. J’suis pas d’humeur. » grogne-t-il.

C’est un beau mensonge qui jaillit des lèvres de l’infernal égocentrique. Dans sa bouche subsiste un arrière goût d’cendres, un écho cuivré, le besoin d’évacuer, de se venger. De frapper sans compter. Et dans son vieux sweat imbibé d’viande grillée, ses poings se serrent. Férocement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 16/06/2017
Messages : 114
Louis d'or : 893
pretty face : Milo Ventimiglia
julius caesar : (c) antoine le plus bowwww
legends never die : Démon de la violence, sphère de la colère.
the mighty bush : Résonance de violence ✗ Il peut forcer n'importe qui à se battre et à devenir ultra violent. l'énergie alors déployée augmente ses pouvoirs. Bass n'a pas vraiment de scrupules à l'utiliser quand bon lui semble.
Allegeance : Il obéit aux ordres, et il déchaîne sa colère un peu partout. En vrai, il contrôle rien, Bass. C'est peut-être pour ça que parfois, il a des remords. D'la miséricorde. Il le dit à personne, parce qu'en réalité, il arrive même pas à se l'avouer à lui-même. Cruelle réalité qui lui rappelle que tout est périssable, que rien ne réussit à tenir. Qu'au fond, tout ce qui existe est voué à disparaître.

Malgré tout, il est respecté, mais surtout craint chez les démons, il entretient son image. Il explose, il brûle, Bass, il ment et il manipule. Il sait ce qu'il veut, et comment l'obtenir.
these streets : uc
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3263-bass-my-heart-can-never-be-st
Admin

Sujet: Re: oh brother we go deeper than the ink beneath the skin of our tattoos. (bass) Sam 8 Juil - 14:40 ()


deeper than the ink beneath the skin of our tattoos
gauthier & bass ✗ brother
When we were young, we were the ones the kings and queens : oh yeah we ruled the world. We smoked cigarettes, man no regrets. Wish I could relive every single word. We've taken different paths and traveled different roads, I know we'll always end up on the same one when we're old.

Quand il marchait, Bass, il n’était que colère. Pas celle qui désole, pas celle qu’on calme. Celle qui brûle comme un brasier, celle qui prend tout sur son passage et qui défait les plus jolies choses. Celle qu’on a peur de voir, qu’on choisit d’ignorer un peu partout. Violence qu’il dégaine comme une arme, comme un bouclier qu’il peut pas retenir. Il frappe comme s’il pouvait être capable de faire autre chose. Il frappe et le monde s’écroule un peu. Pas celui des autres, le sien. La solitude qui le couvre dans un manteau de neige même en plein été. La rancœur qui l’habite même quand il est dehors. La jalousie qui le dévore comme un poison, quand il regarde les autres rire alors qu’ils ont jamais rien perdu. Alors que lui il frappe en se demandant quand est-ce qu’il en aura marre de l’faire.

Y’a Gauthier qui débarque, visage cassé, poing qui attendent une salvation qu’ils pourront jamais avoir. Dans ce monde-là, ils s’imaginaient supérieurs, ils se pensaient héros d’un royaume d’outre-tombe, ils se voyaient conquérants dans une Terre qui n’avait plus de secrets. Il avait pas besoin de fermer les yeux pour se rappeler de l’enfer, Bass. Parce qu’il était là, tout autour de lui. Chaque chose lui rappelait un souvenir qu’il avait perdu, chaque geste lui rappelait un visage auquel il tentait désespérément de s’accrocher.

« Pas c’soir. J’suis pas d’humeur. » Sourire en coin alors qu’il chope le punchingball qui vacille. Il regarde le démon dans un corps de gamin, les mots qu’il dira pas et les promesses qu’il tiendra jamais.  « Ouais. » Il le lance vers lui. Il voit ses poings qui se serrent et il a pas besoin d’autre chose pour déceler le mensonge derrière les phrases qu’il prononce pour se rassurer un peu. « C’pour ça que t’es venu là. » Y’avait des moments comme ça, où il regardait c’gars et il se disait que dans une autre vie, on les aurait appelé amis. Aujourd’hui il ne restait que des cendres de cette vie qu’ils pouvaient voir, comme si elle était là, à l’horizon, et que leurs doigts pouvaient presque la toucher. Sans jamais la reprendre. Ils pourraient pas revenir. Ils pourraient pas sentir le coin d’leurs lèvres se relever pour sourire. Ils pourraient plus dire que leur cœur se brise, parce que leur cœur, il devrait déjà être mort. Sauf que c’était plus compliqué que ça. « T’as une sale gueule. »

@Gauthier Hoarau

_________________

autres comptes : fantine c. de stahl & juliette a. gibson & h. lewis dubois & héra c. swango
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 24/04/2017
Messages : 399
Louis d'or : 299
pretty face : baby reece king.
julius caesar : alaska (av)
legends never die : pourfendeur de miroirs. il dégueule de narcissisme le commandant des égos, désirant son reflet plus que sa propre personne.
the mighty bush : métamorphose ✗ uc.

nécromancie ✗ uc.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

Sujet: Re: oh brother we go deeper than the ink beneath the skin of our tattoos. (bass) Lun 14 Aoû - 23:10 ()


oh brother we go deeper
than the ink beneath the skin of our tattoos.
bass & gauthier



C’était trop tentant. D’faire repartir le punchingball dans l’autre sens. Alors que Bass le lance de nouveau vers lui. En contradiction avec les premiers mots qu’il vient de prononcer, Gauthier le repousse mollement mais sereinement, de son pied levé, encore chaussé d’une Stan Smith en piteux état. « C’pour ça qu’j’suis venu ouais. » La platitude de son argumentaire le blase lui-même.

Il n’était définitivement pas venu pour rien faire. Ses phalanges gangrenées d’colère en témoignaient déjà. Crispée dans les poches de son éternel hoodie noir. Celui qui l’avait vu suer, celui qui l’avait vu saigner, celui qui l’avait vu tuer. Il était imbibé le sweat de Gauthier, tâché des actes infernaux de son nouveau possesseur.

T’as une sale gueule. Ça n’a rien d’un sermon, pourtant c’est tout comme.

« Ouais c’marrant tout l’monde me l’dit. » Le sourire est triste. Las. Ecœuré certainement, d’être venu vivre ici bas. « T’crois qu’c’est à cause de ça ? » questionne-t-il, en désignant le beau cratère qui lui fait office d’œil. D’bleu à noir, l’hématome n’a cessé de s’imbriquer un peu plus dans sa peau, pour finir par s’estomper. Avant que l’padre ne recommence à lui redécorer la face.

« J’y peux quoi moi. Si il frappait son gosse et qu’maintenant il me vidange moi. » Ses dents se serrent à l’égoïste démon. Parce que les coups sont tangibles, mais qu’là où ça cogne vraiment c’est plus loin que son enveloppe charnelle. C’est profond, c’est violent. Ça se grave comme du marbre, ça fendille son armure. Son putain d’ego.

« T’sais pas c’que ça fait toi. T’es ton propre patron. T’pouvais pas tomber mieux finalement. R’garde c’que j’suis devenu moi. » Et finalement il frappe. Violement. De son poing égratigné, les ongles tuméfiés, souvent rongés. Il s’fait violence pour contenir la rage qui l’habite le métamorphe. A force de prendre les coups pour Judith. L’dos vouté, courbé, le visage encapuchonné pour réduire le heurt. « La hiérarchie c’est pour les fiottes. Ici y’a qu’la violence qui règne pour être roi. » Son visage écope d’un sourire triste, référence de l’autre monde, d’un règne qui les séparait autrefois. Aujourd’hui Gauthier vient pourtant chouiner dans les jupes de Bass. « C’toi le roi maintenant mec. C’est pour ça qu’j’suis là ouais, t’as raison. »

Il se détourne un instant le gamin, retirant son pull trop grand, sa vieille peau qui pue le graillon. Il le laisse tomber dans un coin avant de s’emparer de quelques bandages qu’il rafistole autour de ses mains. Ses mains constellées, ses phalanges abîmées, défoncées. Il les fait craquer, ces os qui ne lui appartiennent pas, ce corps qu’il doit encore forger pour éviter de s’effondrer.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 16/06/2017
Messages : 114
Louis d'or : 893
pretty face : Milo Ventimiglia
julius caesar : (c) antoine le plus bowwww
legends never die : Démon de la violence, sphère de la colère.
the mighty bush : Résonance de violence ✗ Il peut forcer n'importe qui à se battre et à devenir ultra violent. l'énergie alors déployée augmente ses pouvoirs. Bass n'a pas vraiment de scrupules à l'utiliser quand bon lui semble.
Allegeance : Il obéit aux ordres, et il déchaîne sa colère un peu partout. En vrai, il contrôle rien, Bass. C'est peut-être pour ça que parfois, il a des remords. D'la miséricorde. Il le dit à personne, parce qu'en réalité, il arrive même pas à se l'avouer à lui-même. Cruelle réalité qui lui rappelle que tout est périssable, que rien ne réussit à tenir. Qu'au fond, tout ce qui existe est voué à disparaître.

Malgré tout, il est respecté, mais surtout craint chez les démons, il entretient son image. Il explose, il brûle, Bass, il ment et il manipule. Il sait ce qu'il veut, et comment l'obtenir.
these streets : uc
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3263-bass-my-heart-can-never-be-st
Admin

Sujet: Re: oh brother we go deeper than the ink beneath the skin of our tattoos. (bass) Sam 21 Oct - 15:37 ()


deeper than the ink beneath the skin of our tattoos
gauthier & bass ✗ brother
When we were young, we were the ones the kings and queens : oh yeah we ruled the world. We smoked cigarettes, man no regrets. Wish I could relive every single word. We've taken different paths and traveled different roads, I know we'll always end up on the same one when we're old.

Les cœurs se brisent et les âmes partent en morceaux. L’vent terrasse la nuit étoilée et la poussière crève le ciel. Il a du sang sur les mains, Bass, peut-être un peu trop pour qu’ça disparaisse un jour. Il y aurait pas d’rédemption pour son corps qui part en miettes. Tout c’qu’il a, c’est la force de ses poings qui s’écrasent sur les murs et les souvenirs dont il arrive pas à s’débarrasser. Le démon il a regardé les empires tomber et il s’est retrouvé dans une salle minable à taper aussi fort qu’il le pouvait en s’disant que ça soulagerait l’poids des années. Mais y’aurait pas d’rédemption. Pas pour lui, pas pour Gauthier. Pas pour les corps qu’ils ont laissés sur la route et qu’ils ont pas été capables de ramasser. L’sang coule toujours un peu trop. Il regarde son ami vider sa rage sur un punching-ball comme si c’était la véritable solution et que le monde pouvait les excuser. Mais c’était plus des hommes. C’était des crevures auxquelles on a peur de faire face quand la nuit couvre les rues pavées. C’était des monstres qui avaient plus d’âme. Pour eux, le monde matériel serait toujours trop grand. Il aurait jamais d’sens. « J’y peux quoi moi. Si il frappait son gosse et qu’maintenant il me vidange moi. » Il baisse les yeux. Y’a une foule et y’a une histoire. Peut-être qu’ils pouvaient pas s’en défaire, ni l’un ni l’autre.  

« T’sais pas c’que ça fait toi. T’es ton propre patron. T’pouvais pas tomber mieux finalement. R’garde c’que j’suis devenu moi. » Mais y’avait ces secondes, ces instants où il se retrouvait seul face à l’adversité, et y’avait pas d’explication pour la rage qui lui bouffait les os et lui crevait la chair. « La hiérarchie c’est pour les fiottes. Ici y’a qu’la violence qui règne pour être roi. » Y’a jamais rien eu de plus vrai. La loi du plus fort a jamais vraiment disparu. Elle a juste évolué, comme le reste. « C’toi le roi maintenant mec. C’est pour ça qu’j’suis là ouais, t’as raison. » Il vire son pull, le gamin. Bass en profite pour frapper, ses poings qui s’pètent avec force sur l’tas de sable. « J’suis peut-être le roi. » Encore des coups. Bam, ils explosent, c’est presque trop fort. « Mais j’suis dans le même bateau. » Il arrête, s’avance un peu. « Toi et moi, on a rien gagné. » Il secoue la tête, l’démon aux mille visages qui ose pas s’rappeler de tout ce qu’il a déjà perdu. « Peu importe les numéros qu’on tire, on s’retrouve toujours avec rien. » Il regarde le vide autour d’eux. La salle qui frémit dans l’silence. « Pas vraiment vivant, pas vraiment mort. » Il y aurait personne pour réparer tout c’qu’ils avaient cassé sur leur passage. « On aura jamais plus. »

@Gauthier Hoarau

_________________

autres comptes : fantine c. de stahl & juliette a. gibson & h. lewis dubois & héra c. swango
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: oh brother we go deeper than the ink beneath the skin of our tattoos. (bass) ()
Revenir en haut Aller en bas
 
oh brother we go deeper than the ink beneath the skin of our tattoos. (bass)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [FB 1623] Big brother is watching you
» Maximilien - Big brother is watching you.
» (F/RESERVE) Ebba Zingmark - Like brother and sister
» (m) JULIAN MORRIS ∞ Hey brother, do you still believe in love I wonder ?
» BROTHER BEAR ✗ ❝ koda, i did something very wrong ❞ (kenai)
Static palms
melt your vibe
always on the hunt

a game of shadows :: Paris :: Sud-Est :: treizième arrondissement :: China Town :: Le lotus noir