boom bitch
Après un long dimanche, mais pas de fiançailles, nous voilà de retour !
Pour tout savoir sur les nouveautés de la version, c'est par .
dying to be born again
L'intrigue est de retour, pour vous jouer de mauvais tours... ou pas.
Dans tous les cas, c'est par .
paris versus the apocalypse
Quoi de mieux pour lutter contre l'apocalypse qu'un apéro ?
Pour vous inscrire à l'event, c'est par là.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 C'est le moment de sauver une âme en perdition - Feat Avel
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
the last young renegades
homecoming : 29/10/2016
Messages : 10159
Louis d'or : 10623
pretty face : Teresa Palmer
julius caesar : Class Whore + Garance + Ophélia
these streets : Pascaline ne sait rien ou presque, mais ça ne saurait tarder si vous voyez ce que je veux dire.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t292-pascaline-estelle-sabot
Humains

En ligne
Sujet: C'est le moment de sauver une âme en perdition - Feat Avel Mer 5 Juil - 17:42 ()
C'est le moment de sauver une âme en perdition.  
Pascaline & Avel


Certaines zones de Paris sont dévastées à un point inimaginable. Et si tu as envie de les réhabiliter tu n'en as pas la possibilité, parce que tout simplement, tu n'as qu'une vie, et que cette vie est déjà prise par ton travail pour lequel tu te donnes corps et âmes. Il n'est pas rare que tu fasses quelques heures en plus par ci par là quand on a besoin de toi et que tu es déjà sur place, tu fais preuve d'une belle et grande abnégation pour ton prochain, pour les patients et tu te fais passé au dernier plan. Mais cela ne t'empêche pas de passer un peu de temps pour toi aussi néanmoins, cela reste rare selon les dires de tes confrères, parce que tu dis rarement non quand il faut faire un remplacement ou qu'il faut venir alors que ce n'est pas prévu du tout. Mais aujourd'hui, les choses semblent être calme, très calme, alors tu vas pouvoir te permettre de te reposer dans un de tes endroits préférés de la capitale : le jardin d'Athéna. Tu ne sais pas qui a réussi ce prodige ici, mais si tu en avais la possibilité, tu remercierais grandement la personne qui a fait en sorte que le jardin retrouve la beauté qui était sienne avant les affrontements du grand départ. Enfin tu parles d'une personne mais peut être qu'il y en a plusieurs, tu ne saurais dire en vérité tellement le travail a été d'une grande qualité. Tu aimerais avoir la main verte de la sorte, tu aimerais être capable de régénérer les plantes, les humains aussi, avoir une sorte de don de guérison, mais ce n'est pas le cas, tu es simplement capable de te souvenir des moindres bribes de tes journées, c'est plus simple pour le suivi dans ton travail, tu sais ce que tu as fais sur tel ou tel patient et à quelle heure, mais cela ne t'aide pas tellement dans ton but de sauver l'humanité. Tu sais que c'est un but noble bien qu'un peu utopique, mais c'est ce qui te permet de rester aussi optimiste à vrai dire et d'avancer avec autant d'entrain dans ta vie de tous les jours. Ainsi, aujourd'hui, tu avais l'intention de te balader tranquillement dans le cinquième arrondissement en direction du Jardin d'Athéna, parce que tu voulais aller y lire un livre, passer quelques instants, comme si finalement, le monde n'était plus aussi fou qu'il n'y parait. Parce que ce petit coin de verdure est encore plus beau qu'avant le grand départ, parce que beaucoup de parisiens viennent ici dans ce but là, de profiter de chaque instant comme si la guerre intestine qui balafre Paris n'était que très lointaine alors que pourtant, elle est aux portes de chaque immeuble, de chaque demeure. Tu y vas en marchant alors que c'est la fin de matinée. Il y a du monde, sans plus non plus puisque nous sommes au milieu de la semaine. Tu n'as pas prévu de manger là, mais seulement de lire un peu, quelques minutes pour te ressourcer paisiblement. Seulement voilà, tu ne t'attendais pas à ce que cela arrive, ici, et de façon aussi brutale. Ton instinct t'avait pourtant prévenu de ce mauvais pressentiment qui était en toi, celui qui te disait que cette journée ne serait pas aussi bonne que ce que tu aurais voulu, mais tes doigts te permettront sans doute de sauver une âme innocente du malheur qui pourrait lui tomber dessus.

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

« you got to be good to be true »
▬ Pascaline. Let my soul smiles through my heart and my heart smiles through my eyes, that I may scatter rich smiles in sad hearts.


Mes Goscars:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 05/07/2017
Messages : 47
Louis d'or : 569
pretty face : Andrew Scott
julius caesar : Pinterest
legends never die : Dieu de l'air
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3493-avel-dragon-flight#100902
Dieux

Sujet: Re: C'est le moment de sauver une âme en perdition - Feat Avel Ven 7 Juil - 0:42 ()
C'est le moment de sauver une âme en perdition.  
Pascaline & Avel


Décidément, le cinquième arrondissement était dans un sale état. Certains coins de la ville avaient vraiment souffert. Mais peu lui importait. Il aimait bien déambuler dans les quartiers en ruine de la capitale. Il s’agissait généralement de coins déserts, assez calmes, où il s’amusait à passer en tourbillonnant, soulevant un peu de poussière en esquissant quelques pas de danse au milieu des ruines. Il finissait toujours par avoir les chaussures dans un état absolument déplorable, et bien souvent le bas de son pantalon suivait le mouvement. Mais l’absence de public lui permettait de laisser quelques petits coups de vent venir chasser l’accumulation de poussière sur son costume. Après tout, il fallait rester présentable. Et ce, peu importait la situation. Qu’il soit en train de faire cours à ses classes, ou en dehors de l’université, il tenait à rester propre sur lui. Probablement était-ce une réminiscence du caractère de l’humain en lui. Le reste du temps, il n’était qu’entropie. Pour ne pas dire un tourbillon de désordre ambulant. C’était d’ailleurs un peu l’état de son logement. Il était d’ailleurs sorti pour s’éviter la corvée de rangement. Il savait bien qu’une fois rentré, il faudrait qu’il s’y attelle, mais pour l’instant, il était libre. Libre de voguer à sa guise, de déambuler dans les rues et de flâner sans but.

Lunettes de soleil sur les yeux, écouteurs crachant de la pop à un volume déraisonnable, il avait fini par écourter son exploration improvisée des ruines du cinquième arrondissement, pour finalement se retrouver porté à l’entrée du jardin d’Athéna. A-thé-na. Aaah. Voilà un nom qui ne lui plaisait guère. Après tout, elle faisait partie de ces freluquets qui avaient fini par attirer les prières des hommes. Certes, ils étaient tous au même niveau aujourd’hui, mais il restait un enfant de Chaos. Il restait l’une des premières divinités que les hommes aient vénéré. Et il ne supportait pas d’entendre parler de ces petits usurpateurs qu’étaient les olympiens. Le simple nom d’Athéna faisait courir un frisson de rancœur le long de son échine. Il aurait été tellement plus simple de laisser les hommes livrés à eux-même, de les forcer à recommencer à s’agenouiller et prier pour obtenir leurs faveurs. Mais il ne pouvait guère réaliser cela tout seul. Alors il était condamné à attendre une opportunité suffisante pour cracher au visage de Zeus et de sa petite famille, pour reprendre ce qui lui était dû.

Il avait fini par se laisser entrainer dans les jardins, par se laisser tenter par une petite balade, alors que ses hanches semblaient se balancer légèrement à chaque pas, au rythme de la musique endiablée qui venait s’écraser sur ses tympans. Il n’avait pas grand-chose à faire aujourd’hui. Il n’avait pas de cours à donner, et se trouvait donc un peu désoeuvré. Il observait l’état du jardin, tout en avançant lentement. Forcé de reconnaître que la personne qui avait restauré tout ceci avait fait un bon travail. Une part de lui soupçonnait l’identité de ce mystérieux artisan, mais il ne s’agissait en aucun cas d’une certitude… Mais il aurait aimé pouvoir rencontrer la personne qui avait réalisé un tel miracle. Peut-être pas pour les mêmes raisons que la plupart des individus lambda. Mais il aurait été curieux malgré tout.

Et pendant que son esprit vagabondait, il ne regardait guère où il allait. Et ce fut le drame. Ou du moins, non, pas vraiment. Il se rendit compte au dernier moment que son chemin allait croiser celui d’un passant, visiblement trop occupé par son smartphone. Contorsion, pas de côté. Et au passage, un léger croche pied, habilement dissimulé dans cette manœuvre d’esquive. Certains auraient probablement remarqué son geste, mais il doutait que l’on vienne l’ennuyer pour cela. De toute façon, il s’était précipité pour ramasser l’inconnu, qui s’était étalé au sol par sa faute, s’excusant de sa maladresse. Mais au fond, tout cela ne faisait que le divertir. Et puis, ce type n’avait que ce qu’il méritait. Après tout, la place des hommes était au sol, en train de ramper. Et un léger sourire, à peine dessiné, naissait sur ses lèvres. Jusqu’à ce qu’il croise le regard de cette jeune femme. Olalah. Oups. Aurait-elle remarqué son petit manège ? Non. C’est pas moi, j’ai pas fait exprès.
- a game of shadows, shall we play ?  -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 29/10/2016
Messages : 10159
Louis d'or : 10623
pretty face : Teresa Palmer
julius caesar : Class Whore + Garance + Ophélia
these streets : Pascaline ne sait rien ou presque, mais ça ne saurait tarder si vous voyez ce que je veux dire.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t292-pascaline-estelle-sabot
Humains

En ligne
Sujet: Re: C'est le moment de sauver une âme en perdition - Feat Avel Ven 7 Juil - 16:56 ()
C'est le moment de sauver une âme en perdition.  
Pascaline & Avel


Tu es là, assise sur ton banc depuis quelques minutes, tu ne cherchais du regard que les prochaines lignes à lire de ton livre, un livre que tu n'avais pas eu le temps de lire depuis son achat, il y a de cela quelques années après un voyage au Nigéria, à Lagos plus précisément. Tu avais repéré un petit polar comme tu les aimes : Lagos Lady, qui était sortie en 2016 ou 2017, quelques choses comme ça, et qui retransmettait comme il fallait l'ambiance de la ville alors que tu arrivais seulement dans ce monde encore assez paisible même si ce n'était pas terrible. Mais depuis le grand départ, et le grand retour, la folie ne faisait que s'accentuer, et cela allait de pire en pire depuis quelques mois, comme si tout était en train de s'accélérer, parce qu'il est venu le moment d'agir pour que l'humanité finisse par sombrer de façon définitive. Mais toi, tu continuais à aller à contre courant de toutes ces idées, tu continuais à agir pour le bien de cette humanité qui était de plus en plus meurtrie, et parfois, tu aimerais avoir un peu de répit, mais il est souvent de très courte durée, voir presque inexistant. Mais avec la fin du Dare or Die, tu en aurais un peu, quelques instants par ci par là que tu sauras savourer avec la plus grande des délectations. C'est pour cela que tu te retrouvais ici, ce matin, dans le jardin d'Athéna qui avait été restauré de fort belle manière, comme si une main verte s'était penché sur le berceau, sur l'écrin qu'il y avait ici auparavant et qu'elle avait fait un travail somptueux. Tu aimerais pouvoir rencontrer la ou les personnes ayant fait cela, mais tu ne savais pas à qui t'adresser, et comme tu ne peux pas rester dans ce petit paradis de façon éternelle, tu ne saurais sans doute jamais qui a bien pu mettre la main sur ce lieu redevenu d'une magnificence sans égale. Tu tentais de te détendre dans ce jardin, de lire quelques lignes, quelques chapitres, pourtant, ton regard était perdu sur la foule qui passait devant tes yeux, comme si tu ne pouvais pas décrocher tes mirettes de cette humanité que tu chéris tant. C'est alors qu'une personne tombe à la renverse, tout du moins que cette personne tombe au sol bien aidée par une autre. Tu ne comprenais pas le but de la manoeuvre pourtant. Pourquoi faire tomber la personne alors qu'elle avait réussi à l'esquiver avec un petit pas de côté ? C'est vrai, le jeune homme était plongé dans son téléphone, mais ce n'est pas une raison pour se venger de la sorte, à moins qu'un grief t'étant inconnu ne soit passé entre les deux hommes. Pourtant, celui qui avait fait le croche patte s'était empressé de s'excuser auprès de l'autre, comme si finalement, il n'avait pas agit de façon pleinement consciente. C'était étrange, vraiment, tu n'y comprenais rien, alors que ton regard était suspicieux vis à vis de l'homme au croche patte. Mais tu t'approchais du passant au smartphone tombé au sol. Le téléphone n'avait rien, mais l'homme avait une petite contusion au coude droit, rien d'important en théorie, mais tu allais être là pour le soigner.

" Laissez moi voir votre coude, je m'appelle Pascaline, je suis aide-soignante, j'ai de quoi faire dans mon sac. "

Le jeune homme semblait t'être reconnaissant même si la douleur ne devait pas être si lancinante que cela après tout mais bon, il vaut mieux désinfecter immédiatement quand on le peut, c'est mieux pour la personne. Tu lui souriais. Mais tu regardais l'autre type, et tu ne savais pas sur quel pied danser avec lui, mais ta bonté te rattrapait bien rapidement. Alors que le jeune homme s'en allait, tu venais à parler à celui qui n'avait pas vraiment bouger depuis ton intervention.

" J'aimerais comprendre une chose. Pourquoi est ce que vous avez esquiver le jeune homme avant de lui faire un petit croche patte, comme ça l'air de rien ? "

Tu aurais pu te montrer plus sèche, mais tu lui posais simplement la question, rien de plus, parce que tu ne voulais pas en savoir plus, pourtant, tu allais devoir compter sur lui pour sauver véritablement une âme innocente dans les prochaines secondes. En effet, alors que le jardin semblait paisible comme souvent ces derniers temps, un individu suspect attira ton attention. Il ne t'était pas inconnu, tu l'avais déjà vu à l'hôpital, en train de rôder pour ainsi dire. Tu l'avais déjà chassé de ton lieu de travail parce qu'il avait tenté de débrancher un patient pour un défi du Dare or Die. Et là, ce qu'il fit à quelques mètres de toi, comme pour te provoquer fut bien pire que cela. Il était en train d'attaquer une jeune femme, comme le vulgaire démon qu'il était à tes yeux, un être horrible qui semblait avoir la violence en lui. Sans trop réfléchir, tu prenais la main de ton interlocuteur du moment, pour aller en aider à la personne agressée. Tu ne savais pas vraiment te battre, ta capacité n'allait pas vraiment t'aider dans ce sens mais peut être que ton interlocuteur avait sur lui une botte secrète qui pourrait vous permettre de sauver cette âme innocente de cette ignoble personne.

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

« you got to be good to be true »
▬ Pascaline. Let my soul smiles through my heart and my heart smiles through my eyes, that I may scatter rich smiles in sad hearts.


Mes Goscars:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 05/07/2017
Messages : 47
Louis d'or : 569
pretty face : Andrew Scott
julius caesar : Pinterest
legends never die : Dieu de l'air
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3493-avel-dragon-flight#100902
Dieux

Sujet: Re: C'est le moment de sauver une âme en perdition - Feat Avel Mer 9 Aoû - 23:38 ()
C'est le moment de sauver une âme en perdition.  
Pascaline & Avel


Choqué. Et déçu même. Il s'était fait repérer en un claquement de doigts. Mais l'air outré qu'il affichait était de circonstance. Il s'agissait là d'accusation totalement gratuites envers sa personne. Sa pauvre et innocente personne. Non, il était victime d'accusations totalement infondées. Alors il s'était construit une expression choquée. Voire même outrée. Il ne mit pas longtemps à rétorquer.

    Moi ? Mais voyons vous divaguez, je n'ai jamais rien fait de tel ! Qu'est-ce que ?


Surprise dans la voix, scandale dans le timbre, incompréhension dans les yeux. Il jouait la comédie à merveille, mais ce rôle composition était sans compter cette réaction étrange que la jeune femme eut à cet instant. Elle l'avait attrapé par la main, le trainant avec elle, sans lui laisser l'occasion de comprendre ce qu'elle comptait faire. Et dans ce genre de conditions, quoi de mieux que d'attirer encore et toujours plus l'attention, hein ? Il lui arrivait d'agir intelligemment oui. Mais ce ne serait sans doutes pas pour cette fois. Il commençait à gesticuler, en élevant la voix.

    Qu'est-ce que vous faites ? Arrêtez ! On m'agresse ! OSKOUR ! QUE QUELQU'UN ARRÊTE CETTE FURIE !


Il avait fini par hurler en gesticulant, finissant par dégager sa main, jetant un coup d'oeil tout autour de lui. Oui, ils étaient devenus le centre de l'attention de tous les badauds et autres passants. Et il se rendait compte que ce n'était peut-être pas la meilleur chose. Son regard s'était arrêté sur une scène assez frappante. Assez choquante même. Tout l'attention était tournée vers eux, tandis qu'une véritable agression avait lieu, un peu plus loin. Il ne savait pas vraiment de quoi il s'agissait, ni du pourquoi, ni du comment, mais c'était en train de se dérouler sous ses yeux. Et tous les regards étaient tournés vers lui. Vers lui et son scandale de pacotille, ses gémissements à deux balles, ses gesticulations grotesques. Il s'était alors immédiatement recomposé une expression souriante, un air amusé sur le visage, tirant la dénommée Pascaline dans ses bras.

    Ce n'est rien voyons, juste quelques enfantillages avec une amie ! Avait-il lancé aux passants qui les observaient d'un oeil réprobateur. C'est bon, j'ai compris. Mais qu'est-ce que vous voulez bien y faire ?


Il avait repris à voix basse, de façon à ce qu'elle seule puisse l'entendre. Certes, une véritable agression avait lieu un peu plus loin mais... De toutes façons, ce n'était absolument pas ses oignons. Il était seulement question pour lui de détourner l'attention de leur petit manège en espérant que quelqu'un se rende compte de ce qui se passait un peu plus loin et intervienne. Si cela venait à se produire, il pourrait s’éclipser en douce. Il était venu ici pour se changer les idées, certes. Mais il n'était pas sorti de chez lui en se disant qu'aujourd'hui, il allait aller fourrer son nez dans les affaires des autres et s'interposer pour sauver une inconnue. Après tout, c'est moche la vie. C'est pas beau. C'est pas amusant. C'est pas fait pour être héroïque. C'est pas fait pour sauver les gens.

@Pascaline E. Sabot
- a game of shadows, shall we play ?  -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 29/10/2016
Messages : 10159
Louis d'or : 10623
pretty face : Teresa Palmer
julius caesar : Class Whore + Garance + Ophélia
these streets : Pascaline ne sait rien ou presque, mais ça ne saurait tarder si vous voyez ce que je veux dire.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t292-pascaline-estelle-sabot
Humains

En ligne
Sujet: Re: C'est le moment de sauver une âme en perdition - Feat Avel Jeu 10 Aoû - 0:38 ()
C'est le moment de sauver une âme en perdition.  
Pascaline & Avel


La blessure était superficielle, heureusement, mais ce type, ce type il ne te plaisait pas, alors sans en faire tout un plat, tu allais le voir, discrètement pour comprendre le pourquoi du comment. Tu te rejouais la scène, et tu le voyais clairement esquiver avant de crocheter, en fourbe. Bien entendu, il rétorque les accusations, il n'y est pour rien, mais tu n'as pas le temps de lui répondre si ce n'est par un regard noir, pas le plus noir qui soit, mais un regard que tu ne faisais pas si souvent que ça. Il ne sait clairement pas jouer la comédie, c'est un sacré imbécile. Surtout que tu le prends par la main, gentiment pour qu'il te suive sagement, mais il se met à crier, attirant l'attention sur vous deux. Il réussit à s'échapper de ton emprise, et voit que vous êtes observés par les badauds qui passaient par là. Ton regard se fait pressant et tu montres du doigt, ce que personne ne voit puisqu'ils vous regardent tous. Tu es désespérée par l'animal, tu te demandes si tu vas réussir à lui faire faire ce qu'il faut avec le type là-bas qui est en train de commettre un crime, tranquillement sans que personne n'agisse. Et pour cause, ils vous regardent tous. Mais ton doigt tendu dans la direction le fait prendre conscience de son erreur. Tu ne le connais pas, tu ne sais pas qui il est, tu ne sais rien de lui, mais tu vas faire en sorte qu'il agisse de façon intelligente pour maintenant, pour une fois dans sa vie, parce qu'il n'a pas l'air d'être un type qui est bien dans sa tête, lunatique que possible visiblement. Bref, il avait compris son erreur et t'avait attiré à lui pour se faire pardonner, disant aux autres que c'était une petit blague. Leurs regards en disaient pourtant long, vraiment mais peu importe, l'essentiel était fait. Il vint te parler à l'oreille.

" Ce que je veux y faire, c'est d'intervenir pour sauver cette personne, il est en train de la tuer, pas de lui faire un simple croche patte, alors venez m'aider et je vous laisserais en paix avec votre conscience. "

Tu relâchais son étreinte et d'un signe de tête tu lui disais de te suivre pour aller en direction de l'agresseur qui s'était mis dans un coin, et il n'était presque plus visible de la majorité des personnes ici. Tu t'excusais auprès des passants.

" Désolé du dérangement, il aime bien faire ce genre de petites blagues, on réglera ça à la maison. "

Et tu souriais franchement, à la limite du rire pour qu'ils reprennent leur route ici. Cela semblait faire son effet alors tu avançais vers l'agresseur qui était là, il y a un instant. Tu regardais au dernier endroit où tu l'avais vu, et, il était juste là, en train de tenter d'abuser de la jeune femme. Non, mais ce n'est pas possible de faire ça en plein jour. Tu arrivais à sa hauteur, en espérant qu'Avel t'avait suivi et tu lui donnais un coup de pied au niveau du ventre avant de reculer. Il semblait surpris, il devait penser que personne ne l'avait vu tellement il avait été discret en mettant un chiffon dans la bouche de la jeune femme. Mais si la jeune femme était à moitié assommée, il était sur le point de se jeter sur toi, en guise de représailles et tu n'étais pas vraiment de taille pour lutter, mais Avel n'était pas loin pour lui donner le coup qu'il faut.

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

« you got to be good to be true »
▬ Pascaline. Let my soul smiles through my heart and my heart smiles through my eyes, that I may scatter rich smiles in sad hearts.


Mes Goscars:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 05/07/2017
Messages : 47
Louis d'or : 569
pretty face : Andrew Scott
julius caesar : Pinterest
legends never die : Dieu de l'air
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3493-avel-dragon-flight#100902
Dieux

Sujet: Re: C'est le moment de sauver une âme en perdition - Feat Avel Jeu 10 Aoû - 1:34 ()
C'est le moment de sauver une âme en perdition.  
Pascaline & Avel


Non mais aled. Pourquoi diable me suis-je embarqué dans tout ça ? C'est la question qu'il se posait en ce moment même, alors qu'elle avançait vers un coin moins en vue du parc. Et il se demandait tout autant pourquoi il la suivait ainsi. Ca n'avait aucun sens. Il n'avait pas la moindre raison d'agir ainsi. Aucune raison de se porter en bon petit samaritain. Et pourtant elle rassurait les passants, éloignant les regards réprobateur de sa personne. Alors il pouvait bien faire semblant de faire un petit effort. Il fallait croire qu'elle y croyait dur comme fer, à son sauvetage. Sa seule forme de pseudo-motivation résidait uniquement dans le fait qu'il se disait qu'avoir cette fille sur le dos ne serait probablement pas de tout repos. Surtout si elle s'appliquait à lui rabâcher que c'était de sa faute si unetelle s'était fait sauvagement agresser, et que s'il avait agi, elle n'aurait rien eu, et patati, et patata. Il le sentait venir, gros comme une maison. S'il ne faisait rien, elle allait le faire divinement ch*er, et il ne voulait clairement pas cela.

Alors il l'avait suivie. Sans trop de convictions, simplement pour se soulager d'une probable sangsue, qui se serait agrippée à lui s'il avait fui. Qui lui aurait collé à la peau, rendant son quotidien très désagréable. Il avait agi ainsi en ne pensant qu'à sa petite personne, à son petit confort. Quelques foulées derrière elle, il observait ses agissements. Sans vraiment comprendre. Sans vraiment cautionner ce genre d'actions. Les héros, ça n'existe pas. La bonté, c'est inutile. Ca n'apporte rien. Ca vous fait chuter. Et il savait de quoi il parlait. Il savait ce qu'il en était. Il aurait voulu voir le monde ramper comme au premier jour. Le voir supplier leurs forces supérieures, en espérant obtenir un cadeau, un don leur permettant de survivre. Et pourtant. Pourtant il s'était précipité. Il avait pris quelques foulées d'élan, avant d'arriver au niveau de l'agresseur. Agresseur qui s'était jeté en avant sur la jeune femme. Alors le petit professeur était arrivé derrière elle, la poussant sur le côté, avant de jeter un coup de pied en avant. Un joli coup de pied bien levé. Une sorte de high kick dirigé vers le visage de l'individu patibulaire qui leur faisait face. Et ce fut comme un ralenti digne des meilleurs nanards. Un visage rencontrant un pied, déformé par l'impact, accompagné d'un son de craquement sinistre, presque irréaliste.

Et il s'était arrêté, réalisant son geste. Il s'était arrêté, réalisant les quelques gouttes de sang et la dent qui venaient de voler pour atterrir sur lui, alors que l'individu s'effondrait en avant, tombant sur lui, sonné. Il s'était arrêté, réfléchissant un instant. Il venait de jouer les justiciers protecteurs. Il venait de jouer les petits héros. Et cela ne faisait absolument pas sens. Il n'avait aucune raison de faire cela. Et pourtant. Pourtant, il l'avait fait.

@Pascaline E. Sabot
- a game of shadows, shall we play ?  -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 29/10/2016
Messages : 10159
Louis d'or : 10623
pretty face : Teresa Palmer
julius caesar : Class Whore + Garance + Ophélia
these streets : Pascaline ne sait rien ou presque, mais ça ne saurait tarder si vous voyez ce que je veux dire.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t292-pascaline-estelle-sabot
Humains

En ligne
Sujet: Re: C'est le moment de sauver une âme en perdition - Feat Avel Jeu 10 Aoû - 23:11 ()
C'est le moment de sauver une âme en perdition.  
Pascaline & Avel


Oui, cela ne faisait aucun doute, tu ne le comprenais pas vraiment, voir même pas du tout, il n'avait pas de logique, ou alors une logique bien différente de la tienne même s'il semblait avoir retrouvé un semblant de raisonnement, d'intelligence, à moins que ce ne soit autres choses mais tu espérais véritablement qu'il n'allait pas mouillé son slip ou son caleçon à cause d'un autre type qui était en train d'agresser une jeune femme alors qu'il avait attiré l'attention sur lui-même. Oui, tu penses trop, si bien que la dernier phrase est clairement trop longue mais qu'importe, tu le traîne jusqu'à la scène de crime alors que les badauds ont tous repris leur chemin comme si cette scène là n'était pas plus louche qu'une autre, tu t'en rends parfaitement compte, mais cela n'a pas d'importance si jamais tu as à les revoir. Toi tu ne les oublieras pas, mais eux, ils t'auront oublié et puis tu seras dans ta tenue d'aide-soignante, autrement dit, pas en habits civils. Alors tu arrives à hauteur de l'autre homme, de cet agresseur et tu lui donnes un coup, un premier coup, un unique coup même parce que tu n'as pas vraiment de force physique, c'est avant tout pour le détourner de son but afin qu'Avel puisse lui décocher une droite ou un coup de pied afin de le mètre hors d'état de nuire. Tu détestes ces agresseurs qui agissent de la sorte, tu ne les aimes pas pourtant ce ne sera pas le premier que tu rencontres et sans doute pas le dernier que ce soit en vrai ou à travers les péripéties de certains de tes patients. Mais là, tu ne pouvais rester là, sans rien faire, même si pour toi, le danger était important. Alors tu avais donné le premier coup, et celui qui avait fait le croche-patte juste avant arriva te poussant légèrement sur le côté donnant un coup de pied magistral à l'agresseur. Un craquement se fit entendre, il avait réussi sans doute dans l'opération à lui fracturer le nez ou quelques choses dans ce goût là. Est ce qu'il l'avait véritablement fait exprès ? Tu en doutais légèrement, mais il l'avait fait, c'était tout ce qui comptait pour le moment, pour toi en tout cas. En vérité, il avait réussi à avoir sa mâchoire puisque du sang en coulait, pas énormément mais il venait de lui arracher une dent en plus de l'assommer. Il ne comprenait pas ce qu'il venait de faire, parce que si tu n'avais pas été là, tu es certaine qu'il n'aurait pas agit de la sorte, c'était une certitude. Tu ne te préoccupais plus de l'agresseur et tu allais en direction de la victime qui était là, prostrée dans son coin. Tu lui prenais la main, et tu lui caressais doucement les cheveux. Elle ne semblait pas comprendre ce qui arrivait mais elle était sauvée.

" Tout doux, ça va aller, ne vous en faites pas, je suis là pour vous aider. "

Et elle ouvrit alors les yeux, comme pour voir si ce n'était pas une ruse de son agresseur et dans un réflexe humain, elle vint te prendre dans ces bras. Tu ne savais pas si elle avait finalement compris ou si elle te faisait confiance, mais elle semblait aller bien sur le plan physique, mais sur le plan mental, moral et affectif, ce ne devait pas être la même chose, c'était une certitude.

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

« you got to be good to be true »
▬ Pascaline. Let my soul smiles through my heart and my heart smiles through my eyes, that I may scatter rich smiles in sad hearts.


Mes Goscars:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 05/07/2017
Messages : 47
Louis d'or : 569
pretty face : Andrew Scott
julius caesar : Pinterest
legends never die : Dieu de l'air
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3493-avel-dragon-flight#100902
Dieux

Sujet: Re: C'est le moment de sauver une âme en perdition - Feat Avel Ven 11 Aoû - 18:45 ()
C'est le moment de sauver une âme en perdition.  
Pascaline & Avel

C'était tout de même étrange. Agir ainsi. Aider les autres. Il ne s'était jamais intéressé qu'à sa petite personne. Il n'avait jamais été qu'un être égoïste. Les humains étaient frêles. Fragiles. Il le comprenait de plus en plus ces derniers temps. Il l'expérimentait surtout. Et il observait la jeune femme, la jeune victime, du coin de l'oeil. Peuh. Pourquoi l'avait-il sauvée ? Après tout, il aimait le désordre. Il appréciait le chaos. La décadence. Mais il aimait encore plus sa petite existence, mener sa petite vie, tranquille, à l'écart de tout. A l'écart des parasites. De ces pauvres homoncules idiots. De cette engeance nommée humanité. Il aimait observer leurs existences chaotiques, tant qu'il n'avait pas à s'y mêler. Tant qu'il n'avait pas à prendre part à cette valse épuisante que pouvait être leur existence. Ses dernières retrouvailles avaient été bien assez stressantes.

Il observait le corps inconscient de l'agresseur, le regard dans le vague, ses pensées dirigées vers une personne bien précise. Oui, ces retrouvailles l'avaient chamboulé. Il réalisait quel calvaire cela pouvait être, qu'être humain. Mais il fut sorti de ses pensées par un grognement. Coup d'oeil rapide. Le type allongé par terre, la bouche en sang, commençait à bouger. Pauvre petit. Le petit professeur se délesta d'un soupir, avant de faire une nouvelle fois swinguer son pied. Craquement sinistre, giclée de sang, et un pauvre type à terre, cette fois le nez en sang. Pauvre imbécile. C'était pas ton jour, à toi, hein ? Il se racla la gorge, avant d'ajouter la touche finale à son acte de violence infondé.

Il ne lui fallu pas longtemps pour tourner les talons, laissant le pauvre hère cloué au sol, le visage couvert de sang, la honte d'un crachat jeté au visage. Bon sang, et en plus, il avait ruiné ses chaussures. Ce n'était que quelques gouttes de sang, mais il allait s'amuser à nettoyer ça. Un grimace de dégoût lui vint alors qu'il observait ses pieds. Grimace qui ne disparut pas d'avantage en jetant un coup d'oeil à la cruche qu'il venait de sauver, réfugiée dans les bras d'une pseudo samaritaine désireuse de jouer les héroïnes. Bah. Il n'avait rien à faire avec ce genre d'individus. Après tout, il n'était pas là pour être gentil. Il n'était pas là pour être bon. Surtout pas avec ce genre d'individus. Il faut savoir se défendre. Il faut savoir gagner. Il faut savoir tout prendre. Tout rafler. Et c'est bien ce qu'il comptait faire. Mais ce n'était pas en relevant quelques pauvres brebis égarées, croisées au hasard sur le bord du chemin, qu'il arriverait à quoi que ce soit. Lui qui était sorti avec en tête l'envie de se divertir, il avait été servi. Mais ce qu'il venait de faire lui déplaisait. Cela l'irritait. Il n'avait qu'une envie : partir. Partir et ne pas la recroiser. Partir et ne plus se faire ainsi entraîner. Alors il avait tourné les talons, et s'était éloigné. Sans un mot, sans se faire remarquer. Parce qu'il n'était plus d'humeur. Parce que tout ça l'avait énervé.


@Pascaline E. Sabot
- a game of shadows, shall we play ?  -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 29/10/2016
Messages : 10159
Louis d'or : 10623
pretty face : Teresa Palmer
julius caesar : Class Whore + Garance + Ophélia
these streets : Pascaline ne sait rien ou presque, mais ça ne saurait tarder si vous voyez ce que je veux dire.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t292-pascaline-estelle-sabot
Humains

En ligne
Sujet: Re: C'est le moment de sauver une âme en perdition - Feat Avel Mer 16 Aoû - 14:01 ()
C'est le moment de sauver une âme en perdition.  
Pascaline & Avel


La victime était sauve, grâce à vous deux, elle allait pouvoir s'en remettre, en théorie, parce que tu ne savais pas ce qu'il avait eu le temps de lui faire, mais nul doute qu'elle n'avait presque rien eu en comparaison de ce qu'il aurait pu lui faire, et ça te rassurait. Tu ne connaissais pas son nom, mais elle t'avait pris dans ces bras, et là, elle pleurait à chaudes larmes. Tu étais contente d'avoir pu intervenir, et que ton acolyte du moment ne se soit pas dégonflé en venant défendre l'honneur de cette jeune femme. Tu avais peur de cela vu qu'il était d'une grande étrangeté. Il ne savait pas sur quel pied danser, et il agissait bizarrement, faisant le croche patte à cette personne, avant de se porter presque comme une victime vis à vis de toi alors que tu ne ferais pas de mal à une mouche, puis, il a pris conscience que ce qu'il faisait n'était pas correct, il a dit que c'était un jeu, avant de te suivre pour mettre à terre l'agresseur. Sans lui, tu aurais pu faire partie des victimes de l'agression, mais il avait été là, pour lui donner un coup, puis un autre, et un dernier pour le mettre hors d'état de nuire. Cela te convenait, tu n'allais pas retenir cette étrange personne, de toute façon alors que tu étais encore en train de consoler la victime le voilà qui tournai les talons, visiblement contrarié par ce qu'il venait de faire. Enfin, c'était bizarre, mais cela correspondait au personnage extrêmement lunatique que tu avais abordé quelques minutes plus tôt. Tantôt en ta faveur, tantôt à l'inverse. Tu ne saurais dire ce qui en résultait vraiment, mais tu avais pu voir une grande part d'égoïsme dans son être, même si à tes côtés, il semblait avoir réussi à mettre cela de côté, mais là, il était parti, sans un mot, sans un véritable geste envers toi ou la victime, preuve s'il en est qu'il s'en fichait pas mal. Paris est une grande ville, tu ne sais pas si tu le recroiseras un jour, mais si c'est le cas, il ne fait aucun doute que tu essayeras d'en savoir plus, parce que s'il ne se souvient pas de toi, toi tu te souviendras de lui et tu ne manqueras pas de te rappeler à ces bons souvenirs, ou ces mauvais souvenirs, au vue de la tête qu'il a fait en partant. Au bout de quelques minutes, la victime cesse de pleurer, alors tu te détaches d'elle. Tu ne sais pas ce qu'elle va vouloir faire à présent. Est ce qu'elle va vouloir porter plainte ? En tout cas, tu sauras reconnaître son agresseur avec certitude si jamais elle le fait, tu pourras l'aider. Mais visiblement, elle préfère ne pas avoir plus d'ennuis que cela. Tu essayes de la comprendre, tu essayes de comprendre si elle connait son agresseur, si c'est un ex par exemple, ou s'il l'a choisi par hasard, mais elle ne se montre pas très bavarde. Tu lui donnes néanmoins ton numéro de téléphone, tu lui explique que tu es aide-soignante et qu'elle peut t'appeler si elle en ressent le besoin. Vous laissez l'agresseur dans le jardin, personne ne semble réagir sur le fait qu'il soit là, avec le nez en sang. Et pour une fois, ce n'est pas toi qui va le soigner, c'est bien fait pour lui. Tu poursuis donc ton chemin finalement toi aussi de ton côté.

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

« you got to be good to be true »
▬ Pascaline. Let my soul smiles through my heart and my heart smiles through my eyes, that I may scatter rich smiles in sad hearts.


Mes Goscars:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: C'est le moment de sauver une âme en perdition - Feat Avel ()
Revenir en haut Aller en bas
 
C'est le moment de sauver une âme en perdition - Feat Avel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» URGENT aidez moi à sauver 2 caniches - ADOPTES
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» Pétition pour sauver les galgos. (lévriers espagnols)
» Quel moment vous a le plus marque dans l'annee electorale USA?
» URGENT à sauver chiot croisé caniche-cairn délaissé (Var)
Static palms
melt your vibe
always on the hunt

a game of shadows :: Paris :: Sud-Est :: cinquième arrondissement :: Jardin d'Athéna