boom bitch
Après un week end de liane foly, le forum ouvre ses portes !
Pour tout savoir sur les news de cette version, c'est par .
are you ready for it ?
Un cavalier de l'apocalypse, une pénurie inédite, un trésor chelou de ouf et surtout la fashion week...
Venez découvrir l'intrigue et ses quêtes ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 Lock up your back door and run for your life ∞ tara
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t372-holding-hands-while-the
Templiers
homecoming : 30/10/2016
Messages : 1367
Louis d'or : 1350
pretty face : Jake Gyllenhaal
julius caesar : tara #heaven
Allegeance : Puisqu'il est ni plus ni moins le chef de clan des templiers, il se doit d'être un exemple de loyauté. C'était pourtant mal parti, lui l'électron libre, l'âme rebelle dans une famille qui ne vivait que pour le devoir envers autrui. Aujourd'hui, tous les regards et toutes les craintes sont rivés vers lui et il se doit alors de représenter l'union au sein de l'Ordre. Néanmoins, il met un point d'honneur à ne pas être l'homme derrière le bureau, celui qui tire les ficelles depuis son nuage paisible. Il met la main à la pâte et entend donner à son camp une efficacité jamais atteinte autrefois .

Sujet: Lock up your back door and run for your life ∞ tara Dim 9 Juil - 22:48 ()
Cause I'm T.N.T. I'm dynamite
watch me explode @Tara C. Bellamy
« Je te l’ai déjà dit dix fois, ce n’est pas de gaieté de cœur que je t’emmène. » Arthur s’était retourné vers Tara, après avoir retiré son casque de moto. Depuis le début du trajet, elle n’avait eu cesse de se plaindre. Elle entendait bien lui faire comprendre qu’elle n’avait aucune envie d’être là. En même temps, il ne pouvait pas lui en vouloir. Si elle passait sa vie derrière les écrans, c’était en partie de sa faute. Même s’il ne le montrait pas, l’erreur qu’il avait commise il y a de ça quelques années lui restait en travers de la gorge. Chaque fois qu’il la croisait, c’était ce même sentiment de culpabilité, quand bien même le Templier, désormais Chevalier du Roi, était beaucoup trop fier pour le lui confier. Cette fois-ci, il n’avait pas eu le choix. Avec le Dare or Die qui avait eu le temps de semer la pagaille au sein de Paris avant de perdre en intérêt, les démons avaient réussi à se faire une place dans le quotidien des habitants. Les humains s’étaient adonnés à ce jeu ignoble et s’étaient eux-mêmes livrés à la démoniaque influence en échange d’un peu de reconnaissance. L’Ordre ne pouvait tolérer ce pouvoir et maintenant que l’application était hors d’état de nuire, il était temps de frapper un grand coup dans la fourmilière. Ses soldats étaient déployés aux quatre coins de la capitale afin de mettre à mal les moyens des démons et Arthur ne faisait pas exception. Il était hors de question de laisser les autres prendre des risques tout en restant au QG. Voilà pourquoi il avait ravalé son orgueil pour proposer à Tara, une des meilleures en matière de technologie, de l’accompagner pour une mission spéciale. De l’infiltration, rien de dangereux, avait-il dit afin de la convaincre. Le but était justement de ne pas se faire remarquer, de faire leur petite affaire et de repartir comme ils étaient venus. La cible était un des bars les plus fréquentés du neuvième arrondissement. ‘‘Et elle croqua la pomme’’ était l’exact reflet des créatures qu’ils pourchassaient depuis des années maintenant. Le bar représentait toute la noirceur, le vice et les excès qui gangrenaient depuis trop longtemps la ville natale du fils Leroy. Même s’il s’était heurté au refus de Tara, il avait fini par lui faire croire qu’elle aussi avait envie d’anéantir ce bar. De toute manière, elle n’avait jamais eu vraiment le choix. Il s’agissait non pas de saccager l’endroit, ni de recourir à la violence à l’image de leurs ennemis, mais de faire taire l’endroit. Littéralement. Le sombrer dans l’inutilité la plus profonde et ainsi, dans l’oubli.

Arthur s’était arrêté dans une ruelle près du bar bar. Il descendit de la moto et laissa Tara en faire de même. Dans le coffre sous le siège, était rangé tout l’équipement dont elle avait besoin pour mener à bien sa mission. Il n’y avait rien d’aussi sophistiqué que ce qu’elle avait sous la main au QG, mais cela avait le mérite d’être portatif et spécialement développé pour l’Ordre par des frères ingénieurs. « Avant de rentrer, j’ai besoin que tu me cartographies l’endroit. Déjà pour connaître les entrées, les sorties et savoir où se trouve le compteur électrique. Ensuite fais-moi une modélisation thermique, histoire qu’on évite les mauvaises rencontres sur notre chemin. » Arthur n’avait rien apporté pour se battre, rien de plus que ses gants équipés de poings américains en fer pur. Il avait même dû laisser Light au QG, parce qu’elle ne saurait jamais se montrer aussi discrète qu’elle ne l’aurait voulu. Et Dieu savait où ils allaient devoir crapahuter pour atteindre leur objectif. Avec l’été qui venait d’arriver, l’air était étouffant, même en début de soirée. Le moment de la journée était judicieusement choisi. Ils ne seraient jamais mieux cachés qu’à découvert, alors que le bar allait connaître son pic de fréquentation. Ils se dirigèrent alors vers la rue dans laquelle se trouvait la porte de derrière. A priori, l’entrée occupait le maximum de personnes. « Dépêche-t... » Á peine eut-il le temps de finir sa phrase qu’un employé franchit la porte pour sortir les poubelles. Arthur plaqua aussitôt Tara contre le mur le plus proche et fourra son visage dans la nuque de la jeune femme, comme un homme enamouré qui n’avait pas pu attendre d’être rentré. Le visage d’Arthur était malheureusement de plus en plus connu auprès des démons, contrairement à elle. Il ne pouvait pas prendre le risque d’être reconnu, ici. Il avait posé son coude contre le mur, près du visage de sa collègue. Ainsi, les faits et gestes de Tara étaient cachés par sa silhouette et sa veste en cuir. Il sentit la réticence de la jeune femme et il ne put s’empêcher de chuchoter ironiquement : « Plus tu vas vite, plus vite je dégage. »

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

WE ARE THE WARRIORS THAT BUILT THIS TOWN FROM DUST
Can the heart become distorted, contract incurable deformities and incurable infirmities, under the pressure of disproportionate grief, like the spinal column under a low ceiling? Is there not in every human soul a primitive spark, a divine element, incorruptible in this world and immortal in the next, which can be developed by goodness, kindled, lit up, and made to radiate, and which evil can never entirely extinguish.

Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Templiers
homecoming : 24/06/2017
Messages : 588
Louis d'or : 606
pretty face : Emily Browning
julius caesar : (c)MATT-BB & (c)Astra (signa) & (c)Eden Memories/Kiri/Aslaug (icones)
the mighty bush : Technosymbiose avancée. Pouvoir découvert il y a quelques années tout au plus, en total raccord avec son travail et son amour pour les nouvelles technologies. Capacité de glisser son esprit dans n’importe quel objet électronique et de naviguer au travers des réseaux pour communiquer avec d’autres mais aussi trouver des informations, entendre des conversations. Tara se joue complètement de l’électronique, cherchant à en faire entièrement son domaine. Même si cela finira par devenir dangereux… Désormais, elle peut utiliser la technosymbiose à distance, avec un simple contact visuel, et aussi de ne plus avoir à s'infiltrer dans le réseau pour des manipulations "simples
Allegeance : Son allégeance va aux templiers, cela va de soi. Mais... Tout est nettement plus compliqué qu'il n'y paraît. Au final, sa seule alliée, la seule qui a pleinement sa confiance, c'est elle-même. Un sentiment qui s'est accentué lorsque sa soeur a définitivement péri... Sous la main d'un ange.
these streets : Ils sont là et elle le sait. Anges et démons se battant sur cette magnifique ville qu'était Paris. Ils sont là et elle s'en fout, souhaitant simplement qu'ils dégagent aussi rapidement qu'ils sont arrivés. Ils n'ont pas leur place ici, et ne l'auront jamais.
En revanche, concernant les dieux... Ils ne sont que légendes à ses yeux, même si le doute s'immisce dans l'esprit hyper cartésien de la gamine...

Sujet: Re: Lock up your back door and run for your life ∞ tara Jeu 20 Juil - 0:07 ()
Cause I'm T.N.T. I'm dynamite
watch me explode @Arthur M. Leroy
Bloquée à l'arrière de la moto, elle n'avait cessé de se plaindre, de donner son avis sur cette mission ô combien dangereuse. Qu'elle avait accepté puisque n'ayant pas réellement le choix. Pour pirater les éclairages d'un des bars les plus fréquentés de la ville, mieux valait faire appel à une experte. Et une experte qui connaissait le terrain, c'était toujours mieux. Voilà comment elle s'était retrouvé embarquer dans cette histoire, et le regrettait désormais. D'autant plus que cette mission se déroulait... Avec Arthur. Celui-là-même qui avait entraîné une blessure il y a quelques années, blessure qui était en partie responsable de la dépendance qui commençait à la lier aux anti-douleurs. Oui, c'était plus simple que de s'avouer que tout était entièrement de la faute de la jeune femme, étant donné qu'elle avait refusé d'être soignée par un ange, et qu'elle avait laissé la blessure s'agraver. C'était entièrement de sa faute, mais elle préférait la rejeter sur Arthur. Ainsi, elle finissait par contredire une partie de ses ordres, ou juste refuser de les suivre, de faire attention. Elle se retrouvait donc à fournir de fausses informations à un démon connu de l'organisation, pour le manipuler, en sachant pertinemment que s'il apprenait qu'elle se moquait de lui sur toute la lignée... Elle risquait de se faire tuer. Torturer aussi. Que de joyeuses choses en perspective...

Le véhicule s'arrêta, le casque fut retiré, posé sur le côté. Et Arthur entreprit enfin de lui répondre. Oh, ça ne lui plaisait pas non plus. Super. Magnifique. Cette mission allait tellement bien se finir. Les plaintes finirent par se transformer en murmures, plus pour elle-même qu'autre chose. Le matériel fut sorti du mini-coffre. Le strict nécessaire, bien loin du confort qu'elle possédait au sien du QG. D'un côté, elle se disait qu'elle aurait très bien pu s'en charger de là-bas, seule. Puis elle se rappela le Dare or Die. Invention des démons, créé par la sphère de la technologie certainement. Et contre lequel elle n'avait rien pu faire. Toutes ses connaissances s'étaient revélées inutiles. Et son pouvoir aussi. Elle s'était heurtée à plus fort qu'elle. Et donc, elle avait fini par céder à la pression d'Arthur. Le besoin de vengeance était là, et comme elle n'était pas sûre de pouvoir traverser les pare-feux mis en place par les démons... La virée sur le terrain était salvatrice, même si cela impliquait quelques adaptations, notamment au niveau du matériel. Elle arriverait toujours à ses fins.

L'ordre fut lancé et Tara entreprit de l'exécuter, non sans lâcher un petit « Oui chef ! » empreint d'ironie. Venant d'un homme ne comprenant que peu de choses à la technologie, cela l'amuserait presque. Néanmoins, elle n'était pas là pour rire ou le descendre, pas aujourd'hui. En quelques secondes, avant de se déplacer, elle sortit une tablette de sa sacoche, y brancha quelques câbles. La rapidité d'exécution prouvait son habitude à connecter les fils, même dans une situation assez peu... Confortable. Si la cartographie ne poserait pas de souci – il suffirait d'avoir accès à quelques caméras ou d'aller chercher les informations en s'infiltrant elle-même dans le réseau –, la modélisation allait nécessiter... Un peu plus de temps. Qu'ils ne possédaient pas forcément.

Pas après pas, ils se rapprochaient de leur cible. La porte arrière, bien moins protégée. S'infiltrer allait être compliqué, Tara le savait pertinemment. Cependant, il faudrait parvenir à être discret. Car ce n'était pas avec des poings américains et un 9mm qu'ils allaient arriver à faire face à une horde de démons. C'était une mission-suicidaire, clairement, mais la française avait fini par trouver ça amusant.

Sauf que... La porte s'ouvrit. Un employé. La réaction d'Arthur fut plus rapide que la sienne, mouvements entravés par une jambe blessée. Plaquée contre le mur, visage collé contre son cou. Elle se retint à la dernière seconde de repousser le templier, de lui enfoncer son genou dans une partie de son anatomie assez sensible. Bon, en réalité, elle était juste incapable de bouger, puisque la douleur envahissait sa hanche. Alors, elle se concentra sur sa mission, lança la modélisation après avoir baissé le regard. L'employé jeta un regard dans leur direction, une seconde avant de rentrer à l'intérieur du bar, sa tâche ayant été accomplie. Léger soulagement, alors que son matériel portatif vrombit légèrement. Elle aimait bien cette machine, malgré sa petite taille, elle possédait une puissance certaine. Et suffisante pour ce genre de missions. Les plans furent téléchargés, et Tara en profita pour repousser Arthur, maintenant que personne n'était dans les parages.

« Ne t'avises plus jamais de faire ça. »

Voix sifflante, son regard se fit glacial. Elle se décolla du mur, cherchant à ignorer la douleur persistante dans son membre inférieur droit. Bordel, elle espérait qu'ils n'aient pas à devenir gymnaste ou à prendre les jambes à leur cou, sinon, elle serait dans la merde... Elle cacha sa souffrance, présenta le plan et la modélisation en superposé à Arthur. Quelques mots, murmurés à l'intention de son collègue :

« Il y a une autre entrée de l'autre côté du bâtiment, en plus de la principale et de celle-ci donc. Le compteur se trouve au deuxième sous-sol, dans une pièce qui semble être à part. La plupart des personnes sont regroupées au rez-de-chaussée, sur la partie « bar », ce qui est logique vu l'heure. » Pause. Réflexion. Cette mission pouvait être réussie facilement, en quelques minutes s'ils ne croisaient personne. Mais... « J'imagine que les stocks d'alcool doivent être en sous-sol. Même en étant les plus discrets possibles, on n'est pas à l'abri que quelqu'un descende et nous voie. Et il peut aussi y avoir des digicodes et autres serrures qui nous barrent le chemin. »

La question devenait presque : allaient-ils faire une diversion, chercher toutes les informations nécessaires ? Ou se lancer en espérant que le karma soit avec eux ?

Tara préférait prendre quelques secondes de réflexion sur la marche à suivre, notamment puisque la modélisation montrait que personne ne se dirigeait vers eux pour le moment. Après, dans tous les cas, elle suivrait les ordres d'Arthur. Peut-être qu'il ne referait pas les mêmes erreurs que dans le passé....

- a game of shadows, shall we play ?  -


Spoiler:
 

_________________

   
   
Danse Macabre
Reality ☽ Hours of crisis often call for sacrifice. In matters of consequence, when have doubt and fear given the best advice? Why not heed faith, courage, and honor?
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t372-holding-hands-while-the
Templiers
homecoming : 30/10/2016
Messages : 1367
Louis d'or : 1350
pretty face : Jake Gyllenhaal
julius caesar : tara #heaven
Allegeance : Puisqu'il est ni plus ni moins le chef de clan des templiers, il se doit d'être un exemple de loyauté. C'était pourtant mal parti, lui l'électron libre, l'âme rebelle dans une famille qui ne vivait que pour le devoir envers autrui. Aujourd'hui, tous les regards et toutes les craintes sont rivés vers lui et il se doit alors de représenter l'union au sein de l'Ordre. Néanmoins, il met un point d'honneur à ne pas être l'homme derrière le bureau, celui qui tire les ficelles depuis son nuage paisible. Il met la main à la pâte et entend donner à son camp une efficacité jamais atteinte autrefois .

Sujet: Re: Lock up your back door and run for your life ∞ tara Dim 6 Aoû - 23:06 ()
Cause I'm T.N.T. I'm dynamite
watch me explode @Tara C. Bellamy
Arthur sentait combien Tara exécrait cette proximité. Il devait avouer qu’il n’était pas totalement à l’aise avec celle-ci, lui non plus. Non pas que la demoiselle le troublait, mais peut-être qu’il redoutait inconsciemment d’être de nouveau responsable d’une catastrophe. Leur première et jusqu’ici seule mission qu’ils avaient exécutée ensemble avait été un réel fiasco, car à l’époque, Arthur s’apparentait plus à un chien fou qu’à un véritable templier engagé. Moins il suivait les règles, mieux il se portait. Sauf que cette fois-ci, Tara avait été un dommage collatéral. Il ne savait pas vraiment si cette proposition était une manière de se racheter, mais pour l’instant, il faisait tout pour que Tara puisse faire son travail correctement. Une ou deux minutes passèrent et enfin quand l’employé disparut de nouveau dans le bâtiment, ils purent enfin s’éloigner l’un de l’autre, au grand bonheur de l’un et soulagement de l’autre. Tara ne put s’empêcher de manifester son contentement, ce à quoi Arthur ne fut que trop heureux de rebondir d’une réflexion outrageusement autoritaire : « C’est dommage que ce soit moi qui décide. » Si elle tenait à sa fierté, lui aussi avait un orgueil et malheureusement pour Tara, celui-ci était souverain dans chacune de ses interventions orales. Il se reconcentra enfin sur la tablette que lui présenta la jeune femme. Elle avait fait un bon travail et déjà, il avait un meilleur aperçu des lieux. « L’entrée principale est exclue. On passera inaperçus, mais ensuite, impossible de dévier sans se faire repérer. » Il ne quittait pas l’écran des yeux, réfléchissant à toute allure. Il détestait perdre du temps, mais il était hors de question de prendre inutilement des risques ou bien de foncer bêtement dans le mur. Il fallait à tout prix que cet endroit soit plongé dans les ténèbres. « Cette entrée-là est peu surveillée, mais elle est réservée aux employés. Il y a beaucoup de va-et-vient, quiconque entre sans être autorisé va se faire automatiquement repérer. » Il passa une main dans ses cheveux pour écarter quelques mèches qui barraient sa vue. « Il nous reste donc la troisième. » Avant de se mettre en route, il fallait être clair. « On a un programme qui peut nous permettre de pirater deux trois entrées, je ne pense pas qu’ils soient non plus au top de la sécurité. C’est un endroit de diversion et de divertissement, ils ne cachent rien d’important ici, enfin je crois. C’est leur terrain de jeu ici. »

Il tripota du bout de l’index, le plan créé sous ses yeux, quelques secondes auparavant. « Regarde, il y a un escalier qui mène au premier sous-sol. On ne touche à rien, on ne peut pas se permettre de déclencher une bagarre. Si vraiment notre vie est en jeu, je te préviens. Je fais cramer. » Son index vint appuyer sur l’endroit où devaient être les stocks d’alcool. « Mais on aura tout ruiné. » Ce qu’il ne souhaitait pas. Il y eut un instant avant qu’enfin, Arthur propose quelque chose : « On contourne. On passe devant l’entrée principale, on fait un scandale devant tout le monde, le couple au bord de la rupture. On se fait remarquer. Tu te réfugies par l’entrée principale, je me fais refouler comme un malpropre. Ils seront trop contents d’avoir une demoiselle en détresse, une âme fragile à réconforter. Tu les occupes un peu pendant que je passe par la seconde entrée et j’élimine les éventuelles menaces. Ensuite, tu me rejoins. S’il y a un digicode, tu lances le programme et on descend. » Il commençait déjà à marcher vers l’entrée principale, rabattant la capuche sur sa tête pour ne laisser entrevoir que son menton barbu. « Il faudra refaire une analyse voir si on a manqué des choses. Pour se cacher, j’ose espérer qu’on découvrira des conduits de ventilation ou quelque chose sur place. Mais, au premier sous-sol, on devrait être déjà plus tranquille. Au pire, tu gardes ton rôle de petite amie perdue, et si ça ne fonctionne pas, on emploie la manière forte. » Elle avait la technologie, mais lui avait l’entrainement physique. S’il ne se faisait pas remarquer, il était capable d’en mettre un ou deux hors d’état de nuire. Du moment que les pouvoirs ne s’emmêlaient pas. Il ne lui laissa pas même le temps de réagir que déjà il se mit à beugler, attirant l’attention de la foule qui se pressait près de l’entrée. « T’es pas sérieuse ?! Je ne reste pas avec une nana comme ça. Non mais, tu te prends pour qui ?! » C'était risqué, mais Arthur avait toujours été homme à sensations. C'était la méthode la plus discrète, du moins la plus incognito.

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

WE ARE THE WARRIORS THAT BUILT THIS TOWN FROM DUST
Can the heart become distorted, contract incurable deformities and incurable infirmities, under the pressure of disproportionate grief, like the spinal column under a low ceiling? Is there not in every human soul a primitive spark, a divine element, incorruptible in this world and immortal in the next, which can be developed by goodness, kindled, lit up, and made to radiate, and which evil can never entirely extinguish.

Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Templiers
homecoming : 24/06/2017
Messages : 588
Louis d'or : 606
pretty face : Emily Browning
julius caesar : (c)MATT-BB & (c)Astra (signa) & (c)Eden Memories/Kiri/Aslaug (icones)
the mighty bush : Technosymbiose avancée. Pouvoir découvert il y a quelques années tout au plus, en total raccord avec son travail et son amour pour les nouvelles technologies. Capacité de glisser son esprit dans n’importe quel objet électronique et de naviguer au travers des réseaux pour communiquer avec d’autres mais aussi trouver des informations, entendre des conversations. Tara se joue complètement de l’électronique, cherchant à en faire entièrement son domaine. Même si cela finira par devenir dangereux… Désormais, elle peut utiliser la technosymbiose à distance, avec un simple contact visuel, et aussi de ne plus avoir à s'infiltrer dans le réseau pour des manipulations "simples
Allegeance : Son allégeance va aux templiers, cela va de soi. Mais... Tout est nettement plus compliqué qu'il n'y paraît. Au final, sa seule alliée, la seule qui a pleinement sa confiance, c'est elle-même. Un sentiment qui s'est accentué lorsque sa soeur a définitivement péri... Sous la main d'un ange.
these streets : Ils sont là et elle le sait. Anges et démons se battant sur cette magnifique ville qu'était Paris. Ils sont là et elle s'en fout, souhaitant simplement qu'ils dégagent aussi rapidement qu'ils sont arrivés. Ils n'ont pas leur place ici, et ne l'auront jamais.
En revanche, concernant les dieux... Ils ne sont que légendes à ses yeux, même si le doute s'immisce dans l'esprit hyper cartésien de la gamine...

Sujet: Re: Lock up your back door and run for your life ∞ tara Ven 11 Aoû - 17:10 ()
Cause I'm T.N.T. I'm dynamite
watch me explode @Arthur M. Leroy
Oh il l’agaçait avec ce pseudo-ton autoritaire. Certes, il était le dirigeant de l’Ordre mais cela ne lui donnait pas le droit de lui parler comme à une moins-que-rien. C’était à cause de lui qu’elle se retrouvait dans un sale état aujourd’hui, avec une jambe amochée de telle sorte que même marcher pouvait s’avérer compliqué, et que les anti-douleurs étaient devenus ses meilleurs amis. Néanmoins, elle ne fit aucune remarque, ravalant son orgueil. Ou alors c’était sa fierté qui l’obligeait à garder la tête haute et faire comme si rien ne s’était passé, comme si elle n’était pas un peu plus en danger de mort à chaque jour qui défilait… En tout cas, il n’avait pas à le savoir, alors, elle se contentait de le laisser exprimer ses idées, qu’ils adopteraient bien évidemment par la suite, puisqu’il était le chef.

Le plan s’était déjà inscrit dans son esprit, en partie tout du moins. Cela lui permit de détacher le regard de la tablette quelques secondes, alors qu’Arthur exposait ses idées. Elle détailla ses traits, ne put s’empêcher de penser qu’il n’était pas forcément désagréable à regarder. Léger soupir avant de revenir sur l’écran. Oui, la porte de service était à exclure pour le moment, tant qu’ils n’auraient pas attiré l’attention ailleurs. A l’évocation du programme, un sourire en coin se dessina sur ses lèvres. Oui, elle en connaissait l’existence, elle savait même comment s’en servir. Parce qu’elle avait participé à sa conception finale avec l’équipe informatique. Elle aimait jouer avec l’électronique et le piratage, même si la robotique restait son petit chouchou. D’ailleurs, il faudrait peut-être qu’elle en parle à Arthur de l’invention qu’elle tentait de mettre au point, ce foutu exosquelette qui lui prenait un temps fou, et qu’il lui faudrait tester bientôt… Plus tard.


Elle était plutôt d’accord avec Arthur d’ailleurs – pour une fois –, le lieu ne devait pas avoir les mêmes protections que leur QG. En plus, qui serait assez fou pour venir en ce lieu de débauche rempli de démons dans leur but de leur porter préjudice ? Personne sauf quelques templiers. Pourquoi avait-elle accepter d’accompagner Arthur déjà ? Ah oui, parce qu’elle n’avait pas eu le choix. On ne lui disait pas non…

Un zoom sur l’écran pour pointer du doigt un escalier. Elle suivait les idées de l’homme, sans l’interrompre. Ce n’était pas le moment, elle avait besoin qu’il aille au bout de sa pensée. Trop cramé si leur vie était en danger… Non. Elle ne le souhaitait pas. Elle préférait mourir pour sa mission plutôt que de la rater. Enfin, elle ne le dit pas à haute voix, ce serait basculer dans une discussion virulente avec son supérieur, chose qu’elle préférait éviter autant que possible.

Et enfin, la proposition. Proposition qui laissa Tara bouche bée. Il voulait qu’ils jouent les couples et claquent un scandale devant les lieux ?! Mais… Mais elle n’était pas habituée à faire ça la jeune femme. Parce qu’elle n’avait jamais réellement été en couple, préférant les coups d’un soir à la stabilité des sentiments. Donc s’engueuler en public… Ce n’était pas dans ses habitudes. Pas du tout. Elle rangea en vitesse la tablette et les câbles dans la sacoche et prit la suite d’Arthur, cherchant à l’arrêter :

« Je ne pense que ce soit une bonne idée, on ne peut pas... »

Mais il continua sans lui donner le moindre crédit. Une fois de plus, il n’en faisait qu’à sa tête. Et elle se souvenait d’où cela l’avait mené elle la dernière fois… Les dents serrés, elle se contenta alors de le suivre, pestant intérieurement. S’il arrivait quoique ce soit de dérangeant, chef ou pas chef, elle lui balancerait ses quatre vérités. Et plus. La porte en ligne de vue. La porte à côté d’eux. Et Arthur se retourna vers elle, se lâcha. Chaque mot échauffait l’esprit de la jeune femme, qui n’eut pas besoin de plus pour s’énerver. Après tout, cela faisait un bout de temps qu’elle voulait hurler sur le dirigeant de l’autre…

« Et c’est toi qui ouvres ta gueule ?! Merde, je me prends juste pour une femme qui a le droit au respect ! C’est toi qui as engrossé cette pute de Mélanie, et tu oses jouer les victimes ?! » En furie, elle se rapprocha, attrapa l’homme au col. « Et oui, dégage, fuis tes responsabilités sale chien, j’espère que tu crèveras bientôt ! »

Les éclats de voix avaient définitivement attiré l’attention, elle apercevait du coin de l’oeil des videurs et serveurs sortir du bar. Bien… Elle recula d’un pas, et sans laisser le temps à Arthur de réagir, elle lui décocha une claque monumentale, suivie d’un silence de plomb à l’entrée du bar. Un choc bien trop fort pour une simple comédie. Elle y avait mis ses tripes, cherchant à effacer toute la douleur et la colère de leur passé commun. Les larmes coulaient, inarrêtables, sur les joues d’une blancheur de porcelaine.

On ne lui laissa pas le temps de réagir à Arthur, les démons le virant sans ménagement dans la foulée. Elle l’observa de son regard vide, avant de se faire récupérer par quelques serveurs. Infiltration réussie…

La chaleur étouffante de l’établissement la prit à la gorge, de même que les odeurs alcoolisées. On la guida jusqu’à une table, tenta de la calmer. Sans succès puisqu’elle enfonça son poing dans le mur, s’esquintant la peau au passage. Un verre lui fut servi, et elle finit par accepter de s’asseoir et boire quelques gouttes de la boisson offerte. Qu’avait-elle fait ? Pourquoi avoir frappé Arthur ? Les remords se glissaient dans son coeur. Malgré la blessure qu’elle se coltinait par la faute de l’homme, elle n’aurait jamais dû avoir un tel geste à son encontre.

Les secondes, puis les minutes, par poignets, passèrent, avant qu’on ne commence à se désintéresser d’elle. La nuit avançait, et les badeaux se faisaient de plus en plus nombreux dans le bar. Elle espérait qu’elle avait suffisamment occupé la majeure partie du personnel, en racontant en long, en large et en travers comment elle avait découvert que son copain en voyait une autre, qu’il avait menti puis avait voulu se faire passer pour la victime. Un discours enflammé, passionné, un écrin de mensonge offert en pâture à des sous-merdes. Puis elle se glissa dans la foule, se dirigea jusqu’à la porte menant au sous-sol. Celle qu’elle devait ouvrir. Et qui s’avérait ne pas être fermée par un digicode. Alléluia. Une simple pression pour changer d’univers, en espérant qu’elle se retrouve bien face à Arthur, et pas autre chose...

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

   
   
Danse Macabre
Reality ☽ Hours of crisis often call for sacrifice. In matters of consequence, when have doubt and fear given the best advice? Why not heed faith, courage, and honor?
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t372-holding-hands-while-the
Templiers
homecoming : 30/10/2016
Messages : 1367
Louis d'or : 1350
pretty face : Jake Gyllenhaal
julius caesar : tara #heaven
Allegeance : Puisqu'il est ni plus ni moins le chef de clan des templiers, il se doit d'être un exemple de loyauté. C'était pourtant mal parti, lui l'électron libre, l'âme rebelle dans une famille qui ne vivait que pour le devoir envers autrui. Aujourd'hui, tous les regards et toutes les craintes sont rivés vers lui et il se doit alors de représenter l'union au sein de l'Ordre. Néanmoins, il met un point d'honneur à ne pas être l'homme derrière le bureau, celui qui tire les ficelles depuis son nuage paisible. Il met la main à la pâte et entend donner à son camp une efficacité jamais atteinte autrefois .

Sujet: Re: Lock up your back door and run for your life ∞ tara Jeu 17 Aoû - 23:08 ()
Cause I'm T.N.T. I'm dynamite
watch me explode @Tara C. Bellamy
Arthur ignora les protestations de Tara qui n’avait pas confiance en ses talents d’actrice. Peut-être qu’elle rejetait tout simplement les ordres et quelle que soit l’idée qu’il aurait pu avoir, elle aurait trouvé moyen à redire. Il se lança dans une tirade de gros lourdaud qui ne reconnaissait pas ses erreurs et sa coéquipière endossa le rôle de la femme bafouée qui se raccrochait à sa dignité. Dans les deux cas, ils ne lésinaient pas sur les éclats de voix et la profusion d’insultes. Les parisiens restaient des humains, mordus par la curiosité et avides d’un peu de scandale. Tous les regards se retournèrent vers eux. Tara se prenait au jeu. Elle lui hurla dessus et l’attrapa pour mieux l’abreuver de ses doléances. Si rien de tout ça n’était vrai, il avait comme l’impression qu’elle profitait de cet instant pour lui exprimer tout le ressentiment qu’elle avait pour lui. Elle pensait peut-être qu’il avait oublié les erreurs qu’il avait commises, les raisons pour lesquelles Tara ne partait plus en mission. Mais ça continuait de l’obséder, chaque fois qu’il posait les yeux sur elle. Arthur avait la mémoire longue, surtout quand elle lui rappelait ses fautes. Néanmoins, il ne s’attendit pas à ce qu’elle claque une gifle monumentale. La douleur irradia aussitôt sa joue entière et la surprise qu’on put lire sur son visage fut la seule chose non simulée. Avant qu’il ne puisse réagir, deux hommes l’empoignèrent et l’écartèrent de la foule. Ils ne tenaient certainement pas à voir la police débarquer pour si peu, surtout quand on savait qu’autant de célestes occupaient les rangs. Sous sa capuche, Arthur croisa une dernière fois le regard de Tara, s’accordant tacitement sur la suite des événements. Quand elle disparut dans la foule de clients, ce fut à son tour d’agir.

La seconde entrée était moins gardée que prévu. Avant de se lancer, il prit soin de vérifier que son téléphone était géolocalisé et que la puce permettrait à l’Ordre de le repérer, si les choses tournaient mal. Les employés étaient déjà tous présents dans les lieux, affairés avec des humains en mal d’attention. Néanmoins, la porte était fermée par un badge et Arthur attendit sagement qu’un employé sorte pour se faire sa pause clope. Caché derrière une poubelle, il l’attrapa brutalement par derrière, enroulant son bras autour de sa gorge. Il exerça une puissante pression sur sa pomme d’Adam pour bloquer ses voies respiratoires et le faire perdre conscience. Il aurait pu tout simplement le tuer, mais un meurtre ne ferait qu’éveiller les soupçons tout droits vers les templiers. De plus, il n’avait aucune idée de la nature de cette personne et hors de question de faire des victimes collatérales dans l’histoire. Les démons savaient se protéger, au milieu des innocents. Arthur récupéra le badge autour de son cou et se faufila par la porte d’entrée. Au fond du couloir, un brouhaha ambiant laissait deviner l’effervescence du bar. Quelques silhouettes faisaient des allers et retours entre le bar et l’arrière salle, bien trop concentrés pour le voir. Arthur ne réfléchit pas longtemps. Même en mission, il n’avait jamais pu longtemps réfréner son instinct impulsif. Il n’aurait pas plus d’informations tant qu’il n’aurait pas avancé, à quoi bon se faire des scénarios improbables. Il bifurqua à droite vers une porte qui demandait à nouveau le badge pour pouvoir passer. Ça devait être l’entrée principale vers le sous-sol. Avec un peu de chance, de l’autre côté, Tara n’avait pas de difficultés. Il fallait absolument qu’il lui dégage le chemin, avant qu’elle ne tombe nez-à-nez avec un indésirable. Il préférait encore subir l’affrontement que de l’imposer à la jeune femme. Étrangement, il se rappelait qu’il lui en avait déjà fait assez baver. Au moment où une voix s’approcha de plus en plus de lui, le chef des templiers s’engouffra dans les escaliers qui descendaient, refermant la porte discrètement. L’obscurité envahit aussitôt ses rétines.
À peine éclairé par deux ou trois néons rouges, le couloir était étroit. Au milieu de celui-ci à droite, une nouvelle porte, celle qui était censée les mener là où ils le souhaitaient, s’il se souvenait bien du plan. Mais cette fois-ci, il y avait un digicode. En face de lui, trois quatre marches qui débouchaient sur une porte du côté de la salle par où Tara était supposée arriver. Il n’y avait aucun moyen de la contacter sans prendre de risque, c’est pourquoi lorsqu’il se rendit compte que la poignée était en train d’être tournée, il ne put être certain que c’était bien elle. « Merde. » Il traversa le couloir et se tapit dans l’ombre, juste à côté de l’encadrement de la porte. Si c’était un ennemi, mieux valait créer la surprise. Au cas où, Arthur faufila le bout de ses doigts à l’intérieur de sa veste, où était rangé son poing américain en fer pur. Ça le rebutait, mais il était prêt à tout. Ses phalanges glissèrent dans chacun des trous, prêts à dégainer l’arme. La silhouette descendit prudemment les marches et Arthur esquissa un pas vif en sa direction. « Putain. » lâcha-t-il dans un souffle, quand il reconnut le visage de Tara. Ils s’étaient mutuellement surpris. « Sache que pour la gifle, on en reparlera plus tard. » Il se débarrassa de son arme qui vint retrouver le confort de sa poche. « Dépêchons, j'ai quelque chose qui appartient à quelqu'un qui ne va pas tarder à se réveiller. »

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

WE ARE THE WARRIORS THAT BUILT THIS TOWN FROM DUST
Can the heart become distorted, contract incurable deformities and incurable infirmities, under the pressure of disproportionate grief, like the spinal column under a low ceiling? Is there not in every human soul a primitive spark, a divine element, incorruptible in this world and immortal in the next, which can be developed by goodness, kindled, lit up, and made to radiate, and which evil can never entirely extinguish.

Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Templiers
homecoming : 24/06/2017
Messages : 588
Louis d'or : 606
pretty face : Emily Browning
julius caesar : (c)MATT-BB & (c)Astra (signa) & (c)Eden Memories/Kiri/Aslaug (icones)
the mighty bush : Technosymbiose avancée. Pouvoir découvert il y a quelques années tout au plus, en total raccord avec son travail et son amour pour les nouvelles technologies. Capacité de glisser son esprit dans n’importe quel objet électronique et de naviguer au travers des réseaux pour communiquer avec d’autres mais aussi trouver des informations, entendre des conversations. Tara se joue complètement de l’électronique, cherchant à en faire entièrement son domaine. Même si cela finira par devenir dangereux… Désormais, elle peut utiliser la technosymbiose à distance, avec un simple contact visuel, et aussi de ne plus avoir à s'infiltrer dans le réseau pour des manipulations "simples
Allegeance : Son allégeance va aux templiers, cela va de soi. Mais... Tout est nettement plus compliqué qu'il n'y paraît. Au final, sa seule alliée, la seule qui a pleinement sa confiance, c'est elle-même. Un sentiment qui s'est accentué lorsque sa soeur a définitivement péri... Sous la main d'un ange.
these streets : Ils sont là et elle le sait. Anges et démons se battant sur cette magnifique ville qu'était Paris. Ils sont là et elle s'en fout, souhaitant simplement qu'ils dégagent aussi rapidement qu'ils sont arrivés. Ils n'ont pas leur place ici, et ne l'auront jamais.
En revanche, concernant les dieux... Ils ne sont que légendes à ses yeux, même si le doute s'immisce dans l'esprit hyper cartésien de la gamine...

Sujet: Re: Lock up your back door and run for your life ∞ tara Sam 19 Aoû - 2:22 ()
Cause I'm T.N.T. I'm dynamite
watch me explode @Arthur M. Leroy
Ses yeux eurent besoin de quelques secondes pour s’adapter un minimum à la pénombre ambiante, ce qui obligea la jeune femme à faire une pause en haut des marches. Il n’y en avait que quatre maximum à descendre avant d’atteindre le point de retrouvaille, à savoir la porte menant au premier sous-sol. Elle se trouvait à quelques mètres de là à peine. Un simple couloir à traverser, mais cela pouvait aussi sonner la fin de la mission, elle en avait parfaitement conscience. Une profonde inspiration fut prise alors qu’elle effaçait les dernières traces de ses larmes. Elle voulait retrouver son visage si jovial, si pétillant. Celui qu’elle balançait à la face du monde pour cacher la douleur qui officiait au fond de son cœur.

Les pas la menèrent avec prudence jusqu’en bas du petit escalier. Lentement, priant pour ne tomber sur aucun démon. Un mouvement sur sa droite la fit se tendre, presque reculer précipitamment. Mais ce n’était qu’Arthur. Les muscles se détendirent, et elle entreprit de secouer sa tête. Bordel, il lui avait fait peur. Et oui, elle préférait tomber sur son compagnon de mission malgré tout, puisqu’elle ne se sentait pas d’affronter un être démoniaque avec ses soucis… Cette pensée remua la rage dans le creux de ses entrailles, celle qui se glissait dans ses veines, envahissait son esprit, la poussait à la violence. A la mort aussi. Les mots d’Arthur la firent sourire. Un sourire froid, rapidement suivi d’une réponse concernant l’ordre de discussion : « Non, nous n’en reparlerons pas. Je n’ai ni explication, ni excuse à te donner. » Son ton n’acceptait aucune contradiction, même pas celle du chef des templiers. De toute manière, elle n’avait rien à ajouter sur son geste. Elle l’avait fait pour jouer le jeu de la femme bafouée. Certes, elle avait mis peut-être un peu trop de cœur à l’ouvrage mais ce n’était pas tous les jours qu’on pouvait frapper le dirigeant sans s’inquiéter des représailles. Qu’il assume son idée.

« Continuons en effet. »

Sans ajouter le moindre mot, elle ressortit sa tablette, se déplaça en suivant le plan jusqu’à la porte contenant l’escalier vers le premier sous-sol… Munie d’un digicode. Super. Du bout des doigts, elle fit le tour de celui-ci, jusqu’à trouver la prise USB pour y connecter la tablette et lancer le logiciel de piratage. Il allait tester toutes les combinaisons de code possibles jusqu’à tomber sur la bonne. Sauf que cela pouvait prendre un certain temps. Et qu’Arthur l’avait signalé : ils n’avaient pas le temps. Cependant, ils ne pouvaient pas aller plus vite que la machine. Oh, Tara avait pensé à s’infiltrer dans les réseaux, directement, mais c’était trop dangereux si un démon se pointait. Alors, elle se tournait les pouces, jetant de temps à autre des regards par-dessus son épaule. Pourvu que personne…

Un remue-ménage coupa court à ses pensées. Elle pouvait percevoir de nombreuses voix, des pas qui tendaient à se rapprocher dangereusement. Avaient-ils compris ce qu’il se passait au sein du bar ? Peut-être pas encore… Ses yeux se posèrent sur le digicode et elle se surprit à prier pour que tout se passe bien. Et Dieu se foutit bien d’elle. Parce que le brouhaha se rapprochait de plus en plus, et que tous les chiffres n’étaient pas encore trouvés. Et elle se réfugia alors dans son monde, n’écoutant même pas Arthur – si celui-ci avait parlé --. Chaque chiffre qui défilait la rendait un peu plus blanche. Jusqu’à ce que le digicode n’affiche le voyant vert. Soupir de soulagement, avant de débrancher les fils, d’ouvrir la porte et d’attirer Arthur dans l’escalier en lui tirant le bras. Le rectangle de bois se referma derrière eux, juste à temps pour qu’ils restent inexistants aux yeux des démons, mais…

« Il va falloir être encore plus rapide que prévu… » Un murmure, tout en sachant qu’elle était dans l’incapacité de réellement courir. Enfin, elle n’avait pas à l’évoquer. Encore une fois, elle ferait de son mieux pour cacher le tout, même sans avoir ses anti-douleurs sous la main… « On passe par où désormais ? »

Oh, elle se doutait qu’ils iraient jusqu’au comptoir. Mais comment, cela dépendait d’Arthur… Tant qu’il se dépêchait, avec les bruits qui paraissaient les talonner..


- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

   
   
Danse Macabre
Reality ☽ Hours of crisis often call for sacrifice. In matters of consequence, when have doubt and fear given the best advice? Why not heed faith, courage, and honor?
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t372-holding-hands-while-the
Templiers
homecoming : 30/10/2016
Messages : 1367
Louis d'or : 1350
pretty face : Jake Gyllenhaal
julius caesar : tara #heaven
Allegeance : Puisqu'il est ni plus ni moins le chef de clan des templiers, il se doit d'être un exemple de loyauté. C'était pourtant mal parti, lui l'électron libre, l'âme rebelle dans une famille qui ne vivait que pour le devoir envers autrui. Aujourd'hui, tous les regards et toutes les craintes sont rivés vers lui et il se doit alors de représenter l'union au sein de l'Ordre. Néanmoins, il met un point d'honneur à ne pas être l'homme derrière le bureau, celui qui tire les ficelles depuis son nuage paisible. Il met la main à la pâte et entend donner à son camp une efficacité jamais atteinte autrefois .

Sujet: Re: Lock up your back door and run for your life ∞ tara Mar 29 Aoû - 20:54 ()
Cause I'm T.N.T. I'm dynamite
watch me explode @Tara C. Bellamy
Tara et Arthur s’étaient à peine retrouvés que la tension était de nouveau palpable. La rancœur était si présente entre eux qu’elle aurait presque pu les faire repérer. Dans cet étroit couloir, transpirait le malaise et si le chef des Templiers l’avait longtemps regretté, il commençait à se dire qu’elle se complaisait dans sa rébellion puérile. Elle s’empressa de préciser qu’elle n’avait rien à dire et Arthur finit par hausser les épaules. Il n’allait pas passer des heures à essayer de lui tirer les vers du nez, à essayer de lui faire dire qu’elle lui en voulait clairement. Si elle voulait rester comme ça, qu’il en soit ainsi. Ils avaient de meilleures choses à faire et maintenant qu’ils avaient pénétré les lieux, le temps était compté. Ce n’était qu’une question de minutes avant que le malheureux employé se réveille ou que les autres se doutent de quelque chose. Même si l’endroit était majoritairement composé d’humains soumis à l’influence démoniaques, il n’en restait pas moins sous le contrôle des démons. Il n’était pas exclu que l’un d’entre eux décide de faire une petite visite à ce lieu d’oubli qui faisait leurs petites affaires. Arthur décida de mettre de côté cette brève dispute. Tara sortit de nouveau sa tablette et la brancha au digicode pour essayer d’obtenir la bonne combinaison. Le badge dont il s’était emparé était devenu inutile. Au moins, ils avaient eu la présence d’esprit de ne pas fabriquer une seule clef pour dix serrures. Chaque porte potentiellement ouverte était un piège potentiel. De chaque côté de celle-ci, le danger pouvait surgir. L’homme avait beau être presque entièrement convaincu qu’ils réussiraient à saboter le bar, il était moins certain de l’option discrétion.

Arthur leva la tête au même moment que Tara. Des éclats de voix étaient perceptibles au bout du couloir et ne présageaient rien de bon. S’ils se faisaient attraper ici, c’était foutu. Par précaution, il récupéra son poing américain et l’enfila sur les phalanges de la main gauche. Il avait bien une arme à feu de secours, mais autant dire qu’une détonation ici provoquerait tout l’effet inverse. À deux et avec une sœur qui ne s’était pas entraînée depuis plusieurs mois, les chances de réussite face à une horde de démons s’amenuisaient grandement. Au moment où elle l’attira derrière la porte qu’elle avait réussi à pirater, il crut apercevoir une silhouette au fond. Merde. « Descends, descends. » aboya-t-il dans un murmure. Ils étaient derrière, ils n’avaient d’autre choix que d’avancer. L’obscurité était totale et ils n’avaient plus les moyens d’atteindre l’interrupteur puisqu’ils s’étaient déjà mis en marche. « Mets tes lunettes. » ordonna-t-il, en parlant des lunettes à infrarouge qui leur permettait de voir plus ou moins dans le noir. Il redoutait ce qui les attendaient au premier sous-sol. Tara avait bien mentionné les stocks d’alcool et c’était peut-être ce que les adversaires derrière eux s’apprêtaient à faire. Oubliant la jambe mal en point de Tara, il la poussait un peu en avant pour qu’elle accélère. Il fallait qu’ils aient un peu de temps d’avance pour trouver quoi faire ensuite. Ils débouchèrent sur une espèce de cave où étaient entreposés fûts, tonneaux et caisses de bouteilles. De quoi faire une belle fête et saouler les esprits... C’était difficile de distinguer les choses sans avoir de lumière artificielle. Au fond, il y avait un escalier de bois qui menait probablement là où était le compteur. Mais déjà, du bruit en haut de l’escalier se faisait entendre. Quelqu’un descendait. Ou plutôt deux personnes à écouter les bruits de pas irréguliers qui résonnaient jusque-là. Ils n’avaient pas le temps de courir jusqu’au second escalier. S’il y avait une autre porte en bas, c’était game over. Arthur attrapa le poignet de Tara tout en s’efforçant de faire le moins de bruits possibles. « Là. » Au-dessus des fûts, une grille de ventilation ancienne et large. Il n’attendit même pas que la jeune femme ait eu le temps de réaliser ce qui lui arrivait que déjà, il détachait la grille et fit la courte échelle pour l’aider à se faufiler à l’intérieur. Il savait déjà ce qui allait arriver... « Si tu captes, scanne l’endroit. Vois si les conduits mènent dessous. Active ton oreillette, je t’entendrai. » ... Il n’aurait jamais le temps de grimper à son tour. Il replaça la grille hâtivement, mais celle-ci glissa aussitôt et vint cogner le fût dessous dans un fracas métallique. Il eut tout juste le temps d’enjamber les fûts et se réfugier derrière des tonneaux de vin, les genoux contre le torse. La lumière du premier sous-sol s’alluma sur la silhouette de deux hommes.

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

WE ARE THE WARRIORS THAT BUILT THIS TOWN FROM DUST
Can the heart become distorted, contract incurable deformities and incurable infirmities, under the pressure of disproportionate grief, like the spinal column under a low ceiling? Is there not in every human soul a primitive spark, a divine element, incorruptible in this world and immortal in the next, which can be developed by goodness, kindled, lit up, and made to radiate, and which evil can never entirely extinguish.

Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Templiers
homecoming : 24/06/2017
Messages : 588
Louis d'or : 606
pretty face : Emily Browning
julius caesar : (c)MATT-BB & (c)Astra (signa) & (c)Eden Memories/Kiri/Aslaug (icones)
the mighty bush : Technosymbiose avancée. Pouvoir découvert il y a quelques années tout au plus, en total raccord avec son travail et son amour pour les nouvelles technologies. Capacité de glisser son esprit dans n’importe quel objet électronique et de naviguer au travers des réseaux pour communiquer avec d’autres mais aussi trouver des informations, entendre des conversations. Tara se joue complètement de l’électronique, cherchant à en faire entièrement son domaine. Même si cela finira par devenir dangereux… Désormais, elle peut utiliser la technosymbiose à distance, avec un simple contact visuel, et aussi de ne plus avoir à s'infiltrer dans le réseau pour des manipulations "simples
Allegeance : Son allégeance va aux templiers, cela va de soi. Mais... Tout est nettement plus compliqué qu'il n'y paraît. Au final, sa seule alliée, la seule qui a pleinement sa confiance, c'est elle-même. Un sentiment qui s'est accentué lorsque sa soeur a définitivement péri... Sous la main d'un ange.
these streets : Ils sont là et elle le sait. Anges et démons se battant sur cette magnifique ville qu'était Paris. Ils sont là et elle s'en fout, souhaitant simplement qu'ils dégagent aussi rapidement qu'ils sont arrivés. Ils n'ont pas leur place ici, et ne l'auront jamais.
En revanche, concernant les dieux... Ils ne sont que légendes à ses yeux, même si le doute s'immisce dans l'esprit hyper cartésien de la gamine...

Sujet: Re: Lock up your back door and run for your life ∞ tara Lun 4 Sep - 1:35 ()
Cause I'm T.N.T. I'm dynamite
watch me explode @Arthur M. Leroy
Le bruit des pas derrière eux était assourdi par les battements sourds de son cœur qui résonnaient dans son crâne. Néanmoins, elle sentit la poigne d’Arthur dans son dos, cette force qui la poussait en avant. Et son corps suivit la demande. Elle dévala les escaliers, ignorant les mots prononcés par son collègue. Il aurait pu lui dire quelque chose d’important qu’elle ne l’aurait même pas capté. En ce moment, son esprit était en berne, et seuls ses sens et les réactions inconscientes lui permettaient de survivre. Il lui faudrait quelques secondes, quelques longues secondes, pour récupérer toutes ses capacités. En fait, juste le temps que l’adrénaline s’injecte suffisamment dans ses veines, et réveille le tout. Et de son côté, le chef était en pleine forme. Enfin, c’était relatif vu la situation dans laquelle ils se trouvaient, mais c’était le seul mot qui lui venait à l’esprit à cet instant. Puis le deuxième ordre, une fois arrivés en bas des escaliers, se fraya un chemin à travers ses pensées nébuleuses. Les doigts fouillèrent dans la sacoche, en sortirent les lunettes et les mirent sur son visage. Une seconde avant que ses yeux ne s’adaptent à la nouvelle luminosité.

Puis une nouvelle accélération demandée, à laquelle elle se plia malgré sa jambe boiteuse. De toute façon, avec sa fierté, elle n’aurait jamais avoué qu’elle avait mal, et que l’obliger à marcher si rapidement n’était pas la meilleure des idées. Elle se tut juste, se mordant la langue pour éviter à un cri de douleur de s’échapper de ses lèvres. Un arrêt, alors que les bruits de pas se rapprochaient, irréguliers. Ils étaient devant la salle des alcools, si elle pouvait l’appeler ainsi, à moins d’une dizaine de mètres du second escalier. Si près du but… Elle ne perçut pas forcément les mouvements d’Arthur, jusqu’à ce qu’il l’oblige plus ou moins à grimper dans un conduit de ventilation. Tara s’y glissa, fine comme elle était, embarquant sa sacoche avec elle. Scanner l’endroit, utiliser les conduits… Et lui, qu’allait-il faire ? Qu’allait-il devenir. Pour la première fois depuis des mois, des années, elle s’inquiétait pour Arthur. Cette boule dans le creux de son ventre qui grandit lorsqu’elle entendit la grille heurter quelque chose. Le corps se tendit, les yeux s’écarquillèrent. Mais elle continua d’avancer, de ramper, juste histoire d’être hors de vue. L’oreillette fut rapidement glissée dans son oreille, mise en marche, alors qu’elle tentait de calmer les battements fous de son palpitant.

La tablette fut reprise, rallumée. Le réseau, elle en avait. Peu, mais c’était suffisant pour ce qu’elle avait à faire. Certes, cela prendrait plus de temps, mais c’était mieux que rien… Elle lança l’analyse, récupéra aussi les plans thermiques, sur lesquels elle pouvait voir l’avancée des démons. Lente, mais ils se rapprochaient dangereusement… L’hésitation était palpable. Elle aurait pu pirater les alarmes, pour attirer leur attention autre part… Trop lent. Beaucoup trop lent avec la connexion qu’elle avait actuellement. Seule possibilité… Se plonger dans les réseaux, dans la matrice, et aller la dérégler de l’intérieur. C’était risqué, puisqu’elle ne contrôlait pas encore tout. Le risque de mort était présent, Tara en avait parfaitement conscience. Une simple réflexion qu’elle ne mena pas à bout, préférant agir avant qu’il ne soit trop tard. Trouver l’alarme la plus éloignée du lieu qu’elle pouvait attendre. La pirater vaguement de l’intérieur. Avant de parvenir à retrouver son corps, alors qu’un des démons lâcha : « Je vais voir, rapporte l’alcool qu’a demandé le patron. ». Sur l’écran, l’une des sources de chaleur fit demi-tour, l’autre se rapprocha de la salle. Tara, quant à elle, était dans un piètre état. A la douleur de sa jambe se mêlait la nausée due à l’utilisation de son pouvoir, l’impression d’étouffer. Sa voix murmura à l’intention d’Arthur : « Il n’y en a qu’un seul qui arrive... »

La templière aurait pu rester tranquille là-haut, à l’abri en quelque sorte. Mais ce n’était plus le moment. La tablette vibra, indiquant la fin des analyses. Les conduits ne seraient pas utiles pour rejoindre le deuxième sous-sol, mais pourrait offrir une voie de secours pour sortir. A voir. Pour le moment… Elle se dégagea du conduit, atterrit sur le sol quelques pas derrière le démon. Heureusement qu’elle n’avait pas perdu ses réflexes de soldate, mais seulement sa force… Les doigts agrippèrent la grille qui était tombée, et elle frappa avec sur l’arrière du crâne du démon, suffisamment fort pour l’assommer brièvement, sur le coup, mais pas complètement… Et elle, elle avait le cerveau sur le point d’exploser, était incapable d’esquiver si un coup venait… Oui, elle était inutile, et ça la bouffait. En tout cas, ils auraient moins de dix minutes pour accomplir leur mission une fois ce démon mis hors d’état de nuire et peut-être cinq pour s’échapper par la suite. Ce serait une course contre la montre.


- a game of shadows, shall we play ?  -


HJ:
 

_________________

   
   
Danse Macabre
Reality ☽ Hours of crisis often call for sacrifice. In matters of consequence, when have doubt and fear given the best advice? Why not heed faith, courage, and honor?
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t372-holding-hands-while-the
Templiers
homecoming : 30/10/2016
Messages : 1367
Louis d'or : 1350
pretty face : Jake Gyllenhaal
julius caesar : tara #heaven
Allegeance : Puisqu'il est ni plus ni moins le chef de clan des templiers, il se doit d'être un exemple de loyauté. C'était pourtant mal parti, lui l'électron libre, l'âme rebelle dans une famille qui ne vivait que pour le devoir envers autrui. Aujourd'hui, tous les regards et toutes les craintes sont rivés vers lui et il se doit alors de représenter l'union au sein de l'Ordre. Néanmoins, il met un point d'honneur à ne pas être l'homme derrière le bureau, celui qui tire les ficelles depuis son nuage paisible. Il met la main à la pâte et entend donner à son camp une efficacité jamais atteinte autrefois .

Sujet: Re: Lock up your back door and run for your life ∞ tara Mar 5 Sep - 23:12 ()
Cause I'm T.N.T. I'm dynamite
watch me explode @Tara C. Bellamy
En quelques secondes, la situation s’était accélérée et ils n’avaient plus le temps de réfléchir. Arthur était seulement guidé par son instinct de survie et celui-ci lui dictait de mettre Tara hors de danger le plus rapidement possible. Il avait beau détenir le rôle le plus important de l’Ordre des Templiers, il ne se considérait pas sa vie plus précieuse pour autant. Il avait beau pouvoir se targuer d’avoir des milliers d’hommes sous ses ordres, chacun d’entre eux n’en demeurait pas moins important à ses yeux. Dès son arrivée, Arthur avait tenu à connaître le prénom et le quotidien de chacun. Après plus d’un an passé auprès d’eux, il était capable de réciter une anecdote pour chacun et s’il ne connaissait pas les membres de la famille d’un soldat, c’était que les relations n’étaient pas au beau fixe. C’était par l’exigence et l’autorité que le fils Leroy montrait combien il tenait à autrui et la jeune femme ne faisait pas exception. Il ne la laissa pas réagir quand il la poussa à descendre le plus rapidement possible, puis à se faufiler dans un conduit, sans même s’inquiéter de savoir si ça l’effrayait. Il ne craignait pas d’être séparé d’elle, si ça lui permettrait de remplir sa mission. Elle saurait quoi faire. Quand il entendit les deux voix masculines se rapprocher de lui, ce ne fut pas pour lui qu’il s’inquiétait mais bel et bien pour la fine silhouette dissimulée derrière les murs. Du coin de l’œil, il guettait que les démons ne se rendent pas compte de la grille tombée par terre. Il était prêt à bondir, prêt à ne pas commettre une seconde fois la même erreur. Sa main ne tremblait pas, son esprit concentrait déjà toute l’adrénaline présente. Alors quand il entendit vaguement une alarme retentir au loin, il resta pantois. C’était trop beau pour être vrai. Tara y était forcément pour quelque chose, mais il ne comprenait pas encore comment elle avait réussi à infiltrer des réseaux aussi éloignés entre quatre murs métalliques. La voix de la jeune femme lui confirma alors qu’il ne restait plus qu’une personne. En l’espace de quelques secondes, l’équilibre s’était renversé et Arthur était certain de pouvoir s’occuper seul du dernier ennemi restant.

Une nouvelle fois, il fut surpris quand il entendit la grille résonner sur le crâne de l’homme. Il leva la tête et trouva Tara, l’objet du délit en main. Quelle mouche l’avait piquée ? Quand est-ce qu’elle avait été prise de cette témérité ? « Trop de bruit, on fait trop de bruit. » chuchota-t-il, aux aguets. L’autre avait peut-être entendu son collègue s’effondrer. Peut-être partageaient-ils un canal psychique de communication, à l’instar de leurs homologues angéliques ? Probablement pas, ils auraient déjà tous rappliqués ici ou tout s’était passé trop rapidement. « OK, on n’a plus le temps. On fonce. » Arthur contourna la jeune femme pour rejoindre les escaliers qui menaient au second sous-sol. Ce n’est qu’à mi-chemin qu’il comprit qu’elle n’était plus aussi active qu’avant. Elle traînait de la patte et il croyait déceler une certaine pâleur sur son visage de porcelaine. « Ça va pas. » Il ne posait même pas la question. Il connaissait ses soldats. Sans attendre, il saisit la jeune femme par la taille et l’appuya contre lui pour l’aider à descendre les marches. Heureusement, seule une porte de bois les séparait de leur destination et Arthur s’empressa de la pousser de sa main libre. Le second sous-sol était plus petit que le premier. Rapidement, le regard de l’homme se posa sur le compteur au bout de la pièce. « Bingo. » Il accompagna la jeune femme jusqu’au mur le plus proche et la força à s’asseoir ici. « Je prends le relais, explique-moi comment faire. » Il se saisit de la tablette et rejoignit aussitôt le compteur électrique. C’était à lui de faire ça. La technologie était sa bête noire. Il avait beau maîtriser les rudiments de l’informatique, tous les gadgets de l’Ordre le dépassaient.  Il avait besoin d’elle. Il aurait très certainement pu essayer de se débrouiller, non seulement elle lui ferait gagner du temps, mais parler l'aiderait peut-être à garder le cap. Elle ne pouvait pas l’abandonner maintenant et c’était ce qu’il redoutait plus que tout. Pas si près du but. Si elle s’évanouissait, il savait qu’il laisserait tout tomber. Pas une seconde fois.


- a game of shadows, shall we play ?  -


Spoiler:
 

_________________

WE ARE THE WARRIORS THAT BUILT THIS TOWN FROM DUST
Can the heart become distorted, contract incurable deformities and incurable infirmities, under the pressure of disproportionate grief, like the spinal column under a low ceiling? Is there not in every human soul a primitive spark, a divine element, incorruptible in this world and immortal in the next, which can be developed by goodness, kindled, lit up, and made to radiate, and which evil can never entirely extinguish.

Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Templiers
homecoming : 24/06/2017
Messages : 588
Louis d'or : 606
pretty face : Emily Browning
julius caesar : (c)MATT-BB & (c)Astra (signa) & (c)Eden Memories/Kiri/Aslaug (icones)
the mighty bush : Technosymbiose avancée. Pouvoir découvert il y a quelques années tout au plus, en total raccord avec son travail et son amour pour les nouvelles technologies. Capacité de glisser son esprit dans n’importe quel objet électronique et de naviguer au travers des réseaux pour communiquer avec d’autres mais aussi trouver des informations, entendre des conversations. Tara se joue complètement de l’électronique, cherchant à en faire entièrement son domaine. Même si cela finira par devenir dangereux… Désormais, elle peut utiliser la technosymbiose à distance, avec un simple contact visuel, et aussi de ne plus avoir à s'infiltrer dans le réseau pour des manipulations "simples
Allegeance : Son allégeance va aux templiers, cela va de soi. Mais... Tout est nettement plus compliqué qu'il n'y paraît. Au final, sa seule alliée, la seule qui a pleinement sa confiance, c'est elle-même. Un sentiment qui s'est accentué lorsque sa soeur a définitivement péri... Sous la main d'un ange.
these streets : Ils sont là et elle le sait. Anges et démons se battant sur cette magnifique ville qu'était Paris. Ils sont là et elle s'en fout, souhaitant simplement qu'ils dégagent aussi rapidement qu'ils sont arrivés. Ils n'ont pas leur place ici, et ne l'auront jamais.
En revanche, concernant les dieux... Ils ne sont que légendes à ses yeux, même si le doute s'immisce dans l'esprit hyper cartésien de la gamine...

Sujet: Re: Lock up your back door and run for your life ∞ tara Mer 6 Sep - 23:07 ()
Cause I'm T.N.T. I'm dynamite
watch me explode @Arthur M. Leroy
La grille retomba, le bruit sourd certainement étouffé par l’alarme qui sonnait toujours en fond. Tara n’en revenait pas. Le corps inerte s’était écroulé devant elle, elle qui n’avait pas pu entraîner sa force depuis des mois à cause de sa blessure. L’objet retomba alors lourdement sur le sol, les bras de la jeune femme étant incapables de le tenir plus longtemps. Nouvel éclat alors qu’Arthur se rapprochait, quittait sa cachette. Elle aurait dû le laisser faire. C’était un risque inutile qu’elle avait pris, qui aurait pu la mener jusqu’à la mort. Pour le coup, seule la chance l’avait sauvée. Pour une fois que le karma ne s’efforçait pas à vouloir la tuer… Ils ne faisaient pas trop de bruits. Elle aurait aimé le lui répliquer, lui expliquer que l’alarme et les possibles déplacements des démons vers la source sonore couvraient tout ce qu’ils faisaient. Pendant cinq, dix, peut-être quinze minutes. Le temps qu’ils trouvent comment désactiver le tout. C’était la raison pour laquelle elle appréciait tout particulièrement son pouvoir. Il lui était bien facile d’entrer dans les réseaux, et de les rendre inutilisables, là où avec ses compétences techniques, il lui aurait fallu de très longues minutes, à un moment où le temps leur était plus que compté.

On fonce. Elle essaya, réellement, de suivre la cadence une nouvelle fois imposée. Mais chaque pas lui faisait perdre un peu plus son équilibre, développait la douleur sourde dans son crâne. Elle n’y arriverait pas. Elle n’y arrivait plus. Avance, juste, avance... Elle vouait s’y pousser, réellement, elle ne supportait pas d’être le boulot de service. Mais parfois, la volonté ne suffisait pas. Et c’était le cas aujourd’hui. La templière avait fini par ralentir le rythme, traînant sa patte folle et les nausées dues aux différentes douleurs. Ca va pas. Elle aurait voulu répondre Si, tout va bien mais rien que bouger les lèvres lui était trop dur. A ce point-là, ce n’était même plus seulement de la fatigue, non. En fait, elle devait juste se prendre le contre-coup de tous ses excès, ceux qu’elle considérait comme peu importants. Son corps lui faisait tout payer, et au pire moment que ce soit… Elle qui était si fière, refusait de montrer la moindre faiblesse, la voilà réduite au néant, détruite de l’intérieur, sans pouvoir rien y faire, sans pouvoir rien faire d’autre que de laisser le tout apparaître aux yeux du monde…

Le bras autour de sa taille, soutien appréciée, détestée surtout, mais à aucun moment Tara n’envisagea de repousser Arthur. Elle savait qu’elle avait besoin de lui, mais ne l’avouerait jamais pour le coup.

L’accès au second sous-sol se fit facilement, étonnamment. Elle se serait attendue à plus de protection. Enfin, c’était une aubaine pour eux. Ils allaient accéder au compteur, le bousiller, et repartiraient dans la foulée. Quelques minutes à tout casser, si elle parvenait à récupérer un bout de son cerveau pour effectuer les derniers branchements. Sinon… Ce serait à Arthur de le faire, avant de l’abandonner là. Parce que Tara ne savait pas si elle s’en sortirait elle. L’appui contre le mur fut salutaire, et les fesses sur le sol lui évitaient quelques douleurs atroces. La tablette quitta la sacoche, récupérée par son chef. Les mots prononcés lui arrachèrent un sourire, léger, ainsi qu’un murmure : « Hé bien, on n’est pas sorti de l’auberge... » Moquerie, encore et toujours, malgré l’état lamentable dans lequel elle se trouvait. Lentement, elle se décala, porta un regard sur le compteur. « Branche la tablette sur le compteur. » Elle lui tendit le fil correspondant. « Dans la troisième application, tu devrais avoir un plan des installations électriques de la ville. Contente-toi de trouver celle du bar et lance le piratage. » Ah, la technologie, une cible de choix pour elle. Finalement, les avancées lui permettaient de rapidement mettre une partie d’un arrondissement hors-jeu. Quelques clics, et cela pouvait suffire… Le temps qu’on annule son piratage en fait, ou qu’elle se retire pour ne pas être repérer. Et aussi… Les doigts fouillèrent dans sa sacoche, tremblants, avant d’en ressortir une résistance calfeutrée, en tous points semblable à celle du compteur actuel. Du moins, extérieurement. « Remplace celle au-dessus du compteur, ça rendra le flux électrique instable quand il reviendra, jusqu’à ce qu’ils changent le tout... » Chaque mot s’arrachait douloureusement de sa gorge, de son esprit. En cet instant, elle luttait contre elle-même, contre ses tremblements, contre cette perte de contrôle progressive, qui menaçait de l’emmener dans les abysses d’une seconde à l’autre...


- a game of shadows, shall we play ?  -


HJ:
 

_________________

   
   
Danse Macabre
Reality ☽ Hours of crisis often call for sacrifice. In matters of consequence, when have doubt and fear given the best advice? Why not heed faith, courage, and honor?
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t372-holding-hands-while-the
Templiers
homecoming : 30/10/2016
Messages : 1367
Louis d'or : 1350
pretty face : Jake Gyllenhaal
julius caesar : tara #heaven
Allegeance : Puisqu'il est ni plus ni moins le chef de clan des templiers, il se doit d'être un exemple de loyauté. C'était pourtant mal parti, lui l'électron libre, l'âme rebelle dans une famille qui ne vivait que pour le devoir envers autrui. Aujourd'hui, tous les regards et toutes les craintes sont rivés vers lui et il se doit alors de représenter l'union au sein de l'Ordre. Néanmoins, il met un point d'honneur à ne pas être l'homme derrière le bureau, celui qui tire les ficelles depuis son nuage paisible. Il met la main à la pâte et entend donner à son camp une efficacité jamais atteinte autrefois .

Sujet: Re: Lock up your back door and run for your life ∞ tara Mar 12 Sep - 23:28 ()
Cause I'm T.N.T. I'm dynamite
watch me explode @Tara C. Bellamy
Ils étaient si près du but. Sans s’en rendre compte, Arthur et Tara avaient été efficaces. Ensemble, ils avaient œuvré et ensemble, ils sortiraient d’ici. Alors qu’il était l’élément le plus haut placé dans la hiérarchie des Templiers, c’était lui qui voulait lui prouver de quoi il était capable. Il n’était plus le chien fou qui se plaisait à désobéir et à n’en faire qu’à sa tête. Il était le chef de file, les épaules solides et l’action preste. Il lui montrait qu’ils faisaient une bonne équipe et même s’il était la pire des quiches en technologie, il serait l’élève parfait si elle voulait bien coopérer une dernière fois. Il fit même l’effort d’ignorer sa remarque quant à ses capacités de hackeur limitées. Arthur avait l’air grave, mais il était surtout concentré. Il buvait les paroles de Tara, plus rien n’existait. Si d’autres démons se décidaient à descendre, il ne les entendrait pas avant de les apercevoir. Il était silencieux, attentif, tandis qu’elle lui expliquait la marche à suivre. Ça n’avait pas l’air sorcier. Brancher le bon fil, lancer la bonne application. Laisser la machine faire, en espérant qu’elle ne prenne pas trop de temps. Mais même quand il l’écoute, il ne put s’empêcher d’observer son soldat d’un peu plus près. Ses lèvres étaient presque aussi pâles que sa peau de porcelaine. Son regard se raccrochait au sien comme s’il était le dernier rempart avant le vertige. Il entendait dans sa voix qu’elle luttait contre l’épuisement et la souffrance. Malgré tout, Arthur se rappelait que tout ça était un peu de sa faute. Si elle n’était plus sur le terrain, si elle redoutait le travail en équipe – surtout avec lui – n’était-ce pas parce qu’il avait fauté ? Il n’avait pensé qu’à lui, la fois de trop, et c’était Tara qui en avait fait les frais. Il était stupide. Il avait été stupide et sur l’instant, Arthur faillit livrer les excuses les plus sincères qu’il puisse lui offrir. Heureusement pour sa fierté, elle lui tendit l’outil ultime : une résistance qui perturberait le système jusqu’à ce qu’on en trouve la faille. Avec un mince sourire, il recueillit l’objet entre ses doigts. Il était fier de son équipe, de ce que ses têtes pensantes étaient capables d’accomplir. « Un jeu d’enfant. » dit-il pour la rassurer.

Arthur se redressa et lui tourna le dos à contrecœur pour s’occuper du compteur. Le temps leur était compté. Il brancha la tablette au compteur comme Tara le lui avait expliqué et tout un tas de données s’affichèrent à l’écran. Il essaya de les comprendre brièvement avant de les ignorer et d’appuyer sur la troisième application. De temps à autres, il jetait des coups d’œil derrière lui pour vérifier l’état de santé de la jeune femme. C’était compliqué. « Quand est-ce que tu t’es rendue compte que les ordis, c’était ton truc ? » Il essayait de la faire parler pour maintenir son esprit éveillé. Il repéra l’installation électrique du bar sur l’écran et lança le piratage du bout de l’index. Son oreille guettait les bruits suspects, mais il fallait croire que le destin était avec eux, car leurs ennemis étaient toujours occupés là-haut. Des bruits de pas étouffés résonnaient parfois au-dessus d’eux, mais jamais de bruit clair qui signalerait la présence de l’un d’entre eux. Le temps lui parut interminable si bien qu’il commença à se poser des questions. Avait-il raté quelque chose ? Les secondes s’égrenèrent et Arthur finit par regarder de nouveau Tara, l’air interrogateur. À ce moment précis, toutes les lumières s’éteignirent et les deux furent plongés dans une obscurité totale. « OK. » Il ralluma l’écran de la tablette et s’en servit pour avoir de la lumière, le temps de remplacer une des résistances par la résistance piégée. Il s’empressa ensuite de tout débrancher et remit ses lunettes à infrarouges pour se diriger vers Tara. « On y va. » Sa voix était douce, son ton assuré. Il allait la sortir de là. « Ça donnait quoi les conduits ? On ne pourra pas remonter. » Pas alors que toute la clique du bar allait descendre pour vérifier le compteur. Il se dirigea vers la jeune femme pour ranger la tablette dans son sac. Puis sans lui demander son avis, il glissa un bras sous ses genoux et l’autre autour de sa taille. Il hissa ce poids plume contre lui et entreprit de remonter les marches jusqu’au premier sous-sol. S’il pouvait lui éviter de s’épuiser davantage, il était prêt à la porter jusqu’au bout. Instinctivement, il la serrait contre lui. Il se moquait de savoir que sa proximité la dégoûtait. Il atteignit les conduits d’aération et l’aida de nouveau à s’y glisser, l’imitant ensuite. Comme un signal, on s’affairait sur la porte, juste en haut du second escalier. Il rattacha la grille comme il put et poussa un peu Tara pour qu’ils soient hors de vue. Il détestait jouer les hommes invisibles, mais il ne pouvait pas se permettre de ruiner une nouvelle fois une mission.


- a game of shadows, shall we play ?  -


Spoiler:
 

_________________

WE ARE THE WARRIORS THAT BUILT THIS TOWN FROM DUST
Can the heart become distorted, contract incurable deformities and incurable infirmities, under the pressure of disproportionate grief, like the spinal column under a low ceiling? Is there not in every human soul a primitive spark, a divine element, incorruptible in this world and immortal in the next, which can be developed by goodness, kindled, lit up, and made to radiate, and which evil can never entirely extinguish.

Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Templiers
homecoming : 24/06/2017
Messages : 588
Louis d'or : 606
pretty face : Emily Browning
julius caesar : (c)MATT-BB & (c)Astra (signa) & (c)Eden Memories/Kiri/Aslaug (icones)
the mighty bush : Technosymbiose avancée. Pouvoir découvert il y a quelques années tout au plus, en total raccord avec son travail et son amour pour les nouvelles technologies. Capacité de glisser son esprit dans n’importe quel objet électronique et de naviguer au travers des réseaux pour communiquer avec d’autres mais aussi trouver des informations, entendre des conversations. Tara se joue complètement de l’électronique, cherchant à en faire entièrement son domaine. Même si cela finira par devenir dangereux… Désormais, elle peut utiliser la technosymbiose à distance, avec un simple contact visuel, et aussi de ne plus avoir à s'infiltrer dans le réseau pour des manipulations "simples
Allegeance : Son allégeance va aux templiers, cela va de soi. Mais... Tout est nettement plus compliqué qu'il n'y paraît. Au final, sa seule alliée, la seule qui a pleinement sa confiance, c'est elle-même. Un sentiment qui s'est accentué lorsque sa soeur a définitivement péri... Sous la main d'un ange.
these streets : Ils sont là et elle le sait. Anges et démons se battant sur cette magnifique ville qu'était Paris. Ils sont là et elle s'en fout, souhaitant simplement qu'ils dégagent aussi rapidement qu'ils sont arrivés. Ils n'ont pas leur place ici, et ne l'auront jamais.
En revanche, concernant les dieux... Ils ne sont que légendes à ses yeux, même si le doute s'immisce dans l'esprit hyper cartésien de la gamine...

Sujet: Re: Lock up your back door and run for your life ∞ tara Mer 13 Sep - 18:05 ()
Cause I'm T.N.T. I'm dynamite
watch me explode @Arthur M. Leroy
Elle était là, à le regarder faire ce qu’elle était supposée faire. C’était son boulot, sa passion, hacker les réseaux électroniques, s’amuser avec la robotique. Et alors qu’elle aurait dû prendre le relai, leur permettre de régler cette mission au plus vite, elle avait dû déléguer le tout à Arthur. Elle n’aimait pas avouer qu’elle était bonne à rien dans le contexte, c’était un coup dur pour sa fierté… Et pourtant… A part une maigre remarque sur son manque d’intérêt pour la technologie, elle avait donné tous les éléments à son chef pour qu’il réussisse en quelques minutes à mettre en œuvre le piratage. Voilà aussi à quoi elle servait : créer les outils pour rendre les missions des templiers plus faciles, pour ne plus jamais à avoir à mettre un pied sur le terrain elle-même. Parce que désormais, cela lui rappelait simplement à quel point elle était incapable. Le corps ne suivait plus depuis cette foutue blessure.

La question, posée pour entretenir la conversation, éviter que la jeune femme ne s’évanouisse définitivement. Déjà qu’ils n’étaient pas certains de s’en sortir, si en plus Arthur devait gérer un corps inerte… Elle espérait au moins qu’il ait la présence d’esprit de l’abandonner dans ce cas-là. Si sa mort pouvait permettre de faire avancer la cause de l’Ordre… Et puis, on ne la pleurerait pas. Tara était clairement devenue invivable ces dernières semaines. Et ce qu’elle ingérait devait y être pour quelque chose. Enfin, personne n’en savait rien, ni n’en saurait jamais rien.

La réponse ne vint pas de suite. En fait, Tara était plus concentrée sur le temps qui passait depuis le branchement que sur les mots qu’elle devait prononcer. Donc… Plus tard. Ce serait plus tard. Il fallut quelques minutes, quelques minutes beaucoup trop lentes à ses yeux, pour que le piratage fasse effet. Soudainement, le lieu baignant de lumière s’associa aux ténèbres. Un mince sourire se dessina sur ses lèvres. Ils avaient au moins réussi jusque-là. Maintenant, Arthur n’avait plus qu’à changer la résistance et s’enfuir. Le On y va l’étonna, l’obligea à prononcer quelques mots : « Laisse-moi. » Un sens du sacrifice aïgu… Ou juste une recherche de la mort. Il était bien plus facile de se laisser tuer que de se suicider, en bonne lâche qu’elle était.

Les conduits… En effet, ils pourraient les mener jusqu’aux égouts, ou quelque chose du genre… Après tout, ils étaient à la bonne hauteur… Puis elle sentit son corps se soulever. Ou plutôt se faire soulever. Elle n’eut ni la force ni le courage de se débattre, ou de le repousser, et elle se contenta de se laisser porter. Sa tête alla se caler contre l’épaule de l’homme, permettant quelques secondes de détente, et aussi un rappel de sa première question. Un murmure quitta ses lèvres, pour y répondre : « J’ai toujours aimé la technologie, depuis mon enfance… Ma sœur me charriait d’ailleurs beaucoup à ce sujet… » Jumelle dont elle avait été amputée voilà plus de quatre ans. Une larme solitaire s’échappa de son œil, alla s’écraser contre le vêtement d’Arthur. une seule et unique perle.

Puis il fallut sortir, se glisser dans les conduits, le tout dans le noir puisqu’elle n’avait pas eu le temps de mettre les lunettes infra-rouges. Enfin, cela ne la dérangeait pas. Elle se contentait d’avancer, juste de se pousser à avancer, ignorant les douleurs de plus en plus vives, et l’esprit qui s’embrouillait seconde après seconde.

La grille de sortie fut détruite d’un violent coup de pied, et Tara entreprit de se sortir définitivement de ce conduit. Ils étaient à présent bien loin du bar, et ils étaient largement en avance sur de possibles poursuivants. Lestement, la jeune femme atterrit sur le sol, titubant jusqu’à pouvoir s’appuyer contre un mur. Il fallait qu’elle résiste quelques minutes encore, juste le temps de retrouver l’air libre et d’aller se blottir dans ses draps. Et dormir deux jours d’affilés. Ou de mourir dans son sommeil parce qu’elle avait été suffisamment stupide pour utiliser son pouvoir et s’auto-détruire. Oui, Tara était toujours d’un optimisme à toute épreuve… Un bruit à ses côtés, et un coup d’oeil suffirent à s’assurer qu’Arthur était bien présent. Parfait.

« Je dois avoir des plans, pour savoir où est-ce qu’on va ressortir... »

Sur sa foutue tablette, une fois encore.


- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

   
   
Danse Macabre
Reality ☽ Hours of crisis often call for sacrifice. In matters of consequence, when have doubt and fear given the best advice? Why not heed faith, courage, and honor?
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t372-holding-hands-while-the
Templiers
homecoming : 30/10/2016
Messages : 1367
Louis d'or : 1350
pretty face : Jake Gyllenhaal
julius caesar : tara #heaven
Allegeance : Puisqu'il est ni plus ni moins le chef de clan des templiers, il se doit d'être un exemple de loyauté. C'était pourtant mal parti, lui l'électron libre, l'âme rebelle dans une famille qui ne vivait que pour le devoir envers autrui. Aujourd'hui, tous les regards et toutes les craintes sont rivés vers lui et il se doit alors de représenter l'union au sein de l'Ordre. Néanmoins, il met un point d'honneur à ne pas être l'homme derrière le bureau, celui qui tire les ficelles depuis son nuage paisible. Il met la main à la pâte et entend donner à son camp une efficacité jamais atteinte autrefois .

Sujet: Re: Lock up your back door and run for your life ∞ tara Sam 7 Oct - 23:23 ()
Cause I'm T.N.T. I'm dynamite
watch me explode @Tara C. Bellamy
Le bar était plongé dans l’obscurité. Pour un moment, les démons venaient de retrouver leur place : dans les bas-fonds des ténèbres. Ils ne méritaient aucune lumière, aucune visibilité, ni crédibilité. Arthur aurait tellement aimé faire plus : éliminer quelques-uns au passage, mettre hors d’état de nuire cet établissement pour de bon. Mais les démons étaient malins. Ils se servaient de l’humanité comme un tremplin, un bouclier, une diversion. Ce n’étaient que des pantins entre leurs mains et parfois, Arthur exécrait de devoir garder le secret. Si seulement tout Paris était au courant de l’existence de cette vermine qui gangrénait la belle capitale française, peut-être que tout le monde ferait cause commune. Si tout le monde s’unissait, les démons seraient balayés en l’espace de quelques mois. Mais les humains étaient fragiles. Ils n’étaient pas entrainés, pas protégés, trop vulnérables. Les templiers s’handicapaient en gardant les autres dans l’ignorance, mais c’était le seul moyen d’empêcher des morts. Alors cette panne de courant était une petite victoire. Sitôt qu’ils seraient sortis d’ici, ils pourraient se féliciter d’une collaboration réussie. Pas avant. L’homme avait bien évidemment ignoré l’invective de son soldat qui préférait être abandonnée ici plutôt que de ralentir son chef. Malgré les apparences, Arthur était sans doute la plus grosse tête de tout l’Ordre et il choisit de la porter jusqu’aux conduits qui leur permettraient, il l’espérait, de rejoindre une sortie en toute discrétion. Tara se décida enfin à répondre à sa question. Comment un enfant pouvait-elle se trouver fasciné d’une technologie qui dépassait complètement l’humain. Au fil des années, la machine avait peu à peu remplacé la main humaine et chaque jour était témoin d’une autre prouesse de la technologie. Elle avançait bien plus vite que le progrès seulement humain et c’était sans doute cette crainte qui l’avait tenu éloigné de tout ça. Arthur remarqua la tristesse dans la voix de la jeune femme, étant bien au courant de la mort de sa jumelle. « Tu es en train de lui prouver combien qu’elle avait eu raison de se moquer. Tu es la reine de la tablette. » annonça-t-il en la hissant dans le conduit. À toute hâte, il l’imita et ils se retrouvèrent enfin hors de portée des démons qui allaient découvrir la surprise, signée l’Ordre des Templiers.

Tandis qu’ils évoluaient à travers les conduits à la recherche d’une échappatoire, Arthur comprit qu’il avait fait une erreur en la laissant passer devant. Il était obligé de suivre son rythme et elle se retrouvait à devoir accélérer de nouveau. Les conduits étaient véritablement étroits pour sa carrure à lui, mais Tara était asséné par la douleur. Elle puisa néanmoins toute l’énergie qui lui restait pour envoyer valser la grille au bout du tunnel qui signait la fin de leurs ennuis. Quand il s’extirpa à son tour, il leva les yeux sur une silhouette épuisée. Il resta silencieux, le temps de reprendre son souffle, alors qu’il s’efforçait de repérer où ils avaient atterri. Les égouts de Paris étaient de véritables labyrinthes souterrains, dont les multiples voies étaient régulièrement empruntées par des gens de tout camp et de tout dessein. Fort heureusement, aucun n’était jamais tombé sur l’ennemi. Il écouta d’une oreille la complainte de Tara. « Attends. » Il essaya mentalement de visualiser où est-ce qu’ils s’étaient retrouvés par rapport aux rues de Paris. Ils n’avaient pas crapahuté longtemps, ils étaient forcément encore dans le même quartier. Le neuvième arrondissement était au nord du premier, où se trouvait leur QG. Dans tous les cas... « Sud... » Il tourna la tête vers Tara. « Les galeries sont construites pour que les eaux usées se jettent dans la Seine. La rive gauche est bien au sud du Louvre. Il faut suivre le courant et la construction initiale. » Tara put apercevoir l’ombre d’un sourire sur le visage du Chevalier du Roi. « Y’a des choses que la technologie ne surpasse pas encore. » Son égo d'historien était tout fier. Il tapota sa tempe de son index avant de se rapprocher d’elle. « Allez courage. Appuie-toi sur moi, dès que tu as besoin on s’arrête. Même s’ils ont compris par où nous sommes passés, ils ne prendront pas le risque de nous suivre par là. » Il l’aida à se relever et glissa son bras par-dessus son épaule tandis que sa main vint entourer sa taille. « Bon travail, soldat. » s’autorisa-t-il, sur un ton plus neutre, tandis qu’il initia la marche vers le QG. Les clients ne risquaient plus de croquer la pomme empoisonnée avant longtemps.

FIN DU SUJET

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

WE ARE THE WARRIORS THAT BUILT THIS TOWN FROM DUST
Can the heart become distorted, contract incurable deformities and incurable infirmities, under the pressure of disproportionate grief, like the spinal column under a low ceiling? Is there not in every human soul a primitive spark, a divine element, incorruptible in this world and immortal in the next, which can be developed by goodness, kindled, lit up, and made to radiate, and which evil can never entirely extinguish.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
oh, look what you made me do

Sujet: Re: Lock up your back door and run for your life ∞ tara ()
Revenir en haut Aller en bas
 
Lock up your back door and run for your life ∞ tara
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» KNOCK ON YOUR DOOR ♣
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back
Ready for it ?
Are you
i see how this is gonna go, touch me & you'll never be alone

a game of shadows :: Paris :: Nord-ouest :: Neuvième arrondissement :: Et elle croqua la pomme