boom bitch
Après un long dimanche, mais pas de fiançailles, nous voilà de retour !
Pour tout savoir sur les nouveautés de la version, c'est par .
dying to be born again
L'intrigue est de retour, pour vous jouer de mauvais tours... ou pas.
Dans tous les cas, c'est par .
paris versus the apocalypse
Quoi de mieux pour lutter contre l'apocalypse qu'un apéro ?
Pour vous inscrire à l'event, c'est par là.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 rise against {ad}
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
the last young renegades
homecoming : 19/02/2017
Messages : 583
Louis d'or : 422
pretty face : Jenna Coleman
julius caesar : FAUST LA MIEUX DLA LIFE / signa : matt, beylin
the mighty bush : Pauv' humaine dans un monde de fou, trop fragile, jo, trop inconsciente et rien pour se défendre qua sa langue acérée et ses coups dans le vide.
these streets : Elle se prend les bombes dans la gueule, la bouc émissaire, se fait chasser dans les rues, et le tout au nom de causes qu'elle connaît même pas. Jo, elle joue le jeu avec un bandeau sur les yeux, elle a beau se griffer le visage, ya que du noir partout qui l'aveugle.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t2012-could-be-brave-or-insa
Revolutionnaires

Sujet: rise against {ad} Mar 11 Juil - 0:07 ()
rise against
Our heroes, our icons have mellowed with age. Following rules that they once disobeyed. They're now being led when they used to lead the way




Soir de merde. Dans l’ciel dégueulassé, des coulées d’écumes, post-orage qu’a laissé délaissé des traînées d’nuages bouillasses. Blottie dans l’ombre, les mirettes matent c’bout pourri de la voûte céleste, cherchant en vain des astres qui feront un peu oublier ce cœur qui s’emballe. L’illégalité, elles s’y connaissent les duval. Un peu parce qu’elles étaient obligées, pour la vox, pour la vérité au creux des lèvres ; et ptêt beaucoup trop parce qu’elles s’y dopaient sous couvert de grands idéaux.

Devant la ptite gueule pépère, se dessine l’hôtel de ville, tout de majesté vile. ‘Peut presque distinguer la silhouette du maire, mais ya rien à faire, c’stupide, il est pas là, la révo s’en en rendue sûre à coup de complots et d’pattes graissées. Dès le changement de popotins royales sur le trône, les rebelles ont infiltré l’antre du diable. Montagne d’information que jo a passé les derniers jours à mémoriser parce qu’on ne s’introduit pas dans le bureau du maire comme ça. C’est ce qu’elle se dit, la gamine, mais à attendre sur le trottoir, un pied contre le mur, en mâchant son chewing-gum, elle rend facile le foutoir.

Douce nuit tombe, et au loin, ad luit. « Pile à l’heure, la garde de nuit vient d’arriver. Le temps de faire le changement, ça va nous aider. » Jo, elle vit au rythme d’une horloge. « Tu te rends compte que si on se fait prendre, on est vraiment dans la merde ? Genre … plus qu’avant ? » Qu’elle susurre en ramassant les tracts, elle affiche l’éclat d’son sourire comme si c’était rien, comme si ça l’amusait. Ouais, l’illégalité elle connaît, jo, mais jamais comme ça.

Pis elle se cassent parce que ya une porte qui les attend, une porte qu’on a oublié de fermer, des yeux qui se sont détournés pour laisser entrer les deux ombres. Faut pas beaucoup de temps pour trouver le bureau. Ya plus qu’à s’engouffrer.

Spoiler:
 

_________________


you transfix me
✵✵✵
⊰ they say every sin will have a thousand eyes to guilty fools with guilty minds, but i must be cruel to be kind deep within my head of stone ⊰
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 01/11/2016
Messages : 311
Louis d'or : 108
pretty face : emilia clarke.
julius caesar : (a) ultraviolences (aes) leo de riv et kimouille (g) matt
the mighty bush : VOLONTÉ DÉCUPLÉE — insidieuse, il y a la voix qui contrôle tout; celle qui fouille les esprits, tire sur la corde sensible, oblige et abuse. celle-là qui murmure un ordre sacré.
et l'autre qui n'a pas d'autre choix, l'autre qui s'exécute. le petit pantin qui refuse et refuse et refuse, mais la voix calculatrice qui oblige. les fils invisibles sont tirés et personne ne le sait.
l'autre est marionnette et joue sa partie, dépité.
Allegeance : c'est un élément important; un pion dont on ne se débarrasse pas d'un mouvement du poignet. elle fait partie du mouvement, a fusionné avec la cause et partage les valeurs des révolutionnaires. mais comme toujours, ad c'est une solitaire. une môme qui a dû se battre pour être là où elle est. alors certes elle est polie et plus ou moins agréable, mais il ne faut pas croire que ses sourires signifient avec confiance. elle a des alliés, pas des amis.
these streets : elle sait que quelque chose, quelque part, s'est brisé. que tout a changé depuis, que tout a commencé à se fissurer et tomber en ruines. elle sait que rien ne tourne rond et que personne, nulle part, ne veut donner de réponses. elle sait que le mystère est complet et, qu'au fond, elle ne sait rien.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t440-anything-could-be-holy-
Revolutionnaires

Sujet: Re: rise against {ad} Lun 17 Juil - 19:29 ()
Spoiler:
 

c'est laid, les jours sombres.
ils vous dégoulinent sur le visage et trempent tous vos espoirs. ils lavent vos sourires, délavent vos envies. les jours noirs, pluvieux, vous laissent trempé sur le pas de la porte et vous rappellent dans un murmure que vous n'avez plus la clé pour entrer et vous réchauffer. c'est laid, les jours sombres, parce qu'ils allument la lumière sur tous vos travers, sur l'alcool qui vous brûle la gorge, sur votre famille fracassée, sur vos actes manqués. ils vous glacent le sang, s'immiscent entre vos os, se font de la place entre la chair et les muscles et restent.
on ne s'en débarasse pas, des mauvais jours comme ça.

c'est sans doute pour ça qu'ad, elle l'embrasse à pleine bouche son mauvais jour, se jette directement dans ses bras comme une forcenée, ou une cinglée, ou une escapée d'asile. parce qu'elle sait comment ils se jouent de vous, comment ils appuient sur tous vos boutons et vous laissent tremblant, paumé, sur le sol de votre salon ou le parquet mal ciré d'un bar abandonné. elle sait et elle refuse de se laisser faire, pas maintenant, jamais.
après tout, elle le sent, elle s'approche des réponses. elle peut les goûter sur le bout de sa langue, le sang, la fumée, l'acidité des mensonges trop longtemps crachés. elle peut les sentir dans sa gorge, ces vérités camouflées, prêtes à ramper dans le sens inverse, prêtes à se fracasser contre la barrière de ses dents jusqu'à ce qu'elle les scande à la foule, au monde entier.

mais pour psalmodier les laides vérités, il faut d'abord affronter les dieux profanes: c'est sans doute pour cela qu'elle se retrouve avec la meilleure arme qu'elle a -
(même si jo ne devrait pas en être une, jamais. et y'a un peu de désespoir dans sa poitrine quand elle voit sa soeur, là, à mâcher du chewing-gum comme si elle faisait ça tous ses dimanches matins. ça pue la défaite, dans sa tête à l'aînée, que jo soit tellement habituée à se jouer des lois.)
- devant le bureau du maire. le plan est parfait, parce qu'il a été pensé par jo l'explosive, jo le volcan. parce qu'il a été édité par ad la méticuleuse, ad la poupée. le plan est parfait mais ad elle sait que trop bien que parfois, quand les jours sont vraiment mauvais, rien n'arrête le destin de vous enterrer.
alors elle s'occupe de s'inquiéter des détails. vérifie trois fois que tout colle avec ce qu'elles avaient prévu. prie, longtemps, un peu, pour que si tout tourne mal, jo s'en sorte indemne.

« sans mentionner le fait qu'ils sont désespérément lents. » un murmure qui s'échappe de ses lèvres dans une respiration, alors que ses yeux dardent l'entrée par laquelle elles finiront toutes deux par entrer. le tic tac de ses battements de coeur, comme une horloge qui pulse dans sa poitrine. le tic tac du coeur de jo, qu'elle peut entendre de là, parce que sa cadette est une horloge, une montre, un foutu chronomètre. parce qu'elle fait de tout travers mais elle connaît aussi le parfait timing. (après tout, pour un boum rebondissant, il faut un peu de précision.)

« depuis quand est-ce que ça t'arrête, princesse? tu savais très bien dans quoi tu t'embarquais, me dis pas que c'est pas le danger qui t'a motivée.
» sourire préparé de la leader sur les lèvres parce qu'il faut amener jo au combat, qu'elle le veuille ou non. il n'est plus temps de douter pour les et si, les peut-être, qui égorgent et qui tuent quand il n'y a plus rien d'autres à faire que se laisser baigner dans leurs possibilités. « tout va bien se passer. » un ordre plus qu'une prière, avant qu'elle n'ajoute, comme une seconde pensée: « puis tu te rappelles de notre accord, n'est-ce pas? si quelque chose se passe mal, tu tournes les talons sans moi et tu ne te retournes pas. » le ton de la supplique qui transparaît derrière l'autorité. ad serait incapable de se le pardonner si jo se faisait attraper. si elle finissait blessée parce qu'ad n'a pas su la contenir, la retenir.
c'est tranchant, comme image, presque comique: jo avec son sourire solaire, jo avec son sourire frappant, qui parle de l'illégalité comme si c'était juste sa tasse de thé. ad avec sa mine concentrée, son air fermé et inquiet, comme si c'était la toute première fois qu'elle le faisait.
c'est triste, comme image, quand on sait que ça pourrait être la dernière d'une ère. (parce que la prison les attend. parce que la prison, c'est un peu comme la mort, sauf qu'on vous oblige à en subir toutes les minutes.)

et quand le dernier tac retentit, les deux soeurs sont en route: leurs pas qui cognent le macadam en tandem, comme si elles avaient fait cela toutes leurs vies. les mains sur la porte, qu'on ouvre avec une facilité déconcertante parce que tout était fait pour. (les regards qu'on détourne, les gars endormis, ceux qu'on a fait taire.)
le chemin parfait jusqu'au bureau, dans lequel il faut s'engouffrer. regard à gauche, à droite, devant, derrière, en haut et en bas parce qu'on est jamais trop prudent. puis ses mains qui fouillent dans la poche avant de sa veste sombre pour en sortir le matériel de crochetage qu'elle a depuis qu'elle a quinze ans. (celui qu'elle pensait très utile pour impressionner papa, même si ça n'a jamais marché.)
« tu fais le guet, je m'occupe de la porte. » et avec cela, elle tombe à genoux devant la porte, avec l'expertise de ceux qui l'ont fait bien trop de fois. un coup d'oeil est suffisant pour deviner que cela aurait été plus rapide avec une clé, mais pas nécessairement plus simple: ad est une as avec ses dix doigts et n'aura aucun mal à ouvrir la boîte de pandore. il faut juste que jo s'assure que personne ne s'approche en attendant.

_________________
" BEWARE THE DEMONS CLOTHED IN HEAVENLY LIGHT AND BEAUTIFUL BODIES. BEWARE THE FALSE GOD.”    w/ tumblr.  

Spoiler:
 


Dernière édition par A. Kaliss Duval le Lun 17 Juil - 19:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 13/12/2014
Messages : 2295
Louis d'or : 1733
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org
PNJ

Sujet: Re: rise against {ad} Lun 17 Juil - 19:29 ()
Le membre 'A. Kaliss Duval' a effectué l'action suivante : roll the dice


'défis' : 1

_________________

Broken parable  Now I'm just a broken parable Values I used to hold Somewhere I lost it all Babe, I'm dying to be born again Lost footsteps in the snow Down the paths we used to roam Don't say it was only love Don't say I didn't love enough.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: rise against {ad} ()
Revenir en haut Aller en bas
 
rise against {ad}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Naruto RPG :: Rise of Shinobi
» (m.) ☆i rise up through the fire.
» Aelia de Lydes ɤ Rise and rise again until lambs becomes lions
» Rise of Mordor
» [Rennes] week-end 12-13/02 - QCF + Rise of the Imperator
Static palms
melt your vibe
always on the hunt

a game of shadows :: Paris :: Nord-ouest :: Premier arrondissement :: L'Hôtel de Ville :: Le bureau du maire