boom bitch
Après un long dimanche, mais pas de fiançailles, nous voilà de retour !
Pour tout savoir sur les nouveautés de la version, c'est par .
dying to be born again
L'intrigue est de retour, pour vous jouer de mauvais tours... ou pas.
Dans tous les cas, c'est par .
paris versus the apocalypse
Quoi de mieux pour lutter contre l'apocalypse qu'un apéro ?
Pour vous inscrire à l'event, c'est par là.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 Joshua a dit "Matteo c'est le plus beau" - Tatia
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Joshua a dit "Matteo c'est le plus beau" - Tatia Dim 16 Juil - 22:10 ()
Joshua a dit "Matteo c'est le plus beau"
Matteo ✧ Tatiana
La Clavis Aurea, elle était sur toutes les lèvres. Pourtant elle demeurait encore mystérieuse et difficile d’accès. Matteo faisait partie du petit nombre d’individus qui avaient réussi à l’intégrer. Pour les anges, il était important, presque primordial de posséder des infiltrés dans cette toute nouvelle secte. Ils n’étaient pas dans leur habitude d’agir ainsi, mais cette secte était tout à fait particulière. Celui qui était à sa tête, le fameux Joshua Delacroix criait haut et fort qu’il avait entendu la voix de Dieu. Une blague qui aurait presque pu être amusante, s’il n’avait pas en plus parlé d’apocalypse et de disparitions. Il était trop proche de la vérité pour que les anges n’y prêtent pas attention. Il devait comprendre qui était cet homme, et encore plus important pas quel moyen il en était arrivé à de tels propos. Etaient-ils tombés sur des textes anciens ? En contact avec un ange ayant perdu la tête ? Les démons tiraient-il les ficelles ? De nombreuses questions qui se devaient d’être rapidement résolu. Umaniel, c’était lui-même proposé pour infiltré la secte. Son pouvoir lui permettrait facilement de plonger dans l’esprit et l’âme du fondateur de la secte. Mais encore fallait-il, qu’il s’en approche. En rentrant dans la secte, chaque individu commençait au bas de l’échelle, Joshua demeurait un mythe. Un homme qu’on ne voyait jamais, mais dont on sentait la présence à chacune de vos respirations, ça en était même étouffant. Pour réussir à s’en approcher et obtenir des réponses, l’archange se devait de jouer au fanatique. Au membre dévoué dont la vie est dédiée à la secte, cela ne le réjouissait pas plus que ça, mais c’était le prix à payer pour comprendre toute cette foutue histoire. Les parisiens se perdaient de plus en plus, nombreux étaient ceux qui se rapprochaient de la secte pour obtenir des réponses. Pour eux, Joshua proposait un grand salut, il donnait de l’espoir, là ou il n’y avait presque plus et bien malgré les anges, il redonnait foi en un Dieu silencieux. Alors oui, cela aurait dû arranger leur cause, mais c’était loin d’être le cas, car chacun des anges ici, connaissaient la vérité. Leur père avait sombré dans le silence. Alors qui s’invitait dans l’esprit de cet homme ? Est-ce de la simple folie ? Ou y avait-il un fond de vérité dans toute cette histoire. Umaniel était là pour ça et c’était aussi pour cette raison qu’il se trouvait au pied du studio de télévision. Aujourd’hui, il avait une mission : Passer un message de Joshua lors du JT de 20h. Autant dire que cela risquait d’être compliqué, mais Matteo était assez confiant, surtout qu’il n’allait pas être seule pour réaliser ce petit exercice. Un sourire éclaira son visage quand il la vit apparaître à l’autre bout de la rue. La belle Russe avait laissé ses talons aiguilles au placard pour épouser la Clavis Aurea. Depuis son accident, elle voyait le monde différemment et avait décidé de changer du tout au tout. Enfin ça, c’était ce qu’elle disait, la vérité était bien différente, elle jouait un rôle tout comme lui. Même si le clou du spectacle résidait dans leur relation. En effet, ils avaient décidé, ou plutôt elle avait décidé de s’infiltrer en tant que couple. Lui jouait le rôle du mec qui avait prié et qui avait obtenu une réponse en la survie de son grand amour et elle avait entendu des voix lui murmurant de trouver Joshua Delacroix. Ils avaient fait fort, mais ça avait marché et ils étaient désormais membres officiels de la secte, la marque qui ornait leur cou en était le signe indélébile. Même s’il espérait que Manon puisse lui enlever…
« T’es somptueuse . » Il passa son bras autour de sa taille avant de poser délicatement ses lèvres sur son front. Pour jouer leur rôle jusqu’au bout, ils faisaient tout comme un couple, si ce n’est quand ils se retrouvaient dans l’appartement de la templière. Parce que oui, Umaniel s’y rendait désormais tous les soirs et ne devrait pas tarder à emménager. Ils étaient même allés jusqu’à le dire à sa famille, histoire que l’histoire tienne la route. Cela les obligeait donc à se comporter comme deux amoureux dès qu’ils se retrouvaient en public. « On commence comment ? Je te laisse utiliser ton charme légendaire ? » Ses bras s’étaient refermés autour de la taille de la jeune femme, l’archange et la templière n’aurait pas pu être plus collé l’un contre l’autre. L’illusion était parfaite, comme quoi en plus d’avoir les plus belles ailes de tous les anges, il était aussi le meilleur acteur. Ou peut-être que ce n’était pas une illusion, mais qu’il y avait beaucoup plus de réel qu’il ne pouvait se l’avouer…


© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: Joshua a dit "Matteo c'est le plus beau" - Tatia Lun 17 Juil - 9:57 ()
Le Clavis Aurea, un nom qui depuis quelques temps ne cessait de revenir dans les conversations des parisiens. Jamais une secte n’avait-elle connue un engouement comparable à celui de CA – mais sur ce point, peut-être que les nombreux phénomènes pour le moins étranges aux yeux du communs des mortels, qui depuis quelque temps déjà agitaient le quotidiens des parisiens, devaient certainement aider. Ne trouvant de réponses à leurs nombreuses questions, bon nombre de parisiens avaient fini par se tourner vers le seul groupe qui semblait en mesure de leur en fournir : cette nouvelle secte, fondée par un certain Joshua Delacroix. Jusqu’ici, il n’y avait rien de bien alarmant, après tout, au cours de l’histoire, nombreuses étaient les sectes qui avaient vu le jour, pour retomber dans l’oubli quelques temps plus tard. Et peut-être que la Clavis Aurea aurait-elle aussi pu être considéré comme simple mode passagère, si leur fondateur n’aurait pas parlé de la fin du monde – et sur ce sujet, il n’avait rien des autres charlatans qui avaient fait de même. Non, ses discours avaient comportés bien trop de précisions pour n’être que de simples inventions d’un esprit malade. Au contraire même, il prétendait obtenir ses informations de nul autre que de Dieu en personne, cette entité indéfinissable qui, depuis quelque temps déjà, semblait avoir abandonné ses enfants à une mort certaine – qu’ils soient anges ou humains. Alors comment cela se pouvait que soudainement, il décidait de se mêler une fois de plus des affaires des mortels ? Et pourquoi il s’adresserait à un tel homme ? Ou n’était-ce pas là l’œuvre de Dieu, mais bien d’un démon ? Voilà uniquement certaines des questions qu’il s’agissait de résoudre, car même au cas où il ne s’agirait pas d’une intervention surnaturelle, Joshua Delacroix ne restait pas moins une personne à surveiller – du moins, aux yeux de certains, et sans réellement comprendre comment, Tatiana s’était laissée embarquer dans cette aventure désastreuse aux côtés de celui qui avait dans le passé déjà été son partenaires dans bien des missions : Matteo. Mais cette fois-ci, ils n’étaient pas l’étrange duo se faufilant dans les ombres à la recherche d’information. Non, cette fois-ci, ils étaient un couple à la recherche d’une puissance supérieure – ou du moins, c’était là un mensonge qui leur avait permis de rejoindre cette secte tant exclusive. Malheureusement pour Tatiana, cette dernière n’avait appris que trop tard pour les nombreuses contraintes qu’une telle adhésion imposait. Se vêtir de blanc, voilà bien une chose à laquelle elle pouvait se faire, cette couleur ayant toujours été la sienne. Mais cette marque infame qui désormais ornait son cou comme si elle n’était que du vulgaire bétail, voilà bien une autre chose. Sur ce coup, il n’y avait qu’à espérer que Matteo avait raison en suggérant que, le jour venu, Sariel pourrait effacer cette marque défigurant de leurs corps… D’ailleurs, en parlant du Diable, voilà la silhouette de son ‘petit-ami’ angélique qui rapidement traversa la rue avant de la saluer d’une manière des plus geste. Aussi exubérant que Matteo était pour faire honneur à son rôle, il ne restait pas moins un ange : chacun de ses gestes, aussi tendre qu’ils pouvaient paraître aux yeux du monde extérieur, n’était pas moins gouverné d’une certaine retenue… et bien que jamais elle ne l’admettrait, cela dérangeait la templière plus qu’elle ne le voudrait. Sentir le corps de Matteo contre le sien, sentir son souffle chaud caresser sa peau, tout en sachant que jamais cela n’irait au-delà… Mais voilà bien une pensée emplie de regret qu’elle repoussa rapidement au plus profond de son esprit, avant d’imiter l’ange en passant son bras derrière le dos de ce dernier.

« Je sais, le blanc a toujours été ma couleur. »

Et avec sa fine silhouette, cette combinaison blanche des plus sombres ne ratait pas son effet, du moins si l’on jugeait de par les regards des passants qui s’attardaient sur elle. Tant mieux, car cette attention de la gente masculine, ils risquaient bien d’en avoir besoin s’ils voulaient mener à bien leur mission. Car si intégrer la secte avait été un premier pas, ce dernier ne les avait pourtant pas réellement rapproché des réponses dont ils avaient tant besoin. Pour cela, ils allaient devoir se rapprocher du fondateur de la secte, et il n’y avait qu’un moyen pour faire cela : se faire passer pour les plus fidèles de ses followers. Et pour cela, quoi de mieux que de s’assurer que le message de ce dernier serait répandu dans tout Paris ? Ou du moins, c’était là l’intention avec laquelle ils s’étaient retrouvés aujourd’hui, bien déterminé à faire passer un message du cher Joshua au JT.

« Peut-être que tu pourrais déjà éviter le sarcasme. » répliqua-t-elle sur le ton d’un murmure.

Après tout, si Matteo ne cessait de critiquer sa faculté à se servir de son physique pour mener à bien ses missions, aujourd’hui, il devait bien avouer qu’il s’agissait là d’un atout non-négligeable pour sa cause. Certes, le don de l’ange à persuader son entourage à remplir son moindre désir constituait peut-être un moyen bien plus rapide d’arriver à leurs fins, mais lorsque l’on voulait passer inaperçu, mieux valait-il éviter d’user de pouvoirs surnaturels.

« T’as pensé à apporter le message au moins… chéri ? »

C’était là une tache que l’ange s’était lui-même attribuée, et autant dire que sur ce coup, la templière préférait tout de même s’assurer qu’elle avait bien été faite, avant de se donner du mal à s’introduire dans les studios télé qui désormais se dressent juste devant eux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: Joshua a dit "Matteo c'est le plus beau" - Tatia Lun 17 Juil - 23:37 ()
Joshua a dit "Matteo c'est le plus beau"
Matteo ✧ Tatiana
« Ça te va bien , un peu de changement, c’est toujours agréable. » Il la connaissait toujours ultra sexy, aujourd’hui, elle était plus naturelle, elle avait adopté le style adéquat pour plaire aux règles de la secte et ses bottes en cuir noir, n’en faisait hélas pas partie, mais finalement, cela ne dérangeait pas le grand brun. Il trouvait même cela assez intéressant de la voir sous un autre angle. On à beau dire que les habits ne font pas le moine, ils peuvent cependant faire illusion. D’une certaine manière, il avait compris que toute sa personnalité, jusqu’à ce qu’elle portait, c’était son carcan, sa méthode à elle pour survivre dans ce monde et pour ne pas montrer ses sentiments. Pour elle, c’était synonyme de faiblesse, et même si Umaniel espérait réussir à lui faire comprendre le comprendre, il pouvait tout aussi aisément saisir ce qui l’avait amené à devenir ainsi. Il y avait tout son histoire, et puis le reste. Ce monde dans lequel il vivait, cette apocalypse qui risquait de s’abattre sur leur tête. Si cela continuait comme ça, tout le monde ne survivrait pas. Qu’importe à quel point Umaniel pouvait détester cette idée, il savait que si les anges ne réussissaient pas à reprendre le contrôle, il y aurait des morts innocents. Et c’était bien lutter comme ça, pour trouver des réponses et peut-être même des solutions qu’il se trouvait ici, sur ce bout de trottoir au pied de la grande tour qui menait au studio de l’émission télé Believe. Franchement, les propos du Delacroix n’avaient ni queue ni tête, il n’y avait rien de logique dans toute cette histoire et c’était bien pour ça qu’il devait réussir à trouver le fin mot de l’histoire et pour ça, il devait gravir des échelons. Cette mission lui aurait sûrement parut longue et inintéressante, si la templière ne s’était pas rajoutée à l’équation. Il avait beau lui dire que sa présence le ralentissait, c’était bien le contraire. Avec elle à ses côtés et malgré son mauvais caractère, il y avait quelque chose chez elle qui lui donnait envie de se battre, peut-être parce qu’il espérait au fond de lui qu’elle puisse vivre des lendemains plus heureux. « T’es moins grande quand tu n'as pas de talons. »  Tout un coup, elle avait baissé d’un étage, il aimait bien ça, la voir sous un autre angle. « J’aime bien. » Et pour une fois, il s’agissait vraiment d’un compliment.

« Rha, tu prends toujours tout mal. » Il ne l’avait pas dit dans ce sens, bon peut-être un peu, parce qu’elle savait usé de son charme mieux que personne. « Je voulais juste te dire que tu avais toutes les qualités requises pour nous faire rentrer. » Et si cela ne fonctionnait pas, il pouvait toujours compter sur son petit don de persuasion, mais il préférait le garder si le besoin d’en faisait vraiment sentir. Pour le moment, disons qu’ils allaient suivre le plan établi par la Russe. Umaniel était le plus âgé des deux, mais il n’était pas un habitué de ce genre d’exercice. Tatiana possédait beaucoup plus d’expérience que lui pour s’infiltrer. « Franchement, tu me déçois. » Il soupira avant de sortir de sa poche son téléphone qu’il secoua sous le nez de la demoiselle. « Fais moi rentrer dans les studios de believe, et il me faudra quelques minutes pour transférer le petit fichier contenant le message vidéo de Joshua dans le programme de l’émission du soir.» Pratique l’informatique, surtout quand on savait jouer avec les codes. Le plus dur ne serait pas d’échanger l’un des reportages du soir par le message de Joshua, mais bien de réussir à s’infiltrer jusqu’à la pièce qui abritait les bandes. Et ça, c’était le boulot de Tatia. « Chacun ses compétences. » Il remit son téléphone dans sa poche avant de poser une nouvelle fois ses lèvres sur son front avec tendresse. Et ce n’était pas vraiment pour jouer son rôle, même si c’était ce qu’il se disait. En vérité, il aimait ça, il aimait cette tendresse faussée, ce contact doux qui les unissait désormais, alors il en profitait, car cela ne durerait qu’un temps. Sa main attrapa celle de Tatiana et leurs doigts s’enroulèrent. « Je te suis ». Ils pénètrent tout les deux dans l’immense bâtiment. En face d’eux, la réception. Ils avaient de la chance ce n’était pas une femme qui s’en occupait, mais un homme. Maintenant, c’était à la belle russe de faire preuve de tous ses talents.  

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: Joshua a dit "Matteo c'est le plus beau" - Tatia Mer 19 Juil - 7:49 ()
« Ah, ben pour un changement, ça en est bien un. »

Un regard dans lequel se mêlaient sarcasme et amusement, elle observe le bras de l’ange, si délicatement enroulé autour de ses hanches, avant de le laisser vaguer sur leurs tenues si similaires de par leur blanc étincelant. En un simple mot, un simple ‘oui’ signant son appartenance à cette secte si mystérieuse, elle avait gagné tellement des choses : un nouveau look, un marquage de bétail, et un pseudo-petit-copain… enfin, la notion de ‘gain’ restait à définir, parce que sur ce coup, ce n’était pas sûr qu’il s’agissait réellement là une amélioration de son train de vie. Et ça ne l’était certainement pas pour son look vestimentaire, ça c’était sûr. Au revoir les habits haut-de gamme sortant des ateliers des barons de la mode, et bonjours les tenues si ennuyeuses et si pauvrement fabriquées… mais ce que Joshua voulait, Joshua obtenait – du moins en apparence. Après tout, avec un peu de chance, elle pourrait rapidement troquer à nouveau ces tenues des plus ennuyeuses pour ses anciennes tenues bien plus séduisantes ! Sans même parler de ses chaussures à talons, qui, pour l’instant, prenaient poussière dans un placard.

« Moins longue. Pas moins grande. » répliqua-t-elle, haussant les sourcils d’un air à la fois réprimant et amusé.

C’était là une différence non-négligeable, comme l’avait souligné il y a bien des siècles plus tôt un – pas si long – général, lorsqu’un des membres de son armée s’était vanté d’être plus grand que lui… sous prétexte d’avoir réussi à lire au-dessus de son épaule. Une anecdote qui, au final, avait traversé bien des siècles – excepté étrangement dans le pays d’origine de ce fameux Napoléon.

« Je sais pas si cette remarque est plus preuve d’un sexisme caché,ou comment le fait que les femmes devaient être plus petites que les hommes - ou de la peur pour tes chaussures. »

Combien de fois avait-elle du écouter les jérémiades de l’ange, parce que durant une de leurs missions communes, elle avait – par pur accident, bien évidemment – détruit une de ses horribles paires de chaussures. Enfin, sur ce coup, cela avait entièrement été la faute de l’ange : si seulement il lui aurait moins tapé sur le système, ses chaussures seraient certainement encore entières à l’heure actuelle ! Enfin, pouvoir écraser le pied de son partenaire de mission avec ses talons fins n’était certainement pas la seule chose qui manquait à Tatiana, mais également, une toute autre chose, bien moins anodine au finale : de taille moyenne, elle était finalement habituée à ce que les hommes tels que Matteo finissaient par baisser le regard pour lui parler – alors qu’avec des talons, ils étaient pratiquement à la même hauteurs, et tout de suite, le rapport de force balançait sensiblement de son côté. Pas que l’ange pouvait comprendre ça, alors à la place de se lancer dans une grande explication sans queue ni tête, elle préférait recentrer leur conversation autour de leur mission d’aujourd’hui – et pour commencer, surtout s’assurer que celle-ci ne serait pas vaine, ce qui, en vue de la mémoire quelque peu sélective de l’ange, était parfaitement susceptible d’arriver.

« Mieux ça que l’inverse. répliqua-t-elle, haussant les épaules. Ca aurait été dommage d’utiliser ’mon charme’ légendaire pour rien, n’est-ce pas ? »

Un air innocent dessiné sur son visage, elle observait l’ange. Peu importait le fait qu’elle n’hésitait jamais à dire haut et fort à quel point la présence de ce dernier avait tendance à lui taper sur le système, elle avait appris à apprécier au cours du temps leurs petites prises de bec. C’était ainsi que leur duo fonctionnait, et en vue de leur liste de missions réussies, il fonctionnait sacrément bien. Maintenant, il s’agissait de montrer qu’ils étaient capables de continuer sur cette lancée pour le compte de la Clavis Aurea.

Approchant ses lèvres du visage de Matteo comme pour rendre ce geste à l’apparence si affectueusse, elle murmura : « Suis mon exemple, et surtout évites de tout gâcher. » avant d’à nouveau se décoller pour prendre ses distances pour de bon cette fois-ci.

En jouant un peu trop au petit-ami protecteur par exemple… car si certains hommes aimaient peut-être cette impression de compétition, cela ne compliquait pas moins l’exercice dans lequel la belle brune n’allait pas tarder à se lancer. Car si elle était bien habituée à se servir de son physique pour arriver à ses fins, la mission d’aujourd’hui constituait un bien autre calibre qu’à son habitude. Après tout, c’était une chose que de convaincre un démon fréquentant un bar de la suivre « chez elle », mais de convaincre des gardes de les laisser entrer dans le studio de Believe ? Voilà une bien autre chose. Seule, elle y serait arrivée, elle n’en doutait pas. Mais avec l’ange à ses côtés, cela allait être un challenge… Alors, elle avait fait ses devoirs, s’appropriant toutes informations qu’elle pouvait bien obtenir sur ces locaux et ses employés… avant de finalement opter pour l’option la plus simple : laisser une connaissance planter un faux rendez-vous dans l’agenda d’un des journalistes ambitieux y travaillant – à un horaire où ils pouvaient être surs qu’il serait en réalité en train d’interview à l’autre bout de la ville. Un subterfuge qui pourrait bien marcher - et quoi de mieux que de s’y faufiler avec le feu vert des responsables ? Ou du moins, cela leur permettrait l’accès aux studios – se faufiler jusqu’à la salle des enregistrements pour que Matteo fasse les bidouillages nécessaires, voilà en revanche une toute autre histoire.

Sur ce coup, elle laissait Matteo prendre les devants pour annoncer au gardien la raison de leur visite : un rendez-vous avec un certain Ben Talmadge, alors qu’elle, en revanche, se contentait de jeter des coups d’oeils appeurés derrière eux, comme si elle craignait être suivi… après tout, ne s’apprêtaient-ils pas à donner une interview exclusive dénonçant les dérives d’une secte ?
« Vous avez rendez-vous ? »
« Je ne sais pas si on devrait pas plutôt… » finit-elle par murmurer à Matteo, juste assez fort pour que l’accueil les entende. S’ils ccraignaient que leur interview exclusive finirait par tomber en poussière, alors sans doute s’attarderaient-ils bien moins sur les formalités…
[i]’… tente de jouer à celui qui rassure… mais pas trop non plus.’[/color]
Des ordres qu’elle ne pouvait qu’espérer que Matteo suive à la lettre… et s’ils le jouaient bien, ils seraient guidés à l’intérieur, à l’abri des regards indiscrets…
« Si on nous voit ici… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: Joshua a dit "Matteo c'est le plus beau" - Tatia Mer 19 Juil - 19:48 ()
Joshua a dit "Matteo c'est le plus beau"
Matteo ✧ Tatiana
« Il est pas si mal » En tout cas l’archange du bonheur appréciait cette nouvelle dynamique, même si tout n’était qu’un jeu. Du moins, ce l’était au tout début, quand ils ont décidé d’intégrer la secte. Ils ont dû monter un plan d’attaque, une manière d’aborder ses gens et cette façon de penser qui détonnait tant avec leur propre personnalité. Entre Tatiana qui ne croyait plus en rien, si ce n’est elle-même et encore, et l’archange, création divine, réduit à avancer sans aucune nouvelle de son créateur. Ils partaient avec un certain déséquilibre, mais une fois de plus leur petit duo atypique, avait réussi à se faire une place. Personne, ni même lui n’avait était en mesure de prévoir cette amitié qui les unissait désormais. C’était une relation étrange, quasi impossible, qui c’était doucement construite au fil du temps, malgré leurs nombreuses divergences. Tatiana avait beau le trouver embêtant et particulièrement collant, elle semblait s’y être habituée, même si elle avait tout de même garder sa langue. Ils avaient finalement un point commun : Tout les deux étaient tout aussi râleur l’un que l’autre. Et finalement, même si aucun n’osait l’avouer, ils étaient bien l’un avec l’autre. « Je voulais te dire que le naturel t’allait bien, mais je ne sais pas si on peut dire que c’est vraiment naturel… » Après tout, ils étaient tous les deux habillés de blanc. C’était une couleur assez connue pour le brun peut-être moins pour Tatiana. Mais ça lui allait assez bien, même si, il sentait bien que cela ne lui plaisait pas vraiment. « Allez t’inquiète pas, bientôt tu pourras redevenir toi. » Mais avant ça, ils allaient devoir mettre la main à la pâte. « Sérieux, tu me cites Napoléon ? » Le brun se mit à rire, y avait qu’elle pour ça. Elle était vraiment unique cette fille. « Pardon.. » Oups, l’erreur était humaine, cela serait valable s’il était humain, sauf qu’il ne l’était pas vraiment, heureusement, en cette jolie journée d’été, il était bien décidé à se faire pardonner. « Vous êtes une grande dame de petite taille ? ça te convient ? » C’était mieux, mais connaissant Tatia, elle risquait encore de rouspéter. «Tu vois si j’étais pas ange, peut-être même que je te trouverais séduisante. » Dommage, en effet, parce que c’était finalement ce qu’il pensait, sauf qu’il n’avait pas le droit de le dire, encore moins d’éprouver ce genre de sentiments. Il ne le devait pas et pourtant il ne se l’interdisait pas. « Je préfère avoir une tête de plus, je vois mieux tes yeux ! » Souligna t’il avec un sourire sur ses lèvres. Surtout que son regard, c’était peut-être ce qu’il trouvait le plus séduisant chez elle, et oui, il n’était pas obsédé que par sa poitrine.
« T’as déjà fait quelque chose avec moi de vain ? » Il arqua un sourcil, sûr de lui, charmeur, sensible à ce jeu qui les unissait désormais et donc aucun des deux ne semblaient être à arrêter. « Tu es le charme, je m’occupe du reste. » Et il était un très bon acteur, en tout cas, quand il voulait. « Au pire, j’ai toujours une autre corde à mon arc. » Après tout, il était en mesure de persuader n’importe qui, mais l’archange préférait toujours éviter d’impacter l’esprit humain. Souvent, il ne le faisait qu’en dernier recours. « Oui ma chérie, je suis à ton humble service. » Elle ne voyait même pas la chance qu’elle avait. Alors il approcha ses lèvres de son oreille gauche. « Profite, on a pas souvent un archange à ses ordres… » et ça ne durait jamais bien longtemps. Ils rentèrent dans l’immense bâtiment, Umaniel n’en était pas spécialement fan, mais ce n’était pas le plus important. Ils n’étaient pas là pour visiter un appartement, la décoration et l’espace n’étaient donc pas à prendre en compte. Mains dans la main, un regard amoureux par ci par là, ils arrivèrent devant le secrétaire qui leur posa un regard poli sur eux. Un léger sourire se dessina sur les lèvres d’Umaniel quand il commença à comprendre où la jeune femme voulait en venir. Pas bête du tout. Les journalistes rêvaient de pouvoir interroger des membres de la secte, encore plus ceux ayant choisi de la fuir. Ils rêvaient d’histoire alléchantes et surtout de faire le buzz. Et en ce moment, le meilleur moyen d’y arriver c’était de parler de la Clavis Aurea.

La brune avait parfaitement joué son rôle. Maintenant c’était à lui. Avec tendresse, il posa sa main sur l’épaule de la jeune femme. « Arrête, on est là, tu ne peux pas reculer… » Sa voix souvent chatoyante était devenue beaucoup plus grave, voir quelques peu inquiète. « Justement, si on sait qu’on est ici, on n’aura pas de seconde chance. » Ils avaient pour le moment réussi à assez interpeler l’homme qui leur faisait face, pour que celui-ci ne décroche pas son regard d’eux. « C’est pas que toi et moi, on peut pas les laisser faire. » Et pour rajouter une couche, il posa son regard sur le vendre de Tatiana avant d’y poser délicatement sa main. « Ils ne peuvent pas nous séparer. » Et ouais ça ne se faisait pas. « Ce n’est pas grave, il va bientôt arriver, allez-y. C’est au 5ème étage. Je vais prévenir sa secrétaire, elle vous accueillera» L’homme leur tendit deux badges et le brun le remercia. « Merci. » Toujours en mode petit amoureux inquiet, il attrapa la main de Tatia et la tira derrière lui. « Allez viens, on y va. » Et c’est ainsi que le Duo passa la première étape… Une fois de plus, ils avaient réussi un joli tour de passe passe.


© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: Joshua a dit "Matteo c'est le plus beau" - Tatia Ven 21 Juil - 13:16 ()
« Oh, parfaitement naturel mon chou à la crème. Suffit de regarder les vaches dans leurs champs, elles portent le même insigne à peu de choses près. » souffla-t-elle d’une voix moqueuse, alors que le regard qu’elle posait sur l’ange était des plus doux, à l’image de la femme éperdument amoureuse de son autre moitié. Si leur couverture les poussait désormais à se montrer bien plus proches et plus doux l’un envers l’autre, leur relation passée ne cessait de refaire surface à chaque fois qu’ils se retrouvaient seuls, à l’abri des regards indiscrets – ou, dans le cas contraire, la belle brune se contentait de penser fortement ses remarques acerbes, certaine que l’ange les entendrait. Un moyen de communication à sens unique, qui pourtant commençait à se réveler des plus utiles. « Y a qu’à espérer qu’on prenne meilleure fin. »

Et ce dernier point en tout cas était loin d’être sûr. Après tout, les humains n’étaient-ils pas de simples sacs à viande aux yeux des démons ? Quant aux anges qui se prétendaient être des sauveurs, ils se servaient d’eux comme de la chair à canon… comme quoi, dans cette guerre surnaturelle, il n’y avait finalement pas de bon côté à choisir pour les humains. Nombreux d’entre eux allaient mourir avant que cette histoire d’Apocalypse ne prenait fin – d’une manière ou d’une autre. En attendant, ils tentaient encore de se convaincre que leur vie avait un sens, un but, alors qu’en réalité, ils n’étaient que des vaches gambadant joyeusement dans leur pré sans se douter un seul instant qu’il ne s’agissait au final là que d’une salle d’attente pour l’abattoir… Sans doute était-ce là une vision bien pessimiste du monde, mais en vue des événements des dernières années, comment pouvait-on le voir autrement ? Le temps accordé à ce monde était compté, sur ce point, il n’y avait pas de doutes possibles.

« Ouais… pourquoi je sens qu’on a pas la même notion de ‘bientôt’. » soupira-t-elle.

Des missions, elle en avait eu bon nombre, certaines bien plus longues et compliquées que d’autres et jamais n’avait-elle rebroussé chemin, et ce n’était certainement pas aujourd’hui qu’elle allait le faire – mais cela ne l’empêchait pas de râler devant cette marque infâme si visiblement sur son teint de porcelaine. Les ralleries, voilà tout simplement la manière que Matteo et elle avaient pour communiquer – ça, ainsi que leurs prises de bec habituelles, comme ne le montrait que trop bien leur actuelle discussion. Incapables d’aligner deux phrases sans que l’autre ne trouve mot à redire, ils formaient pour autant un duo soudé et efficace lorsqu’il s’agissait d’emplir leur missions comme ils ont pu le prouver dans le passé à plus d’une reprise. Et ce point commun les avait finalement amené à se rapprocher dangereusement lors de leur dernière missions, frôlant cette fine limite entre jeu et interdit… et s’il ne s’était peut-être agi là que d’une autre taquinerie, plus physique, des traces de celle-ci n’avaient pas moins persistées dans le temps, s’enflammant peu à peu à chacun de leurs contacts pourtant si anondins.

« Et comme tu es un ange, tu baves juste devant mes seins, hein ? »

Voilà un – pas si – doux rappel de cette fameuse soirée du Nouvel An dont au moins une image resterait à jamais gravée dans l’esprit de l’ange, et cette dernière n’hésitait jamais à remettre ce sujet sur la table par simple plaisir de voir le gêne envahir peu à peu les traits de Matteo. Et aujourd’hui encore, cela ne ratait pas son effet.

« Mais voyons chéri, ne rougit pas, c’est naturel voyons. » ajouta-t-elle, alors qu’avec légèreté, sa main se promenait sur le corps de l’ange, le mettant encore d’avantage dans l’embarras. Qui sait, peut-être la prochaine fois réfléchirait-il deux fois avant de la traiter de petite, car si elle n’était peut-être pas si longue, elle n’était pas moins douée pour distribuer des coups – qu’ils soient physiques ou verbaux – et commençait à assez bien le connaitre pour savoir où viser. Et même l’entrée de la fameuse chaîne de télévision, leurs chamailleries continuèrent : devant la remarque de l’ange, elle fit mine de réfléchir, ne répondant qu’après avoir étiré le silence aussi longtemps qu’elle le puisse sans risquer que Matteo dans sa bavardise habituelle n’enchaîne avec un autre sujet de discussion.

« Je t’ai déjà dit en vain de te taire ? » finit-elle par répondre, un air innocent dessiné sur son visage de poupée.

Se taire, voila bien une chose qu’elle lui avait demandé à bien des reprises – toujours en vain, l’ange aimant bien trop le son de sa voix pour priver son entourage de ce délice… Enfin, sur ce coup, il fallait bien avouer que ces derniers temps, la limite entre amusement et agacement face à ce travers était devenu quelque peu floue aux yeux de la jeune femme, surtout qu’elle commençait de plus en plus souvent à entrer dans les délires du grand brun – du moins, à sa manière, et celle-ci passait comme bien souvent par le sarcasme.

« Le charme et l’intelligence, tu veux dire. » répliqua-t-elle, haussant légèrement les sourcils comme pour lui indiquer que, sur ce coup, il valait mieux qu’il ne réplique pas.

Après tout, dans cette mission, c’était bien elle qui avait du prendre en charge les taches les plus délicates, telles que définir un plan d’attaque – et de le mener à exécution, bien que sur ce coup, elle aurait de toute évidence besoin de la coopération de l’homme qui se tenait à ses côtés. Si elle aurait été seule, alors sans doute aurait-elle pu se fier à son charme ‘légendaire’ comme le qualifiait si ironiquement Matteo – mais une virée solo aurait certainement attirée bien trop d’attention. Alors, ils s’étaient une fois de plus immergés dans ce couple qui leur servait de couverture, décidant que s’y rendre tous deux – même si au final, cela compliquait bien la tâche. Mais avec un peu de culot et un bon jeu d’acteur, cela serait tout de même possible. Et sur ce coup, il fallait avouer que Matteo jouait le rôle qu’elle lui avait accordé bien mieux qu’elle ne l’aurait pensé – peut-être en ajoutait-il même un peu trop, avec ce geste empli de tendresse, si propre aux futurs parents. Enceinte. Elle. La bonne blague – surtout lorsqu’on savait que le soit disant futur père était un de ces êtres à la chasteté étincelante. Du moins lorsqu’il ne rêvait pas de seins. Et pourtant, au lieu de montrer étonnement face à ce petit écart au script, elle se contentait de poser délicatement sa main sur celle de Matteo.

« Mais… » commença-t-elle à répliquer, continuant le rôle de la mère en devenir des plus inquiètes pour sa vie et celle de l’enfant à naître. Mais avant même qu’elle n’ait pu décider ce qui viendrait après cette réplique qui si souvent franchissait ses lèvres, l’homme à l’accueil décida d’intervenir avant de perdre ce qui devait sembler pour lui être l’interview du mois. Sans la moindre hésitation, il leur libéra le passage, se contentant de leur indiquer le chemin à suivre… et autant dire que Matteo ne se priva pas d’assurer que sa « petite amie » enceinte et si hésitante emboitait son pas… Heureusement d’ailleurs que seul l’ange était en mesure de ressentir l’amusement que ressentait la jeune templière à ce moment précis. « Enceinte ? Vraiment ? Et ça serait arrivé comment ? » se moquait-elle de lui dans son esprit, là où seul lui était en mesure d’entendre ses paroles. « Puis ai-je l’air d’une femme voulant des enfants à tes yeux ? » D’un, ils étaient en train de vivre une putain d’Apocalypse, alors c’était certainement pas le moment pour de tels encombrements, et de deux, elle n’allait certainement pas se ruiner la silhouette pour un bambin qui passait son temps à pleurer… « Je dirais qu’on a une vingtaine de minutes. Si on a de la chance. » ajouta-t-elle sur un ton plus sérieux. Après ça, on commencerait à se demander où ils étaient passés, et sans doute les gardes ne tarderaient pas à fouiller le bâtiment à leur recherche. Alors, ils avaient moins d’une vingtaine de minutes pour trouver la salle d’enregistrement, faire leur tour de passe-passe comme Matteo l’appelait, et sortir d’ici. « A toi de jouer. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: Joshua a dit "Matteo c'est le plus beau" - Tatia Sam 22 Juil - 19:48 ()
Joshua a dit "Matteo c'est le plus beau"
Matteo ✧ Tatiana
« T’as un truc contre les vaches ? » C’était quoi cette manière d’insulter les pauvres Milka. « Sans elles, il n’y aurait pas de bonnes brioches, tu sais celle que tu aimes tant ! » Heureusement qu’il était là pour lui expliquer la vie et comment on faisait les bébés, parce qu’elle manquait clairement de culture général. « Sans vaches, pas de lait, pas de beurre, pas de chocolat au lait, pas de chantilly… et pas de brioches, ni d’éclairs au chocolat. » Tatiana était-elle prête à faire un tel sacrifice. « Tu vois, ce n’est pas si mal le naturel ! » Un sourire amuse se dessine sur son visage et l’archange finit par éclater de rire. « Une fois dans ma vie, je veux te voir dans un champ avec des bottes, que j’amène cette vision avec moi. » Oui parce que Tatiana qui courrait après des vaches, c’était un peu comme assister à la signature d’un armistice, un moment qui n’arrivait qu’une fois dans une vie, si vous êtes chanceux, voire très chanceux. Elle n’avait jamais dû foutre les pieds à la campagne, en tout cas pas avec ses talons aiguilles. « Il pourrait faire une émission, je suis sûr que ça serait un succès. Tatia-na à la ferme, tu sais un peu comme pour les Martines ! » Grâce à lui, la Russe venait peut-être de trouver son avenir, devenir l’héroïne d’une émission télé pourrie dont le but est de renoue avec ses racines fermières. Finalement leur petite discussion prit un tournant un peu plus dramatique avec l’évocation de Napoléon et de sa mort. « Oui, d’ailleurs, en parlant de ça, fais attention, je ne vais pas toujours sauver tes jolies fesses… » Quoique, il les aimait bien, ça serait dommage de les voir disparaître. Un peu plus sérieux, il reprit la parole. « J’en doute pas. » Il espérait en tout cas, de toutes ses forces. « Si tu pensais vraiment que le temps était compté, tu ne serais pas là. » Il plongea son regard dans celui de la brune. Il existait entre eux, une connexion qui pouvait parfois être intense, comme à ce moment précis quand leurs deux âmes rentrées en connexion pour quelques secondes. « Tu as encore envie de te battre, parce qu’il y a une toute petite partie de toi qui sait que ça en vaut le coup. » Bon d’accord, c’était une toute petite partie, mais c’était déjà un vrai miracle. « Et pourquoi je n’aurais pas le droit d’adorer tes seins ? » Oui ? Ils en avaient jamais vraiment parler ? Il ne faisait rien de mal, il était un ange bien éduqué, il regardait mais il touchait pas. « Tu crois quoi ? Que depuis qu’on est ici, on a tous fait vœux d’abstinence ? » Nan sérieux ? Elle le pensait. "C’est pas le cas pour tout le monde… " Et plus ils restaient ici, plus ça diminuait. Enfin, ils n’étaient pas là pour parler de la sexualité des anges.

Se taire ? Il s’approcha délicatement d’elle, laissa glisser son ses lèvres contre sa joue pour remonter jusqu’à son oreille. « Tout le temps…mais je parle toujours et je suis toujours là. » Et un peu plus présent au fur et à mesure des jours, ce qui ne correspondait pas du tout à ses habitudes. Avec Tatiana de toute façon, tout était une découverte, et pour quelqu’un vieux de plusieurs millénaires, ça avait un gout de nouveauté qui éveillait les sens, même ceux les plus enfouis. « Tu veux que je te laisse faire mumuse avec les codes ? » Oui, bon d’accord, il aurait pu se taire, mais fallait pas trop lui en demander. Non ça c’était lui, enfin Matteo, mais l’archange avait appris et avait poussé l’instruction plus loin. Ce monde étant de plus en plus basé sur l’informatique.

Il faillit à éclater de rire en écoutant les réactions de la jeune femme. Oui, elle n’avait pas dû s’attendre à ce que l’archange la fasse passer pour une future maman. C’était tellement à l’opposé de sa personnalité, qu’il dut prendre sur lui pour ne pas éclater de rire. Au moins, cela semblait l’amuser tout autant que lui. Personne autour d’eux, mais des caméras et ça par contre ce n’était pas le top. « II était père de famille, c’était facile. » Il avait juste tapé au bon endroit. L’instinct paternel, l’amour pour sa femme, l’envie de sauver une vie, voire trois, il avait mordu à l’hameçon, pas parce qu’il était stupide, mais parce qu’il aimait sa famille tout simplement et qu’il ne pouvait pas supporter l’idée d’une famille en danger. Sans oublier que cela pouvait aussi lui permettre d’avoir une augmentation, ce qui risquait d’être compliqué… vu que l’interview n’aurait jamais lieu. « Avec plaisir. » Il laissa son esprit vadrouiller, il détecta une jeune femme dans une pièce annexe. Umaniel chercha dans les bribes de ses souvenirs, de ses habitudes, jusqu’à obtenir l’information tant désiré : La localisation du studio … « Au fond du couloir, la porte de gauche… et quelqu’un arrive. » lui murmura t’il. L’archange tira déli-catement la jeune femme contre lui et resserra son étreinte. Une jeune femme s’approcha d’eux, tout sourire. « Bonjour, je suis la secrétaire de monsieur Lorent, il m’a demandé de m’occuper de vous, suivez-moi. » Oups… « Est-ce que vous pourrez nous dire ou sont les toilettes, ma femme est enceinte et elle ne se sent pas très bien. » Rha les nausées matinales… la galère. La femme les observa quelques secondes avant de leur indiquer la route à suivre. Par chance les toilettes se trouvaient en face de la salle d’enregistrement. « Va dans la salle d’enregistrement, comme si c’était les toilettes… » Et pour cause, Umaniel avait capté la présence d’un employé à l’intérieur même de la pièce, il devait le faire sortir…


© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: Joshua a dit "Matteo c'est le plus beau" - Tatia Dim 30 Juil - 11:09 ()
« Si tu aimes tant les vaches, tu devrais t’en acheter une. Toi, elle, seuls dans un champs… je suis sûre qu’elle et toi pourrez passer pleins de moments agréables ensemble. »

Comme toujours, l’humour de la templière, principalement basé sur le sarcasme, ne tarda pas à faire son apparition lorsqu’elle se trouvait en compagnie de Matteo. Mais avec ce dernier qui parlait tant, et ce souvent sans véritablement réfléchir auparavant, comment pourrait-elle s’abstenir de telles remarques ? Parce que franchement, un tel délire sur les vaches, qui était en mesure de l’écouter sans y répondre sur le ton de la moquerie ? Surtout que c’était de Matteo qu’on parlait, et que tant que personne ne l’interrompait, ce dernier était bien capable de continuer encore et encore sur le même sujet, alors sans doute était-ce mieux que de le priver de toute envie de continuer de parler de ce sujet – et pour cela, quoi de mieux que quelques allusions malsaines mettant mal à l’aise chaque ange à la pureté étincelante ? Car au final, peut-être que Matteo se plaisait-il à prétendre le contraire, mais au final, il n’y a finalement que peu de doutes possibles à ce sujet. Certes, il semblait plutôt à l’aise dans ces petits moments de tendresse feintes pour l’attention de leur publique, mais cela n’est là qu’un stratagème pour vendre cette histoire qu’ils ont inventés pour intégrer la secte. Quant au regard trainant un peu trop sur son décolleté, c’était une autre histoire. Mais là encore, il ressemblait bien plus à un adolescent pris sur le fait plutôt qu’à un homme ayant l’habitude de telles visions. Sauf qu’avant qu’elle ne puisse répondre à cela, il fallait déjà qu’ils remettent les pendules à l’heure sur un point bien précis :

« Tu ‘as sauvé ? Si je me souviens bien, c’était Sariel, hein. » Approchant son visage de celui du beau brun jusqu’à laisser sa respiration caresser la peau de ce dernier, elle plongeait son regard dans celui de l’ange. « En ce qui me concerne on est quittes. » ajouta-t-elle d’un souffle chaud. « Dommage pour toi qu’on a du travail, sinon tu pourrais admirer ces fesses que tu aimes tant. »

Les yeux pétillants de malices, elle s’éloigna de lui, remettant une distance entre eux, alors qu’un tapotement amical sur le torse de Matteo semblait encourager les efforts de ce dernier, tout en soulignant qu’il avait encore bien des choses à apprendre dans ce jeu de séduction qui aujourd’hui existait entre eux. Par chance, il apprendrait de la meilleure. Sauf que dans ce jeu qu’elle a pu jouer tant de fois, quelque chose a changé depuis leur rencontre. Doucement, ses propres fils s’enroulaient autour de la marionnettiste, faisant de cette proximité bien plus qu’une simple illusion destinée à mieux vendre ce mensonge qui leur a valu l’admission au sein de la Clavis Aurea – mais voilà bien une réalité devant laquelle il était si facile que de se voiler la face. De prétendre que rien de tout cela n’était vrai, que ce n’était que part de ce rôle qu’elle jouait depuis quelque temps déjà. Après tout, si elle savait faire une chose, c’était justement de jouer sur les illusions, comme cette dernière année au sein des templiers l’avait bien montrée : durant tout ce temps, personne ne s’était aperçu que toute cette dévotion dont elle faisait preuve n’était plus qu’illusion. Un simple mensonge, dissimulé sous une si jolie enveloppe que tout le monde ne semblait que trop friand d’y croire. Et désormais, elle semblait s’être dépassée, commençant elle-même à croire en ce qui – à la base – n’était qu’un jeu d’acteur. Mais comme toujours, il était bien plus simple de refouler ces sentiments contradictoires au fond de son être, se réfugiant derrière des chamaileries insignifiantes.

« Pour tout le monde ? Peut-être pas. Pour toi ? Certainement. »

A vrai dire, c’était bien là un sujet qui, finalement, était tout sauf intéressant. Après tout, pourquoi elle qui méprisait tant les célestes s’intéresserait-elle à leur salut ? Qu’ils perdent la grâce en suivant leurs désirs, cela ne faisait qu’affaiblir l’armée céleste – un fait qui finalement promettait d’être des plus amusants. Enfin, à moitié, car comme elle venait de le faire remarquer, l’ange qui se trouvait à ses côtés faisait parti du camp des perdants. De ces anges si fiers d’être, qui croyaient toujours être en mesure de porter salut à l’humanité entière. Un fait qui n’aurait pas du ennuyer plus que ça la templière, mais au cours de ces derniers mois rythmés par les missions communes, elle avait fini par porter un certain attachement à cet être pourtant tant énervant qui se trouvait aujourd’hui une fois de plus à ses côtés – au point même d’avoir risqué sa couverture uniquement pour lui venir en aide, un fait que l’emplumé ne semblait que trop prêt à oublier. Peut-être le devrait-elle lui rappeler – mais pour l’instant, une mission les attendait, si bien qu’il était temps de mettre fin à ces chamailleries presque enfantines qui rythmaient habituellement leurs conversations pour endosser les rôles qu’elle leur avait désignés. Et par mégarde, elle avait oublié d’en parler à l’ange au préalable, pensant que ce dernier se contenterait de suivre son exemple – mais évidemment, c’était trop demandé à l’ange avec son imagination débordante. « Il allait mordre à l’hameçon même sans que tu rajoutes des couches. » Dans tous les sens du terme, après tout, en vue des rôles que l’ange leur avait attribué, les couches seraient bientôt la seule chose à laquelle ils penseraient. Comme si quelqu’un pourrait réellement vouloir d’une telle vie ! Mais le temps filant mit fin à cette petite discussion sous la forme d’une jeune femme ne tardant pas à les accueillir à peine avaient-ils quittés l’ascenseur. Un obstacle de plus du quel il s’agissait de se débarasser – et sur ce coup, Matteo semblait visiblement craindre la manière dont la jolie russe pourrait bien y parvenir, car sans la moindre hésitation, il avait déjà pris les choses en main, se servant une fois de plus de cette histoire joliment concoctée pour leur acheter quelques minutes. « Je te le ferais payer, tu le sais. » Décidemment, l’ange prenait un malin plaisir à se jouer d’elle, ou pourquoi sortait-il pour la – au ressenti du moins – millième fois cette ridicule excuse de femme enceinte ? Mais maintenant que les mots étaient prononcés à haute voix, la belle brune n’avait d’autre choix que de s’y plier, s’appuyant un peu plus sur le bras de son ‘cher et tendre’ comme pour approuver son mensonge. « Tu me seras redevable. » Certes, il s’agissait là d’une mission commune, mais pour l’instant, elle avait surtout l’impression de l’ange se jouait d’elle – et autant dire qu’une fois sortis d’ici il risquait bien d’en entendre parler. Roulant ostentatoirement les yeux avec Matteo pour seul témoin, la belle brune s’empressa d’ouvrir la porte de la salle d’enregistrement avec un empressement que seul un urgent besoin pouvait justifier… uniquement pour s’arrêter dans son élan sous le regard médusé de la femme y travaillant. « Désolée… je croyais… toilettes. » Pressant une main contre ses lèvres, la belle russe murmura quelques mots à peines compréhensibles, luttant de toute évidence contre ces nausées imaginaires – un stratagème qui ne semblait que trop bien fonctionner, car comme chacun, la simple mentions même illusoire de vomissements suffisait pour mettre mal à l’aise l’entourage. « C’est juste à côté… » Mais en vue du regard perdu que lui lançait la templière, l’employée finit par se lever, sans doute désireuse d’éviter un ‘accident’ dans cette pièce où elle allait devoir passer encore bon nombre d’heures. « Je vais vous y conduire. » Un simple haussement de tête fut toute la réponse qu’elle reçut, la nausée imaginaire de la jolie brune l’empêchant de parler – du moins à haute voix, car sa voix intérieure refusait bien de se taire. « A toi de jouer – ça a intérêt de marcher ! » ajouta-t-elle à l’intention de Matteo, alors qu’elle laissa l’employé doucement la pousser en direction des toilettes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: Joshua a dit "Matteo c'est le plus beau" - Tatia Lun 31 Juil - 19:47 ()
Joshua a dit "Matteo c'est le plus beau"
Matteo ✧ Tatiana
« Y a pas de champs à Paris, ça m’obligerait à aller vivre à la campagne, tu t’en remettrais pas. » Qui passerait sa journée à l’emmerder ? Bon, bien sûr, elle ne l’avouerait jamais, il ne fallait pas trop lui en demander, mais à défaut de vraiment avoir d’importance dans sa vie, il était presque certain que d’une manière ou d’une autre il lui manquerait. Umaniel n’avait pas vraiment le temps de tester sa théorie. Il était en guerre, et partir se promener à la campagne ne faisait pas partie de ses projets, encore moins vivre une vie paisible entourée de vaches et des êtres qui comptaient pour lui, ce n’était pas son rôle, il en avait un autre, bien différent. Les anges n’existaient pas pour eux même, ils existaient pour une cause qui dépassait leur existence et l’archange avait vécu assez longtemps pour le savoir. Oh qu’elle l’énervait, il reprit son sérieux pour quelques brèves secondes, quittant l’homme amoureux pour redevenir l’archange. « Si je t’avais laissé aux mains des humains, tu serais morte. » Sa voix démontrait bien peu d’émotion, celle-ci était cachée, enfouie sous sa capacité acquise au fil du temps à contrôler ce qu’il voulait ou non faire paraître. Qu’elle le veuille ou non, si elle était en vie, c’était grâce à lui. Il ne reniait pas l’importance de son amie de toujours, mais s’il ne lui avait pas demandé cette faveur, la Russe ne serait plus là pour lui balancer une énième fois de plus son sarcasme à la figure. « On est pas quitte, on le sera jamais… » Oui que les choses soient claires…Il savait à quoi elle faisait référence, mais jusqu’à preuve du contraire, il avait été blessé, mais pas les quatre pieds dans la tombe. Il l’avait déjà remercié, lui au moins avait eu assez le courage pour ravaler sa fierté et dire – Merci - . Cette fois-ci, il ne rentra pas dans son jeu, reprenant pour un temps la froide caractéristique de ceux de son espèce, peut-être parce que finalement, il ne jouait pas vraiment et que faire semblant lui brûler trop d’énergie. Parfois, il avait juste besoin de retrouver celui qu’il était, sans chercher à prétendre être quelqu’un d’autre.

« Et ? Ou cette conversation nous mène t’elle ? Si j’étais un homme, peut-être pourrais-je en avoir honte, mais ce n’est pas le cas, je n’en ressens pas le besoin. » La sexualité, il y avait gouté non pas par envie, mais par curiosité. Cela avait été intéressant, mais sans plus. Les femmes ne l’attiraient pas plus que ça, les hommes n’ont plus, mais cela était sûrement difficile à concevoir pour un être humain. Leurs relations sociables, de couples, se basaient sur ça. Umaniel n’était pas le plus expérimenté en la matière, ce qui n’était pas un mal, bien au contraire. Il n’était pas là pour s’envoyer en l’air avec des humaines. Certains de ses frères et sœurs s’y adonnaient plus que d’autres, mais la plupart respectait les règles qu’on leur avait imposé, comme ne pas se liait intimement avec des êtres humains. Et c’était bien ça le problème, car à ses côtés, il sentait qu’il pouvait perdre pieds, il éprouvait des sentiments forts à son guerre , aussi forts qu’ils étaient interdits. Mais Umaniel avait de la chance, Tatiana savait se montrer détestable et désagréable, de quoi le garder éloigner sans qu’il n'ait vraiment besoin de lutter. Il restait cependant très à l’aise dans son rôle, mais respirait sûrement plus facilement une fois la clavis aurea mise hors d’état de nuire.

« Franchement, t’as quoi contre ça ? » Il parle assez doucement pour que personne ne l’entende, mais elle commence un peu à lui taper sur le système. Le mec prévoyait d’appeler le journaliste qui traitait de la clavis aurea. Donc soit ils trouvaient une solution, soit on les fouettait à la porte. « Quand tu liras dans les pensées, fais-moi signe. » Parce que pour le moment, c’était un peu le seul entre lui et elle capable d’orienter une discussion dans la bonne direction, sans que cela ne se remarque. Bon, il avouait avec facilité que cela ne devait pas être facile à comprendre pour ce ne possédant pas cette capacité. Surtout que chez Umaniel, elle était assez innée et qu’il réagissait rapidement, bien souvent sur l’instinct, poussé par des années d’expérience. « A ce que je sache t’es pas enceinte, et tu le seras pas en sortant d’ici, tu devrais vite t’en remettre. » Umaniel n’y pouvait rien, si les humains éprouvaient de la tendresse pour les femmes enceintes, en tout cas la plupart d’entre eux. Tatiana on pouvait clairement la mettre de côté, elle ne risquait pas de laisser une future maman prendre sa place dans le bus. Peut-être plus qu’elle lui dirait d’aller se faire voir, tout en lui disant que c’était son choix, et qu’elle n’avait qu’à l’assumer, qu’elle ne vienne pas faire chier le reste de la planète qui elle n’avait rien demandé. C’était exactement le comportement qu’elle pourrait avoir. Mais Heureusement, personne ici n’attendait d’enfants. « Ne t’inquiète pas, m’étonnerait que ça t’arrive vraiment un jour. Aucun mec saint d’esprit ne laissera ça arriver. » Et ça, c’était si elle avait la chance de survivre à cette guerre, ce qui n’était pas gagné non plus. « J’ai hâte de voir ce que tu vas me trouver. » Qu’allait-il bien pouvoir faire pour que la jeune femme lui pardonne cet affront, à vrai dire, il était curieux de le découvrir, mais pour le moment, ils avaient autre chose à faire. Il laissa la templière joué son rôle et une fois l’employée sortit, il laissa son don s’insinuer dans son esprit, jusqu’à ce qu’elle soit persuadée d’avoir oublié son téléphone dans sa voiture. Cela lui donnerait assez de temps. Sans se faire remarquer l’archange s’engouffra dans le studio vide. Il lui fallut quelque temps avant de comprendre son fonctionnement, mais il finit par trouver la bonne bande. Il inséra sa clé usb et laissa ses doigts glissés sur l’écran. Cinq bonnes minutes plus tard, il retira la clé après avoir inséré la partie sur Joshua dans le journal du soirée. Voilà qui était fait… Il sortit rapidement de la pièce, Tatiana l’attendait dans le couloir. « Méfait accompli. » Maintenant, ils n’avaient plus qu’à sortir et une fois plus le fait que Tatiana soit enceinte était un avantage. Si quelqu’un leur demandait pourquoi ils ne revenaient pas dans la salle où on leur avait demandé d’attendre le journaliste, elle pouvait toujours se plaindre de douleurs au ventre et le tour serait joué. « Alors ma chérie, ça va mieux, ? » Il pinça ses lèvres pour ne pas rire, mais ne s’arrêta pas de parler pour autant. « Il a tout pris de toi, faut que le monde tourne autour de lui. » Exactement, comme pour elle, en fait, et en plus de ça, c’était un bébé qui obligeait sa mère à faire des allers-retours aux toilettes. Cet enfant fictif n’avait pas de chance, il n’avait rien pris de son père !
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: Joshua a dit "Matteo c'est le plus beau" - Tatia ()
Revenir en haut Aller en bas
 
Joshua a dit "Matteo c'est le plus beau" - Tatia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jeffrey Joshua Marshall est arrivé. Décollage immédiat !
» Glace à la citrouille et au chocolat [PV Joshua]
» LORENZO DI MATTEO #(213) 116 - 1009
» AUTOPORTRAIT/ SIR JOSHUA REYNOLDS
» Joshua Jackson - Assistant personnel et super qui s'ignore
Static palms
melt your vibe
always on the hunt

a game of shadows :: Paris :: Sud-Ouest :: quinzième arrondissement :: Studios de télévision :: Believe