boom bitch
Après un week end de liane foly, le forum ouvre ses portes !
Pour tout savoir sur les news de cette version, c'est par .
are you ready for it ?
Un cavalier de l'apocalypse, une pénurie inédite, un trésor chelou de ouf et surtout la fashion week...
Venez découvrir l'intrigue et ses quêtes ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 While the world sleeps, destiny plans the next move to take | maddox
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t446-jeanne-death-is-at-your
Anges
homecoming : 01/11/2016
Messages : 579
Louis d'or : 517
pretty face : luca hollestelle
julius caesar : (c) blake
legends never die : Archange de la mort, tu gères le destin de ces âmes perdues, de ces humains présents sur terre, de leur naissance à leur mort
the mighty bush : Précognition Elle voit des futurs, des dizaines de futurs pour chaque personne mais toujours la même chose, sa mort. Des futurs en mouvement en fonction des actions des démons et des autres anges, des futurs plus ou moins heureux, plus ou moins long avant qu'elle n'arrive. Mais au final, il y en aura toujours un élément qui se réalisera, celui où elle prendra la vie de la personne.
Contrôle du sang La voilà à l'action. Le flux sanguin diminue, d'ici quelques instants, il n'y aura plus assez de débit pour que le coeur continue de battre. Alors il s'endormira à tout jamais, la mort l'aura frappé. Une mort douce, sans souffrance, car la souffrance, ce n'est jamais elle qui l'amène.
Allegeance : On ne pourrait faire guère plus loyal qu'Azrael. Elle a dévoué sa vie à Dieu et elle le fait toujours sous le commandement de Gabriel. Elle fera tout pour le bien de son camp, ce camp qu'elle n'a jamais hésité à tromper. Alors elle suit les ordres même si elle garde sa propre opinion sur les événements. Mais pour l'instant, les méthodes de son leader lui conviennent.
these streets : Azrael ne sait rien sur le grand départ. Pourtant, c'est elle qui a pris une partie de ces vies. C'est pourquoi elle reste persuadée que tout cela ne vient pas de leur coté. C'est forcément les démons qui sont à la tête de cette conspiration. Toutes ces âmes n'auraient pas dû être retirées aussi tôt.
En revanche, elle sait que les anges et les démons sont de retour

Sujet: While the world sleeps, destiny plans the next move to take | maddox Mar 25 Juil - 23:34 ()
While the world sleeps, destiny plans the next move to take
p'tite citation qui claque
Le destin. Certains pouvaient penser que tout était dû au hasard, mais ils étaient deux anges qui savaient que ce n’étaient pas vrai. Deux anges qui régulaient la vie des humains et du monde depuis des millénaires. Ils étaient là lors des périodes de guerre, faisant basculer des batailles pour des objectifs connus d’eux seuls, ils étaient là lorsque du jour au lendemain des pays se révoltaient face à leurs rois suite à des famines, ils étaient là pour aider certains à sauver des vies rappelant à tous que le don du sang existait, ils étaient là, à Paris, au milieu d’une rue déserte. Deux ombres au milieu de la lumière. Ceux qui n’hésitaient pas à prendre des vies pour le bien du monde. Ceux qui n’hésitaient pas à tout détruire, à user de violence pour atteindre les objectifs fixés. Deux archanges considérés comme sans cœur, ayant perdu leur trace d’humanité à l’égard des humains des siècles plus tôt.

La rousse tourne son regard vers celui qui a l’âge d’être son père. Vision d’un humain qui ignore tout. Parce que c’est vers l’archange du destin que la mort vient de se tourner. Lui, allié le jour et ennemi la nuit. Le roi et la reine d’un jeu d’échec géant existant depuis des millénaires. Destin et mort, unis pour les gros coups, mais se surveillant en permanence. Parce qu’ils ne se sont jamais fait pleinement confiance. Parce que leurs pouvoirs leur permettent de savoir lorsque l’autre dépasse la ligne, lorsqu’il la franchit. Comme ce 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. Des milliers de vie sacrifiées et pourquoi ? Dans quel objectif ? Un objectif qui ne leur avait jamais été donné. Elle était là quelques minutes plus tard alors qu’elle avait lancé ses troupes à l’assaut des morts, espérant récupérer plus de vies que les démons également présents sur les lieux. Elle était là, lui rappelant que tous ces vies n’étaient pas censées être prises ainsi. Parce qu’elle l’avait vu. Jamais il n’y avait eu la possibilité de mort dans la destruction d’un building. Non, l’avion n’aurait pas dû se rendre jusque-là. Alors elle était là, pour le lui rappeler. Lui rappeler que le monde n’était pas un jouet dont il pouvait faire ce qu’il désirait. Qu’il y avait des règles préétablies et qu’elle les connaissait en partie. Seuls les démons pouvaient changer une partie du destin, et leur rôle était de les en empêcher, chose qu’il n’avait pas fait ce jour-là.

Dans ce Paris détruit, ils étaient les complices d’un crime qu’aucun des deux n’auraient imaginé. Alors, alliés, ils se rapprochaient pour mieux s’observer. Vérifiant que l’autre ne ferait pas pire que ce qu’il avait déjà pu faire. Absolem et Azrael, cachant chacun d’eux qu’ils tenaient le responsable du grand-départ. Attendant le moment où l’autre serait pris en faute. Ne pouvant se dénoncer de peur de voir le sort se retourner contre eux. Deux archanges au pouvoir bien trop puissant. Deux archanges peu enclins à la confiance mais sachant que l’autre reste un allié dans un monde auquel ils n’appartiennent pas. Un allié pour ne pas sombrer, ne pas révéler au monde ce qu’ils sont vraiment.

Pourquoi sont-ils ensembles, là, maintenant ? Elle ne le sait pas réellement. Elle n’en a aucune idée. Peut-être espère-t-elle réussir à inverser le destin, et qui de mieux pour l’accompagner dans cette tâche que lui ? Les cris retentissent au loin. Vision d’une situation de mort imminente qui change. Humain censé mourir des années plus tard normalement. Les morts n’étaient jamais gravées dans le marbre, mais certains éléments ne trompaient pas. S’ils ne l’empêchaient pas d’agir, l’humain mourrait. S’ils n’intervenaient pas à temps, l’âme leur appartiendrait. Elle ne bouge pas. Elle attend qu’il fasse le premier pas. Elle veut voir comment il va réagir face à ce qui est certainement l’un d’entre eux. Un des ceux qui l’ont aidé à provoquer le grand départ derrière son dos. Un de ceux qui ont réussi à la tromper jusqu’à la dernière minute alors que ses visions n’avaient pas encore changées. Ce jour-là, il avait réussi son coup de maitre en changeant le destin des humains et des créatures divines. Et elle ne comprenait pas comment il avait pu faire. D’ordinaire, ses visions changeaient toujours légèrement à l’avance lorsqu’un chantier aussi grand que cela était juste entrepris, pensé dans l’esprit de l’archange. Les visions changeaient bien plus tôt lorsque cela allait dans le sens voulu. Mais rien. Il l’avait trompée, il les avait trompés et elle était prête à le prouver, à rapporter la preuve de son action et de sa trahison à l’ensemble des anges. Archange du destin ou non, il allait payer son écart.

- a game of shadows, shall we play ?  -
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3596-maddox-du-poison-sur-tes-levr
Anges
homecoming : 12/07/2017
Messages : 72
Louis d'or : 110
pretty face : luke evans.
julius caesar : class whore.
legends never die : archange du destin, père des révolutions, prince des ères et des âges. De son souvenir, Absolem occupe ce poste depuis sa création et s’est toujours tué à sa tâche, jouant aux échecs avec les forces démoniaques pour tirer les humains vers les meilleures décisions pour leur avenir. Il est l’instigateur des royaumes, des empires et des démocraties, mais également de nombreuses batailles sanglantes et de lourds sacrifices. Il est connu pour son tempérament uni, implacable, et taxé de cruauté pour son manque d’empathie envers l’humanité qu’il s’efforce pourtant toujours d’emmener vers le meilleur. Il fait ce qu’il a à faire : il s’en donne tous les moyens
the mighty bush : résurrection d'âme. général des légions angéliques, il est de ceux qui proposent le choix aux humains en mort imminente, qui remplit les rangs de la Cité d'Argent. Il profite de l'instant pour choisir ses anges ; les siens, qu'il appelle les Gardiens. Il recueille les âmes des mortels en expérience de mort imminente et leur propose un choix : mourir, ou se réincarner en ange. C'est un nettoyeur d'âme, un recruteur.

nécromancie. les morts le hantent. Il ignore d'où provient ce pouvoir, il ne l'a jamais possédé, et ignore encore moins comment l'utiliser - les souvenirs des autres, il ne les possède que par pur accident. Peut-être est-ce une punition pour tout ceux qu'il a sacrifié au nom de ses desseins humanitaires, peut-être est-ce une justice, un bon vieux retour de karma. Dieu n'est pas là pour lui répondre.

Sujet: Re: While the world sleeps, destiny plans the next move to take | maddox Mer 9 Aoû - 15:32 ()

Sa crinière rousse disciplinée tranchait dans la pénombre du crépuscule. Sous ses mèches aile de corbeau, il lui rend son regard, avec la même impassibilité, la même interdiction peinte sur le visage. Un hurlement, une plainte, et puis aussi des pleurs, des prières qui le tourmentaient, des prières qui le hantent, des prières qui l’appelle ; il a mal à la tête, à force de les entendre geindre, le supplier, implorer sa clémence. Ce soir, il les a suivi, il ne sait pas trop pourquoi, peut-être pour les faire taire ? Ou peut-être pour s’assurer qu’elles finissent bien par se taire…

Et bien sûr, Mort était là, elle aussi.

Il tourne la tête en direction d’un hoquet de douleur, perdue quelque part derrière ces murs décrépis. Il distinguait encore les trous noirs créés par l’encadrement des portes et des fenêtres disparues, mais ce n’était plus qu’une question de minutes avant que l’obscurité n’engloutisse le quartier ; cela faisait bien longtemps que l’endroit n’était plus alimenté en électricité. Et son absence signifiait autant l’abandon de la ville que celle des sans-abris, qui n’étaient pas venus bidouiller quelque générateur antique pour se créer une lueur dans la nuit.

Abandonné des hommes, abandonné des anges, abandonné de Dieu.

La voix lui murmure ses ultimes espoirs, ceux qui puisent dans ses entrailles et dans son âme, ceux qui drainent les dernières forces qui lui restent, dévorées lentement par son agonie. Il sent la peur, la terreur, l’horreur ; il sent la détresse, le désespoir, l’incroyable déchirure qui le fissure, le casse, le brise. Absolem ferme les yeux, ses yeux d’homme, ses yeux d’humain qui ne voient rien de plus que le tangible ; ce genre de chose, ce genre de situation, il l’a déjà vécu, des dizaines, des centaines de fois, quand des corps humains étaient écrasés, déchirés, éventrés, lacérés, sous les coups de ses révolutions, de ses soulèvements, de ses armes brandies en son nom. Destin. Destin qui façonne, Destin qui crée, Destin qui détruit, Destin qui tue.

Mort qui hante, Mort qui rôde, Mort qui prend.

Elle a toujours été là. Elle a toujours été présente, dans ses moindres faits et gestes, elle a toujours été dans ses pattes, cherchant le point d’impact de son prochain plan à long terme pour une humanité en laquelle ni l’un, ni l’autre ne croyaient plus, juste motivés par leurs devoirs, la raison de leurs créations. Tour à tour amie et ennemie, complice et détracteur, fantasme et réalité. Il la regarde, et il se rappelle pourquoi il est encore là, pourquoi il n’a pas encore chuté, pourquoi le Conclave continuait de croire qu’il ne faisait que son travail, ou, au pire, qu’il avait juste échoué lors d’une bataille, qu’il fera mieux la prochaine fois, que ce sera lui qui sabotera les plans démoniaques. Le 11 septembre 2001, il avait merdé. Et elle le savait. Elle savait qu’il n’avait, ce jour-là, pas simplement failli à sa mission, qu’il n’avait pas simplement manqué d’anticiper le prochain coup sur l’échiquier démoniaque ; et il avait encaissé ça comme une gueule de bois, comme une gifle dans la figure, comme une condamnation à mort. « Et toi, tu peux me dire à quoi elle sert, l’humanité ? », lui avait-il demandé. Elle ne lui avait jamais répondu.

Ce soir, elle attendait. Elle attendait qu’il agisse, elle attendait de voir ce qu’il allait faire. Sa présence signifiait que quelque chose ne tournait pas rond, que cet homme, là-bas, dans les recoins isolés et sombres d’un immeuble étranglé par la végétation, ne devait pas mourir là, pas comme ça, ni maintenant. Et pourtant, elle ne bougeait pas ; elle ne bougeait pas, parce qu’elle attendait, elle attendait que lui, attiré par les plaintes, les prières et les suppliques, change son destin. Qu’il fasse son devoir. Qu’il accomplisse son miracle.

D’ordinaire, il venait sur les lieux, pour calmer les voix qui le tourmentaient, mais n’agissaient jamais. Il les entendait mourir, lentement, il les entendait pleurer et agoniser, et il demeurait immobile, il les entendait s’éteindre, lentement, avant d’aller quelque part oublier d’un shot ou d’un rail. Ce que l’angélique Absolem supportait d’ordinaire n’était plus vivable par Maddox l’humain. Etait-il temps que ça change ? N’était-ce pas un signe ? Ou la présence de Mort n’était-elle simplement pas la matérialisation d’un garde-fou qu’il avait trop négligé ces dernières années ? Ou simplement devait-il faire quelque chose pour ne pas nourrir davantage les soupçons de l’ange piégée dans un corps juvénile…

Maddox inspira profondément. « Ca ne doit pas se passer comme ça, pas vrai. » Ce n’était pas une question. Il incline la tête en direction de l’endroit supposé d’où lui provient les prières et les supplications d’un homme convaincu que son destin n’est pas de finir empaler dans un endroit perdu et oublié du reste du monde. « Rappelle-moi de lui demander ce qu’il fabriquait dans le coin, quand on aura fini. »

La végétation craque sous ses pieds. Il a les yeux rivés sur le bitume éclaté par les racines pour ne pas prendre le risque de trébucher sur une branche, et s’engouffre dans un immeuble délabré qui ne tient debout que par la volonté du Seigneur. Il fouille l’endroit du regard, pestant silencieusement contre la vue humaine limitée par l’obscurité. Il ne préfère pas se téléporter à l’endroit où on l’appelle, d’une part car il ne supporte pas la fatigue que cela engendre, mais également par précaution : si démon il y a, il tirerait plus davantage d’une attaque surprise que d’une arrivée fracassante à grands renforts de plumes. Alors, il fouille. Il lève le nez, regarde à droite, à gauche, avance prudemment en se gardant de heurter une pierre éboulée, pénètre dans d’autres pièces. Puis, enfin.

L’homme est déjà en sang. Une arcade sourcilière a été ouverte, sa lèvre fendue et ses mains sur ses côtes suggère quelques coups de pied savamment placés. Il respire mal. Il a un œil gonflé partiellement fermé. Au-dessus de lui se dresse un autre homme, plus imposant, doté d’une carrure de rugbyman, qui lorgne sur lui avec un sourire mauvais. Ses poings sont marbrés de coulées écarlates. C’est le regard de la victime qui trahit la présence des deux anges.
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t446-jeanne-death-is-at-your
Anges
homecoming : 01/11/2016
Messages : 579
Louis d'or : 517
pretty face : luca hollestelle
julius caesar : (c) blake
legends never die : Archange de la mort, tu gères le destin de ces âmes perdues, de ces humains présents sur terre, de leur naissance à leur mort
the mighty bush : Précognition Elle voit des futurs, des dizaines de futurs pour chaque personne mais toujours la même chose, sa mort. Des futurs en mouvement en fonction des actions des démons et des autres anges, des futurs plus ou moins heureux, plus ou moins long avant qu'elle n'arrive. Mais au final, il y en aura toujours un élément qui se réalisera, celui où elle prendra la vie de la personne.
Contrôle du sang La voilà à l'action. Le flux sanguin diminue, d'ici quelques instants, il n'y aura plus assez de débit pour que le coeur continue de battre. Alors il s'endormira à tout jamais, la mort l'aura frappé. Une mort douce, sans souffrance, car la souffrance, ce n'est jamais elle qui l'amène.
Allegeance : On ne pourrait faire guère plus loyal qu'Azrael. Elle a dévoué sa vie à Dieu et elle le fait toujours sous le commandement de Gabriel. Elle fera tout pour le bien de son camp, ce camp qu'elle n'a jamais hésité à tromper. Alors elle suit les ordres même si elle garde sa propre opinion sur les événements. Mais pour l'instant, les méthodes de son leader lui conviennent.
these streets : Azrael ne sait rien sur le grand départ. Pourtant, c'est elle qui a pris une partie de ces vies. C'est pourquoi elle reste persuadée que tout cela ne vient pas de leur coté. C'est forcément les démons qui sont à la tête de cette conspiration. Toutes ces âmes n'auraient pas dû être retirées aussi tôt.
En revanche, elle sait que les anges et les démons sont de retour

Sujet: Re: While the world sleeps, destiny plans the next move to take | maddox Mer 16 Aoû - 2:16 ()
While the world sleeps, destiny plans the next move to take
p'tite citation qui claque
Le destin et la mort sillonnent les rues pour une raison connue d’eux seuls. Et elle est là. Elle lui tient compagnie. Elle ne le lache pas depuis qu’elle doute. Parce qu’elle doute beaucoup de lui. Et elle a beaucoup de certitudes aussi. Mais pour l’instant, elle se contente d’observer. Elle observe et elle attend. Parce que le destin va changer et c’est à lui de le remettre à sa place. Les cris retentissent plus loin dans la ruelle. Sa vision vient de changer du fait d’un démon. Elle reste silencieuse aux cotés d’Absolem. D’ici quelques minutes, peut-être aura-t-elle une mission. Mais alors, c’est qu’il n’aura pas joué son rôle dans le grand jeu d’échec qui se joue dans cette ville, dans ce monde, et ce depuis des millénaires. Parce qu’il reste le gardien du destin tout comme elle en gère une infime partie, à la toute fin. Elle qui pourrait du jour au lendemain décider qu’une personne mérite de vivre et pas l’autre. Ce serait si simple. Tellement plus simple que de suivre ses visions. Tellement plus simple que de suivre les ordres et l’ordre pré-établi. Il a compris lui aussi. Et il a compris ce qu’elle attendait. Il n’est pas idiot. Il sait qu’elle sait. Il sait qu’elle veut qu’il accomplisse son devoir, sa mission. Et il le fera. Il le fera où alors ses doutes n’en seront que plus grand. Elle attend de voir comment il réagira face à un démon. Face à un de ceux qu’il a peut-être déjà rejoint. Lui qui a réussi à tout changer. Parce que ça ne pouvait qu’être les démons. Mais ils avaient pu obtenir son aide. Alors il avait organisé le grand départ avec eux, comme le 11 septembre. Maintenant, elle voulait comprendre à quel point il serait capable de trahir son camp pour eux. Elle voulait le voir face à ce qu’il avait créé. Elle voulait le voir prendre position. Et alors, elle pourrait être sûre.

« Ca ne doit pas se passer comme ça, pas vrai. » Elle hoche doucement la tête même si elle n’en aurait pas eu besoin. Ils savent tous deux de quoi il parle. Et ils savent tous deux que ce n’était pas une question. Parce qu’ils contrôlent chacun une partie du destin de ses hommes. Ils se complètent, s’empêchent de chuter l’un l’autre. Parce qu’il saurait si elle allait à son encontre et elle sait lorsqu’il joue avec le destin. Il est peut-être celui qui fait qu’elle n’est pas pleinement libre de ses mouvements, libre de faire une erreur, libre d’avoir un moment d’égarement. « Rappelle-moi de lui demander ce qu’il fabriquait dans le coin, quand on aura fini. » Elle sourit. Que le jeu commence. « Bien entendu. » Mais de qui parlait-il ? Humain ou démon ? Elle n’a pas encore la réponse à cette interrogation. Bientôt. Bientôt. La réponse approche à chaque pas effectué en direction des cris. Il aurait pu se téléporter. Il devait l’appeler. L’instant n’était pas encore arrivé de l’appeler elle. Parce qu’elle était toujours la dernière à être appelée. Elle venait lorsqu’ils avaient enfin envie d’elle. Elle était alors leur délivrance malgré la crainte énorme qu’elle leur inspirait. Car personne ne voulait croiser Azrael. Ceux qui la croisaient n’avaient plus que quelques secondes à vivre et ils le savaient très bien.

Ils sont dans le bâtiment. Elle se dit qu’il pourrait menacer de s’écrouler à n’importe quel moment, mais ce n’est pas non plus une des possibilités qu’elle voit. Pas maintenant en tout cas. Ils glissent silencieusement d’une pièce à l’autre. Les cris deviennent de plus en plus forts à mesure qu’ils se rapprochent du lieu du crime. Et ils le trouvent enfin. Il est mal en point. Tout en lui montre qu’il est en train de se faire passer à tabac. S’ils n’interviennent pas, nul doute qu’il ne survivra pas. Elle le sait, la mort, parce qu’elle a la vision, parce qu’elle sait comment ça va se terminer et comment ça ne devrait pas se terminer. Et il le sait aussi, parce qu’il est loin d’être idiot et que l’autre ne semble pas prêt à s’arrêter. Encore plus lorsque l’on voit son visage étiré par un sourire des plus mauvais. Il les a vu. Le regard de la victime les implore de lui venir en aide et il le voit. Alors il leur fait face. Et Azrael sourit. Démon, humain sous contrôle, tout dans cette pièce respire la violence. S’il n’est pas le démon en personne, le démon se planquera dans le bâtiment. Et avec un peu de chance il ne crachera pas à l’idée de détruire deux anges. Pourtant, il lui faudrait se méfier. A moins qu’elle ne soit ici en position de faiblesse. Elle n’en sait rien, mais elle n’espère pas que c’est le cas. Maintenant qu’ils sont là, elle n’attend pas. Elle agit et le sang coule. Le sang de l’homme s’écoule alors qu’elle en prend le contrôle. Elle avait compris que sous cette forme, les démons ne le supportaient pas. Pas plus que les simples humains. A partir du moment où un homme se vidait de son sang, il était mis hors d’état de nuire. Mais ce n’est pas dans son regard qu’elle plante le sien. Non, c’est dans celui d’Absolem avec cette lueur de défi. Arrête-moi si tu l’oses.

- a game of shadows, shall we play ?  -
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3596-maddox-du-poison-sur-tes-levr
Anges
homecoming : 12/07/2017
Messages : 72
Louis d'or : 110
pretty face : luke evans.
julius caesar : class whore.
legends never die : archange du destin, père des révolutions, prince des ères et des âges. De son souvenir, Absolem occupe ce poste depuis sa création et s’est toujours tué à sa tâche, jouant aux échecs avec les forces démoniaques pour tirer les humains vers les meilleures décisions pour leur avenir. Il est l’instigateur des royaumes, des empires et des démocraties, mais également de nombreuses batailles sanglantes et de lourds sacrifices. Il est connu pour son tempérament uni, implacable, et taxé de cruauté pour son manque d’empathie envers l’humanité qu’il s’efforce pourtant toujours d’emmener vers le meilleur. Il fait ce qu’il a à faire : il s’en donne tous les moyens
the mighty bush : résurrection d'âme. général des légions angéliques, il est de ceux qui proposent le choix aux humains en mort imminente, qui remplit les rangs de la Cité d'Argent. Il profite de l'instant pour choisir ses anges ; les siens, qu'il appelle les Gardiens. Il recueille les âmes des mortels en expérience de mort imminente et leur propose un choix : mourir, ou se réincarner en ange. C'est un nettoyeur d'âme, un recruteur.

nécromancie. les morts le hantent. Il ignore d'où provient ce pouvoir, il ne l'a jamais possédé, et ignore encore moins comment l'utiliser - les souvenirs des autres, il ne les possède que par pur accident. Peut-être est-ce une punition pour tout ceux qu'il a sacrifié au nom de ses desseins humanitaires, peut-être est-ce une justice, un bon vieux retour de karma. Dieu n'est pas là pour lui répondre.

Sujet: Re: While the world sleeps, destiny plans the next move to take | maddox Lun 4 Sep - 17:51 ()
Ses yeux, son nez, ses oreilles, ses blessures cicatrisés, les pores mêmes de sa peau ; il se teinte d’écarlate. Son visage perd soudainement de sa superbe et il lève les mains sous son regard halluciné, sa lèvre inférieure tremble et le sang qui en dégouline s’écrase en tâches écarlates sur le sol poussiéreux. Imperturbable, Absolem observe, Absolem contemple, puis tourne son regard vers sa consœur. Il sait bien que cette hémorragie n’est pas naturelle. Il sait bien qu’elle en a le pouvoir. C’est son petit jeu. C’est son défi, pour lui. Elle le dévisage. Elle attend. Elle l’attend.

Il secoue doucement la tête. Non. Les mèches noires caressent son front dans le mouvement. Non, tu ne m’auras pas. L’autre, comme un chien fou blessé, réagit à la douleur latente et sourde qui monte peu à peu en lui, cette espèce d’aspiration vers le vide, l’appel du néant, qui accompagne la perte progressive de son sang. Il gueule, primitif, et s’élance. Il est le premier visé. Il est l’homme. Il ne sait pas que c’est elle qui l’agresse. Il ne sait donc pas que c’est possible. Il n’a qu’une seconde pour s’en rendre compte, tout juste avant que son poing ne s’écrase contre sa mâchoire. Le choc l’assomme. Le monde vacille autour de lui, un sifflement atroce retentit dans ses oreilles et la douleur, Seigneur, la douleur explose dans son visage, lui coupe le souffle, l’envoie au tapis. Il ne se rend pas compte s’effondrer sur le sol et sa main, dans un geste mécanique, se porte à son visage, comme si son contact allait annuler la peine ; bien sûr, ce n’est qu’un vieux réflexe humain. L’homme s’apprête à revenir à la charge, titubant d’un pas vers lui ; alors, l’archange se recroqueville sur lui-même, s’éloignant du même coup de son agresseur et se relève tant bien que mal en se tenant au mur ; sa tête est lourde et chaque mouvement lui coûte une lance de douleur supplémentaire. Il a tout juste le temps d’attraper le bras de l’autre et de le lui tordre pour l’empêcher de recommencer l’expérience.

Une amère saveur s’écoule sur sa langue, il goûte ; du sang, sans doute. Il a dû se mordre la langue. Il grimace, ce n’est vraiment pas une saveur qui lui plaît. Il tord un peu plus le bras de l’homme dans son dos, insensible aux hurlements de bête blessée qui s’échappe de sa gorge. Puis, par-dessus l’épaule de son prisonnier, il vrille son regard aux allures de lac gelé sur Mort. « C’est pas un démon. » La douleur est vive, mais supportable ; un démon, il s’en rappelait bien, ne lui aurait même pas laissé assez de force pour se relever aussi rapidement. « Mais c’est un légume. » L’homme ne résonnait pas. Il n’y avait rien, chez lui, qui trahissait autre chose que des instincts primitifs, des pulsions sauvages ; d’habitude, même s’il avait perdu son omniscience en descendant sur Terre, Absolem parvenait toujours à discerner quelque chose, une résonnance chez chaque humain, qui lui permettait de connaître l’issue de leur existence, de savoir à quel rôle ils étaient prédestiné dans la grande mascarade humaine. Là, il ne ressentait rien, absolument rien. C’était comme si l’homme ne pensait même pas ; comme si, en fait, son âme avait disparu.

Une belle réussite démoniaque.

C’est délicat. Mort dans les parages, Absolem est acculé. Il sait bien qu’il a son devoir à accomplir, il sait bien que l’autre ne doit pas mourir. Lui, le type dont il casse petit à petit le bras, est déjà tombé. Même Mort n’a plus rien à récupérer de lui. Ce n’est pas pour lui qu’ils sont là. Et pour l’autre ? Destin se tourne vers la victime qui les observe en tremblant. Il a froid, peut-être, il est terrifié, c’est certain. Il ne sait pas si eux, Destin et Mort, sont des adversaires ou des adjuvants. Ah, s’il savait… S’il savait que celui qu’il prie pourrait le regarder mourir sans broncher. S’il savait que celle qui va le prendre pourrait le regarder mourir sans broncher. S’il savait que ceux qu’ils prient ne sont là que par défi, pour conserver leurs faux-semblants et assurer leurs arrières…

Parce qu’Absolem ne veut pas le sauver. Il n’a pas la foi suffisante pour se battre pour sa vie ; peu importe que son destin change si celui de l’Humanité n’en pâtit pas. C’est ce que Mort lui reproche. C’est ce que Mort veut qu’il fasse. C’est ce que Mort attend qu’il fasse… Laisser un homme mourir sous son indifférence, pour prouver au Conclave et à ses détracteurs qu’ils avaient raison, que l’archange était un hérétique, un vendu, celui qui avait voulu que toutes ces âmes soient arrachées à la Terre dans un autre dessein sans pour autant déchoir. Celui qui voulait garder ses putains d’ailes tout en leur tournant le dos. Celui qui avait trahit.

Peut-être qu’au final, la suspicion de Mort était l’occasion de se racheter une conduite. En avait-il seulement l’envie…

Le bras casse, l’homme hurle, Absolem siffle. Oups. Il laisse le corps s’effondrer dans la poussière, il est hors d’état de nuire, même un démon ne pourrait pas le relever. Il a perdu trop de sang et est trop abruti par la douleur. Destin regarde autour de lui. C’est trop facile. Le danger semble écarté ; en fait, il a la conviction que le danger est écarté, pour l’humain.

Pas pour eux.

« T’aurais pas dû venir », lance-t-il quand son intuition lui gueule que c’est un guet-apens. Destin, il est connu des démons, parce que c’est lui qui les fait les plus chier dans ce jeu d’échec éternel. C’est lui qui fait foirer leurs plans et les envoient dans les geôles infernales le temps qu’ils subissent les conséquences de leurs échecs. C’est lui l’emmerdeur, l’empêcheur de tourner en rond. Et ce n’est pas la première fois qu’il se pointe dans ces lieux désolés, à la poursuite de prières entêtantes pour les faire taire. Ce n’est donc pas un secret qu’il s’y balade quand un humain est au bord de l’agonie. Et l’autre est suffisamment amoché pour croire qu’on attente à ses jours sans pour autant en être condamné. C’était un piège.

Et le piège se referme. Il a tout juste le temps de se ruer sur Mort pour lui éviter un coup de poignard bien dirigé entre ses deux ailes.

@Jeanne A. Debussy

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t446-jeanne-death-is-at-your
Anges
homecoming : 01/11/2016
Messages : 579
Louis d'or : 517
pretty face : luca hollestelle
julius caesar : (c) blake
legends never die : Archange de la mort, tu gères le destin de ces âmes perdues, de ces humains présents sur terre, de leur naissance à leur mort
the mighty bush : Précognition Elle voit des futurs, des dizaines de futurs pour chaque personne mais toujours la même chose, sa mort. Des futurs en mouvement en fonction des actions des démons et des autres anges, des futurs plus ou moins heureux, plus ou moins long avant qu'elle n'arrive. Mais au final, il y en aura toujours un élément qui se réalisera, celui où elle prendra la vie de la personne.
Contrôle du sang La voilà à l'action. Le flux sanguin diminue, d'ici quelques instants, il n'y aura plus assez de débit pour que le coeur continue de battre. Alors il s'endormira à tout jamais, la mort l'aura frappé. Une mort douce, sans souffrance, car la souffrance, ce n'est jamais elle qui l'amène.
Allegeance : On ne pourrait faire guère plus loyal qu'Azrael. Elle a dévoué sa vie à Dieu et elle le fait toujours sous le commandement de Gabriel. Elle fera tout pour le bien de son camp, ce camp qu'elle n'a jamais hésité à tromper. Alors elle suit les ordres même si elle garde sa propre opinion sur les événements. Mais pour l'instant, les méthodes de son leader lui conviennent.
these streets : Azrael ne sait rien sur le grand départ. Pourtant, c'est elle qui a pris une partie de ces vies. C'est pourquoi elle reste persuadée que tout cela ne vient pas de leur coté. C'est forcément les démons qui sont à la tête de cette conspiration. Toutes ces âmes n'auraient pas dû être retirées aussi tôt.
En revanche, elle sait que les anges et les démons sont de retour

Sujet: Re: While the world sleeps, destiny plans the next move to take | maddox Mar 5 Sep - 15:46 ()
While the world sleeps, destiny plans the next move to take
p'tite citation qui claque
Le sang s’écoule alors qu’elle use de son pouvoir sur l’humain ou le démon. Elle n’en sait rien mais il est cette personne qui menace le destin dans un premier temps. Bientôt, il s’écoule de son nez sous son regard imperturbable. Son regard qui fixe Absolem, son regard dans lequel brille une lueur de défi. Elle attend de voir ce qu’il va faire. Elle a hâte de voir ce qu’il va faire. Va-t-il trahir son camp ou trahir les démons pour lesquels il travaille ? Elle en reste persuadée depuis le grand départ. Alors elle attend. Attend de voir la tournure que vont prendre les événements. Et il se contente de lui faire un signe de la tête. Négatif. Mais elle continue. Elle voit l’homme dont le visage est tordu par la douleur et elle continue. Elle continuera jusqu’à ce qu’il lui dise d’arrêter. Elle ne tuera pas. Non, ce n’est pas son destin, mais elle peut l’amocher pour une belle période.

Et malgré tout, malgré son état, il arrive à se jeter sur l’archange et à le toucher. Fortement. Elle ne comprend pas Azrael comme il n’a pas pu le voir venir. Il devait aussi gérer son propre destin, comme elle gérait l’ensemble des morts y comprit la sienne. Elle est sur ses gardes alors qu’il se relève, prête à mettre définitivement hors d’état de nuire l’homme dès lors qu’elle le jugerait nécessaire. Mais il est doué Destin. Elle ne doute pas un seul instant qu’il arrivera à s’en sortir. Qu’il n’est pas celui qui mourra ici. Il a beau être touché, il reste un puissant archange, rapide, efficace, et il n’est que contre un humain. Elle le sent. Elle le sait. Le sent-il aussi ? La présence démoniaque est là, elle contrôle cet individu représentant un danger, mais il n’est pas le démon. Il ne se serait pas contenté d’aussi peu. « C’est pas un démon. » Ainsi, ils en étaient arrivés à la même conclusion. Une conclusion qu’ils firent en même temps également sur la suite alors qu’elle tente de visualiser un futur inexistant, une mort inexistante. Ils la lui avaient déjà prise. Ils avaient déjà changé le destin d’un de ces deux hommes avant qu’elle n’intervienne. Avant qu’il n’intervienne. « Mais c’est un légume. » Ca l’énerve de s’en rendre compte. Ca l’énerve d’avoir des coups de retard alors que ça ne devrait jamais être le cas. Mais dans ce jeu d’échec géant, il en allait toujours ainsi. Un coup réussi pour combien de coups manqués.

Il doit être là, rodant dans les parages. Le bruit de l’os se brisant produit un léger craquement sous la force de l’archange brun. Un hurlement brise le silence sous leurs regards impassibles. D’autres anges n’auraient pas supporté cette vue mais pas eux. La violence et l’inhumanité étaient leur quotidien dans leurs tâches respectives. Peut-être un peu trop pour ne pas risquer de se perdre, loin des humains, protégés des sentiments qu’ils ont pu un jour ressentir pour eux en s’en éloignant. Et maintenant, oubliant parfois cette mission première qui devait aussi être dirigée sur chaque petite âme et non uniquement un combat global. La poupée de chiffons tombe à terre, mais elle ne la regarde pas. Parce qu’elle voit la mort. Leur mort. Une vision d’un futur proche. Un futur qu’ils changeront, elle n’en doute pas un seul instant. « T’aurais pas dû venir » Son regard sombre se plante dans celui tout aussi sombre du gérant du destin. « Toi non plus. » Il guette dans l’ombre et il pourrait faire très mal ce démon. Celui qui semblait contrôler un petit peu trop bien le destin des hommes également.

Elle sait comment ce qu’elle risque et ce qu’il risque. Elle le voit. Elle ignore juste l’instant, mais elle compte l’éviter. Ce n’était pas ainsi qu’elle mourrait et tous les savaient. Et puis, elle se fait brutalement plaquer à terre par son compère, sans préavis. L’ensemble de son corps de poupée humaine si frêle s’écrase au sol alors que son destin change brutalement. Elle avait été visée. Elle l’archange de la mort. Elle, épine dans le pied des forces démoniaques. Elle qui leur prenait les vies, les âmes avant qu’ils ne s’en emparent. Et aujourd’hui, sans lui, peut-être qu’ils se seraient enfin débarrassé d’elle. Mais elle doute. Elle doute que les ordres aient été le l’éliminer. Parce qu’ils sont bien trop nombreux à tenter de la faire chuter, à la soudoyer, à la convaincre de les rejoindre. Un sourire mauvais étire son visage alors qu’elle réalise. Qui que soit le démon en face d’eux, il ignore qui elle est. Le jeu allait pouvoir commencer. C’est le corps un peu douloureux qu’elle se relève. Maudit corps humain. Son regard se pose quelques secondes sur l’archange l’accompagnant, celui qui lui a peut-être sauvé la vie aujourd’hui, alors même qu’elle avait eu sa vision. Mais un poil trop tard. « Merci. » Elle ne comprend pas tellement. Elle aurait dû savoir. Avait-il compris ? Qu’elle semblait avoir des pouvoirs similaires au sien. Qu’elle pouvait réécrire l’histoire la démone se tenant en face d’eux ? « Tu l’avais prévu ça ? » Une légère salve de pouvoir est lancée sur la démone, qui s’effondre quelques instants, tout son flux sanguin arrêté. Mais dans cette condition d’humaine souffrant d’un terrible mal de bras, c’est dur de garder le contrôle. Combien de temps elle serait à leur merci, certainement pas encore bien longtemps.

- a game of shadows, shall we play ?  -
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3596-maddox-du-poison-sur-tes-levr
Anges
homecoming : 12/07/2017
Messages : 72
Louis d'or : 110
pretty face : luke evans.
julius caesar : class whore.
legends never die : archange du destin, père des révolutions, prince des ères et des âges. De son souvenir, Absolem occupe ce poste depuis sa création et s’est toujours tué à sa tâche, jouant aux échecs avec les forces démoniaques pour tirer les humains vers les meilleures décisions pour leur avenir. Il est l’instigateur des royaumes, des empires et des démocraties, mais également de nombreuses batailles sanglantes et de lourds sacrifices. Il est connu pour son tempérament uni, implacable, et taxé de cruauté pour son manque d’empathie envers l’humanité qu’il s’efforce pourtant toujours d’emmener vers le meilleur. Il fait ce qu’il a à faire : il s’en donne tous les moyens
the mighty bush : résurrection d'âme. général des légions angéliques, il est de ceux qui proposent le choix aux humains en mort imminente, qui remplit les rangs de la Cité d'Argent. Il profite de l'instant pour choisir ses anges ; les siens, qu'il appelle les Gardiens. Il recueille les âmes des mortels en expérience de mort imminente et leur propose un choix : mourir, ou se réincarner en ange. C'est un nettoyeur d'âme, un recruteur.

nécromancie. les morts le hantent. Il ignore d'où provient ce pouvoir, il ne l'a jamais possédé, et ignore encore moins comment l'utiliser - les souvenirs des autres, il ne les possède que par pur accident. Peut-être est-ce une punition pour tout ceux qu'il a sacrifié au nom de ses desseins humanitaires, peut-être est-ce une justice, un bon vieux retour de karma. Dieu n'est pas là pour lui répondre.

Sujet: Re: While the world sleeps, destiny plans the next move to take | maddox Mer 27 Sep - 15:09 ()

« Je suis pas médium. » Ca fait bien longtemps qu’il ne prévoit plus grand-chose. Sa vision étriquée l’en empêche, il a perdu ses pouvoirs de prédiction et de précognition, héritant en lieu et place d’une malédiction. « Je prévois rien du tout. » L’aveu de sa faiblesse lui fait grincer des dents. Il grogne. Il roule sur le côté, libérant la jeune femme, et se rassemble, prêt à bondir malgré la douleur qui continue de sourdre un peu partout dans sa tête et se répercute sur l’ensemble de son corps, au rythme des battements de son cœur. Le goût du sang a disparu, c’est toujours ça de pris.

L’odeur, en revanche, se fait doucement plus envahissante. Les lèvres légèrement entrouvertes pour minimiser sa respiration par le nez, Maddox observe la démone qui geint et siffle sur le sol poussiéreux. Des coulées écarlates s’étalent sur sa peau pâle à mesure que le sang s’écoule sous l’effet du pouvoir de Mort. Comme chaque fois qu’il est confronté à un démon, il ne le reconnaît pas : leurs masques humains a autant l’avantage que l’inconvénient de les dissimuler aux yeux de leurs ennemis, et en matière de dissimulation de leur essence, les démons n’ont pas leur pareil. Il ne sait pas à qui il a affaire, ne peut estimer le degré de son pouvoir alors qu’elle, à l’instant même, a une petite idée de la puissance possédée par Jeanne. Au sourire qu’elle grimace malgré la souffrance infligée, Maddox en a la confirmation.

« Mais vous êtes qui ? » Une intuition. Un pressentiment. Presque, peut-être, une prémonition ; il voit l’humain, le seul qui réponde correctement à cette définition, mourir, là, maintenant. Comme une vision, comme, enfin, le retour de son omniscience. Mais ce n'est pas vrai. Il sait que ce n’est finalement qu’une suite logique, prévisible, téléphonée : qu’à rappeler son existence, il la sacrifie sur l’autel d’une guerre éternelle, foulée au pied par l’indifférence démoniaque. Il n’est qu’un appât. Une âme glanée, tout au plus. Le reste n’a que peu d’importance.

Absolem n’a jamais été un combattant. Bien que soldat de Dieu, il ne s’est jamais engagé dans une bataille comme Michael a bien pu le faire, ou comme Gabriel saurait le faire s’il était envoyé en première ligne. Absolem avait été créé pour diriger l’humanité vers ce qu’elle avait de meilleur, ce qu’elle pouvait faire de mieux ; Absolem avait été créé pour guider l’humanité, la faire évoluer, la faire prospérer, la polir et la tailler pour en faire le joyau de la Création. C’était un ange de tête, de réflexion, qui se battait par stratégie, intuition et manipulation. C’était un cérébral. Un créateur. Pas un combattant et encore moins un destructeur – à tout le moins, pas directement. Il choisissait ce qui s’effondrait dans un but plus grand, il choisissait ce qui disparaissait pour une cause plus noble. Mais il ne se battait pas. Jamais. Et Maddox, l’homme, n’avait jamais eu besoin de se battre. S’il avait une certaine forme physique, il ne la devait qu’à la pratique de l’équitation, intensive, presque professionnelle ; mais ses poings ne s’étaient jamais refermés sur autre chose que des rênes et ses jambes n’avaient jamais frappé autre chose que les flancs d’un animal – et encore, il avait bien compris que Maddox n’avait plus besoin de faire autre chose que presser ses mollets pour se faire obéir de sa monture. Se battre, que ce soit l’ange ou l’humain, ne faisait pas partie de ses compétences, de ses capacités.

La démone se meut avec une agilité et une vivacité déconcertantes alors qu’à la seconde précédente, elle semblait à bout de forces, vidée de toute énergie à mesure que son sang mortel s’échappait. Son coup se porte précisément à la gorge, mais sa poigne s’abat sur le bras de Destin, jeté en travers de son chemin. Et la douleur explose. Un cri s’étrangle dans sa gorge. La stupéfaction le fige l’espace d’une seconde, une longue seconde durant laquelle, d’un instinct drôlement dangereux pour être accordé à la survie, il tourne l’œil vers son bras, vers cet endroit frappé d’où s’échappe des tourbillons de décharges : de la manche lacérée de son manteau s’échappe le manche noir d’un couteau à steak, planté dans le muscle sans armure. Une seconde. Une seconde de trop.

« Ah, je savais bien que tu sais pas te battre. » Il ne reconnaît pas la voix. Ni la silhouette qui vient le recouvrir de son ombre. Un homme s’accroupit devant lui, un rictus mauvais tordant ses lèvres. Il est grand, il a des muscles et agit en terrain conquis ; typique du démon de classe supérieure. Quelqu’un qui le connaît. L’œil de Destin glisse légèrement derrière lui quand un mouvement capte son attention, et c’est en même temps que son nouvel adversaire qu’il constate que la démone est en train de rendre ses dernières armes, vidée de son sang ; malgré sa douleur gangrenant son corps humain, Mort a fini son travail. L’homme hausse les épaules. « Elle était pas très douée. Toujours à foncer dans le tas. » Il reporte son attention sur Destin ; un éclat dans son œil trahit l’amusement que lui procure cette situation. Puis, sans autre forme de procès, il attrape le manque du couteau et le retire ; le râle de douleur que lâche Destin lui vient du plus profond des tripes. « Cela étant… Tu devais être seul. Il était pas prévu qu’elle meure. Tu me dois donc une âme. » Un sourire sardonique. « Une âme, c’est pas grand-chose. Tu dois avoir l’habitude de ce genre de transaction, en plus, non ? »

Absolem a toujours connu l’expression « à glacer le sang ». Il ne l’avait cependant jamais expérimenté, et ignorait même que c’était possible. Et pourtant. Il ne tourne pas la tête vers Mort. La respiration lourde, il conserve son regard planté dans celui du démon, mais son corps, tendu comme une corde d’arc, traduit sa soudaine tension. Il est figé. Immobile. Puis, de sa voix posée, maîtrisée, il brise son mutisme. « En fait, tu ne dois pas être si élevé dans la hiérarchie pour me sortir une bêtise pareille. Je ne gère pas les âmes. Et c’est ce qui fait que tu n’as pas l’habitude de ce genre de transaction. » Et, dans un coup sec, il frappe de son bras valide la main de l’autre et profite de sa surprise pour lui arracher son couteau ensanglanté des mains, tachant ses doigts de son propre sang. Il a la tête qui tourne, un peu. Du brouillard dans les pensées. La douleur tambourine toujours sous son crâne, le long de ses membres, résonne dans tout son corps. Mais il tente, malgré tout, de se défendre, comme le soldat de Dieu qu’il doit être ; comme l’humain en danger qu’il est.

Il frappe.

Spoiler:
 

@Jeanne A. Debussy


Dernière édition par Maddox Cartier le Ven 13 Oct - 9:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t446-jeanne-death-is-at-your
Anges
homecoming : 01/11/2016
Messages : 579
Louis d'or : 517
pretty face : luca hollestelle
julius caesar : (c) blake
legends never die : Archange de la mort, tu gères le destin de ces âmes perdues, de ces humains présents sur terre, de leur naissance à leur mort
the mighty bush : Précognition Elle voit des futurs, des dizaines de futurs pour chaque personne mais toujours la même chose, sa mort. Des futurs en mouvement en fonction des actions des démons et des autres anges, des futurs plus ou moins heureux, plus ou moins long avant qu'elle n'arrive. Mais au final, il y en aura toujours un élément qui se réalisera, celui où elle prendra la vie de la personne.
Contrôle du sang La voilà à l'action. Le flux sanguin diminue, d'ici quelques instants, il n'y aura plus assez de débit pour que le coeur continue de battre. Alors il s'endormira à tout jamais, la mort l'aura frappé. Une mort douce, sans souffrance, car la souffrance, ce n'est jamais elle qui l'amène.
Allegeance : On ne pourrait faire guère plus loyal qu'Azrael. Elle a dévoué sa vie à Dieu et elle le fait toujours sous le commandement de Gabriel. Elle fera tout pour le bien de son camp, ce camp qu'elle n'a jamais hésité à tromper. Alors elle suit les ordres même si elle garde sa propre opinion sur les événements. Mais pour l'instant, les méthodes de son leader lui conviennent.
these streets : Azrael ne sait rien sur le grand départ. Pourtant, c'est elle qui a pris une partie de ces vies. C'est pourquoi elle reste persuadée que tout cela ne vient pas de leur coté. C'est forcément les démons qui sont à la tête de cette conspiration. Toutes ces âmes n'auraient pas dû être retirées aussi tôt.
En revanche, elle sait que les anges et les démons sont de retour

Sujet: Re: While the world sleeps, destiny plans the next move to take | maddox Lun 9 Oct - 19:52 ()
While the world sleeps, destiny plans the next move to take
p'tite citation qui claque
« Je suis pas médium. » Tu restes quelques instants étonnée. Comment ça ? « Je prévois rien du tout. » Tu sens la douleur dans sa voix, à moins que ça ne soit l’énervement à cause de ta remarque. Cet aveu de faiblesse alors que désormais tu savais lorsqu’il se plantait lorsque l’inverse n’était plus forcément vrai. Bien qu’il était toujours celui qui régissait tout. Il savait ce qu’il faisait, et tu devais t’y plier, si cela coïncidait avec ce qui devait se produire. Et tu le faisais, tu prenais parfois les vies même si ce n’était pas les choses prévues. Parce que si tu ne le faisais pas les démons le feraient, comme c’était le cas ce jour précis. Le sang coule. Une vague de ton pouvoir frappe celle qui vous a attaqué. Celle dont tu n’avais pu prévoir l’attaque. Tu fermes les yeux alors que tu tentes de te concentrer malgré la douleur de ton bras. Il ne fallait pas que tu cèdes du terrain. Cette démone devait mourir. Et le pire, c’est qu’elle ne pouvait rien faire. Tu ignorais ses pouvoirs mais tu savais une chose, elle n’en avait aucun contre toi. Clouée au sol, elle ne pouvait t’attaquer à distance. Alors tu continues. Tu continues et lorsque tu rouvres les yeux tu vois son sang qui s’écoule, qui vient tâcher le sol du bâtiment. Etrangement, tu ne peux t’empêcher de sourire à cette vue. A cette vue de la fin d’un démon. Elle doit la sentir venir. Elle doit comprendre qu’elle ne fera jamais le poids face à toi. Cette ennemie qu’elle avait bien trop sous-estimée.

« Mais vous êtes qui ? » Ton regard se relève quelque seconde pour se plonger dans celui de l’humain. Déjà il semblait avoir un peu repris ses esprits alors qu’il n’était plus sous les coups de l’homme controlé par les démons. « Personne. » Ta voix est glaciale. Terrifiante. « Pars. » Oui, quitte cet endroit de malheur. Fui avant qu’ils ne te rattrapent et ne te tuent pour de bon. Ton regard le quitte pour se reporter sur ta victime. Sur cette démone qui se tord de douleur alors que tu n’enivres de cette violence que tu répands. Cette violence qui t’accompagne, celle qui te permet de laisser exploser tes émotions et ta colère, toute la noirceur qui t’habitaient quotidiennement, celle avec laquelle tu vivais depuis des millénaires. Tu entends les bruits de pas. Tu le vois qui titube alors qu’il quitte à grand peine le champ de bataille. Une nouvelle victime de votre guerre surnaturelle. « On a un humain qui en sait trop dans le vingtième, au niveau des bâtiments abandonnés. Et il est mal en point. » T’appelles quelques autres anges à la rescousse. Tu ne doutes pas qu’ils feront le nécessaire pour qu’il ne se souvienne de rien. Il se souviendra juste s’être fait tabassé pour avoir un peu trop fixé un autre homme puis d’avoir perdu connaissance. De toute la suite, il ne se souviendra de rien. Tu laisses passer un soupir de soulagement alors que tu te dis que pour une fois vous étiez arrivés là à temps, qu’ils n’avaient pas pu finir ce qu’ils avaient commencé. Qu’ils n’avaient pu changer pleinement le destin de cet homme. Pendant que t’as eu cette distraction, elle a le temps de reprendre ses esprits. Elle ne profite pour se jeter sur le destin. Le destin qui ne voit une nouvelle fois pas venir sa fin. Tu entends son cri. Tu vois son visage qui se tord de douleur alors que la lame reste plantée dans son bras.

Une voix autre se fait entendre. Elle est forte, puissante, assurée. Il n’a pas peur celui qui se tient là. Il se moque alors qu’il ne le devrait pas. Il se pense bien supérieur à vous. Mais tu doutes qu’il puisse l’être. Seul un commandant pourrait vous opposer une force suffisante pour venir à bout de vous. L’était-il ? Tu en doutais, mais on n’était jamais trop prudent. T’es toujours un peu plus loin. Tu laches une dernière salve, puissante de ton pouvoir sur la démone. Cette fois-ci le sang bouillonne dans ses veines. Tu la vois qui rougi, qui lache un hurlement de douleur qui brise le silence relatif du lieu alors qu’elle s’effondre pour de bon. Le sang glisse sur le sol. T’as fini ton œuvre. La mort a pris la vie. Tu restes assise quelque temps. Ton maudit corps d’humaine trop frêle te fait souffrir. Tu poses ton regard sur ton bras qui semble avoir un axe anormal. T’es pompier mais même si tu l’avais pas été tu t’en serais aperçue. Il doit être cassé. Mais rien qui ne puisse guérir, encore plus que vous guérissiez plus vite que les humains dans leur corps. Tu poses ton avant-bras à plat sur le sol avant d’effectuer une pression pour remettre les deux parties en face l’une de l’autre. Tu pousses un léger gémissement mais il n’a rien de comparable avec la douleur d’Absolem que tu entends. Tu vois le sang qui coule le long de son bras maintenant que la lame n’est plus dans sa chair et malgré la douleur toujours lancinante dans ton bras, tu uses de ton pouvoir pour tenter de faire coaguler tout ceci au plus vite. Vous ne pouviez pas vous permettre d’être trop faible face à lui. Tu l’entends à peine parler d’âme volée. T’es concentrée sur ta tâche alors que rien n’est simple lorsque l’on a mal. Quel idée avait eu Dieu de créer des corps aussi faibles ! « Une âme, c’est pas grand-chose. Tu dois avoir l’habitude de ce genre de transaction, en plus, non ? » Tu arrêtes de jouer avec son sang. T’es en éveil total. Allait-il sérieusement passer un marché avec un démon alors que tu étais là. Avait-il déjà passé un marché de ce type ou le démon le croyait-il uniquement ? « En fait, tu ne dois pas être si élevé dans la hiérarchie pour me sortir une bêtise pareille. Je ne gère pas les âmes. Et c’est ce qui fait que tu n’as pas l’habitude de ce genre de transaction. » Non, s’il y avait bien une chose qu’il ne pourrait jamais gérer c’était ça. Et alors que l’autre démon semblait avoir conscience de la personne qu’il avait essayé de piéger, il était évident qu’il était loin de la vérité. A moins que l’archange du destin ait réussi à te court-circuiter sur cela aussi. Mais tu n’y croyais pas. C’était impossible. Il n’aurait pas pu. Et là, alors que tu te prépares à intervenir, la douleur s’appaisant avec le temps, tu le vois qui agit. Le couteau vole pour se retrouver dans sa main. Il parait si faible là, avec son couteau dans la main le destin. Il parait à deux doigts de sombrer à cause du sang perdu avant que tu n’arrives à coaguler un minimum la plaie pour que l’écoulement ralentisse. Et il frappe. Rapidement. Fortement. Le démon pousse un cri de douleur alors que l’arme s’enfonce dans l’épaule du démon. Qui était-il ? « Et ouais du con, les âmes, c’est moi qui les gère. » Tu le vois qui se fige un petit instant alors qu’il semble comprendre ce que tout ceci signifiait. Un sourire nait sur le coin de tes lèvres alors que le sien meurt, se transformant en grimace de douleur. Et il n’était pas au bout de ses peines. Car te voilà en train de liquéfier son sang qui s’écoule bien trop facilement désormais. Il perd ses forces. Tu abrèges ses souffrances en ralentissant suffisamment son rythme cardiaque pour pouvoir le garder conscient. Il en savait certainement trop pour mourir. Gabriel serait ravi de l’interroger. Alors qu’il plonge dans le sommeil ton regard se repose sur Absolem. Absolem endormi, Absolem affaibli. Tu pousses un léger soupir avant de te pencher sur sa plaie. Le sang ne coule plus comme avant mais il en a perdu beaucoup. Beaucoup que tu ne pourras plus faire réintégrer son organisme maintenant que tu as réussi à le faire coaguler et que la plaie commence déjà à se refermer suite à ton aide et ses capacités inhumaines. Bou-boum, bou-boum. Tu peux entendre son sang qui coule lentement. Tu le laisses quelques minutes dans son sommeil, reportant ton attention sur le démon endormi. Ils étaient bien comme ça, tous les deux. Un endormi et un inconscient. Et puis, il récupérerait peut-être plus vite ainsi qui sait.

Tu tapotes ses joues alors que tu fais accélérer son flux sanguin. « Allez debout la belle au bois dormant. » La première chose qu’il verra sera certainement le sourire moqueur que tu affiches. « C’est un sacré coup de couteau pour un archange non combatif ! » Tu lui souris. T’espères qu’il va à peu près bien, c’était le principal.

- a game of shadows, shall we play ?  -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
oh, look what you made me do

Sujet: Re: While the world sleeps, destiny plans the next move to take | maddox ()
Revenir en haut Aller en bas
 
While the world sleeps, destiny plans the next move to take | maddox
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (TERMINE) Spirits in the materiel world [PV Destiny C Lawless]
» Marque of Destiny
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
Ready for it ?
Are you
i see how this is gonna go, touch me & you'll never be alone

a game of shadows :: Paris :: Nord-est :: vingtième arrondissement :: Immeubles abandonnés