boom bitch
Après un week end de liane foly, le forum ouvre ses portes !
Pour tout savoir sur les news de cette version, c'est par .
are you ready for it ?
Un cavalier de l'apocalypse, une pénurie inédite, un trésor chelou de ouf et surtout la fashion week...
Venez découvrir l'intrigue et ses quêtes ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 san junipero (charlie)
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t261-matt-be-brave-now
admin du dimanche
homecoming : 21/03/2015
Messages : 6040
Louis d'or : 343
pretty face : Francisco Lachowski
julius caesar : I ♥ coco
the mighty bush : technopathie : Depuis le grand retour, Matt peut contrôler les objets électroniques par la simple force de sa pensée. Il ne comprend pas exactement comment, ni pourquoi, mais il trouve ça bien utile, surtout lorsqu'il s'agit d'effacer des données compromettantes.
these streets : Dire que Matt ne sait rien est un euphémisme. En vérité, il se fiche un peu de ce qui est arrivé à Paris et, même s'il entend souvent parler de Lucifer & co dans son restaurant, il n'y prête pas la moindre attention.

Sujet: san junipero (charlie) Sam 12 Aoû - 17:35 ()


San Junipero
matt & charlie ✗ ici bas
Du haut du ciel, je cherche mes mots, je cherche des ailes Souvent j'en fais trop, et c'est faux que j'vous aime Du haut du ciel, il pleut des larmes dans des prisons d'regrets Alors faites ce qu'il se doit, vous qui méritez d'crever Prenez-moi par la main, emmenez-moi sur une île inconnue Faîtes-moi chialer et gueuler, vomir et peur et pire encore

Fin d’après-midi, y a le Soleil qui disparaît derrière les immeubles. Lumière rougeoyante, la nuit est en train de tue le jour à l’horizon. Dans une ruelle, une porte de service claque. Matt sort fumer sa clope. La journée a été anormalement calme et il s’ennuie. Adossé contre le mur chaud du restaurant, il laisse ses yeux se perdre dans le vide. Vieille habitude, rêve récurrent de la fin de journée, il s’imagine ailleurs. Les minutes décomptent les mirages qu’il construit et qu’il enferme dans sa gorge carbonisée. Y a un sourire au coin de ses lèvres quand il s’imagine à l’autre bout du monde, avec Fantine. Un sourire qui disparaît quand il repense à ses parents. A c’qu’ils diraient, s’ils le voyaient raturer ses rêves dans un restaurant miteux. On lui dit qu’il mérite mieux. Mais, Matt, il a jamais cru personne.

Des exclamations dans l’avenue la plus proche le tirent de ses espoirs oxydés. C’est moins par curiosité que pour tuer l’ennui qu’il se dirige vers les passants. Des voitures, arrêtées en pleine rue. Des conducteurs qui sortent. Une vingtaine de personnes, les yeux rivés vers le ciel. Il lui en faut pas plus pour déployer sa gorge et regarder dans la même direction que les autres. Un soupir effaré. Clavis Aurea a encore frappé. Tracé à la fumée d’avion, un « J-10 » a écorché le ciel. Autour de lui, des visages immobiles, la peur qui conquiert les regards. Dans dix jours, il se passera rien, il en est sûr et certain. Dans dix jours, le monde continuera de tourner et l’apocalypse ne sera plus que le souvenir du plus gros mensonge au monde. Il secoue la tête et tourne le dos à l’horizon. C’est là qu’il les voit. Un petit groupe, peu nombreux mais facilement reconnaissables. Ils portent du blanc, les disciples de Joshua, parce qu’ils sont plus purs que ceux qu’ils terrorisent avec leurs conneries. Ils portent du blanc, et ils ont la nuque marquée au fer rouge, et ils ont arrêté de croire que le monde pouvait continuer de tourner.  

Là. C’est là qu’il la voit. Entre deux visages inconnus. Charlie. Il croise son regard et il fait un claquage au coeur. Charlie, il avait pas de nouvelles depuis des semaines. Charlie, il pensait qu’elle s’était barrée dans le Sud, qu’elle brûlait la vie comme elle sait si bien le faire. Charlie, elle a le regard vide et ça le tue. Alors, il réfléchit pas. Il marche vers elle, il presse le pas quand il comprend qu’elle va s’enfuir. Trop tard. Elle a déjà pris la fuite. « Charlie ! » Il jette sa cigarette et s’élance à sa poursuite. Il peut pas la laisser partir. Pas comme ça. Elle court vite, mais il la lâche pas. Il connaît le quartier mieux qu’elle et, quand elle s’engouffre dans une impasse, il a l’ombre d’un sourire sur les lèvres. Face au mur, elle s’arrête. Y a plus d’issue. A bout de souffle, il la regarde, un coup de poignard dans le coeur.  Il sait pas comment elle a pu en arriver là, à croire ces tarés plutôt que lui. A vouloir finir comme eux. A vouloir le laisser là, en plein coeur de cette putain d'apocalypse. « Tu vas faire quoi ? Escalader l’immeuble ? » De l'amertume dans une voix qui se brise. Il comprend pas. Il comprend pas pourquoi sa meilleure pote est habillée en blanc. Il comprend pas pourquoi elle le regarde comme ça. Il comprend pas ce qu'il a loupé. « A quoi tu joues ?! » Une partie de lui y croit encore, à une de ses blagues. Une supercherie pour en savoir un peu plus. Alors, il tente et il espère.  « Dis-moi que t'y crois pas. » Pitié, dis moi que t'y crois pas.


_________________

i spiral down again
Who remains when you drop? Who do you call when it stops? I spiral down again Somebody protect me or I'm gone


autres comptes : jasper a. deslauriers & eponine a. de stahl & léo g. sorel & roman d. gariel

Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1079-charlie-moon-child#241
Admin
homecoming : 18/12/2016
Messages : 253
Louis d'or : 12
pretty face : Nicola Peltz
julius caesar : © Beylin l'endive
the mighty bush : audition angélique. Elle les entend, eux qui pensent pouvoir se fondre dans la masse. Ces anges qui se font passer pour des humains, leurs conversations que personne d'autre que eux peut entendre. Mais pour Charlie, cela devient de plus en plus clair
Allegeance : elle a rejoint les révolutionnaires peu de temps après le grand retour, lorsque son pouvoir a commencé à se manifester. Mais elle avait déjà foulé les rues de Paris avec eux, lors des émeutes. Parce qu’elle avait des amis parmi eux, parce qu’elle aussi, voulait comprendre. Elle aussi, avait perdu quelqu’un et n’acceptait pas les explications données. Elle est curieuse de nature, Charlie et surtout, elle est trop têtue pour renoncer. Et pour défendre une cause qui lui est chère, elle est capable de tout plaquer.
these streets : Elle ne sait rien sur le grand départ, comme la majorité de la population parisienne. Elle n'a pu faire que des suppositions, sans de réel fondement. Et pourtant, ces suppositions commencent à prendre forme, grace à son pouvoir. Des anges, des démons, des créatures qui ne devraient pas exister.

Sujet: Re: san junipero (charlie) Sam 12 Aoû - 20:45 ()


San Junipero
matt & charlie ✗ ici bas
Du haut du ciel, je cherche mes mots, je cherche des ailes Souvent j'en fais trop, et c'est faux que j'vous aime Du haut du ciel, il pleut des larmes dans des prisons d'regrets Alors faites ce qu'il se doit, vous qui méritez d'crever Prenez-moi par la main, emmenez-moi sur une île inconnue Faîtes-moi chialer et gueuler, vomir et peur et pire encore

C’est dans le ciel incandescent qu’ils laissent leurs marques. Là, à la vue de tous, ils montrent ce que chacun tente d’ignorer. Ce que chacun refuse de voir. Dans dix jours, il ne restera plus rien. Dans dix jours, le monde s’arrêtera et cette mascarade pourra enfin cesser. Mais cela ne suffit pas à apaiser son coeur. Il y a quelque chose qui a changé, quelque chose qui ne tourne plus de la même façon. Elle s’est retrouvée perdue et elle n’a pas su à quoi se raccrocher. Son monde s’est effondré quand des vérités se sont révélées. Et la chute, elle a été brutale. Alors Charlie, elle a cru en des mirages et s’y est accrochée. Fort. Un peu trop. Et à cet instant, alors que son regard fixe un ciel vide de sens, elle se rassure en se disant que ce n’est qu’une question de jours avant que tout ne s’arrête. D’une façon ou d’une autre.

Un visage dans une foule d’inconnus qui accroche ses pupilles, un regard qu’elle connait un peu trop bien. Et sa respiration se coupe. Matt, elle a pris soin de le fuir, ces derniers temps. Lui comme tous les autres. Elle a écouté les conseils de son frère et a rompu tout contact avec ceux qui ne comprendraient pas son choix. Avec ceux qui n’accepteraient pas la marque qui lui brûle encore la peau et les promesses qui vont avec. Il s’approche, son coeur qui panique. Matt, il va vouloir des réponses qu’elle ne pourra pas lui donner. Matt, il va lui rappeler une réalité qu’elle tente d’oublier. Parce que tout fout le camp et qu’il ne reste plus que des ruines. Elle a une seconde d’hésitation. Peut-être deux. Et la voilà qui attrape son sac à dos et qui tourne les talons.

Elle s’enfuit, juste comme ça. « Charlie ! » Son nom raisonne, elle ne s’arrête pas. Ne se retourne pas. Les rues défilent, elle tente de se perdre dans un Paris qu’elle ne supporte plus. Elle a l’habitude de courir, la gosse des rues. Elle a pris la fuite bien plus de fois qu’elle ne peut s’en souvenir. Mais cette fois-ci, c’est Matt qui la pourchasse. Lui aussi, il a l’habitude de fuir. Lui aussi, il connait le bruit que fait le bitume sous ses pas. Elle choisit les directions au hasard, sauf que ce n’est pas une bonne idée. A bout de souffle, elle s’arrête dans une ruelle et doit se rendre à l’évidence. Elle est coincée. « Tu vas faire quoi ? Escalader l’immeuble ? » Elle plisse les yeux, a sa langue qui claque contre son palais. Elle déteste le ton qu’il prend, déteste le regard qu’il lui jette. Comme si elle n’était qu’une folle de plus qui hurle des absurdités dans la rue, et dont personne n’ose s’approcher. « Me tente pas. » Elle le provoque, le menton relevé et les yeux plein de défis. Le provoque pour qu’il parte et qu’il ne cherche pas plus loin. Pour qu’il se détourne d’elle comme tous les autres, comme il a déjà pu le faire. Mais ça ne se passe jamais comme elle le veut, avec lui. « A quoi tu joues ?! » Elle hausse les épaules, détourne le regard pour éviter ses questions. C’est plus facile ainsi, quand elle ne doit pas affronter son regard. « Dis-moi que t'y crois pas. » Il a le ton désespéré de ceux qui tentent le tout pour le tout, elle secoue la tête. La colère, c’est la facilité. C’est une arme derrière laquelle se cacher. C’est la seule solution qu’elle a trouvée pour ignorer la peur qui coule dans ses veines. « Pourquoi j’y croirai pas ? » A ces promesses et à ces illusions. A ces mirages et à cette sortie qu’on lui a offert. A l’idée que tout aura bientôt une fin et que la rage dans son coeur sera enfin apaisée. Que ses angoisses n’auront plus lieu d’être et que ses cauchemars disparaitront. Mais ça, il ne peut pas le comprendre. Parce que ces dernières semaines, il n’était pas là. Trop occupé avec sa vie, trop aveuglé par ses propres rêves. Elle jette son sac à terre, enlève son tee-shirt blanc pour rester en débardeur noir. Haut rangé la seconde suivante, son pantalon laisse place à un jean qu'elle portait en dessous. Elle a déjà prévu le coup. Si elle veut réussir à disparaitre dans la foule, elle sait que l’anonymat sera le seul moyen. Comme à chaque fois. « Fous moi la paix, Matt. » Au fond, elle n’est pas certaine d’avoir envie qu’il disparaisse. Mais ça, elle ne l’avouera jamais. Matt, c’est son pilier et quand il s'éloigne, il y a tout qui fout le camp. Il y a tout qui explose. Et à chaque fois qu’il n’est pas là pour l’arrêter, elle flirte un peu trop avec le soleil. Elle brûle sa vie un peu trop vite, un peu trop fort. Elle ne sait faire que ça. C’est dans le ciel incandescent qu’elle crèvera, Charlie.

_________________
FOR
ANGELS
TO FLY
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t261-matt-be-brave-now
admin du dimanche
homecoming : 21/03/2015
Messages : 6040
Louis d'or : 343
pretty face : Francisco Lachowski
julius caesar : I ♥ coco
the mighty bush : technopathie : Depuis le grand retour, Matt peut contrôler les objets électroniques par la simple force de sa pensée. Il ne comprend pas exactement comment, ni pourquoi, mais il trouve ça bien utile, surtout lorsqu'il s'agit d'effacer des données compromettantes.
these streets : Dire que Matt ne sait rien est un euphémisme. En vérité, il se fiche un peu de ce qui est arrivé à Paris et, même s'il entend souvent parler de Lucifer & co dans son restaurant, il n'y prête pas la moindre attention.

Sujet: Re: san junipero (charlie) Dim 24 Sep - 12:50 ()


San Junipero
matt & charlie ✗ ici bas
Du haut du ciel, je cherche mes mots, je cherche des ailes Souvent j'en fais trop, et c'est faux que j'vous aime Du haut du ciel, il pleut des larmes dans des prisons d'regrets Alors faites ce qu'il se doit, vous qui méritez d'crever Prenez-moi par la main, emmenez-moi sur une île inconnue Faîtes-moi chialer et gueuler, vomir et peur et pire encore

« Pourquoi j’y croirai pas ? » Parce que c’est des conneries. Parce que ça n’a aucun sens. Parce que Joshua, c’est qu’un connard qui profite de la faiblesse des autres. Parce que la peur, c’est le meilleur moyen d’avoir du pouvoir et c’est tout ce qui l’intéresse. Parce que le monde va pas exploser, pas comme ça, pas maintenant. Parce que la vérité, il la connaît peut être pas, mais il est sûr et certain qu’elle sort pas de la bouche de Joshua. Mais c’est pas aussi simple et il arrive un peu tard et Matt, il fait un claquage au cœur quand il voit la détermination sur son visage. Un regard mort, qui lui ressemble pas. Charlie, il l’a laissée se barrer. Il a même pas lutté. Et là, il a peur qu’elle soit partie trop loin. Y a une chance un peu trop grande pour qu’il réussisse pas à la récupérer. Ca lui coupe le souffle et ça lui brise les côtes. Y a dix ans, dans une chambre miteuse, ils se sont fait des promesses. A chacune des galères, ils seront là. A la vie à la mort. Promis juré. Oubliés, ses serments, il l’a abandonnée et il peut pas s’empêcher de s’en vouloir. Alors, il la regarde se changer. Il la regarde retrouver forme humaine. Il arrive pas à comprendre, pourquoi, comment, ya des questions mais pas de réponse et peut être qu’il vaut mieux pas les entendre. « Fous moi la paix, Matt. » Il secoue la tête. Lui aussi, il est déterminé. Il la laissera pas partir. Pas comme ça. Et si elle fuie, tant pis, il la rattrapera. « Non. » Il s’avance vers elle, balance son sac à l’autre bout de la ruelle. Mâchoire serrée, comme ses poings, y a des regrets dans ses yeux noirs. Il a peur et chez lui la peur c’est de la violence à l’état pur. Ca le prend aux tripes et ça fait briller ses yeux. Parce que là, il sait pas quoi faire. Il sait pas quoi dire. Alors y a une explosion de mots qui franchit les portes de sa bouche. « Ton frère, il sait pas lire l’avenir, c’est pas un prophète, c’est un putain de menteur. C’est une secte, Charlie ! Tu crois qu'il veut ton bien ? Tu crois qu'il veut te sauver ? Pourquoi t'as besoin d'être sauvée, Charlie, hein ?  » Lui, il y croit pas une seule seconde, aux paroles du prophète. Et il comprend pas, pourquoi, autour de lui, y a des cous marqués au fer rouge, des regards hypnotisés par des mots indolores. Il la dévisage, un instant. Mais il a beau essayer, il la reconnaît plus. Alors, comme pour la secouer, il la pousse en arrière. « T'as peur de quoi ? Vas-y, dis-moi. La fin du monde, c’est des conneries et tu l’sais très bien. » Reviens.



_________________

i spiral down again
Who remains when you drop? Who do you call when it stops? I spiral down again Somebody protect me or I'm gone


autres comptes : jasper a. deslauriers & eponine a. de stahl & léo g. sorel & roman d. gariel

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
oh, look what you made me do

Sujet: Re: san junipero (charlie) ()
Revenir en haut Aller en bas
 
san junipero (charlie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CHARLIE X)
» Charlie-Swan (pas fini!!!)
» Charlie la licorne
» Qui aime bien, châtie bien. - Charlie.
» Charlie Lane
Ready for it ?
Are you
i see how this is gonna go, touch me & you'll never be alone

a game of shadows :: Paris :: Nord-ouest :: Neuvième arrondissement