boom bitch
Après un long dimanche, mais pas de fiançailles, nous voilà de retour !
Pour tout savoir sur les nouveautés de la version, c'est par .
dying to be born again
L'intrigue est de retour, pour vous jouer de mauvais tours... ou pas.
Dans tous les cas, c'est par .
paris versus the apocalypse
Quoi de mieux pour lutter contre l'apocalypse qu'un apéro ?
Pour vous inscrire à l'event, c'est par là.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 got a secret can you keep it ?(Antonia)
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
the last young renegades
homecoming : 02/11/2016
Messages : 718
Louis d'or : 1654
pretty face : Gigi Hadid.
julius caesar : beylin(av.) NEFERTARI(sign.)
the mighty bush : Elle possède depuis le grand retour le pouvoir d'aquakinésie. Elle n'arrive pas à le maîtrise, elle ne cherche pas à l'utiliser. Elle peut contrôler l'eau sous toutes ses formes. Liquide, solide, vapeur. Quand elle a le malheur de l'utiliser, elle se sent terriblement affaiblie et elle peut se mettre à saigner du nez si elle insiste. Il peut également se déclencher quand elle est sous le coup d'émotions fortes.
Allegeance : Tireuse d'élite, un bien grand mot pour une petite fille qui a appris à tirer avec le pistolet de son père. Simple activiste, elle est devenue tireuse, sûrement à cause de son caractère instable. Douée en tire, on voulait également la garder le plus loin possible du terrain. Beaucoup la considèrent comme dangereuse la petite gamine. Elle n'écoute pas, aveuglée par sa propre guerre. Elle n'arrive pas à voir plus loin, plus grand que sa vengeance. Elle ne comprend pas les actions douces comme des tags ou des mises en scène. Quand on lui a parlé de remplir la place de la République avec des mannequins, elle leur a ri au nez. Elle est enfermée dans cette colère, dans cette violence dont elle n'avait jamais fais preuve avant la disparition de son aîné. Fini la petite fille douce et innocente. Fini la naïveté et la pureté. Elle s'est transformée, devant tromperie et extrémiste.
these streets : Elle ne sait malheureusement pas grand chose la pauvre petite. Elle sait que quelque chose ne va pas, elle ne reconnaît pas son frère. Mais elle serait incapable de dire si il s'agit d'une autre personne ou tout simplement d'un lavage de cerveau ou encore d'un robot (dernière hypothèse éliminée récemment après avoir entailler la main de son frère pour s'en assurer.)
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t477-blood-girl-dubois
Revolutionnaires

Sujet: got a secret can you keep it ?(Antonia) Lun 14 Aoû - 16:28 ()

Quelques jours plus tôt, près d'une semaine, elle a sympathisé avec une jeune fille rousse pendant une mission pour la secte. Elle a déjà eu l'occasion de croiser la jeune femme pendant la tempête avec qui elle s'est un petit peu accrochée sous le coup du stress. Pendant la mission, Lily a découvert une facette d'Antonia beaucoup plus sympathique et amusante pour l'humaine. Et puis, la jolie rousse a prononcé le mot magique, Lukas. Ni une ni deux, Lily a pris cette information dans un coin de sa tête dans l'objectif de s'en servir un peu plus tard. Elle cherche toujours des réponses sur le tchèque et pour une fois, elle a rencontré une personne qui semble bien déterminée à lui en donner. Lily se sent un petit peu honteuse d'agir ainsi dans le dos de son nouveau petit-ami. Elle ne trouve pas cela correct de faire des recherches dans son dos mais son avidité pour l'information a pris le dessus. Puisque Lukas ne fait que lui mentir, elle est prête à tout pour avoir des réponses. Elle s'est bien gardée de lui dire qu'elle a rendez-vous ce soir dans une boite de nuit avec une amie. Ils n'en sont pas encore à l'étape de justifier leurs moindres faits et gestes. Consciemment, ils savent l'un comme l'autre qu'ils ont de lourds secrets a cacher. Lily a besoin de sa liberté pour mener à bien sa vie dans la révolution et sa recherche de la vérité, Lukas a besoin de la sienne pour dieu seul sait quoi. Ensemble, ils ont trouvés un accord muet, sans même avoir besoin d'en discuter, chacun pouvant vaquer à ses occupations sans forcement en informer l'autre. Cela évite ainsi les mensonges et les prises de tête.
C'est donc avec détermination que Lily s'est préparée pour une soirée entre filles. Voilà bien longtemps qu'elle n'a pas pris la peine de sortir en boite pour juste boire et se défouler. Sa vie avance à une telle allure qu'elle n'a plus eu le temps d’appeler Jade ou une autre de ses amis pour sortir prendre l'air. Ça lui manque un peu malgré le fait que Lily n'est pas une grande fêtarde. Elle aime pouvoir se lâcher de temps en temps, surtout quand on sait que la blondinette n'arrive plus à dormir depuis des lustres. De longues nuits à parcourir les rues de Paris dans le seul but de remettre en place toutes ses idées. Elle a pris l'habitude d'enfiler son manteau et de prendre l'air quand le sommeil l'a abandonné pour le reste de la nuit. Triste habitude.
C'est donc maquillée, une robe assez courte, que Lily apparaît méconnaissable au pied de la boite de nuit. Elle n'a pas l'habitude de mettre des robes la gamine, encore moins des robes sexys. Mais ce soir, elle a décidé de faire un effort pour ne pas se faire refouler à l'entrée et être digne de la jeune femme qui l'accompagnera. Elle se doute bien que ce soir, Antonia va lui en faire voir de toutes les couleurs et que si elle veut récupérer des informations, elle doit tout faire pour aller dans le sens de la rouquine. Une fois devant le club, le prend tout de même la peine d'envoyer un sms à Lukas pour le prévenir qu'elle ne sera pas chez elle ce soir. On la laisse entrer sans encombre. Elle n'est encore jamais venue ici mais la boite est déjà bondée. Antonia n'est pas encore arrivée d'après quelques coups d’œil dans la boite, elles ont décidés de se donner rendez-vous au bar.
Se faufilant sur la piste de danse, Lily finit par attendre le point de rendez-vous après quelques jeux de bras. Elle s'assoit sur un tabouret tellement haut que ses pieds balancent dans le vide. Décidément, rien n'est à sa taille dans ce monde. « Une tequila s'il vous plaît. » Se presse t-elle de demander quand le barmaid passe devant elle. En quelques minutes, elle est servie. Prenant son verre, elle analyse la salle de son œil de lynx, c'est pas si mal ici, pourquoi n'est-elle encore jamais venue ? Et pendant qu'elle se pose cette question, elle ressent une présence à ses côtés. Pensant qu'il s'agit d'Antonia, elle se retourne tout sourire. C'est raté. « Bonjour. Que fait une aussi charmante demoiselle toute seule au bar ? » Il prend place à ses côtés sans lui demander si la chaise est prise. « J'attends une amie ». Se contente t-elle de répondre sur la réserve. Décidément, la soirée commence bien. « Oh, alors cela ne vous dérange pas si je reste vous tenir compagnie jusqu'à son arrivée. » Elle boit son verre d'un trait. « Heu... » Comment lui dire que si, ça la dérange ?! 

@Antonia M. De Beaulieu

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: got a secret can you keep it ?(Antonia) Mar 22 Aoû - 9:06 ()
Got a secret, can you keep it?  
Antonia & Lily
Standing at the crossroads  a  dried up pen in hand. The conversation went like this 'Tell me your desire why you pulled me from the fire  and we'll seal the deal with a kiss'.

Le Moonlight night club était un des rares endroits où je pouvais encore sortir malgré ma célébrité et pour cause : l’endroit était dirigé par des démons qui avaient sans doute suivi mes exploits en direct sur Believe. C’était presque triste de se dire que pour avoir la paix je devais fréquenter des lieux placés sous protection démoniaque. Je passais de nombreuses soirées au Moulin Rouge, et le reste du temps je fréquentais l’Eden Palace ou des boîtes de nuit comme celles-là. Ce soir là, j’avais accepté d’accompagner Lily, qui m’avait invitée à sortir quelques jours plus tôt, lorsque nous nous étions retrouvées à pirater des sites gouvernementaux pour le compte de la Clavis Aurea. La mission avait été couronnée de succès aussi avions-nous mérité de fêter notre victoire autour d’un verre…ou même plusieurs. Le souci avec les humains, c’est qu’il fallait parfois leur servir de chaperon parce qu’ils ne savaient pas se tenir. Je n’étais pas idiote, j’avais bien remarqué la façon dont Lily enchaînait les verres, elle les descendait les uns après les autres sans se soucier réellement de ce qu’elle était en train de boire. Il n’était pas nécessaire d’avoir beaucoup d’empathie pour comprendre que la blondinette buvait pour oublier ses soucis. Un chagrin d’amour, peut-être ? Je n’étais pas spécialement emballée par la perspective d’entendre une humaine se lamenter sur son looser de petit-ami qui l’avait quittée, pourtant j’ai rapidement changé d’avis en entendant le nom de Lukas se glisser dans la conversation. Elle avait l’air d’avoir très à cœur de me cuisiner à son sujet parce qu’elle avait compris que je le connaissais. A moins qu’elle cherchait à se venger de lui pour une raison X ou Y, et dans ce cas, elle avait fait appel à la bonne personne.

Quoiqu’il en soit en m’invitant à sortir elle avait fait le bon choix. Elle voulait en savoir plus sur Lukas, et je voulais savoir quels secrets la blondinette cachait. Lorsque nous étions en train de pianoter sur les ordinateurs, Vivian avait laissé entendre qu’elles se connaissaient en dehors de la secte puisqu’elles étaient collègues, et ce n’était certainement pas au Moulin Rouge puisque Vivian avait eu l’air surprise que je l’associe à un tel endroit. A présent que j’avais mis le doigt sur quelque chose d’intéressant, je comptais moi aussi interroger la petite  Lily, ne serait-ce que pour savoir ce qu’elle fichait dans cette foutue secte, mais aussi pourquoi elle fréquentait des gars comme Lukas – car si elle était dans le giron des templiers, je devais le savoir pour sauver ma peau. Etait-il utile de rappeler que l’un d’entre eux avait tenté de me tuer quelques semaines auparavant ? D’ailleurs, ma peau portait encore les marques de cette agression. L’impact de balle se détachait très nettement sur ma peau pâle et je ne cherchai même pas à la dissimuler.  Ma tenue, de toute façon, ne le permettait pas. Ce soir là, je portais une robe noire au décolleté plongeant, faite de dentelle délicate et ouvragée. Mes tatouages étaient également visibles et parsemaient ma peau à la manière d’une pluie de comètes. Ainsi apprêtée, je ne tardai pas à me mettre en route car Lily allait m’attendre.

Lorsque j’arrivai à notre lieu de rendez-vous, le club était bondé, à un tel point qu’il était difficile de se frayer un chemin entre les fêtards. Les rythmes électro étaient entêtants et mon cœur cognait douloureusement dans ma poitrine. Pourtant, je continuais d’avancer, ignorant les danseurs bourrés qui voulaient m’accoster et m’entraîner dans une danse endiablée. Je les repoussais plus ou moins avec douceur, écrasais des pieds au passage et donnais des coups dans des tibias qui se trouvaient à ma portée. L’odeur de parfum et de sueur mélangés me tournait sur le cœur et bientôt je parvins à m’extirper de la foule grouillante pour longer le bar, où j’étais supposée retrouver Lily. Seulement, elle ne s’y trouvait pas.

Merde.

Merde.

Putain de bordel de merde.

Ces humains allaient véritablement finir par me rendre dingue. Quand je disais qu’ils ne savaient pas se tenir. Ceux là étaient généralement des aimants à emmerdes et la fameuse Lily ne semblait pas être une exception à la règle. Je laissais échapper une flopée de jurons avant de fendre la foule en sens inverse. Ce n’était pas le moment de blaguer, merde. A partir du moment où la petite m’accompagnait, elle était sous ma responsabilité.  Je ne m’excusai même pas lorsque je bousculai un mec bourré qui m’insulta copieusement en retour. Je ne répondis pas. J’avais mieux à faire.

Puis finalement je la vis là bas.

Elle était en train de jouer avec son putain de téléphone portable.

Mon cœur piqua un sprint tandis que le feu me montait aux joues, les colorant d’un beau rouge brique. C’est là que je le vis. Ce mec. Je le voyais tourner autour de la blondinette comme un infâme vautour, au point qu’il se permit de prendre son téléphone pour parler avec son interlocuteur. C’est quoi ce bordel ? D’un pas vif et conquérant je me dirigeai vers l’individu et avec souplesse je me glissai auprès de Lily.

« Un problème peut-être ? »  lançai-je d’un ton dur et inflexible, en toisant l’intrus de mon regard sévère. «  Il me semble que le gars là bas a quelque chose à te dire. À ce qu’il paraît tu as lorgné d’un peu trop près sa copine. Si j’étais toi je dégagerais d’ici avant que tu te fasses casser la gueule. »


Et ce n’était pas une menace en l’air. Il y avait ce mec là bas qui fixait notre trio avec hargne, tandis que des ondes vengeresses se diffusaient dans l’air et nécrosaient son bon sens. Ce soir il se sentira victime d’une injustice, et il viendra réclamer son dû, drapé dans sa virilité blessée d’avoir vu un autre marcher sur ses plates bandes.  
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 02/11/2016
Messages : 718
Louis d'or : 1654
pretty face : Gigi Hadid.
julius caesar : beylin(av.) NEFERTARI(sign.)
the mighty bush : Elle possède depuis le grand retour le pouvoir d'aquakinésie. Elle n'arrive pas à le maîtrise, elle ne cherche pas à l'utiliser. Elle peut contrôler l'eau sous toutes ses formes. Liquide, solide, vapeur. Quand elle a le malheur de l'utiliser, elle se sent terriblement affaiblie et elle peut se mettre à saigner du nez si elle insiste. Il peut également se déclencher quand elle est sous le coup d'émotions fortes.
Allegeance : Tireuse d'élite, un bien grand mot pour une petite fille qui a appris à tirer avec le pistolet de son père. Simple activiste, elle est devenue tireuse, sûrement à cause de son caractère instable. Douée en tire, on voulait également la garder le plus loin possible du terrain. Beaucoup la considèrent comme dangereuse la petite gamine. Elle n'écoute pas, aveuglée par sa propre guerre. Elle n'arrive pas à voir plus loin, plus grand que sa vengeance. Elle ne comprend pas les actions douces comme des tags ou des mises en scène. Quand on lui a parlé de remplir la place de la République avec des mannequins, elle leur a ri au nez. Elle est enfermée dans cette colère, dans cette violence dont elle n'avait jamais fais preuve avant la disparition de son aîné. Fini la petite fille douce et innocente. Fini la naïveté et la pureté. Elle s'est transformée, devant tromperie et extrémiste.
these streets : Elle ne sait malheureusement pas grand chose la pauvre petite. Elle sait que quelque chose ne va pas, elle ne reconnaît pas son frère. Mais elle serait incapable de dire si il s'agit d'une autre personne ou tout simplement d'un lavage de cerveau ou encore d'un robot (dernière hypothèse éliminée récemment après avoir entailler la main de son frère pour s'en assurer.)
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t477-blood-girl-dubois
Revolutionnaires

Sujet: Re: got a secret can you keep it ?(Antonia) Ven 25 Aoû - 15:35 ()

Elle appelle Lukas sans réellement savoir pourquoi, sans réellement comprendre quelle mouche la piquée. En réalité elle sait, elle ne supporte pas de voir Lukas aussi détaché vis à vis elle. Pas une seule question, pas une seule envie de savoir, même par curiosité pourquoi elle n'est pas disponible ce soir. Pourtant, c'est ce que fait un petit-ami non ? S’intéresser à la vie de sa copine ? Mais pas Lukas, Lukas n'est pas comme ça. Lukas il mène sa vie sans se soucier de ce que devient Lily. Du moins c'est ce qu'elle croit la gamine. En couple. C'est bien la première fois que ça lui arrive. Ce mot, c'est bizarre pour elle, elle n'a pas l'habitude. Lily, elle ne fréquente jamais les garçons, elle n'a jamais eu de petit copain au grand désarroi de ses parents. Longtemps ils ont cru que la gamine avait un problème, qu'elle faisait fuir tous les garçons. Parce que décidément, un si jolie minois ne peut pas passer sa vie seule n'est-ce pas ? Mais c'est juste que Lily, elle n'a jamais été intéressé par l'amour. Les papillons dans le ventre, le cœur qui s'emballe, c'est surfait pour elle. Du moins c'est ce qu'elle croyait avant de rencontrer Lukas. Il a tout changé, tout remis en cause. Avant lui, elle ne se pensait pas capable d'aimer, comme si son cœur avait oublié cette fonction à la naissance. Mais maintenant, elle ne peut plus se passer de lui. C'est idiot, c'est fleur bleue, tout ce qu'elle n'est pas. Elle rougit en entendant quelqu'un prononcer le nom du tchèque en sa présence. Elle ne peut pas cacher ses sentiments la gamine, pire qu'une adolescente. Pourtant elle aimerait, oh qu'elle aimerait ne pas montrer son attachement à Lukas. Elle n'a pas envie de devenir une proie facile à cause d'un cœur d’artichaut un peu trop voyant. Mais elle ne contrôle rien Lily, c'est trop nouveau pour elle. Elle découvre tout un monde, toute une palette d'émotions qu'elle ne connaissait pas avant. Lukas, il lui fait ressentir des choses trop intenses pour sa petite personne. Il occupe ses pensées trop souvent pour que Lily puisse continuer correctement sa quête de vérité. Et puis en même temps, il reste encore tant de questions sur le jeune homme. Elle n'a pas oublié son envie de savoir, sa place dans toute cette histoire. Lily est certaine que Lukas est lié de près ou de loin à la disparition, elle aimerait connaître son rôle pour être sûr de ne pas se faire avoir. Et si il travaillait pour le gouvernement ? Et si depuis le début il ne faisait que la manipuler ? Malgré l'évolution de leur relation, cette pensée n'a jamais totalement quitté la jeune femme. Elle est encore trop méfiante pour avoir une confiance totalement aveugle en son nouveau petit-ami. C'est pas sa faute, elle est juste comme ça la gamine.
C'est donc pour cela que Lily se retrouve dans une boite de nuit qu'elle n'a encore jamais visité. Le téléphone à la main, elle se dispute avec Lukas en attendant Antonia. Elle se fait raccrocher au nez par une voix féminine. Elle attend quelques instants, le téléphone à la main qu'il rappelle, il ne le fait pas. « Petit Con. » Ça lui échappe, elle est en colère maintenant. La gamine s'était fixée des limites pour cette soirée, ses limites viennent de diminuer. « Un problème peut-être ? » La voix de la rouquine fait sursauter la jolie blonde, elle ne l'avait pas vu arriver. Rapidement, Lily tourne la tête pour lui faire face. «  Il me semble que le gars là bas a quelque chose à te dire. À ce qu’il paraît tu as lorgné d’un peu trop près sa copine. Si j’étais toi je dégagerais d’ici avant que tu te fasses casser la gueule. » L'homme finit par partir sans dire un mot, un peu trop intimidé par la nouvelle venue. « Tu sais, je crois que mon copain n'en a rien à foutre ! » Dit-elle en désignant son téléphone encore sur les nerfs. « Tu viens prendre un verre avec moi ? » Lily reprend place au bar à côté de Antonia. Elle commande à boire et décide d'entamer le vif du sujet. « En parlant de lui... Tu ne m'as toujours pas raconté d'où tu le connais.... Est-ce que vous êtes des amis ? »   

@Antonia M. De Beaulieu

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: got a secret can you keep it ?(Antonia) Lun 28 Aoû - 10:00 ()
Got a secret, can you keep it?  
Antonia & Lily
Standing at the crossroads  a  dried up pen in hand. The conversation went like this 'Tell me your desire why you pulled me from the fire  and we'll seal the deal with a kiss'.

A peine fus-je arrivée sur les lieux que je ressentais les ondes de colère que Lily dégageait. Elle ne semblait pas du tout ravie de la situation et en l’espace d’un instant je me demandai si c’était l’intrus qui la poussait à bout ou si c’était le coup de fil pour lequel elle avait été obligée de s’éloigner pour le prendre. A en croire son expression contrariée et son regard tueur, je penchais plutôt pour l’appel. De toute façon le relou ne sera plus un problème très longtemps, je venais d’intervenir pour le chasser et je savais me montrer très persuasive. Personne ne tenait jamais tête à la main armée de la justice divine. D’ailleurs, ne venait-il pas de foutre le camp sans demander son reste ?  Les humains étaient tous pareils. Il suffisait de leur crier dessus et de faire les gros yeux pour qu’ils se ratatinent, au point qu’ils n’osaient plus la ramener après. Je roulai des yeux, agacée avant de reporter mon attention sur la gamine que je venais de sauver. Elle-même était encore très remontée  - en même temps je ne pouvais que la comprendre, de telles intrusions avaient à elles seules un tel pouvoir de nuisance qu’elles ruinaient toute une soirée et bizarrement ce n’était jamais la soirée des mecs qui venaient nous draguer qui était gâchée. De toute façon ils pouvaient toujours essayer nous n’étions pas des cœurs à prendre . De ce que Lily venait de dire, le sien était occupé. Je me retins de soupirer. L’amour était encore un privilège que seuls les humains pouvaient se permettre. J’étais une guerrière redoutable, la justice clairvoyante et implacable, à la fois juste et cruelle, il n’y avait pas de place pour les sentiments dans ma quête. De toute façon, ces dernières semaines, je m’étais trop laissée distraire. J’avais commis des erreurs qui m’avaient beaucoup coûté et la dernière en date s’appelait Seth.

D’ailleurs, la situation avait quelque chose de cruel puisque tout semblait me ramener à lui, à l’instar d’un mauvais sort dont on peinerait a se débarrasser. Une malédiction.La gamine venait de mentionner son petit-ami. J’en déduisis que c’était lui qu’elle avait appelé quelques instants plus tôt. Ça aurait pu être lui qui l’avait appelée mais je n’étais guère convaincue par cette hypothèse. C’était donc elle qui avait cherché à le joindre pour une raison ou une autre et la conversation ne s’était pas passée comme elle l’aurait voulu. A en croire le petit con qu’elle avait lâché juste avant de raccrocher, c’était lui qui lui avait raccroché au nez. Tiens, ça me rappelle quelqu’un . Sauf que cette fois là, c’était Seth qui m’avait appelée pour me demander un service, et comme j’avais refusé de lui donner satisfaction séance tenante, il m’avait raccrochée au nez. A l’époque, je n’avais aucune idée que ce mortel effronté essaierait de me tuer en me tirant dessus et j’avais été tout naturellement offensée par un tel manque de manières. Aujourd’hui ça me paraissait tellement risible, pourtant je compatissais avec la gamine qui n’avait vraisemblablement aucune idée de la galère dans laquelle elle s’était fourrée. M’enfin, si elle était heureuse ainsi ce n’était certainement pas moi qui allais lui faire la leçon, ce n’était pas mon rôle de s’immiscer dans cette histoire bien que tacitement j’avais promis à Lily des réponses.  Il était temps pour la blondinette de réclamer son dû puisqu’elle me traîna jusqu’au bar, m’invitant à prendre un verre avec elle. Puisque c’était précisément la raison de ma présence ici, je la suivis sans opposer une quelconque résistance et je me hissai sur un tabouret à ses côtés – par chance des places assises venaient de se libérer.

«  Un gin tonic. » réclamai-je en faisant claquer mes ongles sur le comptoir, nerveuse à cause de ce qui venait de se passer – pour oublier, j’aurai besoin d’alcool, de beaucoup d’alcool.

Puis, une fois que nos boissons furent commandées, Lily revint dans le vif du sujet. Nous allions visiblement parler de son petit ami puisque l’humaine venait de me demander d’où je le connaissais. Je lançai à Lily un regard circonspect. A quel moment avait-elle mentionné son nom, déjà ? comment je pouvais connaître son copain si elle ne me disait pas de qui il s’agissait ? Puis, cela fit tilt dans ma tête. Je ne lui ai toujours pas dit d’où je le connaissais. Cela signifiait qu’elle m’en avait déjà parlé avant. Je dus chercher dans mes souvenirs pour tenter de savoir à quel moment elle m’avait parlé de son petit-ami et je me rappelai alors de cette conversation que nous avons eue alors que nous étions en train de pirater les sites du gouvernement.

Lukas.

Maintenant ça me revenait. Je ne connaissais pas d’autres Lukas que celui que nous avions en commun, et il se trouvait qu’il était le meilleur ami de mon ex. Mon sang se glaça dans mes veines. Comme si je m’étais brûlée, je retirai ma main, arrêtant de pianoter sur le comptoir par la même occasion. C’est une longue histoire avais-je répondu à l’époque, simplement pour éluder. Maintenant que nous avions tout notre temps, elle n’allait pas me lâcher tant elle était déterminée à connaître la vérité. Quelle vérité ? Elle ne semblait pas avoir conscience du monde dans lequel elle vivait, là où les légendes prenaient vie, voire avaient un corps. Je la toisai de mon regard sévère.

« Ecoute, si tu veux savoir s’il t’a trompée ou que sais-je, tu ferais mieux d’en parler avec le principal concerné plutôt que de cuisiner tout son entourage » Je me mordillai la lèvre inférieure. Ça ne coûtait rien de répondre à sa question, je pouvais bien dire d’où je le connaissais sans trahir un quelconque secret d’Etat. « D’autant plus que je ne fais pas vraiment partie de son entourage à proprement parler, j’ai dû le voir deux fois dans ma vie à tout casser. La première fois que je l’ai vu, c’était au musée mais comme tu étais là, je ne t’apprends rien. Ou peut-être que c'était la deuxième fois, je ne sais plus. » Je faisais bien entendu allusion à la tempête.  « Sinon, il n’y a rien de transcendant dans cette histoire, c’est l’ami d’un ami, enfin, tu vois le truc. On connaît machin qui connaît truc qui connaît bidule, et on finit par connaître toute la ville. »

En ce qui me concernait, c’était bien sûr à prendre au sens littéral du terme. Il est vrai qu’en tant qu’esccort je connaissais beaucoup de monde et parfois hauts placés mais manque de chance pour la gamine, Lukas n’en faisait pas partie. Puis de toute façon elle devra se contenter de cette info parce que je n’en avais pas d’autre.

« Pourquoi tu tiens tant que ça à en savoir plus sur lui ? » questionnai-je à mon tour en coinçant une cigarette entre mes lèvres purpurines pour l’allumer. «  Tu es convaincue qu’il te cache quelque chose ? »

Et tandis que j’expirais la fumée âcre en un nuage opaque, je toisai à nouveau la petite Lily, parce qu’il n’y avait pas de raison pour qu’elle soit la seule à poser des questions. 
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
avatar
the last young renegades
homecoming : 02/11/2016
Messages : 718
Louis d'or : 1654
pretty face : Gigi Hadid.
julius caesar : beylin(av.) NEFERTARI(sign.)
the mighty bush : Elle possède depuis le grand retour le pouvoir d'aquakinésie. Elle n'arrive pas à le maîtrise, elle ne cherche pas à l'utiliser. Elle peut contrôler l'eau sous toutes ses formes. Liquide, solide, vapeur. Quand elle a le malheur de l'utiliser, elle se sent terriblement affaiblie et elle peut se mettre à saigner du nez si elle insiste. Il peut également se déclencher quand elle est sous le coup d'émotions fortes.
Allegeance : Tireuse d'élite, un bien grand mot pour une petite fille qui a appris à tirer avec le pistolet de son père. Simple activiste, elle est devenue tireuse, sûrement à cause de son caractère instable. Douée en tire, on voulait également la garder le plus loin possible du terrain. Beaucoup la considèrent comme dangereuse la petite gamine. Elle n'écoute pas, aveuglée par sa propre guerre. Elle n'arrive pas à voir plus loin, plus grand que sa vengeance. Elle ne comprend pas les actions douces comme des tags ou des mises en scène. Quand on lui a parlé de remplir la place de la République avec des mannequins, elle leur a ri au nez. Elle est enfermée dans cette colère, dans cette violence dont elle n'avait jamais fais preuve avant la disparition de son aîné. Fini la petite fille douce et innocente. Fini la naïveté et la pureté. Elle s'est transformée, devant tromperie et extrémiste.
these streets : Elle ne sait malheureusement pas grand chose la pauvre petite. Elle sait que quelque chose ne va pas, elle ne reconnaît pas son frère. Mais elle serait incapable de dire si il s'agit d'une autre personne ou tout simplement d'un lavage de cerveau ou encore d'un robot (dernière hypothèse éliminée récemment après avoir entailler la main de son frère pour s'en assurer.)
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t477-blood-girl-dubois
Revolutionnaires

Sujet: Re: got a secret can you keep it ?(Antonia) Dim 3 Sep - 15:21 ()

Elle voit le barmaid déposait le verre de whisky devant son regard. Le liquide jaunâtre l'hypnotise un moment. Elle se plonge dedans. Bien des choses ont changés avec Lukas désormais. Elle n'aurait pas cru, quelques semaines plutôt, tomber sous son charme. Ou plutôt si, ça fait bien longtemps qu'elle a succombé la blonde sans vouloir se l'avouer. Lukas, elle a su dés la première rencontre qu'il se passerait quelque chose sans pouvoir définir quoi. Elle a su dés le début qu'il ne l'avait pas laissé indifférente. Et puis à chaque mission, il était toujours là, à chaque fois qu'elle était sur la piste de la vérité, elle le croisait souvent. Si bien qu'elle s'est mise a douter la jeune enfant des motivations du tchèque. Il semblait savoir trop de choses et puis, pourquoi était-il toujours sur les pistes de Lily ? Elle a cru qu'il était de mèche avec le gouvernement, elle croit encore un peu à l'heure actuelle. Ça la travaille la gamine. C'est dur de faire confiance à une personne dont on ne sait rien. Parce que elle ne sait rien sur Lukas n'est-ce pas ? A part que sa sœur est décédée dans d'étranges circonstances, son nom, son travail, son age et son origine. C'est peu, vraiment très peu pour tomber amoureuse. Mais elle connaît ses mimiques Lily. Elle sait qu'un sourire se dessine sur ses lèvres quand les joues de la gamine se teintent de rouge. Elle sait qu'il aime quand elle s'énerve et s'égosille alors que lui attend calmement que la tempête ne passe. Elle a compris qu'il ne supporte pas qu'on lui rappelle la différence d'age qu'il a avec elle. C'est pleins de petits trucs comme ça qu'elle a repéré Lily, qui lui fait espérer qu'au fond, elle connaît un peu Lukas. Est-on vraiment obligé de connaître l'histoire d'une personne pour forcement lui faire confiance ? Ne peut-on pas simplement se contenter des actions présentes et du feeling ressenti ? Il lui a sauvé la vie plusieurs fois Lukas. Une fois au théâtre et une fois au Belive. Ça prouve bien qu'au fond, elle compte pour lui. Du moins suffisamment pour qu'il ne souhaite pas la voir mourir. Ou alors, qu'il a besoin d'elle en vie pour quelque chose. Mais pour quoi ? Elle ne peut s'empêcher dans un coin de sa tête d'être méfiante la gamine. Et pourtant devant Lukas, elle fait celle qui a tout oublié, qui est devenue miraculeusement sage et docile. Il ne sait pas que dans l'ombre Lily complote pour avoir ses réponses. C'est sa manière d'être, elle ne tient pas longtemps sans chercher des réponses. C'est son fil conducteur depuis des années. Elle essaie de se soigner mais malheureusement, cela ne marche pas. Elle ne sait pas se tenir à carreau.
«  Un gin tonic. » La voix de Antonia ramène Lily au moment présent. Ses yeux se détachent enfin du liquide jaune et elle se décide à en faire couler quelques gorgées dans sa gorge. « Ecoute, si tu veux savoir s’il t’a trompée ou que sais-je, tu ferais mieux d’en parler avec le principal concerné plutôt que de cuisiner tout son entourage » Lily fronce les sourcils. Elle ne sent pas Antonia aussi à l'aise qu'à son habitude. Déjà son cerveau se met en route, analysant le moindre fait et geste de la rouquine. Elle sait quelque chose que la gamine ne sait pas. Fait-il encore savoir quoi.  « D’autant plus que je ne fais pas vraiment partie de son entourage à proprement parler, j’ai dû le voir deux fois dans ma vie à tout casser. La première fois que je l’ai vu, c’était au musée mais comme tu étais là, je ne t’apprends rien. Ou peut-être que c'était la deuxième fois, je ne sais plus. » Les ongles de Lily tapotent sur le comptoir du bar. Elle n'est pas satisfaite de la réponse.  « Sinon, il n’y a rien de transcendant dans cette histoire, c’est l’ami d’un ami, enfin, tu vois le truc. On connaît machin qui connaît truc qui connaît bidule, et on finit par connaître toute la ville. » Elle réfléchit aux paroles de Antonia. C'est évasif, beaucoup trop. C'est pas clair.
Alors que la gamine reprend son verre et commence a avoir ses pensées devenir nébuleuses, la rouquine commence les questions. « Pourquoi tu tiens tant que ça à en savoir plus sur lui ? Tu es convaincue qu’il te cache quelque chose ? » Elle se penche sur Antonia. « Je sais qu'il me cache quelque chose... Je ne te parle pas d'une histoire débile de fidélité ou quoi. Je te parle de quelque chose d'important. Quelque chose qui a un rapport avec ce qui se passe à Paris depuis quatre ans. Je veux juste savoir quoi. » Elle finit son verre d'une traite et reprend un peu plus fort. « Je pensais que tu pourrais m'aider à obtenir la réponse Tonia... » Elle commande encore un verre. A combien bien en est-elle déjà ? Cinq ? Six ? Elle ne sait plus. « Qui est cet ami que vous avez en commun avec Lukas ? Tu le connais bien ? Peut-être que tu pourrais me passer son numéro... ou une adresse pour que je puisse le rencontrer... » Elle est déterminée la gamine, elle ne laissera pas Antonia s'en aller ce soir sans le moindre indice. Et tant pis si son foie doit y passer.   

@Antonia M. De Beaulieu

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: got a secret can you keep it ?(Antonia) Mar 19 Sep - 8:33 ()
Got a secret, can you keep it?  
Antonia & Lily
Standing at the crossroads  a  dried up pen in hand. The conversation went like this 'Tell me your desire why you pulled me from the fire  and we'll seal the deal with a kiss'.

Comment pouvais-je apporter à Lily quelques éléments de réponse sans pour autant trahir l’existence des surnat ? Comment pouvais-je parler des templiers sans évoquer leur chasse effrénée contre les créatures démoniaques ou assimilées ? Comment le prendrait-elle si elle savait que moi-même j’étais une déesse millénaire, aussi vieille que le monde ? Elle le prendrait certainement très mal et je ne pouvais décemment pas l’en blâmer. N’importe quel humain flipperait de savoir ce qui se passait réellement dans les rues de leur ville, sur leur territoire. Ils avaient déjà leurs propres soucis à régler pour en plus qu’une guerre entre surnats leur tombe dessus. Alors je ne disais rien, parce que je ne le pouvais pas. Et même si j’étais liée par ce jeu d’ombres qui reposait sur les identités secrètes, je pouvais toutefois lui révéler une semi-vérité. Certes, ce n’était pas LA vérité tant convoitée mais c’était toujours plus satisfaisant que des mensonges. Des gamins de sa trempe qui recherchaient des réponses à leurs questions, j’en connaissais plein. De plus en plus pensaient que le gouvernement leur mentait sur ce qui se tramait, et ils n’avaient pas vraiment tort. La plupart des politiciens que je connaissais et qui faisaient campagne actuellement étaient des disparus, et ils promettaient des réponses aux pauvres hères qui attendaient de retrouver leurs chers disparus. Pour que la blondinette soit aussi entêtée à savoir la vérité, elle était très certainement concernée. C’était une situation d’autant plus compliquée. Il fallait que je lui mente par omission au risque de la blesser davantage le jour où elle saura tout , y compris pour nous et ce sera encore pire quand elle réalisera que moi je savais depuis le début et que je ne lui ai rien dit.

Alors, je bottais en touche et cela se voyait dans mon attitude. J’étais nerveuse, j’essayais de louvoyer autant que possible. Lorsque je compris qu’elle voulait parler uniquement de Lukas, je me détendis enfin, parce qu’à ce que je sache, l’ami de Seth n’était pas concerné de près ou de loin par les disparitions. Alors je me sentis soulagée, parce que au moins je n’aurai pas à esquiver les questions embarrassantes. Une fois encore, j’ai lancé des mots en l’air, j’ai parlé d’adultère alors que je n’en savais strictement rien. Que savais-je des relations de couple ? Pas grand-chose à dire vrai, même quand il était question d’amour, j’étais une guerrière, une conquérante. Bien sûr qu’il y avait des êtres auxquels j’étais très attachée. Preuve en est, je revenais dans leur lit comme si je n’en étais jamais partie, comme si les draps n’avaient jamais eu le temps de refroidir en mon absence. Je papillonnais souvent, je flirtais à outrance, mais je revenais parfois, quand ça en valait la peine. Ce n’était pas de l’amour que je ressentais, mais de la loyauté, et aussi pas mal de tendresse. Juste assez d’attaches pour ressentir un petit pincement au cœur quand ils partaient. Au fond je n’y connaissais rien à l’amour, les conseils que je pourrais lui donner étaient une vaste fumisterie. J’avais ironisé, comme d’habitude, arguant que si elle le soupçonnait d’être infidèle, ce n’était sûrement pas mon rôle de lui en faire part. Elle rétorqua alors que ce n’était pas ce qu’elle voulait savoir au sujet de Lukas. Elle qualifia même ces histoires d’infidélité de débiles , ce qui m’arracha un sourire sincèrement amusé. La petite Lily avait quelque chose qui me plaisait beaucoup, elle avait du caractère, en plus d’être indépendante et sa fragilité d’humaine était attendrissante. Peut-être aurais-je pu m’en faire une amie ; dans une autre vie. Ça aurait été possible s’il n’y avait pas eu ces millénaires de mensonges et de faux semblants entassés devant nous, comme une montagne impossible à franchir.

La nouvelle requête de Lily eut au moins le mérite de me sortir de ma torpeur teintée de mélancolie. Elle était intimement persuadée que son Lukas était impliqué de près ou de loin dans les événements qui secouaient Paris depuis près de quatre ans. C’était comme une idée fixe dont elle ne parvenait pas à se débarrasser. Je la voyais picoler. Je percevais sa détresse, son besoin viscéral de savoir Ce n’était pas de l’empathie, j’avais tout simplement des dons qui me permettaient de savoir quel était leur désir le plus enfoui et de les pousser à réclamer pour peu qu’ils s’estiment lésés. Je comprenais son sentiment d’être maintenu à l’écart. Ce n’était pas juste  En maintenant les humains à l’écart de cette guerre, nous ne protégions personne. Je me sentis soudainement démunie lorsqu’elle prononça mon diminutif, comme si nous étions devenues proches. Comment pouvais-je lui refuser ça, quand c’était demandé avec autant de désespoir ? Dire que l’inflexible déesse que j’étais n’avait jamais fléchi, malgré les pleurs et les supplications. Bordel. Je bus une gorgée d’alcool et je grimaçai à cause de son goût amer. Pour faire passer ce goût soudainement devenu dégueulasse, je glissai une cigarette entre mes lèvres rouges et je l’allumai pour en tirer une bouffée. Je me sentais plus nerveuse que jamais, parce qu’elle m’avait demandé qui était l’ami en commun que j’avais avec Lukas.

Seth.

« Ce n’est pas vraiment un ami. » répondis-je d’un ton bourru, avant de boire un peu -je ne descendais pas mes verres aussi vite que Lily. « C’est mon ex, à dire vrai. » Ex, comme ex copain. Ex comme une histoire avortée. « Je crois que tu l’as déjà vu, c’est le grand brun que tu as vu au musée, pendant la tempête. Il était avec un mec blond, une femme blonde et bien sûr Lukas. »

C’était lui qui m’avait mis une main sur l’épaule pour me calmer, alors que la dispute entre Lily et Lukas m’agaçait. Trop d’ondes négatives dans un espace aussi confiné, pas étonnant que j’ai fini par péter les plombs. J’enroulai une mèche rousse autour de mon index, songeuse. Nostalgique.

« Donc ouais, on peut dire que je le connais. » repris-je, avec un certain détachement, comme si ça ne m’atteignait plus – alors que j’avais le cœur en vrac rien qu’à l’évoquer. « Si tu veux mon avis, il n’a rien d’exceptionnel non plus. Il a le même âge que Lukas. Il travaille au Louvre, en tant que restaurateur d’œuvres d’art. Un individu lambda en somme. »

Lily avait réclamé une adresse, n’importe quoi car elle voulait le rencontrer. J’avais haussé un sourcil circonspect. Aux dernières nouvelles, Seth ne voyait pas grand monde en ce moment -il m’arrivait d’aller voir sa page instagram par curiosité et il n’avait rien posté depuis un moment. Et tout ce qu’il postait concernait ses travaux au Louvre. Tout pour entretenir l’illusion, alors que la réalité était toute autre.

« Par contre, je ne te garantis pas qu’il soit très accueillant en ce moment. » la prévins-je avec indifférence, alors que je faisais très clairement allusion à la nuit où il a failli me tuer. « Depuis le dare or die, il a changé. Je dirais même qu’il a pété un câble. Il supporte mal la célébrité, il est plutôt hirsute, ces temps-ci. » Euphémisme. « Il est très clairement différent du mec que j’ai rencontré il y a quelques années »

Je me mordillai la lèvre inférieure alors que les souvenirs remontaient à la surface. Tout ceci me paraissait loin désormais, comme appartenant à une autre réalité.

« On s’est rencontrés pour la première fois à la fac, quand il est intervenu dans un de mes cours pour expliquer son taf. Beau cul, belle gueule, tu te doutes qu’il n’en fallait pas plus pour m’intéresser. Le côté artiste raté étant en bonus. » Je tirai une latte sur ma cigarette. «  Puis, quelques mois plus tard on s’est retrouvés dans une espèce d’asso. C’était une asso qui réunissait des gens qui avaient certaines capacités, un genre de justice league de super héros tu vois. » Avec mon accent espagnol, c’était vraiment très bizarre de me voir prononcer des anglicismes. « Bref, Seth était un des bénévoles. » ça, c’était une ruse pour dissimuler le fait que Seth avait aussi un pouvoir. De toute façon si je lui disais elle ne me croirait pas. «  cette asso n’existe plus, la présidente a foutu le camp du jour au lendemain, je ne sais pas ce qu’elle est devenue. Bref, je la voyais un peu comme un mentor, elle m’a bien aidée à accepter mes particularités. Elle faisait un boulot extraordinaire. »

C’était une façon subtile de dire que moi aussi j’étais dotée de pouvoirs puissants, qui dépassaient l’entendement humain. C’était aussi une façon de détourner son attention de Lukas, pour la dissuader de poser d’autres questions sur Seth, questions auxquelles je n’avais pas envie de répondre parce que ça impliquait de balancer qu’il était un templier et la situation était déjà assez compliquée comme ça, si en plus il fallait rajouter une mortelle un peu trop curieuse. Alors je noyai mon malaise dans mon gin tonic. 
Made by Neon Demon


@Lily M. Dubois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
the last young renegades
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: got a secret can you keep it ?(Antonia) ()
Revenir en haut Aller en bas
 
got a secret can you keep it ?(Antonia)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Secret War
» Amour secret...
» Le secret de Térabithia
» secret of mana
» SUIVI-HAÏTI:SECRET POLITIQUE-COMPLICITÉ OU SOUMISSION?
Static palms
melt your vibe
always on the hunt

a game of shadows :: Paris :: Nord-est :: Troisième arrondissement :: Le Moonlight Night club :: Le bar