boom bitch
Après un long dimanche, mais pas de fiançailles, nous voilà de retour !
Pour tout savoir sur les nouveautés de la version, c'est par .
dying to be born again
L'intrigue est de retour, pour vous jouer de mauvais tours... ou pas.
Dans tous les cas, c'est par .
paris versus the apocalypse
Quoi de mieux pour lutter contre l'apocalypse qu'un apéro ?
Pour vous inscrire à l'event, c'est par là.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 Quinte Flush Royal. | Nora
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
the last young renegades
homecoming : 31/07/2017
Messages : 21
Louis d'or : 135
pretty face : Norman Reedus.
julius caesar : Ouam - illustrations de Matt Bailey
legends never die : Le passeur des Enfers, celui qui fait payer l'aller sur les fleuves infernaux mais n'offre jamais de retour.
Allegeance : Misanthropie, s'éloigner pour ne plus jamais les revoir, s'isoler pour ne plus jamais être dans le noir.
these streets : Rien, il n'ignore plus rien, mais les évite tous pour continuer de vivre.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3882-dante-in-the-shadowplay-actin
Dieux

Sujet: Quinte Flush Royal. | Nora Mar 22 Aoû - 17:57 ()
Drugs ✝ Le hasard, cette église du mal.

Comme une diablerie de plus pour tourmenter les égarés, un placebo au parfum d'endorphine. L'odeur plastique des cartes à jouer me rendrait presque fou, elle qui est bien pire que la senteur enivrante d'un amour passager. Une amante cachée sous le masque du jeu, qui appelle et susurre des merveilles pour vendre la déchéance. La morsure est douce, délicieuse, mais douloureuse une fois la partie perdue. Ruine et tragédie, qu'ils sont idiots les débutants venus emmêchés se jeter dans les bras du monstre. Le jeu leur tourne le dos, les abandonne en arrachant quelques billets, quelques jetons, des paris sordides qui ne valent rien. Les vrais requins connaissent trop bien les sirènes du jeu pour se laisser attirer dans leur étreinte.
L'odeur des alcools imbibant les tapis verts me parvient, un semblant de souvenir, la mémoire olfactive est la meilleure. Je descends mon fond de whisky restant, brûle ma trachée. Les corps, les visages, les allures, tous ici me semblent être les vitraux d'une religion sans visage. Tous prient la même divinité informe qui les pousse à dépenser plus dans l'espoir vain et vénal de devenir plus heureux qu'ils ne sont. Ils achètent bonheur et insouciance comme des biens à collectionner. Des reliques durement payées. Ils devraient garder cet argent pour des enterrements.

Paye ta mort, elle t'offrira une meilleure vie.

Je ne suis pas eux, eux ne sont pas moi. La défaite, je ne la connais pas. Pas comme cet endroit, ses murs vides de fenêtres. Tu sais pourquoi? On ne voit plus le temps passer. Marketing exacerbé. Je ne regarde plus le jeu, plus rien. Je jette là des jetons factices, argent réel, grognant un pari stupide avant de plier mes pupilles sur mes cartes. Aussitôt reposées sur le tapis alors que mon attention dévie. Entre deux épaules de joueurs déjà paniqués, le cadre de ces ersatz passants dans la foule de clients. Ils vont tous mourir un jour.
Les gagnants ne cessent jamais de jouer, les perdants le font. Je ne compte plus mes parties, j'aime encore mieux compter les cartes, les heures, les minutes. J'attends qu'on me prenne, m'arrache à cette vie si douce, l'existence volée à quelqu'un qui souhaitait tant la perdre. J'attends et je crains. Il reviendra. Il me cherchera. L'Enfer n'aura de repos sans un passeur pour servir... de métro. Misère.
Tapis. Et j'en ai assez. Des jetons entre les doigts, jonglant d'une phalange à l'autre, je fuis la mondanité des vainqueurs pour retrouver la solitude qui pèse tant. Les présences, les rires, les étreintes. Je m'effondre presque, blasé, dans un canapé à l'écart des tables de jeu. C'est le regard absent que j'observe quelques scènes de genre entre les roulettes. La joie se meut en horreur chez quelques malchanceux, dommage. Mais la vision de serveuses aux sourires forcés leur redonne envie de parier, de s'endetter plus encore. L'amour de l'argent, le prix de l'attention.
C'est un signe discret à l'une d'elle qui me ramène un verre contre un jeton dans le décolleté. Facile. Il serait temps que j'arrête de venir m'amuser ici seul. Ou que j'abandonne le poker.

Je dois avoir une aura de solitaire.

Je soupire, baisse les yeux avec pitié en observant un autre idiot se faire emmener près du Black Jack par des serveuses avides. Les voilà les sirènes. Je le perds de vue aussitôt, comme s'il venait de se faire entrainer dans les abysses pour ne plus jamais revoir la lueur du jour. Prévisible. Et c'est là que je croise des iris un instant seulement. Je ne la connais pas. Impossible. Mais je ne dois pas être le seul à avoir une étrange aura autour de moi. Peu importe, j'en reviens à mon verre.

Seul.

_________________

I feel like someone is watching me.
I feel like I have zero privacy.
I am loosing touch with reality.
I start to question my sanity.
I think I'm going crazy.
I think I'm going mad.
I think I'm going crazy
from all the drugs I've had.
Revenir en haut Aller en bas
 
Quinte Flush Royal. | Nora
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quinte flush royal
» L'étendard royal du Rohan
» Labadie: Contrat entre l'etat haitien et la Royal Carribean
» garde royal rohan
» 40 lutteurs au Royal Rumble: c'est confirmé!
Static palms
melt your vibe
always on the hunt

a game of shadows :: Paris :: Nord-est :: Troisième arrondissement :: Le Olympus' Casino :: salle des jeux