boom bitch
Après un week end de liane foly, le forum ouvre ses portes !
Pour tout savoir sur les news de cette version, c'est par .
are you ready for it ?
Un cavalier de l'apocalypse, une pénurie inédite, un trésor chelou de ouf et surtout la fashion week...
Venez découvrir l'intrigue et ses quêtes ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 Quand on arrive en ville. [Démons]
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1489-garance-envoyee-sur-te
Modo
homecoming : 18/01/2017
Messages : 3442
Louis d'or : 1651
pretty face : Dree Hemingway
julius caesar : Zazou (ava) / Beylin (code sign) / Black Madness (gif) / Zazou (gif) / Faust (icon) / Me (icons)
legends never die : Démon de la Discorde et de la Frustration, Commandant de la sphère de la Discorde, Intendante de l'Impatience, Instigatrice des réactions disproportionnées et des caprices inutiles, Destructrice de la sérénité. Progéniture de l'Infini. Éternelle pétasse des Enfers.
the mighty bush : Discorde Malphas est déjà très douée pour semer la discorde autour d'elle, mais ce talent naturel est renforcé par une capacité inouïe à créer le conflit et la mésentente par sa simple présence si elle le décide. Il lui arrive d'utiliser ce pouvoir simplement pour se détendre et respirer un peu...
Prestidigitation De très loin son pouvoir préféré, cette capacité lui permet de faire disparaître ou apparaître des objets, pour peu qu'ils existent déjà dans ce monde. Cela lui permet de vous faire perdre vos clés et de les faire réapparaître dans le tiroir à couverts, par exemple, ou de déplacer vos lunettes selon sa volonté. Elle trouve à ce pouvoir un aspect artistique que peu soupçonne... Les gros objets sont tout aussi concernés, mais elle a tendance à se contenter des petits... C'est toujours plus frustrant de perdre ses clés de voiture quand on a la voiture que la voiture quand on a ses clés... La panique ne la nourrit pas. Ce pouvoir marche également sur les êtres vivants mais lui demande dans ce cas une énergie bien plus conséquente... (et c'est tout de suite beaucoup moins discret que les objets).
Catalyseur ou la capacité de stocker et diriger l'énergie (a.k.a. Redbull des Enfers). Possibilité pour son porteur de ne pas juste absorber mais aussi de canaliser l'énergie qu'il crée (par sa sphère) dans une direction précise et d'en modifier les flux selon sa volonté. Ce pouvoir permet à Malphas d'alimenter le royaume de Dis en permanence de l'énergie qui naît de la Discorde et de la Frustration, de façon constante. Elle peut aussi décider, non sans effort, d'en faire profiter davantage certaines personnes. Ce pouvoir ne s'applique pas à elle-même, il lui suffirait simplement d'arrêter la catalyse pour récupérer le pouvoir de sa Sphère.
Allegeance : Si ce n'est son éternelle allégeance à Azazel et son statut de bras droit du bourreau des Enfers, Malphas n'a pas de but propre autre que de semer la discorde et d'inspirer la frustration autour d'elle, ce qu'elle fait à chaque instant de son existence, par plaisir et par gourmandise. Elle n'est que Discorde, au service d'un Ange qui entend calciner le monde. Elle obéit aux ordres, parvenant toujours à tirer leur épingle du jeu, sans chercher à obtenir davantage de responsabilités de peur de devoir se brimer et devenir responsable. C'est une faiseuse de miracles malfaisants, qui aime la méchanceté et inspire ses démons à inventer toujours plus de mécanismes visant à rendre folles les âmes qui traversent la terre. Elle n'hésite JAMAIS à semer la discorde et la frustration dans ses propres rangs.
these streets : Tout. Elle sait tout. Et il n'y a pas que la vie à Paris qui est troublée, désormais.

Sujet: Quand on arrive en ville. [Démons] Dim 27 Aoû - 9:36 ()

let's destroy the world, my friends

Quand on arrive en ville
C'est la panique sur les boulevards



Ce n'est plus très clair, désormais. Qui a appelé, qui a sonné le rassemblement. Les commandants, sans doute, agacés par leur échec, assoiffés par les élans de panique frappant la ville...? Ou Lucifer, lui-même, dans un appel emprunt de rage et de velléités... Il est certain, cependant, qu'ils sont là, les grands, les puissants. Et les petits, et les autres, ceux qu'ils appellent incessamment. Parce qu'il faut, vraiment, il faut s'emparer du chaos qui s'est abattu sur Paris et le transformer en une chose horrible, saturée de doutes et de désespoir. Il faut promettre l'Apocalypse et briser le cœur de ceux qui, plus tard, seront remplis d'aigreur et ne reculeront pas devant les violences des émeutes.

Aujourd'hui, nous créons les mutineries de demain.

Les gens sont descendus dans les rues, sans raison, juste pour être ensemble, pour ne pas être seuls. Et les ordres sont clairs : restez discrets, ne pas se faire attraper, détruire l'espoir. Des centaines de démons se mêlent à la foule à travers la ville, désormais, pour venir parasiter les soifs de paix et de vérité. Le mensonge, la violence, les insurrections, ils ne demandent que ça. Ils ne sont là que pour ça. Et ce petit groupe qui ressemble trait pour trait à des amis s'étant retrouvés pour se rassurer, ce groupe-là n'a ni bonnes intentions ni bienveillance en son cœur. Car les soldats de l'Enfer marchent sur le douzième arrondissement.

Dans son déguisement angélique, avec ses airs de créature divine et ses grands yeux troublés, Malphas s'accroche au bras du démon à sa gauche, comme si l'éternelle Garce avait besoin d'aide pour rester debout, comme si le monde était trop dur et qu'il lui fallait du soutien, du réconfort. Quand derrière ses traits de poupée et ses airs effarouchés, Discorde répand son poison allègrement pour aliéner les esprits et attiser les violences, semant les éclats de voix et les appels à la révolte.

Le dernier jour avant la fin du monde.

Spoiler:
 

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

Connasse
- La méchanceté d'un homme fait de lui un démon, la méchanceté d'une femme fait d'elle un enfer.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t4485-jasmin-les-fleurs-du-mal#1261
Modo
homecoming : 13/02/2017
Messages : 701
Louis d'or : 400
pretty face : madelaine petsch
julius caesar : av : perséphone
these streets : Les théories des médias anglais, elle les a apprises sur le bout des doigts sans jamais en favoriser une en particulier. Elle préfère se dire que tous sont partis faire un tour en Tardis, ne voulant penser au malaise que lui procure en réalité cette question.

Sujet: Re: Quand on arrive en ville. [Démons] Dim 27 Aoû - 16:16 ()

Sur les trottoirs défoncés de la ville hantée, il y a des corps qui gisent, une bouteille encore au bout des lèvres. Il y a des membres qui s’élèvent vers le ciel, quelques fois pour louer un Dieu qui a depuis longtemps détourné le regard, bien plus souvent pour entamer quelques danses païennes commandées par la liqueur. Des verres qui s’entrechoquent, des réceptacles qui viennent s’écraser en un millier de fragments sur les murs, et des voix. Cris incompréhensibles, bégaiements larmoyants, rires qui déchirent les gorges et percent jusqu’à la voûte céleste. Dans le ciel, il y a cette nuée d’étoiles, froides réminiscences d’astres qui ont déjà peut-être sombrer dans l’inexorable oubli du vide les entourant. Ce doit-être cela ce qu’ils en sont, aujourd’hui, venu à comprendre ; les humains qui traînent leurs godasses dans les rues de Paris et noient leurs rêves dans des fonds de bouteille. Même les étoiles, brillantes et droites gardiennes de ce monde viennent à sombrer. Pourquoi les humains feraient-ils exception à la règle ?

Là où personne ne faisait autrefois attention à cette figure juvénile, pleuvent aujourd’hui les égards. « Tu vas où comme ça p’tit gars ? Viens boire avec nous ! La nuit est bien trop belle pour mourir seul. » Proposition rejetée d’un vague geste de la main. Même si l’Apocalypse devait réellement frapper à sa porte, jamais ses lèvres ne viendraient à se poser sur la bouteille que l’homme lui tend. « C’est en effet une belle nuit pour mourir. » Sourire grimaçant qu’il lui accorde alors qu’il exauce la prière du vieil homme. Peu importe que demain existe ou non, il ne se réveillera pas, foudroyé par un mystérieux mal.
Il est impossible de les manquer, les démons qui ce sont réunis pour enfin faire tenter de faire avancer leurs pions sur l’échiquier qu’est devenu la capitale. Son bras passe allègrement sous celui de Malphas (@Garance M. Lesquen). Un sourire en coin lui étire les lèvres alors que la Discorde feint la fébrilité. Il lui tapote le bras, comme pour la rassurer. « Allons allons, je suis sûr que tu peux faire mieux ». Déjà le voilà qui détache son bras de celui de la Discorde pour aller user ses godasses aux alentours. Son regard rieur se pose sur la foule qui doucement commence à s’agiter. Que les autres s’amusent avec leurs grossiers arsenaux, il se contentera de la cerise sur le gâteau, une agonie aussi lente que pernicieuse.

Spoiler:
 

_________________
“ j'ai couru en longeant la Seine, en espérant te retrouver, l'âme sereine. j'ai couru sans savoir comment, ni pourquoi on s'emballe, on ne s'est connus qu'un moment. ”



Dernière édition par Adrien Lestrange le Ven 1 Sep - 13:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t2493-mara-tainted-love
Démons
homecoming : 11/04/2017
Messages : 518
Louis d'or : 169
pretty face : Abbey Lee Kershaw.
julius caesar : Avatar : (c) Matty bb / PostRP : Matty
legends never die : C'est le démon des épidémies et de l'agonie appartenant à la sphère des maladies. C'est à elle que vous devez toutes ces merveilleuses abominations telles que le choléra, la sclérose en plaque, les cancers et sa plus belle réussite : la peste noire. Et la petite dernière : le SIDA.
the mighty bush : Sa particularité voyez-vous, outre le fait qu'elle possède les caractéristiques lambda d'un démon, et qu'elle est la créatrice des maladies sur Terre. Ce mal incurable qui ronge vos proches jusqu'à la moelle pour ne laisser paraître que le désespoir et l'agonie sur leur visage, et bien c'est elle la responsable. Cependant, ce pouvoir tend à évoluer : depuis peu il lui permet d'affecter légèrement la santé des personnes se trouvant autour d'elle.

Allegeance : Mara a retrouvé sa gloire d'antan à travers son statut de lieutenant. Suite à ses efforts constants et son sadisme sans égal, la revoilà à sa place. Même si elle préfère toujours être seule ou encore très bien accompagnée, elle ne sert que ses propres intérêts.
these streets : Mara ne sait pas qui des anges ou des démons à briser le pacte, mais elle s'en fout pas mal. Ce qu'elle retient est le fait qu'elle peut retourner sur terre et jouir des plaisirs de la vie dans un corps plein de vie.

Sujet: Re: Quand on arrive en ville. [Démons] Lun 28 Aoû - 0:28 ()
Quand on arrive en ville.
Topic commun des démons


Elle ne savait plus où donner de la tête Mara. Elle ne savait plus quoi faire pour épater la galerie la démone. Elle était dégoûtée la biche. Et pourtant elle était encore debout la fille. Même si c’était effroyable de se l’avouer, les humains de leur époque étaient plutôt coriaces. Têtus et bornés certes mais robustes également. Les jouets sont plus résistants ; elle aime ça Mara. Si les ordres commandaient de semer la zizanie autour d’elle alors c’était chose faite. Si son commandant (@Adrien Lestrange) en était témoin alors le squelette avait tout gagné. Il fallait bien que lui aussi voit qu’elle commençait à se détacher de cet amas insignifiant de démons. Mieux encore, si d’autres de ses confrères se joignaient à la fête, alors c’était son jour de chance. Mara, elle ne supporte plus d’oeuvrer dans l’ombre et est assoiffée de lumière pourpre. Que tous les projecteurs se braquent subitement sur elle et que les nausées se multiplient sans jamais s’arrêter. Après tout, c’était l’une des seules à jouir du mal-être mortel.

« Mais dites-moi, pourquoi une femme comme vous reste toute seule comme ça ? Vous attendez quelqu’un ? Je peux peut-être vous tenir compagnie. » Qu’elle entend sur sa gauche, à quelques mètres d’elle. Boutons trop serrés, chemise blanche repassée, ton suave enclenché, il ne perdait décidément rien pour attendre celui-là. Pourtant, ses lèvres maquillées ne purent s’empêcher d’esquisser un fin sourire. Même elle ne pouvait pas rester de marbre face à cette tentative d’approche aussi médiocre. Mara le fixa donc de son regard bleuté et posa prestement sa main gauche sur sa joue avant de lâcher un léger soupir. « Si seulement vous saviez… » Furent les seuls mots que le trentenaire entendit avant d’être saisi par un atroce maux de tête. Son rythme cardiaque s’accéléra sans qu’il n’y comprenne rien et le voilà déjà loin. Il faut la fuir comme la peste. Et tandis que Clothilde baillait bruyamment en attendant ses confrères, la jeune femme se mit à observer les quelques personnes non loin d’elle et soupira une énième fois. Ces dernières se mirent à cracher leurs poumons d’une seconde à l’autre quand elles passèrent devant elle. Que voulez-vous, elle s’ennuie.

Spoiler:
 

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________
Les humains sont condamnés à mourir, à s'éteindre et à  s'auto-détruire. Cette recherche constante du bonheur absolu n'est qu'une illusion dérisoire. Je vous donne ce qui est sûr de se produire : votre paix intérieure.

Color : #ff9900


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3017-yulia-b-acid-hasschmerz-lorsq
Démons
homecoming : 14/05/2017
Messages : 203
Louis d'or : 305
pretty face : Nisrina Sbia
julius caesar : (c) ❥ ARΛBELLA
legends never die : Démon du dépit puisant dans la sphère de la colère.
the mighty bush : Regard de pierre ↯ Capacité de pétrifier les muscles du corps (donc soit juste les membres : bras, jambes etc empêchant la personne de se déplacer et de bouger.) quelques minutes. Mais le détenteur peut également pétrifier le muscle du coeur entraînant la mort instantanée du regard quand bon lui semble. Quand il donne la mort avec ce pouvoir, il est comme punie par une supériorité divine, si bien qu'il est affaibli quelques heures et qu'il ne peut plus utiliser ses dons.
Allegeance : Déterminée à la vengeance, agissant très souvent tel quelqu'un de solitaire, Hasschmerz est très loin de montrer de l'importance envers son camp. Néanmoins, en cas de besoin, d'appel, c'est sans hésitation que la belle arrivera en peu de temps. Gardant tout de même un minimum de respect envers les siens et surtout supérieurs, elle fait en sorte de ne pas être trop remarquée ni même de les insatisfaire.
Il faut savoir qu'Hasschmerz ne fait que très rarement attention à ce qui peut advenir dans le futur. Et donc raison pour laquelle elle n'hésite pas à manipuler les proches de Yulia et à s'amuser en utilisant leurs pensées. Parfois elle agit donc comme Yulia l'aurait fait alors qu'il arrive que ce soit tout le contraire. C'est sans réflexion qu'elle fait la gentille tout comme l'indifférente. Après tout, il faut bien pouvoir se nourrir de quelque chose non ?
these streets : Hasschmerz s'intéresse que très peu au phénomène malgré son envie de n'être ni trop vue ni trop mise de côté. Cependant, grâce à ce qui s'est produit, elle sait qu'elle a eu droit à plus de connaissances et donc à plus de chances de se divertir auprès de tous.

Sujet: Re: Quand on arrive en ville. [Démons] Mar 29 Aoû - 23:10 ()


Topic commun des démons


Quand on arrive en ville

À peine sur les nerfs, débarquant au Bercy Village, c'est un large sourire qui se dressait sur mon visage. Dès que je remarquais l'ensemble de la population présente ici, je ne sus donner de la tête à un endroit précis. J'avais de quoi profiter et surtout m'amuser. Cependant un ordre m'avait été donné, celui de ne pas me faire remarquer et donc il me serait presque impossible d'utiliser mon unique pouvoir. Je niaisais un minimum en pensant à cette contrainte. Tant d'humains présents et impossibilité de les éliminer cette fois.

Cependant, ma réflexion cessa plutôt rapidement et ce, brutalement, la preuve était que je fis un léger sursaut. Quelqu'un avait osé poser la main sur moi et j'ignorais si c'était une personne me connaissant, l'une des futures victimes ou bien un véritable ennemi. Impatiente, je me tournai alors afin de pouvoir mettre une identité à propos de celui-ci. Effectivement, ça n'était ni un ennemi ni un allié. Bien au contraire, c'était l'un de ces idiots d'humains toujours surmené par l'inconscience.

Sous mon apparence j'avais l'air fragile et sociable tandis qu'intérieurement se dissipait ce que j'étais, moi, Hasschmerz. Et tant ce qu'imaginait cet idiot me perturbait que je ne pus que le prendre sous mon aile. Et ça n'était que peu dire. Je décidais de jouer la fille sensible, surtout facile. Je le laissais me prendre la main afin de m'amener dans un coin. " Mon pauvre, tu ignores ce qui t'attend, toi. ", me disais-je à l'instant-même où il posait ses mains au recoin du corps qui me servait sur cette Terre. Laissant sortir un léger gémissement, ne le quittant pas du regard, je savais que le moment arrivait.

Je restais pendant quelques minutes sous ma carapace avant de faire sortir ma véritable face. " Tu ne sais pas ce qui t'attend. Sais-tu qu'en jouant avec le feu, on se brûle ? " Observant rapidement les alentours et réfléchissant, je sus que grâce à mon pouvoir et au fait que l'on était plutôt mis de côté, il n'y avait aucune crainte que je sois captée. Lisant dans ses yeux une légère hésitation pendant que je reproduisais les gestes qu'il faisait sur l'ensemble des atouts que j'avais en ma possession, je le fixai une dernière fois, attendant que mon envie devienne réelle.

L'inconnu chutant, je lui adressai une nouvelle parole avant de partir auprès des autres présent sur le lieu, confiante et pleine de jouissance d'avoir réalisé ce qui venait de se produire. " Et un déchet en moins. ", étais-je en train de me dire, sans crainte tandis que je prenais place contre un mur, histoire de pouvoir admirer tout en restant discrète. Et à de ce que j'avais la capacité d'apercevoir, il n'y avait pas que moi qui m'amusais, ici mais bel et bien d'autres démons qui avaient pris la décision d'agir plutôt que de rester enfouis dans l'obscurité.
codage par LaxBilly


Spoiler:
 

_________________

Believe in your nightmare, darling.
Life is a beautiful lie.
And i'm your perfect devil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
oh, look what you made me do

Sujet: Re: Quand on arrive en ville. [Démons] Mer 30 Aoû - 11:30 ()
Quand on arrive en ville
Par les égouts


Il m'avait fallut un moment pour me retrouver dans le labyrinthe qu'étaient les égouts de Paris. Je grimpais finalement une échelle avant de pousser le panneau d’égouts. Un bruit strident de ferraille raclant le bitume annonçait l'arrivée du commandant Hyphialtes dans le douzième. Refermant le passage derrière moi je regardais si dans cette petite rue je pouvais reconnaître quelques compagnons de jeu. Hélas personne, seulement des humains un peu perdus. Je pris la direction de la rue perpendiculaire semblant plus agitée faisant tomber de sommeil les trois hommes dans la petite ruelle au moment ou je la quittais. Un frisson d'excitation parcourut alors mon corps en découvrant la rue hagarde et anxieuse. D'un signe de tête je saluais @Yulia B. Acid adossée à un mur. Poursuivant seul, marchant d'une manière impériale au milieu de la rue, je cherchais du regard d'éventuels démons prêts à m'accompagner. @Armand L. Chesnel avait proposé que l'on aille s'amuser ensemble, mais il n'était visiblement pas encore arrivé. Ne pouvant plus endormir les personnes risquant de dévoiler l'opération. D'un autre coté, ceux qui ronquaient paisiblement dans les alentours virent leur rêves bousculés, rêvant de l'apocalypse. Je transmettais le message aux plus paresseux. Dans les rêves un nouveau grand départ était en marche. La réaction était systématique, un réveil en sursaut dans des draps en sueur. Le bruit dans les rues n'étant pas les cris habituels des déchets de bars attiraient . Après tout l'homme est curieux. Les rêveurs sortaient ainsi soit intrigués par le bruit soit après avoir allumé leur télé, reçu des sms leur demandant si tout allait bien. Je laissais alors cette nouvelle foule engorger les rues, les laissant ainsi entre les mains des autres démons qui sans aucuns doute sauraient s'occuper de cette masse suintant la peur et l'effroi.

Ayant marché un moment je pris place à la table d'un bar de nuit. Ce dernier voyant une opportunité de faire du chiffre ce soir avait retardé la fermeture. Je m'installais alors tranquillement au milieu des regards perdus cherchant à comprendre pourquoi étaient ils encore touchés par ce fléau. Je continuais pour autant de réveiller ceux qui s'étaient couchés cherchant du regard l'arrivée de mon binome et des ceux qui voudraient se joindre à nous.

Spoiler:
 
- a game of shadows, shall we play ?  -
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t4078-my-sweet-lord-armand
Démons
homecoming : 24/08/2017
Messages : 555
Louis d'or : 302
pretty face : Brendon Urie.
julius caesar : ABANDON (ava) // violent delights (sign)
legends never die : Démon inférieur des manipulations, prince des illusions et du faux-semblant, maître en belles paroles, mensonges et abus de confiance.
the mighty bush : Pouvoir de persuasion : quoi qu'il dise, on ne peut que le croire et l'écouter. Les plus résistants parviennent parfois à douter, mais l'illusion de véracité de sa parole est difficile à briser.
Allegeance : Infiltration mal vue, comportement opportuniste, les relations avec les siens peuvent parfois être difficiles. Mais son but reste le même : l'apocalypse.

Sujet: Re: Quand on arrive en ville. [Démons] Ven 1 Sep - 13:51 ()
quand on arrive en ville
ft. démons

On l'a appelé, comme les autres. Il ne sait plus qui, il ne sait pas pourquoi, mais il sait que ce n'est pas le meilleur moment pour lui. Parce qu'avec tout ça, Falsus fait du bruit. Armand est étrange, fatigué, trop effacé ou trop impliqué. Mais il obéit, parce que l'adrénaline grimpe en flèche. Il aime ça. C'est tout ce qu'il a de vrai. Ses pas caressent alors le bitume comme il semble parfaitement serein dans l'affluence, à sa place dans son élément ; comme une sirène pendant le Déluge, contemplant les pauvres Hommes se noyer dans le chaos de l'Apocalypse. Il avance doucement vers le lieu de rendez-vous, le bar, pour rester les mêmes. L'alcool réchauffe les cœurs, comme on dit. Dommage pour ceux qui n'en ont pas. Et Armand croise la route de malheureux, qui auraient certainement mieux fait de rentrer chez eux plutôt que d'être trop curieux. Sans mouvement brusque, sans violence : les ordres sont clairs. Le démon leur décrit la Fin. Le Chaos. Le Grand Départ. Et lentement, la panique s'installe. Ils ne sont que deux, mais l'horreur est contagieuse ; ils sont bientôt huit, quinze, trente... Et la panique grimpe encore dans les rues. Chacun de ses pas, chacun de ses mots diffuse l'Apocalypse. Et il jubile.

Il s'approche du bar et il en voit une dégobiller contre un mur. L'alcool ou la pourriture de l'air ambiant ? Il ne peut retenir un léger sourire du coin des lèvres. @Aaron Brandt est assis à la table d'un bar, visiblement en train de faire sa petite affaire également. Le commandant ne lui en voudra sûrement d'être arrivé en retard, s'il a pu effrayer quelques familles en chemin. « J'voudrais pas faire ma raclette, mais la soirée s'annonce pas super. » Un sourire carnassier en saluant poliment le supérieur, il observe la discorde qui se fait de plus en plus grande à mesure qu'il s'approche du groupe de démons prévu. Il en voit, des braves, s'agglutiner autour d'eux dans la panique, sans voir toutes les merdes que les suppôts de satan leur crachent au visage. Armand attrape un verre qu'il s'enfile d'une traite avant de le reposer violemment sur la table. Excitation et adrénaline gonflent ses veines quand l'alcool lui coule dans la gorge. « J'espère qu'ils ont laissé un peu de place pour les retardataires. » Il sourit encore, toujours, son air dérangeant collé au visage.


Spoiler:
 
Made by Neon Demon

_________________



you're the galantine ; cold and alone, it suits you well. may your feet serve you well and the rest be sent to hell, where they always have belonged, cold hearts brew colder songs. fate will play us out with a song of pure romance. let's kill tonight
let's kill tonight
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
oh, look what you made me do

Sujet: Re: Quand on arrive en ville. [Démons] ()
Revenir en haut Aller en bas
 
Quand on arrive en ville. [Démons]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand on arrive en ville[terminé]
» « Quand on arrive en ville. »
» Quand on arrive en ville! Cassie Johnson | Terminée
» Quand on arrive en ville ...
» Quand on arrive en ville
Ready for it ?
Are you
i see how this is gonna go, touch me & you'll never be alone

a game of shadows :: Paris :: Nord-est :: douzième arrondissement :: Bercy Village