boom bitch
Après un week end de liane foly, le forum ouvre ses portes !
Pour tout savoir sur les news de cette version, c'est par .
are you ready for it ?
Un cavalier de l'apocalypse, une pénurie inédite, un trésor chelou de ouf et surtout la fashion week...
Venez découvrir l'intrigue et ses quêtes ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 Le parfum des fraises sauvages ♡ Luly
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t4438-lukas-les-yeux-revolvers
Admin
homecoming : 03/03/2017
Messages : 2288
Louis d'or : 953
pretty face : Michiel Huisman
julius caesar : Lily (profil) Hippo (gif) Beylin (ava, gifs, signa)
the mighty bush : Protection surnaturelle : pouvoir passif inconscient qui isole des manipulations surnaturelles, annulant plus ou moins les intrusions en fonction de l'importance de l'adversaire
Allegeance : Loyal aux templiers, hostile aux anges, électron libre d'Arthur
these streets : Il sait pour les anges et les démons ; ignore tous des dieux, mais commence à remarquer des incohérences.

En ligne
Sujet: Le parfum des fraises sauvages ♡ Luly Dim 27 Aoû - 11:52 ()
Le parfum des fraises sauvages
@Lily M. Dubois & Lukas Vanek

Pour se libérer de sa garde de ce soir, il a joué les anguilles, fait des heures supp, échangé des permanences avec Seth et promis quelques corvées vaisselle. Il a réussi à éviter les questions, pourtant elles n’ont pas manqué d’être posé, c’est assez inhabituel de la part de Lukas qu’il demande une soirée de libre du jour au lendemain. Mais le voilà, coincé dans un coin de la salle de spectacle, à la table de trois couples inconnus ; la vue n’est pas spectaculaire, un billet acheté en dernière minute alors que la revue affiche complet tous les soirs. Il n’a pas touché aux mets, ni même au champagne, alors que les humains face à lui s’empiffrent de gourmandises et d’alcools. Les yeux rivés à la scène, il ne manque pas une miette du show. Il fait abstraction des commentaires glauques de la table d’à côté ; il n’accorde aucune oreille à ceux plus sulfureux du couple de cinquantenaire qui lui fait face. Il ne savait pas trop comment s’habiller pour venir au Moulin Rouge, mais il finit par se dire que le costume-nœud papillon qu’il a fini par choisir n’a rien de trop habillé quand il voit l’accoutrement très distingué de sa voisine de table octogénaire qui tient son fume-cigarette entre deux doigts. Il lui a demandé avec un œil un peu rieur si elle n’avait pas oublié de mettre une plume dans son brushing avant que le rideau se lève et elle n’a pas eu l’air d’en prendre trop ombrage. Une petite vieille sympathique, plus aimable que les deux couples qui terminent la tablé.

Tout est affriolant, tout est luxure, tout est consommateur. Si il arrive à se détourner de la Gloutonnerie qui tient une place de choix sur la table et de l’Ivresse qui gagnent ses voisins, il ne peut lâcher la scène du regard. Elles sont toutes belles, ces multiples danseuses qui présentent leur show dans des tenues plus dénudées les unes que les autres, mais au fond, c’est Lily qu’il retient. C’est la première fois qu’il l’entend chanter et le spectacle est grandiose. Il comprends le succès du cabaret et la salle comble. Elle a une voix d’or sa petite Lily et même les commentaires grivois de la table voisine ne ternissent pas le tableau. Pourtant, ils finissent par écorcher ses oreilles avec leur discussion, il se détourne quelques secondes du numéro de danse au milieu duquel chante Lily pour écouter la table d’à côté. Un de ses sourcils se lève quand il comprend que les hommes discutent de leur prochaine consommation, et que l’achat ne sera pas une nouvelle bouteille de champagne à quelques centaines d’euros, mais bien le corps des danseuses. Ils se disputent les filles à qui aura la brune du premier rang ou la rousse en troisième position. Heureusement, personne ne discute d’acheter la chanteuse. Un soupir de soulagement, presque un regret, celui de ne pas pouvoir étendre son buste par-dessus la table pour informer les salopards que mademoiselle Lily n’est pas disponible, qu’elle est déjà prise, en lançant quelques remarques cinglantes à leurs haleines avinées. C’était une question qui ne l’avait jamais effleuré jusqu’ici, mais la réalité du Moulin Rouge le fouette de pleins fouets. Derrière les paillettes, les plumes et le spectacle, le bordel. Derrière les charmantes humaines sur la scène, les démons qui tiennent l’établissement. Aveuglé par le velours rouge, les coupes de champagne et la chanteuse, il a oublié un instant qu’il se trouvait en plein cœur d’un territoire ennemi. C’est pour ça aussi qu’il préfère se faire discret ce soir. Ne déclencher aucuns esclandres, ne pas être repérer. Il profite de la fin de la revue en se retenant d’éclater le nez du voisin lorsqu’il finit par évoquer la gamine blonde dans son costume de dentelle. Il aimerait que sa femme le reprenne mais elle est bien trop occupée à se goinfrer d’éclairs au chocolat pour noter l’indélicatesse de son époux.

Finalement, il n’aura touché ni au champagne, ni aux homards, ni aux fois gras, ni aux fromages et encore moins au dessert. La petite vieille qui lui a tenu compagnie toute la soirée lui demande d’un air désappointé s’il n’a pas aimé le menu et il se contente de lui répondre que c’est la revue qui a accaparé toute son attention. Le templier se méfie du repas et de l’alcool servis par les démons, il ne doute pas un instant qu’ils ajoutent leurs petites pates personnelles pour que les clients perdent la raison commune. Quand le rideau tombe, il sort de la salle sans précipitation, sans esclandres, il donne galamment son bras à la petite vieille inconnue pour qu’elle descende les marches en toute sécurité et qu’elle regagne le taxi qui l’attends devant le cabaret sans soucis. Et puis il va récupérer sa moto en grommelant un peu contre le costume et le cambouis. Finalement, il se gare dans une petite ruelle que lui a indiquée Lily, l’entrée des artistes a-t-elle dit. Pas très loin de l’entrée du bordel constate aussi Lukas, en voyant une ribambelle d’hommes bien habillés disparaitre dans la rue perpendiculaire. Il s’adosse à son bolide et constate que la seule porte de la rue commence à s’ouvrir. Des danseuses en peignoirs fument leur clope sur le bord du trottoir en chuchotant entre elle, d’autres rejoignent leurs pénates dans un immeuble voisin. Elles lui jettent des coups d’œil intrigués, sans doute pas habituées à voir quelqu’un faire le pied de grue si près de l’entrée des artistes. Puis Lukas voit enfin Lily les rejoindre puis l’apercevoir. Il lui sourit un peu gauchement de l’autre côté de la rue. Quelques jours sans se voir, c’est si peu pour eux qui ont pris l’habitude de se croiser en vitesse sur quelques lieux de crime. Pourtant, les quatre cinq jours qui sont passés depuis le début de la semaine lui paraissent lointains, il hésite quant au comportement à adopter. Leur situation a évolué si vite en quelques heures qu’il ne sait pas quoi faire maintenant que l’adrénaline est retombé. Elle traverse la ruelle et le rejoint, un petit sourire timide sur leurs lèvres, il l’embrasse sur la joue, sa main glisse au creux de sa taille et il ne trouve rien d’autre à dire que « Bonsoir Lily ». Les voilà bien empotés et bien embarrassés, il a hâte de se soustraire aux regards de la rue pour espérer retrouver un peu de la complicité sur laquelle ils se sont quittés la semaine précédente. « La revue du cabaret est magnifique, ta voix surtout … » Ses mots se perdent, il n’a pas envie de sortir ce compliment bateau qu’elle doit entendre tous les soirs. Il remplace une mèche blonde derrière ses oreilles et sa voix baisse d’un ton, pour ne se faire entendre que d’elle. « J’aimerais t’embrasser, mais c’était si soudain, si inattendu … » Il évoque leur revirement de situation, après son sauvetage dans les studios Believe à demi mots dans des chuchotis « … je crois que je n’ose pas » Les derniers mots doivent être à peine audibles tellement ils se perdent dans le souffle de Lukas.
- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________
Instant cassedédi à Seth, because you're worth it l'oreal cheveux jared tmtc je peux pas faire apparaitre un header clignotant à paillettes qui dit gloire à la crinière étincelante mais l'intention y est
The Holy Towel


Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t477-blood-girl-dubois
Revolutionnaires
homecoming : 02/11/2016
Messages : 768
Louis d'or : 185
pretty face : Gigi Hadid.
julius caesar : beylin(av.) NEFERTARI(sign.)
the mighty bush : Elle possède depuis le grand retour le pouvoir d'aquakinésie. Elle n'arrive pas à le maîtrise, elle ne cherche pas à l'utiliser. Elle peut contrôler l'eau sous toutes ses formes. Liquide, solide, vapeur. Quand elle a le malheur de l'utiliser, elle se sent terriblement affaiblie et elle peut se mettre à saigner du nez si elle insiste. Il peut également se déclencher quand elle est sous le coup d'émotions fortes.
Allegeance : Tireuse d'élite, un bien grand mot pour une petite fille qui a appris à tirer avec le pistolet de son père. Simple activiste, elle est devenue tireuse, sûrement à cause de son caractère instable. Douée en tire, on voulait également la garder le plus loin possible du terrain. Beaucoup la considèrent comme dangereuse la petite gamine. Elle n'écoute pas, aveuglée par sa propre guerre. Elle n'arrive pas à voir plus loin, plus grand que sa vengeance. Elle ne comprend pas les actions douces comme des tags ou des mises en scène. Quand on lui a parlé de remplir la place de la République avec des mannequins, elle leur a ri au nez. Elle est enfermée dans cette colère, dans cette violence dont elle n'avait jamais fais preuve avant la disparition de son aîné. Fini la petite fille douce et innocente. Fini la naïveté et la pureté. Elle s'est transformée, devant tromperie et extrémiste.
these streets : Elle ne sait malheureusement pas grand chose la pauvre petite. Elle sait que quelque chose ne va pas, elle ne reconnaît pas son frère. Mais elle serait incapable de dire si il s'agit d'une autre personne ou tout simplement d'un lavage de cerveau ou encore d'un robot (dernière hypothèse éliminée récemment après avoir entailler la main de son frère pour s'en assurer.)

Sujet: Re: Le parfum des fraises sauvages ♡ Luly Lun 28 Aoû - 18:24 ()
Le parfum des fraises sauvages
Lily M. Dubois & @Lukas Vanek

Elle se sent comme une adolescente la gamine. Le cœur qui palpite, les mains moites, des heures a attendre une signe de vie de Lukas. Seulement quelques jours ont passés depuis la fameuse nuit où les choses ont avancés entre eux. Elle a l'impression que ça fait une éternité qu'elle ne l'a pas vu. Que des sms échangés entre leurs boulots respectifs. Lily partage sa vie entre des missions pour la secte et son travail au Moulin Rouge. Récemment, elle s'est faite une nouvelle fois reprendre par Sophie sa patronne. Elle aimerait que la gamine en montre un peu plus, qu'elle se prostitue elle aussi. Au Moulin Rouge, toutes les filles font cela, vendre leur corps à des hommes riches et influents. Mais Lily n'a jamais eu le courage de le faire, elle n'a jamais franchis le pas. Heureusement pour elle, son show lui ramène assez de monde pour que Sophie n'ose pas la virer. Elle a les cartes en main la gamine, parce qu'on vient de loin pour entendre sa voix. Mais un jour elle sait que cela ne suffira plus. Un jour, elle devra très certainement s'en aller parce que jamais elle ne s'abaisserait à se dénuder devant un inconnu. Elle n'en a pas parlé à Lukas de cela. Ils ne sont ensemble que depuis quelques jours, c'est pas le genre de sujet qu'on amène aisément sur la table. Pourtant, dans la tête de nombreuses personnes, Moulin Rouge rime avec prostitution. Elle n'a pas une très bonne image la révolutionnaire quand elle dit son métier, on la prend de haut. Le regard des hommes changent, deviennent plus vicieux, plus dérangeant. Le regard des femmes aussi changent, elles se méfient, ont peur que leur mari ne se jette dans les bras de la prostituée du Moulin Rouge. Alors si elle le peut, Lily ne mentionne pas son travail. Ce n'est pas toujours facile car la gamine commence à se faire une renommée internationale mais si on ne lui pose pas la question, elle ne dit rien. Du coup avec Lukas aussi elle n'a jamais abordé le sujet avec lui. Il sait qu'elle travaille là dedans depuis un moment mais elle ne s'est jamais étalée sur le sujet, il n'en a pas demandé plus. Comme si cela le dérangeait lui aussi d'en parler ou alors comme si il n'en avait tout simplement rien à faire. Lily n'a pas encore pu choisir dans quelle catégorie elle pouvait placer le jeune homme. Il est si inattendu parfois. Elle ne comprend pas la plupart de ses réactions la gamine, à croire qu'ils ne viennent pas de la même espèce, qu'ils ne connaissent pas les mêmes codes sociaux. Pourtant si, ils appartiennent bien à l'espèce humaine tous les deux alors pourquoi tant de problème a décrypter les actes de chacun ? Y a que Lukas qui lui fait cet effet. Généralement la gamine n'a pas trop de mal à décoder les personnes qui l'entourent.
Elle n'aime pas son habit de scène la gamine, trop dénudé, trop transparent. Son corps est orné de plumes et de perles pour la mettre en valeur. Lily n'ose jamais se regarder avant de monter sur la scène, sinon c'est à coup sur le rouge qui accompagnerait ses joues. Et les messieurs de la salle, c'est pas des gamines timides qu'ils veulent voir, c'est pas des ingénues comme Lily. Ce qu'ils veulent c'est du sexy et de la sensualité, tout ce que Lily n'est pas. Une fois sur scène, elle oublie le monde qui l'entoure. Elle ne chante que pour elle, pas pour ce public qui reluque son corps. Elle a le malheur de croiser parfois le regard un peu trop envieux de certains hommes. Elle sait que sur scène, elle n'est qu'une proie, une douce colombe a attraper. Heureusement pour elle, personne n'a encore jamais réussi à la saisir. Malheureusement, ils continuent d'espérer encore.
Quand son moment fini, elle s'empresse de se déshabiller. Ce soir, quelqu'un l'attend. Ce soir elle va enfin voir son tchèque après tant d'attente. Elle ne prend pas la peine de se démaquiller, tant pis pour son maquillage de scène beaucoup trop exagéré. Elle ne pense qu'à Lukas. Encore et toujours Lukas. Avant de récupérer son sac, elle avale une de ses pilules comme tous les soirs. Juste pour se donner un petit coup de boost, juste pour tenir le choc encore quelques heures. Elle prend finalement la direction de la sortie des artistes avec les autres filles. Il est bien là, sur sa moto, adossé dans un coin assombri de la ruelle. Elle traverse la rue pour le rejoindre mais bien vite le soufflet retombe. Un bisou sur la joue, c'est tout ce qu'elle obtient. Quatre jours sans se voir et c'est tout ce qu'il lui donne ? C'est une blague ou quoi ? « Bonsoir Lily » Ses yeux papillonnent plusieurs fois sous le coup du choc. Sont-ils redevenus deux inconnus en si peu de temps ? « La revue du cabaret est magnifique, ta voix surtout … » Les joues de Lily rougissent en réalisant que Lukas a assisté à son show. Il l'a vu, à moitié nue couverte de plumes et de perles sur la scène. C'est idiot mais ça l'intimide d'un coup la gamine. « J’aimerais t’embrasser, mais c’était si soudain, si inattendu … » Lily se racle la gorge un peu mal à l'aise. « Lukas... Je dois t'avouer quelque chose... Je n'ai pas trop le droit de flirter près du Moulin Rouge... » Dans les bras de son amant, elle gigote. « Tu comprends... Mon métier repose beaucoup sur le fantasme et le charme... » Elle se racle la gorge alors que les mots ont du mal à sortir. Elle a peur de la réaction de Lukas. « Je dois paraître libre et... accessible.. Tu comprends ? » Elle ne rajoute pas que, clairement, elle doit faire croire qu'elle est célibataire et que les clients ont une chance avec elle. C'est un peu trop rude. « … je crois que je n’ose pas » Elle fond la gamine quand elle le voit gêné. Ça change du Lukas sûr de lui. « Oh et puis zut ! » Et elle se met sur la pointe des pieds pour l'embrasser à pleine bouche. Elle passe ses mains dans la chevelure du jeune homme. Et tant pis pour les règles, tant pis pour le Moulin Rouge. Ce soir elle est à Lukas et à personne d'autre.
- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________


Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t4438-lukas-les-yeux-revolvers
Admin
homecoming : 03/03/2017
Messages : 2288
Louis d'or : 953
pretty face : Michiel Huisman
julius caesar : Lily (profil) Hippo (gif) Beylin (ava, gifs, signa)
the mighty bush : Protection surnaturelle : pouvoir passif inconscient qui isole des manipulations surnaturelles, annulant plus ou moins les intrusions en fonction de l'importance de l'adversaire
Allegeance : Loyal aux templiers, hostile aux anges, électron libre d'Arthur
these streets : Il sait pour les anges et les démons ; ignore tous des dieux, mais commence à remarquer des incohérences.

En ligne
Sujet: Re: Le parfum des fraises sauvages ♡ Luly Jeu 31 Aoû - 18:08 ()
Le parfum des fraises sauvages
@Lily M. Dubois & Lukas Vanek

Il n’a jamais été un grand amateur de grand déballage affectif en public, encore moins quand il y a du public pour les épier. Alors il l’embrasse sur la joue, presque pudiquement, sans se douter un instant qu’elle pourrait mal l’interpréter. Il n’est pas vraiment distant puisque ses mains glissent sur la taille de Lily pour l’attirer vers lui. Mais elle met vite un stop à l’étreinte avortée, un peu trop vite à son goût. Il la dévisage un peu frustré « Lukas... Je dois t'avouer quelque chose... Je n'ai pas trop le droit de flirter près du Moulin Rouge... » Il la relâche et lève les mains comme si il se trouvait face à un contrôle de police « Tu comprends... Mon métier repose beaucoup sur le fantasme et le charme... » puis son regard s’assombrit légèrement en entendant la suite des explications : « Je dois paraître libre et... accessible.. Tu comprends ? » Il hoche la tête en silence avant d’ouvrir de grands yeux ébahis quand elle se jette à son cou pour l’embrasser fiévreusement. Ses paupières finissent par se clore, leurs souffles se mêlent puis après quelques instants ils se séparent à peine. Un petit sourire fleurit contre ses lèvres, il murmure « Allons-y alors, tu peux pas rester là et j’suis pas fan du public » il lui vole un baiser, rapide et léger, un peu impertinent et puis se tourne sur le côté.

Il extirpe un casque de moto, un beau spécimen en parfait état. Couleurs pastels, effets vintage, il semble neuf. C’est parce qu’il n’a jamais été porté. Il ne lui dit pas, mais il a une petite boule au ventre quand il ramasse ses cheveux blonds en queue de cheval pour l’aider à passer le casque. « Je t’ai déniché ça, pour être safe … Il te va bien » La boule au ventre se dénoue tandis qu’il regarde le crane de Lily disparaitre sous le casque. Il est presque surpris, il appréhendait un peu. C’est le dernier casque qu’il a acheté à sa sœur, leur petit rituel, certaines se font offrir des sacs de luxe, Irena appréciait que son frère lui dégote des casques de motos colorés pour leur virée familiale. Celui-là elle ne l’a jamais vu, elle est partie un peu trop vite, un peu trop tôt. Mais finalement, la pilule passe tout seul sous le regard de Lily. Il passe le sien, enfourche la bécane et lui fait signe de monter derrière. Le templier démarre le moteur et puis au dernier moment, il se retourne et crie par-dessus le vrombissement de la moto et les casques « T’as faim ? Chinois ? ».

Les rues de Paris défilent, ils font un arrêt dans le treizième arrondissement, devant une échoppe qui ne paie pas de mine mais pourtant vends le meilleur canard sauté de la capitale. Lukas n’est pas un bon cuisinier mais c’est un bon mangeur, alors il connait les bonnes adresses. Le patron du restaurant marque un temps d’arrêt, c’est la première fois qu’il voit son client tchèque débarquer en costume-nœud papillon, ça tranche avec ses habitudes. Mais il se reprend vite et remplit sans ciller une barquette de canard sauté et de riz cantonais. Lukas profite du petit moment d’attente pour poser du bout des lèvres la question qui tourne maladroitement dans sa tête depuis tout à l’heure. « Tu dois faire semblant d’être libre et accessible … ou tu dois l’être ? » Etrange manière de demander si elle vends son corps comme les autres filles du Moulin Rouge. La moto repart dans les rues de Paris, cette fois-ci elle s’arrête chez un maraicher du 1er arrondissement, Lukas loue le Paris de 2045 et ces boutiques ouvertes jusqu’au bout de la nuit. Ils prennent une barquette de fraises sauvages et une bombe de crème chantilly pour le dessert avant de se garer dans l’immeuble de Lukas.

La porte se referme derrière eux, il range les casques dans l’entrée et retire ses pompes. Le brun porte les mains à son cou pour retirer son nœud papillon, mais des mains fines l’interrompent pour faire le travail à sa place. Il laisse Lily se débattre avec le morceau de tissu sombre, et en profite pour embrasser ses mains qui papillonnent si proches de ses lèvres. Il réussit à attraper un pouce qu’il mordille tendrement. Il a l’impression que ça devient leur rituel et ça lui plait. Le moment prends fin, et ils avancent dans la cuisine. Sacs déposés sur le plan de travail, une poêle, des assiettes sur l’îlot central, Lukas s’affaire. « Si tu fouilles dans la salle de bain, tu dois pouvoir trouver de quoi retirer ta peinture de guerre pendant que je fais réchauffer le canard » Il sourit en mentionnant son maquillage outrancier « N’hésite pas si tu veux prendre une douche aussi … » Un léger arrêt puis un sourire canaille, il se rapproche d’elle et ajoute « mais si tu as un peu de patience, on peut la prendre ensemble ». Il chipe un baiser, puis deux, avant de lui en donner un plus long, plus fougueux, puis Lukas se détourne pour la laisser vaquer à ses occupations, il remue le canard puis le dépose dans des assiettes. En cinq minutes, ils se retrouvent à grignoter leur chinois sur la table basse du salon, dans un silence un peu étrange rarement interrompu. Il branche son téléphone sur l’enceinte pour meubler le vide, des basses lourdes et sensuelles emplissent l’espace. Assiettes débarrassées, ils passent au dessert. Les fraises trempées dans la coupelle de chantilly, assis en tailleur sur le tapis épais, Lukas se rapproche de Lily. Il l’embrasse, ses lèvres portent le parfum des fraises sauvages.
- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________
Instant cassedédi à Seth, because you're worth it l'oreal cheveux jared tmtc je peux pas faire apparaitre un header clignotant à paillettes qui dit gloire à la crinière étincelante mais l'intention y est
The Holy Towel


Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t477-blood-girl-dubois
Revolutionnaires
homecoming : 02/11/2016
Messages : 768
Louis d'or : 185
pretty face : Gigi Hadid.
julius caesar : beylin(av.) NEFERTARI(sign.)
the mighty bush : Elle possède depuis le grand retour le pouvoir d'aquakinésie. Elle n'arrive pas à le maîtrise, elle ne cherche pas à l'utiliser. Elle peut contrôler l'eau sous toutes ses formes. Liquide, solide, vapeur. Quand elle a le malheur de l'utiliser, elle se sent terriblement affaiblie et elle peut se mettre à saigner du nez si elle insiste. Il peut également se déclencher quand elle est sous le coup d'émotions fortes.
Allegeance : Tireuse d'élite, un bien grand mot pour une petite fille qui a appris à tirer avec le pistolet de son père. Simple activiste, elle est devenue tireuse, sûrement à cause de son caractère instable. Douée en tire, on voulait également la garder le plus loin possible du terrain. Beaucoup la considèrent comme dangereuse la petite gamine. Elle n'écoute pas, aveuglée par sa propre guerre. Elle n'arrive pas à voir plus loin, plus grand que sa vengeance. Elle ne comprend pas les actions douces comme des tags ou des mises en scène. Quand on lui a parlé de remplir la place de la République avec des mannequins, elle leur a ri au nez. Elle est enfermée dans cette colère, dans cette violence dont elle n'avait jamais fais preuve avant la disparition de son aîné. Fini la petite fille douce et innocente. Fini la naïveté et la pureté. Elle s'est transformée, devant tromperie et extrémiste.
these streets : Elle ne sait malheureusement pas grand chose la pauvre petite. Elle sait que quelque chose ne va pas, elle ne reconnaît pas son frère. Mais elle serait incapable de dire si il s'agit d'une autre personne ou tout simplement d'un lavage de cerveau ou encore d'un robot (dernière hypothèse éliminée récemment après avoir entailler la main de son frère pour s'en assurer.)

Sujet: Re: Le parfum des fraises sauvages ♡ Luly Dim 3 Sep - 11:33 ()
Le parfum des fraises sauvages
Lily M. Dubois & @Lukas Vanek

Elle se sent comme une adolescente Lily, les papillons dans le ventre et des cœurs dans les yeux. Pourtant elle doit se contenir, parce qu'elle ne veut pas totalement se livrer, parce qu'elle a peur de ce qu'il pourrait arriver à son petit cœur si Lukas le piétinait. Elle est blessée quand il l'embrasse sur la joue. Juste sur la joue ? Et puis bien vite elle a envie de lui rendre l'appareil en lui mettant un stop quand il passe sa main sur la taille de la gamine. Mais elle ne tient pas, elle l'embrasse à pleine bouche. Leurs souffles se mêlent, leurs lèvres se trouvent. Il lui donne une sensation d’ivresse difficile à expliquer. Il la transporte Lukas. Plus qu'elle ne voudrait se l'avouer. « Allons-y alors, tu peux pas rester là et j’suis pas fan du public » Il lui propose de s'en aller et Lily n'est pas contre. Elle ne traîne jamais ici une fois son spectacle terminé. Elle a un peu peur de cet endroit, peur qu'un client ne la course un peu trop. Ça lui est déjà arrivée à la gamine, plus d'une fois. Un client un peu trop stimulé par la tenue de plumes de Lily s'y bien qu'il l'attendait à la sortie quelques rues plus loin. Mais ce soir elle est avec Lukas, alors elle se dit que même si il lui arrive quelque chose, il sera là pour la protéger. Ça fait du bien. De se sentir protégée et pas juste seule. Elle en a presque oublié cette délicieuse sensation, depuis que Lewis n'est plus le même en réalité. Avant c'était lui le grand frère qui la protégeait. Maintenant, ils ne se voient presque plus, ils sont presque comme deux inconnus. Surtout depuis leur dispute à l’hôpital. « Je t’ai déniché ça, pour être safe … Il te va bien » Il sort un casque pour la moto, Lukas. Un casque pour elle. Elle se laisse faire la gamine parce que quand le tchèque lui met la protection, il devient tout à coup étrange. Elle le sent ailleurs quelques instants, un peu triste, un peu nostalgique. « A quoi tu penses Lukas ? » Elle ne peut pas s'empêcher de poser la question, comme toujours. Elle sait au fond la gamine qu'elle ferait mieux de se taire. Mais Lily n'est pas comme ça. Elle prend des risques, tout le temps, même si cela signifie gâcher ce moment. Elle ne comprend pas ce qu'il se passe dans la tête de Lukas mais elle a l'impression que c'est quelque chose d'important pour arriver à le comprendre.
Il passe une jambe sur la moto et la démarre. Pendant quelques instants, elle hésite alors qu'il lui fait signe. « Je ne suis jamais monté sur une moto.. » Dit-elle d'une petite voix. Ou alors elle y est montée juste une fois, elle ne sait plus . En tout cas, elle n'a pas assez souvent chevauché un tel véhicule pour se sentir à l'aise. Mais elle prend son courage à deux mains la gamine, elle ne veut pas avoir l'air idiote. Elle s'assoit derrière Lukas pendant un instant, elle ne sait pas où mettre ses mains. Elle les pose sur les épaules du jeune homme, puis finalement sur ses bras ou encore ses hanches. C'est finalement le tchèque qui lui prend ses mains et les fait s'enlacer autour de son torse. Dans cette position, Lily se retrouve la joue contre son dos. C'est agréable. « T’as faim ? Chinois ? ».  Elle n'a pas le temps de répondre que déjà il démarre. Elle voit les rues de Paris défiler autour d'elle, le vent qui caresse son visage. Rapidement, ils arrivent devant un restaurant que Lily ne connaît pas. Généralement, elle se contente de ce qu'il traîne dans son frigo plutôt que de manger en extérieur. « Tu viens souvent ici ? » C'est un endroit plutôt calme, assez sympathique. Ils attendent patiemment que la commande soit prête et le regard de la gamine se perd sur les environs. « Tu dois faire semblant d’être libre et accessible … ou tu dois l’être ? » La question jaillit de manière totalement inattendue de la bouche de Lukas. Sur le coup, Lily se retourne pour affronter son regard. Les voilà donc à cette fameuse question. Mais la gamine n'aime pas les sous-entendus, elle veut entendre Lukas poser franchement la question. Es-tu une prostituée ? Elle décide de jouer celle qui n'a rien compris pour le forcer à déballer sa pensée. « Comment ça ? Que veux-tu dire ? ».
Ils repartent avant de s'arrêter à une nouvelle boutique pour acheter le dessert et puis finalement, c'est l'appartement de Lukas. Les casques défaits dans l'appartement, Lily en profite pour détacher ses cheveux. Un peu de liberté bon dieu. Elle le voit essayer d'enlever son nœud papillon mais bien vite, Lily décide d'intervenir. De ses mains, elle défait délicatement le nœud mais Lukas l'empêche de travailler correctement. Il lui embrasse les mains et lui mordille le pouce. Ça a l'effet immédiat d’aminer son désir pour lui. Mais finalement, le nœud ne lui résiste pas et c'est à contre cœur que Lily s'éloigne un peu de Lukas. Ils poursuivent leur chemin dans la cuisine. « Si tu fouilles dans la salle de bain, tu dois pouvoir trouver de quoi retirer ta peinture de guerre pendant que je fais réchauffer le canard » Elle en oublie presque son maquillage Lily alors qu'il ne lui ressemble pas. Dans la vie de tous les jours, elle ne se maquille jamais. « N’hésite pas si tu veux prendre une douche aussi … » De suite, il récupère toute l'attention de Lily. « Je crois que je vais avoir besoin d'un peu d'aide... » Elle fait le tour de l'îlot pour le rejoindre. « mais si tu as un peu de patience, on peut la prendre ensemble » Il l'embrasse, elle a envie de le retenir quand il s'en va s'occuper du canard. Fichu canard ! Mais elle se retient de dire quelque chose.
Rapidement, ils se retrouvent sur le salon à se restaurer. La gamine n'avait pas remarqué à quel point son ventre criait famine. Elle mange pour deux tellement son show lui a creusé l'estomac. Que va bien pouvoir penser Lukas ? Arrivée au dessert, le jeune homme prend une fraise pour lui faire mordre dedans. Il l'embrasse la gamine, mélange de fraises et de ses lèvres. Ses hormones sont en ébullition, trop pour une petite novice qui n'a goûté qu'une seule fois aux plaisirs charnels. Elle se laisse emportée et monte sur Lukas. Elle l'embrasse à pleine bouche. Rapidement, ses mains trouvent le chemin menant à la chemise du tchèque. Un par un, elle déboutonne le vêtement pour laisser le torse de Lukas apparaître. Elle se recule légèrement pour reprendre sa respiration, le front toujours collé contre celui du templier. La main un peu timide, elle la pose sur le haut du torse du jeune homme pour la faire glisser jusqu'en bas. « Elles sont vraiment bonnes ces fraises... » En réalité, c'est plutôt le support qui l’intéresse.
- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________


Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t4438-lukas-les-yeux-revolvers
Admin
homecoming : 03/03/2017
Messages : 2288
Louis d'or : 953
pretty face : Michiel Huisman
julius caesar : Lily (profil) Hippo (gif) Beylin (ava, gifs, signa)
the mighty bush : Protection surnaturelle : pouvoir passif inconscient qui isole des manipulations surnaturelles, annulant plus ou moins les intrusions en fonction de l'importance de l'adversaire
Allegeance : Loyal aux templiers, hostile aux anges, électron libre d'Arthur
these streets : Il sait pour les anges et les démons ; ignore tous des dieux, mais commence à remarquer des incohérences.

En ligne
Sujet: Re: Le parfum des fraises sauvages ♡ Luly Ven 8 Sep - 19:18 ()
Le parfum des fraises sauvages
@Lily M. Dubois & Lukas Vanek

Le regard qui se perds dans le vide et un instant de nostalgie. Il n’imagine pas que ses états d’âme se lisent plus ou moins sur son visage, il pensait être plutôt bon dissimulateur. Pourtant, la gamine enfonce les portes ouvertes, elle le perce à jour si facilement qu’il sent le sang monter à son visage et qu’il visualise le rouge manger sa mâchoire sous la barbe fleurie. « A quoi tu penses Lukas ? » Il reporte ses yeux vers elle, ils s’accommodent sur Lily pensivement. Alors Lukas se fends d’une réponse, brève et expéditives, mais une réponse tout de même. « A ma sœur … » Elles sont rares, les réponses qu’elle chérie précieusement la douce enfant, Lukas les distille avec parcimonie, il se livre au fur et à mesure qu’il se convint qu’elle en vaut la peine, que le risque tient la chandelle. Il ajoute du bout des lèvres, presque avec récitance, comme si il avait peur qu’elle abuse de la promesse « Je t’en parlerais une autre fois. » Il ne veut pas de l’ombre menaçante de la frangine sur le rendez-vous ; la défunte a l’art de briller par son absence et de faire changer d’humeur son frère beaucoup trop vite pour de petites broutilles qui la rappellent à lui. Il veut à tout prix éviter ça ce soir. Alors il enchaine brusquement, le voilà déjà sur la selle, pieds à l’étrier, moteur allumé. Quand elle avoue n’être jamais montée sur une moto, un sourire fleuri sous son casque, il a un regard attendri et il tapote la place derrière lui avec douceur. Elle hésite, sans trop savoir où poser ses mains, elle les balade sur ses épaules, sur ses bras puis sur ses hanches et le brun finit par les lui enlacer autour de son torse en riant.

Le temps d’accalmie devant la ginguette chinoise permets à Lily de s’autoriser une nouvelle question et Lukas a un sourire amusé. Pour une fois que la réponse est facile à donner, il en profite pour la taquiner. « Tu viens souvent ici ? » « Oui, madame l’inspectrice. » Appuyé contre la roue avant, le silence s’installe. Il aurait dû se marteler que la question était indélicate et renoncer à la poser, pourtant elle lui échappe et la réponse de Lily le désarçonne. « Comment ça ? Que veux-tu dire ? » Il la scrute un instant, yeux légèrement plissés. Leurs regards s’affrontent, à son air fier, il comprends qu’elle a compris, qu’elle le défie. Mais lui, déjà, il se dit que la question est déplacée dans son contexte. Il secoue la tête « Laisse tomber … plus tard … » Il s’interrompt en entendant le cuisinier l’interpeller pour lui tendre leur commande. Sauvé par le gong, ils se perdent à nouveau sur le bitume parisien.

Dans l’appartement, les instants de tendresse et de complicité le remuent plus qu’il ne le voudrait. Il songe à la place que prends Lily dans son quotidien, à celle grandissante qu’elle va envahir plus ils s’attacheront. Aux fournaux, il sourit en l’entendant réclamer de l’aide pour sa douche. Le brun ne peut pas s’empêcher d’y voir quelques invitations voluptueuses. Il la constate moins effrontée que la semaine précédente et il ne peut s’empêcher de se féliciter d’avoir mis le holà à ses avances. Il la préfère bien consciente de la situation, quitte à la voir rougir. Elle finit par s’éclipser, le laissant s’absorber dans la caramélisation de la viande. Fameuse idée que de le laisser gamberger seul. Il songe aux secrets et aux mensonges, à ses rares relations plutôt infructueuses avec des civiles dans sa vingtaine. L’Ordre était un secret déjà bien encombrant, sa double-vie omniprésente. Aujourd’hui, depuis le Grand Retour, il trouve les risques plus grands. Dans un coin de sa tête, sa détermination à découvrir la vérité tourbillonne, il songe aux nombres de mensonges auxquels il s’expose. Il sait mentir, il en a l’habitude, pourtant avec Lily il a un pincement au cœur, il regrette l’instant où elle apprendra. C’est connu, comme les cadavres, les secrets finissent toujours pas remonté à la surface. Il n’a pas le temps de culpabiliser plus longtemps pour les mensonges passés et ceux à venir.

Les fraises lui plaisent et il en est ravi. Lui, ce qui lui plait, c’est cette Lily qui se rapproche et qui s’enflamme. Assis en tailleur, il l’accueille dans ses bras sans remords, mains qui glissent derrière les genoux et la rehausse contre lui d’un coup sec. Il comble l’espace qui les sépare et réponds à son baiser avec la même fièvre. Sentir son corps contre le sien l’enflamme, pourtant il veut faire durer le plaisir, se faire languir et se donner un peu temps pour découvrir. Ses mains effleurent délicatement la peau douce de ses hanches, à l’endroit où son t-shirt se retroussent et laisse apparaitre des bouts de peau affolants. Souffles qui s’emmêlent, il quitte ses lèvres pour déposer des lignes de baisers dans son cou. Il sent son pouls s’affoler sous ses baisers. La chemise tombe, il note les mains hésitantes du coin de l’œil. Front contre front, sa paume vient caresser le bas de son dos d’un mouvement chaleureux et réconfortant. Un nouveau baiser qui s'éternise, une main qui glisse le long de son torse et ils basculent sur le tapis, corps entremêlé. Un instant il s’emballe lui aussi, il lui faut deux temps trois mouvements pour faire passer le t-shirt par-dessus la tête de la blonde, ses mains voyagent sur la peau nue, suivi par ses lèvres. Puis soudain, dans l’enchevêtrement de bras et de jambes ; il semble percevoir une certaine pudeur, peut-être un peu de timidité. Il se redresse et s’écarte légèrement en se demandant si la gamine a une idée de ce dans quoi elle s’embarque. Du dos de sa main il caresse sa pommette avant de demander tendrement « Tout va bien ? » Son regard s’attarde sur ses côtes juste sous son soutien-gorge, les derniers bleus finissent de s’estomper. « Ca a l’air d’aller mieux … » Son doigt effleure un hématome qui disparait puis vient se heurter au creux de sa cage thoracique. Il effleure délicatement la dentelle, il est sous le charme de la couleur qui tranche sur la peau pâle de sa blondinette. Il l’attire contre lui à nouveau front contre front et baisers volés, ses mains papillonnent dans son dos, s’activement habillement sur l’agrafe. La dentelle libère ses secrets dans un feutre de luxure. Il se délecte du peau contre peau quand il la prend dans ses bras.
- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________
Instant cassedédi à Seth, because you're worth it l'oreal cheveux jared tmtc je peux pas faire apparaitre un header clignotant à paillettes qui dit gloire à la crinière étincelante mais l'intention y est
The Holy Towel




Dernière édition par Lukas Vanek le Jeu 14 Sep - 16:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t477-blood-girl-dubois
Revolutionnaires
homecoming : 02/11/2016
Messages : 768
Louis d'or : 185
pretty face : Gigi Hadid.
julius caesar : beylin(av.) NEFERTARI(sign.)
the mighty bush : Elle possède depuis le grand retour le pouvoir d'aquakinésie. Elle n'arrive pas à le maîtrise, elle ne cherche pas à l'utiliser. Elle peut contrôler l'eau sous toutes ses formes. Liquide, solide, vapeur. Quand elle a le malheur de l'utiliser, elle se sent terriblement affaiblie et elle peut se mettre à saigner du nez si elle insiste. Il peut également se déclencher quand elle est sous le coup d'émotions fortes.
Allegeance : Tireuse d'élite, un bien grand mot pour une petite fille qui a appris à tirer avec le pistolet de son père. Simple activiste, elle est devenue tireuse, sûrement à cause de son caractère instable. Douée en tire, on voulait également la garder le plus loin possible du terrain. Beaucoup la considèrent comme dangereuse la petite gamine. Elle n'écoute pas, aveuglée par sa propre guerre. Elle n'arrive pas à voir plus loin, plus grand que sa vengeance. Elle ne comprend pas les actions douces comme des tags ou des mises en scène. Quand on lui a parlé de remplir la place de la République avec des mannequins, elle leur a ri au nez. Elle est enfermée dans cette colère, dans cette violence dont elle n'avait jamais fais preuve avant la disparition de son aîné. Fini la petite fille douce et innocente. Fini la naïveté et la pureté. Elle s'est transformée, devant tromperie et extrémiste.
these streets : Elle ne sait malheureusement pas grand chose la pauvre petite. Elle sait que quelque chose ne va pas, elle ne reconnaît pas son frère. Mais elle serait incapable de dire si il s'agit d'une autre personne ou tout simplement d'un lavage de cerveau ou encore d'un robot (dernière hypothèse éliminée récemment après avoir entailler la main de son frère pour s'en assurer.)

Sujet: Re: Le parfum des fraises sauvages ♡ Luly Jeu 14 Sep - 5:10 ()
Le parfum des fraises sauvages
Lily M. Dubois & @Lukas Vanek

« A ma sœur … » Lily ne dit rien. Elle ne sait pas quoi dire. La sœur de Lukas, ça reste un sujet obscur pour elle. Pourtant elle sent que c'est une partie importante du jeune homme. Que quelque part, elle continue de le hanter. Elle aimerait en savoir plus la gamine mais à chaque fois, c'est la pente glissante, le fil du funambule qui cède. Il ne veut pas en parler avec elle. Ou alors il n'y arrive pas. C'est compliqué a expliquer, compliqué à comprendre. Elle aimerait pouvoir le faire parler. Mais ce soir elle ne dit rien. Elle sent que ce n'est pas le bon moment, que cela ne fera que le braquer. « Je t’en parlerais une autre fois. » Elle prend note de l'information la gamine, c'est pas tombé dans l'oreille d'une sourde. Elle se retient pour ce soir, mais juste pour ce soir. Parce qu'elle ne veut pas tout gâcher, parce que c'est encore un petit peu trop tôt. Sur la moto, elle a l'air d'une enfant à qui on apprend à faire du vélo. Lukas est patient, il attend que la gamine se place mais bien vite, elle ne trouve pas la solution. C'est finalement lui qui récupère ses mains. Elle apprend à son rythme, la prochaine fois elle fera mieux.
Dans le restaurant, l’atmosphère redevient un peu plus détendue. L'ombre de la défunte sœur semble s'éloigner au fur et à mesure qu'ils passent du temps ensemble. Elle commence à découvrir un nouveau Lukas, un peu moins bourru que ce qu'elle croyait. Et c'est au moment exact où elle a cette pensée qu'il pose la question qui la vexe. A demi-mot, il lui demande si elle n'est pas une prostituée. Lily répond par une autre question, si il croit s'en sortir à si bon compte. Elle ne le lâche pas du regard, elle attend de le voir céder. Ou de le voir continuer. Il prend finalement la première solution, c'est plus sûr ainsi. « Laisse tomber … plus tard … » Elle ne prend pas le temps de relever le plus tard. Parce que plus tard, elle n'est pas sûr d'accepter mieux la question. Mais déjà la repas est prêt et les voilà reparti en direction de l'appartement de Lukas.
Elle le laisse finir de préparer le repas alors que dans un coin de sa tête, elle pense toujours à la fameuse question sur son travail au Moulin Rouge. Et si cela devait arriver un jour, et si pour une quelconque raison elle finissait par céder. Pour avoir des réponses, pour sa quête de vérité. Elle se sent horrible d'être ainsi prête à tout pour savoir. Elle se sent horrible de se savoir capable de trahir Lukas pour le bien de son frère. Elle ne devrait pas être comme ça, elle ne devrait pas être aussi radicale. Les convictions vacillent au contact de Lukas. Elle n'a pas envie de le faire souffrir, elle n'a pas envie de le sacrifier. Elle se sent déchirée entre la Lily qui veut continuer a avancer et celle qui a besoin de Lukas pour survivre. Elle ne peut plus simplement l'effacer de sa vie désormais. Pas après ce qu'ils ont vécus, pas après ce qu'ils sont devenus.
Après le repas, elle se retrouve sur lui, un peu trop maladroitement, un peu trop enflammée. Elle n'a pas envie de le faire fuir Lukas. Il la serre contre lui, laisse ses mains parcourir la peau de la jeune femme. Il l'affole, il lui fait perdre la tête. Rapidement, Lily se sent emportée dans un tourbillon dont elle ne connaît pas encore les codes. Ils roulent sur le tapis avant que Lily ne puisse comprendre ce qui lui arrive. Elle le sent qu'il se transforme en braise lui aussi. C'est déconcertant, c'est la première fois qu'elle voit Lukas autant se laisser aller. Elle ne voit plus l'homme toujours maître de ses émotions, il devient un peu plus comme elle, instinctif.
Le tee shirt de la jeune femme part se perdre quelque part dans la pièce. Et c'est comme un déclic qui la refroidit d'un coup. Elle se rappelle soudainement que, ces choses-là, elle ne sait pas bien faire. Elle se rappelle que, elle ne s'est retrouvée qu'une seule fois au contact charnel avec un autre homme. Comme la première fois, une bouffée de panique la submerger. Elle ne sait pas faire, elle a peur de mal faire. Elle se doute bien que Lukas ne se pose plus ce genre de questions depuis bien longtemps. Il est plus vieux, sûrement plus coureur de jupons qu'elle. Elle devient tiraillée entre l'envie de tout arrêter et celle de continuer. Il doit sentir son hésitation car il se recule un peu. Il la regarde comme si il cherchait une quelconque permission qu'elle ne se sent pas encore capable de lui donner. Il lui caresse la joue. « Tout va bien ? » Elle ne répond pas, elle se contente de mordre sa lèvre. Elle ne sait pas quoi lui dire en fait. Les doigts de Lukas se perdent sur les hématomes de la jeune femme, elle n'a plus mal depuis plusieurs jours déjà. « Ca a l’air d’aller mieux … »  Elle hoche de la tête mais aucun son ne sort de sa gorge encore trop nouée. Elle n'arrive pas à parler, elle n'ose pas dire ce qui la tracasse. Alors il repart dans ses baisers mais Lily n'est plus vraiment là. Elle est dans un débat intérieur avec elle-même. Dire, ne rien dire. Continuer, arrêter. Une barrière de plus cède, le soutient-gorge s'en va rejoindre le haut déjà délaissé. Il l'attire contre elle. Il l'embrasse, il la caresse mais plus ça continue, plus la panique augmente. « Lukas attends... » C'est plus fort qu'elle, sa voix se délie enfin. « Lukas. » Elle est obligée de le repousser physiquement tant sa voix est inaudible. Elle plaque ses mains contre le torse du jeune homme et le fait doucement se surélever de quelques centimètres. « Lukas je.. » Et voilà le moment fatidique qui arrive. Le moment gênant où elle va voir Lukas tout arrêter quand elle va tout lui dire. Parce que personne n'aime les novices, ça fait peur, c'est pas intéressant. « Faut que je te dise que... Que je suis pas très expérimenté dans ce genre de situation tu vois... » Ses joues n'ont jamais étés aussi rouge. Elle tente de fuir le regard du tchèque pour trouver le courage de continuer. « Enfin tu comprends... Je n'ai eu... qu'une fois... voilà quoi... » La situation devient insoutenable. « Je comprendrais si tu n'as pas envie de... d'aller... plus loin.. avec moi. » Elle enfouit son visage dans ses mains sous l'emprise de la honte. Y a pas pire situation que celle qu'elle est entrain de vivre.  
- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________


Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t4438-lukas-les-yeux-revolvers
Admin
homecoming : 03/03/2017
Messages : 2288
Louis d'or : 953
pretty face : Michiel Huisman
julius caesar : Lily (profil) Hippo (gif) Beylin (ava, gifs, signa)
the mighty bush : Protection surnaturelle : pouvoir passif inconscient qui isole des manipulations surnaturelles, annulant plus ou moins les intrusions en fonction de l'importance de l'adversaire
Allegeance : Loyal aux templiers, hostile aux anges, électron libre d'Arthur
these streets : Il sait pour les anges et les démons ; ignore tous des dieux, mais commence à remarquer des incohérences.

En ligne
Sujet: Re: Le parfum des fraises sauvages ♡ Luly Jeu 14 Sep - 16:04 ()
Le parfum des fraises sauvages
@Lily M. Dubois & Lukas Vanek

Il aurait pu se douter qu’il y avait un souci en la voyant se mordre la lèvre, mais il s’enflamme, tout à son désir. Il a l’impression que la fièvre est partagée, il remarque bien qu’une fois son t-shirt passé par-dessus tête, elle se tend mais elle ne dit rien quand il la questionne. Lily-la-bavarde devient mystérieusement silencieuse et cela aurait pu lui mettre la puce à l’oreille. S’il n’avait pas les yeux fixés sur cette dentelle qui le distraie il aurait pu voir dans ses yeux l’hésitation, peut-être même aurait-il pu détecter une certaine peur. Mais il la poursuit de ses ardeurs aveuglément, il dégrafe le soutien-gorge et remonte ses mains le long de sa colonne vertébrale. Lukas n’entends pas la voix soufflée de Lily, qui l’appelle, il ne perçoit pas la panique. C’est quand elle le repousse qu’il finit par voir dans ses yeux sa tourmente, et il se sent con. Il a honte de lui, il retire ses mains, les lève en l’air comme pour dire c’est bon j’enlève mes mains de profiteurs, pas de stress. Il la libère de son emprise, se hisse en tailleur sur le tapis et écoute ce qu’elle bafouille en rougissant de plus en plus. Il aime la voir rosir d’embarras, mais il n’aime pas la voir rougir de honte, de manière si flagrante. Il a l’impression de l’enfoncer dans son trou alors qu’il n’en pense rien. Il essaie de tout comprendre, mais la seule chose qui lui parait évident c’est qu’elle ne sait pas trop ce qu’elle veut et qu’il doit ralentir le rythme. « Faut que je te dise que... Que je suis pas très expérimenté dans ce genre de situation tu vois … Enfin tu comprends... Je n'ai eu... qu'une fois... voilà quoi... » Il ne comprends pas tout exactement, il ne sait pas ce qu’elle n’a fait qu’une fois, parce qu’à ses yeux, les possibilités sont infinies. Mais il comprend à demi-teinte ce qu’elle essaie grossièrement de lui dire.

« Je comprendrais si tu n'as pas envie de... d'aller... plus loin.. avec moi. » Elle s’enfuie le visage dans ses mains, si bien qu’elle ne voit pas la mine franchement offusquée de Lukas. Il se retient tout juste de balancer un j’suis pas un connard, merci ! offensé. Il est un peu blessé qu’elle puisse le percevoir ainsi, il sait qu’il n’est pas toujours aimable, qu’il lui arrive d’être un petit con arrogant, mais il n’a pas l’impression d’appartenir à cette catégorie-là de con. C’est un gars qui respecte l’intimité des autres, il s’en fiche même pas mal de savoir qui couche avec qui. Il ne juge pas, il a pas commencé très tôt non plus, chacun son rythme, c’est un principe qui lui convient très bien. Alors qu’il la détaille, prostrée dans son honte qui n’a pas lieu d’être, il voit la situation d’un autre œil. Il a l’impression de l’avoir déshabillée un peu trop vite, sans lui demander son avis. Il se penche en avant et étends le bras par-dessus elle pour tapoter le canapé. Sa main finit par rencontrer à l’aveugle le plaid de tartan et il déploie l’étoffe sur ses épaules, la couvrant pudiquement pour qu’elle reprenne ses esprits en toute tranquillité. Il lui relève légèrement le menton sans pourtant autant la forcer à affronter son regard. « Si tu désires vraiment quelqu’un, l’expérience tu t’en fiches royalement Lily, t’inquiètes pas pour ça … »

Il essaie d’adoucir sa voix d’ours bourru sans être sûr de son succès, et hausse les épaules. Il a besoin d’occuper ses mains et c’est les chevilles fines de la gamine qu’il les pose. Il décrit des cercles avec ses pouces sur la peau de la blonde, en tentant de la détendre. « Chacun son rythme, c’est pas grave … à ton âge, j’étais plutôt un bon empoté pas très fier de lui, pas très fin non plus, si ça peut te rassurer » Il est pas sûr que ce soit trop le moment pour aborder le sujet, mais si cela peut détendre l’atmosphère ou la faire relâcher la pression, il est prêt à quelques confidences qui le montrent pas son jour le plus glorieux. La vérité c’est qu’il était tellement obnubilé par l’Ordre à vouloir faire ses preuves, qu’il a mis des années à s’intéresser aux femmes. Ses premières expériences ont été des échecs cuisants, amoureux trop secret et trop pris par sa double vie, il a vite tiré un trait sur l’idée d’une relation suivie. Il s’en est mieux sorti plus tard, en amant passager sans contraintes.

Il se rallonge tranquillement, dos au tapis et l’attire près de lui. La tête de Lily au creux de son épaule, il lui caresse les cheveux, joue avec les longueurs blondes. Ses yeux se perdent sur le plafond blanc puis il reprends dans un murmure. « Voyons les choses du bon côté. J’suis pas un connard, je vais pas te lâcher pour ça et pas faire de forcing. T’aurais pu tomber pire. Et puis … » Un sourire fin s’étire sur ses lèvres, ses yeux pétillent, il baisse la tête vers elle et l’embrasse en douceur « … tu as plein de choses à découvrir et je vais me faire un plaisir de t’initier » Il enroule un doigt dans une mèche blonde sans y faire attention, et s’empresse de rajoutant sur son ton le plus rassurant « en temps et en heure bien sûr, à ton rythme, rien ne presse » Songeur un instant, il la dévisage d’un œil soupçonneux en faisant une moue un instant « Va pas t’imaginer que rien ne presse veut dire que je n’te veux plus … je te connais tu te montes la tête pour des broutilles … ça veut juste dire que si tu as besoin de temps, on peut prendre du temps » Il a l’impression de parler tout seul pour détendre l’atmosphère, il ne sait pas si ça marche mais il l’espère, pourtant il finit par se taire. Silencieux, un sourire amusé finit par naitre sur ses lèvres tandis qu’il réfléchit à l’écart entre la Lily qui vire écrevisse et celle qui incite à la douche crapuleuse.
- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________
Instant cassedédi à Seth, because you're worth it l'oreal cheveux jared tmtc je peux pas faire apparaitre un header clignotant à paillettes qui dit gloire à la crinière étincelante mais l'intention y est
The Holy Towel


Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t477-blood-girl-dubois
Revolutionnaires
homecoming : 02/11/2016
Messages : 768
Louis d'or : 185
pretty face : Gigi Hadid.
julius caesar : beylin(av.) NEFERTARI(sign.)
the mighty bush : Elle possède depuis le grand retour le pouvoir d'aquakinésie. Elle n'arrive pas à le maîtrise, elle ne cherche pas à l'utiliser. Elle peut contrôler l'eau sous toutes ses formes. Liquide, solide, vapeur. Quand elle a le malheur de l'utiliser, elle se sent terriblement affaiblie et elle peut se mettre à saigner du nez si elle insiste. Il peut également se déclencher quand elle est sous le coup d'émotions fortes.
Allegeance : Tireuse d'élite, un bien grand mot pour une petite fille qui a appris à tirer avec le pistolet de son père. Simple activiste, elle est devenue tireuse, sûrement à cause de son caractère instable. Douée en tire, on voulait également la garder le plus loin possible du terrain. Beaucoup la considèrent comme dangereuse la petite gamine. Elle n'écoute pas, aveuglée par sa propre guerre. Elle n'arrive pas à voir plus loin, plus grand que sa vengeance. Elle ne comprend pas les actions douces comme des tags ou des mises en scène. Quand on lui a parlé de remplir la place de la République avec des mannequins, elle leur a ri au nez. Elle est enfermée dans cette colère, dans cette violence dont elle n'avait jamais fais preuve avant la disparition de son aîné. Fini la petite fille douce et innocente. Fini la naïveté et la pureté. Elle s'est transformée, devant tromperie et extrémiste.
these streets : Elle ne sait malheureusement pas grand chose la pauvre petite. Elle sait que quelque chose ne va pas, elle ne reconnaît pas son frère. Mais elle serait incapable de dire si il s'agit d'une autre personne ou tout simplement d'un lavage de cerveau ou encore d'un robot (dernière hypothèse éliminée récemment après avoir entailler la main de son frère pour s'en assurer.)

Sujet: Re: Le parfum des fraises sauvages ♡ Luly Jeu 21 Sep - 13:33 ()
Le parfum des fraises sauvages
Lily M. Dubois & @Lukas Vanek

Elle en a marre d'être comme ça Lily, ça la bouffe d'être aussi timide, aussi réservée. Parfois elle se dit, qu'elle aimerait bien être comme ces filles qui dansent en boite de nuit sans se soucier du regard des autres. Elle aimerait bien être comme ces filles avec une assurance sans mesure et le regard qui ne défile pas. Lily n'est pas comment ça. Lily rougit quand elle sent un homme la toucher un peu trop intimement. Lily se sent mal à l'aise quand elle perçoit du désir dans les pupilles de son interlocuteur. Elle ne sait pas quoi en faire dans ces moments, de ce désir. Ou plutôt si. Elle sait qu'elle devrait lancer la machine, répondre aux avances et entrer dans le petit jeu de séduction. Mais Lily, c'est pas une charmeuse malgré son travail. Lily, elle sait pas trop comment faire dans ses moments-là. Elle perd tous ses moyens quand un homme l'approche de trop près, surtout quand il lui plaît. Ça a toujours été comme ça. Adolescente, déjà elle fuyait les mecs, ou alors elle s'en faisait des potes. La bonne copine un peu bagarreuse et qui aimait bien jouer au foot. Résultat, elle est arrivée à l'age adulte sans ne jamais avoir embrassé un garçon. Aucune expérience, aucune découverte. Elle est restée ignorante pendant près de vingt-quatre ans la douce enfant. C'est avec son ami Matt qu'elle a découvert vraiment ce que voulait dire le mot charnel. C'était y a pas si longtemps, juste quelques mois, une passade. C'était un moyen pour eux de se reconstruire après la bombe. Faire l'amour pour réparer leur âme meurtries par l'explosion. Ça a colmaté les blessures sans pour autant les effacer. La peur de mourir toujours présente pour celle qui juste que là se croyait invincible. Au final cet acte charnel a été plus un remède qu'un acte d'amour. Et c'est pas la même chose avec Lukas. Elle en a pas envie pour oublier une peine ou expirer une colère. Elle en a juste envie parce qu'elle l'aime, un peu trop. Elle en a peur la gamine de ce sentiment. Ça rend fragile, ça rend vulnérable. Passer un nouveau cap avec Lukas, ça serait s'attacher encore plus. Et est-ce vraiment ce qu'elle veut ? Elle a peur de pas savoir s'y faire, peur de trop l'aimer, peur de le voir s'en aller face à son inexpérience. Ils ne se connaissent pas encore bien Lukas et Lily malgré les apparences. Ou du moins, ils ne se connaissent pas bien dans ce domaine. Elle le croit coureur de jupons, elle le croit tombeur de ces dames. Si bien que cela l'angoisse encore plus de devoir sauter le pas.
Lukas se recule sous la poussée de la jeune femme. Elle en profite pour passer ses bras autour de sa poitrine. Elle se rappelle subitement qu'elle est nue en haut. Elle ne se sent pas jolie, elle n'est pas à l'aise avec son corps. Elle se trouve trop petite, trop banale. Ses mains glissent ensuite sur son visage et elle sent une laine la couvrir. Elle décide d'enlever ses mains pour maintenir le plaid autour de sa poitrine. Elle est un peu moins angoissée d'un coup. « Si tu désires vraiment quelqu’un, l’expérience tu t’en fiches royalement Lily, t’inquiètes pas pour ça … »  Elle sent les pouces de Lukas se perdre sur ses chevilles. Un geste régulier, apaisant. Pourtant, elle ne trouve toujours pas le courage de parler la gamine. Elle laisse Lukas continuer. « Chacun son rythme, c’est pas grave … à ton âge, j’étais plutôt un bon empoté pas très fier de lui, pas très fin non plus, si ça peut te rassurer » Elle rougit de plus belle en imaginant le tchèque lors de ses premières fois dans des situations peu reluisantes.
Il finit par s'allonger sur le dos et embarque Lily sur lui, elle a le nez niché sur son parfum. Elle apprécie les caresses sur ses cheveux « Voyons les choses du bon côté. J’suis pas un connard, je vais pas te lâcher pour ça et pas faire de forcing. T’aurais pu tomber pire. Et puis … »  Il l'embrasse. « … tu as plein de choses à découvrir et je vais me faire un plaisir de t’initier » Elle dépose un baiser timide sur les lèvres de Lukas. « en temps et en heure bien sûr, à ton rythme, rien ne presse » Et le voilà qu'il s'empêtre une nouvelle fois dans ses explications. « Va pas t’imaginer que rien ne presse veut dire que je n’te veux plus … je te connais tu te montes la tête pour des broutilles … ça veut juste dire que si tu as besoin de temps, on peut prendre du temps » Mais elle en a envie Lily, c'est bien ça le problème. Elle a envie de passer à l'étape supérieure. Mais y a la peur aussi. La peur du monde inconnu, la peur de pas savoir quoi faire. Elle passe une main dans les cheveux de Lukas. « C'est juste que... Je ne veux pas te décevoir.. » Murmure t-elle. Elle l'aime trop Lukas pour prendre le risque. Et en même temps, elle a envie de le prendre ce risque. « Mais si tu me promets de ne pas rire de mon incompétence... » Dit-elle un petit sourire aux lèvres. Elle dépose une ligne de baisers en descendant petit à petit sur le bas ventre du jeune homme. « J'ai pas envie d'attendre une semaine, un mois, un an. J'ai envie que ce soit maintenant Lukas. J'ai pas envie de regretter si jamais il arrive quelque chose. On sait pas ce que l'avenir nous réserve. Si le grand départ m'a appris une chose, c'est qu'il ne faut pas faire l'erreur de croire qu'on a du temps. Parce que le temps peut disparaître en un claquement de doigts. » Elle retire le plaid pour le balancer sur le canapé. Ses mains passent sur la boucle de la ceinture du jeune homme, elle défait la ceinture, le bouton du jean saute et la fermeture éclair descend. « Sauf si toi tu veux attendre... » Elle embrasse Lukas, laisse courir ses mains sur le corps du jeune homme. Tout en continuant de l'embrasser, elle se surélève un peu pour enlever son propre pantalon et la culotte qui suit. La voilà totalement nue. Elle chasse cette pensée en une demie-seconde, elle doit penser à autre chose pour avancer. Elle roule sur le sol en embarquant Lukas sur elle. Ses mains se glissent sous le jean et le caleçon du jeune homme pour commencer à les faire descendre. Pendant tout ce temps, ils n'ont pas interrompus leurs baisers.
- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________


Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t4438-lukas-les-yeux-revolvers
Admin
homecoming : 03/03/2017
Messages : 2288
Louis d'or : 953
pretty face : Michiel Huisman
julius caesar : Lily (profil) Hippo (gif) Beylin (ava, gifs, signa)
the mighty bush : Protection surnaturelle : pouvoir passif inconscient qui isole des manipulations surnaturelles, annulant plus ou moins les intrusions en fonction de l'importance de l'adversaire
Allegeance : Loyal aux templiers, hostile aux anges, électron libre d'Arthur
these streets : Il sait pour les anges et les démons ; ignore tous des dieux, mais commence à remarquer des incohérences.

En ligne
Sujet: Re: Le parfum des fraises sauvages ♡ Luly Sam 7 Oct - 17:59 ()
Le parfum des fraises sauvages
@Lily M. Dubois & Lukas Vanek

Ils forment un drôle de couple à eux deux. Elle qui s’enflamme pour mieux se refermer comme une huitre la seconde suivante ; et lui qui tente maladroitement de la rassurer. Il s’emmêle un peu les pinceaux et elle lui sort des inepties. « C'est juste que... Je ne veux pas te décevoir.. » Il ne comprends pas cette peur de l’inconnu, cette peur du ridicule, il n’arrive pas à l’appréhender ; il n’a jamais eu à y faire face. Il ouvre la bouche pour tenter de trouver les bons mots, puis finit par lâcher un banal « Mais … tu ne me décevras pas, te stresses pas Lily … » Il ne sait plus quoi dire pour dédramatiser la situation, pour qu’elle se détend. Si il ne trouve pas les mots, au moins il espère que les gestes sont les bons. Le massage de chevilles se transforme lascivement en caresses et il la tire vers lui pour la faire monter sur ses genoux. Sentir passer la main de Lily qui fouille dans ses cheveux le fait sourire, un sourire un peu béat un peu idiot.

« Mais si tu me promets de ne pas rire de mon incompétence... » Bizarrement, l’entendre quémander cette promesse le fait naturellement sourire, il essaie de retenir un rire sans succès. C’est un rire différent, loin des sourires ironiques et des rires sarcastiques dont il gratifie souvent ses interlocuteurs. C’est un rire doux, avec des ridules aux coins des yeux qui forment un regard rieur ; un sourire heureux et complice. Ses yeux pétillent et il hoche la tête « Promis … oui … excuse-moi » pour couper court à toutes protestations, il l’embrasse longuement, en prenant son temps, il mordille sa lèvre avant qu’elle ne s’écarte pour déposer une ligne de baiser sur son torse. Il se laisse tomber en arrière, paupières closes et souffle court, pour finalement ouvrir un œil quand il sent qu’elle s’agite sur lui. Il la dévisage quand elle prend la parole, regard paresseux et un peu lascif ; ses mains jouent avec le bord du plaid, comme si il n’attendait qu’une autorisation pour faire tomber le bout de tissu. «J'ai pas envie d'attendre une semaine, un mois, un an. » Ses lèvres tressautent dans un sourire amusé un peu voilé, ça tombe bien lui non plus, il tient pas à attendre trop longtemps ; il sent qu’il l’a dans la peau depuis des semaines, peut-être même des mois. Ca le dévore, ça le bouffe ; si proche du but, il ne lui faut pas grand-chose pour être convaincu. «J'ai envie que ce soit maintenant Lukas. » Un sourcil se lève, circonspect. Il commence à la cerner ; il en a l’impression. La gamine l’enflamme aussi vite qu’une étincelle, mais il n’est pas sur qu’elle sache trop ce qu’elle veut cette girouette ; c’est la première chose qui s’impose à Lukas quand il l’entend. Ca et son irrépressible sentiment d’insécurité. « J'ai pas envie de regretter si jamais il arrive quelque chose. On sait pas ce que l'avenir nous réserve. Si le grand départ m'a appris une chose, c'est qu'il ne faut pas faire l'erreur de croire qu'on a du temps. Parce que le temps peut disparaître en un claquement de doigts. ». Il n’a pas l’intention de disparaitre ou de mourir tant qu’il n’aura pas fait qu’un avec Lily, sans trop savoir d’où ça lui vient il sent qu’il a besoin de ça. Mais il ne lui dit pas, si il n’a pas de pudeur physique, il a cette pudeur sentimentale. Trop longtemps qu’il fait semblant d’être imperturbable face à sa blondeur, ça finit par laisser des traces.

Il lève la main pour effleurer sa joue et attraper une mèche qui virevolte au-dessus de lui, mais il n’a pas le temps d’arriver jusque-là. Il s’immobilise en plein geste quand elle se débarrasse de la couverture. Il remarque à peine qu’elle s’attaque à sa ceinture et son pantalon, qu’elle le déshabille. Il n’a qu’une envie, couvrir sa peau de baisers, laisser trainer ses lèvres là où il soupçonne que peu se sont aventurés. Il faut avouer que cela lui procure un drôle de sentiment, un mélange d’exclusivité et de puissance ; il n’en faut pas plus pour enflammer son désir. Il ne prend même pas la peine de répondre à l’ineptie qu’elle murmure. Il n’a pas envie d’attendre, il peut le faire pour elle si besoin mais lui tout de suite maintenant, ça lui convient très bien aussi. Il accompagne ses mains quand elle se débarrasse de ses vêtements et roule sur elle sans rechigner.  

C’est un étrange ballet que leurs corps, des gestes fauves et des maladresses touchantes. Elle a le don de le faire sourire, ses lippes qui se plient malicieusement quand elle laisse entrevoir sa pudeur, son regard qui s’assombrit, envoutant, quand il croise ses yeux de biche. Ses mains tracent des sillons ardents sur sa peau et s’attaquent aux dernières barrières, glissent contre ses cuisses. Finalement, dans l’euphorie de l’instant, il ne réfléchit pas beaucoup et ils finissent par s’aimer sur le tapis épais de salon. Il ne veut rien précipiter, faire durer le plaisir un peu plus longtemps, mais le désir les rattrape, leur rappelle ce qu’ils attendent depuis un moment. Entre quelques souffles exaltés, ils rendent les armes, ses lèvres chuchotent contre son oreille quelques mots doux, leurs cœurs bourdonnent en concert puis le rythme cardiaque ralentit, ses caresses s’imprègnent de légèreté. Il veut lui demander si tout va bien, mais ne peut pas se résoudre à proférer un vulgaire ca va ? alors il cherche son regard pour tenter d’y lire une réponse muette. Ils s’enroulent dans plusieurs plaids, surélèvent leur tête avec les coussins du canapé. Ce ne sont que des chuchotements indistincts, des rires étouffés, comme si parler à voix haute allait tout briser. Dans un coin de sa tête, il sait que ce tapis, aussi épais soit-il, n’est pas vraiment confortable, que leurs corps brulants risquent de prendre froid et qu’il sera tout courbaturé au réveil. Mais leurs corps imbriqués et leur peau contre peau sous leur cocon étroit a quelque chose de délicieux ; si bien qu’ils restent allongés là pendant quelques instants encore. Il laisse la torpeur le gagner sans lutter.
- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________
Instant cassedédi à Seth, because you're worth it l'oreal cheveux jared tmtc je peux pas faire apparaitre un header clignotant à paillettes qui dit gloire à la crinière étincelante mais l'intention y est
The Holy Towel


Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t477-blood-girl-dubois
Revolutionnaires
homecoming : 02/11/2016
Messages : 768
Louis d'or : 185
pretty face : Gigi Hadid.
julius caesar : beylin(av.) NEFERTARI(sign.)
the mighty bush : Elle possède depuis le grand retour le pouvoir d'aquakinésie. Elle n'arrive pas à le maîtrise, elle ne cherche pas à l'utiliser. Elle peut contrôler l'eau sous toutes ses formes. Liquide, solide, vapeur. Quand elle a le malheur de l'utiliser, elle se sent terriblement affaiblie et elle peut se mettre à saigner du nez si elle insiste. Il peut également se déclencher quand elle est sous le coup d'émotions fortes.
Allegeance : Tireuse d'élite, un bien grand mot pour une petite fille qui a appris à tirer avec le pistolet de son père. Simple activiste, elle est devenue tireuse, sûrement à cause de son caractère instable. Douée en tire, on voulait également la garder le plus loin possible du terrain. Beaucoup la considèrent comme dangereuse la petite gamine. Elle n'écoute pas, aveuglée par sa propre guerre. Elle n'arrive pas à voir plus loin, plus grand que sa vengeance. Elle ne comprend pas les actions douces comme des tags ou des mises en scène. Quand on lui a parlé de remplir la place de la République avec des mannequins, elle leur a ri au nez. Elle est enfermée dans cette colère, dans cette violence dont elle n'avait jamais fais preuve avant la disparition de son aîné. Fini la petite fille douce et innocente. Fini la naïveté et la pureté. Elle s'est transformée, devant tromperie et extrémiste.
these streets : Elle ne sait malheureusement pas grand chose la pauvre petite. Elle sait que quelque chose ne va pas, elle ne reconnaît pas son frère. Mais elle serait incapable de dire si il s'agit d'une autre personne ou tout simplement d'un lavage de cerveau ou encore d'un robot (dernière hypothèse éliminée récemment après avoir entailler la main de son frère pour s'en assurer.)

Sujet: Re: Le parfum des fraises sauvages ♡ Luly Dim 22 Oct - 16:04 ()
Le parfum des fraises sauvages
Lily M. Dubois & @Lukas Vanek

Il trouve les mots qu'elle veut entendre, il tente de la rassurer comme il peut. Mais elle voit bien dans les yeux de Lukas qu'il ne comprend pas ce qui la retient. Elle ne trouve pas les bons mots pour expliquer, elle n'a pas envie de lui expliquer. C'est plus simple de rester seulement sur les bases. Elle a besoin d'être en confiance, c'est tout ce qu'il doit savoir. Lukas, il est venu bouleverser sa vie comme une catastrophe naturelle. Elle qui s'était promise de ne jamais aimer, elle qui s'était promise d'avancer seule pour ne pas souffrir. Il a tout remis en cause, elle lui en veut pour ça, et en même temps, elle en est heureuse. Elle ne s'est jamais sentie aussi vivante que depuis qu'elle est avec lui. Avant, tout n'était que survie. Continuer à avancer, vivre mécaniquement, enchaîner les mêmes mouvements encore et encore. Elle avançait pour ne pas tomber c'est tout. Elle n'était qu'un robot un peu cassé, il a commencé à la réparer.
Mais bien vite, sa phrase réconfortante est suivi par un rire. Elle ne l'entend pas souvent rire Lukas, pas aussi franchement. Elle ne connaît que les sourires moqueurs ou les regards rieurs un peu dissimulés. Elle ne sait pas pourquoi il rit si peu. Elle le trouve beau quand il rit. Il a ces rides qui apparaissent au coin de ces yeux externes. Les pattes d'oie comme elle les appelle. Lily pose ses doigts sur l'une d'elles, elle les caresse délicatement. «  J'aime quand tu souris. » C'est tout ce qu'elle dit, elle n'a pas besoin de parler plus. La gamine, elle aime faire passer les choses par le regard. Elle espère que Lukas arrive à y lire tout ce qu'elle ressent. Une multitude de sentiments et d'émotions qui se bousculent dans sa tête. Il n'y a pas de mot pour décrire ce qu'elle ressent, c'est trop intense, trop confus.
Elle lui dit qu'elle ne veut pas attendre, elle lui dit que sa décision est prise. Elle ne réfléchit pas longtemps Lily, jamais. Elle fait tout sur le coup de ses envies et son impulsivité. Réfléchir, c'est faire naître des doutes. Voilà comment elle raisonne la gamine. Elle fait confiance à son instinct, à sa pensée première avant que d'autres ne viennent la parasiter. C'est pour ça qu'elle se lance dans les missions les plus chaotiques dans la révolution, c'est pour ça que Lily, on la considère comme une bombe à retardement. Elle ne laisse pas non plus le temps à Lukas d'hésiter. Ses mains se mettent en action avant que le jeune homme ne puisse protester. Elle ne veut pas le voir tout arrêter, elle ne veut pas le voir s'enfuir.
Et la magie s'opère, la gamine se laisse transporter par ses désirs et la chaleur de Lukas. Elle n'a plus peur, elle ne se pose plus de questions. Elle se laisse guider et accompagne les gestes du tchèque. Elle murmure ici et là son prénom dans l'exquise extase qui la parcoure. Son souffle s’accélère et sa température grimpe dans la fraîcheur de la nuit. Elle a l'impression que son cœur va exploser tellement il tambourine dans sa poitrine, elle n'a jamais ressenti ça. Elle n'en peut plus, elle en veut plus. Elle s’agrippe à la peau du jeune homme pour lutter contre son désir ardant. Son corps prend feu quand ils s'unissent, un déferlement d'un millier de braises dans ses veines. Dans la salle de bain, la douche et le robinet s'allument mais aucun des deux ne semblent le remarquer. Il n'y a plus rien qui compte sauf eux.
Après le feu d'artifice, ils restent enlacés l'un contre l'autre sur le tapis. Elle a sa tête posé sur son torse et sa main qui caresse le ventre du jeune homme. Aucun d'eux ne parlent, savourant l'instant présent. Les yeux de Lily sont perdus dans le ciel au travers de la fenêtre pendant que la respiration de Lukas la berce. Alors qu'elle sent le sommeil l'emporte avec Lukas, elle relève le haut de son corps pour tourner la tête vers le tchèque. Il a les yeux fermés, il a l'air d'avoir déjà rejoint Morphée. Persuadée de son sommeil, elle caresse la joue de Lukas et dépose un furtif baiser sur ses lèvres. «  Je crois que je commence à trop t'aimer... » Chuchote t-elle alors qu'elle plonge dans le monde des songes.
- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________


Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t4438-lukas-les-yeux-revolvers
Admin
homecoming : 03/03/2017
Messages : 2288
Louis d'or : 953
pretty face : Michiel Huisman
julius caesar : Lily (profil) Hippo (gif) Beylin (ava, gifs, signa)
the mighty bush : Protection surnaturelle : pouvoir passif inconscient qui isole des manipulations surnaturelles, annulant plus ou moins les intrusions en fonction de l'importance de l'adversaire
Allegeance : Loyal aux templiers, hostile aux anges, électron libre d'Arthur
these streets : Il sait pour les anges et les démons ; ignore tous des dieux, mais commence à remarquer des incohérences.

En ligne
Sujet: Re: Le parfum des fraises sauvages ♡ Luly Mar 14 Nov - 19:17 ()
Le parfum des fraises sauvages
@Lily M. Dubois & Lukas Vanek

« J'aime quand tu souris. » c’est un peu idiot mais le simple fait de l’entendre cela le fait sourire à nouveau. Imbécile heureux. Imbécile amoureux. Il a l’impression de découvrir quelque chose, ça lui parait un peu étrange, mais du haut de ses 37 ans peut-être qu’il n’a jamais vraiment été amoureux. Pas comme ça en tout cas. Il ne prend pas le temps d’y réfléchir ; le désir les emporte et il se laisse fléchir sans résistance.

Il s’endort toujours vite, Lukas, il a le sommeil programmé, il pose la tête sur l’oreiller et il accueille Morphée. Ce soir, le dieu du sommeil prend une forme toute féminine, tout en blondeur. Il se laisserait happer par les songes si elle ne le réveillait en se hissant contre lui, à la recherche de ses lèvres. Il répond au baiser, avec une certaine langueur parce qu’il est déjà à moitié ailleurs, ses doigts caressent machinalement sa hanche nue. Il aime la chaleur de sa peau quand sa paume se plaque contre son bas ventre, mais il n’a pas le temps d’y penser qu’il se fige en entendant Lily chuchoter. «  Je crois que je commence à trop t'aimer... » dit-elle en assoupissant. Phénomène surprenant, il sent le rouge lui monter aux joues, le feu dévore sa barbe. Il a l’impression de commettre  une indiscrétion, il est persuadé qu’elle ne pensait pas qu’il l’entendrait. Il commence à la connaitre, la gamine et sa fierté. Regard pensif, ses doigts jouent dans ses cheveux, elle ne réagit pas spécialement. Sa langue claque contre son palais et il répond dans le vide, sans être trop sûr qu’elle l’entende « Pourquoi trop ? moi j’crois que je vais t’aimer tout court » Ses pensées tourbillonnent, il tente de trouver le sommeil sans succès. Le sol est dur sous la tapis et le plaid est froid sur leurs corps brulants. Il est trop réveillé pour dormir à présent, si bien qu’il décide d’immigrer vers sa chambre. Entreprise difficile, il s’agit de pas trop la réveiller et de ne pas se ridiculiser en s’abaissant à un porté de princesse à deux balles. Il envisage toutes les situations possibles, redoute de se prendre une gifle si elle se réveille ballottée sur son épaule comme un vulgaire sac à patate. Il se dit qu’au fond, ça restera entre eux, même peut-être entre lui et son fichu orgueil. Alors, le brun glisse une main sous les genoux de Lily, une autre dans son dos, il la hisse contre lui en manquant de la réveiller. Marche prudente dans le couloir, la gamine ouvre un œil paresseux, il secoue la tête et chuchote « Rendors toi je nous évite juste les courbatures demain matin … » sourire en coin et tête à claque qui se profile, un rire silencieux comme à se propager dans sa cage thoracique, ça la berce contre son torse et il continue avec le souffle coupé par le rire taquin « ’fin, je t’en épargne quelques une de moins dira-t-on » Elle ne le connait pas encore ce Lukas-là, celui qui n’a pas sa langue dans le poche et qui s’amuse des sous-entendus qui font rougir, mais elle va le découvrir dans toute sa prétention dans les jours à venir. Surprise. Surprise.

Elle se blottie contre ses bras quand il passe le pas de la porte. Le tchèque se laisse échoir sur son lit, en se disant machinalement que peut-être ça pourrait devenir le leur. Il s’emballe et s’en aperçoit à peine. Il l’installe au milieu et la rejoint sans plus tarder en rabattant la lourde couette de duvet sur leur corps nus. Corps qui s’interceptent, jambes qui se mêlent, il gémit au contact des pieds froids mais ne s’écarterait pour rien au monde. Il pensait que le confort allez lui permettre de dormir, mais rien n’y fait. Lukas refuse les bras de Morphée pour n’être que dans ceux de Lily. Il se laisse bercer par sa respiration tranquille, somnole d’un seul œil comme muer d’une volonté à guetter les premiers signes de la crise d’angoisse qu’elle a vécu la première fois qu’ils ont dormi dans cette chambre. Rien ne vient, il s’apaise et finit par s’endormir comme une masse quand filtre les premières à travers la fenêtre.
- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________
Instant cassedédi à Seth, because you're worth it l'oreal cheveux jared tmtc je peux pas faire apparaitre un header clignotant à paillettes qui dit gloire à la crinière étincelante mais l'intention y est
The Holy Towel


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
oh, look what you made me do

Sujet: Re: Le parfum des fraises sauvages ♡ Luly ()
Revenir en haut Aller en bas
 
Le parfum des fraises sauvages ♡ Luly
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La langue des Hommes Sauvages
» Le parfum des roses d'hiver
» Questions bètes sur le kanon chez les orks sauvages.
» [1500] Orks Sauvages, petit essai
» Un parfum de sulfure.
Ready for it ?
Are you
i see how this is gonna go, touch me & you'll never be alone

a game of shadows :: Paris :: Nord-ouest :: Premier arrondissement :: Les quais de Seine :: Habitations