boom bitch
Après un week end de liane foly, le forum ouvre ses portes !
Pour tout savoir sur les news de cette version, c'est par .
are you ready for it ?
Un cavalier de l'apocalypse, une pénurie inédite, un trésor chelou de ouf et surtout la fashion week...
Venez découvrir l'intrigue et ses quêtes ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 Egos [Gauthier]
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1489-garance-envoyee-sur-te
Modo
homecoming : 18/01/2017
Messages : 3448
Louis d'or : 1684
pretty face : Dree Hemingway
julius caesar : Zazou (ava) / Beylin (code sign) / Black Madness (gif) / Zazou (gif) / Faust (icon) / Me (icons)
legends never die : Démon de la Discorde et de la Frustration, Commandant de la sphère de la Discorde, Intendante de l'Impatience, Instigatrice des réactions disproportionnées et des caprices inutiles, Destructrice de la sérénité. Progéniture de l'Infini. Éternelle pétasse des Enfers.
the mighty bush : Discorde Malphas est déjà très douée pour semer la discorde autour d'elle, mais ce talent naturel est renforcé par une capacité inouïe à créer le conflit et la mésentente par sa simple présence si elle le décide. Il lui arrive d'utiliser ce pouvoir simplement pour se détendre et respirer un peu...
Prestidigitation De très loin son pouvoir préféré, cette capacité lui permet de faire disparaître ou apparaître des objets, pour peu qu'ils existent déjà dans ce monde. Cela lui permet de vous faire perdre vos clés et de les faire réapparaître dans le tiroir à couverts, par exemple, ou de déplacer vos lunettes selon sa volonté. Elle trouve à ce pouvoir un aspect artistique que peu soupçonne... Les gros objets sont tout aussi concernés, mais elle a tendance à se contenter des petits... C'est toujours plus frustrant de perdre ses clés de voiture quand on a la voiture que la voiture quand on a ses clés... La panique ne la nourrit pas. Ce pouvoir marche également sur les êtres vivants mais lui demande dans ce cas une énergie bien plus conséquente... (et c'est tout de suite beaucoup moins discret que les objets).
Catalyseur ou la capacité de stocker et diriger l'énergie (a.k.a. Redbull des Enfers). Possibilité pour son porteur de ne pas juste absorber mais aussi de canaliser l'énergie qu'il crée (par sa sphère) dans une direction précise et d'en modifier les flux selon sa volonté. Ce pouvoir permet à Malphas d'alimenter le royaume de Dis en permanence de l'énergie qui naît de la Discorde et de la Frustration, de façon constante. Elle peut aussi décider, non sans effort, d'en faire profiter davantage certaines personnes. Ce pouvoir ne s'applique pas à elle-même, il lui suffirait simplement d'arrêter la catalyse pour récupérer le pouvoir de sa Sphère.
Allegeance : Si ce n'est son éternelle allégeance à Azazel et son statut de bras droit du bourreau des Enfers, Malphas n'a pas de but propre autre que de semer la discorde et d'inspirer la frustration autour d'elle, ce qu'elle fait à chaque instant de son existence, par plaisir et par gourmandise. Elle n'est que Discorde, au service d'un Ange qui entend calciner le monde. Elle obéit aux ordres, parvenant toujours à tirer leur épingle du jeu, sans chercher à obtenir davantage de responsabilités de peur de devoir se brimer et devenir responsable. C'est une faiseuse de miracles malfaisants, qui aime la méchanceté et inspire ses démons à inventer toujours plus de mécanismes visant à rendre folles les âmes qui traversent la terre. Elle n'hésite JAMAIS à semer la discorde et la frustration dans ses propres rangs.
these streets : Tout. Elle sait tout. Et il n'y a pas que la vie à Paris qui est troublée, désormais.

En ligne
Sujet: Egos [Gauthier] Dim 1 Oct - 22:33 ()
Egos
Sorry to burst your bubble, but somebody needs to.


Le miroir est le meilleur ennemi de l'Homme. Ils ne sont que paraître, que reflets, qu'apparences. À trop regarder l'immense studio de danse transformé pour l'occasion en plateau photo, Garance observe la délicatesse de sa silhouette dans le mur de glaces lui faisant face. Un corps élancé, diablement fin, surplombé d'une mâchoire volontaire et d'un visage aux traits acérés que deux prunelles sibériennes rendent inquisiteur. La blondeur de sa crinière coule sur ses épaules serties de perles, sirène de l'aire urbaine. Elle sourit, la Terrible, dominant la foule en ébullition. Ils sont là, tous, à travailler comme un essaim d'abeilles désorganisé, s'admirant entre deux tâches rondement menées, pour ne pas oublier cette beauté dont ils se gorgent et s'estiment les prêtres modernes. Prêcher la bonne parole, donner l'ordre d'être beau, répandre l'idée du magnifique et la tyrannie des vêtements hors de prix, du maquillage de luxe, de l'odeur fraîche et entêtante qui est la leur. Ils se ressemblent tous, s'habillent tous de la même façon, se targuant d'une originalité qui n'est jamais que calculée et faite pour être approuvée. Un sourire de cette blonde pour construire leur empire, c'est ce qu'ils cherchent, tous, à frôler et approcher Discorde en arborant de faux airs humbles.

Les cabines et les loges dégueulent une armée de jeunes mannequins, tous tirés à quatre épingles, apogée du paraître sur la personnalité et le bien être, tous stupides, embrigadés et malnutris, torturés jour après jours par leurs bons soins pour sembler parfaits. Pour paraître, avant tout. Simplement paraître. Juste paraître, sans jamais être, sans plus exister. Leur personnalité lessivée et dévorée par la grande machine à créer du beau, du consommable et de l'éphémère. De l'art pour une soirée, une journée, une saison. Le podium les fera tous arriver bons derniers, personne ne gagne à ce jeu, si ce n'est ceux qui ordonnent et encaissent avec la régularité et le savoir-faire méticuleux des horlogers.

Le miroir est le pire ami de l'Homme et la Garce sourit, amusée de les voir se déchirer pour voler un peu de lumière, un plus joli cliché de leur apparence fugace. Vous ne serez jamais plus beau qu'aujourd'hui. C'est ce qui vous détruit. A sa droite, la silhouette tout aussi savamment alambiquée de Chloé Lagarde, assistante à l'image, s'approche tranquillement.

« Est-ce que cela te plaît, Garance?
- Il manque quelque chose.
- Un accessoire ? Il me semblait avoir vérifié sur les listes établies,je vais aller voir ça avec l'équipe... » répond la brunette, un peu penaude, très embêtée. Un seul mot de cette femme suffirait à la faire virer, et elle le sait.
« Pas quelque chose, quelqu'un.
- Un mannequin ? Mais... Ils sont tous là.
- Je sais bien. Mais ils ne suffisent pas, tu vois... Il y a un quelque chose de trop lisse, de trop policé dans ce que je vois. Cela ne correspond pas à la sauvagerie de Peste.
- Je vois...
- Il nous faut du sale. Du salement beau. Du brutal.
- Du... Salement beau ? Mais... Comment?
- Je sais parfaitement comment. Continuez ce que vous faites et ne pliez pas avant mon retour. »

L'invitation n'est jamais qu'un ordre et Garance se garde bien d'expliquer le fond de sa pensée, offrant un dernier regard à l'assistante terrorisée et à l'assistance qui n'en est pas moins inquiète avant de disparaître, emportant derrière elle les doutes et les angoisses de ses victimes.

*

La cloche tinte et l'odeur de graillon lui agresse les narines. Elle n'a rien à foutre ici, avec sa robe de grand couturier et ses airs de princesse d'une dynastie éteinte depuis longtemps. Sans un regard pour la plèbe, Malphas s'approche jusqu'au comptoir où la silhouette nerveuse d'un cuisinier s'agite au dessus d'un kebab. Et ses prunelles se dardent, là, entre ses omoplates, s'enfoncent dans les chairs et lisent le nœud de ses muscles, l'entrelacs de ses nerfs secs qui se laissent deviner sous le tee-shirt blanc tâché de graisse. Elle attend, après Lui et la coupe impitoyable de son profil. Narcisse, le plus fourbe des reflets, de celui qui grandit sans grossir, qui magnifie l'existant et vole aux esprits les plus faibles la mesure de leur médiocrité. Pour mieux chuter. Pour mieux exploser en plein air. Un rictus prédateur étire les lèvres féminines quand enfin il se tourne, le saluant de son minois de biche effarouchée aux crocs de canidé.

« Gauthier... J'ai besoin de toi. » déclare-t-elle, désabusée. « Enfin j'ai surtout besoin de ta gueule, pas besoin de parler, je sais que ce n'est pas ton point fort. »

Salut. Je sais que je t'ai manqué.

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

Connasse
- La méchanceté d'un homme fait de lui un démon, la méchanceté d'une femme fait d'elle un enfer.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Egos [Gauthier]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Antoine Gauthier de la Motte] Une discussion courtoise
» Se balader avec Noé [PV Jean-Baptiste Gauthier]
» 1- Marissa Miller VS Maryse Ouellet
» Palace Ducarme Joseph presumé gwo chef bandi
» Des changements dans la PNH
Ready for it ?
Are you
i see how this is gonna go, touch me & you'll never be alone

a game of shadows :: Paris :: Nord-est :: dix-neuvième arrondissement