boom bitch
Après un week end de liane foly, le forum ouvre ses portes !
Pour tout savoir sur les news de cette version, c'est par .
are you ready for it ?
Un cavalier de l'apocalypse, une pénurie inédite, un trésor chelou de ouf et surtout la fashion week...
Venez découvrir l'intrigue et ses quêtes ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 It's a little bit funny, this feeling inside.
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Revolutionnaires
homecoming : 18/09/2017
Messages : 17
Louis d'or : 8
pretty face : Sam Heughan
julius caesar : Shiya |

Sujet: It's a little bit funny, this feeling inside. Dim 15 Oct - 22:02 ()

It's a little bit funny, this feeling inside.
ft. Aurora & Liam



« The truth is rarely pure and never simple. »
Le souffle est violent. Une bourrasque vide de sens pour le révolutionnaire. Sur le toit, tu attends patiemment. Aiglon qui convoite sa proie, tu le voits. Vulgaire homme de paille, le débridé phénomène marche. Petit, embonpoint consommé, le rat est mécontent. Sa démarche est peu assuré. Il regarde derrière lui. Erreur. Il s'encastre bruyant contre une vieille dame. Les jurons volent sous ton regard amusé. Le rat ne lève jamais la tête. Le vilain sait. Tu l'as étudié, l'a suivi pendant trois jours sous les ordres de tes supérieurs révolutionnaires. Mais tu n'as aucun partenaire pour cette mission. Déçu. Mais tu sais comment une partenaire rend sa mission si simpliste. Ce n'est pas le cas aujourd'hui, tu es seul sur les toits de la belle capitale Française, attendant avec impatience de retrouver celle qui illumine ton cœur depuis maintenant deux ans.

Une seconde d’inattention, et le rat disparaît, voûté dans ses canalisations nauséabondes. De son perchoir, toi -l'infâme voleur- cherches sa proie volatilisée. Tes yeux sont affûtés, et ton regard perces jusqu'à la petite fille naviguant entre les touristes assoiffés. Et soudain, l’œil perçant trouve le vilain rat. L'aigle descend, et suit discrètement son ennemi. « Suis-le, et découvre s'il sait quelque chose. » Tels étaient les ordres. Et tu étais un expert de la filature. Tu avais passé tant de temps à fuir le monde entier. Le souvenir d'Aurora te reviens en tête, ce jour où -en pleine émeute- tu avais semé son beau visage. Le souvenir te fait sourire bêtement, et tu te sens intensément rougir. Belle journée. Le soleil fouette la nuque du révolutionnaire. Peu importe, le rat abandonne les immeubles pour l'ombre peu rassurante des arbres. Un policier passa devant toi, et tu -par habitude- détournes le regard. Puis, ton visage s'éclaire. Le rat porte désormais une mallette, une vieille mallette, une de celle que la belle Aurora adorerait. Tu t'imagines alors naviguant à travers les vieilles brocantes à son bras, et la pensée te rend une grâce qui ne peut qu'affecter son humeur.. positivement.

Le téléphone sonne. Tu ouvres le clapet de la breloque. Elle marche encore. Un message. « Rendez-vous restaurant. Continue. Renfort présent.» Tu fermes le clapet. Le QG sait décidément tout, et il le laisse dans la brume ténébreuse. Tu n'aimes pas ça. Voilà que ton rang pénètre dans un restaurant. Tu souffles, rehaussant vulgairement la veste en cuir de jais que tu portes si bien. En dessous, une chemise verdoyante tiraille tes épaules saillantes. Sous les compliments de la belle femme de ta vie, tu te laisses porter cet attirail que tu détestes. Puis avec, tu acceptes la cravate. Tu penses alors à la manie de madame de t'attirer à elle en usant la cravate. Tu en rougis bêtement, à nouveau. Elle te déconcentre, sans être là. Tu secoues le visage pour entrer dans la demeure luxueuse, avec vue sur l'ensemble des champs de mars. Te voilà approchant du restaurant gastronomique de la tour Eiffel.

« Monsieur ? Je peux vous aider » Derrière son comptoir, l'homme est bien habillé. Veston vermillon et pantalon noir, sa chemise est en lin. Tu le regardes, gêné. Tu es homme de la rue, et les bonnes habitudes ne sont pas ton usage. Tu souris gêné alors que tu avances. Tes mains envahissent son espace, et son regard devient féroce. Tu souris. Tu viens gratter ton menton imberbe. Tu es hésitant. Tu maudis ce quartier général, et ses ordres en lambeaux. Partager les informations pour éviter les fuites, belle bêtise.  

« Je suis .. » Petite hésitation dans la voix du voleur. « Liam. » se reprend t-il fatalement.

On le regarde avec courtoisie. Tu n'as pas l'habitude de la gentillesse. Ton milieu est rude et violent. Tu as l'habitude du sang ruisselant lentement dans tes mains, des colliers fastes et funestes disparaissant dans tes doigts experts. Ici, le monde est faste. Tu pourrais voler tant de personne. Tes doigts crépitent d'une envie volontaire. Mais l'homme coupe ton envie. « Madame vous attends.. Par ici, Monsieur. » Ton regard se tourne violemment. Tu maudis le QG, et l'espace d'un instant tu t'attends à voir déambuler ton habituel partenaire de crime. Mais cette robe lui va trop bien. Ta réflexion est coupé lorsque tu observes le dessin de son anatomie. Tu connais chacune de ses formes par cœur, et elle connaît chacune des tiennes. Passée le dernier éclat du soleil, elle joue suffisamment avec ton corps. Tu t'avances vers elle, avant de te coller à son dos. Ta main remonte lentement vers sa hanche, caressant doucement la dame à travers le tissu.

Tu susurres à son oreille  « Depuis quand m'aime t-on suffisamment pour me faire pareille cadeau ? »  Ta main vient caresser alors son bras pour attraper sa main, et l’amener à se retourner vers toi. A cet instant précis, le rat a perdu son importance et ton attention se porte uniquement sur La femme, sur Aurora.

(c) made by panic!attack

Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Newbie
homecoming : 15/09/2017
Messages : 50
Louis d'or : 8
pretty face : Jessica De Gouw
the mighty bush : Télékinésie: ENCOURS
Allegeance : Elle est dévouée à l'Ordre, elle n'a pas vraiment le choix, pourtant son coeur balance entre la foi, la raison et le coeur.

Sujet: Re: It's a little bit funny, this feeling inside. Lun 16 Oct - 23:12 ()

I'm ready for the fight, and fate
Liam & Aurora

« Where innocences burn in flames A million mile from home, I'm walking ahead »

La mission tombe. Le message est relativement clair. On me précise que je vais avoir un partenaire, pas n’importe qui. Je crois que parfois, notre lien nous sert et sert aussi à la cause. Quoi de plus réel qu’un véritable couple ou jouer un couple ? Je pense que notre complicité à Liam et moi n’est plus à prouver. Je souris, l’idée est plutôt marrante, bien que cette mission soit tout à fait sérieuse. J’ai quelques choses à régler et j’ai un peu de temps avant le rendez-vous prévu. Je récupère ce qu’il faut, on me l’a déposé non loin de notre appartement, dans la poubelle d’un parc public, ce parc est quasiment désert et je suis sûre que je ne croiserais personne. J’ai mon appareil photo autour du cou et je me dirige vers l’endroit, je fais mine de prendre Paris en photo, Paris en ruine, Paris en guerre, la modernité est là, les ruines aussi. J’entre dans le parc et comme je l’avais prévu, personne, seulement un SDF qui dort sur un banc. J’en profite pour le photographier à son insu. J’avance vers la poubelle, celle qui est le plus à l’écart. Je récupère un sac de sport de couleur sombre, on pourrait parfaitement croire que c’est du matériel de photographie, c’était le but de prendre mon objectif avec moi. Je rentre à l’appartement et j’accélère ma cadence.

Je ne tarde pas. Je laisse dans l’entrée le sac de sport et je file prendre une douche, je dois être irréprochable. Je passe même un baume dans mes cheveux pour qu’il soit beau et qu’ils sentent la noix de coco, je sais parfaitement que Liam aime cette odeur. En sortant, j’enroule et mon corps et mes cheveux dans une serviette. Je me maquille le temps de sécher. Un maquillage pas trop chargé, un peu distingué, eye-liner sur les paupières, mascara, mes yeux bleus ressortent comme jamais. Je place un rouge à lèvres. Le genre qui ne bouge pas, ne laisse pas de traces, pratique. Je mets des boucles d’oreille, je replace correctement la croix en argent qui me vient de ma mère. J’admire mon travail, plutôt bon. Je retire la serviette qui se trouve sur ma tête. Je sèche mes cheveux et avec le sèche-cheveux je dompte ma crinière brune. Je laisse glisser la seconde serviette sur le carrelage de la salle de bain et nue, je file dans notre chambre. Je cherche une robe, il faut un bon compromis, une robe dans laquelle je serais à l’aise pour me mouvoir. Il paraît que ce qui fait mouche à chaque fois, c’est la petite robe noire, je ne fais que paraphraser Coco Chanel. J’en trouve une qui n’est pas trop moulante. Un peu ample, elle descend jusqu’aux genoux, parfait pour gâcher des gadgets grâce à des porte-jarretelles.  J’en enfile d’ailleurs, fins, noirs avec de la dentelle en haut, ils auront sans doute un usage unique, peu importe. J’enfile des bottines à talons, je me parfume et je prends un couteau que j’accroche à l’une de mes cuisses, simple précaution, nous ne sommes pas en zone démon mais tout de même, cela peut s'avérer utile.

J’enfile ma veste en cuir, des bottines légèrement élevées pour ne pas trop briser le style classe de ma petite robe noire. Je prends une pochette sombre aussi, j’y cale mon portable, mes clés et mon portefeuille. Le reste se trouve dans le sac de sport que j’ai récupéré dans le parc. Je regarde l’heure, je dois partir, il me reste quelques petits trucs à faire. Je file.

Je prends un taxi pour me rendre à la Tour Eiffel. J’admire Paris sous toutes ses formes et je me vide l’esprit, je souris en me remémorant des endroits de la ville qui me rappellent des souvenirs. La plupart sont avec Liam, je m’empêche presque de rire d’ailleurs, il a cette tendance à me faire rire. Trop peut-être. J’arrive sur place. Je me dirige vers l’entrée qui serre au restaurant, on a une réservation apparemment, faux nom bien entendu que je donne sans broncher. L’hôtesse me sourit, personne ne remarque mon sac, je pourrais parfaitement venir de la Gare Montparnasse et retrouver mon fiancé ici, non ? Je prends l’ascenseur. J’arrive dans un hall, l’odeur de cuisine se fait sentir, tout est beau, cela ressemble typiquement à un restaurant français haut de gamme. Je ne me dirige pas tout de suite vers le majordome, je prends la direction des toilettes et je bifurque vers une porte où il est indiqué « privé ». La porte possède un code, j’ai ce code, je l’inscris et j’entre, c’est une réserve. Je glisse le sac sous une armoire, personne ne pourrait se poser la question là où il est, il y a d’ailleurs d’autres sacs de ce type. Je ressors sans rien laissé paraître. Je passe aux toilettes, je vérifie un peu ma tenue, mes cheveux, tout est bon. Alors à ce moment je me dirige avec le personnel. Je demande à attendre Liam, je donne son prénom pour qu’ils me conduisent à lui. Je me dirige vers le bar, je commande un whisky avec glaces, je fais tourner les glaçons dans le verre lorsque je le reçois. Je bois une gorgée. Seulement même si je plonge rapidement dans mes pensées, dans la concentration, je suis vite troublée. Je me mords la lèvre lorsque je sens un homme se glisser dans mon dos et une main chaude sur ma taille. Je souris. Il me fait me retourner. Je le regarde malicieuse.
« - Je suis navrée de t’annoncer que je ne suis pas à l’initiative… mais que j’ai l’intention de profiter. »
Je me hisse un peu pour déposer un doux baiser sur ses lèvres.
« - Pas trop déçu ? Tu devais t’attendre à une autre personne que moi, on ne fait pas souvent équipe… »
Mes mots sont faibles, le volume pas trop fort pour la discrétion.
« - Tu ne veux rien boire avant l’entrée en matière ? »
Je me mords la lèvre en le regardant malicieusement, c’est bien plus qu’un jeu à ce moment-là. Bien plus. J’attrape mon verre et sans le quitter des yeux, j’en bois une gorgée.
« - Cette chemise te va très bien… »
Je passe ma main dans ses cheveux, j’aime ses boucles cuivrées, j’aime tout chez lui. Je lui souris,  personne ne peut douter que l’on est pas ici pour un rencart … mais pour bien plus sérieux.


(c) DΛNDELION

_________________
†Just a young gun with a quick fuse. I was uptight, wanna let loose, I was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind. Not a yes sir, not a follower. Fit the box, fit the mold, Have a seat in the foyer, take a number. I was lightning before the thunder.
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Revolutionnaires
homecoming : 18/09/2017
Messages : 17
Louis d'or : 8
pretty face : Sam Heughan
julius caesar : Shiya |

Sujet: Re: It's a little bit funny, this feeling inside. Jeu 26 Oct - 23:21 ()

It's a little bit funny, this feeling inside.
ft. Aurora & Liam



« The truth is rarely pure and never simple. »
Le majordome était un homme étriqué. Son léger veston rouge luisait comme une étoile dans le ciel artificiellement allumé de Paris tandis que sa chemise de lin avait la blancheur des murs délabrés des quartiers qui furent résidentielles jadis. Son embonpoint était remarquable, et seul ses longs yeux avaient la prestance sa fonction. Face à lui, presque gêné de la situation, tu te figeas. L'espace d'un instant, tu te souvins de tes visites de ces restaurants uppés avec ta mère, voleuse d'identité. Sa main se leva lentement, et l'hôte t'amena rapidement vers la belle dulcinée de la journée brisant tes souvenirs enfantins. Aurora était magnifique. Tu n'avais besoin que de voir son dos pour reconnaître cette divine personne. S'approchant d'elle, tu sens son dos. Tu te sais en train de sourire. Ta main vient se glisser sur sa hanche et la caresser avec les extrémités de tes doigts. Ils remontent doucement jusqu'à tatonner sur le long de son bras en cuir. Tu aimes la sensation. Tu as toujours aimé la sensation. Rapidement, c'est ta paume qui caresse ce bras jusqu'à t'emparer délicatement de sa main non sans avoir sussurer des mots doux à son oreille bienveillante.

Son sourire est malicieuse. Tu tiens délicatement sa main dans un désir rougoieyant. Tu souris à ton tour. Tu es taquin, l'observant en plongeant ton yeux dans son regard de velours. Tu penses à la bague qui est dans ta poche, celle qui ne te quitte jamais. Tu devras bien faire ta demande un jour. Tu souris. Tu la regardes se hisser sur la pointe des pieds pour venir t'embrasser succintement. Ses lèvres sont douces, et le baiser trop court. Tu souris quand même en caressant sa main. Sa main se défile, à mesure que ses mots jouent avec ton esprit. Tu as toujours aimé ce côté joueuse qui émaille sa personnalité, et tu ne peux que rester silencieux alors qu'elle s'empare de son verre. Whisky. Elle a encore joué avec les glaçons, un geste habituel lorsqu'elle perdait patience. Tu aimais la voir verre, et tu souriais souvent en l'observant.. loin derrière les vitres opaques. Cette fois-ci, tu n'avais pu observer la belle jeune femme faire, mais tu l'imaginais. C'était une belle image. Son regard malicieux t'amène vers elle, t'asseyant au bar à côté. Tu en oublies ta mission.

Ta mission.

Le mot te vient en tête. Vilaine tâche qu'il t'avait confié. Au dessus de son épaule, tu vois ta cible. Il s'assoit à l'intérieur. Il va manger ici. Il faut l'imiter, mais pas immédiatement. Parfait. Une bonne occasion de se débattre avec Aurora. Tu réponds à sa malice avec taquinerie, commandant rapidement la même chose qu'elle. Tu aimes le whisky. Dans la mafia, c'était un bon moyen de signaler à ces bandits Russes que tu n'étais pas des leurs, et que tu buvais pas leur traditionnel vodka. Tu étais différent. Tu avais pris goût, avec le temps, à la boisson orangé. Elle raclait ta gorge, et tu aimais la sensation rustre du puissant nectar. Rapidement, on t'apporta le sang du démon, ce délice que tu voulais porter à tes papilles. Saisissant le verre, tu le portais déjà à tes lèvres en regardant fixement -et amoureusement- Aurora.

Tu te savais grand et beau dans tes vêtements. Ceux-ci avaient déjà fait leurs preuves, et tu savais que tu pouvais compter sur leurs discrétions. La chemise verdoyante était un cadeau d'Aurora. Elle était belle, mais surtout pratique. Elle t'allait comme un gant. Assis, tes doigts viennent doucement tapoter le comptoir rustique. Aurora est proche, tu peux sentir son parfum délicat. Elle caresse tes cheveux. Encore une manie que tu apprécies. Tu souris en retour, jetant un coup d'oeil prudent à la cible. Il va commander. Tu plonges à nouveau ton regard sur Aurora. Elle est magnifique. Elle prends rapidement toute ton attention. Heureusement, la position est idéale. Grâce à un savant jeu de miroir, celle-ci a accès à la salle entière. Elle voit tout. Pratique.

« J'adore cette robe. » Tu dis vrai. Cette robe est irresistible sur elle. « Je t'aime aussi. » Délicatement, tu t'approches de ses lèvres, inclinant légèrement le visage pour qu'elle puisse garder une vue parfaite sur la cible. Toi, tu t'oublies dans ses bras, laissant ta main prendre un léger appuie sur le cuir agréable de sa veste. Rapidement, tes doigts viennent effleurer la peau de sa main dans un romantisme exarcerbé. Et, sans conviction, tes lèvres quittent les siennes après un moment qui te sembla bien trop court.

« Quelque chose d'intéressant ? » Tu souris ardemment alors que ton visage reste relativement proche de la jeune princesse de ta vie. Tu oublies ta mission l'espace d'un instant, et tu te laisses aller dans les bras de ta belle, enfin presque. Tu ne te noies pas encore dans l'affection de son étreinte, mais ça viendra. Tu le sais. Le sait-elle ?

(c) made by panic!attack

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
oh, look what you made me do

Sujet: Re: It's a little bit funny, this feeling inside. ()
Revenir en haut Aller en bas
 
It's a little bit funny, this feeling inside.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» #1 Big Boy vs Funny Man
» oh sometimes i get a good feeling[17/05 à 13h46]
» 05. Can't fight this feeling anymore.
» funny video
Ready for it ?
Are you
i see how this is gonna go, touch me & you'll never be alone

a game of shadows :: Paris :: Sud-Ouest :: septième arrondissement :: Champ de Mars :: Tour Eiffel