boom bitch
Après un week end de liane foly, le forum ouvre ses portes !
Pour tout savoir sur les news de cette version, c'est par .
are you ready for it ?
Un cavalier de l'apocalypse, une pénurie inédite, un trésor chelou de ouf et surtout la fashion week...
Venez découvrir l'intrigue et ses quêtes ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 Tell me more | stephane
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3850-livie-l-anarchie-est-la-plus-
Dieux
homecoming : 27/07/2017
Messages : 168
Louis d'or : 227
pretty face : freya mavor
julius caesar : (c)
legends never die : déesse de l'anarchie, celle qui fait régner le chaos dans le monde, tomber les leaders et se battre le peuple pour la place. celle qui aime voir l'ordre s'effondrer que ce soit grâce à une bataille de crayons dans une salle face à un professeur incompétent ou des gouvernements chuter pour laisser place nette au chaos d'un peuple perdu mais libre
the mighty bush : pouvoir de discorde
controle des sentiments elle attise la haine et la colère chez ceux qui croisent son chemin
Allegeance : elle est seule dysnomie, contre tous. elle ne sait pas si elle compte réellement pour eux. ils sont ses frères et soeurs, mais ils ne la comprennent pas, elle et ses intentions. alors elle y sème également la discorde, parmi les troupes divines
these streets : elle sait tout, que les anges, démons et dieux sont de retour dans la capitale française

Sujet: Tell me more | stephane Lun 16 Oct - 22:28 ()
Tell me more
citation

Tes doigts s’attardent quelques secondes sur celui qui repose allongé à tes côtés. Ton bel ange, ta belle proie. Celle sur laquelle tu as mis le grappin quelques mois plus tôt alors qu’il était venu dans ton bar. Enfin, celui de ta patronne. Tu le détailles. Dis-moi ton secret. Et un secret, tu es persuadée que Stephane en a un. Trop louche pour être un ange. Pourtant, c’est ce qu’il est. Un ange poursuivi en permanence par ses propres semblables. Une situation suffisamment intéressante pour attirer ton attention, pour que tu t’intéresses à lui. Pour que tu joues aussi. Un jeu de séduction comme tu les aimais. Ton regard glisse sur son visage qui s’éveille. « Debout paresseux tu vas être en retard au boulot ! » Pas de douceur, pas d'attachement, c'était le deal. Et sur ces mots, te voilà qui quitte ce lit que vous avez une nouvelle fois partagé pour aller récupérer tes affaires. Tu enfiles rapidement des habits alors que lui-même se dirige vers la salle de bain. Et alors, tu ne peux t’empêcher de te demander si tu joues toujours, si tu gardes encore le contrôle sur ce que tu fais ou si ce n’est plus le cas. Car parfois, parfois, il t’arrive de penser à lui en journée. A ses yeux clairs plongés dans les tiens alors que tu tentes de le faire tomber dans tes filets. Et parfois, parfois, tu te demandes s’il ne serait pas possible que la même chose se produise de son côté. Mais tu sais pourtant que c’est impossible. Une créature telle que lui ne prendrait pas la peine de s’amouracher d’une humaine. Bien qu’il fallait dire qu’il n’avait rien d’angélique alors qu’il était avec toi. Et toi, toi, une déesse, jamais tu ne pourrais te rapprocher ainsi d’un ange. Une créature trop parfaite alors que tu étais née pour apporter chaos et anarchie sur cette Terre. Vous seriez dans tous les cas voués à prendre des chemins différents. Si différents.

Tu entends l’eau qui commence à couler et tu en profites. Tu veux savoir ce qu’ils cherchent. C’était toujours ce que tu avais voulu. C’était pour cela que tu étais là et non pour l’effet qu’il pouvait avoir sur toi. Alors tu profites qu’il soit occupé pour te glisser dans son bureau. Tu trouverais ce que les autres voulaient. Ils n’usaient tout simplement pas des bonnes stratégies. Cela faisait longtemps que tu avais compris que l’on arrivait jamais aussi bien à son objectif qu’en séduisant autrui. Et tant qu’on ne se brulait pas les ailes, on ne risquait pas grand-chose. Tes doigts glissent dans les papiers. Ton regard parcoure les lignes qui s’étalent en face de toi. Tu vas bien finir par trouver. Ton regard tombe enfin sur une feuille écrite dans leur langue. Peut-être la seule langue de ce monde que tu n’as pas apprise, cette langue qui demeure un mystère pour toi, une langue que tu es incapable de déchiffrer. Tes doigts se referment sur la feuille. Il faut que tu l’emmènes. Tu étais persuadée qu’il en savait beaucoup plus que ce qu’il prétendait. Alors tu allais creuser. Car ce n’est pas cette écriture qui te dérange. Non, ce sont les quelques symboles grecs qui trônent en en-tête de page. Il faut que tu trouves un de tes semblables pour déchiffrer le reste. De plus, même les symboles ne te disaient rien. Mais en ces temps de crise, rien n’était dû au hasard, tout comme ta présence dans sa vie ne l’était pas, même s’il pensait certainement le contraire et avoir à faire à une innocente petite humaine désirait juste s’amuser un peu. Si seulement, il savait. Si seulement.

- a game of shadows, shall we play ?  -
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t4338-stephane-what-you-see-is-a-li
Anges
homecoming : 07/10/2017
Messages : 123
Louis d'or : 256
pretty face : Harvey Newton-Haydon
julius caesar : Avengedinchains (ava), CheekeyFire, Beylin (signa)
legends never die : Ange de l'invisible, sphère de l'infini. J'fais disparaître les traces des combats célestes, j'te maintiens dans l'ignorance, j'te mens, j'te manipule, j'te fais devenir chèvre, j'te balance mes illusions dans la gueule, je joue à cache-cache. Et tu m'attraperas jamais.
the mighty bush : Invisibilité (« Hey dit y'avait pas un truc là, avant ? Et un type juste à côté ? C'est bizarre, on dirait qu'ils ont disparu. ») & Illusion (« Je te jure que je viens de voir Jésus passer devant moi ! »)
Allegeance : J'bosse pour moi, pour Métatron et pour personne d'autre. Gabriel me fait chier. Les anges m'aiment pas et je les aime pas non plus. Paraît que j'suis déloyal, que j'risque de passer du côté des démons à chaque instant. Même si j'les méprise, c'est pas loin de la vérité, et c'est pour ça que j'suis sous garde rapprochée. Les templiers, les humains, je m'en branle. Les révoltés du dimanche m'amusent. J'suis au courant de la présence des vieilles reliques de la Grèce antique mais ils pouvaient rester pour toujours des personnages ultra-colorés de Disney, pour ce que ça me fait.
these streets : Oh, je sais beaucoup de choses. Mais faut encore arriver à me faire parler.

Sujet: Re: Tell me more | stephane Sam 4 Nov - 15:43 ()
Tu es plongé dans cet état entre sommeil et éveil, ce monde cotonneux où tout a l'air plus lent, assourdi, teinté de lueurs plus douces. Avant de prendre possession d'un corps humain, tu ne connaissais pas le sommeil, ou assez peu, grâce à tes quelques escapades sur cette bonne vieille terre qui meurt à petit feu. Mais le matelas grand luxe de Stéphane t'a rendu paresseux et donné une nouvelle appréciation pour ce temps d'inactivité où les pensées qui vrillent sans cesse ta cervelle ont enfin décidé de la fermer. On représente souvent les vôtres comme des mecs emplumés passant leur temps dans les nuages – parfois, tu te dis que ce matelas est vraiment tel un nuage et que c'est un crime de ne pas respecter une version bâtarde des représentations picturales qu'on fait de vous. T'es un ange qui accumule les vices. La paresse est certainement le moindre d'entre eux.

Malheureusement, tu sens qu'on te tire de ton précieux sommeil. C'est la caresse légère de doigts sur ta peau, que tu aurais presque pu ne pas noter, si tu ne t'étais déjà pas à moitié dirigé vers la conscience, qui pousse tes paupières à s'agiter, tes membres à se réveiller lentement malgré ton accord explicite. Tu ne veux pas pour autant ouvrir les yeux et affronter le soleil qui ne manquera pas d'agresser tes pupilles délicates. La voix de Livie résonne dans ta chambre, plantant le dernier clou dans le cercueil de ton sommeil. Tu souffles d'un air mécontent en entendant sa récrimination, puis en sentant la chaleur de son corps quitter ton lit. Si pressée de partir ?

« Mon réveil a même pas encore sonné, vile harpie ! » marmonnes-tu dans ton oreiller, rendant probablement tes paroles complètement inintelligibles. C'est pas comme si t'en avais sérieusement quelque chose à foutre.

Dix secondes plus tard, ton réveil sonne. Bordel.

Avec un juron, tu finis par t'extirper de tes couvertures, les yeux troubles, fatigués. Encore à moitié dans les vapes, tu observes la jeune femme blonde s'affairer, récupérer ses affaires tout en enfilant ses vêtements. T'ignores sciemment la pointe d'irritation qui te saisit à la voir si prompte à vouloir se casser de chez toi. Hey, c'est pas comme si y'avait quoique ce soit de sérieux entre vous. Qu'elle se casse pas directement était déjà un petit miracle en soi.

Tu bailles à presque t'en décrocher la mâchoire et tu te dis que ouaip, il est temps de te réveiller et te diriger vers la salle de bains. Parce que le pire, c'est qu'elle a pas tort, l'humaine. Ou peut-être pas si humaine que ça. Tu secoues la tête. Trop tôt pour que tu t'attardes là-dessus, t'es clairement pas assez réveillé et pas d'humeur assez potable pour te prendre la tête sur cette épineuse question.

L'eau brûlante qui frappe ta peau et ta tête aide à désembrumer ton esprit, à te rendre à nouveau apte à fonctionner. Tes muscles se détendent dans le même temps, et l'eau efface les dernières traces de la nuit passée. Inconsciemment, tes pensées retournent à Livie, qui est peut-être déjà partie sans dire un mot – ce ne serait pas la première fois – même si t'as pas entendu la porte d'entrée claquer. Tes mains se portent à ton front, dénouent tes mèches brunes un poil trop longues tandis que l'odeur de shampoing envahit la cabine de douche.

T'as du mal à la définir, Livie, comme un peu tout ce qui l'entoure. Une belle inconnue devenue un coup d'un soir, devenue un plan cul et maintenant...tu ne sais pas vraiment. Tu préfères pas trop y réfléchir. T'attacher, te poser, ça a jamais été prévu. Ça a jamais fait partie de tes plans. Et pourtant, quand tu t'es rendu compte qu'inconsciemment, tu t'étais mis à faire ça, qu'inconsciemment t'étais devenu fidèle, ça t'a fait...pas paniquer, mais douter, ouais. Ça t'a foutu en colère. T'aimes pas pouvoir tout contrôler. Et avec Livie, t'as l'impression qu'il y a trop de choses qui t'échappent. Trop de choses que ne maîtrises pas. Ça t'énerve, mais tu veux pas t'en éloigner pour autant. C'est un putain de cercle vicieux. Elle t'empoisonne, parasite tes pensées, te fait envisager des choses que tu ne devrais pas. C'est comme une drogue.

Pis t'as une putain d'impression que quelque chose colle pas chez elle, qu'il y a quelque chose de plus, mais sans arriver à mettre réellement le doigt dessus – et ça te rend dingue. Alors t'observes, tu cherches, tu tentes de découvrir la faille. Via tests, t'as déjà exclu la possibilité d'une démone. Les anges, ha, complètement impossible. Cette...chose qu'elle dégage semble trop puissante pour une humaine, même une qui possède un pouvoir. Alors pour le moment, ta meilleure théorie, c'est qu'elle doit faire partie de ces reliques d'un autre temps, ces dieux grecs dont tu considères l'existence à moitié comme un blasphème, à moitié comme une étrange curiosité. Quant à parvenir à définir qui elle est, si ta théorie est bel et bien valide...c'est un travail en cours.

Quand tu sors de la douche, cheveux encore vaguement mouillés mais habillé pour te rendre à l'école des beaux-arts, tes doigts cherchent automatiquement ton paquet de clopes et ton briquet. Tu grognes en te rappelant qu'ils sont probablement sur ta table de chevet.

Alors que, pieds nus, tu te diriges vers ta chambre, tu notes que la porte de ton bureau est ouverte. Alors que tu sais pertinemment l'avoir fermée la veille. Tes pas s'arrêtent, tu retiens ton souffle, tends l'oreille. Tu perçois le bruit de pages qu'on tourne, de feuilles qu'on soulève, de tiroirs qu'on ouvre. Lentement, silencieusement, tu avances, jusqu'à voir depuis l'encadrement de la porte les boucles blondes familières qui effleurent cette nuque délicate que t'as tour à tour envie d'embrasser et de saisir et serrer entre tes doigts, parce qu'assurément, elle à pas à être là. Elle a rien à faire là.

Tu la vois saisir une feuille entre ses doigts et tu reconnais sans peine ce bout de papier précis. Tu reconnaîtrais ta propre langue et ton écriture entre mille. Tu sais exactement de quoi il s'agit. Et ça ne te dit rien qui vaille.

Tu te racles la gorge bruyamment.

« Tu cherches quelque chose ? » demandes-tu, visage impassible si ce n'était pour un sourcil interrogateur levé. La menace dans ta voix est voilée, mais présente. Fouiller dans ton bureau, ce n'est pas vraiment une activité que tu cautionnes.

_________________
My heroes don't fly
they crawl up inside and take over your mind
we walk amongst you hearts beatin' in tune a jungle like a machete cuttin' through you we use truth as our guns and armor until illusion's gone gotta watch your back for the attack you may not hear me but you can feel it and it's an instinct but you can't kill it
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3850-livie-l-anarchie-est-la-plus-
Dieux
homecoming : 27/07/2017
Messages : 168
Louis d'or : 227
pretty face : freya mavor
julius caesar : (c)
legends never die : déesse de l'anarchie, celle qui fait régner le chaos dans le monde, tomber les leaders et se battre le peuple pour la place. celle qui aime voir l'ordre s'effondrer que ce soit grâce à une bataille de crayons dans une salle face à un professeur incompétent ou des gouvernements chuter pour laisser place nette au chaos d'un peuple perdu mais libre
the mighty bush : pouvoir de discorde
controle des sentiments elle attise la haine et la colère chez ceux qui croisent son chemin
Allegeance : elle est seule dysnomie, contre tous. elle ne sait pas si elle compte réellement pour eux. ils sont ses frères et soeurs, mais ils ne la comprennent pas, elle et ses intentions. alors elle y sème également la discorde, parmi les troupes divines
these streets : elle sait tout, que les anges, démons et dieux sont de retour dans la capitale française

Sujet: Re: Tell me more | stephane Dim 12 Nov - 22:18 ()
Tell me more
citation

Il est là, à côté de toi, l’ange dont tu avais tout fait pour te rapprocher, pour le comprendre. Tes doigts glissent quelques instants sur ce corps que tu commences à connaitre par cœur avant que tu ne le réveilles pleinement. Tu notes son mécontentement et ça te fait sourire. Mais tu ne t’attardes pas. Parce que si tu le faisais tu pourrais le regretter. Une fois. Rien qu’une fois. C’était toujours comme ça que ça commençait. Tu n’étais pas faite pour l’attachement. T’étais libre. Personne ne te contrôlerait, toi et ton cœur. Il appartenait à l’anarchie, à la liberté. Il ne pouvait appartenir à un ange. « Mon réveil a même pas encore sonné, vile harpie ! » Il y a ce regard qui se trouble quelques secondes à l’entente de l’insulte. Harpie ! Franchement, il aurait pu tout utiliser sauf ça ! Tu n’avais rien à voir avec ces maudites créatures. « Merci de m’avoir réveillée en douceur, ô toi, la déesse de ma nuit. » Et ton rire cristallin brise le silence de la pièce pendant quelques secondes. Tu joues sur ton identité sans même qu’il ne puisse s’en rendre compte. T’es déjà en train de te rhabiller quand son réveil sonne. Tu te retournes pas pour lui faire face alors qu’il se lève à son tour. Tu tentes de juste penser à ce que tu feras une fois qu’il sera sous la douche. Tu tentes de faire taire la pointe de culpabilité que tu ressens alors que tu vas profiter de votre proximité pour fouiller dans ses affaires. Tu devais pas la ressentir. Il était rien de plus qu’une rencontre devenu plan cul. C’était ce que tu voulais, c’était ce que tu avais toujours voulu. T’en rapprocher pour percer sa carapace, pour comprendre ce qu’il était et pourtant ils étaient autant à ses trousses. Parce qu’autour de lui gravitaient bonnes et mauvaises auras. Il semblait attirer les créatures surnaturelles et c’était pour ça que tu voulais en savoir plus sur lui. C’était pour ça que tu continuais à le voir, et rien d’autre. Non, vraiment rien d’autre. Il fallait que tu arrives à t’en persuader sinon tu ne parviendrais pas à réaliser la mission que tu t’étais fixée. Pourtant, tu ne pouvais te mentir en disant que maintenir cette couverture n’était pas très difficile. Elle était presque trop simple. Comme si ta présence à ses cotés était une évidence, une chose dont tu ne pouvais que difficilement te passer.

Une fois entrée dans le bureau, toute trace de culpabilité est balayée par la curiosité. T’as les sens en alerte alors que tes doigts soulèvent les différentes feuilles, alors que ton regard les parcourt. Il devait garder des traces de ce qu’il trouvait, de ce qu’il faisait. Comme tout le monde le faisait. Tu te perds dans tes recherches, tu ne voies pas le temps qui s’écoule alors que tu tombes sur une feuille intéressante. Tu n’entends pas le bruit de l’écoulement de l’eau qui s’arrête, ni même la porte de la salle de bain qui s’ouvre. Le raclement de gorge te glace quelques secondes. Il était là. Il t’avait vu. Tu te retournes pour plonger ton regard dans le sien. Tu vas jouer. Et qu’est-ce que tu pouvais aimer ça. Jouer avec cet ange si atypique, cet ange dont tu voulais tout connaitre. Celui auprès duquel tu te brulais les ailes. « Tu cherches quelque chose ? » Si un humain lambda n’aurait entendu qu’un simple mécontentement de voir quelqu’un en train de fouiller dans son bureau, tu prends également la menace qu’il représente en compte. Car tu ne sais pas qui il est, le grade qu’il peut avoir au sein de l’échelle angélique et surtout, tes pouvoirs te font cruellement défaut ses derniers temps. Tu prends un air innocent alors que tu t’approches de lui, regard qui se confronte aux siens. Toi, certainement bien trop innocente à ses yeux. Bien qu’il savait que les démons existaient. Il pourrait très bien te prendre pour l’un d’entre eux. « Je voulais voir tes tableaux. Et vu que tu ne proposes jamais de les montrer. » Sourire légèrement taquin alors que tu prononces ta phrase. Tu n’en avais jamais parlé de ses tableaux. Et à vrai dire, tu t’en moquais bien. Ce n’était clairement pas pour eux que tu le côtoyais. C’était pour les secrets qui entouraient son existence, pour les nuits que tu pouvais passer dans ses bras aussi désormais. De simples nuits qui s’éternisaient de plus en plus, sans même que tu n’en prennes pleinement conscience. Il n’était censé qu’être un partenaire, un de ceux dont tu pourrais facilement te débarrasser une fois que tu aurais eu les infos, pas un de ceux dans les bras duquel tu aimais passer la nuit.

Tu t’approches un peu de lui. Il y a cette feuille avec laquelle tu joues. Celle qui tourne dans ta main. Elle et ses symboles angéliques. Elle et les signes grecs qui y sont inscrits également. Si tu comprenais aisément ceux-là, tu aurais aimé comprendre également les autres. Il y a la feuille qui se lève vers son visage. Et ton visage angélique qui lui fait face. « C’est écrit dans quelle langue ? » Tu transpires la fausse naïveté alors que tu vois le danger qu’il peut représenter. Et il y a l’air taquin qui s’étale doucement sur tes traits, et cette malice dans tes mots alors que tes mains viennent se poser sur son torse avant que tu ne lui arraches un baiser. « Je sais bien qu’on a bien mieux à faire que de discuter, mais tu aurais pu me dire que tu étais un grand voyageur. Les voyageurs me font encore plus craquer. » Tu t’éloignes à peine de lui, tes doigts continuant de jouer avec son t-shirt, avant de lui glisser la feuille. « Alors, ça dit quoi ? » Autant jouer cette même carte de la naïveté jusqu’au bout avant de changer de méthodes si les choses tournaient à ton désavantage.

- a game of shadows, shall we play ?  -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
oh, look what you made me do

Sujet: Re: Tell me more | stephane ()
Revenir en haut Aller en bas
 
Tell me more | stephane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Marvel Dandin, Liliane Pierre-Paul, Stephane Pierre-Paul gen kilo sou yo.
» Stephane Robidas
» ce que nous faisons : les sauts en image
» Lettre ouverte au président René Preval du colonel Himler Rebu
» "Indignez-vous !" de Stéphane Hessel
Ready for it ?
Are you
i see how this is gonna go, touch me & you'll never be alone

a game of shadows :: Paris :: Nord-est :: Quatrième arrondissement :: Quartier Saint-Gervais :: Habitations