boom bitch
Le forum est de retour pour vous jouer de mauvais tours.
Pour tout savoir des nouveautés, c'est ici !
let the sky fall
Un accident d'avion, un trésor piégé et un équilibre mis à mal par l'arrivée de nouvelles forces dans le jeu d'ombres...
Voilà ce qui vous attend dans la nouvelle intrigue.
like I own it
Parfois, on a juste envie d'inaugurer un bâtiment tranquille. Malheureusement, on a souvent des invités surprise....
Participez au premier event de cette nouvelle saison ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 roman&héra ✗ I was prepared to love you
if you ride like lightning, you're gonna crash like thunder
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3631-hera-spirit-of-my-silence-i-c
homecoming : 15/07/2017
Messages : 174
pretty face : Katherine Langford
julius caesar : (c) beylin alias matty des bwas la meilleure **
the mighty bush : aucun pouvoir
Allegeance : Peut-être qu'au départ, c'était pas par conviction, qu'elle a rejoint la Vox Populi. Elle a dit qu'elle s'en fichait, du grand départ, qu'elle s'en fichait, des disparus. Elle disait qu'elle avait fait son deuil, qu'elle était passée à autre chose. Sauf que parfois, elle regardait un peu dans l'vide, en se demandant si les choses auraient pu se passer autrement. Elle arrondit ses fins de mois, et elle se dit que comme ça, il y aura peut-être une raison à tout ça.
these streets : Elle pense que les disparus ont été enlevés par le gouvernement pour réaliser une expérience. Même si elle croit aux anges et aux démons, elle ne pense pas qu'ils ont quelque chose à voir avec les disparitions. Toutefois, elle est intriguée par les évènements étranges qui se produisent à Paris et commence à penser que les anges sont dans la capitale pour protéger les humains.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Admin

Sujet: roman&héra ✗ I was prepared to love you Lun 30 Oct - 0:06 ()


I was prepared to love you
roman & héra ✗ weights & measures
I was prepared to love you, and never expect anything of you. There's no patron saint of silent restraint. Baby there ain't no sword in our lake, just a funeral wake. You were the coldest star in the sky, only I couldn't see it: I was blind.

Des coups d’pieux dans le cœur, quand elle s’rappelle des nuits où Roman il était à 1000 lieux d’ici. Y’avait pas des milliers d’kilomètres entre eux. Y’avait juste des écrans interposés, les lumières des projecteurs qui l’illuminait d’un peu trop près. Roman, il a commencé à crever avec des promesses coincées derrière les murs. Héra, elle a choisi de faire comme si elle avait pas besoin d’lui, comme s’il était qu’un souvenir. Et là, ils s’retrouvent dans un monde immatériel, ils sont parmi les étoiles qu’on peut pas vraiment atteindre. Elle a jamais voulu être comme les autres, elle a choisi d’vivre sa vie dans des maisons qu’elle pourrait jamais posséder, de porter des habits qui étaient pas les siens. Au fond peut-être qu’elle était un peu tout le monde et personne à la fois. Ce genre de fille qu’on arrive jamais à saisir. Y’avait qu’Roman pour comprendre le sens de ses regards, peser l’poids de ses silences. Y’avait qu’Roman pour savoir qu’elle s’en fichait s’il la serrait un peu trop fort, parce que ça voulait dire qu’il la lâcherait pas.

Ils s’étaient retrouvés dans un appart’ abandonné, un d’plus sur leur liste, comme si leur histoire s’éclatait comme un miroir un peu partout dans la capitale, comme des reflets qui s’perdent dans le firmament de l’univers. Des millions d’souvenirs, des images qui s’accrochent au papier peint qui se décolle des murs. Héra, elle le regarde dormir, sans savoir c’qu’ils étaient vraiment. Ils auraient peut-être pas l’choix, ils finiraient comme tous les autres, enfermés derrière des barreaux dans des cages de fer. Ils pourraient pas toujours fuir en imaginant que personne les rattraperait, qu’ils étaient plus fort que le monde entier. Elle se voyait en dehors de tout, comme si elle pouvait échapper au hasard, au destin, à la chance. Comme si tout ça, c’était qu’un autre jeu de plus qu’elle contrôlait mieux que tous les autres.

Croix d’bois, croix d’fer, qu’il avait dit, son doigt traçant des lignes invisibles sur sa poitrine en s’raccrochant à ses baisers. C’était probablement la seule chose qu’elle pouvait croire, encore maintenant. La nuit semblait éternelle dehors, mais y’avait pas d’étoiles dans l’ciel ; y’avait qu’la lune qui éclairait d’son teint blafard la chambre dans laquelle ils s’étaient retrouvés. Elle est face à son dos retourné et elle s’rappelle de la fois où il a décidé d’franchir la porte, d’la fois où elle a failli hurler pour qu’il se retourne, pour qu’elle croise son regard une dernière fois, qu’elle bouffe la lueur qui s’cachait dans ses yeux. Sauf qu’il s’était pas retourné. Pas cette fois. C’est là qu’elle le voit.
La marque dans sa nuque.
Celle d’la secte. Elle le pousse trop fort, ses ongles s’plantent dans son bras, y’a l’image de la porte qui s’redessine, et Héra qui crie dans l’écho d’son propre silence. « C’est quoi ça ? » Elle le lâche pas. La porte qui claque. Le regard qu’elle reverra qu’à travers un écran. Un peu trop tard. « C’est quoi ces putains de conneries ?! » Elle le force à se retourner. Des océans d’regrets. « Putain Roman qu’est-ce que t’as foutu ? »

_________________
Hera
You left me paralyzed. No cure, no rehab for me. Funny that you got the nerve to keep asking me how I’ve been.

★ ★ ★


autres comptes : fantine c. de stahl & juliette a. lefèvre & h. lewis dubois & bass a. renoir
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3786-roman-i-hope-you-re-somewhere
homecoming : 21/07/2017
Messages : 175
pretty face : nicolas simoes
julius caesar : phaust
the mighty bush : contrôle du sang depuis la fin de dare or die, un pouvoir qu'il peine à contrôler. Au moindre coup de colère, les personnes se situant autour de lui peuvent se vider de leur sang.
these streets : volonté divine Il y a jamais vraiment réfléchi. Lui, dans le grand départ, il a surtout vu des opportunités. Des maisons abandonnées, des trésors cachés dans des comptes en banque, de quoi se faire une petite fortune, de quoi gouverner le monde des ombres. Ce qu'il a plus intrigué, en revanche, c'est le grand retour. Lui, il est habitué à ce que les gens partent sans revenir. Alors, revoir les visages familiers, il y était pas préparé. Plus il y pense, plus il se dit que c'était un signe venu du ciel et que la volonté de dieu s'est exercée ici bas.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
admin du dimanche

Sujet: Re: roman&héra ✗ I was prepared to love you Lun 30 Oct - 23:05 ()
he left before the sun had spoke
had spoke

Il a le sommeil léger, celui des gens coupables. Il a le sommeil léger et inconstant, et il est tout le temps fatigué. Il peut pas fermer l'oeil sans voir ce qu'il voudrait oublier. Des putains de souvenirs à la con gravés dans sa mémoire. Il rêve pas. De quoi il pourrait bien rêver ? Il mérite plus rien, il a gaspillé toutes ses chances. Roman, c'est une carcasse vide, une putain d'épave, y a plus rien de bon à en tirer. Il survit, pourtant, il survit sous le poids de ses regrets. Il étouffe, il asphyxie, il a mal, tous les jours, il a mal et il crève sous la lumière des projecteurs, le mec brûle et personne s'en rend compte, qu'il a le coeur en cendres. Mais ce soir, dans son lit, y a Héra. Et, quelque part, ça change tout. Il a plus peur des cauchemars qui le réveillent en sueur. Plus peur de crever seul. Plus peur de rien.

Et soudain, des ongles dans sa peau.

Putain, la garce.

« C’est quoi ça ? » Il sait exactement de quoi elle parle, mais à ce moment là, c'est plus facile de faire semblant, de jouer au mec qui sait pas. Il gagne du temps, se renfrogne dans son oreiller. Il la laisse s'énerver, le temps de se trouver des excuses. Sauf que, des excuses, il en a pas. Le mec est en quête de rédemption, il donnerait n'importe quoi pour qu'on rachète son âme. Il prie tous les matins et tous les soirs, amen. Contrairement au ciel, Joshua est pas sourd. Il l'a vue direct, la souffrance dans ses yeux. Il l'a vu, et Roman, il a a pas pu lutter, quand il lui a dit qu'il pourrait le sauver. Il attendait que ça. « C’est quoi ces putains de conneries ?! » Elle le force à se retourner, il la regarde pas. Il a rien à lui dire, de toute façon, elle comprendrait pas. Elle comprendrait pas pourquoi y a la clavis marquée dans son cou. Pourquoi il a brûlé sa peau. Elle comprendrait pas. Alors il dit rien. Il répond pas. Il fait comme si de rien n'était. Comme si c'était pas grave. Comme si y avait pas sa gorge qui se serrait, et son coeur qui se brisait. « Putain Roman qu’est-ce que t’as foutu ? » Il la pousse, à l'autre bout du lit, parce qu'il a toujours été trop lâche et que c'est plus facile comme ça. Il a pas à affronter ses regards, pas à répondre à ses questions. Y a son coeur qui bat trop fort, trop vite, trop. A un moment, il trouve le courage de marmonner quelques mots. « Ferme ta gueule Hera.  » C'est injuste. Il le sait. Il s'en fout. Elle a rien demandé, Héra. Bien fait pour sa gueule. Elle avait qu'à le laisser tomber. De toute façon, elle finira par se barrer. Ils sont pas destinés à finir ensemble. Il y croit, pourtant. Un peu trop. Il y croit, et il l'aime, bien plus qu'il ne le devrait. Alors il se persuade qu'il la mérite pas. Que c'est juste une question de temps avant qu'elle se fasse la malle et qu'il se retrouve seul. C'est de sa faute, après tout. C'est lui qui a porté le premier coup, le premier meutre, la première vidéo, le premier claquage de porte. S'il avait su, il serait resté, et ils se seraient barrés à l'autre bout du monde, loin de toutes ces conneries. Ouais mais voilà, le monde s'éternise pas et il en a marre d'avoir mal. Il en peut plus. Il la regarde, et y a son coeur qui flanche. Putain, pardonne moi. « Ferme ta gueule et mêle toi d'tes putains d'affaires. »





_________________

you were fucked up by the blame

autres comptes : matt d. lefèvre & jasper a. deslauriers & eponine a. de stahl & léo g. sorel
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3631-hera-spirit-of-my-silence-i-c
homecoming : 15/07/2017
Messages : 174
pretty face : Katherine Langford
julius caesar : (c) beylin alias matty des bwas la meilleure **
the mighty bush : aucun pouvoir
Allegeance : Peut-être qu'au départ, c'était pas par conviction, qu'elle a rejoint la Vox Populi. Elle a dit qu'elle s'en fichait, du grand départ, qu'elle s'en fichait, des disparus. Elle disait qu'elle avait fait son deuil, qu'elle était passée à autre chose. Sauf que parfois, elle regardait un peu dans l'vide, en se demandant si les choses auraient pu se passer autrement. Elle arrondit ses fins de mois, et elle se dit que comme ça, il y aura peut-être une raison à tout ça.
these streets : Elle pense que les disparus ont été enlevés par le gouvernement pour réaliser une expérience. Même si elle croit aux anges et aux démons, elle ne pense pas qu'ils ont quelque chose à voir avec les disparitions. Toutefois, elle est intriguée par les évènements étranges qui se produisent à Paris et commence à penser que les anges sont dans la capitale pour protéger les humains.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Admin

Sujet: Re: roman&héra ✗ I was prepared to love you Mar 31 Oct - 0:48 ()


I was prepared to love you
roman & héra ✗ fortitude
You hold the earth from us, no need to hide, no more, the wild love haunts me, and wild love holds me.

Elle attendait qu’il s’endorme, Héra. Elle écoutait sa respiration s’calmer, s’transformer en brise légère contre son cou. Y’avait c’moment, celui où elle pouvait voir au-delà des cauchemars, celui où elle s’disait qu’il pourrait peut-être oublier, pendant une demi-seconde. Elle se disait qu’si elle attendait assez longtemps, il serait pas seul pour s’retrouver face à l’adversité. A tout c’qu’il avait fait et qu’il pourrait jamais changer. L’histoire c’était toujours la même. Elle se répétait, encore et encore. Elle voyait l’visage de Roman, et y’avait ce sourire, celui qu’il avait avant. Celui qui voulait dire qu’il emmerdait l’monde et qu’il en avait rien à foutre des menaces. Y’avait c’regard, plein d’espoir qui s’plongeait dans le sien. Y’avait des non-dits et des souvenirs qu’ils partageaient l’soir, en murmurant comme si des fantômes pouvaient les entendre. Comme si y’avait des voleurs qui pourraient emporter tout c’qui sortait directement d’leur cœur. Comme s’ils se cachaient derrière quelques mots échangés dans l’obscurité la plus totale pour se rappeler qu’ils appartenaient encore au même monde que les autres. Mais Roman il s’est cassé, et quand il est revenu, il avait plus l’sourire. Il avait plus l’même regard. Sauf qu’son cœur à elle, il battait toujours aussi fort quand il entrait dans la pièce, même si ça voulait dire qu’il prenait tout l’air avec lui.

Elle l’aimait, même quand il lui hurlait d’partir, même quand il la repoussait à l’autre bout du lit en faisant comme si elle méritait pas d’être là. « Ferme ta gueule Hera. » Y’a plus qu’la rage qui bouffe ses poumons, parce qu’Héra, elle a pas signé pour ça. Elle l’a supplié en silence, face à un écran éteint pour qu’il revienne et qu’tout soit comme avant. Et il lui a promis qu’il resterait. Sauf qu’il y avait une date limite, et qu’il lui a pas dit qu’il comptait claquer la porte une deuxième fois.  « Ferme ta gueule et mêle toi d'tes putains d'affaires. » ça éclate à l’intérieur de sa poitrine, et elle sait qu’elle s’bat contre un peu plus que des regrets. Elle l’voit, Roman, quand il prie jusqu’à s’écorcher les genoux, elle le voit dans ses yeux, son âme qui s’suicide sans qu’elle puisse y faire quoi que ce soit. Elle pouvait pas l’sauver de lui-même, Héra. Elle essayait d’le rattraper tout en sachant que la chute était imminente. Qu’elle pourrait rien y faire.

Entre eux, tout était un peu trop fort, comme si y’avait plus assez de temps. Comme s’ils se battaient sans cesse pour récupérer quelque chose qu’ils avaient perdu. Comme s’ils en avaient jamais assez, et qu’leur deux cœurs crevaient à l’intérieur d’leur poitrine quand y’avait trop d’centimètres entre eux. Elle chope son bras et elle s’assoit à califourchon sur lui. La rage la bouffe de l’intérieur et elle arrive toujours pas à l’détester. « C’est toi qui va fermer ta putain de gueule. » Elle tient ses poignets un peu trop fort. Elle le connaissait par cœur. Il était pas parti assez tôt pour qu’elle puisse passer à autre chose. Au lieu d’ça elle a passé son temps à rechercher quelqu’un qui était plus là. L’absence qui étouffe, qui brûle sa peau et engorge ses poumons. Y’avait trop d’air quand il était plus là. Trop d’maisons vides et de regards inconnus. Le reste du monde qui arrivait pas à remplacer l’fait qu’il était en train d’devenir quelqu’un d’autre sous la lumière des projecteurs. « Qu’est-ce qu’il y a, t’es devenu un putain d’abruti ? » Elle a qu’son tee shirt sur le dos, celui qui couvre les bleus et les traces de tout c’qu’ils arriveront jamais à se dire à voix haute. « Clavis Aurea, c’est une secte, des fous habillés en blanc comme chez les timbrés. » Elle savait qu’il avait mal à en crever et que même elle, elle serait pas assez pour changer son regard et ramener son sourire. Elle savait pas qu’ça ferait aussi mal d’essayer d’se battre dans le vide. « J’te pensais pas aussi con. Comment tu peux croire ces conneries ?! Il dit n’importe quoi, c’est qu’un putain de menteur, Roman ! » Elle a les yeux assassins et la rage sur ses lèvres tremblantes. Y’a personne qui pouvait changer les choses. Héra, elle croyait pas au destin, aux choses qui s’arrangent et qui finissent par durer. Sauf qu’avec Roman, c’était différent. Elle lui pardonnerait pas s’il partait encore une fois. « Qu’est-ce qu’il t’a dit, hein ? »

_________________
Hera
You left me paralyzed. No cure, no rehab for me. Funny that you got the nerve to keep asking me how I’ve been.

★ ★ ★


autres comptes : fantine c. de stahl & juliette a. lefèvre & h. lewis dubois & bass a. renoir
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3786-roman-i-hope-you-re-somewhere
homecoming : 21/07/2017
Messages : 175
pretty face : nicolas simoes
julius caesar : phaust
the mighty bush : contrôle du sang depuis la fin de dare or die, un pouvoir qu'il peine à contrôler. Au moindre coup de colère, les personnes se situant autour de lui peuvent se vider de leur sang.
these streets : volonté divine Il y a jamais vraiment réfléchi. Lui, dans le grand départ, il a surtout vu des opportunités. Des maisons abandonnées, des trésors cachés dans des comptes en banque, de quoi se faire une petite fortune, de quoi gouverner le monde des ombres. Ce qu'il a plus intrigué, en revanche, c'est le grand retour. Lui, il est habitué à ce que les gens partent sans revenir. Alors, revoir les visages familiers, il y était pas préparé. Plus il y pense, plus il se dit que c'était un signe venu du ciel et que la volonté de dieu s'est exercée ici bas.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
admin du dimanche

Sujet: Re: roman&héra ✗ I was prepared to love you Ven 17 Nov - 11:19 ()
i will leave
the light on

Elle s’accroche à son bras, elle le lâche pas et à vrai dire, quand elle se retrouve sur lui, et qu’il se retrouve entre ses jambes ça l’étonne même pas. Ils s’aiment pas comme les autres, Roman et Héra, ils en veulent toujours un peu trop. A l’amour comme à la guerre, ouais, entre eux c’est la guerre, les regards de soldats ils connaissent et leurs corps, c’est des champs de bataille, des territoires qui se conquièrent à coup de force. Peut-être que c’est lui qui a lancé la première grenade, ou peut-être que c’est elle, rien à foutre, tant qu’ils peuvent se battre, c’est qu’ils s’aiment encore, et y a que ça qui compte.  « C’est toi qui va fermer ta putain de gueule. » Un regard méprisant, ceux qui font mal, ceux qui blessent. C’est toujours au milieu de la nuit qu’ils s’écorchent le plus. Il peut la sentir, sa colère qui tremble dans sa voix, elle est plus sûre de rien, et lui non plus. Il sait pas c’qu’il est en train de foutre, il est complètement perdu et ça lui fait peur, mais plutôt crever que de l’avouer. « Qu’est-ce qu’il y a, t’es devenu un putain d’abruti ? » Il lève les yeux au ciel, comme si ça l’atteignait pas, comme s’il contrôlait tout, Roman il est déjà prêt à jouer son rôle de mauvais garçon, à lui rappeler qu’il pourrait se casser à tout moment. Y a une marque au fer rouge sur sa nuque pour le lui prouver : il lui appartient plus. « Clavis Aurea, c’est une secte, des fous habillés en blanc comme chez les timbrés. » Au fond, peut être qu’une partie de lui est consciente qu’elle a pas tout à fait tort. Lui aussi, au début, il était sceptique, il y a pas cru. Des fous, des illuminés, ouais, c’est facile à dire, mais s’ils avaient raison ? Il est pas prêt à laisser passer l’occasion, non, pas cette fois. Ses prières, elles donnent rien, elles se répercutent dans le vide, et il est fatigué d’avoir mal, fatigué de se rappeler, il veut juste tout oublier. C’est ça qu’elle comprend pas, il en peut plus, il asphyxie, il vit en apnée et il sait plus quoi faire. Alors, il a la rage qui explose au fond de ses yeux océaniques comme des putains de météorites. « Dis pas ça ! »  Mais elle l’écoute pas, non, parce qu’elle l’écoute jamais Héra, c’est peine perdue, alors le combat, il continue, et il le sait, qu’il a déjà perdu, c’est ça le pire, alors y a ses yeux qui se mettent à briller, sa gorge qui se serre, il déteste en parler, il déteste en jouer. Et son cœur, parlons même pas de son cœur, ça bat trop fort, ça se serre, ça éclate, il voulait pas en arriver là, non, mais on lui a pas laissé le choix. « J’te pensais pas aussi con. Comment tu peux croire ces conneries ?! Il dit n’importe quoi, c’est qu’un putain de menteur, Roman ! » Encore une fois, il refuse, Roman, il peut pas l’accepter, la vérité qu’elle lui sert sur un plateau d’argent, rien pourra le raisonner, essaye même pas, il est déjà parti trop loin, et il y croit, à l’absolution, ce putain de grand pardon. Il veut pas finir en enfer, non, il veut pas finir seul et il a peur. Il a peur que personne puisse lui pardonner, il a peur qu’elle ne lui pardonne jamais ce qu’il a fait, elle l’a vu de ses yeux, vu, ses souvenirs ancrés dans sa mémoire écorchée. Il hausse le ton, y a sa voix qui explose. « T’en sais rien ! » Mais y a rien qui l’arrête, Héra, elle est partie en guerre et Roman il était pas préparé. Armure fracassée, y a la peur qui pulvérise son bouclier. « Qu’est-ce qu’il t’a dit, hein ? » Dos au mur, elle l’a mis dos au mur et à ce moment-là, il la déteste. Y a de l’impuissance dans ses yeux gorgés de prières, une voix qui déraille face à l’ennemie. Il a perdu la guerre, elle l’a saignée à blanc, alors il se rend. « Il m’a dit qu’il me pardonnerait ! Il a dit qu'il pourrait me sauver ! » Et les armes tombent dans le silence le plus total. Il la regarde, droit dans les yeux, comme s’il attendait le coup fatal. Joshua, il lui a dit tout ce qu'il voulait entendre, tout ce à quoi il s'attendait en récitant le notre père, et ça le tue de se dire que ça pourrait être faux. Alors il y croit dur comme fer, même si ça fait de lui un fou. A bout de souffle, il laisse son cœur se calmer. Mais c'est mort, il lui en veut. « T’es contente ? J’peux dormir maintenant ? »  





_________________

you were fucked up by the blame

autres comptes : matt d. lefèvre & jasper a. deslauriers & eponine a. de stahl & léo g. sorel
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3631-hera-spirit-of-my-silence-i-c
homecoming : 15/07/2017
Messages : 174
pretty face : Katherine Langford
julius caesar : (c) beylin alias matty des bwas la meilleure **
the mighty bush : aucun pouvoir
Allegeance : Peut-être qu'au départ, c'était pas par conviction, qu'elle a rejoint la Vox Populi. Elle a dit qu'elle s'en fichait, du grand départ, qu'elle s'en fichait, des disparus. Elle disait qu'elle avait fait son deuil, qu'elle était passée à autre chose. Sauf que parfois, elle regardait un peu dans l'vide, en se demandant si les choses auraient pu se passer autrement. Elle arrondit ses fins de mois, et elle se dit que comme ça, il y aura peut-être une raison à tout ça.
these streets : Elle pense que les disparus ont été enlevés par le gouvernement pour réaliser une expérience. Même si elle croit aux anges et aux démons, elle ne pense pas qu'ils ont quelque chose à voir avec les disparitions. Toutefois, elle est intriguée par les évènements étranges qui se produisent à Paris et commence à penser que les anges sont dans la capitale pour protéger les humains.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Admin

Sujet: Re: roman&héra ✗ I was prepared to love you Sam 18 Nov - 1:04 ()


I was prepared to love you
roman & héra ✗ if we were vampires
It's knowing that this can't go on forever, likely one of us will have to spend some days alone. Maybe we'll get forty years together but one day I'll be gone, or one day you'll be gone. If we were vampires and death was a joke, we'd go out on the sidewalk and smoke and laugh at all the lovers and their plans.

Héra, quand elle a commencé à l’aimer, Roman, elle a su qu’elle allait en crever. Elle a su qu’ses larmes seraient trop fortes. Elle a su qu’chaque baiser serait un combat. Elle a su qu’chaque fois qu’elle le regarderait, elle en aurait mal aux tripes, de savoir qu’il était pas dans ses bras. Ils pouvaient pas combattre le temps, ils pouvaient pas s’battre contre l’adversité et essayer d’changer le destin, mais ils essayaient, toujours un peu trop. Ils s’moquaient de la mort, comme une blague qui les ferait toujours marrer. Quand elle le regarde, elle imagine les années qu’ils auront pas, celles qu’ils devraient passer seuls, celles où elle préférerait crever plutôt que d’garder les yeux ouverts dans un monde où il serait pas là. Elle l’entend pas, quand il essaie d’lui dire que c’est pas des conneries, quand il essaie d’lui dire qu’il y avait plus que c’qu’elle croyait. Elle s’en fichait, parce qu’elle acceptait pas ses mensonges, pas cette fois. La lune arrivait pas à éclairer son visage assez pour qu’il voit les larmes dans ses pupilles. Elle a longtemps pensé qu’il y aurait quelque chose d’autre pour elle, à Paris. Quand elle est arrivée, elle voyait pas les pavés dégueulasses et les regards baissés. Elle voyait qu’l’illusion qu’elle s’était fabriquée. Aujourd’hui y’avait plus rien d’tout ça. L’tabac s’échouait dans ses poumons et les constellations étaient éteintes dans ses yeux. Elles s’rallumaient que quand Roman, il posait ses pupilles sombres sur elle.

« Il m’a dit qu’il me pardonnerait ! Il a dit qu'il pourrait me sauver ! » L’silence se termine pas. Il s’prolonge comme l’écho d’un cauchemar qu’ils arrêtent pas de vivre. Comme si l’moment s’illustrait des images qu’ils essaient d’oublier tous les deux. L’sang qui couvre ses mains, les corps de ceux qui pourraient jamais revenir parce qu’il leur avait pas laissé l’choix. Son cœur battait trop fort, parce qu’ils en parlaient pas. Ils gardaient ça comme s’ils avaient jamais vécu ce moment, comme s’ils étaient les spectateurs d’une chute grandiose. Les acteurs d’une pièce qu’ils ont pas choisi de jouer. Roman et Héra, ils vivaient dans un monde où les prières étaient pas entendues. Où les héros existaient plus. Où y’avait qu’eux, en train d’subir l’adversité, en train d’devenir des personnes dont ils reconnaissaient pas l’reflet dans l’miroir. La seule certitude qu’ils avaient, c’était celle qu’ils pouvaient pas vivre sans l’autre. Qu’ils crevaient quand leurs respirations étaient trop calmes. Qu’ils voulaient devenir ceux qui s’asseyaient sur le monde en hurlant qu’ils en avaient rien à foutre de perdre. « T’es contente ? J’peux dormir maintenant ? » Peut-être que ça faisait déjà longtemps qu’elle l’avait perdu, Roman. Qu’il était là face à elle sauf qu’il restait plus qu’un putain d’fantôme. La gamine voulait croire aux illusions en s’cachant derrière une façade qui laissait rien passer. Elle a rêvé qu’il revienne en s’disant qu’elle le tuerait s’il le faisait. Ils arrivaient pas à s’aimer comme les autres. Ils arrivaient pas à s’dire que les secondes étaient pas des minutes quand ils s’touchaient pas. Même l’éternité serait pas suffisante. Parce qu’Héra, elle en voulait déjà trop.

« C’est pas à lui d’le faire. C’est pas à lui de t’pardonner. » C’est à toi, Roman. La pensée devient écho dans leur deux esprits, comme une vague qui revient les fouetter en pleine gueule. Elle le connaissait. Mais tu t’pardonneras jamais. La culpabilité deviendrait étouffante, jusqu’à ce qu’il reste plus rien d’lui. De c’qu’il était. Elle essayait d’le retenir de toutes ses forces. Mais parfois elle se disait qu’ça serait pas suffisant. Qu’même elle, elle pouvait pas le sauver d’ses propres cauchemars. « C’était pas toi, là-bas. Pas vraiment. » Elle frappe son épaule. La force d’ses coups c’est tout c’qu’elle a. Elle peut pas lui dire qu’son cœur est au bord du suicide. Pas lui dire qu’ses yeux brillent trop. Qu’ses mains accepteraient pas de plus pouvoir l’atteindre, l’serrer contre elle comme si y’avait plus d’espoir et qu’le monde s’écroulait autour d’eux. « Faut qu’t’arrêtes des putains d’conneries. » Elle a pas d’arguments. Elle a pas d’beaux discours, Héra. Elle a ses silences et elle a ses regrets. Ses sourires en coin qui révèlent rien et ses promesses qu’elle arrive jamais à tenir. Elle l’aimait, et c’était d’façon égoïste. Comme si elle voulait l’garder dans cette pièce, l’empêcher d’se casser si elle le pouvait. Comme si elle pouvait défier la Terre entière et effacer c’qu’il avait fait en s’concentrant assez fort. Y’avait pas d’limites pour eux. Les murs tremblaient et les meubles finissaient par terre pendant qu’les bibelots se pétaient sur le sol. Ils étaient une tornade qu’personne pourrait arrêter. Même pas eux. La partie était déjà perdue d’avance mais s’battre c’était tout ce qu’ils avaient connu. Pas sûre d’la réponse, Héra elle s’protège pas de la chute imminente. « Tu les choisis eux, ou moi. »

_________________
Hera
You left me paralyzed. No cure, no rehab for me. Funny that you got the nerve to keep asking me how I’ve been.

★ ★ ★


autres comptes : fantine c. de stahl & juliette a. lefèvre & h. lewis dubois & bass a. renoir
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3786-roman-i-hope-you-re-somewhere
homecoming : 21/07/2017
Messages : 175
pretty face : nicolas simoes
julius caesar : phaust
the mighty bush : contrôle du sang depuis la fin de dare or die, un pouvoir qu'il peine à contrôler. Au moindre coup de colère, les personnes se situant autour de lui peuvent se vider de leur sang.
these streets : volonté divine Il y a jamais vraiment réfléchi. Lui, dans le grand départ, il a surtout vu des opportunités. Des maisons abandonnées, des trésors cachés dans des comptes en banque, de quoi se faire une petite fortune, de quoi gouverner le monde des ombres. Ce qu'il a plus intrigué, en revanche, c'est le grand retour. Lui, il est habitué à ce que les gens partent sans revenir. Alors, revoir les visages familiers, il y était pas préparé. Plus il y pense, plus il se dit que c'était un signe venu du ciel et que la volonté de dieu s'est exercée ici bas.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
admin du dimanche

Sujet: Re: roman&héra ✗ I was prepared to love you Dim 3 Déc - 11:17 ()

bulletproof
You gave up diamonds and roses and gold
Don't you know baby that you can't fight fire with fire
'Cause you fought so hard that you burned down your whole empire

☾  ☾  ☾


 « C’est pas à lui d’le faire. C’est pas à lui de t’pardonner. » Il veut rien entendre, Roman. Visage fermé, y a des balles perdues dans ses yeux noirs, des nébuleuses au bord de l'explosion. Il lui en veut, d'oser en parler, alors qu'elle y connaît que dalle, hera, elle était pas là. Dare or die, on en parle pas, c'est du silence, des souvenirs qui se délitent, un jour ils partiront, il le sait, et la culpabilité, elle partira avec, c'est ce qu'on lui a promis, et il y croit dur comme fer, parce qu'il a plus que ça à se raccrocher. Il en a marre de souffrir comme un chien, Roman, il en peut plus, à bout de nerfs.  « C’était pas toi, là-bas. Pas vraiment. » Elle en sait rien, elle sait pas ce que c'était, elle sait rien putain alors pourquoi elle parle ? Des coups sur son épaule, ça change rien à son regard noir. A ce moment là, il la déteste. Il voulait pas s'en souvenir, il voulait pas en parler, il voulait pas que ça se passe comme ça. Il attrappe sa main avec la sienne, des doigts serrés autour de son poignet, comme si ça allait changer quoi que ce soit. Dans l'oeil du cyclone, roman et hera ils sont destinés à se détruire et demain, quand il n'en restera que des ruines, ils reconstruiront tout ce qu'ils ont brisé. Ainsi va leur vie.  « Faut qu’t’arrêtes tes putains d’conneries. » Il arrêtera rien, il est trop fier pour l'écouter, trop fier pour entendre tout ce qu'elle ne lui dit pas. Y a un empire qui s'effondre entre leurs regards, des brisures de confiance qui se fracassent contre le sol. Il sait plus qui a trahi l'autre en premier, au fond ça compte pas. Tout ce qui compte, c'est les derniers mots arrachés au silence. « Tu les choisis eux, ou moi. » Y a ses yeux qui rencontrent ceux d'hera,
et
ça
explose.
Il sait pas qui choisir, il sait pas quoi répondre. Tout foutre en l'air pour le pardon, c'est le sacrifice qu'on lui demande. Mais il peut pas renoncer à hera, parce qu'il l'aime en silence, il l'aime trop et ça le rend malade. Pourri jusqu'à la moelle, y a la culpabilité qui le ronge, il est rien d'autre qu'une épave et un jour, il tombera en poussière, elle pourra rien y faire. Personne pourra rien y faire. Quand le reste du monde se rendra compte qu'il est rien d'autre qu'un monstre, quand on lui fera payer pour tout le sang qu'il a fait couler, il disparaîtra, dans les abîmes de l'histoire. Roman, il en restera plus rien et là, à ce moment là, il sait plus à quoi s'accrocher.  « Tu peux pas m'demander ça !  » Chute libre, la voix qui tremble, il lui en veut. le hors la loi sait plus à quelle morale s'en remettre et ses prières, personne ne les entend de toute façon. Y a qu'hera, qui perçoit ses murmures, mais c'est jamais suffisant pour pulvériser ses cauchemars. Des remords, des remords plein les yeux, les yeux comme des trous noirs qui aspirent tout et personne pour sauver son âme. Il a besoin d'elle, beaucoup trop, beaucoup plus qu'il peut le dire, et ça lui fait peur. Terrifié, il refuse de choisir.  « T'as pas l'droit Hera ! »






_________________

you were fucked up by the blame

autres comptes : matt d. lefèvre & jasper a. deslauriers & eponine a. de stahl & léo g. sorel
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3631-hera-spirit-of-my-silence-i-c
homecoming : 15/07/2017
Messages : 174
pretty face : Katherine Langford
julius caesar : (c) beylin alias matty des bwas la meilleure **
the mighty bush : aucun pouvoir
Allegeance : Peut-être qu'au départ, c'était pas par conviction, qu'elle a rejoint la Vox Populi. Elle a dit qu'elle s'en fichait, du grand départ, qu'elle s'en fichait, des disparus. Elle disait qu'elle avait fait son deuil, qu'elle était passée à autre chose. Sauf que parfois, elle regardait un peu dans l'vide, en se demandant si les choses auraient pu se passer autrement. Elle arrondit ses fins de mois, et elle se dit que comme ça, il y aura peut-être une raison à tout ça.
these streets : Elle pense que les disparus ont été enlevés par le gouvernement pour réaliser une expérience. Même si elle croit aux anges et aux démons, elle ne pense pas qu'ils ont quelque chose à voir avec les disparitions. Toutefois, elle est intriguée par les évènements étranges qui se produisent à Paris et commence à penser que les anges sont dans la capitale pour protéger les humains.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Admin

Sujet: Re: roman&héra ✗ I was prepared to love you Lun 4 Déc - 0:12 ()


I was prepared to love you
roman & héra ✗ up all night
I've been waiting up all night, but you never show. You said it'd be alright, but i just don't know. Can you teach me how to dance real slow ?

L’poids de deux âmes qui s’entrechoquent, qui s’battent pour jamais perdre, qui crèvent de l’intérieur, qui s’retrouvent au milieu d’un ouragan sans échappatoire. L’monde s’arrêtera pas pour eux. L’bruit d’leurs respirations s’égorgent dans la nuit, s’perdent au gré des secondes comme une victoire qu’ils pourraient pas atteindre. Roman et Héra, ils pensaient s’rapprocher des étoiles et devenir lunaires, s’casser dans une autre galaxie là où y’aurait pas d’regrets, pas d’souvenirs. Là où Roman, il pourrait crier sa rage comme un gamin qui savait pas s’il aurait d’réponses à ses questions. Peut-être qu’lui aussi il avait l’droit au pardon. Peut-être qu’c’était pas elle qui pouvait lui donner. Héra elle avait pas d’outils pour réparer son cœur qui saignait dans sa cage thoracique. « Tu peux pas m'demander ça !  » La sentence tombe, et y’a que le silence pour leur rappeler qu’ils sont plus les mêmes. Pour leur rappeler qu’la porte s’était refermée et qu’depuis y’avait un mur qu’ils avaient trop peur d’retrouver. Elle voulait pas qu’tout ça soit éphémère, qu’les souvenirs soient tout ce qui lui reste quand il était pas là. « T'as pas l'droit Hera ! » Ses yeux qui s’perdent dans les siens. La réponse était pas celle qu’elle voulait, l’venin s’déverse doucement dans ses veines et y’a plus de porte de sortie. Héra elle a l’cœur en miettes et la poitrine ouverte. Les tripes à découvert.

Un coup sur son épaule. L’visage fermé par le désespoir. Elle était resté à l’intérieur d’un appartement vide de sens, à regarder un écran qui avait pas d’réponses à lui donner. Elle regardait les autres vivre leur vie sans jamais s’tromper, sans jamais faire les mauvais choix. L’chemin toujours aussi clair, même dans la pénombre. Elle appartenait pas à c’monde-là, Héra. Elle s’trouvait ailleurs, au milieu des visages effacés, au cœur des occasions manquées et des histoires ratées. Elle faisait qu’le croiser, l’trouver au détour d’un souvenir sans jamais pouvoir le retenir. Roman, il partait trop souvent en fumée, et ça la tuait d’avoir autant besoin d’son fantôme. « Pourquoi ? Parce que tu sais pas si tu m’choisirais ? » Elle le lâche pas, la crainte envahit ses yeux, mélange de rage et de déception, l’rêve s’effondre, il laisse place à la réalité et elle arrive pas à l’accepter. Pas cette fois. « T’as dit qu’tu repartirais pas, putain. T’as dit que tu restais. T’as promis. » La voix s’brise comme du verre sur le sol. Elle a jamais voulu qu’il s’casse. Elle sait pas pourquoi c’est un crève-cœur à chaque fois qu’il quitte la pièce. Elle sait pas pourquoi elle veut pas vivre dans un monde où il serait plus qu’un souvenir. L’compte à rebours est lancé, et Héra, elle sera jamais prête à l’laisser s’enfuir. Son cœur explose dans sa poitrine, les mains sur son torse, elle a plus qu’des mots pour l’empêcher de passer la porte. Leurs promesses comptaient toujours un peu trop. Comme si y’avait c’pacte silencieux qu’ils avaient pas le droit de briser. Comme si y’avait leur univers, leurs propres règles, leur droit d’recommencer à chaque erreur. En dehors du monde matériel, ils s’disent qu’ils contrôlent le temps alors qu’il glisse déjà entre leurs mains. Ils sont jamais capables d’le rattraper, d’le retrouver. Roman il lui dit qu’il peut pas choisir. Sauf qu’Héra, elle change les constellations en s’disant qu’ils étaient faits pour jamais s’perdre. Pour jamais s’quitter.
Pas d’choix à faire.
Pas d’décisions à prendre.
Pas d’porte qui s’referment de l’avoir vu hurler dans l’noir.
Juste une larme qui roule sur sa joue.
« T’as promis. »

_________________
Hera
You left me paralyzed. No cure, no rehab for me. Funny that you got the nerve to keep asking me how I’ve been.

★ ★ ★


autres comptes : fantine c. de stahl & juliette a. lefèvre & h. lewis dubois & bass a. renoir
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3786-roman-i-hope-you-re-somewhere
homecoming : 21/07/2017
Messages : 175
pretty face : nicolas simoes
julius caesar : phaust
the mighty bush : contrôle du sang depuis la fin de dare or die, un pouvoir qu'il peine à contrôler. Au moindre coup de colère, les personnes se situant autour de lui peuvent se vider de leur sang.
these streets : volonté divine Il y a jamais vraiment réfléchi. Lui, dans le grand départ, il a surtout vu des opportunités. Des maisons abandonnées, des trésors cachés dans des comptes en banque, de quoi se faire une petite fortune, de quoi gouverner le monde des ombres. Ce qu'il a plus intrigué, en revanche, c'est le grand retour. Lui, il est habitué à ce que les gens partent sans revenir. Alors, revoir les visages familiers, il y était pas préparé. Plus il y pense, plus il se dit que c'était un signe venu du ciel et que la volonté de dieu s'est exercée ici bas.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
admin du dimanche

Sujet: Re: roman&héra ✗ I was prepared to love you Lun 4 Déc - 12:39 ()

bulletproof
You gave up diamonds and roses and gold
Don't you know baby that you can't fight fire with fire
'Cause you fought so hard that you burned down your whole empire

☾  ☾  ☾


Un coup sur son épaule, dans quelques heures ça sera un hématome. Des bleus pour s'assurer qu'ils existent, des bleus pour marquer tout ce qu'ils arrivent pas à se dire. Ils ont le corps couverts de plaies, des cicatrices, ils s'aiment à en crever alors ils crèvent ensemble, Roman et Hera, à chaque fois qu'y en a un qui menace de partir. Il savait pas que c'était possible, d'aimer quelqu'un autant qu'il l'aime et de plus pouvoir s'en passer. Hera sa drogue, Hera son poison, il a besoin qu'elle lui troue le coeur juste pour savoir qu'il est encore vivant. « Pourquoi ? Parce que tu sais pas si tu m’choisirais ? » Non, justement, parce qu'il sait qu'il la choisirait, parce qu'il préférerait souffrir comme un chien si ça voulait sire qu'ils étaient ensemble. Mais il est épuisé, Roman, exténué, y a plus rien derrière ses yeux noirs, du vide et des tornades qui emportent tout sur leur passage. Il sait plus qui croire, parce qu'il sait plus à qui envoyer ses prières, il sait plus si ça en vaut la peine. Et Hera, regardez-la, elle se bat pour lui, pour qu'il reste dans le même monde qu'elle, quitte à ce que tout parte en fumée et eux avec. Il s'étaient toujours dit qu'ils mourraient ensemble, qu'y'en aurait jamais un qui partirait avant l'autre. A la vie, à la mort putain, y a aucune autre solution possible.  « T’as dit qu’tu repartirais pas, putain. T’as dit que tu restais. T’as promis. » Il a promis et entre eux, les promesses c'est plus sacré que les dieux, y a que ça de vrai. Ses croyances, à ce moment-là, elles comptent plus. Il a promis et il peut plus revenir en arrière, même s'il le voulait, il pourrait pas lui faire ça, pas à elle. Y a une larme qui coule le long de sa joue, c'est là qu'il comprend qu'il est pas le seul à souffrir. C'est là qu'il comprend qu'il veut pas la laisser seule face à l'apocalypse. C'est là qu'il comprend qu'il est en train de faire une connerie.« T’as promis. » Elle répète et il accuse le coup. Il réussit à la retourner, non sans mal, elle est coriace, Hera, quand elle est énervée. Elle aussi, elle aura des bleus, demain, sur les jambes, sur les poignets, les vestiges des promesses nocturnes, celles qu'on dit pas en plein jour. Allongé sur elle, y a son visage à quelques millimètres de celui d'Hera. Respirer le même air, y a que ça qu'ils sachent faire. « Arrête, calme toi, j'partirai pas, okay ? » Y a ses mains dans les siennes, puis ses lèvres contre les siennes, puis les poumons qui explosent, les cœurs inondés, les guerres qui se déclarent et qui se perdent, y a jamais de gagnant entre eux, y en a toujours un pour emporter l'autre dans sa chute jusqu'au dernier impact. « C'est toi et moi contre le reste du monde. »






_________________

you were fucked up by the blame

autres comptes : matt d. lefèvre & jasper a. deslauriers & eponine a. de stahl & léo g. sorel
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3631-hera-spirit-of-my-silence-i-c
homecoming : 15/07/2017
Messages : 174
pretty face : Katherine Langford
julius caesar : (c) beylin alias matty des bwas la meilleure **
the mighty bush : aucun pouvoir
Allegeance : Peut-être qu'au départ, c'était pas par conviction, qu'elle a rejoint la Vox Populi. Elle a dit qu'elle s'en fichait, du grand départ, qu'elle s'en fichait, des disparus. Elle disait qu'elle avait fait son deuil, qu'elle était passée à autre chose. Sauf que parfois, elle regardait un peu dans l'vide, en se demandant si les choses auraient pu se passer autrement. Elle arrondit ses fins de mois, et elle se dit que comme ça, il y aura peut-être une raison à tout ça.
these streets : Elle pense que les disparus ont été enlevés par le gouvernement pour réaliser une expérience. Même si elle croit aux anges et aux démons, elle ne pense pas qu'ils ont quelque chose à voir avec les disparitions. Toutefois, elle est intriguée par les évènements étranges qui se produisent à Paris et commence à penser que les anges sont dans la capitale pour protéger les humains.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Admin

Sujet: Re: roman&héra ✗ I was prepared to love you Lun 4 Déc - 16:07 ()


I was prepared to love you
roman & héra ✗ heroes
I, I will be king, and you, you will be queen. Though nothing will drive them away, we can be Heroes, just for one day. I can remember standing, by the wall. And the guns, shot above our heads, and we kissed, as though nothing could fall. And the shame, was on the other side, oh we can beat them, for ever and ever, then we could be Heroes, just for one day.

L’cœur ouvert dans un monde sans âme. L’visage mouillé d’larmes, l’corps préparé pour une catastrophe. Elle avait pas l’droit de lui en vouloir. Elle avait pas l’droit de lui demander d’rester même quand il crevait d’peur de devenir quelqu’un d’autre. L’temps les excuserait pas d’avoir trop perdu. Il la retourne sur le lit. C’était facile, avant. Ils respiraient sans s’poser de questions. Aujourd’hui, y’avait Roman, et il s’rappelait plus comment faire pour laisser l’air entrer et sortir de ses poumons. Ils étaient dans une maison en flammes, et ils savaient pas comment s’en sortir. Peut-être qu’au fond ils en avaient pas envie. Y’avait pas d’solutions pour eux, pas d’but. Seulement leur maison qui crame, qui part en fumée alors qu’ils s’aiment un peu trop fort. Des bleus sur ses jambes sur ses bras, les hématomes qui s’dessinent dans l’noir, à la lumière crachée par la lune. Ils pourraient pas devenir des héros, pas d’palais luxueux pour Roman et Héra, pas d’bijoux qui brillent face aux néons. Y’avait qu’des maisons volées et des photos qu’ils pourraient jamais avoir. Enfermés au cœur d’la tornade, ils auraient pas d’seconde chance. Ils vivaient sur du temps volé, sur des suppositions, roi et reine d’un royaume construit de toutes pièces. L’visage à quelques millimètres du sien, ils voyaient pas Paris qui disparaissait sous leurs pieds. Ils en avaient rien à foutre de tout c’qui les entourait. Ils avaient laissé tout d’côté en se disant qu’ils contrôlaient l’monde entier. « Arrête, calme toi, j'partirai pas, okay ? » Ses mains dans les siennes, ses lèvres qui agrippent sa bouche. Héra, elle a qu’des illusions dans ses grands yeux bleus. « C'est toi et moi contre le reste du monde. »

L’visage caché par des larmes qu’elle a pas osé versé, l’cœur au bord d’un précipice, ils sont prêts à sauter sans savoir s’ils pourraient s’en sortir. Peut-être qu’c’était tout ce qui comptait pour eux, s’dire qu’rien autour d’eux n’aurait d’importance. Les flammes léchaient leur chair mais y’avait rien qui pourraient les faire partir. Plus d’peur, plus d’regret. Roman et Héra, ils s’retrouvent au centre d’un monde qui n’appartient qu’à eux. Ils changent l’histoire jusqu’à ce qu’ils s’rappellent ce que ça fait d’être en vie. Et quand il était pas là, Roman, il lui manquait à en crever. Son cœur au bord du suicide, elle a plus la force d’continuer à brûler seule. Ses mains s’libèrent pour qu’ses bras se logent autour de son cou. Elle contrôle plus rien, quand ses lèvres s’posent encore sur les siennes, un peu trop fort, un peu trop vite. Ils avaient jamais su comment s’aimer autrement. « T’es parti, avant. » L’combat s’arrête jamais. Ses doigts s’perdent dans les mèches de cheveux de sa nuque, l’regard qui affronte les possibilités, les mensonges, les regrets. L’pardon qu’il pourra jamais s’accorder. « J’veux pas qu’tu partes encore. » L’murmure éclate dans l’obscurité. La vérité s’répand comme si elle pouvait rien perdre. Comme si la tornade s’calmait enfin. Une main s’déloge, et forme une croix sur son propre cœur. La promesse qu’elle était pas capable de briser.

_________________
Hera
You left me paralyzed. No cure, no rehab for me. Funny that you got the nerve to keep asking me how I’ve been.

★ ★ ★


autres comptes : fantine c. de stahl & juliette a. lefèvre & h. lewis dubois & bass a. renoir
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3786-roman-i-hope-you-re-somewhere
homecoming : 21/07/2017
Messages : 175
pretty face : nicolas simoes
julius caesar : phaust
the mighty bush : contrôle du sang depuis la fin de dare or die, un pouvoir qu'il peine à contrôler. Au moindre coup de colère, les personnes se situant autour de lui peuvent se vider de leur sang.
these streets : volonté divine Il y a jamais vraiment réfléchi. Lui, dans le grand départ, il a surtout vu des opportunités. Des maisons abandonnées, des trésors cachés dans des comptes en banque, de quoi se faire une petite fortune, de quoi gouverner le monde des ombres. Ce qu'il a plus intrigué, en revanche, c'est le grand retour. Lui, il est habitué à ce que les gens partent sans revenir. Alors, revoir les visages familiers, il y était pas préparé. Plus il y pense, plus il se dit que c'était un signe venu du ciel et que la volonté de dieu s'est exercée ici bas.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
admin du dimanche

Sujet: Re: roman&héra ✗ I was prepared to love you Sam 16 Déc - 11:14 ()

this is gospel
the fear of
falling
apart

☾  ☾  ☾


Roman et Hera, des souvenirs qui ressuscitent dans un appart qui ne leur appartient pas. Les cambrioleurs, ça s'accroche aux minutes qui les séparent de l'explosion. Ils vivent dans l'ombre, dans les interstices entre les secondes, dans les espaces qui séparent la nuit du jour, dans tous ces moments que les autres ne pourront jamais connaître car ils n'appartiennent qu'à eux. Empereurs d'un empire qui s'effondre un peu plus à chaque instant, les voilà qui règnent sur des ruines et ils en ont rien à foutre de ce qui se passera dans deux heures, dans dix jours ou dans vingt ans, ils en sont pas encore là et, de toute façon, ils sont même pas sûrs qu'ils vivront jusque là. Les bras d'Hera autour de son cou, l'espace entre eux qui se réduit, réduit à néant parce que ça y est, il sent son coeur contre son torse. Crash entre leurs lèvres, avec pertes et fracas. Elle le regarde, avec ses grands yeux et lui, il tombe dans le piège, comme à chaque fois. « T’es parti, avant. » Il le sait, qu'il l'a laissée tomber. ils s'étaient jamais promis de jamais se quitter, mais il savait, au fond, quand il a fermé la porte derrière lui, qu'il avait pas le droit de le faire. Il s'était dit que c'était pas grave, de toute façon, y avait Ezio, et il voyait bien comment elle le regardait. C'était pas les mêmes yeux qu'elle posait sur lui. Ca le serait sans doute jamais. Et il arrivait pas à s'y faire, Roman. Alors il est parti chercher la gloire dans les yeux des autres. A la vie, à la mort, peut être même qu'il est mort entre temps. Y a pas moyen de le dire, parfois ses yeux sont pas aussi vides qu'ils en ont l'air. Et à certains moments, quand il aimerait que son coeur s'arrête, il a juste à la regarder pour qu'il reparte.  « J’veux pas qu’tu partes encore. »  Il aimerait y croire, à la croix qu'elle trace sur son coeur, mais ses promesses ont un goût amer ce soir et elle réussit pas à calmer ses peurs, pas comme d'habitude. Il a peur, Roman, peur qu'elle le laisse tomber, peur qu'elle se casse quand elle verra qu'il en reste plus rien, de ce qu'il était avant. Peur qu'elle réalise que ses silences cachent pas des promesses invisibles, mais juste le vide qui a remplacé son âme. La rédemption ou héra, il aura pas les deux. « Prouve le. » Il se redresse, s'échappe de son étreinte. Une clope entre ses lèvres, il attrape son couteau. Y a qu'un moyen de le savoir, si elle l'aime autant qu'elle ne le dit pas, y a qu'un moyen de savoir s'il est en train de faire le bon choix. Faut qu'elle ait mal, mal pour lui. Faut qu'elle lui montre, qu'elle préfère crever plutôt que de le voir partir. « Mes initiales. Dans ta peau. »





_________________

you were fucked up by the blame

autres comptes : matt d. lefèvre & jasper a. deslauriers & eponine a. de stahl & léo g. sorel
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3631-hera-spirit-of-my-silence-i-c
homecoming : 15/07/2017
Messages : 174
pretty face : Katherine Langford
julius caesar : (c) beylin alias matty des bwas la meilleure **
the mighty bush : aucun pouvoir
Allegeance : Peut-être qu'au départ, c'était pas par conviction, qu'elle a rejoint la Vox Populi. Elle a dit qu'elle s'en fichait, du grand départ, qu'elle s'en fichait, des disparus. Elle disait qu'elle avait fait son deuil, qu'elle était passée à autre chose. Sauf que parfois, elle regardait un peu dans l'vide, en se demandant si les choses auraient pu se passer autrement. Elle arrondit ses fins de mois, et elle se dit que comme ça, il y aura peut-être une raison à tout ça.
these streets : Elle pense que les disparus ont été enlevés par le gouvernement pour réaliser une expérience. Même si elle croit aux anges et aux démons, elle ne pense pas qu'ils ont quelque chose à voir avec les disparitions. Toutefois, elle est intriguée par les évènements étranges qui se produisent à Paris et commence à penser que les anges sont dans la capitale pour protéger les humains.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Admin

Sujet: Re: roman&héra ✗ I was prepared to love you Lun 18 Déc - 0:06 ()


I was prepared to love you
roman & héra ✗ national anthem
It's a love story for the new age, for the sixth page we're on a quick, sick rampage. Winin' and dinin', drinkin' and drivin' , excessive buyin', overdosin', dyin' on our drugs and our love and our dreams and our rage. Blurrin' the lines between real and the fake

Le cœur à la renverse à l’idée de disparaître. L’cœur écrasé par autre chose que sa poitrine. L’silence qui s’dessine dans leurs paupières fermées, l’regard coincé entre deux mondes. Ils avaient pas l’temps, Héra et Roman. Pas l’temps d’s’aimer, pas l’temps d’se quitter, pas l’temps d’courir après des rêves et des illusions vaines. L’visage couvert des bleus qu’ils ont pas encore eu l’droit de se donner, ils se perdent en se disant qu’ils se retrouveront un jour. Héra elle a envie d’aimer à en crever, jusqu’à ce que ses poumons oublient d’fonctionner. Héra elle veut qu’le monde reste morose si ça veut dire qu’Roman partira plus jamais. L’combat est déjà perdu, ils savaient qu’il n’y aurait pas d’autres participants, qu’ils seraient les seuls à rester debout à la fin de la bataille. Ils pouvaient pas s’mentir. Y’avait des routes qu’ils seraient forcés d’emprunter. L’monde leur appartenait, c’était peut-être pour ça qu’ils arrivaient pas à s’lâcher. Qu’leur mains restaient coincées, comme s’ils avaient pas d’autres choix qu’de crever à deux. « Prouve le. » Ils s’promettent, ils s’défient, ils s’laissent des cicatrices en se jurant qu’elles pourront jamais guérir, parce qu’ça les rassurait, d’savoir que certaines choses pourraient pas changer. L’temps leur arrachait déjà trop de secondes, mais ils s’promettaient une éternité qui leur appartenait pas. L’choix revenait à quelqu’un ou quelque chose d’autre. Des conneries auxquelles ils avaient pas le temps de croire. Une clope entre ses lèvres, elle la vole. Elle s’en empare comme si c’était un jeu, qui réussirait à prendre le plus à l’autre. « Mes initiales. Dans ta peau. »

L’couteau passe de ses mains à lui, jusqu’aux siennes. L’sourire au coin des lèvres. Roman il savait pas qu’le sang avait arrêté d’lui faire peur. Qu’les cicatrices qu’il avait laissé sur son passage était trop grandes pour qu’un couteau les surpasse. La peur l’avait quitté depuis trop longtemps. L’cœur en miettes, elle effaçait ses traces en se disant qu’elle gagnerait toujours à c’jeu-là. Un spot sur sa cuisse, elle s’en fout de savoir à quoi ça ressemblera. L’acier laisse sa marque, les deux lettres s’dessinent dans le sang, alors qu’ses lèvres laissent échapper un soupir. L’regard plongé dans l’sien, les mains autour d’son cou se perdent dans sa nuque quand elle l’embrasse. L’pacte est scellé, il a plus qu’à promettre lui aussi, qu’il s’cassera pas. Roman et Héra, c’est à la vie à la mort. Les autres ont jamais comptés. Eux si. « À toi. » Elle lui tend l’couteau, laisse la fumée s’échapper d’ses poumons. Elle s’rappelle d’Ezio, d’ses grands yeux bleus et d’Roman qui s’cachait dans l’ombre. Ça aurait jamais pu durer, c’qu’ils avaient tous les trois. Y’avait trop d’non-dits, trop d’rancœur, trop d’larmes qu’ils oseraient jamais verser. L’mensonge était plus facile que la réalité. Et y’en a un qui a fini par s’casser avant les autres. « Si t’as l’cran d’le faire. »

_________________
Hera
You left me paralyzed. No cure, no rehab for me. Funny that you got the nerve to keep asking me how I’ve been.

★ ★ ★


autres comptes : fantine c. de stahl & juliette a. lefèvre & h. lewis dubois & bass a. renoir
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3786-roman-i-hope-you-re-somewhere
homecoming : 21/07/2017
Messages : 175
pretty face : nicolas simoes
julius caesar : phaust
the mighty bush : contrôle du sang depuis la fin de dare or die, un pouvoir qu'il peine à contrôler. Au moindre coup de colère, les personnes se situant autour de lui peuvent se vider de leur sang.
these streets : volonté divine Il y a jamais vraiment réfléchi. Lui, dans le grand départ, il a surtout vu des opportunités. Des maisons abandonnées, des trésors cachés dans des comptes en banque, de quoi se faire une petite fortune, de quoi gouverner le monde des ombres. Ce qu'il a plus intrigué, en revanche, c'est le grand retour. Lui, il est habitué à ce que les gens partent sans revenir. Alors, revoir les visages familiers, il y était pas préparé. Plus il y pense, plus il se dit que c'était un signe venu du ciel et que la volonté de dieu s'est exercée ici bas.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
admin du dimanche

Sujet: Re: roman&héra ✗ I was prepared to love you Dim 20 Mai - 18:00 ()

this is gospel
the fear of
falling
apart

☾  ☾  ☾


C'était pas une histoire comme les autres, parce que c'était pas des gens comme les autres. Ils s'aimaient comme des fugitifs, comme s'ils étaient toujours sur le point de s'enfuir et que y avait pas le temps. Y avait plus le temps. Plus le temps d'attendre, plus le temps de faire semblant, plus le temps de croire en rien, de penser au futur, au passé, au présent, à rien. Ils méritaient sûrement mieux. Elle, c'était certain. Lui, pas vraiment. Mais de toute façon, ils avaient pas le choix, parce qu'ils l'avaient déjà fait, le choix. Roman, en tout cas, venait de le faire et, le coeur en réacteur, il attendait qu'elle fasse le sien. Elle hésite pas, Héra, avant de se trancher la peau pour y graver ses initiales. RG et y a du sang qui coule sur leurs draps blancs. Rien à foutre. Y a du sang qui coule sur sa jambe quand elle le prend dans ses bras. Rien à branler. Et quand elle l'embrasse, il sent plus rien. « À toi. » Le couteau dans sa main, ya encore son sang qui tâche la lame. Son front posé contre le sien et les souffles qui se mélangent. « Si t’as l’cran d’le faire. » Sourire en coin, il lui vole un baiser. Il lui faut pas longtemps pour trouver l'endroit où il veut graver le H. Là, juste contre son coeur. Là, parce que c'est là que ça brûlait quand il la voyait dans les bras d'un autre. Là, parce que ça brûle encore et il frémit quand il enfonce la lame dans sa peau, putain ça fait mal. Mais la question, c'est pas de savoir si ça fait mal, c'est d'savoir s'il dit vrai quand il lui promet qu'il partira plus. Ca y est, y a du sang sur son torse et demain, y aura une cicatrice en forme de H à la place de son coeur. Mais demain, c'est dans longtemps et ils ont pas le temps d'attendre. A nouveau, y a ses lèvres sur les siennes, du sang sur leur peau et Paris qui fait semblant de ne pas les avoir abandonnés à leur propre sort.

THE END




_________________

you were fucked up by the blame

autres comptes : matt d. lefèvre & jasper a. deslauriers & eponine a. de stahl & léo g. sorel
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: roman&héra ✗ I was prepared to love you ()
Revenir en haut Aller en bas
 
roman&héra ✗ I was prepared to love you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mon Premier Roman (début)
» Pub pour mon roman ^^
» Igor le chat, roman jeunesse
» Roman policier Alice de Caroline Quine
» [COLIS] Roman - Amis
like lightning
if you ride
ϟ you're gonna crash like thunder ϟ

a game of shadows :: Paris :: Nord-est :: Dixième arrondissement :: Habitations