MAINTENANCE saison 2
Le forum est en maintenance longue durée pour cause de préparation de sa saison 2 ! Pour en savoir plus c'est par .
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 {{ it's an artificial nocturne ✣ arthur
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t2012-could-be-brave-or-insa
Revolutionnaires
homecoming : 19/02/2017
Messages : 1246
Louis d'or : 2347
pretty face : jlc
julius caesar : faust
the mighty bush : Pauv' humaine dans un monde de fou, trop fragile, jo, trop inconsciente et rien pour se défendre qua sa langue acérée et ses coups dans le vide.
these streets : Jo, la révo, la vox populi, qui sait rien que ce coeur ne veut lui dire, rien que les secrets qui s'entassent, les mystères, les hallucinations, des trucs qu'elle voit, qu'elle comprend pas. Jo, la scientifique sans plus d'certitudes que l'monde fout le camp.

Sujet: {{ it's an artificial nocturne ✣ arthur Lun 13 Nov - 21:24 ()

if i go there will be trouble if i stay it will be double

SHE'S GIVING EVERYTHING TO NUMB THE BURNS ADDICTED TO THE LOSING FIGHT.


Les yeux fardés de sauvage, elle réajuste nonchalamment la soie de constellation qu’orne sa peau ivoire. Jo, c’est une sale gosse, l’ambition et la tête brûlée en cocktail imprévisible, alors c’est même pas une surprise de la voir là, pouponnée de la tête aux pieds, en rébellion contre les ordres donnés et toute sa raison. La petite brute au cœur tendre s’est faite femme fatale, perchée sur ses talons, ses idéaux et ses plans foireux.
Devant elle, l’immeuble haussmannien dégueule son luxe à grandes fenêtres, fûts de champagnes et serveurs à foison. T’aurais dû venir en serveuse, t’aurais moins eu mal aux pieds, crétine. Mais plus qu'il faut. La nymphe gravit bravement les escaliers jusqu'à la salle de réception majestueuse sans une grimace.

A côté d’elle, un groupe jouait du jazz doux et jo, elle manquait déjà ses écouteurs et un bon vieux rock. Mais faut tenir le rôle, faut papillonner des cils, faut bavasser avec les veuves. Pourquoi elle s’inflige ça, la révo, celle qui peut pas attendre de rentrer dans son quartier post-apocalyptique où elle devra convaincre Charles, le sdf du coin, de bien vouloir se pousser de cinq minutes pour qu’elle ouvrir la porte ? Parce que lui.
Cible verrouillée. À trois pas sur la droite, un costard sophistiqué aux manies raffinées se vante de son énorme portefeuille en peau de crocodile. M.Costard est un disparu, un disparu qui a retourné sa vie d'une façon pratiquement schizophrénique et a gravi les échelons de la société pourrie en quelques mois seulement, jusqu'à se retrouver sur les photos officielles avec le maire, le sourire colgate et les sourcils bien épilés. Jo, elle sait pas grand-chose, et de moins en moins avec le temps qui passe elle a l'impression, mais elle sait que les disparus, il faut s'en méfier comme la peste et qu'ils ont des réponses. Des réponses qu'elle crèverait d'avoir.

L’ombre de la justicière a disparu, il reste plus que les flammes de la revanche dans les débris. L’apocalypse, les suicides, les hallucinations, et maintenant la pénurie.  Jo, elle crache contre le système, et elle glisse des macarons dans son sac parce que merde, il fait faim.

La robe légère comme un voile, elle s’avance lentement vers la gueule du démon. « Il paraît que vous êtes le plus haut donateur ce soir, félicitation Monsieur Romansky, je suis impressionnée. » Le sourire ravageur, voler son intérêt est presque trop facile. Mis à part son côté pourri, il n'était pas trop mauvais garçon après tout. Et il avait de l'argent, maman dirait de clore l'affaire et empocher le pactole. « Honoré que mon nom ait pu atteindre de si jolies oreilles, et vous êtes ? » La main menue serre celle qu’il lui tend. « Oh, pardon, Mademoiselle Hawkins, mais appelez-moi Ophélie. Ma tante m’a amenée, et elle m’a beau.coup parlé de vous. Elle doit être par-là, quelque part. » Elle est demoiselle volage, avec de grands gestes, le masque innocent et impressionnable qu’attire les prédateurs. Le minois de sylphide tourne dans tous les sens pour localiser une tante qui n’existe pas tandis que M.Costard en profite pour déposer une flûte dans ses doigts. « Et bien, buvons tant qu’elle n’est pas là » Dire qu’elle comptait le saouler lui.  

La conversation s’emmêle, les toasts sont portés à la vie, à la mort, à l’amour, au chocolat. Quand soudain, la gamine manque de s’étouffer dans son verre. Une silhouette passe le pas de l’entrée grandiose, une silhouette qui connaît jo, et pas ophélie. Quand leurs regards se croisent, séparés par une foule, Jo, elle peut pas s’empêcher de se sentir les mêmes picotements à la base de sa nuque et le sentiment profond que ça n’allait pas bien tourner pour elle.


_________________


We learn to hold our heads as if we wear crowns. That was how you survived when you weren’t chosen. When the world owed you nothing, you demanded something of it anyway.


Dernière édition par Jo C. Duval le Ven 17 Nov - 10:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t372-holding-hands-while-the
Templiers
homecoming : 30/10/2016
Messages : 1399
Louis d'or : 1704
pretty face : Jake Gyllenhaal
julius caesar : babine
Allegeance : Puisqu'il est ni plus ni moins le chef de clan des templiers, il se doit d'être un exemple de loyauté. C'était pourtant mal parti, lui l'électron libre, l'âme rebelle dans une famille qui ne vivait que pour le devoir envers autrui. Aujourd'hui, tous les regards et toutes les craintes sont rivés vers lui et il se doit alors de représenter l'union au sein de l'Ordre. Néanmoins, il met un point d'honneur à ne pas être l'homme derrière le bureau, celui qui tire les ficelles depuis son nuage paisible. Il met la main à la pâte et entend donner à son camp une efficacité jamais atteinte autrefois .

Sujet: Re: {{ it's an artificial nocturne ✣ arthur Jeu 16 Nov - 23:52 ()
One day it's fine and next it's black
So if you want me off your back @Jo C. Duval
La soirée mondaine exhibait son luxe et son bon sentiment. Le gala de charité déversait faux semblants et hypocrisie. Ici, tout le monde souriait, tout le monde semblait heureux alors que dehors Paris crevait la faim. On avait organisé cette soirée sous l’étendard de l’altruisme et de la bienveillance, mais Arthur n’y décelait qu’égoïsme et narcissisme. Les invités ne se souriaient que pour mieux flatter leur propre égo. Ils se contemplaient eux-mêmes dans le regard de l’autre, se perdant dans des discussions à la futilité affligeante. Arthur remerciait toujours intérieurement l’influence passée de son père et de son frère, anciens maires, qui lui permettaient d’être convié à ces festivités sans avoir besoin de demander. Il ignorait toujours comment il parvenait encore réussir à se fondre dans la masse, lui, le lucide qui réprimait l’envie de cracher à leurs pieds pour leur exprimer tout le dégoût qu’il leur dévouait. Humains arrivistes ou démons opportunistes, ils se précipitaient tous aux bottes du nouveau maire afin de s’en attirer les faveurs. Ils sortaient leurs chéquiers abondants, signant à l’aveugle des sommes qui importaient peu. Dans ce costume bleu marine, affublé d’une cravate bleu roi, il était le mouton au milieu de la meute de loups. Chacun de ses pas effectués au sein de la foule paraissait ralentir le temps, comme s’il était toujours sur le point d’être découvert. Un jour, ils comprendraient que le chef ultime de la résistance avait toujours été parmi eux. Un jour, ils seraient aveuglés par la lueur qui irradiait du combattant de la paix. Il n’avait jamais autant l’impression d’être le héros de l’histoire que lorsqu’il n’était pas à sa place. Le sourire avenant sur le visage, Arthur se fraya un chemin, non sans saluer quelques têtes familières. Il savait se prêter au jeu, mais il avait une mission à remplir ce soir. Les autres n’existaient pas, il n’y en avait qu’un qui aurait toute son attention. L’argent attirait les âmes démoniaques, c’était un fait dont les enfants de Satan ne se cachaient même plus. Arthur l’avait en ligne de mire, depuis son entrée. Dans son costard trois pièces qui puait les trois zéros, il ne passait pas inaperçu. Les femmes entrevoyaient la séduction, les hommes l’opportunité. Il provoquait les réactions épidermiques, automatiques. Tout le monde attendait pour lui parler et pour croiser son regard. Mais le roi se faisait difficile et seule une personne avait réussi à l’aborder. Arthur n’aperçut d’abord que sa main fine qui cognait sa flûte de pétillant contre la sienne, mais quand la silhouette qui dissimulait la jeune femme s’écarta, il stoppa net sa marche.

Jo. Il se souvenait de son visage comme si c’était hier. Même parée de cette robe qui détournait le regard, elle semblait la même. Les quelques centimètres en plus ne parjuraient pas son minois mutin. Le sourire charmeur ne dupait que sa cible. Sa cible à lui. Que faisait-elle avec un démon ? Que faisait-elle là tout court ? Pourquoi se trouvait-elle juste aux côtés de la personne la plus dangereuse de la salle ? Sans savoir pourquoi, Arthur sentit poindre un désagréable sentiment. Un mauvais pressentiment mêlé d’un soupçon de frustration, lui qui avait eu tant de mal à la retrouver. Elle savait se cacher des yeux inquisiteurs et se dévoiler au bon moment. Hormis ce soir. Maintenant n’était véritablement pas le bon moment. Il devait rester concentré. Partagé entre l’envie et la raison, il s’approcha du duo, le pas déterminé. « Romansky ! » Le sourire du démon s’agrandit. S’étaient-ils véritablement reconnus ? Rien n’était moins sûr. « Arthur. Comment vas-tu ? » La poignée de mains se voulut franche, légèrement teintée d’une masculinité fière, tandis que le templier priait pour que son prénom révélé passe inaperçu auprès de la tierce personne. « Très bien. On m’a fait part de ton importante donation pour le gala. Tu sais vraiment déceler les bonnes opportunités. » Se faire le soutien des projets du maire, Arthur aura tout fait. « Je ne manque jamais l’occasion de soutenir le développement de ma ville, tu sais. » Ils passaient pour de vieux collaborateurs, alors qu’ils s’étaient parlés deux fois tout au plus, le philanthrope sorti de nulle part et le frère de l’ancien maire. « Je vois que tu passes une bonne soirée en charmante compagnie. » Le commentaire avait fusé, formulé avant même qu’il se dise que c’était une très mauvaise idée. Aussitôt, il le regretta quand l’homme passa un bras discret autour de la taille de la jeune femme. « J’ai de la chance, hein. Je te présente Ophélie, mais ne te fais pas d’illusions, c’est moi l’homme le plus intéressant ce soir. » Une réflexion désobligeante et orgueilleuse masquée sous la plaisanterie qui ne manqua pas d’écorcher la fierté du templier. « Enchanté. » dit-il en daignant enfin regarder Jo, la lueur assassine au fond de ses yeux clairs. Tout allait mal tourner. Elle se trouvait au milieu d’un duel qui ne la concernait pas. Qu’elle parte maintenant et peut-être se recroiseraient-ils, dans un autre contexte. Ailleurs, loin.

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

WE ARE THE WARRIORS THAT BUILT THIS TOWN FROM DUST
Can the heart become distorted, contract incurable deformities and incurable infirmities, under the pressure of disproportionate grief, like the spinal column under a low ceiling? Is there not in every human soul a primitive spark, a divine element, incorruptible in this world and immortal in the next, which can be developed by goodness, kindled, lit up, and made to radiate, and which evil can never entirely extinguish.

Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t2012-could-be-brave-or-insa
Revolutionnaires
homecoming : 19/02/2017
Messages : 1246
Louis d'or : 2347
pretty face : jlc
julius caesar : faust
the mighty bush : Pauv' humaine dans un monde de fou, trop fragile, jo, trop inconsciente et rien pour se défendre qua sa langue acérée et ses coups dans le vide.
these streets : Jo, la révo, la vox populi, qui sait rien que ce coeur ne veut lui dire, rien que les secrets qui s'entassent, les mystères, les hallucinations, des trucs qu'elle voit, qu'elle comprend pas. Jo, la scientifique sans plus d'certitudes que l'monde fout le camp.

Sujet: Re: {{ it's an artificial nocturne ✣ arthur Ven 5 Jan - 15:47 ()
one day it's fine and next it's black
« Darling you got to let me know, should i stay or should i go ? If you say that you are mine, I will be here til the end of time. »

Le faste dans la crasse se dénude à l’heure où les badauds aux dents aiguisées d’argent paradent. Des douzaines de donzelle aux ailes arrachées s’égarent à leurs bras, à leurs péchés, à leurs promesses cristallines qui mourront plus tard entre leurs crocs affamés, et jo, abandonnée à l’ivresse du frisson, s’y est mêlée. Naïve. Désespérée. D’la vérité en supplication. L’feu d’la suspicion.

Au son des violons, elle glane sa cible entre deux verres d’ambre et l’égard d’un sourire enjôleur, la belle gueule factice, l’innocence soufflée sur les traits poupins pour appâter la bête tapie derrière le costard avide. Jo, elle se fait Ophélie, héritière des folies, cils qui battent et doigts qui courent sur la cravate.
L’champagne lui glisse entre ses lèvres peintes pour charmer le Romansky, le démon aux affres maudites, aux mains qui s’égarent sur le corps de poupée dans des caresses à peine désolées. Elle retient ses grimaces, elle les transforme en moue indifférente. Les murmures se perdent au creux de l’oreille, un numéro de chambre, un air choqué, mais monsieur, vous n’y pensez pas, mais la transaction insidieuse ne peut se conclure, un chevalier interromps, vole l’attention gagnée de sa proie affamée.

Ses billes univers verrouillée sur lui, sa silhouette, ce visage étranger et familier à la fois qui évolue avec aisance parmi les costards. Son inconnu de minuit, elle y a repensé, la belle, souvent, chercher à retrouver, comme ça, au détour d’une curiosité, un nom, un indice mais l’illusion lui échappait. Il ne lui avait rien donné quand elle s’était dévoilée nue devant lui : un nom, un secret, étalée sur un plateau. Elle l’avait cru flic, celle qui traîne autant derrière les barreaux qu’entre leurs bureaux, mais sa barbe n’était nulle part dans les dossiers des employés. Alors elle s’est fait une raison, jo, elle a oublié. Elle a cru qu’elle avait oublié. Elle n’est plus sûre.

Il a la démarche nonchalante, l’arrogant, quand il approche du couple. « Arthur. Comment vas-tu ? » Une expression de surprise effleure ses traits. C’est bien sa veine, à la révo, il fallait qu’ils se connaissent. Le nom, cependant, ne manque pas de s’imprimer avec plaisir dans les méandres de sa caboche. Arthur. Comme le roi. Les deux mâles échangent les politesses et la Duval lève sa flute à ses lèvres, l’regard joueur, l’regard malice planté sur lui, à l’instar de Romansky, trop occupé à se faire vanter ses louanges pour remarquer que son jouet lui échappait tout à fait. « Je vois que tu passes une bonne soirée en charmante compagnie. » Et le bras de l’autre qui vient s’emparer de la taille pour la rapprocher, la posséder. Les dents grincent aux commentaires, plus encore lorsque le faux nom fuit.

« Enchanté. » Menace dévoilée qu’elle terrasse de sa main agile tendue. « De même, Monsieur … ? » La question n’est pas subtile, elle titille, elle joue. Ils sont sur son terrain, cette fois, elle le sait, elle le sent à la façon dont il la regarde. « Et si nous prouvions tords à Monsieur Romansky ? Vous m’aidez à trouver les petits fours ? »  Ce dernier partit d'un grand rire, l'attrapa par le bras avant qu'elle ne puisse se libérer en lui glissant quelques mots charmants murmurés d'un peu trop près et déposa à l'abri des regards quelque chose dans son sac. La gamine ne perdit son sourire factice que lorsqu'il s'excusa auprès d'Arthur et disparut dans la foule sous quelques prétextes auxquelles elle ne payait déjà plus attention, tâtant l'objet précieux du bout des doigts.

Seuls. Dans la foule. Comme deux idiots, deux maladroits qu'en savent trop et pas assez. Qu'ont que des soupçons à s'offrir, un frisson et il est déjà de partir. « J'ai imaginé beaucoup de choses sur toi, darling, mais l'idée du mystérieux philanthrope est plus séduisante encore. Alors ? Toi qui connais mon beau donateur, des squelettes dans le placard dont je devrais me méfier ? » Elle se dirige vers le bar, elle fuit, elle espère qu'il suit. Des placards, elle compte en ouvrir des tas ce soir, parce que dans le sac, la clé de la chambre d'hôtel de monsieur Romansky règne royalement. Et quelque part dans les mauvaises connexions de son cerveau irrigué à l'adrénaline, elle ne s'avoue pas l'attraction presque gravitationnelle qui la cloue ici plutôt que là-haut à se la jouer cambrioleuse de haut-vol.



_________________


We learn to hold our heads as if we wear crowns. That was how you survived when you weren’t chosen. When the world owed you nothing, you demanded something of it anyway.
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t372-holding-hands-while-the
Templiers
homecoming : 30/10/2016
Messages : 1399
Louis d'or : 1704
pretty face : Jake Gyllenhaal
julius caesar : babine
Allegeance : Puisqu'il est ni plus ni moins le chef de clan des templiers, il se doit d'être un exemple de loyauté. C'était pourtant mal parti, lui l'électron libre, l'âme rebelle dans une famille qui ne vivait que pour le devoir envers autrui. Aujourd'hui, tous les regards et toutes les craintes sont rivés vers lui et il se doit alors de représenter l'union au sein de l'Ordre. Néanmoins, il met un point d'honneur à ne pas être l'homme derrière le bureau, celui qui tire les ficelles depuis son nuage paisible. Il met la main à la pâte et entend donner à son camp une efficacité jamais atteinte autrefois .

Sujet: Re: {{ it's an artificial nocturne ✣ arthur Lun 15 Jan - 20:51 ()
One day it's fine and next it's black
So if you want me off your back @Jo C. Duval
Même en sa présence, Jo ne se débarrassait pas de son masque. Elle continuait de siroter son verre, sans perdre une seule seconde de l’échange. Elle enregistrait la moindre information, analysait l’entente cordiale entre les deux hommes. Il le lisait dans ses yeux noisette, la curiosité malsaine, la délectation de voir tout venir à elle. Et malgré son sourire, Arthur fulminait. Il fit mine de la trouver à demi-intéressante, lui rappelant qu’il n’était pas là pour elle, mais elle se plaisait à jouer le rôle de l’inconnu. Elle laissa le Monsieur en suspens, cherchant peut-être à quérir un nom de famille qu’il ne lui offrirait pas. « Arthur, oui. » Alors qu’il choisit de revenir à son objectif principal, c’est-à-dire être l’ombre de Romansky jusqu’à ce qu’il fasse un faux pas, l’intrigante en décida autrement. Elle lança une remarque qui, il en était sûr, piqua l’orgueil du démon, même s’il se départit d’un rire. Dans un dernier élan de possessivité malsaine, ce dernier s’approcha beaucoup trop près de la jeune femme pour lui glisser quelques mots ainsi qu’un objet dans son sac, à la manière d’une récompense. La carte magnétique qui devint la propriété de Jo ne manqua pas de susciter l’intérêt d’Arthur. Peut-être qu’elle venait de lui faciliter la tâche, indirectement. Tout se passa trop vite pour qu’il ait le temps de réagir, il n’eut même pas le temps d’accepter qu’il se retrouva seul avec la jeune femme. Le démon venait de filer, certainement en quête d’admiration ou d’une autre proie féminine. Jo venait d’éloigner l’homme qu’il était justement venu chercher. Si elle avait voulu faire exprès, elle n’aurait pas pu faire mieux. Pourquoi avait-elle choisi ce moment pour réapparaître ? Ne l’avait-elle déjà pas oublié ? Ne pouvait-elle pas restée tapie une soirée de plus, rien qu’une ? « Eh bien, je suppose que j’ai aussi envie de petits fours. »

Comme une mauvaise habitude qui revenait au galop, Jo affubla le roi du surnom instinctif. Le darling qui rappelait la danse passée, l’explosion manquée. Rien n’avait été oublié donc. Arthur la suivit jusqu’au bar, sans même réfléchir. Elle attisait sa curiosité, le besoin d’en savoir plus sans savoir pourquoi. Il se maudissait déjà. « Et tu imaginais quoi ? » demanda-t-il avant d’apostropher un serveur et de redemander une flûte de champagne pour chacun. Avec Jo, l’imagination s’emballait toujours trop. Lui qui avait percé au grand jour la criminelle aux accents revendicateurs se surprenait à vouloir toujours creuser plus loin. « En fait, mon vrai nom, c’est James Bond. À ton avis, pourquoi le costard me va si bien... » murmura-t-il, comme sur le ton d’une confession. Les verres furent déposés devant eux, accompagnés d’un plateau de petits fours. Le gourmand s’en saisit d’un pour l’engloutir d’une bouchée. Arthur poursuivit sur la voie de la métaphore et du mensonge. Après tout, elle était toujours là au mauvais moment, il y avait peut-être bien une raison – une qui ne manquerait pas de lui déplaire, si jamais. Il s’appuya contre le comptoir, face à la foule de badauds. « Et ton beau donateur comme tu l’appelles, on va dire que c’est le docteur No. Un homme beaucoup trop ambitieux pour ne pas semer le trouble là où il passe. Je te conseille de garder tes distances, il ne ferait qu’une bouchée d’Ophélie. » Arthur tourna son visage vers Jo. Il la préférait presque sous les néons rouges, telle la biche effarée, surprise au naturel. Ici, elle avait beau se fondre dans la masse, il y avait quelque chose qui ne collait pas. Une fois de plus, il avait l’impression d’être le dindon de la farce. Pourtant, c’était lui le maître des soirées mondaines, Leroy parmi la noblesse superficielle. Elle avait pénétré dans son territoire et il n’avait pas l’intention de se laisser distraire. Il acheva sa flûte d’une traite, pour se donner du courage et en reposant son verre, il se tourna de nouveau vers Jo. Il avait comme une envie de rester là et de se complaire dans le faste jusqu’au bout de la nuit, mais ce n’était pas possible. « On fait un truc. Je te fais danser à t’en faire tourner la tête, puis tu me remercies en me donnant la carte que le monsieur t’a filée. Ça me sera plus utile qu’à toi. » Il laissa son index s’égarer en direction de son sac à main. Hors de question qu’elle s’approche de lui à nouveau. C’est pour le business, qu’il se disait.
- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

WE ARE THE WARRIORS THAT BUILT THIS TOWN FROM DUST
Can the heart become distorted, contract incurable deformities and incurable infirmities, under the pressure of disproportionate grief, like the spinal column under a low ceiling? Is there not in every human soul a primitive spark, a divine element, incorruptible in this world and immortal in the next, which can be developed by goodness, kindled, lit up, and made to radiate, and which evil can never entirely extinguish.

Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t2012-could-be-brave-or-insa
Revolutionnaires
homecoming : 19/02/2017
Messages : 1246
Louis d'or : 2347
pretty face : jlc
julius caesar : faust
the mighty bush : Pauv' humaine dans un monde de fou, trop fragile, jo, trop inconsciente et rien pour se défendre qua sa langue acérée et ses coups dans le vide.
these streets : Jo, la révo, la vox populi, qui sait rien que ce coeur ne veut lui dire, rien que les secrets qui s'entassent, les mystères, les hallucinations, des trucs qu'elle voit, qu'elle comprend pas. Jo, la scientifique sans plus d'certitudes que l'monde fout le camp.

Sujet: Re: {{ it's an artificial nocturne ✣ arthur Lun 12 Mar - 17:08 ()
one day it's fine and next it's black
« Darling you got to let me know, should i stay or should i go ? If you say that you are mine, I will be here til the end of time. »

Il est sans concession, dans son costume trois pièces, la barbe taillée, les cheveux tirés. Il se fait sévère, impénétrable, il n’offre rien le gentleman qu’une façade et un prénom. Arthur. Litanie qui tourne en rond dans le crâne, qu’accapare l’esprit, la détourne du russe, de la mission, de la connerie qui brûle au bout de ses doigts. Il s’appelle Arthur. Ses opales farouches fixées sur sa gueule de velours.

Alors elle se reprend, elle joue, la miss bond, envoie Romansky au loin tout en sachant qu’il lui reviendra comme attaché à un élastique, non sans un cadeau dans son sac à main. « Et tu imaginais quoi ? » Elle hausse les épaules, hors d’œuvres entre les dents, la belle réajuste la bandoulière sur son épaule. Qu’est-ce qu’elle a imaginé, jo, qu’est-ce qu’elle a fantasmé derrière les deux lunes brunes aux mystères étouffés. La soirée, c’est l’boom boom des enceintes et du palpitant quand il a chopé sa main, c’était l’moment pur, celui où ya pas de passé ni de futur, alors jo elle a jamais imaginé que des fantasmes qui s’estompe avec le temps, dans la magie, dans l’souvenir intact et unique. « Oh tu sais, rien qui ne sorte de l’ordinaire. Sans doute flic, ou pompier, un type avec des valeurs, à ne pas laisser une terroriste s’échapper, même en-dehors des heures du bureau. Et une cape la nuit, bien sûr. » Sourire mièvre, elle enrobe sa vérité de plaisanterie, la gosse. Perchée sur ses talons aiguilles, et pourtant il la dépasse encore d’une bonne tête l’affreux, et elle qui joue l’menton tendue. « En fait, mon vrai nom, c’est James Bond. À ton avis, pourquoi le costard me va si bien... » ça lui coupe l’souffle, ça lui coupe l’ophélie en elle et jaillit la jo parce que ça la fait pouffer. Elle s’reprend, elle essaie de cacher sa surprise et les gloussements derrière ses yeux qui brillent. Elle a bu qu’une coupe d’champagne, la révo, mais elle a l’impression d’être sous une pilule acidulée d’un autre niveau. « J’aurai dû m’en douter, la double identité te va au teint. » Et elle vient remettre sa cravate en place pour appuyer les mots. Putain oui, le costard lui va bien. Et l’identité secrète. Le double jeu. Mais ça, c’est un murmure entre eux.

Le serveur ramène leur coupe et petits fours pour le plaisir des papilles. Elle suit l’exemple, elle enfourre ses saucisses pour riche entre ses lippes rouges alors qu’il en revient à leur présent problème, monsieur aux quatre épingles qui gigotait de l’autre côté de la salle de bal. « Et ton beau donateur comme tu l’appelles, on va dire que c’est le docteur No. Un homme beaucoup trop ambitieux pour ne pas semer le trouble là où il passe. Je te conseille de garder tes distances, il ne ferait qu’une bouchée d’Ophélie. » Un hmm lancinant, merci insouciant pour l’information. S’il ne lui apprend rien qu’elle ne se doute déjà, il effleure ses propres vérités, il se place sur son échiquier.  Portant la flute à ses lèvres, elle se délecte des bulles. Elle a l’air désabusée, déçue, la princesse, mais sous le fard et les épingles tirées dans la masse sombre, elle a les desseins qui se forment. « Ophélie aime l’ambition et le trouble, ça a tendance à la suivre un peu partout. » Qu’elle soupire enfin dans un haussement d’épaule. La révo, elle sait plus comment vivre sans le ballet entêtant d’une vie à cent à l’heure, d’une vie incertaine, d’une vie sur le fil, d’une vie en vrille. Et ça lui fait peur, mais pas ce soir, pas quand elle a la vengeance et le désespoir tout accroché à une seule victime. Pas quand il est si proche, l’docteur No. Elle est prête à se damner toute entière, et elle est seule, et elle est peut-être en tort, mais c’est une kamikaze en haute-couture qu’a pas encore les yeux assez en cœur pour l’oublier.

Il vide son verre d’un coup sec, Arthur, et lorsque ses opales ténébreuses se reposent sur elle, il perce les carapaces, il coupe l’souffle une seconde. « On fait un truc. Je te fais danser à t’en faire tourner la tête » Esquisse d’un sourire. « puis tu me remercies en me donnant la carte que le monsieur t’a filée. » Déception cruelle. « Ça me sera plus utile qu’à toi. » Son index dangereusement proche de son sac à main et sa clé acquise après une heure de compliments sexistes et de séduction diminutive, de sourire factice à s’en faire vomir, Arthur révèle son jeu. Il la manipule. Plus encore qu’elle ne le pensait. Il se joue d’elle. Ils sont après la même chose, la même personne, elle aurait dû le savoir. Elle se sent stupide, jo, les fauves qui jugent, qui jaugent. Mais elle laisse rien paraître, pas tout de suite, parce qu’elle prend son temps, parce qu’elle enlace son cou de ses doigts, entremêle quelques mèches de ses cheveux derrière sa nuque et à son oreille, susurre : « Mince, moi qui pensais que je te faisais plus d’effets que Romansky. » Elle est terrible, elle l’a toujours été la belle, mais ça n’a jamais été aussi acide sur la langue. Ya comme un bout d’âme écorché à l’intérieur. Elle recule, redresse sa robe, sort la clé de son sac. « Parfois les James Bond girls se passent de James Bond. » La reine se fait glace. La clé disparaît dans le décolleté et la belle dans la foule qui s’élance dans une valse, agile féline.

La musique, les silhouettes, la valse, le souffle court et erratique, les pourquoi, la course contre la montre, contre lui, qu’elle vient d’enclencher, jo elle se prend les pieds dans des fils, elle se prend les pieds dans son chaos. Pis ça tourne, ça tourne autour d’elle. Entre les arabesques du bal, les lustres pleurent leurs éclats faibles sur sa crinière aux teintes chocolats. Pis enfin, elle arrive à l’autre bout de la salle, en haut des marches sous l’alcôve menant à l’hôtel qui organise la soirée faste. S’arrêtant une seconde, les ambres sautent d’un invité à un autre afin de  vérifier que Romansky est toujours en grande discussion avec quelques gentlemans importants. Dans le procédé, c’est la silhouette d’Arthur qui se tatoue sur ses rétines, méfiance, prédatrice, curiosité, invitation, envie s’y mêlent. Elle est là. Tu l’as vu, tu sais où elle va. Rejoins-la. Vite. Parce qu’elle a déjà appuyé sur le bouton de l’ascenseur et qu’il ne reste que quelques secondes pour la rejoindre à l’intérieur.  




_________________


We learn to hold our heads as if we wear crowns. That was how you survived when you weren’t chosen. When the world owed you nothing, you demanded something of it anyway.
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t372-holding-hands-while-the
Templiers
homecoming : 30/10/2016
Messages : 1399
Louis d'or : 1704
pretty face : Jake Gyllenhaal
julius caesar : babine
Allegeance : Puisqu'il est ni plus ni moins le chef de clan des templiers, il se doit d'être un exemple de loyauté. C'était pourtant mal parti, lui l'électron libre, l'âme rebelle dans une famille qui ne vivait que pour le devoir envers autrui. Aujourd'hui, tous les regards et toutes les craintes sont rivés vers lui et il se doit alors de représenter l'union au sein de l'Ordre. Néanmoins, il met un point d'honneur à ne pas être l'homme derrière le bureau, celui qui tire les ficelles depuis son nuage paisible. Il met la main à la pâte et entend donner à son camp une efficacité jamais atteinte autrefois .

Sujet: Re: {{ it's an artificial nocturne ✣ arthur Dim 18 Mar - 22:04 ()
One day it's fine and next it's black
So if you want me off your back @Jo C. Duval
Arthur ignorait si l’impression qu’il lui avait donnée était semblable à l’empreinte qu’elle avait laissée sur lui. Il avait tendance à regrouper les événements, à sentir une réciprocité qui n’existait peut-être pas. Elle pouvait bien être déçue, l’imaginer sauveur de ses dames alors qu’il avait plutôt sauvé tout le monde de la dame. Il n’avait rien de grandiloquent, Arthur. Si son patronyme laissait entendre qu’il n’avait certainement jamais manqué de rien, le fils cadet s’était toujours fait discret. S’il lui avait dit qu’il n’était qu’un professeur d’histoire passionné de théologie et mythologie, là elle aurait sans doute préféré l’illusion à la réalité. Il aurait pu la bercer de rêves et d’aventure en lui révélant sa véritable identité. En lui glissant qu’il s’appelait James Bond, il assimilait quelque peu le mythe à la vérité. Il n’en était pas loin si on réfléchissait... C’était sans doute une des raisons pour lesquelles l’Ordre ne s’était encore jamais révélé au grand jour. Il y aurait trop de suppositions et de conclusions hâtives sur leur statut ou leur activité pour être acceptés. Les gens se feraient des idées et les prendraient soit pour les saints sauveurs, soit pour des imposteurs incapables. Dans les deux cas, ce n’était pas profitable. L’Ordre était voué à demeurer dans l’ombre, chevaliers invisibles qui maintenaient la Terre à flots. Arthur préférait se targuer d’une identité fictive, dans l’espoir qu’elle y lise le jeu bien plus que le sérieux. Elle offrit son rire à ses yeux azur qui ne voyaient qu’elle. Elle se moquait de lui, le prenait pour un fou, tandis qu’elle s’engouffrait dans la mascarade. Il la laissa remettre sa cravate en place, tout en sachant qu’elle était déjà parfaitement nouée. L’éclat dans ses iris était-il le même qui agitait ses entrailles ? Avait-elle, elle aussi, l’impression d’être plongée dans un monde virtuel où tous deux étaient invincibles ? Libres d’agir comme bon leur semble, car le monde était à portée de main. L’homme voulait y croire à cette illusion qu’il s’était créé, lui faire croire que tout autour d’elle était futile, alors qu’elle avait alpagué sa dangereuse cible quelques minutes auparavant. Elle lui avait mâché le travail et c’était à lui de la remercier en lui épargnant un risque inutile. Le paternalisme ponctuait sa voix qui lui disait d’abandonner la cible. Elle n’avait pas les épaules, il voulait lui faire comprendre, tout en ignorant le fait qu’elle avait justement les épaules pour obtenir ce qu’elle voulait de Romansky. À ce jeu-là, elle était certainement plus forte que lui. Et il avait la désagréable impression qu’elle était en train de reporter sur lui toutes les fausses mimiques qu’elle avait réservées pour le riche monsieur.

Alors, le Chevalier du Roi se fit d’autant plus droit, royal, dominant pour essayer de reprendre le contrôle. Il énonça les faits comme si c’était déjà acquis, comme si elle obéirait sans broncher. Mais il oubliait que c’était la rébellion incarnée, la petite poseuse de bombe qui n’avait pas peur de se brûler les doigts. Il suffisait qu’il dise blanc pour qu’elle crie noir, qu’il demande le calme pour qu’elle lui serve la tempête. Peut-être qu’au fond, c’était cette insolence qu’il cherchait de nouveau, celle qui lui avait fait tourner la tête dans ce bar miteux. Il se tirait une balle dans le pied, et le pire, c’était qu’il n’en avait absolument rien à faire. Quand ses doigts vinrent taquiner les mèches rebelles derrière sa nuque, Arthur réprima la moindre réaction physique. Il s’efforça de rester concentré puisque, d’une minute à l’autre, il l’emmènerait danser. Il pouvait bien lui accorder cet instant, elle lui avait mâché le travail en obtenant dignement ce pass pour la chambre d’hôtel. Il ne cilla pas quand ses lèvres accaparèrent son oreille, réprimande pour cet ordre jeté aux oubliettes. Il n’arrivait même pas à sourire, sachant ce que cette réplique sous-entendait : elle ne l’écouterait pas. Aussi vite qu’elle s’est approchée de lui, voilà qu’elle s’éloigne enfin. Elle agita le Graal sous son nez et autoproclama son indépendance. Le regard frustré suivit l’objet jusqu’à son refuge interdit avant que la belle ne lui fasse faux bond.

De marbre, Arthur regarda la silhouette filer, danser entre les corps sans âme agglutinés au milieu de la salle de réception. En valait-elle la peine ? Pouvait-il trouver un autre moyen d’entrer ? Le templier regorgeait de solutions, mais il avait l’instinct obstiné. Il refusait qu’elle lui échappe une seconde fois. Il aperçut vite fait un pans de robe, une mèche au vent, une épaule en fuite, tandis qu’il essayait d’évaluer sa destination. Enfin, elle lui apparut à l’autre bout de la pièce, défiance incarnée. Elle avait piqué le véritable Arthur, celui qui ne réfléchissait plus. Elle lui tourna de nouveau le dos pour disparaître pour de bon et l’homme s’élança. Coups de coude et jeux d’épaules furent nécessaires avant qu’enfin il soit libéré de la foule. Il leva la tête et les portes se refermaient déjà. Un dernier coup d’œil à Romansky et Arthur s’empressa de la rejoindre, se glissant fébrilement entre les portes de l’ascenseur. Il manqua de la bousculer dans son élan et se rattrapa de justesse. « Dans quel film elle parvient véritablement à lui échapper ? » demanda-t-il, le souffle court, jouant des métaphores Bondiennes afin de percer à jour ses véritables desseins. Il n’irait pas chercher de lui-même la clé qui ouvrirait la porte magique, elle le suivrait bien assez vite. Il joua de sa carrure imposante pour l’acculer, réaffirmant son rôle de leader. « Si je te dis de ne toucher à rien, tu vas foutre un bordel monstre. C’est comme ça que tu fonctionnes, non ? » L’hypothèse acerbe cherchait à éroder l’égo de la biche, pour mieux protéger sa propre fierté. Le ding salvateur survint assez tôt, car Arthur n’aurait pas supporté une minute de plus dans cette cage d’ascenseur. Bien trop heureux de s’extirper le premier, il prit ses aises dans le couloir, les bras levés en croix. « Guide-moi, James Bond girl, montre-moi la raison pour laquelle tu as vraiment fait bonne impression auprès du golden boy d’en bas. » Tout, mais pas une autre bombe. Elle l'ignorait encore mais dès que le bouton vert de la porte s'illuminerait, la mini-caméra au cœur de sa montre se mettrait en marche.
- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

WE ARE THE WARRIORS THAT BUILT THIS TOWN FROM DUST
Can the heart become distorted, contract incurable deformities and incurable infirmities, under the pressure of disproportionate grief, like the spinal column under a low ceiling? Is there not in every human soul a primitive spark, a divine element, incorruptible in this world and immortal in the next, which can be developed by goodness, kindled, lit up, and made to radiate, and which evil can never entirely extinguish.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
oh, look what you made me do

Sujet: Re: {{ it's an artificial nocturne ✣ arthur ()
Revenir en haut Aller en bas
 
{{ it's an artificial nocturne ✣ arthur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Un article pour le Roi Arthur !!!
» Escapade nocturne [Galyana]
» Entretien nocturne [Ashenie de Sephren]
» Combat nocturne ou dans des lieux plus que sombres.
Ready for it ?
Are you
i see how this is gonna go, touch me & you'll never be alone

a game of shadows :: Paris :: Nord-ouest :: Premier arrondissement