boom bitch
Après un week end de liane foly, le forum ouvre ses portes !
Pour tout savoir sur les news de cette version, c'est par .
are you ready for it ?
Un cavalier de l'apocalypse, une pénurie inédite, un trésor chelou de ouf et surtout la fashion week...
Venez découvrir l'intrigue et ses quêtes ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 Witch Hunt (Noé)
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dieux
homecoming : 30/12/2017
Messages : 83
Louis d'or : 627
pretty face : delevingne
julius caesar : (c) DΛNDELION
legends never die : monstre enchaîné à la rage décuplée, tourbillon des flots, épilogue précoce à la vie des marins.
the mighty bush : liquéfaction, garant d'la liberté retrouvée.
métamorphose, l'monstre caché sous les traits d'la normalité.
Allegeance : carbonisée, elle pourrit encore au fond du détroit de Messine.

Sujet: Witch Hunt (Noé) Dim 7 Jan - 22:30 ()
Witch Hunt
Everyone loves a witch hunt as long as it's someone else's witch being hunted
C’est l’silence assourdissant qui vient lui vriller les tympans, parce qu’à part le frottement d’ses baskets sur l’bitume, y a rien pour faire vibrer l’air, personne pour s’balader dans l’cimetière de Paname. Les tombes sont vides, immeubles en décomposition qu’attendent l’bon moment pour s’effondrer dans l’indifférence, il pue la mort c’quartier, aussi bien passée que future. Et c’est peut-être ça qui lui plaît, l’effet sordide d’un décor post-apocalyptique, dans lequel y a pas besoin d’masque pour cacher la gueule du monstre, parce que la majorité d’ceux assez fous pour crécher ici abreuveraient l’sol d’votre hémoglobine pour trois bouts d’pain, pour trois fois rien. Manque sûrement un peu d’flotte pour qu’la naïade soit pleinement dans son élément, mais elle s’dit que c’est qu’une question de temps, vieille promesse faite avant l’déchirement du ciel qu’elle compte mener à bien. Toujours les grolles qui traînent sur le sol, habitude de merde qu’elle a chopé sans trop savoir comment. La blonde trace sa route, les pupilles hyperactives qui s’accrochent aux détails immobiles du quatorzième, accompagnée par sa silhouette que dessinent les rayons d’lune. Elle avance sans avoir à réfléchir, l’trajet vers sa destination connu sur l’bout des doigts, l’cerveau en auto pilote, l’habitude entrelacée dans les neurones, jusqu’à s’pointer devant la maison squattée par la nymphe, et à d’bien nombreuses occasions, par Charybde également. Elle s’fait même pas chier à marteler son poing contre la porte, de toute façon, les touffes de poils ont déjà dû sentir sa présence. Coup sur la cliche, elle rentre l’air de rien, laissant juste un léger bruit de claquement derrière elle. « Scylla ! On sort. ». Quelques pas qui frottent avant de s’arrêter, puis les iris qui dansent, tournant autour des cabots aux noms jamais retenus, aux références jamais comprises malgré les explications répétitives de sa partenaire de galère, avant d’finalement s’poser sur les courbes de la nymphe. « Amène ta meute et ton sac à main ambulant. J’ai une surprise pour toi. ». Qu’la naïade balance, avant de tourner les talons vers la sortie, pour éviter d’se prendre une réflexion sur sa description des animaux présents.

Elles passent un temps relativement long à battre le pavé, avant d’se retrouver dans un coin paumé de quatorzième, enfin, plus paumé qu’le reste. Et finalement, la naïade se stoppe, au milieu de presque rien. Les lippes qui s’étirent comme un gamin venant d’comprendre qu’on l’emmène pas chez mamie Brigitte, mais qu’on lui offre un tour à Disneyland, elle pointe l’index en direction d’une échoppe d’l’autre côté de la rue. « J’ai trouvé ta sorcière ». J’ai trouvé ta revanche. Elle lui offre sur un plateau, cette justice tellement désirée, comme pour lui prouver qu’elle serait capable d’retourner Paname sans la moindre hésitation, parce que c’est Scylla et Charybde et que l’reste peut cramer. « Y a une rumeur chez les cornus, comme quoi la meuf qui gère c’truc s’fait son blé en vendant diverses drogues à qui peut se les payer. ». Puis y a pas que ça, faut rajouter l’nom tout juste déchiffrable qu’orne la devanture : phármakos, et l’fait que pour maintenir les apparences, la boutique est considérée comme une animalerie, ou c'qu'il en reste. Charybde, elle est trop fière d’sa trouvaille, tellement qu’elle s’imagine même pas une seule seconde que l’destin est simplement en train de s’foutre de sa gueule. Son cerveau, au monstre, il voit des preuves, et les met bout à bout comme un gamin à qui on viendrait d’apprendre les additions. Manque que l’plus important, des aveux, d’la violence et une justice mise en suspens depuis trop longtemps. « C’est toi qui gères maintenant. ». Et la naïade qui plonge son regard dans celui d’la nymphe, toujours l’sourire figé sur le visage, à attendre de voir l’enchaînement des prochains événements.

- a game of shadows, shall we play ?  -


@Noé S. Pradel
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t4325-animal-impulses-noe
Dieux
homecoming : 04/10/2017
Messages : 172
Louis d'or : 1791
pretty face : ana de armas
julius caesar : morrigan (av) matt (code sign) of-serpents.tumblr + BONNIE (img sign) kiri (crack)
the mighty bush : contrôle des peurs elle plante les phobies dans le crâne et aspire les craintes à la paille.
contrôle des animaux longtemps enroulée dans les spirales d'écailles et les manteaux de poils, Scylla a gardé cette connexion particulière avec les chiens et les serpents. Ces animaux autrefois greffés au corps et à l'esprit de la nymphe sont les deux seules espèces qu'elle arrive à contrôler sur terre.
Allegeance : Y'a pas de ligne de conduite précise. Scylla, c'est l'âme neutre à convaincre, la page blanche à écrire.

Sujet: Re: Witch Hunt (Noé) Mer 10 Jan - 23:20 ()


Look outside, the wilderness. The wilderness is calling our names. The blackest skies, the daunting stars.The desert sun, melting our cold hearts.
@Paris Osmane
Un bout d'pain arraché à un mortel richou qui a fait l'erreur de croiser le chemin de la nymphe. Une peur figée dans l'coeur, la peur paralysant les muscles et y'avait plus qu'à se servir. Obligée de flâner dans les quartiers les plus riches pour s'nourrir, contrainte de se trouver d'autres pigeons à plumer au poker, elle trouve que ça pue de plus en plus la merde. Puis y'a cette chaleur anormale. Puis y'a cette baisse de puissance des pouvoirs. Et il fait quoi tonton Zeus bordel ? Encore à faire joujou avec son éclair coulé dans d'la bouse ou bien qu'elle demande à Audrey Toutou. Mais y'a rien dans ses opales stériles, y'a juste les oreilles qui se dressent au nom de Zeus.
Un bout d'pain déjà gobé, et un Cujo qui s'agite prêt de la porte. Y'a pas de grognements, y'a pas de danger.
Le dernier bout d'pain en stock à peine avalé et un « Scylla ! On sort. » Et Charybde qui débarque dans le salon, devant une Scylla plantant les doigts sur son T-shirt pour récupérer les miettes et les déposer sur la langue. « Tu m'invites au restau ? » Elle est déjà debout la nymphe, déjà prête à suivre l’acolyte à jambes, les pattes des six chiens s'agitant autour d'elle. Un pas en avant, elle pourrait la suivre à l'autre bout du monde si elle le lui demandait. Avec les bons mots. Ou jute avec des mots. Y'a qu'elle et le surnat caché dans le frère de Noémie qui ont le privilège de posséder cette absence de méfiance de la part de Scylla. Un automatisme qu'elle cherche rarement à effacer. Parce que c'est Charybde. Parce que c'est encore elle la co-gardienne du détroit de Messine. Et que ces années de merde, à faire craquer les os des matelots parce que y'a rien d'autre à foutre, ça s'oublie pas.

« Amène ta meute et ton sac à main ambulant. J’ai une surprise pour toi. » « Hey ! Brad n'est pas un... » Un soupir dans la bouche face au à la brise laissée par la silhouette de Charybde déjà partie.
Le collier d'écailles attrapé, elle s'en va évidemment suivre Charybde avec toute sa horde trottinant derrière elle.

Et elle pose pas de question. Mais elle s'empêche pas de se plaindre. De la météo. De Circé. De la grande sœur de Noémie. Elle s'agite, parce qu'elle a pas entendu le mot « discrétion ». Alors elle se gêne pas, y'a personne pour l'entendre toute façon. C'est d'ailleurs pour ça qu'elle a choisi ce quartier. Elle se gêne pas jusqu'à essayer de foutre Brad sur les épaules de la blonde sous la mélodie idiote de son rire. Jusqu'à ce que la marche s'arrête. Et puis y'a une Scylla un peu perplexe qui zieute les alentours. « Quoi ? J'vois pas de restau ici. » Ou de repère d'anges à déplumer là où l'doigt de Charybde pointe.
Y'a rien.

« J’ai trouvé ta sorcière » Deux secondes pour être sûre de pas avoir rêvé ces quelques mots. Elle s'retourne brusquement sur Charybde. Deux secondes pour lire le visage de la blonde. Le sourire s'élargit. Les flammes s'allument au fond des rétines. Et elle s'met déjà à piétiner sur place la gamine. « Sérieux ? Juste là ? » Un pas en avant. Un deuxième. Elle sautille presque la gosse.Juste là. Son obsession. Son cauchemar à abattre, à ligoter, démembrer, torturer. Son bourreau à punir. Une jalousie mal placée à faire claquer comme un boomerang portant le nom Karma.
Juste là putain.

La tête se dévisse encore une fois vers la naïade. « Ici ? » La main pointe dans la même direction que le doigt y'a une minute. Elle veut s'assurer. Elle veut y croire.
Parce qu'enfin. ENFIN putain. Circé découverte. Circé bientôt entre ses griffes.

« Y a une rumeur chez les cornus, comme quoi la meuf qui gère c’truc s’fait son blé en vendant diverses drogues à qui peut se les payer. » Alors Madame n'a pas perdu la main avec ses poisons hein ? Putain de divinité enchanteresse qui joue trop à l'apprentie chimiste. Oui apprentie, parce que Scylla, elle veut pas lui donner trop d'valeur. Pas plus qu'elle lui en accorde déjà. Son existence lui bouffe déjà la moitié de son crâne.

Puis elle s'perd dans les scénarios morbides et macabres pour faire tomber la justice sur cette garce, sa justice.
Boum.
Évidemment, elle a toute sa clique... mais elle s'imagine lui faire avaler ses venins encore dans les fioles... ou bordel, juste pouvoir lui planter la peur de Scylla dans les prunelles. Juste ça pour commencer. D'abord ça et après … « C’est toi qui gères maintenant. » L'échange de sourires malsains passé, elle galope jusqu'à la bâtisse. Un merci presque hurlé qu'elle aurait pu murmurer avec tout l'amour du monde comme disent les mortels.

Vengeance. Justice. Deux mots qui se répètent, encore et encore alors que Cujo défonce la porte déjà bancale.
Vengeance. Justice. Une silhouette là bas. Et six chiens qui se ruent dessus. Circé plaquée au sol. Circé qui s'débat qu'avec ses bras d'humaine. Mais le tapis d'poils est plus fort. C'moins facile sans tes potions hein ? Et Scylla qui s'approche doucement, Brad ondulant derrière elle avant de la dépasser pour s'enrouler autour de la nuque du bourreau devenu victime.

Le monstre, il courbe bientôt l'échine sur le visage rosie par l’étranglement. Les lèvres étirées, les feux d'artifice qui pètent dans les mirettes, elle admire la peau gonfler lentement.
Vengeance. Justice. Les écailles se ressert. Le rouge gagne les opales. « Tu viens admirer le spectacle ? » qu'elle balance à Charybde. La merveilleuse Charybde. La bienfaitrice. La salvatrice. Bientôt Scylla pourra enlever ses chaînes rouillées qui la lient à la sorcière. Parce que bientôt la justice sera faite. « T'as pas l'droit de manquer ça. »

Vengeance. Justice. Et Scylla qui crée la peur de son portrait. Et Scylla qui la plante dans les veines. Elle la voit maintenant dans les opales de Circé. La terrible Circé effrayée par l'monstre qu'elle a créé. Putain de tableau magnifique, de ceux qu'elle accrocherait bien au dessus de son canapé. De ceux qu'il faudrait foutre dans un bouquin sur la jalousie et ses dix milles conséquences. À la fin. Pour illustrer la morale. La photo de ce visage qui s'déforme. « Alors Circé ? On se sent impuissante sans ses poisons ? » Elle essaye de faire non de la tête. Il lui semble. Brad la câline trop fort pour qu'elle puisse faire craquer sa voix ou bouger son minois rouge. « Quel miracle que tu puisses pas mourir hein ? » Une bénédiction, la torture peut être éternelle oui.

Elle s'en va fouiller l'endroit, à la recherche des fioles de Circé. « Aide moi à trouver ses potions de druide ou j'sais pas quoi. » qu'elle demande à la naïade, les rétines imprimant encore une seconde la scène avant de s'éloigner. Elle s'en fait pas pour le saucisson pris entre la poussière et les animaux. Elle a l'temps de souffrir tranquillement dans l'coin.

Un placard d'ouvert, un deuxième. Quelques coups d’œil à la sorcière. Et au troisième, elle choppe Charybde au passage. « Dis tu trouves pas ça bizarre qu'elle se défende pas plus que ça ? Qu'on soit pas déjà transformées en crapauds ou en canards ? J'sais pas si c'est l'excitation, mais ça me paraît trop facile. »

_________________

Scars
Shine razor eyes before the walls come down. Wilder than lions, louder than sound. The birds and the bees are getting older now. There’s a cold breeze blowing over my soul.
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dieux
homecoming : 30/12/2017
Messages : 83
Louis d'or : 627
pretty face : delevingne
julius caesar : (c) DΛNDELION
legends never die : monstre enchaîné à la rage décuplée, tourbillon des flots, épilogue précoce à la vie des marins.
the mighty bush : liquéfaction, garant d'la liberté retrouvée.
métamorphose, l'monstre caché sous les traits d'la normalité.
Allegeance : carbonisée, elle pourrit encore au fond du détroit de Messine.

Sujet: Re: Witch Hunt (Noé) Dim 14 Jan - 17:29 ()
Witch Hunt
Everyone loves a witch hunt as long as it's someone else's witch being hunted
Y a l’silence qui s’empierge, qui vient s’péter les dents sur l’bitume desséché, parce qu’il est pas assez puissant pour stopper l’flot d’paroles qu’on lui envoie dans la gueule. Syllabes qui s’enchaînent sans discontinuer, y a pas d’réponses aux complaintes qui volent dans les airs, parce que la nymphe entretient la conversation pour deux, alors quelques hochements d’tête et plissages d’yeux suffisent. Y a bien que quand elle sent les écailles tenter d’se faire une place sur ses épaules que ses cordes vocales s’décident à vibrer, lâchant quelques invectives à l’encontre d’l’animal et d’sa maîtresse, mots qui passent difficilement la barrière d’ses lèvres. C’est une forme de soulagement quand l’cortège s’arrête aussi brusquement qu’il avait commencé sa marche en avant, la perplexité engendrée laissant reprendre au silence son royaume. Elle a juste balancé quelques mots, la naïade, mais elle peut déjà voir les yeux d’la brune s’enflammer pour la situation à venir. « Sérieux ? Juste là ? » Elle a toujours l’sourire qui lui tire sur les lippes, Charybde, alors qu’elle bouge lentement la tête pour lui confirmer. « Ici ? » C’est comme si elle voulait pas y croire, que l’cadeau semblait trop beau, trop sorti d’nulle part pour pas qu’il s’évapore au moment où la nymphe tenterait d’y poser l’doigt. Impossible d’lui reprocher, elle aurait sûrement la même réaction si on l’amenait devant une cahute foireuse pour lui dire que l’vieux barbu l’attendait sagement à l’intérieur. « Ouais » qu’elle répond sobrement, avant d’se lancer dans une explication minimaliste, histoire d’convaincre sa partenaire. Y a quelques secondes de flottement, Scylla qui semble foutre la réalité d’côté pour s’perdre dans ses pensées. Suffis que d’quelques mots pourtant pour qu’les pupilles des monstres viennent de nouveau s’accrocher. Échange de sourires qu’annoncent rien d’bon à venir pour la victime désignée, et la nymphe qui part à l’assaut d’sa vengeance.

Charybde qui lui emboîte le pas, d’une manière bien plus lente, d’façons à rester légèrement en retrait du bordel naissant, parce que c’est plus son œuvre, alors elle s’contente de jouer les spectatrices, prête à encourager la moindre décision d’la nymphe comme une foule en folie. À peine qu’elle fou en pied sur l’bois miteux qui compose le sol, qu’elle peut déjà voir l’armée des quatre pattes entraver la sorcière pendant que les écailles viennent lui contraindre la nuque. « Tu viens admirer le spectacle ? » Comment est-ce qu’elle pourrait refuser, la naïade, d’voir la justice de Scylla déformer les traits d’la sorcière et repeindre le sol d’son hémoglobine, y a sûrement pas beaucoup d’chose capable de toper la situation actuelle. Mains fourrées dans les poches d’sa veste, baskets qu’envoient voler la poussière, l’monstre vient s’caler à quelques centimètres de la scène, posé contre un meuble en bois à l’âge avancé. Et elle observe, Charybde, avec un plaisir malsain, quand y a la peur qui vient remplir les opales de Circé, quand y a la justice tant attendue qui vient pointer l’bout d’son nez.

C’est un brin d’impatience qui vient s’faire une place dans son esprit, à attendre que Scylla s’décide à commencer les réjouissances, sûrement qu’les options sont trop nombreuses, et qu’la nymphe arrive pas à choisir. Trop d’possibilités, alors qu’au final, l’immortalité d’leur espèce lui offre de pouvoir toutes les mettre en application. Et finalement « Aide moi à trouver ses potions de druide ou j’sais pas quoi. » qu’la nymphe lui balance. Elle s’exécute, Charybde, tire les mains d’ses poches et s’met à chercher dans les placards qui parcourent la pièce, avant d’se faire rapidement rejoindre. « Dis tu trouves pas ça bizarre qu'elle se défende pas plus que ça ? Qu'on soit pas déjà transformées en crapauds ou en canards ? J'sais pas si c'est l'excitation, mais ça me paraît trop facile. » Légère grimace, haussement d’épaules, c’est tout ce qu’elle répond sur le moment. Puis il y a le questionnement qui fait un nouveau tour de caboche, ramenant l’doute avec lui. La blonde qui claque le placard qu’elle a entre les mains, qui tourne les talons et va rejoindre la sorcière toujours forcée au sol. Y a ses iris qui viennent s’planter dans celles bouffées par l’manque d’oxygène de Circé, quelques secondes d’observation à s’convaincre elle-même qu’la situation est normale. « Elle est peut-être plus sorcière que déesse… Ils disent quoi tous les bouquins que t’as lus ? » Justification bancale alors qu’elle retourne fouiller à la recherche des substances désirées. Y a tous les points qui sont reliés dans son esprit, tout qui fait sens, tout qui lui assure qu’la gueule rougie par l’asphyxie naissante cache l’essence de Circé. « Y a aussi ton écharpe qui la caresse un peu trop pour faire quoi qu’ce soit. » Te prends pas la tête, qu’elle aimerait lui dire, tu vas gâcher la magie du moment. Mais quand y a les paroles de la nymphe qui reviennent en écho, elle peut pas s’empêcher d’en venir à la même conclusion, la scène manque grandement de résistance.

L’bruit strident des placards qui s’ouvrent et s’ferment les uns derrière les autres, jusqu’à finalement révéler le Graal. Pelleté de fioles et de tubes aux contenus psychédéliques et aux étiquettes indéchiffrables pour qui n’est pas expert en la matière. « Jackpot » que Charybde laisse s’échapper avec un peu trop d’entrain. Ignare dans l’contenu des réceptacles de verres qui se tiennent devant ses yeux, elle se contente d’en choper quelques-uns, ceux qui lui paraissent prometteurs et douloureux, s’basant uniquement sur leur aspect, avant d’rejoindre la nymphe aux côtés de la prétendue Circé. « Y a qu’un moyen d’ôter l’doute. » qu’elle crache avec son éternel sourire malsain, tendant ses trouvailles à la brune. « Fais lui cracher son blase ! »

- a game of shadows, shall we play ?  -


@Noé S. Pradel
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t4325-animal-impulses-noe
Dieux
homecoming : 04/10/2017
Messages : 172
Louis d'or : 1791
pretty face : ana de armas
julius caesar : morrigan (av) matt (code sign) of-serpents.tumblr + BONNIE (img sign) kiri (crack)
the mighty bush : contrôle des peurs elle plante les phobies dans le crâne et aspire les craintes à la paille.
contrôle des animaux longtemps enroulée dans les spirales d'écailles et les manteaux de poils, Scylla a gardé cette connexion particulière avec les chiens et les serpents. Ces animaux autrefois greffés au corps et à l'esprit de la nymphe sont les deux seules espèces qu'elle arrive à contrôler sur terre.
Allegeance : Y'a pas de ligne de conduite précise. Scylla, c'est l'âme neutre à convaincre, la page blanche à écrire.

Sujet: Re: Witch Hunt (Noé) Mar 23 Jan - 11:04 ()


Look outside, the wilderness. The wilderness is calling our names. The blackest skies, the daunting stars.The desert sun, melting our cold hearts.
@Paris Osmane
Mais y'a pas de mot qui viennent se déposer doucement sur le cœur pour la rassurer. Y'a qu'une grimace qui lui fait lever les sourcils et un haussement d'épaule qui vient faire écrouler le doute et mordre l'intérieur des joues. C'était vraiment trop beau et trop facile hein ? « Nan mais répond moi sérieusement. » Viens pas gâcher mon cadeau. Mais Charydbe s'en va rejoindre le saucisson, laissant une Scylla s'appuyer sur le comptoir poussiéreux, les mains grattouillant les racines de la crinière pour pas laisser le doute écraser ses pouvoirs. « Elle est peut-être plus sorcière que déesse… Ils disent quoi tous les bouquins que t’as lus ? » Des tas de trucs. Trop de trucs. Plus de foutus trucs sur Circé que sur Scylla. La sorcière sur son île transformant les hommes en cochons, les nymphes en monstres. Blabla très puissante, blabla poison, blabla métamorphose, blabla connasse. « Que c'est une pute. » Le résumé des lectures craché, elle s'rapproche aussi du jambonneau pris dans ses filets de poils. « Y a aussi ton écharpe qui la caresse un peu trop pour faire quoi qu’ce soit. » Oui, elle est bien forte Scylla avec sa petite armée. Elle devrait s'contenter de ça. D'son putain de triomphe. Mais le moment est comme en suspend. Même les fragments de poussière sont figés dans l'air, alors que Scylla elle essaye de donner du sens à cette scène. Cette foutue scène qu'elle a rêvé et fantasmé depuis sa qu'elle a pu poser un nom sur tous ses malheurs. Et là, le regard plongé dans celui de ses cauchemars, Scylla elle doute encore. C'est l'ivresse qui redescend. « C'est pas le genre de déesse qu'on sous estime. T'sais que y'a des rumeurs qu'elle s'est tapée ton papounet Poséidon ? J'ai lu ça sur wikipé... » Pourquoi elle s'emmerde à lui expliquer, Charybde est déjà repartie. Et quand l'acolyte s'agite, la nymphe s’accroupit à côté de sa victime, le torse légèrement penché vers le carmin de ses opales. Ses doigt effleurent les écailles de Brad, les prunelles qui se détachent pas de celles gonflées, virant de gauche à droite, de Circé. « T'essayes de m'dire non ? » Une question rit, le sourire malsain qui lâche pas la face du monstre. Et les pupilles de la sorcière vrillant maintenant de haut en bas. « C'est trop tard pour les requêtes, Circé... Arrête de faire non. » Et les écailles du reptile s'impriment un peu plus dans la chair alors qu'elle se relève, tiraillé entre impatience, doute et dégoût pour le jambon à ses pieds.

« Jackpot » Et elle admire les cadeaux apportés sans trop savoir ce qu'elle contemple.  « Y a qu’un moyen d’ôter l’doute. Fais lui cracher son blase ! » Et elle prend un flacon au hasard des mains de Charybde. Y'a Brad qui desserre un peu l'emprise. Y'a les genoux qui tombent sur le parquet. Y'a ses griffes qui lui font décrocher la mâchoire. Y'a le liquide qui se verse. « Circé ? » Mais la silhouette répond pas. Alors elle prend d'une main nerveuse une autre fiole. Puis une autre. Et encore une autre. Sous le nom de plus en plus crié de sa sorcière. Un manège dégueulasse qui s'accélère sous les doigts pressés du monstre. Mais pas de vomi. Pas de blase craché. Rien. Jusqu'à ce la nymphe se relève, rendue fébrile par le doute et la frustration. « Qu'est ce qu'on attend ? Pourquoi il s'passe rien ? Pourquoi elle dit rien ? Pourquoi elle s'tord pas de douleur ? Charybde pourquoi il s'passe rien putain ? » Mais elle attend pas de réponse. Elle fait dégager les chiens pour prendre leur place sur le corps, libérant Brad de son contrôle aussi. Les cuisses calées contre les jambes, le poids de son enveloppe humaine se presse, emprisonnant l'inconnue.
Changement de stratégie.
Les phalanges agrippées au T-shirt de la sorcière.
La peur aspirée des veines. La crainte de la situation envolée d'la cervelle.
« Dis moi ton nom putain. » Et y'a un souffle qui s'échappe enfin de la bouche craquelé d'la victime. « Ton vrai nom. Donne moi ton vrai nom. » L'oreille collée aux lèvres bleues, l'impatience chauffée dans les muscles, elle en devient folle Scylla. « Do... Dolos. » « Dolos ? C'est qui ça cette foutue Dolos ? » C'est à Charybde qu'elle demande, un regard vite jeté vers la blonde, vite reposé sur cette putain de Dolos. « T'es qui putain ? Elle est où Circé ? » L'esgourde s'replaque sur la bouche. La réponse plaît pas. La réponse fait grogner les chiens. Elle sait pas où est Circé. C'est pas Circé. C'est...  « Le dieu de la supercherie. Bordel. Le dieu de la supercherie, Charybde. Tu m'as emmené jusqu'au dieu des merdes, pas Circé. » Y'a tout qui s'effondre. La magie du moment. La justice, l'épée de Damoclès au dessus du crâne de la fausse Circé disparaît. Y'a plus qu'une Scylla au bord de la crise de nerfs. « De la supercherie, fourberie, dup.... » « Oh ta gueule toi. On a pas besoin de ton cv. »
C'est pas Circé.
« Putain, putain, putain. »
C'est pas Circé.
« On peut pas le laisser là, et s'il allait retrouver Circé après ? Et s'il lui disait qui on est ? On peut pas... Faut trouver une cave.... non... Faut creuser un trou, l'foutre dedans et le laisser là. Il se transposera pas dans un autre corps hein ? On peut juste le laisser là ? Charybde putain, dis moi qu'on peut faire ça ! » Y'a la meute qui s'agite sous la voix qui craque de Scylla. Y'a la silhouette affaiblie qui remue sous son emprise. Y'a la déception dans le palpitant. L'angoisse sur les traits. Y'a le merdier autour d'elles. Et Scylla qui patauge entre boue et poussière.

_________________

Scars
Shine razor eyes before the walls come down. Wilder than lions, louder than sound. The birds and the bees are getting older now. There’s a cold breeze blowing over my soul.
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Dieux
homecoming : 30/12/2017
Messages : 83
Louis d'or : 627
pretty face : delevingne
julius caesar : (c) DΛNDELION
legends never die : monstre enchaîné à la rage décuplée, tourbillon des flots, épilogue précoce à la vie des marins.
the mighty bush : liquéfaction, garant d'la liberté retrouvée.
métamorphose, l'monstre caché sous les traits d'la normalité.
Allegeance : carbonisée, elle pourrit encore au fond du détroit de Messine.

Sujet: Re: Witch Hunt (Noé) Dim 28 Jan - 17:04 ()
Witch Hunt
Everyone loves a witch hunt as long as it's someone else's witch being hunted
Résumé succinct, à la simplicité parfaite, « Que c’est une pute. » qui lui arrache un léger souffle moqueur, alors qu’elle a les opales figées dans l’amas de peur asphyxié. Aucune surprise dans la description, les complaintes écoutées depuis les retrouvailles l’ayant largement convaincu du statut à affubler à la sorcière. L’regard acéré, elle cherche des réponses, pour tenter d’faire taire le doute naissant, pour s’convaincre que tout va bien, et qu’pour une fois, l’destin a décidé de s’ranger de leur côté, histoire d’équilibrer l’injustice qui gouverne leurs histoires respectives. Mais plus elle cherche à justifier l’manque de répondant de la carcasse, moins la scène semble logique, ses certitudes rendues branlantes, comme un château d’cartes qu’attend la moindre excuse pour se transformer en tas d’merde sans l’moindre sens. Frustration qui s’invite à pas feutrés, Charybde rompt l’contact visuel et retourne à sa recherche. « C’est pas le genre de déesse qu’on sous-estime. » C’est jamais l’genre de déesse qu’on sous-estime, parce que Scylla et Charybde c’est jamais que des monstres, rebuts d’la société mythologique, l’bas d’la pyramide tout juste bon à s’faire foutre de sa gueule, tout juste bon à servir de leçon pour l’humanité quand elle s’veut un peu trop déviante. Y a leurs pouvoirs en bernes qui s’rajoutent à l’équation, monstres aux griffes émoussées par l’manque de croyance. Ouais, sûrement qu’si c’était Circé, elle en aurait fait qu’une bouchée d’ces pauvres gamines et d’leur revanche maladive. Puis il y a l’blase du daron qui vient s’immiscer dans la conversation, et l’fait évoqué qui la surprend qu’à moitié. « Ils devraient faire une liste de celles qu’il a pas sautées, ça irait plus vite. » qu’elle balance d’une salve pleine de rancœur, comme à chaque fois que Poséidon visite ses souvenirs, parce qu’elle l’a jamais digéré, qu’son olympien d’père n’ait pas levé son trident pour s’opposer à la transformation monstrueuse d’la naïade.

C'est les mains pleines d’offrandes qu’la blonde rejoint Scylla, et faut pas plus que quelques secondes pour qu’la nymphe s’agite. Y a le nom d’la sorcière qui vole dans les airs, l’liquide psychédélique forcé dans l’gosier, moment qui s’enregistre dans l’temps, qui s’répète comme si l’disque était rayé, sauf qu’à chaque fois, l’blase est crié un peu plus fort, dans l’espoir qu’ça suffise à convaincre. Charybde immobile, même quand y a l’enchaînement d’questions qui vient lui faire vriller les tympans. T’façon, elle a même pas l’temps d’faire vibrer ses cordes vocales que la brune est déjà retournée à la charge. Et finalement, quand les écailles s’écartent pour laisser passer l’oxygène, qu’la peur s’efface des opales rougies, y a un souffle qui vient s’échapper de la trachée écrasée. C’est trop faible pour être audible, alors y a ses genoux qui viennent s’coller au parquet, pour plus de proximité, mais l’blase lui échappe toujours. Jusqu’aux paroles de Scylla, et d’une fraction de secondes, c’est son esprit qui part en vrille. Dolos. Merde. « Merde » c’est tout c’qu’elle trouve à répondre alors que l’autre commence à dégueuler sa liste de titres. Elle s’relève, mains sur la tête, lèvres mordues, alors qu’elle réalise tout juste l’ampleur de sa connerie. Merde. C’est leurs identités révélées, l’risque de s’faire choper, l’risque de s’faire renvoyer dans leur détroit à la con pour l’reste de leur existence. Et elle sait pas quoi faire, parce qu’elle a pas les réponses aux questions d’la nymphe et qu’elle a aucune idée d’comment gérer la panique qui vient d’prendre possession du lieu.

Les secondes, les minutes, elle fait plus trop la différence. Y a l’poing qui finit par s’écraser sur l’comptoir. Boule de rage dans l’ventre, elle s’en veut la gamine, de s’être fait berner aussi facilement, d’avoir vendu du rêve pour délivrer d’la déception, d’compromettre leur avenir. Toujours pas d’solution en tête, elle laisse la rage prendre les rennes et retourne s’accroupir à côté de la supercherie. Un instant à fixer le dieu, sourire carnassier sur le visage, comme pour lui faire comprendre qu’la suite n'allait pas du tout lui plaire. Main qui plonge dans la veste pour en sortir un couteau, c’est l’monstre qui montre les crocs. D’un geste brusque, la naïade se saisit du bras de Dolos, le plaque contre l’sol, et d’un coup bien placé, la lame d’acier vient marier la chaire du dieu au parquet miteux. Cri de douleur brisé par la gorge endolorie, hémoglobine imbibant l’bois pourri. « On va faire les choses simplement. On pose des questions, tu réponds. Si la réponse nous plaît pas, j’te laisse imaginer les conséquences. » Elle est pas certaine que ça va bien s’finir la naïade, surtout sans savoir de quoi l’divin est capable, alors elle lui laisse pas vraiment l’temps de réfléchir. « Circé, tu sais vraiment pas où elle est ? » Et sans qu’il est l’temps d’répondre, il y a la lame qui tourne lentement, creusant un peu plus la viande, arrachant une nouvelle supplique. « Réfléchis bien. » mais la réponse reste toujours la même : « Non. »

Frustration en grimace sur le visage, la blonde se relève, s’appuyant au passage sur la lame pour l’enfoncer un peu plus. « Surveillez-le. » qu’elle ordonne à la meute, comme si elle avait la moindre autorité sur leurs actions. Puis elle s’écarte, faisant signe à la nymphe de la suivre à quelques pas de la supercherie clouée au sol. « Tu sais que je serai jamais contre une séance de torture illimitée, mais j’ai aucune putain d’idée sur comment tout c’truc d’immortalité fonctionne. Y a pas moyen qu’on le laisse là l’air de rien, on a aucune idée de ce qu’il est capable de faire. On peut continuer à l’travailler un peu, et lui offrir un répit en échange d’infos régulières… Et s’il délivre pas de son côté, il a déjà une petite idée de quoi on est capable. »


- a game of shadows, shall we play ?  - @Noé S. Pradel

_________________
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t4325-animal-impulses-noe
Dieux
homecoming : 04/10/2017
Messages : 172
Louis d'or : 1791
pretty face : ana de armas
julius caesar : morrigan (av) matt (code sign) of-serpents.tumblr + BONNIE (img sign) kiri (crack)
the mighty bush : contrôle des peurs elle plante les phobies dans le crâne et aspire les craintes à la paille.
contrôle des animaux longtemps enroulée dans les spirales d'écailles et les manteaux de poils, Scylla a gardé cette connexion particulière avec les chiens et les serpents. Ces animaux autrefois greffés au corps et à l'esprit de la nymphe sont les deux seules espèces qu'elle arrive à contrôler sur terre.
Allegeance : Y'a pas de ligne de conduite précise. Scylla, c'est l'âme neutre à convaincre, la page blanche à écrire.

Sujet: Re: Witch Hunt (Noé) Jeu 1 Fév - 16:26 ()


Look outside, the wilderness. The wilderness is calling our names. The blackest skies, the daunting stars.The desert sun, melting our cold hearts.
@Paris Osmane
Elle comprend la déception des gamins de 6 ans, Scylla. Ceux qui veulent la nouvelle console à la mode pour s'la péter devant les copains. Ceux qui déballent avec impatience le cadeau pour finalement y trouver un bouquin. Mais là c'est pire. La nymphe, quand elle a déballé son présent, c'est pas un truc bof qu'elle a découvert. C'est un tas d'emmerdes. Alors c'est plus que de la déception. Plus que ce rêve brisé en éclat par une supercherie divine. C'est la panique. C'est l'alarme rouge qui hurle et clignote dans son crâne. C'est la merde.

Et c'est Charybde qui prend le relais sous les yeux de toute l'assemblée. L'arme blanche, pas coincée sous une chaussette comme imaginée, délivrée de la veste. L'arme blanche comme nouvelle menace. L'arme blanche, nouveau jouet de la naïade, maintenant plantée dans le dieu des merdes. « On va faire les choses simplement. On pose des questions, tu réponds. Si la réponse nous plaît pas, j’te laisse imaginer les conséquences. Circé, tu sais vraiment pas où elle est ? » Le carmin qui coule, filet de sang venu colorer les lames de bois moisies. Et le cri, la plainte. Douce mélodie. « Réfléchis bien. » Un dernier espoir. « Non. » Espoir écrabouillé.
Putain.

La blonde abandonne, le couteau figé dans la chair. Et la brune qui roule les yeux lorsque l'acolyte donne un ordre à son armée. Elle renvoie les chiens sur Dolos, Brad remis en corde du pendu, avant de rejoindre Charybde. « Tu sais que je serai jamais contre une séance de torture illimitée. » « Moi non plus. » « Mais j’ai aucune putain d’idée sur comment tout c’truc d’immortalité fonctionne. Y a pas moyen qu’on le laisse là l’air de rien, on a aucune idée de ce qu’il est capable de faire. On peut continuer à l’travailler un peu, et lui offrir un répit en échange d’infos régulières… Et s’il délivre pas de son côté, il a déjà une petite idée de quoi on est capable. » De quoi au juste? De se gourer de cible ? De faire lui offrir un spectacle de deux nouillasses paumées ?

Mais même là, même maintenant, elle peut pas en vouloir à Charybde. Elle peut jamais lui en vouloir. Dans la merde ensemble jusqu'au bout. Dans la même galère, les même pagaies en mousse dans les mains. Liées par des millénaires, un détroit, et des humains à dévorer. C'est pas cassable. Mieux que l'bêton armé, ou l'diamant le plus précieux. Puis elle a fait ça pour Scylla. Elle a fait ça pour sa justice. C'est les autres le problème. C'est les autres contre qui elle s'insurge la petite nymphe. « On peut pas lui faire confiance. On peut jamais leur faire confiance. » Et là c'est plus qu'à Circé qu'elle veut mordre la couenne. C'est contre toute la communauté divine qu'elle rage. Toute cette clique de connards plus hautains les uns que les autres. Plus puissants, plus importants. Toujours à foutre la merde dans leur vie. Elles qui ne sont rien. Elles qui ne sont que des victimes de leur  ego démesuré. Elles transformées, abîmée, déchirée, humiliée. Elles qui ont dû subir leurs caprices, elle qu'on a puni pour rien, trop fort, trop longtemps ou trop injustement. Elles, enfin arraché de leur misère. Mais elles, toujours pas dédommagées. Pas de compensation pour les inférieurs. Putain, elle en marre Scylla de ces dieux. Ça rêve de transformer leur montagne en volcan. De partir à la chasse au moindre abruti qui s'déclare maître de quelque chose et d'avoir fait frapper l'injustice. Ça rêve de flammes. De cendre. De ruines. D'une nouvelle ère.

Les sourcils froncés, la rage au cœur. Elle crache ses mots. Plus vraiment à cause de la situation. Plus pour celle là en particulier. Mais contre toutes les autres aussi. Parce que ça marche jamais pour les monstres. Ça marche jamais putain. Faire réparation soit-même, et s'prendre un coup de pelle dans la gueule en retour. Ça grille dans les rétines de Scylla, ça flambe dans le cœur de la nymphe. Ça a commencé avec Scylla, ça finira par la divinité entière. Elle s'le promet en silence. Ils l'ont voulu monstrueuse, ils l'ont voulu terrifiante. Ils l'auront.

« Celui là en plus, c'est celui de la fourberie. J'suis sûre qu'il doit bien ricaner de voir qu'il a réussi à nous pigeonner. Peut-être même qu'il nous dupe encore là et qu'il ment. Peut-être qu'il sait qui est Circé ici. » Et elle envoie Audrey s'asseoir sur la face de la silhouette saucissonnée. Pour la beauté du geste. « A ton avis il est capable de quoi lui ? S'il illusionne rien on peut toujours le prendre en otage. On l'attache et on... je sais pas on l'attache, on le garde chez moi éternellement. On le torture de temps en temps pour le plaisir. Parce qu'on peut prendre le risque qu'il aille partir à la recherche de Circé ou d'autres dieux à la con. Les menaces ça atteint jamais leur arrogance à ces bouffons. Faut être plus radicales. Et vu qu'on peut pas le tuer sans qu'il aille se réfugier dans un autre corps... » On est foutues.

Elle tourne en rond Scylla, les méninges jamais autant sollicitées. L'acide dans la bouche, le palpitant en vrille. Les cents pas à en faire un trou dans l'parquet défoncé, elle finit par stopper sa danse, le regard accroché à celui de Charybde. Non y'a pas eu d'illumination. « On peut déjà commencer par ça. Au moins en attendant de trouver mieux ? » Et elle est déjà partie l'attraper par les pieds, la meute écarté, l'écharpe d'écailles resserrée. La tête dévissée sur la blonde, elle commence déjà à traîner la carcasse, laissant la poussière carminée derrière elle. « Et t'oublieras pas de récupérer ton truc là, ça va tout dégueulasser chez moi. »

_________________

Scars
Shine razor eyes before the walls come down. Wilder than lions, louder than sound. The birds and the bees are getting older now. There’s a cold breeze blowing over my soul.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
oh, look what you made me do

Sujet: Re: Witch Hunt (Noé) ()
Revenir en haut Aller en bas
 
Witch Hunt (Noé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Witch!
» Après le level 140 pour une witch
» Witch
» The Hunt for Gollum
» James Hunt, le Lycanthrope aux yeux d'argent.
Ready for it ?
Are you
i see how this is gonna go, touch me & you'll never be alone

a game of shadows :: Paris :: Sud-Est :: quatorzième arrondissement