boom bitch
Après un week end de liane foly, le forum ouvre ses portes !
Pour tout savoir sur les news de cette version, c'est par .
are you ready for it ?
Un cavalier de l'apocalypse, une pénurie inédite, un trésor chelou de ouf et surtout la fashion week...
Venez découvrir l'intrigue et ses quêtes ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 sheltered from the storm (ft. camille)
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5104-pryam-it-was-more-fun-in-hell
Démons
homecoming : 13/01/2018
Messages : 75
Louis d'or : 343
pretty face : Dawid Auguscik.
julius caesar : ©Thinky.
legends never die : Commandant, démon du Destin.
the mighty bush : Vampire Télépathique ; nom étrange, pour un pouvoir qui ne l’est pas moins. Capacité de pénétrer l’esprit, le corps d’un autre être, d’y emménager sa volonté, écrasant celle de l’autre. Accès aux souvenirs, pensées les plus secrètes, ressenti des émotions les plus profondes et totales. Il peut par la même occasion modifier ce qu’il perçoit, influencer les choix de ses proies. Précognition ; capacité de prévoir les événements de plusieurs futurs possibles.

Sujet: sheltered from the storm (ft. camille) Ven 19 Jan - 17:12 ()
Tu passes une main dans tes cheveux humides, clope au coin du bec. Le tube de nicotine s’embrase et laisse quelques cendres s’envoler au gré du vent, tandis que tes poumons s’alimentent d’une douce et épaisse fumée. Tu regardes par la fenêtre de ton appartement. Les rues sont encore vides. La ville est endormie, mais ne tardera pas à se réveiller d’ici quelques heures. Le mégot de cigarette termine finalement sa misérable vie sur le trottoir, dix mètres plus bas, et mégot qui sera piétiné de nombreuses fois au fil de la journée. Le chat vient se frotter à tes jambes avant de grimper sur le rebord de la baie-vitrée, réclamant davantage d’attention. Cette boule de poils se roule, présente son ventre, pour obtenir des grattouilles supplémentaires. Son ronronnement parvient à tes oreilles, sans pour autant t’attendrir. Tes doigts parcourent son pelage blanc. La bête ne peut même pas t’arracher un sourire, seulement deux mots. « Dégage, maintenant. » Comme dressé, le félin se redresse sur ses quatre pattes, t’adresse un dernier miaulement, et saute sur la gouttière le menant jusqu’au toit. Parfois, il t’arrive de penser qu’il est différent des autres greffiers. Sans doute dans son attitude, dans sa manière qu’il a de te regarder fixement. Tu grognes. Cet animal finira par disparaître comme une mouche sur un scotch, un poisson dans la cuvette des toilettes, un chien sous les rues d’un véhicule. Il n’est pas immortel. Il n’est rien et ne sera jamais rien d’autre qu’un monstre à poils, incapable de penser, incapable de logique.

Tu t’étires en regardant l’horizon, le ciel plongé dans l’obscurité. Ton corps nu face aux immeubles voisins ne semble pas te poser le moindre problème. Tu exposes l’art gravé sur ta peau à qui demande le voir. Tu exposes les cicatrices d’une centaine de seringues plantées dans tes bras. Un soupir s’échappe de tes lèvres. Il est l’heure. Tu enfiles des sous-vêtements et un pantalon, avant de te planter devant le miroir de la salle-de-bain. Tes yeux azurs se plantent dans ceux de ton alter-ego. La fatigue dessine des cernes violines sous son regard, creuse son visage, ses joues. Tu pousses un soupir. Quelques gouttes de parfum à la naissance de ton cou, un main dans les cheveux pour parvenir à les coiffer convenablement, puis tu enfiles une chemise blanche qui colle à ta peau, moulant tes muscles parfaitement sculptés. Séducteur. Charmeur. Démon.

Caché derrière tes lunettes de soleil, tu avances dans la rue, tête baissée, yeux rivés sur le sol, tel un fugitif. Tu fuis chaque regard, chaque individu. Mais bientôt, tu arrives devant une porte familière. Tu grimpes les marches d’escaliers avec une facilité déconcertante vers ce cabinet que tu connais comme ta poche. Tu n’as pas d’autres choix. Camouflage retiré, tu peux t’installer à ton bureau, attendre neuf heures, pour ton premier patient. Ta première victime. Encore un humain qui cherche un chemin à suivre, un but à poursuivre. Un humain de plus à attirer dans les flammes de l’Enfer. Si facile. Un jeu d’enfant. Un sourire relève les commissures de tes lèvres, alors qu’un poing frappe contre la porte. « Entrez. »
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Anges
homecoming : 20/11/2017
Messages : 143
Louis d'or : 1108
pretty face : Odeya Rush
julius caesar : (c)JO DE MON COEUR
legends never die : Ancienne premier séraphin de Dieu, voix de la Sagesse, elle est devenue Archange de l'infini suite à la chute d'Azazel.
the mighty bush : Vampire télépathique : Nom étrange, pour un pouvoir qui ne l’est pas moins. Capacité de pénétrer l’esprit, le corps d’un autre être, d’y emménager sa volonté, écrasant celle de l’autre. Accès aux souvenirs, pensées les plus secrètes, ressenti des émotions les plus profondes et totales. Elle peut par la même occasion modifier ce qu’elle perçoit, intégrer de nouvelles idées. Un contact physique facilite son utilisation, mais un simple contact visuel peut suffire sur les âmes les plus faibles. Se limitant à une seule personne à la fois, l’archange abuse de ce pouvoir. Quitte à ne plus discerner son passé de ceux qu’elle manipule…
Souffle de connaissance : capacité d’offrir des connaisses à une autre personne sur n’importe quel sujet. Celles-ci sont éternelles, et suivront donc la personne jusqu’à sa mort. Elle peut offrir aussi bien de vraies comme de fausses connaissances, voire modifier ce qui a déjà été appris.
Magnétisme :Capacité de manipuler les flux magnétiques, et notamment de faire bouger/voler les objets/liquides métalliques et aimantés (en utilisant son corps comme un aimant, répulsif ou attractif). Peut utiliser le champ magnétique de la Terre pour une seule attaque dévastatrice, au prix d’un coma ou d’une inutilisation de tout pouvoir les jours suivants.
Allegeance : Camille, sa loyauté va aux anges, envers et contre tout. Elle est une création de son Père, faite pour le servir. Jusqu’ici, jamais elle n’a renié sa nature et son allégeance, même après un retour sur Terre pas forcément voulu de sa part...
these streets : Oh, elle sait ce qui se dit, les connaissances angéliques et templières n’ont plus de secrets pour elle. Pour le reste… Pourquoi ils sont revenus, qui a brisé le pacte, tout est encore flou. En revanche, concernant le retour des Dieux… Il faut croire que son pouvoir lui permet d’avoir des doutes de plus en plus tangibles...

Sujet: Re: sheltered from the storm (ft. camille) Mer 7 Fév - 14:57 ()

   
   
   
sheltered from the storm
Running toward danger is foolhardy. ... But so is closing your eyes to it. Many perils become less dangerous once you understand their potential hazards.
Vehuhiah observait le paysage par la baie vitrée de l’appartement de sa tante. Celle-ci était partie à une quelconque œuvre de charité, et l’Archange était pour une fois restée en arrière. Par le passé, elle aurait fait le déplacement, trop effrayée qu’on s’en prenne à la mère Leroy. Aujourd’hui, beaucoup de choses avaient changé, notamment au sein-même de la hiérarchie angélique. Elle les entendait, l’Infini, gronder leurs doutes et interrogations, sans que leur chef ne les écoute. Il ignorait, ou se sentait supérieur, qu’importait. Tout cela n’était que pêchés aux yeux du premier ange de Dieu. Et Métatron restait toujours introuvable. Lui qui était supposé être leur guide avait disparu depuis bien longtemps. Comme Gabriel ou Michael, aucun ne s’était pointé à la fête d’Halloween. Vehuhiah avait dû faire face seule à un des démons les plus puissants de Lucifer. Parce qu’Azrael n’était pas en état de se battre ce soir-là, et les autres anges n’avaient pas la puissance pour faire face à l’autre. Puis il y avait eu l’hôpital, et toujours les absences notables de certains. La Guerre brillait par son absence, non ? Et Vehuhiah sentait la révolte dans certains cœurs et esprits. Les anges commenceraient-ils à s’auto-détruire ?

Des dizaines de feuilles étaient étalées devant elle, dans sa chambre. Elle profitait de l’absence de la tante pour retourner à ses préoccupations angéliques, aux plans dessinés sur le papier. De nombreuses annotations, dans une langue inconnue pour beaucoup aujourd’hui, noircissaient la blancheur des feuilles. Elle avait cherché parmi les disparus, qui étaient des démons, ou des anges. Elle avait noté chaque trouvaille, chaque rôle. Certains organigrammes étaient complets, d’autres très loin. Pourtant, elle n’abandonnait pas Vehuhiah, prenait tous les risques. Un jour, tout cela se retournera contre elle, elle le savait bien. Elle tombera sur plus fort, ou plus nombreux. Et là, ses connaissances seraient un véritable souci. D’autant plus que son esprit avait pénétré dans celui d’Arthur et Matthias, les chefs des templiers. Elle en savait bien trop. Et elle était connue l’archange auprès des démons, n’avait jamais réellement cherché à se cacher. La torture l’attendait certainement au tournant, pour tout lui faire avouer.

Et elle allait se jeter dans la gueule du loup. Un regard vers l’horloge. Huit heures quinze. Elle avait encore un peu de temps devant elle, avant son rendez-vous. Arthur la tuerait s’il apprenait ce qu’elle allait faire. Quant aux autres anges… Peut-être que son ange supérieur ne comprendrait pas, lui qui cherchait tant à la protéger. Ce fut la raison qui la poussa à se couper de la radio angélique, à la mettre quelque peu en sourdine. Elle pourrait toujours passer un message d’urgence, mais elle n’entendrait rien en retour. C’était le mieux à faire, pour éviter les remontrances qui allaient venir…

Elle se mit en route, non sans avoir pris une lame en fer, planquée sous ses vêtements. Ah, qu’elle aurait apprécié être en hiver, ou loin de cette canicule, pour pouvoir porter un manteau, et donc en cacher encore plus. Malheureusement, il n’y avait pas trop de choix possibles aujourd’hui. Elle irait au plus simple, et compterait sur ses pouvoirs et ses connaissances pour combler le manque d’armes. Ce serait suffisant.

La chaleur moite la dérangeait. Jamais auparavant elle n’avait connu une telle chaleur et humidité. Quelque chose clochait, elle le remarquait bien. Et elle avait compris, fait ses recherches. Les anges perdaient du terrain, jour après jour. Il fallait le regagner, ou l’humanité s’écroulerait, deviendrait dépendante de ces démons. Elle monta les quelques marches la séparant de ce némésis si particulier, se glissa dans une salle d’attente qui se remplirait à sa suite. Premier rendez-vous, ce n’était pas pour rien qu’elle avait choisi cet horaire. Il perdrait du temps avec elle, elle se l’était promis.

L’horloge au mur lui indiqua qu’il était l’heure pour elle d’entrer en scène. Sans peur, sans trembler, deux coups furent portés à la porte du cabinet, avant de pousser celle-ci. Tout avait été pris sous un faux nom, alors, il allait être étonné de la trouver là…

Elle s’installa sur l’une des chaises à sa disposition, regard glacial, visage fermé. Sa voix s’éleva, presque trop fluette pour la puissance qu’elle possédait : « Bonjour Pryam, cela faisait longtemps. » Pryam Rousseau, frère aîné de Camille Rousseau, désormais commandant du destin, Curson. Il faut croire que le sang de leurs hôtes avait attiré la puissance… Son regard accrocha celui du démon, le défia. A chaque fois qu’ils s‘étaient vus, ils s’étaient battus, avaient voulu se tuer, sans jamais y parvenir. Hésitait-elle ? Ou était-ce lié à leur lien antérieur, qu’elle avait perçu dans l’esprit des autres ? Pourtant, il avait tué les parents, avait fauché leurs vies. Comme si sa condition lui en donnait le droit. « Tu as donc réussi à ouvrir un cabinet de psychiatrie. Je n’aurais jamais pensé cela possible, venant de toi. » Hautaine, elle attrapa un des stylos présents sur le bureau, joua avec. Elle était agaçante comme gamine, à venir lui signifier qu’elle le surveillait. Car oui, sa présence ici était une mise en garde. Et d’une stupidité totale.

   
code by bat'phanie

_________________
Angel of Infinity
where did you find me
LE SEUL MONDE QUI MÉRITE D'ÊTRE CONQUIS EST CELUI QUE DÉLIMITENT LES FRONTIÈRES DE NOTRE CORPS ET CELLES DE NOTRE ESPRIT. L'AUTRE MONDE, CELUI QUI S'ÉTEND AUTOUR DE NOUS, N'A PAS BESOIN DE MAÎTRE.

Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5104-pryam-it-was-more-fun-in-hell
Démons
homecoming : 13/01/2018
Messages : 75
Louis d'or : 343
pretty face : Dawid Auguscik.
julius caesar : ©Thinky.
legends never die : Commandant, démon du Destin.
the mighty bush : Vampire Télépathique ; nom étrange, pour un pouvoir qui ne l’est pas moins. Capacité de pénétrer l’esprit, le corps d’un autre être, d’y emménager sa volonté, écrasant celle de l’autre. Accès aux souvenirs, pensées les plus secrètes, ressenti des émotions les plus profondes et totales. Il peut par la même occasion modifier ce qu’il perçoit, influencer les choix de ses proies. Précognition ; capacité de prévoir les événements de plusieurs futurs possibles.

Sujet: Re: sheltered from the storm (ft. camille) Lun 12 Fév - 17:50 ()

L’intégralité du cabinet est plongée dans le silence le plus total. Le vent, capricieux, cogne contre les volets de la fenêtre. Le tic-tac de l’horloge agace. Le ciel est gris, maussade, en parfaite harmonie avec ton humeur matinale. Les feuilles de papier s’entassent dans les tiroirs du bureau, les stylos traînent sur ton bureau en désordre et les dossiers s’accumulent sur le coin de ta paillasse. Être enfermé ici est loin d’être une partie de plaisir. Devoir écouter les plaintes de ces pauvres mortels s’offusquant de leurs sorts funestes est un supplice dont tu passerais bien. Cependant, tu dois admettre que tu en tires une certaine satisfaction. Tu tortures leurs âmes en prétendant les aider. Tu les attires sur le chemin tortueux d’une destinée que tu choisis pour eux. Vil et cruel. Ils te font confiance. Une confiance aveugle dont tu te sers à leur insu, sans la moindre honte, la moindre gêne, ou la moindre pitié. Ce ne sont que des pions, que des petits soldats que tu fais avancer à ta guise grâce à des ficelles que tu accroches à leurs poignets. Un murmure s’insinue dans leurs esprits et remet en question toutes leurs croyances, il les détourne vicieusement de leurs buts, sans même qu’ils ne le remarquent. Petits êtres naïfs. Tout ceci n’est qu’une immense mascarade dont tu es l’instigateur. Tu occupes tes journées comme tu le peux, les faisant défiler à coup de jeux morbides, de parties de chasse perverse,et d’héroïne mal injectée dans tes veines.

Un soupir s’échappe encore de tes lèvres. Tu fermes les yeux, attiré soudainement par l’envie de t’endormir, le dos tourné à cette fenêtre. Les derniers temps ont été durs. Pour toi. Pour ta sphère. Pour tes serviteurs, ceux que tu diriges, ceux qui sont sous tes ordres. Les lignes bleues se dessinent  plus clairement sous ta peau. Tu te mets à l’aise. Tu te vautres dans ce fauteuil qu’est le tien, comme un maître dans son immense demeure. Tu règnes. Démon tout puissant sur cette terre que tes pieds foulent depuis des semaines. Démon tout puissant en l’absence d’un Dieu. Démon tout puissant de ta propre sphère. Tu appliques les décisions que tu estimes justes. Tic-tac. Paupières qui papillonnent. Tic-tac. Le temps s’évade sans grande conviction. Tic-tac. Le manque d’une seringue sous l’épiderme se fait déjà sentir. Drôle de sensation. Sensation que tu veux ressentir autant que tu veux chasser par une autre dose, plus forte que la précédente. Toujours plus forte. Bordel. Toc-toc. Et ta voix résonne, un sourire étire tes lèvres. Tu lances une nouvelle partie.

Situation parfaite. Ton rictus se transforme, il devient amusé, d’autant plus joueur et charmeur que le précédent. Pauvre petite gamine que tu désires écraser entre tes doigts comme un vulgaire puceron. « Je suis ravi de te voir. » lâches-tu, d’une voix calme et posée. Ce rictus mauvais ne te lâche pas. Sa présence est le divertissement dont tu avais besoin. Tu ne te lèves pas de ton fauteuil, nullement impressionné par son attitude. Peut-être par manque de considération. « Comme tu peux le voir, oui. » Rien ne sert de rentrer dans son jeu. « C’est toujours mieux que de faire mumuse avec un Code Pénal. Quelle tristesse. Tu as bien fait tes devoirs, sœurette ? Si tu as de mauvaises notes, les parents ne vont pas être contents… Oh. J’oubliais. » Il vaut mieux attaquer. Ton rire résonne entre les murs de ton bureau. Tu t’enfonces un peu plus dans ton siège, la jaugeant du regard. Son visage est creusé. Elle ne doit pas énormément dormir, pauvre créature. Pauvre petite chose fragile.

Doucement, tu croises les doigts avant de les faire craquer bruyamment. Un court instant de silence avant que ta question n’atteigne ses oreilles. « Qu’est-ce que tu veux ? » Te surveiller, probablement. Te mettre en garde, nul doute. Pupilles azurées se plantant dans les siennes comme deux poignards. « Je n’ai pas le temps de jouer à la nounou, Camille. » Les syllabes de son prénom d’usage, tu les décortiques, tu les détaches. « Ou devrais-je dire Mademoiselle Leblanc. » Tu as été sot. Tu aurais dû te méfier. Une erreur que tu ne commettras pas deux fois.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
oh, look what you made me do

Sujet: Re: sheltered from the storm (ft. camille) ()
Revenir en haut Aller en bas
 
sheltered from the storm (ft. camille)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Camille Chalmers rejette le DNSCRP comme un instrument de politique Néo-libérale
» Camille Silvan [Pouffy]
» répartition camille
» James Storm Vs Brock Lesnar
» [UPTOBOX] Final Storm [DVDRiP]
Ready for it ?
Are you
i see how this is gonna go, touch me & you'll never be alone

a game of shadows :: Paris :: Nord-ouest :: Deuxième arrondissement