boom bitch
Le forum est de retour pour vous jouer de mauvais tours.
Pour tout savoir des nouveautés, c'est ici !
let the sky fall
Un accident d'avion, un trésor piégé et un équilibre mis à mal par l'arrivée de nouvelles forces dans le jeu d'ombres...
Voilà ce qui vous attend dans la nouvelle intrigue.
like I own it
Parfois, on a juste envie d'inaugurer un bâtiment tranquille. Malheureusement, on a souvent des invités surprise....
Participez au premier event de cette nouvelle saison ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 sheltered from the storm (ft. camille)
if you ride like lightning, you're gonna crash like thunder
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: sheltered from the storm (ft. camille) Ven 19 Jan - 17:12 ()
Tu passes une main dans tes cheveux humides, clope au coin du bec. Le tube de nicotine s’embrase et laisse quelques cendres s’envoler au gré du vent, tandis que tes poumons s’alimentent d’une douce et épaisse fumée. Tu regardes par la fenêtre de ton appartement. Les rues sont encore vides. La ville est endormie, mais ne tardera pas à se réveiller d’ici quelques heures. Le mégot de cigarette termine finalement sa misérable vie sur le trottoir, dix mètres plus bas, et mégot qui sera piétiné de nombreuses fois au fil de la journée. Le chat vient se frotter à tes jambes avant de grimper sur le rebord de la baie-vitrée, réclamant davantage d’attention. Cette boule de poils se roule, présente son ventre, pour obtenir des grattouilles supplémentaires. Son ronronnement parvient à tes oreilles, sans pour autant t’attendrir. Tes doigts parcourent son pelage blanc. La bête ne peut même pas t’arracher un sourire, seulement deux mots. « Dégage, maintenant. » Comme dressé, le félin se redresse sur ses quatre pattes, t’adresse un dernier miaulement, et saute sur la gouttière le menant jusqu’au toit. Parfois, il t’arrive de penser qu’il est différent des autres greffiers. Sans doute dans son attitude, dans sa manière qu’il a de te regarder fixement. Tu grognes. Cet animal finira par disparaître comme une mouche sur un scotch, un poisson dans la cuvette des toilettes, un chien sous les rues d’un véhicule. Il n’est pas immortel. Il n’est rien et ne sera jamais rien d’autre qu’un monstre à poils, incapable de penser, incapable de logique.

Tu t’étires en regardant l’horizon, le ciel plongé dans l’obscurité. Ton corps nu face aux immeubles voisins ne semble pas te poser le moindre problème. Tu exposes l’art gravé sur ta peau à qui demande le voir. Tu exposes les cicatrices d’une centaine de seringues plantées dans tes bras. Un soupir s’échappe de tes lèvres. Il est l’heure. Tu enfiles des sous-vêtements et un pantalon, avant de te planter devant le miroir de la salle-de-bain. Tes yeux azurs se plantent dans ceux de ton alter-ego. La fatigue dessine des cernes violines sous son regard, creuse son visage, ses joues. Tu pousses un soupir. Quelques gouttes de parfum à la naissance de ton cou, un main dans les cheveux pour parvenir à les coiffer convenablement, puis tu enfiles une chemise blanche qui colle à ta peau, moulant tes muscles parfaitement sculptés. Séducteur. Charmeur. Démon.

Caché derrière tes lunettes de soleil, tu avances dans la rue, tête baissée, yeux rivés sur le sol, tel un fugitif. Tu fuis chaque regard, chaque individu. Mais bientôt, tu arrives devant une porte familière. Tu grimpes les marches d’escaliers avec une facilité déconcertante vers ce cabinet que tu connais comme ta poche. Tu n’as pas d’autres choix. Camouflage retiré, tu peux t’installer à ton bureau, attendre neuf heures, pour ton premier patient. Ta première victime. Encore un humain qui cherche un chemin à suivre, un but à poursuivre. Un humain de plus à attirer dans les flammes de l’Enfer. Si facile. Un jeu d’enfant. Un sourire relève les commissures de tes lèvres, alors qu’un poing frappe contre la porte. « Entrez. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 20/11/2017
Messages : 441
pretty face : Odeya Rush
julius caesar : (c)ALA LE PLUS CHOU
legends never die : Ancienne premier séraphin de Dieu, voix de la Sagesse, elle est devenue Archange de l'infini suite à la chute d'Azazel.
the mighty bush : Vampire télépathique : Nom étrange, pour un pouvoir qui ne l’est pas moins. Capacité de pénétrer l’esprit, le corps d’un autre être, d’y emménager sa volonté, écrasant celle de l’autre. Accès aux souvenirs, pensées les plus secrètes, ressenti des émotions les plus profondes et totales. Elle peut par la même occasion modifier ce qu’elle perçoit, intégrer de nouvelles idées. Un contact physique facilite son utilisation, mais un simple contact visuel peut suffire sur les âmes les plus faibles. Se limitant à une seule personne à la fois, l’archange abuse de ce pouvoir. Quitte à ne plus discerner son passé de ceux qu’elle manipule…
Souffle de connaissance : capacité d’offrir des connaisses à une autre personne sur n’importe quel sujet. Celles-ci sont éternelles, et suivront donc la personne jusqu’à sa mort. Elle peut offrir aussi bien de vraies comme de fausses connaissances, voire modifier ce qui a déjà été appris.
Magnétisme :Capacité de manipuler les flux magnétiques, et notamment de faire bouger/voler les objets/liquides métalliques et aimantés (en utilisant son corps comme un aimant, répulsif ou attractif). Peut utiliser le champ magnétique de la Terre pour une seule attaque dévastatrice, au prix d’un coma ou d’une inutilisation de tout pouvoir les jours suivants.
weapon : [u]Pendule de Famine[/u] : Trouvé durant la soirée Halloween 2045 par Adèle Duval, le pendule semble appartenir au Cavalier Famine, qui avait à cœur de le récupérer. Toutefois, en tentant de s'en emparer le démon s'est brûlé la main. Le Pendule a été récupéré par Camille. Si son pouvoir est encore inconnu, il semble que le Pendule protège quiconque le porte contre les pouvoirs du cavalier de l'apocalypse. // Arc d'Auriel : Arc de lumière confectionné par Michael, il est désormais matérialisé sur le plan réel par la volonté de Vehuhiah, et n’est cédable que sur un ordre explicite de sa part. Cette arme à longue portée blesse ceux touchés par les flèches mais la souffrance dépend de chacun. Plus une personne est du côté obscur, plus la douleur sera grande. Inversement, plus l’être est bon, moins l’arme aura d'impact (peut n'en avoir aucun). L'arc gagne en puissance en présence d'autres anges, mais principalement aux côtés de Michael. Il puise directement dans la force vitale et la puissance de Vehuhiah.
Allegeance : Camille, sa loyauté va aux anges, envers et contre tout. Elle est une création de son Père, faite pour le servir. Jusqu’ici, jamais elle n’a renié sa nature et son allégeance, même après un retour sur Terre pas forcément voulu de sa part...
these streets : Oh, elle sait ce qui se dit, les connaissances angéliques et templières n’ont plus de secrets pour elle. Pour le reste… Pourquoi ils sont revenus, qui a brisé le pacte, tout est encore flou. En revanche, concernant le retour des Dieux… Il faut croire que son pouvoir lui permet d’avoir des doutes de plus en plus tangibles...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Anges

Sujet: Re: sheltered from the storm (ft. camille) Mer 7 Fév - 14:57 ()

   
   
   
sheltered from the storm
Running toward danger is foolhardy. ... But so is closing your eyes to it. Many perils become less dangerous once you understand their potential hazards.
Vehuhiah observait le paysage par la baie vitrée de l’appartement de sa tante. Celle-ci était partie à une quelconque œuvre de charité, et l’Archange était pour une fois restée en arrière. Par le passé, elle aurait fait le déplacement, trop effrayée qu’on s’en prenne à la mère Leroy. Aujourd’hui, beaucoup de choses avaient changé, notamment au sein-même de la hiérarchie angélique. Elle les entendait, l’Infini, gronder leurs doutes et interrogations, sans que leur chef ne les écoute. Il ignorait, ou se sentait supérieur, qu’importait. Tout cela n’était que pêchés aux yeux du premier ange de Dieu. Et Métatron restait toujours introuvable. Lui qui était supposé être leur guide avait disparu depuis bien longtemps. Comme Gabriel ou Michael, aucun ne s’était pointé à la fête d’Halloween. Vehuhiah avait dû faire face seule à un des démons les plus puissants de Lucifer. Parce qu’Azrael n’était pas en état de se battre ce soir-là, et les autres anges n’avaient pas la puissance pour faire face à l’autre. Puis il y avait eu l’hôpital, et toujours les absences notables de certains. La Guerre brillait par son absence, non ? Et Vehuhiah sentait la révolte dans certains cœurs et esprits. Les anges commenceraient-ils à s’auto-détruire ?

Des dizaines de feuilles étaient étalées devant elle, dans sa chambre. Elle profitait de l’absence de la tante pour retourner à ses préoccupations angéliques, aux plans dessinés sur le papier. De nombreuses annotations, dans une langue inconnue pour beaucoup aujourd’hui, noircissaient la blancheur des feuilles. Elle avait cherché parmi les disparus, qui étaient des démons, ou des anges. Elle avait noté chaque trouvaille, chaque rôle. Certains organigrammes étaient complets, d’autres très loin. Pourtant, elle n’abandonnait pas Vehuhiah, prenait tous les risques. Un jour, tout cela se retournera contre elle, elle le savait bien. Elle tombera sur plus fort, ou plus nombreux. Et là, ses connaissances seraient un véritable souci. D’autant plus que son esprit avait pénétré dans celui d’Arthur et Matthias, les chefs des templiers. Elle en savait bien trop. Et elle était connue l’archange auprès des démons, n’avait jamais réellement cherché à se cacher. La torture l’attendait certainement au tournant, pour tout lui faire avouer.

Et elle allait se jeter dans la gueule du loup. Un regard vers l’horloge. Huit heures quinze. Elle avait encore un peu de temps devant elle, avant son rendez-vous. Arthur la tuerait s’il apprenait ce qu’elle allait faire. Quant aux autres anges… Peut-être que son ange supérieur ne comprendrait pas, lui qui cherchait tant à la protéger. Ce fut la raison qui la poussa à se couper de la radio angélique, à la mettre quelque peu en sourdine. Elle pourrait toujours passer un message d’urgence, mais elle n’entendrait rien en retour. C’était le mieux à faire, pour éviter les remontrances qui allaient venir…

Elle se mit en route, non sans avoir pris une lame en fer, planquée sous ses vêtements. Ah, qu’elle aurait apprécié être en hiver, ou loin de cette canicule, pour pouvoir porter un manteau, et donc en cacher encore plus. Malheureusement, il n’y avait pas trop de choix possibles aujourd’hui. Elle irait au plus simple, et compterait sur ses pouvoirs et ses connaissances pour combler le manque d’armes. Ce serait suffisant.

La chaleur moite la dérangeait. Jamais auparavant elle n’avait connu une telle chaleur et humidité. Quelque chose clochait, elle le remarquait bien. Et elle avait compris, fait ses recherches. Les anges perdaient du terrain, jour après jour. Il fallait le regagner, ou l’humanité s’écroulerait, deviendrait dépendante de ces démons. Elle monta les quelques marches la séparant de ce némésis si particulier, se glissa dans une salle d’attente qui se remplirait à sa suite. Premier rendez-vous, ce n’était pas pour rien qu’elle avait choisi cet horaire. Il perdrait du temps avec elle, elle se l’était promis.

L’horloge au mur lui indiqua qu’il était l’heure pour elle d’entrer en scène. Sans peur, sans trembler, deux coups furent portés à la porte du cabinet, avant de pousser celle-ci. Tout avait été pris sous un faux nom, alors, il allait être étonné de la trouver là…

Elle s’installa sur l’une des chaises à sa disposition, regard glacial, visage fermé. Sa voix s’éleva, presque trop fluette pour la puissance qu’elle possédait : « Bonjour Pryam, cela faisait longtemps. » Pryam Rousseau, frère aîné de Camille Rousseau, désormais commandant du destin, Curson. Il faut croire que le sang de leurs hôtes avait attiré la puissance… Son regard accrocha celui du démon, le défia. A chaque fois qu’ils s‘étaient vus, ils s’étaient battus, avaient voulu se tuer, sans jamais y parvenir. Hésitait-elle ? Ou était-ce lié à leur lien antérieur, qu’elle avait perçu dans l’esprit des autres ? Pourtant, il avait tué les parents, avait fauché leurs vies. Comme si sa condition lui en donnait le droit. « Tu as donc réussi à ouvrir un cabinet de psychiatrie. Je n’aurais jamais pensé cela possible, venant de toi. » Hautaine, elle attrapa un des stylos présents sur le bureau, joua avec. Elle était agaçante comme gamine, à venir lui signifier qu’elle le surveillait. Car oui, sa présence ici était une mise en garde. Et d’une stupidité totale.

   
code by bat'phanie

_________________
Car nos coeurs

sont hantés
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: sheltered from the storm (ft. camille) Lun 12 Fév - 17:50 ()

L’intégralité du cabinet est plongée dans le silence le plus total. Le vent, capricieux, cogne contre les volets de la fenêtre. Le tic-tac de l’horloge agace. Le ciel est gris, maussade, en parfaite harmonie avec ton humeur matinale. Les feuilles de papier s’entassent dans les tiroirs du bureau, les stylos traînent sur ton bureau en désordre et les dossiers s’accumulent sur le coin de ta paillasse. Être enfermé ici est loin d’être une partie de plaisir. Devoir écouter les plaintes de ces pauvres mortels s’offusquant de leurs sorts funestes est un supplice dont tu passerais bien. Cependant, tu dois admettre que tu en tires une certaine satisfaction. Tu tortures leurs âmes en prétendant les aider. Tu les attires sur le chemin tortueux d’une destinée que tu choisis pour eux. Vil et cruel. Ils te font confiance. Une confiance aveugle dont tu te sers à leur insu, sans la moindre honte, la moindre gêne, ou la moindre pitié. Ce ne sont que des pions, que des petits soldats que tu fais avancer à ta guise grâce à des ficelles que tu accroches à leurs poignets. Un murmure s’insinue dans leurs esprits et remet en question toutes leurs croyances, il les détourne vicieusement de leurs buts, sans même qu’ils ne le remarquent. Petits êtres naïfs. Tout ceci n’est qu’une immense mascarade dont tu es l’instigateur. Tu occupes tes journées comme tu le peux, les faisant défiler à coup de jeux morbides, de parties de chasse perverse,et d’héroïne mal injectée dans tes veines.

Un soupir s’échappe encore de tes lèvres. Tu fermes les yeux, attiré soudainement par l’envie de t’endormir, le dos tourné à cette fenêtre. Les derniers temps ont été durs. Pour toi. Pour ta sphère. Pour tes serviteurs, ceux que tu diriges, ceux qui sont sous tes ordres. Les lignes bleues se dessinent  plus clairement sous ta peau. Tu te mets à l’aise. Tu te vautres dans ce fauteuil qu’est le tien, comme un maître dans son immense demeure. Tu règnes. Démon tout puissant sur cette terre que tes pieds foulent depuis des semaines. Démon tout puissant en l’absence d’un Dieu. Démon tout puissant de ta propre sphère. Tu appliques les décisions que tu estimes justes. Tic-tac. Paupières qui papillonnent. Tic-tac. Le temps s’évade sans grande conviction. Tic-tac. Le manque d’une seringue sous l’épiderme se fait déjà sentir. Drôle de sensation. Sensation que tu veux ressentir autant que tu veux chasser par une autre dose, plus forte que la précédente. Toujours plus forte. Bordel. Toc-toc. Et ta voix résonne, un sourire étire tes lèvres. Tu lances une nouvelle partie.

Situation parfaite. Ton rictus se transforme, il devient amusé, d’autant plus joueur et charmeur que le précédent. Pauvre petite gamine que tu désires écraser entre tes doigts comme un vulgaire puceron. « Je suis ravi de te voir. » lâches-tu, d’une voix calme et posée. Ce rictus mauvais ne te lâche pas. Sa présence est le divertissement dont tu avais besoin. Tu ne te lèves pas de ton fauteuil, nullement impressionné par son attitude. Peut-être par manque de considération. « Comme tu peux le voir, oui. » Rien ne sert de rentrer dans son jeu. « C’est toujours mieux que de faire mumuse avec un Code Pénal. Quelle tristesse. Tu as bien fait tes devoirs, sœurette ? Si tu as de mauvaises notes, les parents ne vont pas être contents… Oh. J’oubliais. » Il vaut mieux attaquer. Ton rire résonne entre les murs de ton bureau. Tu t’enfonces un peu plus dans ton siège, la jaugeant du regard. Son visage est creusé. Elle ne doit pas énormément dormir, pauvre créature. Pauvre petite chose fragile.

Doucement, tu croises les doigts avant de les faire craquer bruyamment. Un court instant de silence avant que ta question n’atteigne ses oreilles. « Qu’est-ce que tu veux ? » Te surveiller, probablement. Te mettre en garde, nul doute. Pupilles azurées se plantant dans les siennes comme deux poignards. « Je n’ai pas le temps de jouer à la nounou, Camille. » Les syllabes de son prénom d’usage, tu les décortiques, tu les détaches. « Ou devrais-je dire Mademoiselle Leblanc. » Tu as été sot. Tu aurais dû te méfier. Une erreur que tu ne commettras pas deux fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 20/11/2017
Messages : 441
pretty face : Odeya Rush
julius caesar : (c)ALA LE PLUS CHOU
legends never die : Ancienne premier séraphin de Dieu, voix de la Sagesse, elle est devenue Archange de l'infini suite à la chute d'Azazel.
the mighty bush : Vampire télépathique : Nom étrange, pour un pouvoir qui ne l’est pas moins. Capacité de pénétrer l’esprit, le corps d’un autre être, d’y emménager sa volonté, écrasant celle de l’autre. Accès aux souvenirs, pensées les plus secrètes, ressenti des émotions les plus profondes et totales. Elle peut par la même occasion modifier ce qu’elle perçoit, intégrer de nouvelles idées. Un contact physique facilite son utilisation, mais un simple contact visuel peut suffire sur les âmes les plus faibles. Se limitant à une seule personne à la fois, l’archange abuse de ce pouvoir. Quitte à ne plus discerner son passé de ceux qu’elle manipule…
Souffle de connaissance : capacité d’offrir des connaisses à une autre personne sur n’importe quel sujet. Celles-ci sont éternelles, et suivront donc la personne jusqu’à sa mort. Elle peut offrir aussi bien de vraies comme de fausses connaissances, voire modifier ce qui a déjà été appris.
Magnétisme :Capacité de manipuler les flux magnétiques, et notamment de faire bouger/voler les objets/liquides métalliques et aimantés (en utilisant son corps comme un aimant, répulsif ou attractif). Peut utiliser le champ magnétique de la Terre pour une seule attaque dévastatrice, au prix d’un coma ou d’une inutilisation de tout pouvoir les jours suivants.
weapon : [u]Pendule de Famine[/u] : Trouvé durant la soirée Halloween 2045 par Adèle Duval, le pendule semble appartenir au Cavalier Famine, qui avait à cœur de le récupérer. Toutefois, en tentant de s'en emparer le démon s'est brûlé la main. Le Pendule a été récupéré par Camille. Si son pouvoir est encore inconnu, il semble que le Pendule protège quiconque le porte contre les pouvoirs du cavalier de l'apocalypse. // Arc d'Auriel : Arc de lumière confectionné par Michael, il est désormais matérialisé sur le plan réel par la volonté de Vehuhiah, et n’est cédable que sur un ordre explicite de sa part. Cette arme à longue portée blesse ceux touchés par les flèches mais la souffrance dépend de chacun. Plus une personne est du côté obscur, plus la douleur sera grande. Inversement, plus l’être est bon, moins l’arme aura d'impact (peut n'en avoir aucun). L'arc gagne en puissance en présence d'autres anges, mais principalement aux côtés de Michael. Il puise directement dans la force vitale et la puissance de Vehuhiah.
Allegeance : Camille, sa loyauté va aux anges, envers et contre tout. Elle est une création de son Père, faite pour le servir. Jusqu’ici, jamais elle n’a renié sa nature et son allégeance, même après un retour sur Terre pas forcément voulu de sa part...
these streets : Oh, elle sait ce qui se dit, les connaissances angéliques et templières n’ont plus de secrets pour elle. Pour le reste… Pourquoi ils sont revenus, qui a brisé le pacte, tout est encore flou. En revanche, concernant le retour des Dieux… Il faut croire que son pouvoir lui permet d’avoir des doutes de plus en plus tangibles...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Anges

Sujet: Re: sheltered from the storm (ft. camille) Jeu 8 Mar - 22:05 ()

   
   
   
sheltered from the storm
Running toward danger is foolhardy. ... But so is closing your eyes to it. Many perils become less dangerous once you understand their potential hazards.
Il y avait ce calme en elle, alors qu’elle s’était glissée chez l’ennemi, sans en référer à quiconque, que ce soit dans sa sphère ou chez les autres archanges. Vehuhiah avait disparu des radars, et seule Camille était visible désormais. Parce que ce combat, c’était le sien, pas celui d’un autre. Personne ne toucherait à l’enveloppe d’un corps si proche de son hôte. Personne à part elle en somme. C’était étrange, de se retrouver face à quelqu’un qu’elle avait vu différemment dans les souvenirs de tierces personnes. L’adolescent aimant, rieur, agréable, avait laissé place à un commandant des plus délicats à gérer. Même pour l’Archange, qui était habituée aux batailles les plus dures, qui avait plus d’une fois dû gérer des crimes massifs… Le Destin était une force incommensurable, et ceux capables de jouer avec sont particulièrement effrayants. Oui, même elle le disait, le pensait. C’était la raison pour laquelle elle avait presque interdit aux autres de s’en approcher. La Guerre et la Justice se feraient avoir, elle en était certaine. Leurs émotions et pensées étaient déjà si exacerbées qu’un simple passage dans leur crâne suffirait à y foutre le bordel. Définitivement.

Regards se heurtant, sourire en coin chez l’autre, traits figés dans le marbre chez elle. Bataille à la fois silencieuse, dans leur comportement, et verbale, dans les mots qu’ils s’échangeaient, cherchant à savoir où se situer l’autre. C’était un jeu d’échecs grandeur nature sur lequel ils avaient pris place. La reine et le roi se faisaient face, sans aucun autre pion sur le plateau. Ce serait eux qu’ils sacrifieraient… Elle répondit à ses sourires par quelque chose de plus tendre, presque trop, en décalage complet avec ses pupilles froides. Y’avait rien qui changeait chez elle, malgré les piques, malgré les souvenirs rapportés. Il avait tué les parents de leurs hôtes. De sang-froid, par pur plaisir. Et si ce n’était pas pour elle, c’était pour Judith qu’elle s’en voulait. Celle-ci avait perdu une sœur et un beau-frère à cause du Grand retour. Et cette femme ne le méritait pas. Alors… Curson paierait. S’il fallait le torturer, elle le ferait, jusqu’à l’entendre hurler de l’achever. Et elle profiterait, comme elle n’en avait jamais profité… Lueur folle dans le regard, une fraction de seconde. Et tout retomba, plate comme l’eau d’un lac. Apparais aussi innocente que la fleur, mais sois le serpent caché derrière.

« Je suis ravie aussi. » Faux. Enfin, elle était ravie de savoir qu’elle pourrait jouer avec lui… « Tu n’imagines même pas à quel point c’est amusant. Surtout quand tu n’as rien à faire, et que tu peux profiter de la vie étudiante. » Presqu’enjouée comme ton. Mais finalement, c’était la couverture idéale d’être étudiante. Elle pouvait influencer les humains facilement, les pousser à en découvrir toujours plus. C’était des cerveaux en effervescence tout le temps, et Vehuhiah, elle aimait cela. « Je pense plus que c’est toi qu’ils auraient puni. Après tout, je suis la fille idéale, alors que toi… » Du dédain. Son regard avait perçu les traits tirés, bouffés par quelque substance. C’était si triste pour lui… Tout en légèreté, un des stylos quitta son pot, vint jusqu’aux doigts de la gamine. Magnétisme maîtrisé, calme, serein. Elle ne donnait pas l’impression d’être sur l’attaque ou la défensive non. Elle était… Juste là. Elle le laissa parler, déblatérer, reposant son attention sur le stylo de marque avec lequel elle jouait entre ses doigts. Oh, il aurait fallu qu’il se méfie, qu’il se mette sur ses gardes.

A peine eut-il fini son dernier mot que le stylo dans la main de Vehuhiah disparut. Ou plutôt, l’impulsion donnée par le magnétisme était suffisamment forte pour provoquer cette sensation. Il fut arrêté à quelques millimètres de la gorge, alors que la voix s’élevait, étrangement sereine : « Mademoiselle Leblanc a tué le Docteur Lenoir dans le cabinet du psychiatre, avec un stylo. » Sourire sarcastique. « Ca ferait presque une bonne partie de Cluedo, ne trouves-tu pas, Curson ? » Nom démoniaque utilisé, accentué dans sa bouche. Il voulait jouer, il se pensait hors d’atteinte, et il n’imaginait pas à quel point il avait tort… « Ce que je veux ? Es-tu si naïf que cela ? » Sa mort. Et son sang sur les doigts.

   
code by bat'phanie

_________________
Car nos coeurs

sont hantés
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: sheltered from the storm (ft. camille) Jeu 15 Mar - 15:40 ()

Dédaigneuse. Elle ne change pas. Elle reste cette source de divertissement dont tu ne te lasses jamais, mais dont tu te méfies malgré tout. L’Ange ne souhaite qu’une seule chose : t’éradiquer de la surface de la planète. C’est une menace indéniable, tout autant que tu en es une à ses yeux. Le feu et la glace réunis dans une seule et même pièce. Les dégâts pourraient être monstrueux, si un combat venait à exploser entre les quatre murs de ton cabinet. Pourtant, aucun de vous ne bouge. Chacun campe sur ses positions. La jeune brune s’arme d’un de tes stylos, pendant que tu t’enfonces dans ton fauteuil, croisant les jambes, entrelaçant tes mains. Un sourire sur les lèvres, pour contrer son regard dur et froid. L’Archange est sur ses gardes. La moindre confrontation se termine toujours par le départ d’un des deux combattants. Chaque fois interrompus par des flashs d’un monde disparu. Chaque fois interrompus par les émotions et les souvenirs vécus par les véritables possesseurs de vos corps terrestres. Dissocier ces visions et la réalité de l’instant s’avère parfois complexe, mais jamais tu ne perds la face. Ce n’est pas maintenant qu’elle te fera plier. Le Destin choisit pour les autres. Le Destin est tout puissant. Il définit ce qui doit se passer, ce qui doit s’effacer. Il fait se croiser des chemins au hasard, en éloigne d’autres. Ce qui apparaît comme des erreurs, ne sont que bien souvent des plans réfléchis sur des décennies. Personne choisit son avenir. Tout le monde subit. Elle. Toi. Le Destin est capricieux.

Ravie. Le mensonge est plutôt mal-venu. « La vie étudiante… L’alcool, le sexe. Une jolie débauche. Tu oserais t’abaisser à une telle attitude ? Tu serais prête à éliminer ta loyauté. Et bien, moi qui pensais que les Anges étaient d’un ennui profond... » Ton rire s’élève encore dans les airs. En faire l’une des tiennes serait bien trop dangereux. L’éliminer de l’échiquier serait plus simple. Tellement plus simple. La sensation serait grisante, satisfaisante. Tu en savourais chaque instant. Tu regarderais son âme s’échapper de ses pupilles noisettes. Ce serait si parfait. « Alors que moi, je suis le centre d’intérêt. Leurs yeux étaient tournés vers moi. Ils s’attendaient toujours à ce que je me  fasse remarquer. Ils me craignaient. En revanche, on ne peut pas en dire de même pour la fille chérie. Toujours là où on s’attendait à la voir, sans aucune surprise, sans aucune saveur. La petite fille sans intérêt, toujours caché derrière ses bouquins. La gamine inintéressante. » Ton sourire s’agrandit. « Comment va Judith ? »

« Ce serait désolant, comme mort. » Du bout des doigts, tu attrapes le stylo qui pointe dangereusement ta gorge et le poses sur ton bureau avec délicatesse. Elle prononce ton nom avec tant de colère, tant de haine que tu ne peux toujours pas réprimer le rictus qui habille ton visage à chaque seconde de cet entretien si particulier. « Et tu n’es pas la meilleure joueuse. Tu ne sais pas ce que c’est. Tu ne veux jamais participer à mes petits jeux. » Des jeux de torture, des défis que tu lances sans penser un seul instant aux conséquences. Tu joues avec la vie de simples mortels. Tu joues avec leur  vie. Tu mets au défi la jeune femme de t’en empêcher. Ton désir de l’affronter grandit de jour en jour, mais quelque chose vous empêche d’en finir. Un instinct. « Et on sait très bien pour quelle raison... » Ses remarques te font hausser un sourcil. Te prend-elle réellement pour un abruti sans cervelle ? Tu sais parfaitement la raison de sa présence. Une surveillance inutile. Une mise en garde. Sait-elle seulement que tu n’en as rien à foutre. « Si c’est que tu désires, si tu veux me crever dans mon propre cabinet, pourquoi ne m’as-tu pas planté la mine du stylo dans la gorge ? » Dans l’état actuel des choses, elle aurait très  bien pu. Tu n’aurais pas pu y échapper. Tu te viderais probablement de ton sang à l’heure actuelle. « Donc, je répète ma question : qu’est-ce que tu veux ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 20/11/2017
Messages : 441
pretty face : Odeya Rush
julius caesar : (c)ALA LE PLUS CHOU
legends never die : Ancienne premier séraphin de Dieu, voix de la Sagesse, elle est devenue Archange de l'infini suite à la chute d'Azazel.
the mighty bush : Vampire télépathique : Nom étrange, pour un pouvoir qui ne l’est pas moins. Capacité de pénétrer l’esprit, le corps d’un autre être, d’y emménager sa volonté, écrasant celle de l’autre. Accès aux souvenirs, pensées les plus secrètes, ressenti des émotions les plus profondes et totales. Elle peut par la même occasion modifier ce qu’elle perçoit, intégrer de nouvelles idées. Un contact physique facilite son utilisation, mais un simple contact visuel peut suffire sur les âmes les plus faibles. Se limitant à une seule personne à la fois, l’archange abuse de ce pouvoir. Quitte à ne plus discerner son passé de ceux qu’elle manipule…
Souffle de connaissance : capacité d’offrir des connaisses à une autre personne sur n’importe quel sujet. Celles-ci sont éternelles, et suivront donc la personne jusqu’à sa mort. Elle peut offrir aussi bien de vraies comme de fausses connaissances, voire modifier ce qui a déjà été appris.
Magnétisme :Capacité de manipuler les flux magnétiques, et notamment de faire bouger/voler les objets/liquides métalliques et aimantés (en utilisant son corps comme un aimant, répulsif ou attractif). Peut utiliser le champ magnétique de la Terre pour une seule attaque dévastatrice, au prix d’un coma ou d’une inutilisation de tout pouvoir les jours suivants.
weapon : [u]Pendule de Famine[/u] : Trouvé durant la soirée Halloween 2045 par Adèle Duval, le pendule semble appartenir au Cavalier Famine, qui avait à cœur de le récupérer. Toutefois, en tentant de s'en emparer le démon s'est brûlé la main. Le Pendule a été récupéré par Camille. Si son pouvoir est encore inconnu, il semble que le Pendule protège quiconque le porte contre les pouvoirs du cavalier de l'apocalypse. // Arc d'Auriel : Arc de lumière confectionné par Michael, il est désormais matérialisé sur le plan réel par la volonté de Vehuhiah, et n’est cédable que sur un ordre explicite de sa part. Cette arme à longue portée blesse ceux touchés par les flèches mais la souffrance dépend de chacun. Plus une personne est du côté obscur, plus la douleur sera grande. Inversement, plus l’être est bon, moins l’arme aura d'impact (peut n'en avoir aucun). L'arc gagne en puissance en présence d'autres anges, mais principalement aux côtés de Michael. Il puise directement dans la force vitale et la puissance de Vehuhiah.
Allegeance : Camille, sa loyauté va aux anges, envers et contre tout. Elle est une création de son Père, faite pour le servir. Jusqu’ici, jamais elle n’a renié sa nature et son allégeance, même après un retour sur Terre pas forcément voulu de sa part...
these streets : Oh, elle sait ce qui se dit, les connaissances angéliques et templières n’ont plus de secrets pour elle. Pour le reste… Pourquoi ils sont revenus, qui a brisé le pacte, tout est encore flou. En revanche, concernant le retour des Dieux… Il faut croire que son pouvoir lui permet d’avoir des doutes de plus en plus tangibles...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Anges

Sujet: Re: sheltered from the storm (ft. camille) Ven 18 Mai - 1:14 ()

   
   
   
sheltered from the storm
Running toward danger is foolhardy. ... But so is closing your eyes to it. Many perils become less dangerous once you understand their potential hazards.
Elle était étonnée Vehuhiah, de parvenir à rester si calme face au Destin, face à l’assassin. Peut-être que Judith l’influençait plus que nécessaire. Mais la femme était toujours si bonne, si douce avec tous, malgré les événements. Malgré la perte de son mari, de sa famille. Elle n’avait plus personne, à part son dernier fils, et ses neveu et nièce. Le premier était un démon, celui qui lui avait fait perdre les siens. La seconde faisait partie des archanges. Deux êtres particulièrement puissants, qui se heurtaient régulièrement. Elle n’en savait rien, évidemment. Arthur, comme elle, avait choisi de garder le secret à ce sujet. C’était mieux ainsi, Vehuhiah en avait conscience. Si sa présence venait à être découverte, la mère Leroy serait en danger. En fait, l’archange agissait à la fois comme un répulsif et un attirant. Les deux faces d’un aimant. Ce qui protégeait cette femme, c’était son statut d’archange, et les rumeurs qui couraient sur elle. Ce qui la mènerait à sa perte, c’était la même personne. Judith en avait-elle seulement conscience ?

« Tu as une vision bien étriquée de la vie étudiante dis-moi. C’est plutôt ce que les démons font, au risque de détruire leur enveloppe et de disparaître… » Nouveau sourire de sa part. Avec un peu de chance, les substances humaines les détruiraient, sans intervention des anges. C’était à espérer, dans le contexte actuel. « La gamine inintéressante te salue donc. C’est triste de se dire que même le Destin finit toujours par plier face à l’Infini… » L’archange jouait, et l’archange n’avait aucune envie de perdre. Le commandant pouvait-il lui résister ? Une partie d’elle tranchait que non. L’autre se faisait plus mesurée. Elle ne connaissait pas tous les pouvoirs de Curson. Et surtout… Le moment l’avait prouvé : elle n’était pas capable de le tuer. Elle sentait comme un pincement au cœur, alors que l’objet métallique avait manqué de le transpercer. Un centimètre en plus, et le démon aurait disparu. Un centimètre de plus… C’était si proche, et pourtant si loin.

Judith évoquée, et la colère brûla dans le fond de son regard. Amère douleur, réclamation de la vengeance. Les émotions étaient présentes, trop vives. Envisageait-il de s’en prendre à elle ? Peut-être que ce serait le déclencheur de leur combat. D’un vrai duel. Et d’une mort héroïque. « Ce serait une mort à ta hauteur alors. » Ton sifflant, elle s’enfonça dans le fauteuil pour ne pas lui sauter à la gorge maintenant. Il fallait croire que la maturité et le contrôle avaient ses limites, même si rien n’était visible. L’archange avait des millénaires d’expérience après tout… « Oh, encore faudrait-il que tu acceptes de jouer aux miens. Mais tu préfères rester bien au chaud derrière quatre murs, à jouer avec d’autres qui ne peuvent pas se défendre. » Oui, tu es faible Curson… « Tu devrais venir jouer avec tes ennemis mon cher, tu verras ce que ça fait de goûter à ta propre médecine… » Il ne le fera pas. Néanmoins, pour une fois ? Vehuhiah approuverait la torture sur démons. Juste sur lui. Et certainement sans sa présence à elle. « Judith va très bien ! Et encore mieux depuis que les sceaux ont été installés. » Aller, un petit mensonge, une mise en garde… Vehuhiah n’en avait pas encore mis, mais sa simple présence suffisait à réduire à néant les espoirs d’attaque…

Tant de questions. Que voulait-elle ? Pourquoi n’avait-elle pas été jusqu’au bout ? Y’avait le silence qui s’posait, les cœurs qui tambourinaient, et les regards qui s’accrochaient. Les pupilles bleutées se reconnaissaient, au-delà des ennemis. Et sa voix s’éleva à nouveau : « Pourquoi ? » Pause. Emotions contraires qui lui bouffaient le cœur. Colère et dégoût. Colère et haine. Colère et amour. « Pourquoi ne puis-je pas te tuer ? » Et pourquoi toi non plus n’y parviens-tu pas ? Ils étaient dans un dialogue de sourd jusqu’à leurs gestes mêmes. A aucun moment l’autre n’avait pu, ou voulu, porter le coup fatal. Ils avaient juste pris la fuite, l’un ou l’autre. Ils s’étaient échappés, à l’instant où les cœurs se serraient trop, où les âmes souffraient. Il pouvait mentir, ou chercher à mentir. Mais Vehuhiah savait qu’il était dans ce cas-là lui aussi. Elle le savait. « Pourquoi donc ? »

   
code by bat'phanie

_________________
Car nos coeurs

sont hantés
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: sheltered from the storm (ft. camille) Lun 21 Mai - 0:00 ()

Le tic-tac de l’horloge est le seul arbitre de vos échanges. Le temps s’évapore avec douceur, laissant le Destin s’amuser de la situation. Il ne mesure par les conséquences de la présence de la jeune femme dans ton cabinet, il s’en amuse, il te nargue, planant au-dessus de la tête de chaque être peuplant cette Terre. Malheureuse Terre, terrain de jeux d’autre fois. La partie est bien moins aisée, désormais. Cependant, cela ne t’empêche pas d’arborer ce sourire joueur. Ce sourire qui étire tes lèvres chaque fois que la demoiselle se trouve dans la même pièce que toi, à jouer avec ses menaces inefficaces. Tu t’amuses de tes précédentes actions, de la douce manière que cela affecte l’Archange, et des pauvres fardeaux desquels elle semble s’enticher inlassablement. Pourquoi donc se soucier de ces simples mortels quand de plus grands projets peuvent occuper ses pensées ? Du bout de la langue, tu humidifies tes lèvres sèches, détaillant la brune du regard. Faiblesse de l’âme s’accorde à la perfection avec la crainte de perdre un être cher. Ne devrait-elle donc pas le savoir, après tant d’années d’existence ? Ne pas s’attacher permet une réflexion bien plus logique, bien plus raisonnable, loin de tous ces sentiments mielleux qui font vivre ces êtres écœurants que sont les Anges. Les mortels ne sont qu’une distraction, une perte de temps qui les éloignent de leur but. Ils ne sont qu’un moyen de faire passer le temps de leurs existences terriblement longues. Un divertissement exquis.

Un rire s’échappe de ta gorge lorsque la gamine joue. « Vous êtes des êtres si fragiles, si faibles. Les petits amoureux des humains. Ceux en qui tous ces idiots fondent leurs espoirs. » te moques-tu, sans jamais lâcher la jeune femme du regard. « C’est gentil de t’inquiéter pour nous. On passe du bon temps, ici. Tu ne sais pas ce que tu rates. » Tu continues, en remontant les manches de ta chemise une nouvelle fois, dévoilant aux yeux de Vehuhiah les nombreuses traces laissées par les seringues amères. Des cicatrices violines – les plus récentes – aux cicatrices pâles. Ta langue passe à nouveau sur tes lèvres. « Plier ? » Un sourcil s’arque sur ton visage paisible. « Cesse donc de prendre tes rêves pour une réalité. C’est agaçant, j’ai la sensation de me répéter à chacune de nos rencontres. » Doucement, tu te redresses dans ton fauteuil. Tes gestes accompagnent ta parole. Jamais tu ne plieras. Toujours tu vaincras. Tu t’amuses de cette situation. La crainte est loin. La peur ne fait pas partie de ta journée. Tu as conscience qu’elle est incapable de te faire du mal. La preuve se trouve dans le stylo qui repose désormais sur le bois de ton bureau, alors que juste quelques secondes auparavant, il planait dangereusement devant ta gorge. Elle n’a pas le cran de voir le sang s’échapper de ta gorge. Elle n’a pas la force d’assister à ce spectacle. L’enveloppe charnelle dont tu as hérité s’avère être un précieux atout. D’un geste de la main, tu balayes ses réflexions inutiles. « Des sceaux. Intéressant. » Encore un ricanement. Te prend-elle véritablement pour plus idiot que tu ne l’es ? Si des sceaux étaient installés, elle ne t’aurait certainement pas tenu à te donner cette information, préférant plutôt te voir tomber dans sa magie avec un sourire béat étirant ses lèvres.

Et les questions résonnent sans que tu ne puisses apporter la moindre réponse. Le silence devient pesant, avant que tu ne te décide à le briser. « Parce que tu t’es éprise de l’image que je représente à tes yeux, petite idiote. Le démon coincé dans la peau du frère de ta propre enveloppe corporelle. C’est d’une banalité affligeante. Ne parviens-tu pas à faire tes propres conclusions toute seule ? Est-ce pour cette raison que tu te caches sous une fausse identité pour venir semer le trouble dans mon cabinet ? » Tes mains se croisent alors que tu te penches vers elle. « Tu es faible, et tu le seras toujours, sœurette. » Ce mot te brûle la gorge tant il est désagréable à prononcer. Ou bien est-ce simplement l’amertume de ne pas connaître la véritable réponse à ses interrogations qui te font réagir si négativement ? « Va porter amour et paix ailleurs, ta présence me donne la nausée. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 20/11/2017
Messages : 441
pretty face : Odeya Rush
julius caesar : (c)ALA LE PLUS CHOU
legends never die : Ancienne premier séraphin de Dieu, voix de la Sagesse, elle est devenue Archange de l'infini suite à la chute d'Azazel.
the mighty bush : Vampire télépathique : Nom étrange, pour un pouvoir qui ne l’est pas moins. Capacité de pénétrer l’esprit, le corps d’un autre être, d’y emménager sa volonté, écrasant celle de l’autre. Accès aux souvenirs, pensées les plus secrètes, ressenti des émotions les plus profondes et totales. Elle peut par la même occasion modifier ce qu’elle perçoit, intégrer de nouvelles idées. Un contact physique facilite son utilisation, mais un simple contact visuel peut suffire sur les âmes les plus faibles. Se limitant à une seule personne à la fois, l’archange abuse de ce pouvoir. Quitte à ne plus discerner son passé de ceux qu’elle manipule…
Souffle de connaissance : capacité d’offrir des connaisses à une autre personne sur n’importe quel sujet. Celles-ci sont éternelles, et suivront donc la personne jusqu’à sa mort. Elle peut offrir aussi bien de vraies comme de fausses connaissances, voire modifier ce qui a déjà été appris.
Magnétisme :Capacité de manipuler les flux magnétiques, et notamment de faire bouger/voler les objets/liquides métalliques et aimantés (en utilisant son corps comme un aimant, répulsif ou attractif). Peut utiliser le champ magnétique de la Terre pour une seule attaque dévastatrice, au prix d’un coma ou d’une inutilisation de tout pouvoir les jours suivants.
weapon : [u]Pendule de Famine[/u] : Trouvé durant la soirée Halloween 2045 par Adèle Duval, le pendule semble appartenir au Cavalier Famine, qui avait à cœur de le récupérer. Toutefois, en tentant de s'en emparer le démon s'est brûlé la main. Le Pendule a été récupéré par Camille. Si son pouvoir est encore inconnu, il semble que le Pendule protège quiconque le porte contre les pouvoirs du cavalier de l'apocalypse. // Arc d'Auriel : Arc de lumière confectionné par Michael, il est désormais matérialisé sur le plan réel par la volonté de Vehuhiah, et n’est cédable que sur un ordre explicite de sa part. Cette arme à longue portée blesse ceux touchés par les flèches mais la souffrance dépend de chacun. Plus une personne est du côté obscur, plus la douleur sera grande. Inversement, plus l’être est bon, moins l’arme aura d'impact (peut n'en avoir aucun). L'arc gagne en puissance en présence d'autres anges, mais principalement aux côtés de Michael. Il puise directement dans la force vitale et la puissance de Vehuhiah.
Allegeance : Camille, sa loyauté va aux anges, envers et contre tout. Elle est une création de son Père, faite pour le servir. Jusqu’ici, jamais elle n’a renié sa nature et son allégeance, même après un retour sur Terre pas forcément voulu de sa part...
these streets : Oh, elle sait ce qui se dit, les connaissances angéliques et templières n’ont plus de secrets pour elle. Pour le reste… Pourquoi ils sont revenus, qui a brisé le pacte, tout est encore flou. En revanche, concernant le retour des Dieux… Il faut croire que son pouvoir lui permet d’avoir des doutes de plus en plus tangibles...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Anges

Sujet: Re: sheltered from the storm (ft. camille) Dim 10 Juin - 2:21 ()

   
   
   
sheltered from the storm
Running toward danger is foolhardy. ... But so is closing your eyes to it. Many perils become less dangerous once you understand their potential hazards.
Ils se faisaient encore face, malgré l’attaque de l’archange. Finalement, ils auraient peut-être pu en finir aujourd’hui, s’ils avaient eu la capacité de le faire, d’engager un réel combat plutôt que de se fixer droit dans les yeux sans réaction aucune. Mais il n’y avait que des mots, que des questions qui se bousculaient sur leurs lèvres. Elle était tout bonnement incapable de le tuer. Ce n’était pas une révélation, voilà des années qu’elle s’en était rendue compte. Pourtant, il avait tué la famille de leurs hôtes, une partie tout du moins. Peut-être qu’un jour il chercherait à s’en prendre à ceux restants, à ceux ayant le malheur de graviter autour de l’Infini. Et peut-être serait-ce l’électrochoc dont elle avait besoin, pour le mettre hors d’état de nuire. Vehuhiah, elle n’était attachée qu’à peu d’humains, tout en en inspirant des milliers. Elle était la petite voix dans la tête de beaucoup, mais jamais elle ne s’était accrochée au point qu’on puisse la faire souffrir en s’en prenant à certains. Jusqu’à aujourd’hui en tout cas, elle avait vécu de la sorte. Jusqu’à aujourd’hui… Mais rien n’était figé dans le marbre, dès qu’il s’agissait d’humains. Leur libre-arbitre était finalement une plaie, et elle avait fini par être contaminée…

Si faibles, si fragiles, vraiment ? Elle sourit, doucement. Elle avait fait face à bien pire que Curson : elle avait fait face à Lucifer. Le déchu, l’ancien amour d’Azrael, l’ancien guide des créatures angéliques. Ils s’étaient heurtés à nombre incalculables de fois, sans qu’aucun des deux ne périssent. Evidemment, le corps de l’Infini avait été meurtrie. Mais sa victoire à elle ne viendrait jamais d’un combat physique. Et cela, personne ne s’en rendait compte. Elle ne détruirait pas le physique, mais le mental. Elle réduirait leur résistance à néant, parce que finalement, ils n’étaient qu’un amas bouillant d’émotions, et une simple étincelle pouvait modifier. « Ne t’inquiète pas, je sais parfaitement ce que vous faites tous sur cette Terre. » Et elle était honnête sur ce point, celle qui avait pénétré dans l’esprit de plusieurs démons, dont certains très hauts placés… « Et si nous étions si faibles et si fragiles, nous serions déjà éliminés. Pourquoi n’y êtes-vous pas parvenus alors ? » Question laissée en suspens, juste une seconde, pour que les propos soient d’autant plus glacials. « Oh, suis-je bête, certainement parce qu’au fond, vous n’êtes rien. »

Elle le regarda se redresser, comme pour lui prouver qu’il ne plierait pas. Intéressant… La tête se pencha légèrement sur le côté. Les années passées à lire les pensées des autres la rendaient désormais apte à décrire, comprendre les comportements. Evidemment, les démons avaient la fâcheuse tendance à ne pas agir comme tout le monde, mais elle se disait que l’attitude de Curson,  en réaction avec ses propos, n’était pas anodine. A creuser… « Mes rêves finissent toujours par devenir réalité. » C’était le propre de l’Infini non, de donner naissance à l’impossible ? C’était ainsi que ça s’était déroulé pendant des millénaires. Et cela ne changerait guère pour un démon de pacotille. Quant aux sceaux, qu’ils soient inexistants n’était guère un problème, puisqu’elle n’attendait qu’une attaque de sa part sur la maison pour en finir avec lui. Ce sera sa pression, sa dernière possibilité…

Elle laissa le silence se prolonger, accentuant ses propres angoisses. Il lui rirait au nez, elle le savait. Cependant, lui aussi était dans la même situation qu’elle. Lui aussi, était incapable de la tuer… La preuve, elle était encore en vie… Elle l’écouta, sans la moindre réaction. Oh que oui, elle était faible… « Oh, hé bien, si je t’embête tant que cela, je resterai peut-être toute la journée dans ce fauteuil, il est particulièrement confortable… » Et y’eut le pouvoir qui se déchaîna une nouvelle fois. De nos jours, tout était fait à base de métal, et même les bureaux en possédaient. Alors, Vehuhiah se contenta de faire exploser celui présent, et le bureau vola en centaines et milliers d’éclats. Le bois effleura sa peau, lui laissa des marques sanguinolentes dans l’épiderme. Et elle ne broncha pas, regardant simplement un traitement similaire être infligé à son frère. Maintenant, à défaut de s’en prendre à lui, elle détruirait le mobilier, le lieu. « Je suis faible en effet. Et pourtant, toi ô grand commandant d’une sphère démoniaque, tu n’es jamais parvenu à en prendre avantage. Que dirait Lucifer, ou Bayemon, si ton comportement venait à arriver à leurs oreilles ? Tu laisses une ennemie s’échapper, à plusieurs reprises. Quelle puissance… » Elle devenait railleuse, et son sourire en coin se faisait semblable à celui de Destin. Vehuhiah, elle n’avait jamais été foncière bonne ou mauvaise. Cela était l’apanage de la Sagesse : ne faisant partie de ni l’un, ni l’autre… « Tu as autant besoin de savoir que moi alors. » C’était leur survie qui était en jeu finalement, si leur attitude finissait par attirer les regards de leurs supérieurs…


   
code by bat'phanie

_________________
Car nos coeurs

sont hantés
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: sheltered from the storm (ft. camille) Mer 27 Juin - 0:38 ()

Tic-tac. Tic-tac. Encore et toujours les mêmes sonorités. Toujours le même bruit caractéristique. Toujours le même refrain insupportable. Toujours cette résonnance qui reste dans la tête, ne laissant alors aucun moment de répit à ta pauvre âme épuisée. Cette enveloppe ne te garantit pas la même force que celle que tu occupais autrefois, mais ton âme est toujours la même. Ton âme est toujours aussi épuisée, toujours aussi lasse de combattre cette autre que toi, sans que tu ne parviennes à lui assener le coup fatal. Ni toi, ni elle, d’ailleurs. C’est un jeu malsain que vous entretenez dans l’espoir de voir l’autre se soumettre, mais dans le fond, vous aimez avoir cette emprise sur l’autre, celle qui vous fait rester dans ce bureau, sans chercher à fuir le combat, sans chercher à fuir l’affrontement. Ce dernier est toujours présent, existant. Qu’important la situation. Qu’importe la manière dont les choses s’enchaînent. Le dénouement est toujours le même : l’abandon des armes dans chaque camp. Le match se conclue toujours par un échec, une défaite, dans les deux équipes. Personne ne gagne. Personne ne repart victorieux de ces échanges interminables. Taper où il faut, utiliser ses cartes, dévoiler ses as, mais ne jamais remporter la partie. Déplacer ses pions sur un échiquier pour ne jamais faire échec et mat. Il semblerait que ce soit votre manière de faire, votre jeu qui ne cesse de vous prendre par surprise malgré une fin, bien plus que prévisible.

Un rictus étire toujours tes lèvres lorsque la jeune femme reprend la parole. Tu ne plieras pas devant elle, tout autant qu’elle ne pliera pas devant toi. Deux êtres en constante bataille. Une bataille qui ne prendre probablement jamais fin, à moins qu’un troisième pion n’intervienne dans cette immense mascarade. Croisant les mains devant toi, les coudes posés sur le bord de ton bureau, tu te penches doucement en avant, tes yeux toujours figés dans ses pupilles tant de fois observées. « Ce que nous faisons tous. Tu as vite tendance à oublier que je ne suis pas comme tous ceux que tu serres entre tes griffes, frangine. Je suis déçu du regard que tu me portes. » Ce n’est pourtant pas ce qui entache ton sourire, bien au contraire. Ce dernier étire davantage la commissure de tes lèvres, faisant alors remonter tes pommettes avec une légèreté étrange. « Nous prenons simplement du plaisir à la chasse. L’angoisse qui grimpe dans vos cœurs, celle qui ronge, qui fait trembler. On s’amuserait beaucoup moins, si l’on vous avait déjà tous exterminé. Cependant, je peux te retourner la question. » susurres-tu entre tes dents, avant que ta langue ne vienne se perdre sur ta lèvre supérieure, comme le ferait un animal attiré par les odeurs d’un repas délicieux.

Un rire s’échappe de ta gorge lorsque la jeune femme affirme que ses rêves deviennent souvent réalité. « N’as-tu donc jamais rêvé de ma disparition ? » Tu joues. Tu t’amuses. Mais tu vis. Qu’elle le veuille, ou non. C’est ainsi. Tu vis, parce qu’elle n’a pas la force de t’arracher à cette existence face, où seule la drogue qui s’écoule encore dans tes vaisseaux sanguins possède une quelconque saveur nouvelle. Cependant, la menace que des sceaux soient installées dans la maison de sa petite protégée est un jeu pour lequel tu pourrais bien te laisser tenter. « Je t’en prie, installe-toi. Ne viens pas pleurer si ma nausée se répand sur tes jolies chaussures vernies. » Tu eus à peine le temps de terminer ta phrase que le bureau vola en éclats. Tes coudes se retrouvent alors subitement dans le vide, transpercés de toute part, par les aiguilles de bois. Le sang perlent sur ta chemise blanche. Ton rictus s’efface alors quelques secondes avant de reprendre une place sur ton visage. Si elle tient tant à jouer, tu vas jouer. Un battement de cil, et ton esprit se faufile, serpente, jusqu’à la silhouette frêle de la brune. Comme un sifflement de vipère, tu y souffles ta volonté, une voix qui gronde, qui sévit, et qui hurle dans sa tête. Tu contrôles ses veines pensées pour n’en faire que hurlement strident, pour n’y laisser que crainte, peur et angoisse incontrôlable. Cela te coûte, à toi aussi, faisant trembler tes doigts de quelques secousses discrètes, mais la partie vaut le coût d’être jouée. « Tu laisses un démon s’échapper. Que penseraient-ils s’ils venaient à obtenir écho de ces échanges ? » Chaque pique que vous vous lancez est valable pour l’autre, et c’est incroyablement agaçant. Tu déglutis, pour que finalement, ton sourire se fane. « Qu’est-ce qu’il te fait croire cela ? » Sans prévenir, tu te lèves alors de ta chaise et t’approches de la silhouette de la jeune femme. Tu prends de la hauteur pour mieux la défier du regard. « Retourne jouer dehors. » Sagesse ferait bien de laisser Destin tranquille. A moins qu’elle ne désire se voir affubler d’un jeu particulièrement amusant pour le grand enfin à l’âme aussi noire que du charbon.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 20/11/2017
Messages : 441
pretty face : Odeya Rush
julius caesar : (c)ALA LE PLUS CHOU
legends never die : Ancienne premier séraphin de Dieu, voix de la Sagesse, elle est devenue Archange de l'infini suite à la chute d'Azazel.
the mighty bush : Vampire télépathique : Nom étrange, pour un pouvoir qui ne l’est pas moins. Capacité de pénétrer l’esprit, le corps d’un autre être, d’y emménager sa volonté, écrasant celle de l’autre. Accès aux souvenirs, pensées les plus secrètes, ressenti des émotions les plus profondes et totales. Elle peut par la même occasion modifier ce qu’elle perçoit, intégrer de nouvelles idées. Un contact physique facilite son utilisation, mais un simple contact visuel peut suffire sur les âmes les plus faibles. Se limitant à une seule personne à la fois, l’archange abuse de ce pouvoir. Quitte à ne plus discerner son passé de ceux qu’elle manipule…
Souffle de connaissance : capacité d’offrir des connaisses à une autre personne sur n’importe quel sujet. Celles-ci sont éternelles, et suivront donc la personne jusqu’à sa mort. Elle peut offrir aussi bien de vraies comme de fausses connaissances, voire modifier ce qui a déjà été appris.
Magnétisme :Capacité de manipuler les flux magnétiques, et notamment de faire bouger/voler les objets/liquides métalliques et aimantés (en utilisant son corps comme un aimant, répulsif ou attractif). Peut utiliser le champ magnétique de la Terre pour une seule attaque dévastatrice, au prix d’un coma ou d’une inutilisation de tout pouvoir les jours suivants.
weapon : [u]Pendule de Famine[/u] : Trouvé durant la soirée Halloween 2045 par Adèle Duval, le pendule semble appartenir au Cavalier Famine, qui avait à cœur de le récupérer. Toutefois, en tentant de s'en emparer le démon s'est brûlé la main. Le Pendule a été récupéré par Camille. Si son pouvoir est encore inconnu, il semble que le Pendule protège quiconque le porte contre les pouvoirs du cavalier de l'apocalypse. // Arc d'Auriel : Arc de lumière confectionné par Michael, il est désormais matérialisé sur le plan réel par la volonté de Vehuhiah, et n’est cédable que sur un ordre explicite de sa part. Cette arme à longue portée blesse ceux touchés par les flèches mais la souffrance dépend de chacun. Plus une personne est du côté obscur, plus la douleur sera grande. Inversement, plus l’être est bon, moins l’arme aura d'impact (peut n'en avoir aucun). L'arc gagne en puissance en présence d'autres anges, mais principalement aux côtés de Michael. Il puise directement dans la force vitale et la puissance de Vehuhiah.
Allegeance : Camille, sa loyauté va aux anges, envers et contre tout. Elle est une création de son Père, faite pour le servir. Jusqu’ici, jamais elle n’a renié sa nature et son allégeance, même après un retour sur Terre pas forcément voulu de sa part...
these streets : Oh, elle sait ce qui se dit, les connaissances angéliques et templières n’ont plus de secrets pour elle. Pour le reste… Pourquoi ils sont revenus, qui a brisé le pacte, tout est encore flou. En revanche, concernant le retour des Dieux… Il faut croire que son pouvoir lui permet d’avoir des doutes de plus en plus tangibles...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Anges

Sujet: Re: sheltered from the storm (ft. camille) Jeu 12 Juil - 0:17 ()

   
   
   
sheltered from the storm
Running toward danger is foolhardy. ... But so is closing your eyes to it. Many perils become less dangerous once you understand their potential hazards.
Ils étaient toujours là, à se faire face tels deux chiens avant un combat. Sauf que pour eux, il n’y avait aucun public, et que les hostilités n’étaient lancées qu’à travers des mots, et leurs pouvoirs respectifs. L’archange, elle, n’avait pas encore essayé de jouer sur l’esprit de son aîné, de l’être démoniaque. Elle se retenait de plonger dans les souvenirs, ceux qui lui donnaient envie de vomir ses tripes. Elle détestait les meurtres qu’elle y voyait, les âmes aspirées par Curson. La sphère du Destin lui causait bien des misères, du côté angélique comme démoniaque. Peut-être était-elle faite pour s’y heurter, pour se détester. Leur combat était à leur image fictive : immortelle, infinie. Chaque jour serait une nouvelle bataille, chaque joute se faisait sur le même plateau, là où ils ne faisaient qu’échanger de place à maintes et maintes reprises… L’archange aimait donner l’illusion qu’elle avait tout sous son contrôle, chaque geste, chaque acte… Dans la réalité, elle subissait quand elle ne pouvait pas orienter les choix à son avantage. Car oui, l’Infini était reine de la manipulation, reine des pensées et connaissances des êtres. Alors, elle utilisait cela, oubliant parfois l’éthique dans un coin de son esprit. Le sourire n’était que de façade, quand finalement elle réduisait des vies à néant.

C’était un combat de regard permanent, sans qu’aucun ne veuille le baisser. Ce serait donner un avantage à l’autre, lui offrir l’opportunité de dire que lui avait tenu. Et Vehuhiah n’aurait jamais accepté cela. Quoi qu’il se passe, elle restera les pupilles bleutées enfoncées dans celles droguées de son comparse.

Les mots la firent sourire. Lui aussi la sous-estimait… C’était mieux ainsi. Qu’il n’en sache pas trop à son sujet la rassurait, bien qu’elle dise s’en moquer de ce qu’il pensait ou savait. Le manque de connaissance était ce qui empêchait une personne de l’emporter, alors, mieux valait le laisser dans le flou. « Oh mais tu n’as pas à être déçu. Qui te dit que tu as encore des secrets pour moi ? Tu es un gros poisson dans le milieu démoniaque après tout… » Amusée, moqueuse, y’eut une moue qui s’étira sur son visage. Ils avaient le même pouvoir principal. Ainsi, rentrer dans son esprit à lui était tout aussi utile que de pénétrer dans celui de dizaines de démons. « Ne te sur-estimes pas trop pour autant grand frère. » Apprendre l’humilité ne lui ferait pas de mal. Il pouvait certes tenir tête à un archange, mais si le combat s’étirait de trop dans le temps, il perdrait. Un commandant ne peut faire face à l’entité angélique la plus élevée…

« Ce n’est qu’une question de temps avant que vous mourriez tous. » Elle avait placé ses pions Vehuhiah, et elle allait observer les êtres s’entredéchirer. C’était ce qu’ils savaient faire de mieux après tout. Elle se tendit légèrement aux propos suivants. Son regard se noircit un peu plus. « J’en rêve tous les jours. Et regarde dans quel état tu es. Ca ne m’étonnerait même pas que tu crèves de toi-même. » Et un parasite en moins, grâce à la drogue. Y’avait un mélange de soulagement et de dégoût dans ses entrailles. Parce qu’elle ne voulait pas le voir mourir. Elle voulait juste pas qu’il s’en aille…. Les cheveux furent secoués, juste avant l’explosion. Elle ponctua ses mots de sang, de carmin et d’odeur de rouille. Et la réplique se fit fourbe. L’esprit fut supprimé un instant, laissant place à la pourriture démoniaque qu’il était. A distance, cela ne lui permettait pas de rester trop longtemps, mais il ne laissa que nausées et dévastations. Elle déglutit, sans laisser sa faiblesse transparaître, et pourtant, ses doigts tremblaient. Elle l’observa, le détailla. Et laissa tomber : « Ils sont déjà au courant. C’est ce qui nous rend si différent. » En partie véridique. Puis bon, la chute… Sagesse était capable de s’y faire, si cela sauvait les siens. L’autre se leva, se rapprocha. Tentait-il de l’impressionner ? En tout cas, cela ne faisait pas beaucoup d’effet… Elle soupira doucement, trouva un quelconque intérêt pour ses ongles pendant quelques secondes. Le silence permettait le contrôle…

« Parce que je te connais Pryam. » Le ton n’avait jamais été aussi sérieux, et c’était la première fois qu’elle prononçait son nom humain. Puis elle agit, laissa ses doigts toucher la peau de l’autre, se glissant dans son esprit dans la foulée. Conscience écrasée pendant quelques secondes, pour baigner dans souvenirs, ressentis et peurs.

Et le corps de petite fille fut réintégrée, une lueur bien trop vieille, bien trop sage perçant dans son regard. Parce qu’elle le connaissait bien trop.


   
code by bat'phanie

_________________
Car nos coeurs

sont hantés
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: sheltered from the storm (ft. camille) Ven 10 Aoû - 0:22 ()

Se sauter à la gorge, sans jamais oser sortir les crocs pour déchirer la jugulaire de l’autre. Des lancés de piques plus empoisonnées que les autres, plutôt qu’un véritable combat nécessitant d’autres armes que celle de la langue. Un combat qui n’ira jamais plus loin, s’il n’implique que vos deux êtres, vos deux enveloppes charnelles si fragiles. Ils seraient si simples d’en terminer maintenant. Si simple de mettre un terme à cette guerre sans merci qui vous oppose depuis des décennies. Deux faces d’une même pièce. Et pourtant, jamais une victoire, jamais une défaite. Il y a quelque chose qui vous en empêche. Tu ignores ce que cela peut bien être, alors même que tu pourrais briser sa petite nuque si fragile, la guider vers sa propre en fin en t’insinuant dans son esprit. Tu n’en fais rien. Quelque chose t’en empêche. Un quelque chose qui la possède aussi, sans pour autant qu’elle puisse s’en défaire. Une entrave. Un obstacle sur lequel tu ne parviens pas à poser un nom. Un obstacle que tu exècres plus que tout, mais qui subsiste sans demander la moindre permission, la moindre autorisation. Vous tournez l’un autour de l’autre sans pouvoir donner le coup de grâce. Une chasse à l’homme interminable. Sans fin. Sans doute être la torture que vous êtes amenés à supporter le reste de votre existence mortelle. Sans doute est-ce la une punition quelconque que l’on a jugé bonne pour toi. Foutaise. Mais quelle est l’explication, alors ? Aucune piste. Juste le néant. Le noir total. Infini contre Destin. Destin contre Infini. Jamais cela ne cessera. Dans votre monde. Ou ici-bas.

Regard planté dans l’azur de la jeune femme. Tu ne détourneras pas le regard. Démon contre un ange. Ta langue passe sur tes lèvres toujours sèches malgré le passage régulier de cette dernière. Tu remontes encore les manches de ta chemise sur tes bras dont les veines bleutées ressortent plus que nécessaires, contrastant avec la pâleur de ta peau, et les dessins d’encre figés sous l’épiderme. Un rictus étire les traits de ton visage. « Je te remercie. » réponds-tu moqueur, avant de poursuivre. « Il y a bien des choses que tu ignores à mon sujet, comme tout le reste de tes petits esclaves. » Tes dents se referment sur ta langue que tu mordilles, l’entretien avec la jeune femme devenant trop long à ton goût. Un rire franchit tout de même le seuil de ta bouche. Tu as une image fidèle de toi, ainsi que des autres. Tu ne te surestimes pas. Bien au contraire. Tu jauges ta valeur. Tes forces et tes faiblesses. Tu les équilibres. Il serait bon qu’elle fasse de même.

« Ne sois pas si impatiente. Fais attention aux retournements de situation, très chère sœur. Ils sont si imprévisibles. » Son camp allait affronter le sien. C’était inévitable. C’est ainsi depuis toujours. Depuis que leurs êtres se sont forgés. Depuis que leurs existences sont mêlées. Les Anges face aux Démons. Et les Démons face aux Anges. « Ce serait triste comme fin. Tu ne trouves pas ? Tu aurais perdu. Je serais mort. Mais tu aurais perdu. Tu n’aurais pas perdu le coup fatal. Ce serait d’une tristesse. Pense à apporter tes fleurs sur la tombe que tu réserves à Pryam. » Parce que toi, tu ne te considères pas comme celui que tu dois normalement être. Tu n’y parviens pas. Un certain dédoublement de la personnalité, pourrait-dire un humain banal. S’ils savaient tous ce qu’il se passent tout autour d’eux. Deviendraient-ils tous fous ? Probablement. Ce serait si facile alors de les emmener avec toi, de les faire tomber de ton côté de la barrière. « Tant mieux pour toi. Tu ne crains donc rien, alors. » Différents, vous ne l’être pas tant que ça, pourtant.

Face à elle, tes yeux ne quittent plus les siens. Tu es si proche d’elle, que tu peux sentir son souffle sur ta peau. Puis bientôt ses doigts sur toi, te plongeant dans des souvenirs que tu gardais enfouis, des craintes et des doutes. La peur. Seulement quelques secondes. Avant que ton bras ne repousse le sien. Elle te connait. « Ne joue pas à ça. » Ta main vient se poser sur sa joue, ton esprit s’imposant au sien. La plongeant dans d’autres souvenirs. Son tour. « Je te connais tout autant. » Quand bien tu ignores la profondeur de ses paroles. Un souffle. Tu reviens à la surface et retires ta main comme si son contact te brûle. « Sors d’ici. La séance est terminée. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 20/11/2017
Messages : 441
pretty face : Odeya Rush
julius caesar : (c)ALA LE PLUS CHOU
legends never die : Ancienne premier séraphin de Dieu, voix de la Sagesse, elle est devenue Archange de l'infini suite à la chute d'Azazel.
the mighty bush : Vampire télépathique : Nom étrange, pour un pouvoir qui ne l’est pas moins. Capacité de pénétrer l’esprit, le corps d’un autre être, d’y emménager sa volonté, écrasant celle de l’autre. Accès aux souvenirs, pensées les plus secrètes, ressenti des émotions les plus profondes et totales. Elle peut par la même occasion modifier ce qu’elle perçoit, intégrer de nouvelles idées. Un contact physique facilite son utilisation, mais un simple contact visuel peut suffire sur les âmes les plus faibles. Se limitant à une seule personne à la fois, l’archange abuse de ce pouvoir. Quitte à ne plus discerner son passé de ceux qu’elle manipule…
Souffle de connaissance : capacité d’offrir des connaisses à une autre personne sur n’importe quel sujet. Celles-ci sont éternelles, et suivront donc la personne jusqu’à sa mort. Elle peut offrir aussi bien de vraies comme de fausses connaissances, voire modifier ce qui a déjà été appris.
Magnétisme :Capacité de manipuler les flux magnétiques, et notamment de faire bouger/voler les objets/liquides métalliques et aimantés (en utilisant son corps comme un aimant, répulsif ou attractif). Peut utiliser le champ magnétique de la Terre pour une seule attaque dévastatrice, au prix d’un coma ou d’une inutilisation de tout pouvoir les jours suivants.
weapon : [u]Pendule de Famine[/u] : Trouvé durant la soirée Halloween 2045 par Adèle Duval, le pendule semble appartenir au Cavalier Famine, qui avait à cœur de le récupérer. Toutefois, en tentant de s'en emparer le démon s'est brûlé la main. Le Pendule a été récupéré par Camille. Si son pouvoir est encore inconnu, il semble que le Pendule protège quiconque le porte contre les pouvoirs du cavalier de l'apocalypse. // Arc d'Auriel : Arc de lumière confectionné par Michael, il est désormais matérialisé sur le plan réel par la volonté de Vehuhiah, et n’est cédable que sur un ordre explicite de sa part. Cette arme à longue portée blesse ceux touchés par les flèches mais la souffrance dépend de chacun. Plus une personne est du côté obscur, plus la douleur sera grande. Inversement, plus l’être est bon, moins l’arme aura d'impact (peut n'en avoir aucun). L'arc gagne en puissance en présence d'autres anges, mais principalement aux côtés de Michael. Il puise directement dans la force vitale et la puissance de Vehuhiah.
Allegeance : Camille, sa loyauté va aux anges, envers et contre tout. Elle est une création de son Père, faite pour le servir. Jusqu’ici, jamais elle n’a renié sa nature et son allégeance, même après un retour sur Terre pas forcément voulu de sa part...
these streets : Oh, elle sait ce qui se dit, les connaissances angéliques et templières n’ont plus de secrets pour elle. Pour le reste… Pourquoi ils sont revenus, qui a brisé le pacte, tout est encore flou. En revanche, concernant le retour des Dieux… Il faut croire que son pouvoir lui permet d’avoir des doutes de plus en plus tangibles...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Anges

Sujet: Re: sheltered from the storm (ft. camille) Mar 21 Aoû - 23:08 ()

   
   
   
sheltered from the storm
Running toward danger is foolhardy. ... But so is closing your eyes to it. Many perils become less dangerous once you understand their potential hazards.
Parfois, sans s’en rendre compte, ils adoptaient les mêmes postures, le même ton condescendant et ironique. Qui des deux influençaient le plus l’autre ? Ou alors, ils cherchaient un rôle à même de provoquer l’autre, et c’était les mêmes traits qui ressortaient. Ils étaient proches, le commandant et l’archange, bien plus qu’ils n’auraient dû l’être. Leurs hôtes avaient tant d’impact sur leur personnalité profonde, cet inconscient bien dangereux… A force d’entrer dans la tête d’autres, ils avaient découvert les émotions qui liaient leur enveloppe. Vehuhiah avait beau dire qu’elle ne savait pas pourquoi, elle avait des doutes. Beaucoup de doutes. Y’eut une lueur d’amusement, quand il décida de lui dire qu’elle était ignorante de beaucoup de choses à son sujet. Croyait-il qu’elle n’avait pas fait de recherches ? Qu’elle n’avait pas cherché tous les démons en relation avec lui, pour fouiller leurs esprits ? L’Infini, elle ne supportait ni les incohérences, ni les blancs dans ses raisonnements. Elle mettrait tout en œuvre pour les combler, quitte à manquer de prudence. Là était sa principale faiblesse, et elle en avait parfaitement conscience. C’était pour cela qu’elle possédait un pouvoir particulièrement offensif, à même de la défendre. Père ne l’avait jamais abandonnée, elle son premier séraphin. Il lui avait offert de quoi contrebalancer son rôle, sa personnalité. De quoi se protéger…

« Des choses que j’ignore ? Il y en aura toujours, mais ce n’est qu’une question de temps avant que je récolte les informations. » Il connaissait son don principal, puisqu’il avait le même. « Ou alors parlais-tu de tes soucis de drogue ? Des interrogations que tu suscites dans ton clan-même ? » Chaque mot se voulait assassin, chaque parole la dévoilait un peu plus. Elle était allée loin dans ses recherches Vehuhiah, sans jamais se demander si lui n’en avait pas fait de même. Elle pourrait chuter, et durement, mais elle se tenait droite l’archange, même quand les éléments se déchainaient autour d’elle. C’était ce qui faisait sa force, cette résilience, cette détermination à toute épreuve. « Rien n’est imprévisible Curson. » Non, rien n’était imprévisible si on prenait en compte tous les paramètres, ou si on faisait en sorte de les réduire. Elle ne prêchait pas par excès de confiance Vehuhiah, au contraire. Elle était parfaitement lucide sur les jeux du Destin, et c’était pour cela qu’elle s’obligeait en permanence à avoir un coup d’avance sur lui, en toutes circonstances. Si elle parvenait à déjouer les trois prochains coups, elle mettait toutes les chances de son côté…

« Je pense que je m’y ferais. J’accepte de perdre une bataille, pour gagner la guerre. » Oui, le plus important, c’était que le démon meurt, quoi qu’en dise ses entrailles, même si elle se surprenait à avoir la gorge serrée à cette pensée-là. Pourquoi était-ce si dur ? Pourquoi les émotions humaines l’accaparaient tant ?

Elle ne répondit pas aux propos, préférant taire ses peurs et ses angoisses. Pourquoi, à trop jouer avec le feu, elle s’y brûlerait les ailes et ce, bien plus rapidement qu’attendu. La main retomba mollement sur l’accoudoir, alors que les mots avaient pris le sens d’images et de ressentis. Chaque virée dans l’esprit d’un démon l’affaiblissait, la rendait sujette à des émotions écoeurantes et dégueulasses. Elle avait toujours l’impression d’avoir l’odeur de sang dans les narines, et de voir sa propre âme se noircir. Comme si c’était possible… Mais elle n’en savait rien en réalité. Et y’avait ni Père, ni Métatron pour lui répondre, pour la guider. Et c’était une de ses hantises, de ne pas percevoir leur essence, malgré les années qui passaient.

Nouveau contact, cette fois initiée par l’homme. Et, impuissante, elle voyait ses souvenirs défiler devant ses yeux, comme à l’approche de la mort selon les croyances populaires. Un sourire s’accrocha à ses lèvres, comme si de rien n’était, elle qui pourtant détestait subir de plein fouet son propre pouvoir. « Nous sommes quittes à ce sujet alors. » Puis un ordre, qu’elle ne suivit pas. Pas tout de suite. Elle jeta un regard critique à la pièce, sens dessus dessous. « Je crains que ta journée ne soit gâchée en revanche. » Ton désolé, amusé. Tout était de sa faute, et elle en était ravie.

Le corps quitta le fauteuil dans lequel elle s’était installée, se décala de quelques pas vers la porte. Et sa voix s’éleva, une fois de plus : « Fais attention à tes actes Curson, je ne serais jamais bien loin pour t’arrêter… » Menace ? Oui. Toujours.


   
code by bat'phanie

_________________
Car nos coeurs

sont hantés
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: sheltered from the storm (ft. camille) Jeu 30 Aoû - 17:57 ()

Depuis votre arrivée sur Terre, les choses avaient changé, que tu veuilles bien l’accepter ou non. Les choses avaient belles et biens changés. Vos altercations pouvaient être bien plus violentes qu’elles ne l’étaient autrefois, il y avait cette nouvelle sensation désagréable qui se logeait dans le fond de ta gorge. Les occasions d’en finir avaient été nombreuses, mais ni l’un ni l’autre n’avait été fichu d’écourter la vie de l’autre. C’était ainsi. C’est ainsi. Les événements ne bougent rien. Tout reste figé. Les actes ne dépassent jamais la parole. Vos mots ne sont que des menaces qui n’aboutiront jamais à rien. Vos enveloppes, et ces souvenirs qui ne sont pas les vôtres, vous l’interdisent. Infini et Destin s’amusent, jouissent de cette posture qu’ils invoquent l’un face à l’autre. Tu joues de ses failles, autant qu’elles joue des tiennes. Croyait-elle que tu n’avais pas usé de tes pouvoirs pour parvenir à quelques précieuses informations ? Que tu n’avais pas joué avec la vipère avide de connaissance pour retirer des indices concluants auprès des siens ? Un sourire passe sur tes lèvres avant de s’éclipser une fois de plus. Tu ne supportais pas la méconnaissance. Tu ne supportais pas l’idée qu’elle puisse en savoir davantage sur ta personne que tu n’en sais sur elle.

Vehuhiah recherche ton agacement. Elle est passée maître dans l’art, pourrais-tu dire, si les souvenirs qu’elle a évoqué n’avaient pas été si intenses. La boule finit par descendre dans ton estomac, étant tout aussi incommodante. « Serais-tu en train de t’inquiéter de mon sort ? Beaucoup trop aimable. » Ce mot t’arrache la bouche. « Les interrogations impliquent le doute, et le doute, la crainte. C’est ainsi que cela fonctionne. Les autres ont peur de ce qu’ils ne connaissent pas. Tu es bien placée pour le savoir... » Un rire tiraille ta gorge. Tu sais. Tu sais qu’elle n’a pas toutes les cartes en mains. Tu sais qu’elle aimerait lire en toi comme dans un livre ouvert. Toujours prévoir un coup d’avance. Elle se tue à la tâche, perd son temps en menace inutile qu’elle ne parviendra jamais à mettre à exécution. Tu ne te fatigues plus avec ce genre de jeux enfantins. Tu ne t’abaisses plus à ce niveau ridiculement pathétique. « Tout est imprévisible lorsque l’on sait si prendre. » C’est une certitude. Avait-elle pu prédire que votre guerre se terminerait comme ça ? Les débuts furent plus violents, plus dévastateurs que la fin ne le laisse entrevoir.

« Tu ne gagneras rien. » Ni une bataille, ni une guerre. Elle sera perdante. Elle perdra quelque chose, qu’importe le vainqueur. Tu penches la tête sur le côté, les poings serrés le long de ton corps. Cette simple pensée te serre davantage la gorge. Pourquoi est-ce si dur d’imaginer son corps sans vie, et tes mains imbibées de son sang ? C’est pourtant ce que tu désires.

Tu vois les souvenirs défiler sur ses pupilles, alors que ta main touche sa joue fraîche. Le sourire qu’elle t’offre montre pourtant ses failles, celles que tu lui connais déjà. Ces souvenirs, ceux que vous partagez, vous touchent autant l’un que l’autre. Tu imagines sans mal le trouble qui la traverse. « Semble-t-il. » Ta voix tonne. Elle doit partir. « Ne prends pas tes rêves pour une réalité, Vehuhiah. » Un rictus faux étire tes lèvres tandis que tes yeux trahissent toute la rancœur que tu éprouves à son égard.

Un rire fait suite à sa menace inoffensif. Tu ne la crains pas, pas plus qu’elle te craint. Deux âmes en guerre depuis des décennies ne s’effraient plus, ne s’effraieront jamais. Tu la regardes sortir en claquant la porte, avant de t’asseoir dans le fauteuil faisant face à ton bureau. Ou du moins ce qu’il en reste.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: sheltered from the storm (ft. camille) ()
Revenir en haut Aller en bas
 
sheltered from the storm (ft. camille)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Camille Chalmers rejette le DNSCRP comme un instrument de politique Néo-libérale
» Camille Silvan [Pouffy]
» répartition camille
» James Storm Vs Brock Lesnar
» [UPTOBOX] Final Storm [DVDRiP]
like lightning
if you ride
ϟ you're gonna crash like thunder ϟ

a game of shadows :: Paris :: Nord-ouest :: Deuxième arrondissement