boom bitch
Le forum est de retour pour vous jouer de mauvais tours.
Pour tout savoir des nouveautés, c'est ici !
let the sky fall
Un accident d'avion, un trésor piégé et un équilibre mis à mal par l'arrivée de nouvelles forces dans le jeu d'ombres...
Voilà ce qui vous attend dans la nouvelle intrigue.
like I own it
Parfois, on a juste envie d'inaugurer un bâtiment tranquille. Malheureusement, on a souvent des invités surprise....
Participez au premier event de cette nouvelle saison ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 It's so dark right now (Jeanne)
if you ride like lightning, you're gonna crash like thunder
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
En ligne
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 24/06/2017
Messages : 691
pretty face : Emily Browning
julius caesar : (c)MATT-BB & (c)Astra (signa) & (c)Eden Memories/Kiri/Aslaug (icones)
the mighty bush : Technosymbiose avancée. Pouvoir découvert il y a quelques années tout au plus, en total raccord avec son travail et son amour pour les nouvelles technologies. Capacité de glisser son esprit dans n’importe quel objet électronique et de naviguer au travers des réseaux pour communiquer avec d’autres mais aussi trouver des informations, entendre des conversations. Tara se joue complètement de l’électronique, cherchant à en faire entièrement son domaine. Même si cela finira par devenir dangereux… Désormais, elle peut utiliser la technosymbiose à distance, avec un simple contact visuel, et aussi de ne plus avoir à s'infiltrer dans le réseau pour des manipulations "simples
Allegeance : Son allégeance va aux templiers, cela va de soi. Mais... Tout est nettement plus compliqué qu'il n'y paraît. Au final, sa seule alliée, la seule qui a pleinement sa confiance, c'est elle-même. Un sentiment qui s'est accentué lorsque sa soeur a définitivement péri... Sous la main d'un ange.
these streets : Ils sont là et elle le sait. Anges et démons se battant sur cette magnifique ville qu'était Paris. Ils sont là et elle s'en fout, souhaitant simplement qu'ils dégagent aussi rapidement qu'ils sont arrivés. Ils n'ont pas leur place ici, et ne l'auront jamais.
En revanche, concernant les dieux... Ils ne sont que légendes à ses yeux, même si le doute s'immisce dans l'esprit hyper cartésien de la gamine...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: It's so dark right now (Jeanne) Sam 19 Mai - 20:56 ()


It's so dark right now
Nobody's perfect. We're all just one step up from the beasts and one step down from the angels.



La nuit s’était abattue sur la Capitale, écrin de noirceur et de ténèbres, débauche nocturne propice à la prolifération d’êtres démoniaques… Et pourtant, la silhouette féminine et fluette se glissait dans les rues et ruelles, silencieuse, boîtant par moment. Personne ne semblait la voir, personne ne semblait s’attarder. Peut-être que son visage froid, fermé, y était pour quelque chose. Elle paraissait avoir un but, un but duquel rien ne pouvait la détourner. Quelques sans-abris se tournèrent dans sa direction, eux qui voyaient plus souvent passer des truands et voleurs que des jeunes femmes. Les interrogations se lisaient dans les yeux, mourraient sur les lèvres. D’ici quelques minutes, leur vie retournera dans les catacombes de Paris. L’étoile se mourrait, et leurs esprits se recentreront sur leur survie. Plus loin, quelques jeunes la détaillèrent. La drogue passait de main en main, suivie d’argent et billets. Ils s’assuraient qu’elle n’était pas agent de police, mais tout dans son être devait clamer le contraire, puisqu’ils la laissèrent tranquille. Aucun ne remarqua la lueur brisée, le vide dans le fond des pupilles. Personne ne chercha à gratter sous le masque, sur la raison de sa présence en de tels lieux. Paris était dangereuse, Paris avait sombré. Mais Paris se relèvera toujours, même quand l’humanité se sera tuée…

Y’avait une fraîcheur certaine qui était tombée sur le bitume, loin de la chaleur écrasante et étouffante de la journée et des derniers mois. Une profonde inspiration fut prise, pollution bouffant un peu plus les poumons de l’ingénieure. Peut-être qu’elle crèverait comme ça, à défaut que les médicaments puissent la ronger. Elle avait tant essayé, tant voulu. Mais y’avait toujours eu un sauveur pour la sortir de là. Arthur, Renée, Théo, Jo… Comme des bouées qui la maintenaient à la surface, alors que les plombs autour de ses chevilles l’enfonçaient vers les tréfonds. Elle avait beau se débattre, y’avait rien qui changeait. Elle était dans cet équilibre, sur cette dangereuse corde en train de traverser un gouffre sans fond, sans fin. Chaque attache était précieuse, la retenant dans ses chutes. Mais que se passerait-il, le jour où elles disparaitraient ? Que se passerait-il, le jour où la déchéance sera trop forte, l’appel du vide trop intense ? Elle était humaine, elle était faible, et elle savait que Lucifer avait un contrôle sur elle. Il avait l’image de la jumelle entre les doigts, mais aussi dans l’esprit. Et elle, elle avait besoin de réponse, de ne pas laisser sombrer les souvenirs. C’était tout ce qu’il lui restait…

Elle continuait de s’enfoncer dans la nuit, dans l’un des quartiers les plus dangereux de la Capitale. Avait-elle peur ? Non, plus vraiment. Même si elle n’avait pas d’armes, si ce n’était une rose entre les doigts, y’avait aucune frayeur. La Faucheuse l’évitait bien trop pour s’abattre sur sa nuque ce soir. Et elle avait raison. Personne ne vint la stopper, personne n’alla plus loin que la toiser du regard. Elle était si innocente Tara, elle avait la bouille d’une gamine perdue, d’une gamine brisée. Pas celle d’une criminelle et d’une hackeuse. Le danger était caché derrière les traits angéliques. Mais aujourd’hui, il n’existait pas. Tara s’en moquait pas mal de ce qui se passait autour d’elle. Elle se contentait d’esquiver les quelques caméras de surveillance sur le chemin, puisqu’elle connaissait leur existence. Ce n’était que quelques menus détours, jusqu’à arriver à son point d’arrivée, le cimetière du père-lachaise. A une époque, il avait été le cimetière de la Capitale. Désormais, il n’en restait plus rien. Rien que l’entrée ne payait pas mine, délabrée comme elle l’était. Un simple coup dedans ferait tout s’effondrer…

Y’avait aucun bruit quand elle y entra, si ce n’était les feuilles craquant sous ses chaussures. Y’avait aucun bruit, à part la respiration erratique de la templière. Au moins, elle ne serait pas dérangée… Lentement, elle se fraya un chemin entre les tombes abandonnées, les fleurs étiolées. Plus personne ne venait rendre hommage à ses morts ici… Tout avait été transféré ailleurs, avec les pillages… Tara, elle, avait choisi ce lieu spécialement pour cela. Il était à l’écart, et personne ne viendrait. C’était ce qu’elle désirait, quand le cercueil vide avait été mis sous terre. Tout ce qu’elle voulait, c’était la tranquillité quand elle parviendrait à revenir déposer une fleur sur le marbre grisé de la tombe sans corps…

Elle finit par la trouver, dans un coin du cimetière. Hésitante, elle s’accroupit devant, découvrant le nom poussiéreux. Ambre Bellamy. Les doigts avaient tant serré la pauvre fleur ramenée, que des perles de sang y coulaient désormais, peau écorchée sur les épines. Elle la libéra, remplaçant ainsi la précédente. « Ca fait cinq ans maintenant… » Cinq années… C’était à la fois si long et si court. C’était le temps sans réponse, le temps plongé dans le silence de sa jumelle. Parce qu’elle avait été un démon. Juste parce qu’elle avait été un démon… Et pas n’importe lequel. Il avait fallu qu’il soit en rapport avec la plus haute autorité démoniaque. Tara déglutit. S’en sortirait-elle elle-même, si elle continuait d’attirer l’attention du commandant ?  




@Jeanne A. Debussy

_________________

   
   
Danse Macabre
Reality ☽ Hours of crisis often call for sacrifice. In matters of consequence, when have doubt and fear given the best advice? Why not heed faith, courage, and honor?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
En ligne
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t446-jeanne-death-is-at-your
homecoming : 01/11/2016
Messages : 1574
pretty face : luca hollestelle
julius caesar : (c) beylin
legends never die : Archange de la mort, tu gères le destin de ces âmes perdues, de ces humains présents sur terre, de leur naissance à leur mort
the mighty bush : Précognition Elle voit des futurs, des dizaines de futurs pour chaque personne mais toujours la même chose, sa mort. Des futurs en mouvement en fonction des actions des démons et des autres anges, des futurs plus ou moins heureux, plus ou moins long avant qu'elle n'arrive. Mais au final, il y en aura toujours un élément qui se réalisera, celui où elle prendra la vie de la personne.
Contrôle du sang La voilà à l'action. Le flux sanguin diminue, d'ici quelques instants, il n'y aura plus assez de débit pour que le coeur continue de battre. Alors il s'endormira à tout jamais, la mort l'aura frappé. Une mort douce, sans souffrance, car la souffrance, ce n'est jamais elle qui l'amène.
weapon : dague du paradis
Allegeance : On ne pourrait faire guère plus loyal qu'Azrael. Elle a dévoué sa vie à Dieu et elle le fait toujours sous le commandement de Gabriel. Elle fera tout pour le bien de son camp, ce camp qu'elle n'a jamais hésité à tromper. Alors elle suit les ordres même si elle garde sa propre opinion sur les événements. Mais pour l'instant, les méthodes de son leader lui conviennent.
these streets : Azrael ne sait rien sur le grand départ. Pourtant, c'est elle qui a pris une partie de ces vies. C'est pourquoi elle reste persuadée que tout cela ne vient pas de leur coté. C'est forcément les démons qui sont à la tête de cette conspiration. Toutes ces âmes n'auraient pas dû être retirées aussi tôt.
En revanche, elle sait que les anges et les démons sont de retour
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Admin

Sujet: Re: It's so dark right now (Jeanne) Mar 22 Mai - 23:39 ()
it's so dark right now
p'tite citation qui claque
Y avait peu d’endroits à Paris où tu te sentais pleinement bien. Tout allait trop vite, ou alors c’était trop bruyant, à moins que tu ne te sentes enfermée. Alors lorsque tu avais besoin de faire le vide et de réfléchir, c’était dans les cimetières que tu te perdais. Dans ces lieux où tu régnais en maitre. Dans ces lieux où personne ne pouvait t’embêter. Tu veillais sur les morts, sur toutes ses personnes à qui des anges de ta sphère ou toi-même avaient pris l’âme. Des personnes dont le destin s’était arrêté souvent lorsqu’il le fallait, parfois parce qu’il avait été détourné. Tu glisses entre les tombes, tes doigts effleurant les pierres, tes pas silencieux, ton regard se posant sur les noms, sur les centaines de nom. Des noms qui seraient bien vite oubliés. Des noms qui l’étaient peut-être déjà. Car il n’y avait pas grand-chose qui perdurait d’autre que la mort. La mort, cette mission qu’il t’avait été confiée au premier jour de ton existence et que tu avais mis des années à accepter, des centaines d’années. Parce que t’étais celle qui répandait le malheur sur cette Terre en même temps que tu accomplissais ta destinée. Celle qui brisait les vies et donnait du boulot aux anges du bonheur alors qu’ils n’auraient peut-être pas eu à le faire sans toi. T’étais l’ange que l’on redoutait, celle que l’on ne priait que lorsque l’on en pouvait plus de cette vie sur Terre, celle qu’on n’avait envie de voir apparaitre qu’à la toute fin.

Le cimetière est silencieux. Le vent souffle doucement faisant vibrer lentement les branches et feuilles des quelques arbres dispersés. Ici, avant, il y en avait pour venir pleurer leurs morts mais le cimetière semblait aujourd’hui désert. Pourquoi ? Tu n’en sais rien. Les parisiens n’avaient-ils plus le temps pour leurs ancêtres et proches décédés dans le chaos ambiant ? La mort était-elle devenue monnaie courante de telle façon qu’elle ne comptait tout simplement plus ? Pas de fleurs, débris, terre et poussière, il n’y avait plus rien dans ce cimetière. Rien d’autre que le silence pour écouter tes pensées, ta douleur et ta colère. T’avais besoin de faire le vide, de tenter de comprendre ce qu’il se passait, d’essayer d’oublier cette alliance que t’avais monté avec Lucifer, cette alliance qui allait peut-être causer ta perte. Parce que t’avais peur, peur de chuter comme lui, comme de nombreux proches, comme certains anges de ta sphère. T’avais peur de te laisser aller si tu te rapprocher de lui. Il n’avait jamais eu d’emprise sur toi mais tu te demandais si ça ne pouvait pas changer depuis que tu étais ici. Et si ? Cette question que tu détestais te poser. Et s’il était celui qui avait raison. Et si tu perdais ton temps à te battre contre une cause perdue d’avance, qui t’arracherait tous tes proches. T’avais tout perdu pour elle, ton meilleur ami et ton amour. Est-ce que ça en valait réellement la peine. Tu te posais bien souvent la question alors que tu savais qu’il était là, quelque part dans cette ville. Peut-être qu’il avait changé, il l’avait certainement mais peut-être y avait-il encore quelque chose à sauver entre vous. Tu n’en savais rien, mais t’avais peur. Peur de le perdre de nouveau, peur qu’on se serve de lui pour t’atteindre. Il fallait que ça s’arrête et il fallait que tu trouves un moyen. Ici, tu pouvais réfléchir.

Et t’as réfléchi, jusqu’à ce que quelques bruits de branches craquant sous des pas retentissent un peu plus loin dans le cimetière. Tu te dresses et tu glisses en direction des bruits. Ton regard se pose bientôt sur la jeune femme devant une tombe, une autre âme vivante dans ce lieu. Tu peux voir la douleur qu’elle porte toujours sur elle. Il y a sa voix qui vient briser le silence. « Ca fait cinq ans maintenant… » Tu t’approches doucement, le visage fermé comme il l’est bien souvent, ton regard trahissant ta vieillesse et connaissance, et peut-être aussi ta légère culpabilité. Parce que normalement, tu ne croisais pas les proches de ce dont tu prenais la vie avant que leur tour ne vienne et qu’ils te prient de bien vouloir les emmener également. « Un membre de la famille ? » Tu te rapproches petit à petit d’elle alors que la tombe vous sépare toujours. T’aurais peut-être pas dû être là, pas la déranger. Mais peut-être que tu voulais lui retirer le peu de souffrance qu’elle avait, pour une fois. Mais parler, c’était pas ton truc, alors tu restais étrangement silencieuse, après tout, la mort l’était toujours.

- a game of shadows, shall we play ?  -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
En ligne
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 24/06/2017
Messages : 691
pretty face : Emily Browning
julius caesar : (c)MATT-BB & (c)Astra (signa) & (c)Eden Memories/Kiri/Aslaug (icones)
the mighty bush : Technosymbiose avancée. Pouvoir découvert il y a quelques années tout au plus, en total raccord avec son travail et son amour pour les nouvelles technologies. Capacité de glisser son esprit dans n’importe quel objet électronique et de naviguer au travers des réseaux pour communiquer avec d’autres mais aussi trouver des informations, entendre des conversations. Tara se joue complètement de l’électronique, cherchant à en faire entièrement son domaine. Même si cela finira par devenir dangereux… Désormais, elle peut utiliser la technosymbiose à distance, avec un simple contact visuel, et aussi de ne plus avoir à s'infiltrer dans le réseau pour des manipulations "simples
Allegeance : Son allégeance va aux templiers, cela va de soi. Mais... Tout est nettement plus compliqué qu'il n'y paraît. Au final, sa seule alliée, la seule qui a pleinement sa confiance, c'est elle-même. Un sentiment qui s'est accentué lorsque sa soeur a définitivement péri... Sous la main d'un ange.
these streets : Ils sont là et elle le sait. Anges et démons se battant sur cette magnifique ville qu'était Paris. Ils sont là et elle s'en fout, souhaitant simplement qu'ils dégagent aussi rapidement qu'ils sont arrivés. Ils n'ont pas leur place ici, et ne l'auront jamais.
En revanche, concernant les dieux... Ils ne sont que légendes à ses yeux, même si le doute s'immisce dans l'esprit hyper cartésien de la gamine...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Re: It's so dark right now (Jeanne) Mer 13 Juin - 23:26 ()


It's so dark right now
Nobody's perfect. We're all just one step up from the beasts and one step down from the angels.



Il y avait un grand silence, alors que ses yeux refusaient de quitter le nom à moitié effacé. Elle ignorait la douleur sur ses doigts, les perles de sang s’écoulant sur la tombe. Elle passait outre, puisque les souvenirs l’accaparaient. Elle était terriblement lucide Tara, alors que le passé la frappait en pleine face. Parfois, elle avait envie de s’écrouler, de ne plus retourner dans le présent, dans ce monde en ruines qui était devenu le sien. Pourtant, elle avait promis à Arthur de s’en sortir, mais était-ce la réalité ? Le pouvait-elle seulement ? Il lui semblait tellement plus simple de laisser tomber… Ses doigts s’accrochèrent à son pantalon, le tachèrent à son tour. Elle était stressée, elle était effrayée. Un bruit dans son dos la fit se retourner, mais seul le vent lui répondait, sifflant entre les feuilles des arbres laissés à l’abandon, comme s’il se moquait d’elle… Elle soupira doucement la gamine, se trouvant particulièrement stupide. Cependant le lieu était considéré comme un repère de voyous, un endroit où venaient les pilleurs de tombe. Elle aurait pu rire Tara, avec amertume. Ils ne trouveraient rien dans celle de sa sœur, à part un vide pesant, comme celui qui s’était emparé de son cœur depuis cinq ans.

C’était un jour bien sombre, un anniversaire de mort… Néanmoins, elle avait repoussé depuis bien trop longtemps sa venue. Elle aurait dû venir plusieurs fois par an, pour la célébrer, pour lui parler. Mais c’était trop dangereux, du moins c’était l’excuse qu’elle utilisait. La réalité, c’était que la peur pesait dans son esprit, court-circuitant toute raison, toute rationalité. Peut-être que sa jumelle serait triste, peut-être qu’elle lui en voudrait. Ou certainement qu’elle lèverait les yeux au ciel, en lui déclarant que ce n’était pas la Tara qu’elle connaissait… Et elle n’aurait pas tort. Tara, avant, c’était la fille qui faisait les quatre cents coups, qui bricolait en permanence de nouveaux jouets pour emmerder le monde, celle avec son sourire en coin, toujours collée à sa sœur. Puis l’autre était partie, l’autre avait disparu et la famille s’était disloquée. Parce que la gamine, elle avait perdu son envie de vivre, son moteur. Amputée d’une partie d’elle-même, elle s’était roulée en boule dans un coin. Ses parents l’avaient secouée, bousculée pour qu’elle s’en sorte. Jusqu’à cette fameuse énigme, jusqu’à ce moment où Renée l’avait trouvée, devant le Louvre… Et les géniteurs étaient partis. Elle ne les avait pas revus depuis, et eux non plus ne venaient jamais ici…

Les mots avaient été prononcés, elle qui pensait être seule. Alors, quand une voix sortie de nulle part lui répondit, elle eut un sursaut, et un mouvement de recul. La main était déjà posée sur son mollet, là où une dague était toujours en position. Certes, ce n’était réellement utile que contre des humains, mais c’était déjà ça… Puis elle remarqua, qu’elle n’avait pas à s’en faire, à la silhouette qui sortait de l’ombre. Sauf que Tara était une templière, et elle savait qu’entre les dieux, les anges et les démons, les apparences étaient souvent trompeuses… « C’était ma jumelle. » La voix était rauque, brisée. Si elle ne pleurait pas, elle n’en restait pas moins impactée. Puis elle laissa le silence la bouffer à nouveau. Il était si facile de se perdre dans les souvenirs, quand rien ne la raccrochait au présent. « C’est plutôt étonnant de voir une fille si jeune dans un cimetière. » Comme si Tara était plus vieille… Elle n’avait même pas encore vingt-cinq ans, et n’était qu’une humaine. Si l’autre était autre chose…. La méfiance était de mise ouais. Mais la templière, elle aurait bien aimé avoir une vie où elle n’aurait pas à surveiller ses arrières en permanence, où elle pourrait faire des erreurs sans que celles-ci soient fatales.

Aujourd’hui, c’était tout l’inverse. Lucifer serait toujours là pour l’emprisonner entre ses griffes, sous prétexte que sa jumelle était sienne. Les Dieux n’attendaient qu’un faux pas de leur part pour l’attirer dans les abysses et la tuer. Quant aux anges… Elle préférait ne pas y penser. « Qui êtes-vous ? » Son visage était étrangement grave. Elle n’avait pas envie qu’on se foute de sa gueule aujourd’hui. « Vous intervenez souvent dans le recueillement des gens ? » Elle avait failli dire humains, par instinct. Comme si elle ne faisait plus partie de ce peuple…



@Jeanne A. Debussy

_________________

   
   
Danse Macabre
Reality ☽ Hours of crisis often call for sacrifice. In matters of consequence, when have doubt and fear given the best advice? Why not heed faith, courage, and honor?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: It's so dark right now (Jeanne) ()
Revenir en haut Aller en bas
 
It's so dark right now (Jeanne)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dark City 2.10 FIN
» Le 30 mai 1431... Jeanne d'Arc est brulée vive à Rouen...
» land speeder dark eldar
like lightning
if you ride
ϟ you're gonna crash like thunder ϟ

a game of shadows :: Paris :: Nord-est :: vingtième arrondissement :: Cimetière du Père-Lachaise