boom bitch
Le forum est de retour pour vous jouer de mauvais tours.
Pour tout savoir des nouveautés, c'est ici !
let the sky fall
Un accident d'avion, un trésor piégé et un équilibre mis à mal par l'arrivée de nouvelles forces dans le jeu d'ombres...
Voilà ce qui vous attend dans la nouvelle intrigue.
like I own it
Parfois, on a juste envie d'inaugurer un bâtiment tranquille. Malheureusement, on a souvent des invités surprise....
Participez au premier event de cette nouvelle saison ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 Est-il seulement possible de sauver une âme damnée ? - Feat Cora
if you ride like lightning, you're gonna crash like thunder
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 12/07/2017
Messages : 128
pretty face : Kristina Bazan
julius caesar : Faust & Tumblr
the mighty bush : Lecture d'auras cosmiques : Depuis le grand retour, Grazyna ne voit plus qu'en noir et blanc, les médecins n'ont pas compris le pourquoi du comment. Mais elle voit l'aura des personnes qu'elle croise. Ainsi, elle voit quelques nuances de couleurs pastels, selon la nature de la personne, mais comme elle ne sait pas pour les anges, démons, dieux, elle ne comprend pas pourquoi tout le monde ne reflète pas la même couleur autour d'eux. Les personnes qu'elle aime ont une aura plus vive que les autres, comme si elle était faites pour passer sa vie avec eux.
these streets : Grazyna ne sait rien ou presque, elle a vécu les événements en tentant de survivre à cette folie.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Humains

Sujet: Est-il seulement possible de sauver une âme damnée ? - Feat Cora Sam 26 Mai 2018 - 17:33 ()
Est-il seulement possible de Sauver une âme damnée ?
GRAZYNA ✧ CORA
Vous êtes encore au boulot, c'est votre lieu de refuge, celui où vous vous sentez le mieux, la plus à l'aise, car au moins ici, vous êtes presque incognito, personne ne vous juge, enfin si c'est le cas, personne ne le dit de façon ostentatoire. Et c'est ce qui vous convient le mieux à vrai dire, car les regards à l'Eden Palace étaient devenus si durs, si difficile à supporter. Si Sophie ne vous avait pas proposée ce travail, sans doute que vous auriez fini par démissionner, et partir ailleurs, ou simplement à vous terrer dans un trou de souris pour ne plus jamais en sortir. Non, pas à ce point là, vous êtes dépressive, vous le savez depuis le temps, mais vous n'en êtes jamais arrivé au point de vouloir mettre fin à vos jours. Pourtant, vous errez complètement dans cette vie, sans réel but,si ce n'est celui de survivre. C'est un noble but, mais votre vie ne représente aucun plaisir, vous avez tout perdu en Pologne, et ici en France, vous n'avez jamais retrouvé ne serais-ce qu'un semblant de quelques choses d'équivalent, non. Vous le pensiez, mais ça n'est jamais arrivé, alors que pourtant, il y a moyen de faire quelques choses, vraiment. Pourtant, votre âme semble condamnée à ne pas être heureuse, parce que vous ne le méritez pas, et la Clavis Aurea n'a été qu'une couche de plus sur le malheur se trouvant sur votre dos. Oui, vous portez tous les malheurs du monde, tout ceux autour de vous peuvent le voir, votre sourire n'est qu'une façade qu'il est bien simple de craqueler, d'arracher même. Alors au Moulin Rouge, même si votre sourire n'est pas aussi radieux qu'il pourrait l'être, il orne votre visage, et cela plait aux gens. Votre accent polonais aussi les fait craquer, ils aiment ça, comme si cela vous rendait différente des autres. Ce soir, vous finissez tôt, c'est une petite journée et ce n'est pas pour vous déplaire. C'est alors qu'un fantôme de votre vie apparaît, comme par enchantement. Vous n'avez jamais réussi à la repousser, depuis qu'elle a croisé votre regard à l'Eden Palace et qu'elle a lu à l'intérieur une profonde tristesse, elle se dit qu'elle peut vous sauver par intermittence. Mais ce soir elle est là, et vous n'avez même pas envie de lui échapper, car finalement, Cora ressemble de près ou de loin à une amie, à ce que vous avez de mieux dans ce bas monde en quelques sortes. Elle ne sait pas tout, vous n'avez pas eu le courage de lui dire pour tout ce qui a pu se produire en Pologne, mais elle sait certaines choses que peu connaissent. Et puis, il y a eu la secte, elle n'y a jamais cru, elle voulait que vous non plus, mais c'était peine perdue. Vous vous demandez ce qu'elle va vous dire, alors que vous venez de rendre votre tablier pour la soirée. Peu importe au final, cela n'a plus d'importance pour vous.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5663-cora-it-kills-me-sometimes-ho http://www.gameofshadows.org/t5709-cora-de-fontanges-templiers
homecoming : 18/05/2018
Messages : 119
pretty face : Danielle Campbell.
julius caesar : (c) avatar by beylin
the mighty bush : Renaissance, incapacité crasse à rendre un dernier souffle définitif, car dés lors que le coeur s'arrête, le don s'active et la vie repart, envers et contre tout. Et à petits feux brûle la santé mentale.
weapon : Dague du Paradis (affectueusement nommée Kısmet) héritée de son père, apte à tuer les anges et les bannis tout comme les démons lieutenants et les inférieurs.
Allegeance : Loyauté assumée envers les Templier, elle coopère cependant aisément avec les anges et ne refuse pas totalement la communication aux démons.
these streets : Cora sait tout ce qu'un Templier digne de ce nom doit savoir sur les évènements qui secouent Paris.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Re: Est-il seulement possible de sauver une âme damnée ? - Feat Cora Dim 27 Mai 2018 - 22:45 ()

Est-il seulement possible
de sauver une âme damnée ?
« The soul is placed in the body like a rough diamond, and must be polished, or the luster of it will never appear. »
Cora n’aime pas être en repos, elle se sent soudain parfaitement inutile et s’ennuie rapidement. Elle voudrait rester aux archives, continuer à chercher des réponses à la situation actuelle, au combat contre les dieux ou à sa propre situation mais on en vient à l’obliger à se reposer - sans doute encore un coup de Noah et de son côté paternaliste ; le jour où elle lui a reproché de n’avoir rien vu, elle aurait mieux fait de se casser une jambe. Remarquez, elle était déjà morte peu avant, on fait difficilement plus extrême. Toujours est-il qu’elle soupire, qu’elle peste contre le manque d’activités ce matin là. Elle était allée courir à 5h du matin, pour se vider la tête, la musique dans les oreilles. Le sommeil n’était plus le même qu’avant, perturbé par des cauchemars, des sursauts qu’elle taisait, des tourments qu’elle ne pouvait pas partager. Elle n’avait que le silence comme défense, noyant ses interrogations dans toujours plus de recherche. Azrael ne répondait pas, elle n’était qu’une âme insignifiante parmi tant d’autres qui, elles, pouvaient être récoltées pour passer de l’autre côté. Condamnation à une boucle, voilà le nom de sa phobie. Elle évacuait l’angoisse en s’entraînant. Elle ne souffrait pas plus de la famine que du reste de ce qui contrariait son esprit, le soir au fond de son lit. Il n’y’avait plus Elias et Abaddon ne l’avait pas laissée se noyer. Elle ne saurait pas. Sous la douche chaude en rentrant, elle s’est mise à penser à ce qu’elle pourrait faire pour se rendre utile, pour servir en tant qu’être humain. Les Templiers n’avaient pas besoin de sa présence, Zakariah était occupé et puis elle a songé à Grazyna, en se séchant les cheveux. Grazyna Shadowsky, qui avait certainement bien plus de problèmes qu’elle. Cora n’était pas trop intervenue dans sa vie, trop étrangère pour se le permettre même si elle avait essayé de la détourner des mauvais chemins - en vain. C’était comme si la jeune femme était irrémédiablement attirée par ce qui mettait son âme en péril.

Le chemisier noir et le jean choisis, elle a enfilé des escarpins bleus puis attrapé un sac, résolue à consacrer sa journée à autre chose que les vieux livres, les secrets et sa vie professionnelle - sa vie tout court car elle n’avait plus tenté d’avoir de zone privée depuis plus d’un an, à vrai dire. Ca ne lui manquait pas, c’était mieux ainsi. Personne ne devrait avoir à subir ses angoisses, ses retours d’entre les morts.

…✁…

Le Moulin Rouge était un de ces lieux que Cora ne fréquentait pas et il était amusant de constater qu’elle était allée à l’Eden Palace plusieurs fois pour veiller sur Grazyna, de la même manière que ce jour là. Seul le Nightclub était un lieu social et potentiellement débauché dans lequel elle se rendait pour elle-même - pour ses nectars divins et l’humour du barman. Le soir est tombé lorsqu’elle arrive devant le bâtiment, deux cafés bien fermés entre les mains ; elle ignorait si la polonaise appréciait cette boisson mais elle ne voulait pas avoir l’air envahissante et inquiétante en ne venant sans aucun geste amical. C’est un drôle de lieu, le Moulin Rouge, une sorte de prison dorée pour des femmes qui offrent du rêve. Le rêve, Cora ne le voit pas, coincée dans sa décence, dans son refus rigide de céder aux instincts primaires dont l’humanité était empreinte. Elle avait parfois l’impression que son décès lui avait arraché les flammes du bonheur et les élans des désirs, comme si son enveloppe charnelle avait besoin que son âme s’éclaire, se réveille - si elle en avait encore une. Elle n’en était pas malheureuse, c’était un simple constat. Cela lui donnait des armes que les humains ignorants du surnaturel ne possédaient pas. « Bonsoir, Grazyna. » La voix est douce lorsqu’elle tend le café à la jeune femme. « J’ai pensé qu’un peu de réconfort après le travail pourrait vous faire plaisir. » Un sourire doux se dessine sur les lèvres de Cora. Elle avait toujours cette posture droite, cette sorte d’élégance d’une éducation parfaite bien qu’un peu rigide. Elle avait aussi l’air trop jeune, seuls ses yeux verts trahissant un certain vécu, de la même manière que la polonaise, en fin de compte - quoique cette dernière était nettement plus femme et belle au regard de la Templière. « Cela fait un moment que je ne vous ai pas vue, comment allez-vous ? » Il n’y’a jamais de jugement, jamais de sévérité, pas avec elle. Quelque chose la pousse à vouloir la sauver. Elle a besoin de la sauver de sa tristesse à défaut de se sauver elle-même.

code by bat'phanie

_________________
Meet me in the graveyard.
Everybody knows that the dice are loaded, Everybody rolls with their fingers crossed ▬ And everybody knows that the Plague is coming, Everybody knows that it's moving fast. Everybody knows that the naked man and woman Are just a shining artifact of the past. Everybody knows the scene is dead. Sigrid.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 12/07/2017
Messages : 128
pretty face : Kristina Bazan
julius caesar : Faust & Tumblr
the mighty bush : Lecture d'auras cosmiques : Depuis le grand retour, Grazyna ne voit plus qu'en noir et blanc, les médecins n'ont pas compris le pourquoi du comment. Mais elle voit l'aura des personnes qu'elle croise. Ainsi, elle voit quelques nuances de couleurs pastels, selon la nature de la personne, mais comme elle ne sait pas pour les anges, démons, dieux, elle ne comprend pas pourquoi tout le monde ne reflète pas la même couleur autour d'eux. Les personnes qu'elle aime ont une aura plus vive que les autres, comme si elle était faites pour passer sa vie avec eux.
these streets : Grazyna ne sait rien ou presque, elle a vécu les événements en tentant de survivre à cette folie.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Humains

Sujet: Re: Est-il seulement possible de sauver une âme damnée ? - Feat Cora Lun 28 Mai 2018 - 22:28 ()
Est-il seulement possible de Sauver une âme damnée ?
GRAZYNA ✧ CORA
Peut être que vous auriez dû vous enfuir en fin de compte, le service de ce soir n'a pas été le plus agréable qui soit, enfin, presque. Mais c'est comme ça, c'est votre boulot, et si la tenue sexy ne vous dérange pas, les mains baladeuses mais discrètes de certains clients dérangent un peu plus. Mais vous n'alliez pas le dire à Cora, peut être qu'elle l'avait vu d'ailleurs, peut être pas, ce n'est pas grave, ça n'a plus d'importance pour vous, parce que finalement, votre vie n'a même plus de sens. S'il n'y avait pas de Moulin Rouge, sans doute qu'elle vous aurait perdu de vue, car vous ne sortiriez plus de chez vous, elle ne peut pas vous sauvez quoiqu'elle veuille bien faire, votre coeur est en milliers de morceaux, cela prendrait plus d'une seule vie pour tout recoller avec un semblant de forme. Mais là, les morceaux n'ont plus aucune accroche, plus aucun sens, car au fur et à mesure, ils ont été morcelés, encore, et encore, pour devenir plus nombreux, plus petit. Pourtant, vous n'avez songé à mettre fin à vos jours. Pour vous, en arriver à cette extrémité est pour les faibles, les lâches, et vous ne l'êtes pas. Au bien entendu, vous voguez juste au dessus de cet état de faits, mais non, jamais vous ne mettrez fin à vos jours de façon spontanée. Jamais vous ne réfléchirez à la meilleure façon de mettre en scène votre mort, jamais. Mais qui sait ? Peut être que votre coeur finira par tomber amoureux de la mauvaise personne et que c'est celle-ci qui vous tuera, de façon véritable, avec un coup de poignard dans le coeur. Encore faudra-t-il que cette personne le trouve, car il n'est pas certain que cela soit si simple. Mais vous êtes si crédules, il suffit qu'un homme se montre avenant de la bonne façon avec vous pour que vous pensiez trouver le bon, celui qui s'occupera de vous, et qui peut être, pansera vos plaies constamment ouvertes, suintantes de tristesse. Vous êtes dépressive, vous le savez, et vous tentez de faire quelques choses pour lutter contre cela. Mais il est difficile de retrouver le moral quand il est tombé si bas, et que vous n'avez même pas encore la sensation de toucher le fond, comme si vous n'en étiez pas loin, mais que même en allongeant le pied, vous ne le trouviez pas pour remonter à la surface.

Alors, elle vient vers vous, avec ces deux cafés, sa petite voix douce et son regard cristallin. Elle veut vous l'offrir, et ce n'est pas de refus, le café, vous appréciez cela, même si ici, ils ne sont pas aussi bon qu'à l'Eden Palace. Mais ce n'est qu'un détail si insignifiant que vous n'y pensez même pas. Un sourire arrive sur votre visage, le même que vous donnez à tout le monde, celui de façade, qui plait à presque tous, mais qui ne laisse pas dupe les personnes comme Cora, comme si elle avait un radar à malheur planqué dans le nez, ou dans le regard. Peut être qu'elle était plus empathique que d'autres, capable de se mettre à votre place, à moins que ce ne soit qu'une simple coïncidence. Il y en avait combien des comme vous pour elle ? Vous n'aviez jamais abordé la question à quoi bon ? Peut être que vous pourriez former un club de dépressifs, ou de causes perdues, car c'était ainsi que vous vous considériez. Elle voulait donc vous apportez un peu de réconfort, c'est fort aimable à elle, alors vous pendriez cette petite dose de réconfort, un peu de baume sur ce coeur si abîmé par les événements. Cela ne serait bien entendu pas suffisant pour le réparer, mais sur le moment, ça faisait toujours un peu de bien. Vous acceptez son café bien entendu.

" Cora, c'est toujours un plaisir. Vous savez très bien ce qu'il en est par rapport à cette question. On fait aller et pour vous ? "

Car si vous étiez pleine de malheurs, elle n'était pas sans reste assurément. Mais qui dans ce bas monde n'a pas vécu de malheurs ? Personne, tout le monde a vécu de mauvaises choses, il n'y a qu'une différence sur l'intensité et la quantité. Vous faites parties de ceux qui ont subit, beaucoup, intensément, mais la vie est comme ça. Si cela devait arriver, c'était que vous deviez le subir, c'est ce que souvent vous vous dites pour ne pas avoir des pensées encore plus sombres.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5663-cora-it-kills-me-sometimes-ho http://www.gameofshadows.org/t5709-cora-de-fontanges-templiers
homecoming : 18/05/2018
Messages : 119
pretty face : Danielle Campbell.
julius caesar : (c) avatar by beylin
the mighty bush : Renaissance, incapacité crasse à rendre un dernier souffle définitif, car dés lors que le coeur s'arrête, le don s'active et la vie repart, envers et contre tout. Et à petits feux brûle la santé mentale.
weapon : Dague du Paradis (affectueusement nommée Kısmet) héritée de son père, apte à tuer les anges et les bannis tout comme les démons lieutenants et les inférieurs.
Allegeance : Loyauté assumée envers les Templier, elle coopère cependant aisément avec les anges et ne refuse pas totalement la communication aux démons.
these streets : Cora sait tout ce qu'un Templier digne de ce nom doit savoir sur les évènements qui secouent Paris.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Re: Est-il seulement possible de sauver une âme damnée ? - Feat Cora Mar 29 Mai 2018 - 17:24 ()

Est-il seulement possible
de sauver une âme damnée ?
« The soul is placed in the body like a rough diamond, and must be polished, or the luster of it will never appear. »
Elle n’aime pas ce sourire artificiel qui se dessine sur les lèvres de Grazyna mais ne le laisse pas paraître. Elle ne l’aime pas parce qu’il est presque robotique, un automatisme de mensonge auquel la polonaise pourrait bien finir par croire, à force de le laisser apparaître. Formatage commercial d’une époque vide de sens et de bonheur. « Cora, c'est toujours un plaisir. Vous savez très bien ce qu'il en est par rapport à cette question. On fait aller et pour vous ? » La Templière offre un sourire à son tour, un doux, un de ceux qui ne mentent pas vraiment, car ce n’est qu’une semi-vérité qu’elle dévoile - ce qui se cache dans l’ombre ne peut être révélé à l’humanité, c’est son devoir, son serment. « Je vais toujours bien lorsque je vous vois, Grazyna. » Elle va bien parce qu’elle peut veiller sur elle, veiller sur l’âme perdue, la brebis égarée dans une ville qui perd la tête. « Vous avez une âme comme on en voit peu. Un quelque chose de sincère qu’on ne voit plus tellement par ici. » Cora trempe les lèvres dans son propre café, pour se réchauffer le coeur attristé de voir dans quelles circonstances vivent bien trop de femmes désormais. Elle ne juge pas le choix de Grazyna. Les choix, même, car la Clavis Aurea n’en avait pas non plus été un judicieux. Même si la brune sait que ce n’est que de l’artificiel, cette sérénité apparente sur le visage de l’autre jeune femme, elle essaye de lui souligner qu’il y’a bien plus en elle, plus que les malheurs dont finalement Cora ne sait rien. Il n’y’a pas réellement eu de confidences entre elles et on ne peut guère dire qu’elles soient amies au sens stricte et général du terme - elles étaient dans le monde l’une de l’autre parce que l’une l’avait décidé, l’autre n’avait pas protesté. Il était temps que cela change, trop de mois avaient passé pour que cela reste ainsi indéfiniment. Cora avait commis trop d’erreurs en n’intervenant pas, elle ne se pardonnerait pas un nouveau mauvais détour de la part de Grazyna - qui sait ce qu’il pourrait advenir, ce que les démons pourraient faire d’une telle détresse qui se voyait trop dans les pupilles ornées d’une carapace trop aisée à traverser pour qui regarde vraiment.

« Vous vous en sortez, avec ce travail ? J’ai entendu dire que ça n’était pas facile. » Elle ne veut pas la brusquer, seulement savoir comment elle se porte, comme sa vie peut continuer après le Moulin Rouge. Il y’a quelque chose d’ironique à trouver que la polonaise n’était pas vraiment libre de se forger un avenir tandis qu’elle-même s’en privait seule, volontairement - cependant, cela, personne ne le savait, elle ne l’avait jamais verbalisé. Elle était heureuse au milieu des livres et ça n’était pas, là encore, vraiment mentir que de le penser. « On ne se connait pas très bien mais vous devez savoir que si vous avez besoin de parler, je suis là. Cela fait du bien, parfois, de se confier. Je ne vous jugerai pas. » Le ton est sérieux, le timbre rassurant. Qui serait-elle pour se permettre de la prendre de haut ? Ce n’est pas que ça ne lui arrive jamais, elle peut être hautaine et mordante mais jamais avec ceux qu’elle veut sortir de l’impasse - à moins qu’elle ait essayé de trop nombreuses fois, à moins de considérer que l’être en question se complait dans sa débauche. Grazyna semble trop seule, trop délaissée pour avoir eu de réelles opportunités de changer de voie, de prendre un chemin positif. Lui a-t-on tout pris au départ de sa vie ?

code by bat'phanie

_________________
Meet me in the graveyard.
Everybody knows that the dice are loaded, Everybody rolls with their fingers crossed ▬ And everybody knows that the Plague is coming, Everybody knows that it's moving fast. Everybody knows that the naked man and woman Are just a shining artifact of the past. Everybody knows the scene is dead. Sigrid.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 12/07/2017
Messages : 128
pretty face : Kristina Bazan
julius caesar : Faust & Tumblr
the mighty bush : Lecture d'auras cosmiques : Depuis le grand retour, Grazyna ne voit plus qu'en noir et blanc, les médecins n'ont pas compris le pourquoi du comment. Mais elle voit l'aura des personnes qu'elle croise. Ainsi, elle voit quelques nuances de couleurs pastels, selon la nature de la personne, mais comme elle ne sait pas pour les anges, démons, dieux, elle ne comprend pas pourquoi tout le monde ne reflète pas la même couleur autour d'eux. Les personnes qu'elle aime ont une aura plus vive que les autres, comme si elle était faites pour passer sa vie avec eux.
these streets : Grazyna ne sait rien ou presque, elle a vécu les événements en tentant de survivre à cette folie.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Humains

Sujet: Re: Est-il seulement possible de sauver une âme damnée ? - Feat Cora Jeu 31 Mai 2018 - 21:20 ()
Est-il seulement possible de Sauver une âme damnée ?
GRAZYNA ✧ CORA
Votre sourire, il apparaît toujours sur vos lèvres, c'est votre masque, celui que tout le monde veut voir, alors vous ne cherchez pas plus loin que ça, vous l'enfilez, et une fois dehors, vous vous laissez aller. Mais là, ce n'est pas encore le cas, vous avez fini votre service, mais vous êtes encore sur votre lieu de travail, alors vous ne pouvez pas vous laissez aller complètement. Non, il doit y avoir un minimum de retenu, rien de plus, mais vous n'allez pas faire spécialement d'efforts pour votre conversation, surtout que vous en avez la certitude, Cora saura trouver les mots justes pour toucher là où elle doit toucher. Votre coeur est meurtri, vous le savez, les événements sont contre vous, mais ici personne ne vous juge, ou presque, alors vous pouvez avoir un semblant de vie, juste un semblant, parce que même si c'est bien votre vie, vous ne faites que survivre, tentant de surnager pour ne pas complètement vous noyez, mais votre tête est clairement sous l'eau, et le courant vous emporte ailleurs, vous ne maîtrisez pas vraiment la trajectoire que prendre votre vie, comme si cela était une évidence. Mais les branches n'étaient pas très nombreuses. Difficile de se raccrocher au néant le plus total, pourtant, la jeune femme en face de vous essayait. Elle essayait de vous tendre un bout de bois, une perche pour que votre tête sorte définitivement de l'eau, mais vous n'arriviez pas à la prendre, vous n'arriviez pas à vous y accrocher de façon définitive parce que vos mains sont glissantes. Alors Cora vous réponds tout d'abord par un sourire, mais le sien semble bien plus sincère que le vôtre, comme si elle ne portait pas de masque contrairement à vous, parce que c'est le cas. Elle vous dit qu'elle va toujours bien lorsqu'elle vous voit. Cela semble être une vérité, et l'aura verte de la brune résonne comme un écho à ces propos, comme si son aura tentait d'accentuer le fait qu'elle était véritablement bien avec vous. Un sourire plus sincère couvre votre visage même s'il reste un sourire de façade, ce début de conversation vous déride en quelques sortes. Mais vous doutez de sa tirade suivante. Est ce que votre âme n'était pas maudite ? Est ce que vous aviez seulement une âme ? Le concept de l'âme pour vous était un peu flou, peut être qu'elle était vraiment là, peut être pas. Tout ce dont vous aviez conscience, c'était que si vous aviez une âme, elle était profondément triste, qu'elle ne se remettait pas de la perte d'un mari, et encore moins d'un enfant, surtout dans un laps de temps aussi court. Vous vous étiez retrouvée seule, presque en un claquement de doigts, et cela, personne ne pourra vous l'enlevez de la tête, car c'était une réalité. Et cette réalité vous fait mal, très mal, brisant votre coeur en milliers de morceaux. Mais si Cora comparait votre âme à celles de la majorité des personnes présentes ici, alors oui, elle avait raison, ici les auras des gens étaient principalement oranges ou violettes. Ces deux couleurs étaient celles que vous détestiez le plus, car ces personnes sont souvent mauvaises même si d'un regard, on ne saurait le dire, vous, vous le saviez. Cora avait une aura verte, celle de personnes de confiance, comme les auras bleues pour la plupart. Et puis, il y avait ces auras roses et rouges, avec ces personnes c'était variable, encore plus avec les rouges d'ailleurs. Mais vous ne compreniez pas pourquoi les gens n'avaient pas les mêmes couleurs d'auras, un mystère qui pourtant s'expliquait. Celle en face de vous pourrait vous dire le pourquoi du comment, mais elle était tenu au secret, un secret qui était en train de se révéler, petit à petit, au fil des années dans la ville même de Paris. Elle vous demande alors si vous vous en sortez avec ce travail. Que dire à ce sujet ?

" Oui, ce n'est en rien facile, mais je m'en sors. Ici au moins, l'apparence compte plus que le reste. Alors comme mon apparence corresponds bien à ces lieux, on ne me juge pas, ou très peu. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, c'est plus respirable pour moi ici qu'à l'Eden Palace. "

Vous n'en pouviez plus de ces regards désapprobateurs, de ces regards remplis de pitié et de haine. Vous la vomissiez cette pitié, vous en pouviez plus. Vous étiez à deux doigts de vous en allez lorsque Sophie vous a proposé du boulot au Moulin Rouge. Vous aviez fait forte impression lors de votre entretien d'embauche pour vous assurez d'être prise même si vous n'en doutiez que peu, pour une fois. Puis, finalement, elle vous proposait un rôle de confidente, le genre de confident à qui on peut tout dire et qui ne vous jugera jamais. Vous n'étiez pas convaincue que vider votre sac vous fera vous sentir mieux, mais après tout, pourquoi pas ?

" La vie est une suite de décisions, de gestes qu'on ne maîtrise pas toujours. Ma vie reflète parfaitement cela. S'il y avait des choses à refaire, nos routes ne se seraient sans doute jamais croisées Cora. Je ne serais jamais venue ici à Paris pour repartir à zéro. J'aurais eu une vie plus paisible et heureuse en Pologne. Mais ma vie n'a pas été ainsi. J'ai épousé le mauvais homme, et j'en ai subi les conséquences. "

Si vous en aviez épousé un autre, votre vie aurait été différente, peut être pire cela dit, vous n'en saurez jamais rien. Mais c'est comme ça, votre vie est ce qu'elle et comme la machine à remonter le temps n'existe pas encore, et n'existera probablement jamais, jamais vous ne pourrez effacer toutes vos erreurs. Elles sont gravées dans la roche, et personne ne pourra les enlever.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5663-cora-it-kills-me-sometimes-ho http://www.gameofshadows.org/t5709-cora-de-fontanges-templiers
homecoming : 18/05/2018
Messages : 119
pretty face : Danielle Campbell.
julius caesar : (c) avatar by beylin
the mighty bush : Renaissance, incapacité crasse à rendre un dernier souffle définitif, car dés lors que le coeur s'arrête, le don s'active et la vie repart, envers et contre tout. Et à petits feux brûle la santé mentale.
weapon : Dague du Paradis (affectueusement nommée Kısmet) héritée de son père, apte à tuer les anges et les bannis tout comme les démons lieutenants et les inférieurs.
Allegeance : Loyauté assumée envers les Templier, elle coopère cependant aisément avec les anges et ne refuse pas totalement la communication aux démons.
these streets : Cora sait tout ce qu'un Templier digne de ce nom doit savoir sur les évènements qui secouent Paris.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Re: Est-il seulement possible de sauver une âme damnée ? - Feat Cora Ven 1 Juin 2018 - 15:13 ()

Est-il seulement possible
de sauver une âme damnée ?
« The soul is placed in the body like a rough diamond, and must be polished, or the luster of it will never appear. »
Une âme damnée, cela existe-t-il vraiment ? Certaines personnes sont-elles vouées à sombrer ? L’espoir, c’est une chose à laquelle Cora a du mal à s’accrocher. Y’a-t-il un sens à une vie qui ne peut se finir ? Elle s’interroge en croisant le regard de Grazyna, en observant cette femme de son âge qui ne paraît pas envisager qu’un avenir plus serein existe. Elle ne connait pas l’histoire de la polonaise, elle ne connait en rien ses souffrances, ses peines, ses démons. Elle ne peut pas envisager Grazyna comme un être potentiellement démoniaque, comme une créature de Dieu vouée à s’effondrer, à sombrer, avalée par le Mal rongeant Paris, la Terre. Quel rôle jouer, dans ce cas ? Quelle utilité aux Anges, aux Templiers, si tout est écrit ? Et d’un autre côté, Cora a toujours accepté les épreuves en songeant qu’il s’agissait d’une volonté du Créateur. Paradoxe. C’était comme refuser pour autrui ce qu’elle s’appliquait à elle-même. Elle voudrait expliquer, lui montrer qu’elle peut sortir la tête de l’eau, s’extirper de la tourmente, du cercle vicieux qui l’emprisonne. Elle voudrait lui dire qu’une âme ne se damne pas si on tente de lutter, que si jeune, elle a encore le moyen d’équilibrer la balance. Ne serait-ce pas un peu hypocrite ? Légèrement, parce que son don lui semble une malédiction, parce qu’elle se sent oubliée d’Azrael, parce qu’elle envisage la suite de son existence comme une punition. Sa seule option est de se servir de cela pour aider ceux qui en ont besoin, aider pour se sentir vivre. « Oui, ce n'est en rien facile, mais je m'en sors. Ici au moins, l'apparence compte plus que le reste. » Y’a-t-il plus triste que de n’être vue que par le prisme du physique ? Elle l’a pour le moins avantageux, Grazyna. « Vous méritez mieux que cela.. » souffle la Templière avec un sourire doux quoiqu’un peu triste pour elle.

« La vie est une suite de décisions, de gestes qu'on ne maîtrise pas toujours. » Et à cela, Cora ne peut répliquer, ne peut s’insurger. Elle est morte et est revenue par une volonté mystérieuse qu’elle se force à assimiler, à accepter sans succès. Il y’a des jours où la déprime ronge tout souffle de joie alors même qu’elle n’a pas souffert les pires épreuves. Le manque d’Elias, la culpabilité, voilà ce qui la perd, en silence, presque en secret. « Ma vie reflète parfaitement cela. S'il y avait des choses à refaire, nos routes ne se seraient sans doute jamais croisées Cora. » Elle ne baisse pas les yeux, elle écoute attentivement les mots offerts, comme elle tente toujours de le faire avec les brebis égarées. Ca ira voudrait-elle assurer mais elle ne le peut pas car elle n’en sait rien. Le surnaturel implique un paramètre trop aléatoire pour cela. « Je ne serais jamais venue ici à Paris pour repartir à zéro. J'aurais eu une vie plus paisible et heureuse en Pologne. » Est-ce que c’est beau, la Pologne ? Le fait est que l’Ordre des Templiers ne se limite pas aux frontières de la France et si Grazyna se juge damnée, alors elle aurait été tentée, tourmentée, manipulée même au coeur de son pays natal. Si elle est partie, c’est que son histoire s’est détournée du chemin paisible des années auparavant. « Mais ma vie n'a pas été ainsi. J'ai épousé le mauvais homme, et j'en ai subi les conséquences. » Cora note mentalement l’information : un mariage, des conséquences ; les mauvaises fréquentations du mari auraient-elles influé avec trop de violence ? « Voulez-vous marcher ? Ou vous asseoir ? Vous avez sans doute besoin de décompresser. » Un nouveau sourire se dessine tandis qu’elle reprend une gorgée de café, cherchant ses mots, la manière la plus délicate de dire les choses. « Rien ne dit qu’on ne se serait pas croisées. Peut-être aurais-je visité la Pologne. » Un clin d’oeil malicieux. Elle aurait pu quitter Paris et voyager, elle aurait pu aller faire des recherches dans les bibliothèques du monde. Avec des si, on changerait tout. Si elle pouvait changer une chose, elle aurait suivi le cours des évènements : elle serait morte à la convention, elle serait en paix ou damnée mais elle ne serait plus sur Terre. « Vous vous êtes mariée jeune ? »

code by bat'phanie

_________________
Meet me in the graveyard.
Everybody knows that the dice are loaded, Everybody rolls with their fingers crossed ▬ And everybody knows that the Plague is coming, Everybody knows that it's moving fast. Everybody knows that the naked man and woman Are just a shining artifact of the past. Everybody knows the scene is dead. Sigrid.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 12/07/2017
Messages : 128
pretty face : Kristina Bazan
julius caesar : Faust & Tumblr
the mighty bush : Lecture d'auras cosmiques : Depuis le grand retour, Grazyna ne voit plus qu'en noir et blanc, les médecins n'ont pas compris le pourquoi du comment. Mais elle voit l'aura des personnes qu'elle croise. Ainsi, elle voit quelques nuances de couleurs pastels, selon la nature de la personne, mais comme elle ne sait pas pour les anges, démons, dieux, elle ne comprend pas pourquoi tout le monde ne reflète pas la même couleur autour d'eux. Les personnes qu'elle aime ont une aura plus vive que les autres, comme si elle était faites pour passer sa vie avec eux.
these streets : Grazyna ne sait rien ou presque, elle a vécu les événements en tentant de survivre à cette folie.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Humains

Sujet: Re: Est-il seulement possible de sauver une âme damnée ? - Feat Cora Lun 4 Juin 2018 - 22:05 ()
Est-il seulement possible de Sauver une âme damnée ?
GRAZYNA ✧ CORA
Bien sûr que vous méritiez mieux qu'une place ici, vous le saviez très bien, mais dans votre optique des choses, cela vous convenez presque à merveille. Bien entendu, il ne faut pas trop poussé, mais ici l'apparat était plus important que le reste, et vous saviez jouer avec ça. Ici vous ressembliez à une petite serveuse sexy, rien d'autres, et votre accent facilitait les choses. Votre personnage était si facile à jouer, votre physique est plaisant, il suffit juste de le mettre un peu en valeur pour que les gens tombent dans le panneau, pour qu'ils ne reconnaissent pas la faible Grazyna Shadowsky qui avait cru naïvement à ce que Joshua Delacroix avait pu dire, à Clavis Aurea. Certains devaient vous reconnaître, mais la plupart ne devait pas vous reconnaître, la marque la plus distinctive étant dans votre nuque que vous couvriez de vos cheveux. Seul les plus observateurs pouvaient donc voir cette marque au fer rouge dans votre nuque lorsque vos cheveux volaient légèrement au vent, ou lorsque vous preniez un virage trop rapidement et que donc, cette partie de votre anatomie se laissait voir. Mais Cora ne faisait pas partie de ces clients habituels, surtout qu'elle ne vous avait pas croisée ici la première, mais dans votre précédent emploi à l'Eden Palace, ceci avant même que la Clavis Aurea ne viennent s'amonceler sur votre dos. Elle avait su discerner ce qu'il y avait derrière votre masque ce jour là et depuis, elle revenait tel un leitmotiv dans votre vie pour tenter de vous sauver de vous même. Mais il n'y avait rien à sauver pourtant, rien du tout, du moins pour vous, vous le sentiez comme ça. Quelques choses en vous n'était plus pareil, vous étiez brisée, votre coeur n'était plus vraiment le métronome qu'il devrait être. Votre âme était condamnée à n'être que souffrance, de là à dire qu'elle était damnée, il n'y avait qu'un pas que vous franchissiez. Peut être qu'il y avait une histoire de karma aussi derrière tout ça, sans doute qu'il y avait énormément de choses qui vous dépassaient. Alors vous répondez à sa question, et elle vous dit que vous méritez mieux que ça. C'est elle qui le dit, mais vous n'en êtes pas certaine tout compte fait. Après, si vous suivez sa logique, tout le monde mérite mieux mais peut être que vous n'étiez qu'à votre place, rien de plus. Vous buvez une nouvelle gorgée de café, le finissant par la même occasion. Elle vous propose alors de marcher ou de s'asseoir, mais vous vous en fichez, car cela ne fera aucun différence pour vous. Vous décidez cependant de vous asseoir, de rester un peu plus ici encore, de vous enivrez de cette ambiance nauséabonde pour votre être tout entier. Elle vous parle alors d'une hypothétique visite en Pologne, et à cela un sourire sincère s'offre à votre délicieux visage. Oh non, même si elle était venue là-bas, elle ne vous aurez sans doute pas vu, jamais, vous n'étiez pas dans un nid à touristes, juste dans un nid à embrouilles. Vous ne rétorquez rien à cela et faites signes à votre collègue encore en service de vous donner une bonne rasade de vodka.

" Si jamais vous avez envie de boire autre chose qu'un café, ou un autre café, n'hésitez pas, c'est offert par la maison ! "

Autant faire ce peu pour la jeune femme, car au fond, vous ne savez si c'est elle qui vous supporte ou plutôt l'inverse. Elle en vient alors à poser une question personnelle, une information que personne ne connait ici, parce qu'elle est absolument sans intérêt à vrai dire. Qu'est ce que cela changera à votre vie de vous être mariée jeune ou moins jeune ? Rien, vous le savez très bien.

" Je me suis mariée assez jeune, rien d'extraordinaire cependant en Pologne. Mais vous savez Cora, on ne change pas le passé. Le passé est là pour forger votre présent, et parfaire votre futur. Notre passé nous influence, nous permet de ne pas refaire les mêmes erreurs, parfois. "

Votre passé reflétait votre présent, et sans doute votre futur aussi. Mais c'est ainsi, vous ne pouvez pas revenir sur les décisions que vous avez pris à ce moment là, vous ne pouviez pas deviner que votre enfant aurait une grave maladie dès la naissance, vous ne pouviez pas deviner que votre mari et votre enfant décéderaient en peu de temps.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5663-cora-it-kills-me-sometimes-ho http://www.gameofshadows.org/t5709-cora-de-fontanges-templiers
homecoming : 18/05/2018
Messages : 119
pretty face : Danielle Campbell.
julius caesar : (c) avatar by beylin
the mighty bush : Renaissance, incapacité crasse à rendre un dernier souffle définitif, car dés lors que le coeur s'arrête, le don s'active et la vie repart, envers et contre tout. Et à petits feux brûle la santé mentale.
weapon : Dague du Paradis (affectueusement nommée Kısmet) héritée de son père, apte à tuer les anges et les bannis tout comme les démons lieutenants et les inférieurs.
Allegeance : Loyauté assumée envers les Templier, elle coopère cependant aisément avec les anges et ne refuse pas totalement la communication aux démons.
these streets : Cora sait tout ce qu'un Templier digne de ce nom doit savoir sur les évènements qui secouent Paris.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Re: Est-il seulement possible de sauver une âme damnée ? - Feat Cora Mar 5 Juin 2018 - 20:50 ()

Est-il seulement possible
de sauver une âme damnée ?
« The soul is placed in the body like a rough diamond, and must be polished, or the luster of it will never appear. »
Grazyna choisit de s’asseoir, de se poser un peu, ainsi Cora en fait-elle de même. « Si jamais vous avez envie de boire autre chose qu'un café, ou un autre café, n'hésitez pas, c'est offert par la maison ! » Elle esquisse un sourire mais décide de se contenter d’un autre café, peu encline à s’enivrer de façon générale mais d’autant moins avec ceux dont elle se soucie de l’avenir. Il est des choses que l’alcool fait dire et qu’il vaut mieux taire auprès de l’ignorante humanité - même auprès des amis. Le café, péché mignon, drogue de ses longues nuits en tête à tête avec de vieux textes et ses angoisses.

Cora n’avait jamais osé poser de questions personnelles à la jeune femme, par respect pour sa pudeur, pour ses envies visibles de tourner la page également. Il est des gens qui ne sont pas capables de renaître rapidement de leurs cendres, qui n’y parviennent jamais vraiment. Grazyna était encore fragile même si ses sourires mentaient, même si son apparences vendait aux hommes quelques rêves, donnait aux femmes quelques jalousies. « Je me suis mariée assez jeune, rien d'extraordinaire cependant en Pologne. » Elle ne saurait le juger, parce que ça l’intéresse assez peu, les mariages de l’autre bout du monde, ceux qui n’impliquent pas des dynasties, des ancêtres célèbres ou des impacts géopolitiques importants. Elle a de vagues notions des normes, rien d’exceptionnel. « Mais vous savez Cora, on ne change pas le passé. Le passé est là pour forger votre présent, et parfaire votre futur. Notre passé nous influence, nous permet de ne pas refaire les mêmes erreurs, parfois. » Elle a un sourire en coin en buvant une gorgée du café resservi. « Je suis archiviste. » finit par avouer la Templière, sur le ton de la conversation. Un détail qu’elle n’avait jamais donné. Elles n’avaient pas vraiment échangé sur ce qui composait leurs vies, elles avaient parlé des problèmes dans Paris, Cora avait dû mentir - beaucoup - et avait tenté de rassurer ou conseiller. Elles ne s’étaient pas vues assez, tout bêtement. La Clavis Aurea n’avait en rien aidé. « Le passé, c’est toute ma vie. On en tire des leçons, c’est vrai mais l’humanité a prouvé qu’elle n’apprenait jamais de ses drames. » Elle a le regard dans le vague, Cora. Toute sa famille reposait sur des socles ancestraux, noblesse à particule et traditions moyenâgeuses et elle avait emboîté le pas, ça lui sauvait peut-être la santé mentale, d’être ancrée quelque part, envers et contre tout. « Je n’ai aucun jugement à porter sur vous, Grazyna. Je ne souhaite qu’être une amie. On a tous besoin d’amis bienveillants. Les choix d’hier ne sont pas ceux de demain mais seuls, on les reproduit presque invariablement. » Et parce qu’elle avait posé une question de l’ordre de l’intime, elle ajoute, toujours sans croiser les yeux de la polonaise. « Je n’épouserais probablement jamais personne et les seuls enfants sur lesquels il serait possible de veiller seront ceux de mes frères. » Elle occulte la raison réelle de son affirmation, laissant raisonnablement penser qu’elle ne peut ni engendrer ni avoir une quelconque forme de famille. Demie-vérité éternelle de celle qui sent bien que mourir lui arrache quelque chose, de celle qui est forgée pour l’Ordre, non pour une existence normale. « Est-ce que partager votre vie avec quelqu’un vous manque ? » Est-ce que c’est par solitude qu’elle a rejoint la secte ?

code by bat'phanie

_________________
Meet me in the graveyard.
Everybody knows that the dice are loaded, Everybody rolls with their fingers crossed ▬ And everybody knows that the Plague is coming, Everybody knows that it's moving fast. Everybody knows that the naked man and woman Are just a shining artifact of the past. Everybody knows the scene is dead. Sigrid.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 12/07/2017
Messages : 128
pretty face : Kristina Bazan
julius caesar : Faust & Tumblr
the mighty bush : Lecture d'auras cosmiques : Depuis le grand retour, Grazyna ne voit plus qu'en noir et blanc, les médecins n'ont pas compris le pourquoi du comment. Mais elle voit l'aura des personnes qu'elle croise. Ainsi, elle voit quelques nuances de couleurs pastels, selon la nature de la personne, mais comme elle ne sait pas pour les anges, démons, dieux, elle ne comprend pas pourquoi tout le monde ne reflète pas la même couleur autour d'eux. Les personnes qu'elle aime ont une aura plus vive que les autres, comme si elle était faites pour passer sa vie avec eux.
these streets : Grazyna ne sait rien ou presque, elle a vécu les événements en tentant de survivre à cette folie.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Humains

Sujet: Re: Est-il seulement possible de sauver une âme damnée ? - Feat Cora Mer 13 Juin 2018 - 18:56 ()
Est-il seulement possible de Sauver une âme damnée ?
GRAZYNA ✧ CORA
Vous prenez place, vous n'avez pas envie de fuir encore alors que ce lieu vous va si bien, surtout qu'ici vous êtes à votre avantage, pas la peine d'aller ailleurs, dans la rue là où vous pourriez perdre la prestance qui est votre ici. Vous proposez à Cora une autre boisson, un autre café, notamment, c'est sans doute ce qu'elle prendra car elle est loin d'être une alcoolique notoire, du moins pas à votre connaissance, mais vous non plus vous ne l'êtes pas, juste que vous appréciez de boire de temps en temps un peu d'alcool, parce que vous avez ça dans le sang, vous êtes polonaise après tout. Et c'est donc ce qu'elle choisit, un autre café, rien de plus, rien de moins. Vous prenez pour une fois une double dose de whisky, pour changer comme si cette soirée pouvait être le début d'une sorte de renouveau, pour ainsi dire, n'est ce pas ? Vous n'y croyez pas, pas une seule seconde mais après tout, cela n'a pas d'importance, il y a tellement d'alcool différent ici que vous pourriez en boire un différent presque chaque jour. C'est ainsi. Puis la jeune femme vous offre une question bien particulière, une question que vous n'attendiez pas dans votre conversation, mais il faut croire qu'en voulant sauver votre âme, elle se risque à plus d'intimité, comme pour vous relevez plus vite, mais le passé est ce qu'il, il n'est pas possible de le changer, et il vous brisera encore et encore sans que vous ne puissiez rien faire. Vous le savez, alors vous faites avec, vous jouez sur les apparences, les sourires, car c'est un atour que vous maîtrisez, ici, au Moulin Rouge, ailleurs, c'est moins sûr. Alors vous en profitez le temps que vous êtes encore là. Alors vous lui répondez, vous cherchez dans votre mémoire ce souvenir qui a presque été oublié, vous le dépoussiérez comme si ce pan de votre vie n'avait plus été sortie depuis très longtemps. Et c'est le cas, jamais vous ne parlez de cela, de ce qui a pu se passer en Pologne, car l'intérêt est très limité, si ce n'est celui de raviver des souvenirs parfois douloureux. Vous lui dites donc une nouvelle banalité à propos du passé, et c'est là qu'elle vous dit qu'elle est archiviste, et que donc par extension, elle connait bien le passé, elle sait qu'il ne sert à rien, que l'humanité retombe de façon perpétuelle dans ces travers sans que personne ne puisse rien faire pour changer cela. Et elle vous le confirme vous faisant avoir un petit sourire plus vrai que nature. Votre passé vous a servi de leçon pour certaines choses, mais pourtant, il se pourrait bien que vous retombiez vous aussi dans certains travers si jamais un homme semblait être là, vous montrant un intérêt plus que sincère, parce que c'est ce vide là qui vous manque dans votre vie. Il y a déjà eu des clients qui agissaient de la sorte, un peu de charme et plusieurs fois votre coeur a failli se prendre dans leurs engrenages, mais ça n'est jamais allé très loin, heureusement pour vous sans doute. Jusqu'au jour où une de ces histoire ira trop loin et qu'elle vous brisera à nouveau, une fois de plus, pour changer, comme pour vous prouvez que vous ne pouvez pas être heureuse et que seulement vous pouvez survivre dans la vie qui est là vôtre aujourd'hui. Elle vous dit alors qu'elle ne porte de jugement sur votre personne et vous la croyez, sinon, elle ne serait pas venue et revenue vers vous de la sorte. Vous la considérez comme une amie même si au fond vous ne savez pas grand chose d'elle, même si au fond, c'est elle qui s'est imposée à vous, sinon, vous ne l'auriez probablement pas invitée à venir ici après la fin de votre service. Elle vous dit ensuite une chose à son sujet, une chose qui est bien différente pour vous. Elle ne croisait cependant pas votre regard, comme si elle parlait de la pluie et du beau temps. Vous étiez sceptique à ce sujet là, mais vous aussi vous n'alliez pas la juger à ce propos.

" Chacun est libre d'agir comme il le désire. Le mariage est un engagement qu'il faut pas prendre à la légère. Avoir un enfant des suites d'un mariage est aussi une décision qui se prends à deux. J'ai eu la chance d'enfanter, et chaque moment passé ainsi je les ai chéris dans mon coeur, mais cela n'a été que trop bref, un souffle et la petite fleur s'est fanée. "

Et si jusqu'à présent, il y avait un sourire sur votre visage, celui-ci s'est estompé, au profit d'un regard bien moins insistant, d'un regard s'étant humidifié au souvenir évoqué. La nature est ainsi faite, la maladie a emporté votre enfant voilà trop d'année maintenant, votre petit bout de choux n'est plus, sa tombe loin de vous, mais chaque jour vous ne cessez d'y penser, comme si finalement, vous étiez en train de le porter dans vos bras, comme si vous étiez en train de le border pour qu'il s'endorme paisiblement. Et Cora enfonce encore un peu plus le clou dans votre poitrine. Bien sur que partager votre vie avec un homme vous manque, bien sur que vous aimeriez fonder à nouveau une famille, mais il y a tellement de tromperie ici que c'est peine perdue, l'espoir qu'un jour vous puissiez avoir le sourire de cette façon est mort depuis longtemps. Vous clignez alors des yeux, et une larme perle sur votre joue droite. Vous ne la retenez pas, vous la laissez couler, s'échouer sur le bord de votre joue pour qu'elle puisse s'échoir sur la table où vous êtes assises toutes les deux.

" Bien sûr que j'aimerais fonder une famille, mais à quoi bon ? Vous voyez bien les personnes qu'il y a dans cette salle. Qui voudrait bien de moi ? "


Et vous reniflez, vous essuyez légèrement vos yeux humides pour retrouver cette force apparente. Votre carapace se referme, la fêlure est toujours là, mais vous faites en sorte que rien d'autres ne puisse vous atteindre. Sans doute que Cora le comprendra, même si vous répondrez à ces questions si vous jugez que cela reste raisonnable. Vous ne savez pas jusqu'où elle ira pour vous comprendre, pour tenter de vous sauver, mais c'est peine perdue, elle devrait le comprendre.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5663-cora-it-kills-me-sometimes-ho http://www.gameofshadows.org/t5709-cora-de-fontanges-templiers
homecoming : 18/05/2018
Messages : 119
pretty face : Danielle Campbell.
julius caesar : (c) avatar by beylin
the mighty bush : Renaissance, incapacité crasse à rendre un dernier souffle définitif, car dés lors que le coeur s'arrête, le don s'active et la vie repart, envers et contre tout. Et à petits feux brûle la santé mentale.
weapon : Dague du Paradis (affectueusement nommée Kısmet) héritée de son père, apte à tuer les anges et les bannis tout comme les démons lieutenants et les inférieurs.
Allegeance : Loyauté assumée envers les Templier, elle coopère cependant aisément avec les anges et ne refuse pas totalement la communication aux démons.
these streets : Cora sait tout ce qu'un Templier digne de ce nom doit savoir sur les évènements qui secouent Paris.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Re: Est-il seulement possible de sauver une âme damnée ? - Feat Cora Ven 15 Juin 2018 - 15:13 ()

Est-il seulement possible
de sauver une âme damnée ?
« The soul is placed in the body like a rough diamond, and must be polished, or the luster of it will never appear. »
« Chacun est libre d'agir comme il le désire. » Il revient, le sourire en coin, il a l’air un brin plus amer. On est libre de rien en ce bas monde sinon de se battre pour exister et c’est exactement la raison pour laquelle Cora rôde autour de ces âmes en détresse, gardienne silencieuse de leurs mauvais choix, quand bien même ça ne soit pas son rôle. Elle voudrait insuffler un espoir qu’elle n’a pas, alors à défaut elle tente de pousser les brebis égarées sur le chemin le moins aisé mais le plus apaisant à la fin de la route. L’humanité ignore quelle chance elle a d’avoir un achèvement, le cadeau de la Faucheuse. « Le mariage est un engagement qu'il faut pas prendre à la légère. » Elle songe à ce mariage qui n’aura pas lieu, à cette bague refusée, à ce coeur écartelé, à ce choix qu’elle a fait, le regard toujours dans le vide face à elle. « Avoir un enfant des suites d'un mariage est aussi une décision qui se prends à deux. » Une gorgée de plus de café chaud qui réconforte sans que rien ne paraisse sur les traits de la Templière - elle se réfugie dans le détachement comme pour ne pas s’apitoyer sur le sort de Grazyna. Le Sort, ce concept retors. « J'ai eu la chance d'enfanter, et chaque moment passé ainsi je les ai chéris dans mon coeur, mais cela n'a été que trop bref, un souffle et la petite fleur s'est fanée. » La tasse est posée avec douceur sur le comptoir tandis que Cora extirpe d’une poche un mouchoir de tissu blanc sur lequel sont cousues deux ailes d’ange. La voix semble avoir alerté l’oreille attentive et, un peu comme une mère le ferait, elle vient effacer le sillon salé de la larme unique qui s’est échouée sur le meuble. Ca ne dure qu’un instant sur la joue féminine durant lequel elle ne dégage qu’apaisement et compassion, que protection. Elle ne juge toujours pas, protégée jusque là derrière la carapace nécessaire à l’écoute de cette histoire un peu tragique. Elle n’est pas un ange mais à sa mesure, elle essaye de venir en aide. Où étaient ceux chargés de venir au secours de ceux qui se perdaient ?

« Bien sûr que j'aimerais fonder une famille, mais à quoi bon ? Vous voyez bien les personnes qu'il y a dans cette salle. Qui voudrait bien de moi ? » Elle penche légèrement la tête, l’archiviste, et observe Grazyna avec une perplexité visible. Elle le connaît, ce discours, c’est le sien, c’est celui qu’elle tient invariablement quand on lui demande si elle ne veut pas se poser, fonder une famille, trouver une stabilité : qui voudrait de moi ? Qui voudrait d’une morte ? mais elle avait une raison surnaturelle de s’éloigner. Elle ne pouvait pas croire que ce joli brin de fille se juge si mal. Elle la laisse se frotter les yeux, tenter de reconstruire la façade de perfection insipide, en silence, avant d’enfin prendre la parole. « Je suis désolée, Grazyna. » Le ton de la voix est sincère, elle est désolée de faire remonter de telles souffrances. Elle considère cependant le mal nécessaire et dépose devant cette amie étrange le mouchoir seulement marqué des restes de cette larme intempestive. « Vous êtes intelligente et douce. Vous êtes belle, par dessus le marché. Qui ne fondrait pas ? Mais ce n’est pas ici que vous trouverez quelqu’un qui vous verrait à votre juste valeur. Tout n’est que superficiel dans ce milieu. Gardez ceci et rappelez-vous que quelque part, quelqu’un fait pour vous vous attend. Quelqu’un de moins envahissant que moi. » Un sourire un peu mutin se dessine sur le timbre de l’humour. Comme elle regrette de ne pas être un véritable ange gardien capable de l’aider. « Votre enfant a la chance de goûter à une paix incomparable. Ca n’est difficile que pour les vivants. Je me console chaque jour en me disant que mon frère est dans un monde meilleur, où rien de ce chaos ne peut l’atteindre. »

code by bat'phanie

_________________
Meet me in the graveyard.
Everybody knows that the dice are loaded, Everybody rolls with their fingers crossed ▬ And everybody knows that the Plague is coming, Everybody knows that it's moving fast. Everybody knows that the naked man and woman Are just a shining artifact of the past. Everybody knows the scene is dead. Sigrid.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 12/07/2017
Messages : 128
pretty face : Kristina Bazan
julius caesar : Faust & Tumblr
the mighty bush : Lecture d'auras cosmiques : Depuis le grand retour, Grazyna ne voit plus qu'en noir et blanc, les médecins n'ont pas compris le pourquoi du comment. Mais elle voit l'aura des personnes qu'elle croise. Ainsi, elle voit quelques nuances de couleurs pastels, selon la nature de la personne, mais comme elle ne sait pas pour les anges, démons, dieux, elle ne comprend pas pourquoi tout le monde ne reflète pas la même couleur autour d'eux. Les personnes qu'elle aime ont une aura plus vive que les autres, comme si elle était faites pour passer sa vie avec eux.
these streets : Grazyna ne sait rien ou presque, elle a vécu les événements en tentant de survivre à cette folie.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Humains

Sujet: Re: Est-il seulement possible de sauver une âme damnée ? - Feat Cora Ven 22 Juin 2018 - 16:50 ()
Est-il seulement possible de Sauver une âme damnée ?
GRAZYNA ✧ CORA
Vous lui confiez quelques choses, vous lui confiez un petit bout de vous, pour la première véritable fois, vous lui dites plus que de simples banalités presque affligeantes. Pourtant, d'ordinaire, vous ne lui confiez rien ou presque, vous tournez autour du pot sans jamais mettre la main dedans de peur de tomber sur un engrenage et qu'une fois la main prise dedans, vous ne puissiez plus rien faire. Or vous lui avait confié des choses aujourd'hui, des choses que vous ne confiez à personne, à peu de monde en tout cas, car vous ne jugez pas cela utile, cela ne sert à rien de remuer le couteau dans la plaie, car personne ne pourra vous ramenez ces êtres là, personne. Vous lui avez dit ces choses là néanmoins, à elle de voir ce qu'elle va en faire, car vous n'avez pas été très attentive aux réactions de son visage lors de vos révélations. Connaissant Cora, elle doit compatir, mais n'a sans doute pas de véritables solutions pour apaiser votre coeur. Puis, il y a cette question, celle qui vous crève le coeur, celle qui tue encore plus mais à laquelle vous répondez encore, comme si vous ne pouviez plus vous arrêtez, comme si votre main était belle et bien prise dans cet engrenage et qu'il n'y avait rien à faire. Vous hésitez à complètement vous refermer sur vous même, ou alors à laisser parler votre coeur de façon plus abondante. Peut être que vous allez agir de façon hybride, en vous refermant à moitié, vous ne sauriez dire exactement ce qu'il en est, tout dépendra de sa réponse, de ses réponses, car vous êtes intimement persuadées que vous ne serez pas sur la même longueur d'ondes. Elle veut vous aider, mais elle ne vous comprends pas finalement, c'est là que le bas blesse. Elle vous dit alors simplement qu'elle est désolée. Elle vous donne le mouchoir mais vous n'en voulez pas. Vous ne le repoussez cependant pas, vous n'en avez plus la force après votre service du soir, vous avez surtout envie de vous laissez allé, de ne penser à rien plus, juste de vivre tranquillement pour vous. Cependant, vous écoutez la suite de sa tirade, et comme vous le pensiez, vous n'êtes pas vraiment sur la même longueur d'ondes, pas du tout même. Elle ne comprend rien, c'est ce que vous pensez, mais vous n'êtes pas du genre à vouloir l'offenser, ni à vouloir la faire raisonner. Sa vision de la vie après la mort est juste effarante pour vous, elle ne fait pas sens, elle n'a aucun sens. Après la mort, il n'y a rien du tout, personne n'en est revenu pour vous dire comment tout cela pouvait être, alors vous n'y croyez pas. Votre sourire de façade s'affiche alors à nouveau, car ici, sur votre lieu de travail, c'est devenu un réflexe, pour ne pas faire fuir les clients, pour leur montrer qu'ici tout va bien, même si ce n'est pas le cas, que ce monde va mal, que tout part en vrille mais au moins ici, il y a cette douce illusion, celle où tout va bien dans le meilleur des mondes. Elle vous confie donc qu'elle a perdu un frère qui se trouve au même endroit que votre enfant, en paix.

" J'ai perdu mon âme soeur voilà bien longtemps. Je doute que quelqu'un me corresponde vraiment par ici. Être belle, douce ou intelligente ne suffit pas forcément à trouver son bonheur. Mais qui sait ce que la vie nous réserve, n'est ce pas ? Peut être que je trouverais quelqu'un qui me corresponds, peut être pas. Si jamais je trouve quelqu'un, combien de temps cela va-t-il durer ? Je ne suis pas sûre que mon coeur le supporte à nouveau mais peut être que si vous me dites ça c'est que vous voulez prendre cette place pour moi ? "

Pour une fois, vous finissez votre tirade avec une pointe d'humour, de l'ironie vu le ton employé, et vous éludez sa vision de la vie après la mort. Vous n'avez pas envie de partir sur ce débat là, un débat sans intérêt. Vous préférez restée sur le sujet de l'amour, ce qui manque tellement à votre vie, un être cher capable de vous protéger, contre lequel vous pourriez trouver refuge, allant dans ces bras, et juste vous sentir réconforter, juste vous sentir vivre, réellement, et non survivre comme vous le faites depuis maintenant bien trop longtemps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5663-cora-it-kills-me-sometimes-ho http://www.gameofshadows.org/t5709-cora-de-fontanges-templiers
homecoming : 18/05/2018
Messages : 119
pretty face : Danielle Campbell.
julius caesar : (c) avatar by beylin
the mighty bush : Renaissance, incapacité crasse à rendre un dernier souffle définitif, car dés lors que le coeur s'arrête, le don s'active et la vie repart, envers et contre tout. Et à petits feux brûle la santé mentale.
weapon : Dague du Paradis (affectueusement nommée Kısmet) héritée de son père, apte à tuer les anges et les bannis tout comme les démons lieutenants et les inférieurs.
Allegeance : Loyauté assumée envers les Templier, elle coopère cependant aisément avec les anges et ne refuse pas totalement la communication aux démons.
these streets : Cora sait tout ce qu'un Templier digne de ce nom doit savoir sur les évènements qui secouent Paris.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Re: Est-il seulement possible de sauver une âme damnée ? - Feat Cora Sam 23 Juin 2018 - 20:03 ()

Est-il seulement possible
de sauver une âme damnée ?
« The soul is placed in the body like a rough diamond, and must be polished, or the luster of it will never appear. »
Cora croit-elle aux âmes soeurs ? Est-elle le genre de femme à espérer tomber sur un amour qui dure une vie, qui se fane jamais ? Elle aurait pu, si elle n’avait pas vu la distance dans les yeux de sa mère lorsqu’Aymeric s’approchait. Elle aurait pu si Zakariah n’avait pas percuté l’image qu’elle se faisait de leur famille. Elle aurait pu si Noah avait été ce genre d’homme à compenser les erreurs de leur père. Elle aurait pu si elle n’était pas morte, si elle n’avait pas remis en question son avenir tout entier, ses désirs et ses aspirations. L’amour ça s’étiole, ça peut s’entretenir, ça peut se raviver mais à une époque aussi folle, espérer voir l’autre vivre aussi longtemps relevait du miracle. En toute honnêteté, sans le trait d’humour de Grazyna, Cora n’aurait jamais repensé à cette question. « Si jamais je trouve quelqu'un, combien de temps cela va-t-il durer ? Je ne suis pas sûre que mon coeur le supporte à nouveau mais peut être que si vous me dites ça c'est que vous voulez prendre cette place pour moi ? » Les préceptes religieux évoquent des histoires qui ne se brisent pas mais ces mêmes êtres vivaient vieux, avaient nombre d’enfants et parfois nombre de femmes. Alors quoi ? Que garder ? Que répondre ? Elle sourit en coin, c’est sa première réaction. Elle aurait aimé que son père soit là assez longtemps pour la guider sur des sujets aussi sensibles. Elle n’avait jamais posé de questions à ses frères, elle n’avait jamais abordé ces choses délicates. Elle n’en avait pas le souvenir, à vrai dire. « Ai-je l’air de vous draguer ? » Elle aurait besoin d’en faire une dissertation. Elle aurait besoin d’un mémoire tout entier pour déterminer si elle se sentait gênée ou amusée mais afin de maintenir la confiance fragile, elle offre son aspect le plus décontracté, ce genre d’attitude un peu désinvolte qu’elle ne dévoilait que peu - souvent dans des circonstances si délicates qu’elle n’avait pas d’autre méthode de survie, la funambule relationnelle.

« Je vous dis que vous êtes belle parce que vous l’êtes. Vous feriez un modèle tout à fait charmant pour une peinture. » Et elle n’a pas l’air de tisser l’ironie, elle n’a pas l’air de faire de l’humour, même si la malice au coin de sa bouche pouvait laisser planer le doute, au début. « Vous pouvez envisager que moi, je sois attirée, pourquoi pas les autres ? Méditez donc le sujet. » Elle est déjà en train de ramasser ses affaires, de déposer un peu d’argent pour le café. Elle n’aime pas l’idée que ce soit offert et d’un autre côté, elle n’aime pas non plus l’ambiance des lieux. Quelque chose lui semble désagréable et c’est sans doute parce que Grazyna a l’air d’y étouffer ce qu’il y’a de plaisant et sincère chez elle. « Je reviendrai, vous le savez alors prenez soin de vous, Grazyna. Certains choix sont difficiles mais mènent vers des horizons plus agréables, même lorsqu’on n’y croit pas. » Et c’est tout. Comme souvent, Cora laisse les brebis égarées sur des idées, quand elle sent une résistance, quand elle sent que les personnes ne sont pas encore prêtes à aborder des sujets plus délicats, des points de vu différents. Elle repart comme elle est venue, comme une ombre qui se contente de tenter de mettre un peu de baume au coeur. Vous valez mieux que ça.

code by bat'phanie

_________________
Meet me in the graveyard.
Everybody knows that the dice are loaded, Everybody rolls with their fingers crossed ▬ And everybody knows that the Plague is coming, Everybody knows that it's moving fast. Everybody knows that the naked man and woman Are just a shining artifact of the past. Everybody knows the scene is dead. Sigrid.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 12/07/2017
Messages : 128
pretty face : Kristina Bazan
julius caesar : Faust & Tumblr
the mighty bush : Lecture d'auras cosmiques : Depuis le grand retour, Grazyna ne voit plus qu'en noir et blanc, les médecins n'ont pas compris le pourquoi du comment. Mais elle voit l'aura des personnes qu'elle croise. Ainsi, elle voit quelques nuances de couleurs pastels, selon la nature de la personne, mais comme elle ne sait pas pour les anges, démons, dieux, elle ne comprend pas pourquoi tout le monde ne reflète pas la même couleur autour d'eux. Les personnes qu'elle aime ont une aura plus vive que les autres, comme si elle était faites pour passer sa vie avec eux.
these streets : Grazyna ne sait rien ou presque, elle a vécu les événements en tentant de survivre à cette folie.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Humains

Sujet: Re: Est-il seulement possible de sauver une âme damnée ? - Feat Cora Aujourd'hui à 18:04 ()
Est-il seulement possible de Sauver une âme damnée ?
GRAZYNA ✧ CORA
Elle ne vous drague pas, vous le savez très bien, mais il faut croire qu'elle n'a pas su discerner votre humour, votre ironie avec votre accent slave. Elle vous pense très sérieuse quand vous lui posez la question, et vous décidez de ne pas relever la sienne. Non, vous savez quand on vous drague, ou qu'on tente de le faire, c'est une certitude, ici, c'est souvent le cas, que ce soit un homme ou une jeune femme d'ailleurs, alors vous souriez simplement à sa question, un sourire qui se veut sincère pour une fois, et non pas ce sourire reflétant votre masque en ces lieux, mais il est difficile de vraiment le discerner, quoique, elle en est capable depuis le temps que vous la connaissez, depuis ces nombreux mois. Mais peut être qu'elle ne remarquera simplement rien du tout, rien de ce qui n'est qu'une petite boutade dites au bon moment. Or, elle n'a pas l'habitude de vous voir dire ce genre de choses, n'est ce pas ? Vous n'en usez qu'avec parcimonie en règle générale parce que ce n'est pas votre véritable nature, tout simplement. Alors, elle se justifie, elle vous dit que vous êtes belle parce qu'elle le pense vraiment, pas simplement pour vous flatter, et ça vous le savez. Vous êtes belle, c'est une évidence, sinon, jamais Sophie ne vous aurait débaucher pour que vous veniez travailler ici, c'est assez rare pour le signaler, clairement. Cela a été la première fois, en général, soit vous finissez par démissionner, soit vous êtes virée à cause de votre absentéisme. Mais l'époque où vous n'arriviez pas à vous levez pour venir au boulot semble révolu, comme si vous aviez réussi à affronter tout cela en face, à moins que ce ne soit tout simplement la seconde chance que la Clavis Aurea avait réussi à vous offrir qui vous avez fait cet électrochoc. Peu importe, vous l'écoutez donc vous dire la conclusion de la chose, car elle va s'en aller. Oui, elle vous dit de méditer sur un sujet qui n'a pas lieu d'être car ce n'est pas le bon, ce n'est pas sur cela qu'il faut méditer, non, mais sur d'autres choses. Cora est passée à côté pour ce soir, elle ne s'en est pas rendu compte, et cela vous désolerez presque pour elle. Elle ramasse ces affaires, elle laisse un peu d'argent sur la table pour payer le café même si vous lui avez dit qu'il était offert par la maison. Elle dit une dernière tirade, comme pour laisser son emprise d'espoir sur votre esprit, mais c'est peine perdue malheureusement, elle le sait sans doute mais elle ne peut s'empêcher de le dire, de le redire, et sans doute que la prochaine fois, elle le redira encore et encore, peut être pas sur l'âme soeur ou l'amour mais sur un autre thème, celui qui sera lancé dans votre conversation.

" N'oubliez de prendre soin de vous également Cora. "

Elle s'évapore ensuite vers la sortie du Moulin Rouge. Vous avez bien vu qu'elle n'était pas forcément la plus à l'aise dans ce milieu, comme si la fête, l'apparat ne lui convenait pas. Vous, cela vous convient à merveille, alors plutôt que de partir comme vous l'auriez peut être fait si elle n'était pas venue vous parler, vous restez là, et votre collègue vous apporte un nouveau verre, une double vodka pure, le verre qui clôturera votre soirée, celui qui peut être vous changera les idées, qui fera en sorte que vous abordiez quelqu'un et que peut être vous tentiez votre chance. Mais une fois le verre apporté et bu, vous ne bougez pas votre séant de votre chaise, vous restez quelques minutes à contempler la salle, à voir qui pourrait faire l'affaire, à voir qui vous conviendrait, et comme à chaque fois, celui qui conviendrait potentiellement est déjà bien accompagné, alors un sourire amer se fige sur votre bouche. Personne ne voudrait bien être votre exclusif, car ce n'est plus ce que les gens recherchent. Ils veulent de la liberté, ils veuillent papillonner, tout simplement et ça, vous ne l'acceptez pas.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: Est-il seulement possible de sauver une âme damnée ? - Feat Cora ()
Revenir en haut Aller en bas
 
Est-il seulement possible de sauver une âme damnée ? - Feat Cora
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» URGENT aidez moi à sauver 2 caniches - ADOPTES
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» Pétition pour sauver les galgos. (lévriers espagnols)
» URGENT à sauver chiot croisé caniche-cairn délaissé (Var)
» [Scénario] Il faut sauver le soldat Ryan
like lightning
if you ride
ϟ you're gonna crash like thunder ϟ

a game of shadows :: Paris :: Nord-ouest :: dix-huitième arrondissement :: Pigalle :: Moulin rouge