boom bitch
Le forum est de retour pour vous jouer de mauvais tours.
Pour tout savoir des nouveautés, c'est ici !
let the sky fall
Un accident d'avion, un trésor piégé et un équilibre mis à mal par l'arrivée de nouvelles forces dans le jeu d'ombres...
Voilà ce qui vous attend dans la nouvelle intrigue.
like I own it
Parfois, on a juste envie d'inaugurer un bâtiment tranquille. Malheureusement, on a souvent des invités surprise....
Participez au premier event de cette nouvelle saison ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 burn it down (louis)
if you ride like lightning, you're gonna crash like thunder
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: burn it down (louis) Sam 26 Mai - 21:20 ()

Une vérité balancée dans la tronche qui fait salement craquer l'ego. Des injures aux bords des lèvres. L'amertume qui rappe la langue. La nausée qui torpille le cœur. Et la porte claquée dans la seconde, laissant Charybde s'amuser seule avec sa fierté. Y'avait pourtant le sourire arraché quand elle lui a annoncé la vérité, un olympien révélé. Bien plus important que la divinité capturée qui moisit sa cave. Elle était déjà prête à traquer, à brandir les poings fragiles de son hôte. Mais elle a vite déchanté la nymphe. Illusions brisées, insouciance calcinée, mais toujours cette envie de tête à découronner, à décapiter.
Dionysos putain.
Elle est tombée dans les bras d'une divinité, elle s'est glissée sous les draps d'un olympien. Elle qui pourrait sacrifier l'humanité entière pour entendre leurs cris d'agonie, pour voir leur suprématie réduite en cendres. Foutue ironie.

Elle a pas de plan. Pas de vengeance bien organisée, d'idées bien rangées. Que la rage pour l'aveugler. Alors elle s'contente de foncer le retrouver. Sans avertir, sans aviser. Quitte à s'bouffer une nouvelle colère divine, quitte à s'éclater le crâne contre le bitume. À s'prendre un truc plus violent qu'un poison déversé dans sa fontaine. Et devant l'Opium, ça hésite pas à s'imposer, ignorant le con à l'entrée qui reproche sa tenue pas assez appropriée, se perdant entre les silhouettes qui gigotent autour d'elle sans se faire attraper. La crinière emmêlée, le jean délavé, les opales carminées, elle contraste avec les autres poupées fardées et leur cul écrasés dans des robes trop serrées. La fureur qui pète dans les prunelles jurant avec les sourires cassés par l'alcool. Et y'a les boums boums de la musique trop lents pour la cadence de son palpitant bousillé, y'a les corps bousculés, les pieds écrasés par une Scylla remontée. Y'a la rage figée dans le cœur et l'envie d'animer la foule avec des peurs sifflées entre ses crocs. Y'a le désir furieux de cramer les lieux, de foutre la tête des divinités sur des piques d'acier. Ce putain de besoin d'exploser.

L'orage prévient pas, la paume s'écrase dans la face du blondinet à peine repéré. Puis les mots qui pètent, la voix qui craque. « Putain de dieux de merde. Vous avez tous décidé de me duper c'est ça ? » Elle hurle l'inconsciente. Discrétion oubliée, secret déchiré, ego dépouillé. L'écœurement craché de s'être offerte à l'arrogance et aux bras d'un foutu olympien. Et aucun regard curieux n'arrête la folie qui s'cramponne. Elle s'en fout du public. Elle s'en fout si ses mots peuvent les foutre tous les deux dans la merde. Si ça fait sens pour certains, si ça la rend cinglée aux yeux d'autres, si ça intéresse deux abrutis alcoolisés.

Puis encore deux pas pour l'approcher, pour mieux baver l'exagération. « J'te jure que j'vais cramer votre putain de tour. Y'aura plus personne à prier. » Elle en chialerait de rage Scylla. C'est les nerfs qui se détraquent, la monstrueuse qui se réveille. Circé, Dolos, et maintenant Dionysos. Chacun sa méthode pour la berner. À en croire qu'elle s'fera pigeonner par toute leur assemblée. Putain elle crèverait pour avoir encore ses tentacules pour les étouffer, ses crocs pour les grignoter.

Elle s'foutait bien de qui pouvait se cacher sous les mèches blondes, elle s'foutait bien à quelles mains elle offrait son cul. Et si leur relation s'limitait aux draps de soie et aux murs bétonnés, elle peut pas s'empêcher de se sentir trompée, humiliée par son identité. Parce que Scylla, elle s'est jurée de leur rembourser fourberies, arrogances, surpuissances. Parce qu'elle crève de les haïr à ce point. Parce qu'elle a trop souffert au premier caprice de l'une d'entre eux.

Aveuglée, les mains de la nymphe s'abattent sur le torse de la divinité, ses poings voulant le faire reculer. Les injures vomies, les joues rosés noircies par les perles acides, Scylla elle fracasserait son âme pour un régicide.


Dernière édition par Noé S. Pradel le Sam 26 Mai - 23:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 13/05/2017
Messages : 136
pretty face : Max Riemelt
julius caesar : Lux Aeternae
legends never die : Dieu du vin et de la fête
the mighty bush : Manipulation des rêves et manipulation de l'espace temps. Louis possède le pouvoir de manipuler les rêves d'une personne. Il peut s'infiltrer dans les songes pour les transformer en cauchemars. Il possède aussi le pouvoir de manipuler l'espace temps, c'est à dire d'accélérer ou de ralentir le temps et de modifier l'espace autour de lui.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dieux

Sujet: Re: burn it down (louis) Sam 26 Mai - 22:47 ()
Burn it down
Scysos


Il repensait à ces petites fesses, à ces monts de chairs qu'il côtoyait régulièrement, cette petite Noé toute en énergie, toute en finesse également, avec un caractère qui lui plait à merveille. Dès qu'il la voyait, il avait un petit sourire qui se dressait sur son visage, car il savait qu'il allait s'amuser, un peu, beaucoup même, une petite partie de plaisir différemment de ce qu'il avait avec Aphrodite ou Melpomène. Il ne se doutait pas qu'elle aussi faisait partie des divinités, il ne savait pas non plus qu'elle détestait les olympiens, mais cette dernière chose, il allait bientôt le savoir, le comprendre par un heureux hasard, ou plutôt un hasard malheureux. Mais il ne l'avait pas croisé depuis plusieurs jours, peut être qu'elle viendrait ce soir, il n'en savait rien, il ne la faisait pas venir sur commande, elle venait et ils s'amusaient, mais si elle ne venait pas, il y avait d'autres paires de fesses disponibles. Bien entendu, Dionysos n'y pense pas en permanence, il n'a pas besoin de toujours trouver une belle poupée pour finir dans ces draps. Pourtant, il n'a qu'à tendre les bras à l'Opium Nightclub, et laisser agir son charisme divin pour en trouver une et faire la fête comme il se doit. Mais ce soir, il n'avait pas forcément la tête à tout cela, il pensait encore à ces dieux des autres panthéons qui étaient arrivés récemment. Il s'en fichait mais, il se demandait ce que cela allait faire, il ne savait pas, pour une fois, il était dans l'ignorance, dans l'expectative, et ça ne lui plaisait pas. Ils avaient fait en sorte de les enfermés, et avec le temps, il avait presque oublié ce fait là, mais ils étaient venus se rappeler à leurs mauvais souvenirs. Et ce soir, il ne rayonnait pas comme d'habitude, préoccupé, mais cela voulait juste qu'il réfléchissait trop, qu'il gambergeait dans sa tête le petit Louis. Et puis, il la voit, elle arrive. Mais il discerne que quelques choses ne va pas, ne convient pas, elle n'est pas en mode, en adéquation avec les lieux. Et ça le fait encore plus réfléchir, il se passe quelques choses mais avec Noé, il ne sait pas, il ne comprend pas pourquoi elle est là sans s'être un peu mieux mis en valeur. Il tente de percevoir son regard, il se dit que peut être cela pourrait lui donner une indication, mais il la perd un instant dans la foule et elle se trouve devant lui, et une gifle arrive sur sa face, il ne comprends pas ce qui se passe, mais immédiatement les mots se forment dans la bouche de Noé. Elle sait qu'il est un dieu alors qu'il n'en a jamais rien dit, il ne comprends. Qui a pu lui dire ? Comment cela se fait-il qu'elle est au courant pour les dieux ? Rarement cela a été le cas mais Dionysos est désarçonné, comme si une tempête qu'il n'avait pas vu venir s'abattait sur sa tête, le mettant presque KO debout. Sa tête parle pour lui, l'espace de quelques instants. Il met cela sur le compte de la gifle qu'il vient de recevoir, mais en vérité il se leurre, les mots ont fait bien plus mal, presque trop. Elle veut le tuer, elle lui en veut tellement qu'elle crache une seconde phrase avec rage parlant de la Tour Montparnasse. Si elle parle de cette tour c'est qu'elle aussi elle est de nature divine, il n'y plus de doutes là dessus, mais il ne sait pas qui est arrivé dans ce corps là, il n'en sait strictement rien du tout. Il n'a jamais eu l'occasion de lui dire, pourquoi l'aurait-il fait ? S'il avait connu sa nature divine la première fois dans sa cave, il lui aurait dit qui il était. Il faut qu'elle comprenne que pour lui, il ne s'agissait pas de la duper, mais juste de profiter de son corps magnifiquement formé. Alors il tente une parade même si elle ne sera pas dupe sans doute. Si elle doutait de son identité, elle ne serait pas venu la lui crier au visage.

" Calme toi veux-tu. Tu sais, mon deuxième prénom c'est en effet Dionysos, mais ça ne fait pas de moi l'incarnation de ce dieu. Qu'est ce que tu crois savoir ? "

Il tente, il fait une moue d'incompréhension pour tenter de comprendre comment elle a pu savoir, et pourquoi elle en veut tant aux olympiens ? Ne faisait-elle pas partie de ces divinités grecques qui avaient signées leur liberté en enfermant les autres panthéons ? Elle devait être là, quelques parts, mais il ignorait qui elle était vraiment.

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: burn it down (louis) Dim 27 Mai - 1:22 ()

« Calme toi veux-tu. » « Me dis pas de me calmer. » « Tu sais, mon deuxième prénom c'est en effet Dionysos, mais ça ne fait pas de moi l'incarnation de ce dieu. » Elle en arrête de donner des coups de poings face à l'audace déplacée. Les mirettes carminées figées dans l'hypocrisie qui pète dans les siennes. Il ose nier, il ose essayer de planter le doute dans le crâne de Scylla. Il ose continuer de la prendre pour une conne. Ça la vexerait presque la monstrueuse si elle avait pas l'habitude de leurs crasses et ruses dégueulasses. « Qu'est ce que tu crois savoir ? » Putain. Un crissement sous la caboche. Une deuxième gifle craque l'air. Un rire amer claque entre les dents face au culot divin. L'ampleur de leur arrogance dépasse ce qu'elle imaginait. Manipulations, mensonges, perfidie. Litanie divine qui n'a pas fini de gonfler. « Oh bébé j'ai pourtant pas parlé de Dionysos ou même de ton deuxième prénom. » Y'a les perles de rages emprisonnées par les cils, y'a la nausée au bord du cœur et y'a ce bout de confiance accordée qu'il finit de déchirer. Puis surtout la frustration de l'avoir eu sous le nez et de ne jamais s'être doutée qui se cachait sous les mèches dorées.

Un tour sur elle même, les mains collées sur le front, scandalisée par l'affront. Quelques secondes pour que la réalité l'écrase à nouveau. Elle a donné son cul à un olympien. Et l'dieu il a que des conneries à lui offrir en retour. Alors comme un vieux réflexe, la menotte de son hôte s'effondre encore contre son torse. « Mais c'est pas possible putain, vous vous arrêtez jamais de vous foutre de la gueule du monde hein ? Foutus olympiens de merde toujours à se croire plus malins que les autres. L'absence de prières vous a rien appris ? » Hérésie d'un monstre, haine démesurée qui lui ferait cracher le venin qui a pourri son cœur pour le glisser dans chaque trachée de leur assemblée.

« Tu sais, il doit bien y'avoir ici quelques surnaturels que ça doit intéresser... que le ô grand et ô majestueux Dyonisos leur fait l'honneur de sa putain de présence. Ça devrait faire plaisir aux dieux bannis aussi, qu'on sache où te trouver. » Les menaces sifflent alors que ses doigts glissent sur le col du dieu, pourtant brûlants de l'étrangler. « Tu veux vraiment me tester Dionysos ? Tu veux prendre ce risque ? » Et elle attend pas de réponse, elle attend pas son accord. Si elle peut pas lui arracher le cœur ou la tête, elle foutra la merde autrement Scylla. Elle est déjà partie pour couper la musique, pour baver son annonce, pour déclencher le désastre. Elle pousse un inconnu sur son chemin, un peu trop fort, un peu trop vite. Le corps titube, s'écroule peut-être alors qu'elle n'arrête pas sa course. Balancée de leurres divins à un autre, punie pour rien, humiliée par des caprices, la nymphe, elle fera péter le secret si ça peut faire sombrer un olympien.
Que Zeus la foudroie sur place s'il en ait encore capable.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: burn it down (louis) ()
Revenir en haut Aller en bas
 
burn it down (louis)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» VOILA LE PATRON DE MICHELLE PIERRE-LOUIS
» Le premier ministre Michèle Pierre-Louis au mini-sommet économique de Punta Cana
» Mirlande Manigat prend position pour Madame Michelle Duvivier Pierre-Louis
» Que pensez-vous de cette intervention de Levaillant Louis Jeune au Nouvelliste
» Le projet de Michele Pierre-Louis.
like lightning
if you ride
ϟ you're gonna crash like thunder ϟ

a game of shadows :: Paris :: Sud-Ouest :: seizième arrondissement :: Opium's nightclub