boom bitch
Le forum est de retour pour vous jouer de mauvais tours.
Pour tout savoir des nouveautés, c'est ici !
let the sky fall
Un accident d'avion, un trésor piégé et un équilibre mis à mal par l'arrivée de nouvelles forces dans le jeu d'ombres...
Voilà ce qui vous attend dans la nouvelle intrigue.
like I own it
Parfois, on a juste envie d'inaugurer un bâtiment tranquille. Malheureusement, on a souvent des invités surprise....
Participez au premier event de cette nouvelle saison ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 (Zakariah) ◊ « Come as you are. »
if you ride like lightning, you're gonna crash like thunder
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5663-cora-it-kills-me-sometimes-ho http://www.gameofshadows.org/t5709-cora-de-fontanges-templiers
homecoming : 18/05/2018
Messages : 119
pretty face : Danielle Campbell.
julius caesar : (c) avatar by beylin
the mighty bush : Renaissance, incapacité crasse à rendre un dernier souffle définitif, car dés lors que le coeur s'arrête, le don s'active et la vie repart, envers et contre tout. Et à petits feux brûle la santé mentale.
weapon : Dague du Paradis (affectueusement nommée Kısmet) héritée de son père, apte à tuer les anges et les bannis tout comme les démons lieutenants et les inférieurs.
Allegeance : Loyauté assumée envers les Templier, elle coopère cependant aisément avec les anges et ne refuse pas totalement la communication aux démons.
these streets : Cora sait tout ce qu'un Templier digne de ce nom doit savoir sur les évènements qui secouent Paris.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: (Zakariah) ◊ « Come as you are. » Mer 30 Mai - 14:35 ()

Come as you are.
«  Drink because you are happy, but never because you are miserable. »
Elle est installée au bar, un verre d’un cocktail complexe entre les doigts, plongée dans une profonde discussion avec le barman. Elle est souriante, Cora, étrangement décontractée - du moins par rapport à son attitude habituelle. Dans l’euphorie ambiante, elle est la curieuse observatrice au sourire en coin, parfois malicieux. Quoique lui raconte l’homme dont elle ignore la réelle identité, elle semble apprécier. Elle a opté pour une robe noire, un foulard noué autour du cou aussi bleu que la semelle des escarpins noirs qu’elle porte et elle a relevé ses cheveux en un parfait chignon. Si son arme est toujours dissimulée sous la robe, elle n’est pas ici pour les Templiers, certainement pas pour les archives non plus. C’est un jour de repos qu’elle s’accorde comme elle le fait une à deux fois par mois, sans en informer personne. C’est un droit, n’est-ce pas ? Elle peut tout à fait s’éloigner, affirmer qu’elle a besoin de prendre l’air, de se reposer, parce que se surmener ne mène à rien. On la force même à décrocher le nez des vieux ouvrages, certaines semaines, à dormir plus. Elle ne dort pas, elle se divertit, d’une manière qui sidèrerait Noah, à n’en pas douter.

Cora doit bien être là depuis une heure, le second verre rempli - offert celui-ci. Elle en savoure chaque gorgée, parce que les mélanges sont divins, parce que les cocktails semblent toujours uniques à l’Opium’s Nightclub. Les travers, en revanche, étaient les mêmes partout. Les flirts, les dragues lourdes, elle les détaille avec une sorte d’indifférence. Etait-elle comme eux, autrefois ? Elle a la sensation d’être plus vieille à l’intérieur que son enveloppe charnelle le laissait voir. Elle avait beau jouer de sa garde-robe pour que ses vingt-cinq années ne semblent pas bien moins nombreuses, ce soir-là, il n’en restait pas moins que son regard n’avait pas la même curiosité que la plupart des jeunes présents - ce quelque chose de mort se refusait à revenir à la vie, cette sorte d’espoir en l’avenir et l’insouciance. Elle n’avait plus le temps pour s’essayer à la séduction et la tendresse. Oh ça ne l’empêchait pas de rire aux commentaires du barman, ça ne l’empêchait pas d’être amusée par les compliments insipides de son voisin de bar, elle ne se laissait pas prendre au jeu. Elle n’était en rien immunisée contre les ambiances, les auras particulières qui imprégnaient certains coins de Paris, elle était seulement en partie bien trop loin, bien trop attachée à la mort pour se jeter à corps perdu dans les plaisirs délicats de l’existence. Elle attendait une étincelle, sans forcément se noyer dans les regrets. Pas ici. Ici c’était une bulle hors du temps, une bulle de solitude dans la foule joyeuse. Ca lui plaisait, inexplicablement et elle passait ainsi des heures à regarder l’humanité oublier ses malheurs. C’était peut-être cela, qu’elle aimait : voir les mortels s’éloigner de tout ce qui s’abattait sur la ville depuis des années et qu’importe que ce soit du fait de Dieu ou d’un surnaturel qui mettait à mal sa foi, s’ils étaient en sécurité, s’ils appréciaient l’instant, elle en ressentait une forme de bonheur. Finalement accoudée au bar, Cora en souriait, même une fois Louis accaparé par d’autres occupations autrement plus importantes. Une ou deux fois par mois, dans le secret, s’octroyer de la normalité, c’était positif. On ne la chercherait pas ici, on ne pouvait pas l’imaginer ici, c’était en contradiction totale avec son sérieux, ses archives, son travail acharné, son éloignement perpétuel. Personne n’interromprait sa soirée, ses fréquentations n’étaient pas du genre à faire attention à sa présence, la plupart n’avaient de toute manière pas les moyens de dépenser dans ce type de loisir. .

code by bat'phanie

_________________
Meet me in the graveyard.
Everybody knows that the dice are loaded, Everybody rolls with their fingers crossed ▬ And everybody knows that the Plague is coming, Everybody knows that it's moving fast. Everybody knows that the naked man and woman Are just a shining artifact of the past. Everybody knows the scene is dead. Sigrid.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5748-zakariah-hidden-in-plain-sigh http://www.gameofshadows.org/t5780-zakariah-l-jones-templier
homecoming : 25/05/2018
Messages : 125
pretty face : Liam Hemsworth
julius caesar : Ectra, je suis partout!
the mighty bush : Je peux transmuter mon corps en sable et ainsi devenir insensible aux blessures et à la douleur mais également m'envoler sous forme de nuage de sable pour me déplacer.
weapon : Une Lame de luminescence, une épée capable d'éblouir les anges, démons et dieux, et qui occasionnent des blessures corrosives.
Allegeance : Je ne me suis jamais considéré comme un leader et si plaire à son père est de l'opportunisme, alors je plaide coupable. Mais maintenant que je suis voué à moi-même, je fais le choix de rester car même si je pense que d'autres méthodes fonctionneraient mieux, la mission des Templiers restent à mon sens vitale et toujours aussi importante. Et pour les moyens qu'ils n'autorisent pas... Disons simplement que j'ai mes petits secrets, comme tout le monde.
these streets : Tout, ou en tout cas tout ce que je peux savoir. L'information est vitale dans un jeu d'ombre, peu importe de quelle bouche elle sort ni dans quel lit elle est murmurée.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Re: (Zakariah) ◊ « Come as you are. » Mer 30 Mai - 21:57 ()
Come as you are.
Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges


Quand on gère un opéra, il faut s'attendre à rester debout tard. Il arrive parfois que je m'esquive, généralement pas par choix, mais autrement j'attend toujours que les clients s'en aillent. Certains artistes camperaient presque là s'ils le pouvaient, mais pas moi. Moi lorsque les portes principales sont verrouillées, lorsque je suis certain que tout va bien et que les caisses sont en sécurité, je tire ma révérence. Et parfois je rentre chez moi, exténué. Mais d'autres fois, je ne rentre pas avant le lever du soleil. Car il y a du bon à quitter le travail tard: je n'ai qu'à prendre un métro pour rejoindre le club de mon choix, il sera forcément ouvert. Et bon, à force de les visiter, j'en connais toutes les adresses et les horaires par cœur.

Ces nuits-là, je les entame souvent seul mais je le suis rarement à la fin. C'est une chose que je trouve amusante, comment des personnes peuvent se retrouver attirées l'une à l'autre par la simple force de quelques désinhibitions. Deux personnes qui jamais ne se seraient adressées la parole en temps normal, se retrouvent collées l'une à l'autre par l'alcool et le manque d'espace dans cette foule agglutinée. Et comme toutes ces autres fois, ce soir ne fait pas exception.

J'ai quitté l'opéra aux alentours de minuit passé, ayant abandonné ma tenue de travail, un costume cintré parmi tant d'autres, pour quelque chose de plus basique mais sans me séparer de ma chemise blanche. J'ai sauté dans le premier métro disponible, qui m'a conduit sur place, et lorsque je suis arrivé face à l'Opium's nightclub, je n'ai eu qu'à saluer d'une forte poignée de main avant qu'il ne m'ouvre les portes.

Foule, chaleur, effluves d'alcool et danseurs douteux qui feraient mieux de s'asseoir. La musique est aussi assourdissante qu'à l'accoutumé et je tente de noyer mes oreilles en me déshydratant un verre après l'autre. Il ne m'a suffit que d'une heure de plus pour pour rejoindre un petit groupe de personnes, trois femmes et deux hommes, et d'enfin offrir ma tournée, pour la seconde fois. J'ai la chemise humide, partiellement transparente, et l'un des boutons a carrément été arraché. Vous ne me croiriez pas - avec les dents - si je vous disais comment. Bref, je me fraye un chemin à travers la foule, non sans sentir quelques mains baladeuses dont je n'ai honnêtement aucune idée des propriétaires, et j'atteint enfin la terre promise: le bar!

Je longe les tabourets, trouve un espace où m'incruster, et me penche en avant pour attirer l'attention du type de l'autre côté avant de trouver du regard un visage familier. Et dans mon ivresse naissante, c'est moins la curiosité que l'amusement qui étire un sourire sur mes lèvres. Sacrifiant ma place au comptoir, je continue de marcher pour en rejoindre l'extrémité et me laisse tomber sur le tabouret fraîchement libéré le plus proche de la jeune femme en robe noire. - Vos livres vous ont-ils enfin laissé vous échapper, jeune demoiselle? - Ce discours soutenu s'étouffe dans un rire et je souris de plus belle. - Je me serais jamais attendu à te voir dans un endroit pareil! - Qui n'est pas surpris de trouver sa petite sœur ailleurs que le nez dans ses bouquins? Pas moi en tout cas.

_________________
Bring me a dream...


Dernière édition par Zakariah L. Jones le Ven 1 Juin - 21:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5663-cora-it-kills-me-sometimes-ho http://www.gameofshadows.org/t5709-cora-de-fontanges-templiers
homecoming : 18/05/2018
Messages : 119
pretty face : Danielle Campbell.
julius caesar : (c) avatar by beylin
the mighty bush : Renaissance, incapacité crasse à rendre un dernier souffle définitif, car dés lors que le coeur s'arrête, le don s'active et la vie repart, envers et contre tout. Et à petits feux brûle la santé mentale.
weapon : Dague du Paradis (affectueusement nommée Kısmet) héritée de son père, apte à tuer les anges et les bannis tout comme les démons lieutenants et les inférieurs.
Allegeance : Loyauté assumée envers les Templier, elle coopère cependant aisément avec les anges et ne refuse pas totalement la communication aux démons.
these streets : Cora sait tout ce qu'un Templier digne de ce nom doit savoir sur les évènements qui secouent Paris.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Re: (Zakariah) ◊ « Come as you are. » Jeu 31 Mai - 15:55 ()

Come as you are.
«  Drink because you are happy, but never because you are miserable. »
« Vos livres vous ont-ils enfin laissé vous échapper, jeune demoiselle? » Le regard se détourne des danseurs pour se poser sur l’être débraillé qui s’est incrusté près d’elle. La chemise blanche presque transparente, le bouton arraché. L’analyse remonte vers le visage empreint d’une hilarité mal retenue et elle est là, la tête se penchant légèrement sur le côté dans une interrogation aux sourcils froncés. « Je me serais jamais attendu à te voir dans un endroit pareil! » « Zakariah ! » Si elle avait été ivre, ça l’aurait dégrisée sur le coup. Son petit jardin secret venait d’imploser, là, contre le comptoir du bar d’une boîte de nuit. C’était un peu comme se faire arracher le masque d’une identité secrète. « J’ai oublié de prendre ce paramètre en compte.. » Oublié de placer son demi-frère dans les calculs, dans l’esquive méthodique de certaines de ses vérités. Oups, comme on pourrait dire ! Ca l’amuse visiblement, lui, d’avoir percé un morceau de carapace, d’avoir levé le voile sur trop de sagesse, de solitude. « J’t’en supplie, n’en parle pas à Noah ! » C’est son premier réflexe, sa première pensée tandis qu’elle se redresse sur son tabouret. Le foulard noué à son cou n’a pas bougé, sa robe est toujours impeccable, parfaitement en place et elle fait ainsi merveilleusement tache dans ce décor frisant les contours de débauche. Il y’a seulement la main de l’homme de l’autre côté, qu’elle écarte régulièrement de sa cuisse, finalement sans trop faire cas, sans s’en rendre compte. Ce n’est pas si grave, il est alcoolisé, imbibé, ça arrive. Inconsciente ou naïve, que choisir ? « Je suis supposée passer une partie de la nuit à étudier de vieux parchemins, il se ferait une montagne de me savoir là. » Noah s’inquiétait énormément pour elle, comme si elle était en sucre depuis sa mort et dans l’état dans lequel il l’avait trouvée, elle pouvait le comprendre, elle lui avait même reproché de ne pas avoir été présent seulement.. elle aimait savourer ces instants où sa vie ne ressemblait pas à un chaos, où il n’y’avait pas en jeu l’avenir de l’humanité, la protection des ignorants, la sauvegarde du secret, l’héritage de leur père. Elle voulait tellement être parfaite, ne plus faire d’erreur, tenter de sauver ce qu’il restait d’une âme en elle afin de venir en aide à ceux qui en avaient besoin. Elle s’oubliait en permanence, sa bulle n’était que lecture et savoirs. Ca n’allait pas avec ce qu’elle voulait laisser comme souvenir avant de..

Elle chasse la pensée de ces renaissances qui semblaient lui faire perdre ses moyens pour afficher un sourire moqueur. « Si tu lui dis, je prétendrais que tu m’as forcée à venir ! J’ai plus l’air de sortir de ton opéra qu’être prête pour faire la fête jusqu’à l’aube. » Le chantage, parfaitement. User ainsi des caractères de ses frères pouvait se révéler amusant, avec leur défaut principal de vouloir sa sécurité, comme si elle avait encore cinq ans et que tout risquait de la briser en petits morceaux sur le sol. Elle affiche à nouveau ce calme, cette tranquillité moqueuse en récupérant son verre pour savourer une gorgée de cocktail coloré. « Et dire que c’est toi le grand frère, l’exemple, le modèle à suivre. Qui a mangé ton bouton, Zak ? » Cora le taquine, ça s’entend, malgré le bruit, dans le ton de sa voix, ça se voit dans ce sourire dont elle ne se départit pas. Zak profite de la vie, il existe en dehors de sa mission, se donne des objectifs, goûte à tous les plaisirs d’être humain, ils sont si différents. Elle ne l’en aime pas moins. Leur famille est un peu étrange mais c’est la leur et elle y tient, elle ne voudrait pas avoir à sacrifier cela - elle le ferait, cependant, elle s’en séparerait, s’en éloignerait si cela les gardait en sécurité. Hors de questions qu’un jour ils soient forcés de s’occuper d’elle et de son incapacité à mourir.

code by bat'phanie

_________________
Meet me in the graveyard.
Everybody knows that the dice are loaded, Everybody rolls with their fingers crossed ▬ And everybody knows that the Plague is coming, Everybody knows that it's moving fast. Everybody knows that the naked man and woman Are just a shining artifact of the past. Everybody knows the scene is dead. Sigrid.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5748-zakariah-hidden-in-plain-sigh http://www.gameofshadows.org/t5780-zakariah-l-jones-templier
homecoming : 25/05/2018
Messages : 125
pretty face : Liam Hemsworth
julius caesar : Ectra, je suis partout!
the mighty bush : Je peux transmuter mon corps en sable et ainsi devenir insensible aux blessures et à la douleur mais également m'envoler sous forme de nuage de sable pour me déplacer.
weapon : Une Lame de luminescence, une épée capable d'éblouir les anges, démons et dieux, et qui occasionnent des blessures corrosives.
Allegeance : Je ne me suis jamais considéré comme un leader et si plaire à son père est de l'opportunisme, alors je plaide coupable. Mais maintenant que je suis voué à moi-même, je fais le choix de rester car même si je pense que d'autres méthodes fonctionneraient mieux, la mission des Templiers restent à mon sens vitale et toujours aussi importante. Et pour les moyens qu'ils n'autorisent pas... Disons simplement que j'ai mes petits secrets, comme tout le monde.
these streets : Tout, ou en tout cas tout ce que je peux savoir. L'information est vitale dans un jeu d'ombre, peu importe de quelle bouche elle sort ni dans quel lit elle est murmurée.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Re: (Zakariah) ◊ « Come as you are. » Ven 1 Juin - 23:20 ()
Come as you are.
Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges


Sa surprise m'amuse beaucoup, autant que la gêne qu'elle semble dissimuler. Ne voulait-elle pas être vu? Pour ça il aurait fallu mieux se dissimuler. - Paramètre? - La musique a noyé sa phrase aussi je ne suis pas certain de ce que j'ai entendu. - J’t’en supplie, n’en parle pas à Noah ! - Bien sur que non. - Sa réaction m'amuse autant qu'elle m'inquiète car elle à l'air bien trop sincère. - Je suis supposée passer une partie de la nuit à étudier de vieux parchemins, il se ferait une montagne de me savoir là. - Hey, détend toi, je ne vais rien dire à personne. - Mon sourire s'est mué en un air concerné alors que je m'installe sur le tabouret. - T'as bien le droit de faire ce que tu veux, je serais pas vraiment en position de te juger là, tu crois pas? - Vu mon état, je serais bien le dernier à pouvoir dire quoi que ce soit si jamais, effectivement, je m’octroyais le droit stupide de juger.

L'abandonnant une seconde, je tend le bras pour attirer l'attention du barman qui acquiesce dans ma direction pour me signifier qu'il m'a vu. - Si tu lui dis, je prétendrais que tu m’as forcée à venir ! J’ai plus l’air de sortir de ton opéra qu’être prête pour faire la fête jusqu’à l’aube. - Regarde-moi: je sors de mon opéra. Ton argument tiens pas la route. - Ou alors c'est moi qui tiens pas la route. Ou le tabouret. Un tabouret sur une route? - Et dire que c’est toi le grand frère, l’exemple, le modèle à suivre. Qui a mangé ton bouton, Zak ? - Je pose mon regard sur elle avant de baisser les yeux vers ma chemise qui, assit comme ça, offre une ouverture béante sur mon ventre. - Heu... Je sais qu'elle était brune?

Le barman se ramène pile poil au bon moment et je me dépêche de passer ma commande. - Et puis d'abord oui, je suis l'exemple à suivre. Faut bien s'amuser dans la vie sinon on s'ennuie! - S'amuser en buvant toute la nuit, ou en lisant toute la nuit, honnêtement peu importe, du moment qu'on s'amuse. Le temps qu'on m'amène mon poison, je prend un peu mes aises, légèrement trop avachi sur le comptoir d'ailleurs. - Pourquoi tu t'es sentie obligée de te cacher? Je t'en veux pas, hein, juste je me pose la question. - Je met cette question bien directe sur le compte de l'alcool. En temps normal j'aurais certainement été moins brutal. - Bon par contre, si tu comptes sauter sur le comptoir, je suggère de virer les chaussures. Il est glissant.

_________________
Bring me a dream...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5663-cora-it-kills-me-sometimes-ho http://www.gameofshadows.org/t5709-cora-de-fontanges-templiers
homecoming : 18/05/2018
Messages : 119
pretty face : Danielle Campbell.
julius caesar : (c) avatar by beylin
the mighty bush : Renaissance, incapacité crasse à rendre un dernier souffle définitif, car dés lors que le coeur s'arrête, le don s'active et la vie repart, envers et contre tout. Et à petits feux brûle la santé mentale.
weapon : Dague du Paradis (affectueusement nommée Kısmet) héritée de son père, apte à tuer les anges et les bannis tout comme les démons lieutenants et les inférieurs.
Allegeance : Loyauté assumée envers les Templier, elle coopère cependant aisément avec les anges et ne refuse pas totalement la communication aux démons.
these streets : Cora sait tout ce qu'un Templier digne de ce nom doit savoir sur les évènements qui secouent Paris.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Re: (Zakariah) ◊ « Come as you are. » Sam 2 Juin - 14:23 ()

Come as you are.
«  Drink because you are happy, but never because you are miserable. »
Paramètres. Tout n’était qu’une histoire de paramètres à prendre en compte, de façons diverses et variées de contourner des problèmes impossibles. Sans doute Cora passait-elle trop de temps le nez dans des vieux livres, à éplucher les croyances de civilisations perdues, à décortiquer les écrits, les potentielles vérités entre les lignes des archives du passé. Paris avait ses mystères derrière de prétendues banalités. « Hey, détends toi, je ne vais rien dire à personne. » Il s’installe sur le tabouret, elle ne parait pas se détendre. Elle est tendue, ça se voit. « T'as bien le droit de faire ce que tu veux, je serais pas vraiment en position de te juger là, tu crois pas? » La lèvre inférieure est pincée par les dents, dans un air coupable, dans une retenue visible. Est-ce qu’elle a le droit ? Tout est trop compliqué, surtout ici, dans ce brouhaha. Elle chasse cette apparence, adopte la moquerie, le chantage de digne petite soeur. Après tout, elle peut affirmer que Zakariah l’a trainée dans cette boîte de nuit, on ne remettrait pas sa parole en doute, elle si sage, si loin de l’image d’une invétérée fêtarde. « Regarde-moi: je sors de mon opéra. Ton argument tiens pas la route. » Un rire bref s’échappe de sa bouche, parce que c’est une situation totalement absurde qu’ils sont en train de vivre. « T’es certain que c’est mon argument qui ne tient pas la route.. ? » Son taux d’alcoolémie lui, la tient fermement, la route de la migraine carabinée en prévision pour le lendemain. Un ou deux verres de plus et il pourrait embrasser le goudron. Et le bouton de cette chemise s’est même perdu. « Heu... Je sais qu'elle était brune ? » Son frère a un sens de la précision particulièrement impressionnant.

« Et puis d'abord oui, je suis l'exemple à suivre. Faut bien s'amuser dans la vie sinon on s’ennuie! » Il passe une commande de plus, elle en est encore à ce deuxième verre comme s’il s’agissait d’un cocktail cinq étoiles dont chaque goutte est précieuse - vu le prix, ça n’est sans doute pas faux mais comme il est offert par la maison, elle n’a pas vraiment à prêter attention à ce détail. Elle détourne son regard de Zak pour le porter sur la salle, sur les danseurs, les séducteurs, ceux qui flirtent dans un coin comme si personne ne comptait, comme si personne n’y prêtait attention. Observatrice silencieuse. Elle n’a rien à répondre à cela, rien à dire à propos de l’amusement ; Cora a l’impression que le temps de l’insouciance est mort, lui aussi. Elle a la sensation que la gamine qui voulait croquer la vie, voyager, aimer et profiter était loin, comme si il s’agissait des souvenirs d’une autre personne. Peut-être que ça n’était d’ailleurs pas à elle, peut-être que l’Autre Côté donnait avec confusion autant qu’il prenait ; elle l’ignorait et n’aurait probablement jamais les réponses. Elle aurait pu continuer les aventures sans durabilité, elle aurait pu s’obstiner, abandonner n’était finalement qu’un choix comme un autre. Libérer Damien, ce petit-ami parfait, avait été la meilleure décision de sa vie - pour lui. Son mutisme ne justifiait pas qu’elle l’emprisonne et lui mente, qu’elle le laisse sur le bord de son existence comme on récupère régulièrement un objet. Elle est heureuse que Zakariah parvienne si bien à exister avec lui-même, assume si bien toutes les parts de ce qu’il est, de ses rôles variés.

« Pourquoi tu t'es sentie obligée de te cacher? Je t'en veux pas, hein, juste je me pose la question. » Il est avachi sur le comptoir, elle est revenue s’y appuyer, faisant tourner le verre désormais vide entre ses doigts, machinalement. La question est directe mais logique. La réponse est complexe. « Aux archives, je suis en sécurité, entourée de personnes qui savent gérer mes secrets. Même ceux qui l’ignorent n’iront pas appeler les pompiers ou que sais-je. Ils t’appelleraient toi, Renée ou Noah. » Elle évite de parler trop fort, l’alcoolique à côté toujours trop près pour qu’elle puisse se le permettre. « Tu n’as pas idée de l’angoisse de Noah. Je ne veux pas lui en infliger plus en le laissant imaginer que je pourrais disparaître, tomber sur la mauvaise personne, me faire agresser. Ici il n’y’a pas de devoirs ou d’Ordre. Je suis juste une personne invisible et parfaitement normale dans un environnement où les gens ont l’air heureux. » Elle a l’air de réellement les envier, un instant. « Tu as l’Opéra, Noah est journaliste. Je suis juste.. la fille d’Aymeric de Fontanges. » Elle énonce des faits et si elle envie l’ignorance de l’humanité, elle fait avec ce que la vie lui offre, consciente de sa longévité certaine. On doit se satisfaire de ce que Dieu met sur notre chemin, après tout, même si il y'a des jours plus sombres et douloureux que d'autres. « Bon par contre, si tu comptes sauter sur le comptoir, je suggère de virer les chaussures. Il est glissant. » Un sourire amusé se dessine. « Dis que j'ai l'air d'une strip-teaseuse aussi ! » C'est vrai, quoi, elle n'a pas une tenue appropriée pour grimper sur le comptoir.. ou n'importe quelle autre sorte de meuble d'ailleurs. « Hé, Zak ? C'est toi qui glisse. »

code by bat'phanie

_________________
Meet me in the graveyard.
Everybody knows that the dice are loaded, Everybody rolls with their fingers crossed ▬ And everybody knows that the Plague is coming, Everybody knows that it's moving fast. Everybody knows that the naked man and woman Are just a shining artifact of the past. Everybody knows the scene is dead. Sigrid.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5748-zakariah-hidden-in-plain-sigh http://www.gameofshadows.org/t5780-zakariah-l-jones-templier
homecoming : 25/05/2018
Messages : 125
pretty face : Liam Hemsworth
julius caesar : Ectra, je suis partout!
the mighty bush : Je peux transmuter mon corps en sable et ainsi devenir insensible aux blessures et à la douleur mais également m'envoler sous forme de nuage de sable pour me déplacer.
weapon : Une Lame de luminescence, une épée capable d'éblouir les anges, démons et dieux, et qui occasionnent des blessures corrosives.
Allegeance : Je ne me suis jamais considéré comme un leader et si plaire à son père est de l'opportunisme, alors je plaide coupable. Mais maintenant que je suis voué à moi-même, je fais le choix de rester car même si je pense que d'autres méthodes fonctionneraient mieux, la mission des Templiers restent à mon sens vitale et toujours aussi importante. Et pour les moyens qu'ils n'autorisent pas... Disons simplement que j'ai mes petits secrets, comme tout le monde.
these streets : Tout, ou en tout cas tout ce que je peux savoir. L'information est vitale dans un jeu d'ombre, peu importe de quelle bouche elle sort ni dans quel lit elle est murmurée.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Re: (Zakariah) ◊ « Come as you are. » Dim 10 Juin - 15:17 ()
Come as you are.
Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges


Aux archives, je suis en sécurité, entourée de personnes qui savent gérer mes secrets. Même ceux qui l’ignorent n’iront pas appeler les pompiers ou que sais-je. Ils t’appelleraient toi, Renée ou Noah. - Je me rapproche légèrement, forcé par le brouhaha ambiant incessant alors qu'elle baisse le ton pour éviter d'être entendue par son autre voisin. - Tu n’as pas idée de l’angoisse de Noah. Je ne veux pas lui en infliger plus en le laissant imaginer que je pourrais disparaître, tomber sur la mauvaise personne, me faire agresser. Ici il n’y’a pas de devoirs ou d’Ordre. Je suis juste une personne invisible et parfaitement normale dans un environnement où les gens ont l’air heureux. - Il est vrai que Noah est anxieux, bien trop souvent et bien trop longtemps. Il a peur pour elle, peur qu'il lui arrive quelque chose. Peur de perdre un autre membre de sa famille comme Elias a déjà disparu. Moi aussi j'ai peur pour elle, le fardeau d'être l’aîné je suppose, mais j'ai peut-être plus de facilité à le gérer parce que je l'ai déjà vu revenir d'entre les morts? Mais et si un jour elle ne revenait pas? Peut-être que son anxiété n'est pas si injustifiée finalement.

Tu as l’Opéra, Noah est journaliste. Je suis juste.. la fille d’Aymeric de Fontanges. - L'air sur mon visage se fait plus triste et lorsque le barman vient m'apporter mon verre, je lui tend l'argent sans vraiment le regarder, préférant conserver mon attention sur Cora, tentant de lui remonter le moral avec une mauvaise blague. Avec une robe pareille? Elle est certainement pas une strip-teaseuse. - Hé, Zak ? C'est toi qui glisse. - Je me rattrape au mieux, mon pied droit trouvant le sol pour me stabiliser. - C'est le tabouret qui s'enfuit! - Ou alors j'étais juste trop penché et assis trop prêt du bord. On ne saura jamais.

Je décale mon verre pour ne pas le faire tomber après en avoir bu une gorgée, et je reprend ma place. - Il n'y a rien de "juste" à être la fille d'Aymeric. J'aurais aimé être son fils moi aussi. Tu n'es pas définie que par ça. - Je lui lance un léger sourire. - Tu as le savoir et l'intelligence de ton côté. Noah sait chercher, moi je sais taper, mais toi tu sais réfléchir. À nous trois on forme un trio magique mais tu n'es pas "juste" ça. Tu ne l'as jamais été et tu ne le seras jamais. - J'attrape mon verre et bois une nouvelle petite gorgée. - Et puis qui oserait t'agresser? T'es plus entraînée que n'importe lequel de ces imbéciles. C'est pour eux que Noah devrait s'inquiéter!

_________________
Bring me a dream...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5663-cora-it-kills-me-sometimes-ho http://www.gameofshadows.org/t5709-cora-de-fontanges-templiers
homecoming : 18/05/2018
Messages : 119
pretty face : Danielle Campbell.
julius caesar : (c) avatar by beylin
the mighty bush : Renaissance, incapacité crasse à rendre un dernier souffle définitif, car dés lors que le coeur s'arrête, le don s'active et la vie repart, envers et contre tout. Et à petits feux brûle la santé mentale.
weapon : Dague du Paradis (affectueusement nommée Kısmet) héritée de son père, apte à tuer les anges et les bannis tout comme les démons lieutenants et les inférieurs.
Allegeance : Loyauté assumée envers les Templier, elle coopère cependant aisément avec les anges et ne refuse pas totalement la communication aux démons.
these streets : Cora sait tout ce qu'un Templier digne de ce nom doit savoir sur les évènements qui secouent Paris.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Re: (Zakariah) ◊ « Come as you are. » Dim 10 Juin - 17:28 ()

Come as you are.
«  Drink because you are happy, but never because you are miserable. »
C’est le tabouret qui s’enfuit, ça l’a faite sourire. Parfois Zakariah lui donnait l’impression d’avoir été élevé à des lieus de son monde, ce qui n’était sans doute pas le cas - il gérait mieux, tout simplement. La conversation redevient sérieuse, cependant, comme si la légèreté s’associait toujours mal à Cora. « Il n'y a rien de "juste" à être la fille d'Aymeric. J'aurais aimé être son fils moi aussi. Tu n'es pas définie que par ça. » Elle aimerait soupirer mais ça reste coincé dans sa gorge, ça reste bloqué dans son coeur. « Tu as le savoir et l'intelligence de ton côté. Noah sait chercher, moi je sais taper, mais toi tu sais réfléchir. À nous trois on forme un trio magique mais tu n'es pas "juste" ça. Tu ne l'as jamais été et tu ne le seras jamais. » Elle est un peu étonnée qu’il la considère ainsi : elle n’a rien que d’autres Templiers expérimentés n’ont pas. Certes, elle ingurgite avec aisance un grand nombre d’informations, elle recoupe avec facilité des choses qui semblent ne pas avoir de liens entre elles, elle mémorise - l’ironie voulant qu’elle oublie des faits importants qui la concernent après ses décès - mais Noah le faisait aussi. Il était une encyclopédie culinaire, un dictionnaire des saveurs, un enquêteur consciencieux. C’était son grand frère, elle ne pouvait s’empêcher de l’admirer. Autant qu’elle lui en voulait parfois. Sa relation était différente avec Zakariah parce qu’elle n’avait pas été élevée avec, il faisait d’abord figure d’ami avant de partager son sang et ses douleurs. « Tu es plus son fils que je ne suis sa fille, je crois. Tu es déjà Chevalier, il serait fier. » Il lui manquait, son père. Il était peut-être celle à qui il manquait le plus, dans le sens où il n’avait pas été le formateur avant d’être le paternel. Elle n’avait pas eu tant de pression même si il était rigide. Zakariah et Noah avaient eu l’envers du décor, elle n’en doutait pas. Etait-il moins parfait parce qu’il avait eu un fils d’une femme qui ne fut pas son épouse ? Etait-il moins admirable parce qu’il avait toujours exigé plus de ses enfants ? Elle lui était reconnaissante de l’avoir formée à l’exigence, à la méthode, à la culture, ça lui permettait de survivre à sa condition - c’était son point de vue, tout du moins, elle ignorait celui de ses ainés. Quel était l’aspect d’Aymeric auquel ils pensaient en premier ? « Et puis qui oserait t'agresser? T'es plus entraînée que n'importe lequel de ces imbéciles. C'est pour eux que Noah devrait s’inquiéter! » Elle rit, vraiment. Elle rit en imaginant Noah devoir ramasser un pauvre homme malmené par cette petite créature d’un mètre soixante. « Je frappe jamais les faibles. » Jamais les mortels innocents et il faudrait vraiment envahir de bien trop son espace vital, personnel, pour qu’elle riposte. C’est pour cette raison qu’elle se contente d’écarter la main de l’ivrogne, qu’elle le laisse glisser contre le bar - quelqu’un a ciré ce bar pour qu’il glisse autant ? Et puis quoi ? Elle devrait être flattée, d’après sa mère, d’attirer quelques regards. A son âge, elle devrait avoir plus de stabilité, elle devrait leur avoir présenté plus d’hommes, envisager son avenir autrement que dans une telle solitude. L’univers dans lequel évoluait Madame de Fontanges n’était pas facile, fait de jeux d’apparences. La mode, c’est exigeant. Elle regrettait que Cora ne corresponde pas aux critères actuels, trop petite. Le bon goût, ça n’était pas suffisant. Aymeric était moins moralement contrariant, finalement. Cora avait appris à faire avec les rêves de sa mère sans que ça ne l’affecte de trop. Elle avait souvent dit « plus tard, j’ai le temps », mais ce temps s’était terminé avec la disparition d’Elias. « T’es venu consoler ta petite soeur ou t’amuser, mh ? L’Opéra se porte bien ? Et ta mère ? Tu n’en parles pas beaucoup. » L'art subtil - ou pas - de détourner une conversation.

code by bat'phanie

_________________
Meet me in the graveyard.
Everybody knows that the dice are loaded, Everybody rolls with their fingers crossed ▬ And everybody knows that the Plague is coming, Everybody knows that it's moving fast. Everybody knows that the naked man and woman Are just a shining artifact of the past. Everybody knows the scene is dead. Sigrid.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5748-zakariah-hidden-in-plain-sigh http://www.gameofshadows.org/t5780-zakariah-l-jones-templier
homecoming : 25/05/2018
Messages : 125
pretty face : Liam Hemsworth
julius caesar : Ectra, je suis partout!
the mighty bush : Je peux transmuter mon corps en sable et ainsi devenir insensible aux blessures et à la douleur mais également m'envoler sous forme de nuage de sable pour me déplacer.
weapon : Une Lame de luminescence, une épée capable d'éblouir les anges, démons et dieux, et qui occasionnent des blessures corrosives.
Allegeance : Je ne me suis jamais considéré comme un leader et si plaire à son père est de l'opportunisme, alors je plaide coupable. Mais maintenant que je suis voué à moi-même, je fais le choix de rester car même si je pense que d'autres méthodes fonctionneraient mieux, la mission des Templiers restent à mon sens vitale et toujours aussi importante. Et pour les moyens qu'ils n'autorisent pas... Disons simplement que j'ai mes petits secrets, comme tout le monde.
these streets : Tout, ou en tout cas tout ce que je peux savoir. L'information est vitale dans un jeu d'ombre, peu importe de quelle bouche elle sort ni dans quel lit elle est murmurée.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Re: (Zakariah) ◊ « Come as you are. » Mer 13 Juin - 17:52 ()
Come as you are.
Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges


Je frappe jamais les faibles. - Oh tu sais, ils tombent pour ainsi dire tout seuls la plupart du temps. Tu n'as même pas besoin de "frapper" qui que ce soit. Juste... bousculer. Ou même te décaler pour laisser passer. Bon, cela dit... - Je me penche légèrement. - ... si le type à côté de toi retente de poser sa main sur toi, je lui ferais bouffer le comptoir. - Oui, j'ai vu, et mon sourire détonne totalement avec cette phrase prononcée sur le ton du jeu. - Mais personne ne frappe personne, c'est juste une rencontre fortuite entre une tête et un comptoir. - Je hausse les épaules en buvant une nouvelle gorgée, univers comme ce verre se vide vite, et je me réinstalle sur mon tabouret.

T’es venu consoler ta petite soeur ou t’amuser, mh ? L’Opéra se porte bien ? Et ta mère ? Tu n’en parles pas beaucoup. - La tentative de changement de conversation n'échappe à personne mais je n'en fais pas cas. - Réponse B, votre honneur. M'amuser. L'opéra se porte bien mais j'ai eu besoin de me défouler un peu ce soir. Heureusement que j'ai pas à aller bosser le matin, ce serait quand même difficile. - Imaginez la scène, le propriétaire d'un opéra qui débarque au petit matin, complètement débraillé, couvert de sueur et de fluide étrangers, totalement imbibé d'alcool... Bref, c'est pas très sérieux ni distingue dans l'genre. - Mais il faudrait que tu viennes un soir! Tu sais que je peux réserver les sièges!

Est-ce que je gaspille du temps à parler opéra et débauche juste pour retarder l'autre sujet qu'elle a soulevé? Oui, certainement, mais ma mère n'est pas un secret, pas plus qu'une honte ou une gêne. C'est seulement... attristant. Pour moi. - Et ma mère, il n'y a pas grand chose de nouveau à dire. Elle a des jours avec et des jours sans. En ce moment, ça va, mais ça vient par vague alors je profite d'elle tant que ça dure. - Mes doigts se resserrent autour du verre, mécanisme inconscient d'une légère anxiété tout de même étouffée par l'alcool et la musique. - Elle arrive à se gérer seule pour le moment, alors je ne suis pas vraiment bridé. C'est bête, ça me sert pas d'excuse pour être là!

_________________
Bring me a dream...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5663-cora-it-kills-me-sometimes-ho http://www.gameofshadows.org/t5709-cora-de-fontanges-templiers
homecoming : 18/05/2018
Messages : 119
pretty face : Danielle Campbell.
julius caesar : (c) avatar by beylin
the mighty bush : Renaissance, incapacité crasse à rendre un dernier souffle définitif, car dés lors que le coeur s'arrête, le don s'active et la vie repart, envers et contre tout. Et à petits feux brûle la santé mentale.
weapon : Dague du Paradis (affectueusement nommée Kısmet) héritée de son père, apte à tuer les anges et les bannis tout comme les démons lieutenants et les inférieurs.
Allegeance : Loyauté assumée envers les Templier, elle coopère cependant aisément avec les anges et ne refuse pas totalement la communication aux démons.
these streets : Cora sait tout ce qu'un Templier digne de ce nom doit savoir sur les évènements qui secouent Paris.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Re: (Zakariah) ◊ « Come as you are. » Jeu 14 Juin - 13:04 ()

Come as you are.
«  Drink because you are happy, but never because you are miserable. »
Elle est peut-être là, la différence entre le Chevalier et le Soldat : le pouvoir décisionnaire, la capacité à décider sans remords, avec détachement. Elle savait le faire, parfois, surtout pour les autres, surtout pour l’Ordre - pas pour elle-même. Cora faisait tout ce qu’elle pouvait pour ne pas tomber dans le travers d’une cruauté qui semblait inhérente aux immortels blasés, elle voulait se raccrocher à son humanité, à sa compassion, sa tolérance ; ironiquement, une sorte de Tempérance. « ... si le type à côté de toi retente de poser sa main sur toi, je lui ferais bouffer le comptoir. » Il sourit, elle fronce les sourcils. Le type ? Il était bien inoffensif, perdu dans sa bouteille. Perdu dans l’ambiance de l’Opium’s Nightclub, avec moins de charme que son frère n’en avait débraillé. Il fallait bien avouer qu’Aymeric n’avait pas à rougir de sa progéniture. « Mais personne ne frappe personne, c'est juste une rencontre fortuite entre une tête et un comptoir. » Elle rit, parce qu’il est difficile de ne pas le faire, de ne pas céder à son ton joueur. Il en serait capable, la question ne se pose même pas. « Ca n’est pas dramatique, Zakariah. Il a simplement abusé de l’alcool. » Il est humain, surtout. Il était vrai qu’ils tombaient seuls, que de bons réflexes suffisaient à décourager la plupart, le combat inégal face à l’entraînement acharné des Templiers - acharné pour les de Fontanges aussi qui ne toléraient que trop mal l’échec. « En plus c’est injuste pour le comptoir. Lui qui est si généreux de te porter ainsi. » C’est le rôle des cadets de taquiner les aînés, après tout.

« Mais il faudrait que tu viennes un soir! Tu sais que je peux réserver les sièges! » La conversation a basculé par sa faute et retombe évidemment sur un sujet qu’elle juge un peu gênant. Elle n’est jamais allée à l’Opéra, ou du moins il y’a trop longtemps pour qu’elle s’en rappelle réellement, trop longtemps, à une époque où Zakariah ne le tenait pas. « Tu sais que je n’ai personne avec qui venir. » Les yeux verts se sont accrochés à ceux de son frère. Elle ne parle pas vraiment de ses relations passées, Cora, si bien qu’on pourrait aisément la prendre pour une gamine si sage qu’elle attend le mariage, une ado rêveuse qui attendrait le prince charmant ou toute autre idiotie du style. Noah avait grandi avec elle, avait vu passer les tentatives infructueuses mais Zakariah n’était pas son frère depuis bien longtemps. Pour lui, il n’y’avait eu guère d’autre homme que Damien, le beau muet qu’elle avait quitté sans en expliquer la raison - pas même à l’intéressé. D'un autre côté, ça n'était pas une séductrice, ça équilibrait le charme fracassant de Zak. Quant aux amies.. elle était très entourée mais passait surtout son temps à les protéger, à veiller sur elles, pas l’idéal pour une soirée normale comme on lui en souhaiterait plus souvent. « Promis, si une meilleure amie pour la vie me tombe par hasard dessus, je te réclamerai des places ! Tu seras le premier au courant de l’expansion de mon existence sociale ! » Elle lui offre un clin d’oeil, un air malicieux en buvant la dernière gorgée de son cocktail. Elle ne veut pas visiter cet Opéra avec n’importe qui ou avec un Templier qui lui donnerait la sensation de ne pas avoir quitté le travail.

« Et ma mère, il n'y a pas grand chose de nouveau à dire. Elle a des jours avec et des jours sans. En ce moment, ça va, mais ça vient par vague alors je profite d'elle tant que ça dure. » Les doigts de Zak se referment plus fort autour du verre traduisant une sorte d’anxiété. « Elle arrive à se gérer seule pour le moment, alors je ne suis pas vraiment bridé. C'est bête, ça me sert pas d'excuse pour être là! » Cora se fait plus douce, plus compatissante, une évidence dans le regard, dans le ton pourtant couvert en partie par la musique. « Tu sais, si tu as besoin, je peux aider. C’est peut-être difficile pour ta mère de savoir qu’on existe mais quelque part, elle aurait pu être la mienne aussi. Je peux lui consacrer du temps quand toi tu ne peux pas, ne l’oublie pas. » Elle ne l’avait jamais proposé explicitement, pour elle c’était évident, elle ne réalise qu’à l’instant que ça ne l’est pas tant, que proposer de s’occuper de la mère de son demi-frère peut avoir l’air surprenant. Il n’y’a ni jalousie ou jugement, aider c’est dans sa nature.

code by bat'phanie

_________________
Meet me in the graveyard.
Everybody knows that the dice are loaded, Everybody rolls with their fingers crossed ▬ And everybody knows that the Plague is coming, Everybody knows that it's moving fast. Everybody knows that the naked man and woman Are just a shining artifact of the past. Everybody knows the scene is dead. Sigrid.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5748-zakariah-hidden-in-plain-sigh http://www.gameofshadows.org/t5780-zakariah-l-jones-templier
homecoming : 25/05/2018
Messages : 125
pretty face : Liam Hemsworth
julius caesar : Ectra, je suis partout!
the mighty bush : Je peux transmuter mon corps en sable et ainsi devenir insensible aux blessures et à la douleur mais également m'envoler sous forme de nuage de sable pour me déplacer.
weapon : Une Lame de luminescence, une épée capable d'éblouir les anges, démons et dieux, et qui occasionnent des blessures corrosives.
Allegeance : Je ne me suis jamais considéré comme un leader et si plaire à son père est de l'opportunisme, alors je plaide coupable. Mais maintenant que je suis voué à moi-même, je fais le choix de rester car même si je pense que d'autres méthodes fonctionneraient mieux, la mission des Templiers restent à mon sens vitale et toujours aussi importante. Et pour les moyens qu'ils n'autorisent pas... Disons simplement que j'ai mes petits secrets, comme tout le monde.
these streets : Tout, ou en tout cas tout ce que je peux savoir. L'information est vitale dans un jeu d'ombre, peu importe de quelle bouche elle sort ni dans quel lit elle est murmurée.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Re: (Zakariah) ◊ « Come as you are. » Ven 15 Juin - 15:27 ()
Come as you are.
Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges


J'ai haussé les épaules à l'évocation d'une potentielle extension sociale, me disant que je pouvais très bien y aller avec elle. Après tout, je tiens l'opéra mais ça ne veut pas dire que je peux réellement en profiter. Il y a une dimension administrative qui prend un temps fou, un aspect social qui en prend tout autant et au final, voir une pièce, écouter un orchestre... ça n'arrive pas si souvent. J'ai d'ailleurs plus de facilité à me trouver une heure pour emporter mon violent et réchauffer la scène quand il n'y pas une seule âme dans la salle que réussir à me poser dans l'un des sièges lorsqu'une représentation bat son plein. Enfin, c'est le boulot qui veut ça. Et je sais l'avoir obtenu grâce aux Templiers, et je sais aussi que l'opéra est surtout une couverture pratique pour l'ordre, mais ça n'empêche pas que j'aime ce boulot et ce qu'il génère en terme d'art. Alors ça me va.

Tu sais, si tu as besoin, je peux aider. C’est peut-être difficile pour ta mère de savoir qu’on existe mais quelque part, elle aurait pu être la mienne aussi. Je peux lui consacrer du temps quand toi tu ne peux pas, ne l’oublie pas. - Je sais, je sais. Mais elle n'a jamais eu de soucis avec vous, ni même ta mère. Elle a toujours connu la situation d'Aymeric. Enfin, le soir de ma conception non, mais ensuite oui. Je sais pas s'il a été honnête, mais en tout cas il a été franc avec elle. - Songer à ce moment-là me tire une légère grimace et je la fais passer d'une gorgée bien pesée. - Mais ça va. Elle se débrouille. Je la divertis de temps en temps avec mon violon, ça lui illumine un peu ses journées. Et puis j'ai engagé un gars pour l'aider au quotidien. Pour le moment elle n'en a pas constamment besoin mais au moins il est là. - Et puis il est pas moche à regarder mais j'ose supposer que c'est pour ça qu'elle l'a choisi alors qu'elle a été plus hésitante au niveau des femmes qui ont postulé. Elle est malade, pas encore morte.

D'un levé du coude, j'achève mon verre trop vite vidé et fais un nouveau signe au barman. - Je crois qu'ils ont percé le fond des verres. Ils se vident à une vitesse...

_________________
Bring me a dream...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5663-cora-it-kills-me-sometimes-ho http://www.gameofshadows.org/t5709-cora-de-fontanges-templiers
homecoming : 18/05/2018
Messages : 119
pretty face : Danielle Campbell.
julius caesar : (c) avatar by beylin
the mighty bush : Renaissance, incapacité crasse à rendre un dernier souffle définitif, car dés lors que le coeur s'arrête, le don s'active et la vie repart, envers et contre tout. Et à petits feux brûle la santé mentale.
weapon : Dague du Paradis (affectueusement nommée Kısmet) héritée de son père, apte à tuer les anges et les bannis tout comme les démons lieutenants et les inférieurs.
Allegeance : Loyauté assumée envers les Templier, elle coopère cependant aisément avec les anges et ne refuse pas totalement la communication aux démons.
these streets : Cora sait tout ce qu'un Templier digne de ce nom doit savoir sur les évènements qui secouent Paris.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Re: (Zakariah) ◊ « Come as you are. » Mar 19 Juin - 19:48 ()

Come as you are.
«  Drink because you are happy, but never because you are miserable. »
« Mais elle n'a jamais eu de soucis avec vous, ni même ta mère. » Elle sourit, Cora, parce qu’elle est admirative. Elle sourit parce qu’il en faut probablement du courage, pour élever un enfant dans ces circonstances, pour ne pas en vouloir à l’autre famille d’avoir le privilège de la présence paternelle. C’était peut-être l’image que s’était faite la mère de Zakariah, une épouse heureuse avec un mari et trois enfants, ou peut-être n’y’avait-il pas eu d’amour, tout simplement. « Mais ça va. Elle se débrouille. Je la divertis de temps en temps avec mon violon, ça lui illumine un peu ses journées. » Elle ne se souvenait pas avoir vu son frère jouer, elle semble chercher dans sa mémoire cependant l’alcool et ses défaillances temporaires ont rapidement raison de son interrogation - de toute façon c’est son frère, il est forcément très talentueux. Quoi ? Non, elle ne l’idéalise pas, c’est faux. « Et puis j'ai engagé un gars pour l'aider au quotidien. Pour le moment elle n'en a pas constamment besoin mais au moins il est là. » « J’espère que tu l’as choisi beau, au moins ! Ca m’embêterait à sa place de devoir être aidée et d’avoir un mec quasi-transparent sous le nez tous les aprèm. » Oui, bon, elle taquine sans véritablement le penser, elle crache pas sur un bel homme mais ça l’emmerderait pas mal d’être distraite toute une journée de ses recherches. Quoi ? Chacun ses priorités. Vu l’état de la chemise et le bouton disparu, elle a des progrès à faire avant d’atteindre la gestion de Zak face à une balance vivre / bosser.

« Je crois qu'ils ont percé le fond des verres. Ils se vident à une vitesse… » Elle lève les yeux au ciel, l’air consternée tout autant qu’amusée finalement. « T’as vu ta descente aussi ? Il te faudrait une fontaine toute entière pour te terrasser ! » Elle fait un geste de la main pour indiquer une nouvelle commande, dans ce brouhaha qu’elle juge encombrant pour tenir une conversation sensée. C’est toutefois agréable parce qu’aucune oreille indiscrète ne peut s’interroger sur le sens de leurs paroles mais ça va amplifier un mal de crâne à venir. « Je crois que tu vas assister à la première vraie cuite de ma vie. » lâche-t-elle, comme elle aurait annoncé prévoir une mission le lendemain ou adorer sa nouvelle cravate du dimanche. « En réalité, j’ai vraiment besoin de beaucoup plus d’alcool que ça. Je crois que j’ai essayé de me suicider, j’ai coulé dans mon bain et je me souviens absolument pas comment j’en suis sortie. » Parce que c’est un truc qu’on peut dire entre le cocktail et le whisky, à l’évidence. « Je tenais pas trop à parler de mon.. anomalie génétique disons mais franchement, ça m’inquiète. Je ne peux pas aller voir un médecin pour signaler que j’oublis, de temps en temps, que je teste ma résistance à la mort. » C’est ça, d’être morte, d’essayer d’y survivre, de ramer contre le désespoir qui perturbe sa logique. Là, ça va, elle est distraite. Elle n’est pas seule. « Je ne voulais pas te déranger avec ça, tu es Chevalier, tu as tes propres problèmes, tu dois gérer ta propre capacité seulement.. je sais plus quoi faire. C’est comme si j’étais devenue complètement bipolaire, ou dépressive chronique, et en même temps certaines choses s’effacent. » Certaines choses importantes, certains morceaux de personnalité qui se mettent temporairement en pause et reviennent, hasardeusement. « Je dois être la seule personne au monde à ne pas trouver le fait de ne jamais mourir vraiment vachement fun et grisant. » Et les verres remplis reviennent, lui permettant de noyer le flot de paroles dans l’alcool. Oops, pardon grand frère de gâcher ta soirée ?

code by bat'phanie

_________________
Meet me in the graveyard.
Everybody knows that the dice are loaded, Everybody rolls with their fingers crossed ▬ And everybody knows that the Plague is coming, Everybody knows that it's moving fast. Everybody knows that the naked man and woman Are just a shining artifact of the past. Everybody knows the scene is dead. Sigrid.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5748-zakariah-hidden-in-plain-sigh http://www.gameofshadows.org/t5780-zakariah-l-jones-templier
homecoming : 25/05/2018
Messages : 125
pretty face : Liam Hemsworth
julius caesar : Ectra, je suis partout!
the mighty bush : Je peux transmuter mon corps en sable et ainsi devenir insensible aux blessures et à la douleur mais également m'envoler sous forme de nuage de sable pour me déplacer.
weapon : Une Lame de luminescence, une épée capable d'éblouir les anges, démons et dieux, et qui occasionnent des blessures corrosives.
Allegeance : Je ne me suis jamais considéré comme un leader et si plaire à son père est de l'opportunisme, alors je plaide coupable. Mais maintenant que je suis voué à moi-même, je fais le choix de rester car même si je pense que d'autres méthodes fonctionneraient mieux, la mission des Templiers restent à mon sens vitale et toujours aussi importante. Et pour les moyens qu'ils n'autorisent pas... Disons simplement que j'ai mes petits secrets, comme tout le monde.
these streets : Tout, ou en tout cas tout ce que je peux savoir. L'information est vitale dans un jeu d'ombre, peu importe de quelle bouche elle sort ni dans quel lit elle est murmurée.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Re: (Zakariah) ◊ « Come as you are. » Mer 20 Juin - 11:07 ()
Come as you are.
Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges Ft. Cora De Fontanges


T’as vu ta descente aussi ? Il te faudrait une fontaine toute entière pour te terrasser ! - Je vois pas du tout de quoi tu parles. - Je crois que tu vas assister à la première vraie cuite de ma vie. - Je vais ralentir la cadence alors, je veux pas oublier ça! - Un rire s'échappe de ma gorge, pas aussi clair qu'il aurait dû l'être, avant de sentir une vague de froid m'envahir.

Est-elle si déconnectée qu'elle ne réalise pas le poids de ce qu'elle dit?

Je sais qu'elle ne peux pas mourir, je connais ce don qu'elle voit comme une malédiction, je conçois combien ça lui coûte. Le fait qu'elle meure est une chose avec laquelle j'ai fais la paix, car je sais qu'elle reviendra. Jusqu'au jour où elle ne reviendra pas. Mais le fait qu'elle... Qu'elle se fasse ça à elle-même?
Je l'écoute parler, n'arrive pas à dire quoi que ce soit. À vrai dire je ne sais pas si je dois lui hurler dessus, la prendre dans mes bras ou simplement admettre que d'une certaine manière, elle a raison, ou en tout cas elle n'a pas tort. Je ne pensais pas qu'elle était si loin, dans sa tête, mais que puis-je y faire. Ce n'est pas comme si j'avais le pouvoir de lui offrir cette délivrance qu'elle cherche tant à obtenir.

Lorsque le nouveau verre arrive face à moi, je n'y touche pas. En tout cas, pas immédiatement. Je suis comme hypnotisé par ses paroles, j'ai l'impression de me noyer dedans. Ou alors c'est peut-être parce que j'ai cessé de respirer? L'alcool associé à cette sensation de chute me file un coup de froid et de vide, et je le chasse d'une gorgée. - Je dois être la seule personne au monde à ne pas trouver le fait de ne jamais mourir vraiment vachement fun et grisant. - Mon visage s'est fermé, parce que je comprend. D'une certaine manière je comprend que ne pas pouvoir mourir, ne pas pouvoir finir ce voyage, doit laisse un arrière-gout d'être piégé. Comme moi je me sens toujours piégé dans mon propre corps lorsque je retrouve ma forme organique après avoir fait un tour dans les nuages.

Délaissant un instant mon verre, je quitte le tabouret et contourne celui de Cora pour aller saisir le crâne du pervers à côté d'elle et lui faire rencontrer le comptoir, sans prévenir, sans m'annoncer. Juste, le faire. Le choc est couvert par la musique, l'attention des fêtards n'est même pas détournée si ce n'est celle des quelques voisins proches qui ont vu leurs verres secoués. - Quand on a l'alcool dérangeant, on boit pas! Dégage! - Est-ce que je regrette? Non. Est-ce que j'ai fais ça pour défendre Cora? Oui. Est-ce que j'ai fais ça pour passer toutes les émotions contraires qu'elle m'a fait subir avec ce qu'elle vient de me dire? Absolument.

Sans même me préoccuper de voir le type tituber vers un ailleurs je l'espère lointain, je me retourne et piège Cora dans mes bras, mon menton se posant au creux de son épaule alors que je sens le dossier de son tabouret entre nous deux qui me rentre dans l'abdomen. Et oui je serre légèrement trop uniquement pour l'emmerder. - Tout ce que tu viens de dire est une véritable torture pour moi qui chercherais toujours à te protéger. C'est con, mais c'est comme ça, t'as pas l'choix. - Je soupire pourtant, sans la lâcher. - Mais t'es ma petite sœur, alors si tu as besoin de te le sortir du crâne, tu peux venir me parler. Juste... Essaye de pas trop faire "ça"? C'est quand même pas sain.

_________________
Bring me a dream...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5663-cora-it-kills-me-sometimes-ho http://www.gameofshadows.org/t5709-cora-de-fontanges-templiers
homecoming : 18/05/2018
Messages : 119
pretty face : Danielle Campbell.
julius caesar : (c) avatar by beylin
the mighty bush : Renaissance, incapacité crasse à rendre un dernier souffle définitif, car dés lors que le coeur s'arrête, le don s'active et la vie repart, envers et contre tout. Et à petits feux brûle la santé mentale.
weapon : Dague du Paradis (affectueusement nommée Kısmet) héritée de son père, apte à tuer les anges et les bannis tout comme les démons lieutenants et les inférieurs.
Allegeance : Loyauté assumée envers les Templier, elle coopère cependant aisément avec les anges et ne refuse pas totalement la communication aux démons.
these streets : Cora sait tout ce qu'un Templier digne de ce nom doit savoir sur les évènements qui secouent Paris.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Re: (Zakariah) ◊ « Come as you are. » Sam 23 Juin - 17:27 ()

Come as you are.
«  Drink because you are happy, but never because you are miserable. »
Elle a la sensation de l’avoir glacé. Il est là sans y être, il l’écoute mais semble pétrifié. Elle a l’impression de l’avoir figé dans l’instant de tourment qui la hante elle-même trop souvent. Une seconde, elle a peur qu’il se mette en colère et d’un autre côté elle l’espère étrangement. Et tout ça, ça se mêle à ce besoin de le dire, de le cracher à quelqu’un pour ne plus le ruminer dans un coin. C’est le mauvais soir parce qu’elle a l’air de trouver ça anecdotique, à sa façon de le débiter si facilement. Il est fermé, verrouillé. Est-ce que leur père aurait hurlé ? Est-ce qu’il aurait été furieux ? Est-ce qu’il aurait renversé quelque chose ? L’arrivée du verre lui fait boire une gorgée toutefois il ne dit toujours rien, bien au contraire. Elle le voit se lever, pensant qu’il allait s’éloigner, juste un peu, histoire de prendre l’air avant de revenir. Le choc lui arrache un sursaut. Il l’a contournée, sans prévenir, pour aller s’en prendre au pauvre type à côté d’elle, auquel elle avait cessé de faire attention depuis peut-être trop longtemps. « Quand on a l'alcool dérangeant, on boit pas! Dégage! » Il titube, l’agressé, s’éloigne. Elle n’y fait déjà plus attention, les bras de Zakariah se sont refermés autour d’elle, l’emprisonnant. Il pouvait serrer trop fort, à vrai dire elle ne demandait que ça, se sentir assez tangible pour qu’être morte ne l’ait pas rendue transparente, immatérielle. « Tout ce que tu viens de dire est une véritable torture pour moi qui chercherais toujours à te protéger. C'est con, mais c'est comme ça, t'as pas l’choix. » Il a le menton posé au creux de son épaule, elle place ses mains sur les siennes, cherche la présence de ce grand-frère qu’elle n’avait connu que trop tard, en perdant une figure paternelle. « Mais t'es ma petite sœur, alors si tu as besoin de te le sortir du crâne, tu peux venir me parler. Juste... Essaye de pas trop faire "ça"? C'est quand même pas sain. » Elle n’a pas la moindre idée d’à quel point il sait ce qu’elle endure, elle n’a pas conscience qu’il était là, la première fois, qu’il a vu ce petit corps froid revenir, se replier de douleur, se crisper d’une agonie que l’esprit n’a pas été capable d’assumer, de garder en mémoire.

« L’archange Azraël ne sait pas. » Elle le dit, là, restant entre ses bras, désormais que plus personne n’y prête attention. Mort ne sait pas ce qui déconne chez elle. « C’est forcément moi le génie de nous quatre, j’pose une colle à la Mort. » Sainte Cora, maîtresse des Rébus, créatrice de Casse-têtes, donneuse d’Enigmes, parfaitement. Tisseuse d’Echecs répétés, surtout. Que de titres ronflants on pourrait lui donner. Pire cadette de l’univers est celui qui lui allait le mieux, en l’occurrence. « Je suis peut-être le début d’une Apocalypse Zombie ou une connerie dans le genre. J’ai vraiment pas assez bu pour accepter le fait que j’fais des choses dont je me souviens pas, que je déprime sans raison. Regarde la gueule de mon bonheur : des livres et de la solitude. » Même son vocabulaire se fait moins convenable, moins soigné. Elle en a marre, un instant, d’être miss perfection dont l’existence se résume à pratiquement ne pas exister par elle-même et pourtant c’est sa nature, ça fait partie de ce qu’elle est de s’occuper des autres. Ca l’aide à ne pas passer son temps à se suicider aussi, l’air de rien. C’est une fille à peu près sage qui a oublié de faire sa crise d’adolescence, voilà tout. « Ta vie à toi a l’air si géniale et variée. Même ce don qui t’est tombé dessus, tu as l’air de bien le vivre. Sérieux, comment tu fais ? »

code by bat'phanie

_________________
Meet me in the graveyard.
Everybody knows that the dice are loaded, Everybody rolls with their fingers crossed ▬ And everybody knows that the Plague is coming, Everybody knows that it's moving fast. Everybody knows that the naked man and woman Are just a shining artifact of the past. Everybody knows the scene is dead. Sigrid.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: (Zakariah) ◊ « Come as you are. » ()
Revenir en haut Aller en bas
 
(Zakariah) ◊ « Come as you are. »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
like lightning
if you ride
ϟ you're gonna crash like thunder ϟ

a game of shadows :: Paris :: Sud-Ouest :: seizième arrondissement :: Opium's nightclub