boom bitch
Le forum est de retour pour vous jouer de mauvais tours.
Pour tout savoir des nouveautés, c'est ici !
let the sky fall
Un accident d'avion, un trésor piégé et un équilibre mis à mal par l'arrivée de nouvelles forces dans le jeu d'ombres...
Voilà ce qui vous attend dans la nouvelle intrigue.
like I own it
Parfois, on a juste envie d'inaugurer un bâtiment tranquille. Malheureusement, on a souvent des invités surprise....
Participez au premier event de cette nouvelle saison ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 j'aimerais te dire que je te hais. (flashback) | camille
if you ride like lightning, you're gonna crash like thunder
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3596-maddox-du-poison-sur-tes-levr
homecoming : 12/07/2017
Messages : 125
pretty face : colin o'donoghue.
julius caesar : tyrell ; signa : beylin.
legends never die : archange du destin, père des révolutions, prince des ères et des âges. De son souvenir, Absolem occupe ce poste depuis sa création et s’est toujours tué à sa tâche, jouant aux échecs avec les forces démoniaques pour tirer les humains vers les meilleures décisions pour leur avenir. Il est l’instigateur des royaumes, des empires et des démocraties, mais également de nombreuses batailles sanglantes et de lourds sacrifices. Il est connu pour son tempérament uni, implacable, et taxé de cruauté pour son manque d’empathie envers l’humanité qu’il s’efforce pourtant toujours d’emmener vers le meilleur. Il fait ce qu’il a à faire : il s’en donne tous les moyens
the mighty bush : résurrection d'âme. général des légions angéliques, il est de ceux qui proposent le choix aux humains en mort imminente, qui remplit les rangs de la Cité d'Argent. Il profite de l'instant pour choisir ses anges ; les siens, qu'il appelle les Gardiens. Il recueille les âmes des mortels en expérience de mort imminente et leur propose un choix : mourir, ou se réincarner en ange. C'est un nettoyeur d'âme, un recruteur.

nécromancie. les morts le hantent. Il ignore d'où provient ce pouvoir, il ne l'a jamais possédé, et ignore encore moins comment l'utiliser - les souvenirs des autres, il ne les possède que par pur accident. Peut-être est-ce une punition pour tout ceux qu'il a sacrifié au nom de ses desseins humanitaires, peut-être est-ce une justice, un bon vieux retour de karma. Dieu n'est pas là pour lui répondre.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Anges

Sujet: j'aimerais te dire que je te hais. (flashback) | camille Ven 8 Juin 2018 - 20:14 ()

Il l’a priée, afin qu’elle vienne. Il l’a priée, alors qu’il aurait tout aussi bien pu lui demander par le biais de leur communication angélique ; il l’a priée, comme un humain, comme un simple humain, comme un faible humain, et il l’a priée depuis la chapelle du QG des Templiers.

Il a tant d’animosité dans le ventre, tant de colère, tant de ressentiment, tant de haine. Il ne se souvient pas de la dernière fois où il a été tant furieux qu’il en a les mains qui tremblent. Il les observe, tend les doigts pour les regarder s’agiter, les étire puis les plie, et il recommence, encore et encore, pour tromper son impatience, sa fébrilité, sa nervosité. Tous ces sentiments humains exacerbés qui lui retournent le bide. Là-haut, comparé à maintenant, il ne ressentait qu’un ersatz, une pâle copie des passions humaines, et ç’avait l’avantage d’être plus simple pour l’exécution de leurs missions. Les sentiments, c’est l’apanage des démons. Lui qui a toujours été calme, maître de lui-même, voire froid ou insensible, le voilà bien en peine avec la passion qui l’enflamme pour peu de choses. Maddox était un homme passionné, qui ne ressentait rien dans la demi-mesure. Absolem pense qu’il devait éclater de colère, mais il n’en sait rien, car il ne l’a pas connu ; mais il le pense, parce qu’il n’éclatera pas de colère, parce qu’il ne hurlera pas, parce qu’il restera maître de lui-même, malgré cette lave qui coule dans ses veines et le brûle jusqu’à l’os, parce qu’Absolem est un être qui se contrôle.

Le fait qu’il ait prié Vehuhiah, dans cette chapelle, n’est pas un acte compulsif. Car la prière est un ordre ; une humiliation, quand il est donné par un archange à un autre.

Sa présence explose dans la chapelle lorsqu’elle arrive. Elle se tient devant lui, et sans un mot, il la toise de ses prunelles orageuses, où les éclairs sont bien trop intimidés pour oser se montrer. Il a joint ses mains devant lui, pour les immobiliser.

« Tu te souviens du nombre de fois où l’on s’est croisés ici ? »

Comme archange, et souvent cité dans les prières et les suppliques des blessés, Absolem a souvent passé du temps dans cet endroit. Même s’il ne s’adressait pas aux blessés, pas à tous, sa seule présence était un signe pour eux qu’il les avait entendu, et qu’il en tenait compte ; pour l’humanité, c’était tout ce qui comptait, en général. Et Camille, elle aussi, s’y était souvent rendue. Il la croyait soldat dans l’Ordre, et elle ne l’avait jamais nié ; maintenant qu’il y pense, elle ne l’avait jamais confirmé, non plus. Il aurait dû s’en méfier. Qu’elle connaisse son identité ne l’a pas non plus choqué : connu comme le loup blanc, même quelqu’un qu’il n’avait jamais vu ni d’Eve ni d’Adam pouvait l’appeler par son nom sans qu’il puisse, lui, l’identifier.

Maintenant, il sait. Il sait qu’elle aussi venait à l’infirmerie pour apporter son soutien aux blessés non pas en tant que soldat, mais en tant qu’archange. Il a supporté sa présence parce qu’il la croyait humaine, et qu’elle avait sa place, dans cet endroit. Quel abruti.

« J’espère que la supercherie t’a bien amusée. »

Absolem n’est pas orgueilleux. Ses blessures à l’ego font mal, mais ne le meurtrissent pas plus que de mesure ; elle cicatrise, puis il oublie. Pourtant, il ne parvient pas à se défaire du sentiment d’humiliation qui continue de bourdonner dans sa poitrine. Peut-être parce qu’il sait que Vehuhiah est proche d’Azraël, et qu’en quatre années, elle a pu rapporter de nombreuses informations à Mort alors qu’elle se faisait passer pour une simple humaine à ses yeux. Peut-être aussi parce que son passé à la Cité d’Argent comme paria le rend malade à l’idée de la trahison, parce que les personnes en qui il peut avoir confiance sont rares, et précieuses. Tout ce qu’elle a fait, c’est de lui montrer qu’il reste, même sur Terre, l’archange qu’on peut berner parce qu’il n’est pas digne d’autre chose. Et c’est pire encore, car elle ne l’aime pas, autant que lui à son égard.

Il n’aimet pas Camille, c’est un fait : viscéralement, sans vraiment d’explications, leur animosité l’un envers l’autre s’est déclarée et n’a jamais cessé de croître de jour en jour. Elle s’est jouée de lui. Cruellement.

@Camille V. Rousseau
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 20/11/2017
Messages : 220
pretty face : Odeya Rush
julius caesar : (c)JO DE MON COEUR
legends never die : Ancienne premier séraphin de Dieu, voix de la Sagesse, elle est devenue Archange de l'infini suite à la chute d'Azazel.
the mighty bush : Vampire télépathique : Nom étrange, pour un pouvoir qui ne l’est pas moins. Capacité de pénétrer l’esprit, le corps d’un autre être, d’y emménager sa volonté, écrasant celle de l’autre. Accès aux souvenirs, pensées les plus secrètes, ressenti des émotions les plus profondes et totales. Elle peut par la même occasion modifier ce qu’elle perçoit, intégrer de nouvelles idées. Un contact physique facilite son utilisation, mais un simple contact visuel peut suffire sur les âmes les plus faibles. Se limitant à une seule personne à la fois, l’archange abuse de ce pouvoir. Quitte à ne plus discerner son passé de ceux qu’elle manipule…
Souffle de connaissance : capacité d’offrir des connaisses à une autre personne sur n’importe quel sujet. Celles-ci sont éternelles, et suivront donc la personne jusqu’à sa mort. Elle peut offrir aussi bien de vraies comme de fausses connaissances, voire modifier ce qui a déjà été appris.
Magnétisme :Capacité de manipuler les flux magnétiques, et notamment de faire bouger/voler les objets/liquides métalliques et aimantés (en utilisant son corps comme un aimant, répulsif ou attractif). Peut utiliser le champ magnétique de la Terre pour une seule attaque dévastatrice, au prix d’un coma ou d’une inutilisation de tout pouvoir les jours suivants.
Allegeance : Camille, sa loyauté va aux anges, envers et contre tout. Elle est une création de son Père, faite pour le servir. Jusqu’ici, jamais elle n’a renié sa nature et son allégeance, même après un retour sur Terre pas forcément voulu de sa part...
these streets : Oh, elle sait ce qui se dit, les connaissances angéliques et templières n’ont plus de secrets pour elle. Pour le reste… Pourquoi ils sont revenus, qui a brisé le pacte, tout est encore flou. En revanche, concernant le retour des Dieux… Il faut croire que son pouvoir lui permet d’avoir des doutes de plus en plus tangibles...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Anges

Sujet: Re: j'aimerais te dire que je te hais. (flashback) | camille Lun 11 Juin 2018 - 22:45 ()


Anthem of the Lonely.
J'aimerai te dire que je te hais.



La prière lui était parvenue, bien trop puissante pour être l’œuvre d’un humain. Ca l’intriguait Vehuhiah. Si tout cela était l’idée de l’un des siens, il était sacrément culotté pour l’appeler ainsi. Et l’archange ne manquerait pas de le faire remarquer à l’être angélique. Si la Sagesse seyait si bien à l’Infini, le tact était encore en apprentissage. N’était-ce pas cela qui lui avait coûté une place de bras droit lors de l’attaque-surprise de Michael ? Elle avait parlé, là où se taire aurait été plus judicieux en termes de diplomatie. La parole est d’argent et le silence est d’or. Alors, elle s’était heurtée à Gabriel. Elle avait refusé de courber l’échine, puisqu’elle voyait les soucis qu’il passait sous silence, ignorait. Il allait mener à l’explosion de son propre camp, à force de refuser de lever le voile sur ses erreurs. La gamine l’avait secoué, la gamine avait été prête à recevoir la déchéance, si cela permettait de ressouder les siens. Azrael lui aurait pris son âme, une sublime fin au vu de leur relation. La Mort l’aurait haïe. Une nouvelle trahison à ajouter à la longue liste de celles qu’elle avait déjà subies… Cependant, leur chef n’avait pas été jusque-là. Peut-être se sentait-il fragiliser, peut-être avait-il compris que diriger, à défaut de guider, ce n’était pas la meilleure des idées…

D’un soupir, elle quitta la rue blindée, se glissa dans les ruelles adjacentes, poisseuses, écoeurantes. Elle s’en voulait l’archange, de ne pas s’arrêter pour parler aux âmes égarées, pour leur apporter un peu de la lumière de Père. Cependant, l’appel se faisait de plus en plus insistant, plus fort, et elle se déroba à leurs regards amorphes. Une fraction de seconde, un bruissement de plumes, et elle se retrouva dans la Chapelle du temple. Face à Absolem. Evidemment, elle avait eu raison de penser que ce n’était pas un humain. Mais lui… Elle soutint le regard du Destin. Sans haine, sans dégoût, sans rage, juste avec un calme total. La froideur de l’Infini n’avait d’égale que l’inquiétude qu’elle portait envers les siens. Et cela valait pour celui qui lui faisait face, malgré ce que ses viscères lui transmettaient comme informations. Peut-être était-ce les ressentis de la Mort qui l’empoisonnaient, ou alors simplement tous les éléments manquants… Y’avait un manque de confiance manifeste de la part de Vehuhiah. Néanmoins, elle avait le même envers Gabriel. Ils étaient de ces anges imprévisibles, et surtout butés, qui pourraient les mener à leur perte. Alors, elle s’inquiétait l’archange…

Et les premiers mots emplirent la pièce. Allaient-ils réellement régler leur compte dans un lieu dédié à Père ? Quel regard porterait-il sur ceux qu’il avait créés ? Un long soupir quitta ses lèvres alors qu’elle s’appuyait sur l’autel. Elle était suffisamment fatiguée pour ne pas avoir envie qu’Absolem ne l’emmerde. En avait-elle quelque chose à faire de son ego ? Non. Il avait été blessé par son comportement, mais pas à un seul moment il ne lui avait posé de questions. Et Vehuhiah, elle n’était pas tenue de dévoiler son identité. Plus elle restait secrète, plus elle pouvait être utile. Sans démon à ses trousses, elle pouvait rester au cœur du 17ème arrondissement, endroit inaccessible pour les disparus. Et sans démon, elle pouvait aussi se jouer de leurs esprits bien plus facilement… Le secret était ce qui lui permettait de survivre en fait. « Souhaites-tu réellement que je t’offre un nombre ? » Pause. « Il me faudra quelques secondes de réflexion pour cela. » La rhétorique avait été perçue, mais encore une fois, Vehuhiah passait au-dessus. Elle sentait qu’Absolem retenait sa colère, aux jointures blanchâtres de ses phalanges. Et elle, elle le poussait à exploser.

Elle aurait pu rire à sa remarque, son reproche. Mais elle resta terriblement sérieuse. Les bras se croisèrent sur sa poitrine, son regard se figea dans celui d’Absolem. Du haut de son mètre soixante-trois, elle n’en menait pas large physiquement face à lui. Pourtant, des deux, elle apparaissait comme maîtresse de la situation. Peut-être parce qu’elle masquait à la perfection ses émotions la gamine… C’était son moyen de s’imposer, de garder consistance avec son rôle d’archange malgré l’enfant qu’elle habitait. C’était ça ou rien. « Supercherie ? Voyons Absolem, tous les archanges n’ont pas vocation à se dévoiler aux yeux de tous. » Pour vivre heureux, vivons caché. Pour elle, l’adage s’appliquait dans toute sa splendeur, seulement, elle cherchait juste à survivre. « La plupart des templiers me prennent aussi pour l’une des leurs, sauf ceux qui ont la confiance totale d’Arthur. » Elle ne s’excuserait pas. Ce n’était pas son genre, encore moins lorsqu’elle ne s’estimait pas en tort. Obstinée cette meuf… « Ne me fais pas croire que tu n’as jamais dissimulé qui tu étais ? Ce n’était pas contre toi, Absolem, mais moins on sait qui je suis, plus je peux m’assurer que personne ne dévie. » Même au sein de l’Ordre oui. Elle surveillait, rapportait auprès d’Arthur. Tout le monde s’en foutait d’une gamine, quand bien même elle était la cousine des Leroy.

Elle se remit en marche, se tourna vers la statue des lieux. Douce représentation, et elle avait envie de revoir la Cité d’Argent une dernière fois, avant de mourir… Y’eut la tristesse un instant dans son regard, bien vite chassée par la raison. « Nous nous sommes croisés pas loin de deux cents fois. » C’était si peu, en quatre ou cinq ans…


_________________
Angel of Infinity
where did you find me
LE SEUL MONDE QUI MÉRITE D'ÊTRE CONQUIS EST CELUI QUE DÉLIMITENT LES FRONTIÈRES DE NOTRE CORPS ET CELLES DE NOTRE ESPRIT. L'AUTRE MONDE, CELUI QUI S'ÉTEND AUTOUR DE NOUS, N'A PAS BESOIN DE MAÎTRE.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3596-maddox-du-poison-sur-tes-levr
homecoming : 12/07/2017
Messages : 125
pretty face : colin o'donoghue.
julius caesar : tyrell ; signa : beylin.
legends never die : archange du destin, père des révolutions, prince des ères et des âges. De son souvenir, Absolem occupe ce poste depuis sa création et s’est toujours tué à sa tâche, jouant aux échecs avec les forces démoniaques pour tirer les humains vers les meilleures décisions pour leur avenir. Il est l’instigateur des royaumes, des empires et des démocraties, mais également de nombreuses batailles sanglantes et de lourds sacrifices. Il est connu pour son tempérament uni, implacable, et taxé de cruauté pour son manque d’empathie envers l’humanité qu’il s’efforce pourtant toujours d’emmener vers le meilleur. Il fait ce qu’il a à faire : il s’en donne tous les moyens
the mighty bush : résurrection d'âme. général des légions angéliques, il est de ceux qui proposent le choix aux humains en mort imminente, qui remplit les rangs de la Cité d'Argent. Il profite de l'instant pour choisir ses anges ; les siens, qu'il appelle les Gardiens. Il recueille les âmes des mortels en expérience de mort imminente et leur propose un choix : mourir, ou se réincarner en ange. C'est un nettoyeur d'âme, un recruteur.

nécromancie. les morts le hantent. Il ignore d'où provient ce pouvoir, il ne l'a jamais possédé, et ignore encore moins comment l'utiliser - les souvenirs des autres, il ne les possède que par pur accident. Peut-être est-ce une punition pour tout ceux qu'il a sacrifié au nom de ses desseins humanitaires, peut-être est-ce une justice, un bon vieux retour de karma. Dieu n'est pas là pour lui répondre.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Anges

Sujet: Re: j'aimerais te dire que je te hais. (flashback) | camille Jeu 14 Juin 2018 - 18:13 ()

« Ça te dérange si peu, d’être une anguille dans ton propre camp. » Il se souvient de ses propos, quand elle s’est opposée à Gabriel, et il imagine sans mal la satisfaction de l’avoir vu reculer, comme s’il lui donnait raison. Qu’elle ait une opinion divergente est une chose, mais qu’elle se permette de l’exprimer sans la moindre considération pour sa place en est une autre. Désormais, il découvrait qu’elle n’a pas eu le moindre scrupule de se dissimuler après d’un des siens, alors qu’elle savait parfaitement qui il était. Et ses réponses qui n’apaisent pas son esprit, car elles ne sont que le reflet de sa suffisance, de sa confiance en sa propre conduite. Parce qu’elle était Sagesse, et qu’elle en conçoit un sentiment d’infaillible.

Pourtant, Sagesse devrait savoir que tous les anges, tous les archanges sont faillibles. Gabriel en est la preuve. Absolem en est la preuve.

« Montre-moi une seule personne qui ne connaisse pas mon identité, Infini. Je suis curieux de la connaître. » Comme si c’était de sa faute, si personne au Temple n’ignorait qui il est. Il ne sait même pas comment l’information a fuitée ; peut-être était-ce elle, d’ailleurs ? Pouvait-il l’accuser ? « Je ne serais pas sain d’esprit si je l’avais volontairement divulguée, vu la considération que l’Ordre me porte depuis des siècles. » Il ne s’en plaint pas. Ne s’en est jamais plaint, et ne s’en plaindra jamais. Leur ressentiment à son égard l’indiffère, encore et toujours. « Je n’ai donc pas eu le luxe de me dissimuler, et encore moins le choix. Mais ce n’est pas la question. » Parce qu’il a la furieuse impression qu’elle le prend pour un con.

Il a bien deviné son jeu de le faire sortir de ses gonds, mais jamais un archange n’a réussi cet exploit, et il ne compte pas lui donner cette satisfaction. Cette faculté reste encore l’apanage d’une seule humaine, une Templière qui plus est, et il compte bien qu’elle demeure la seule à pouvoir l’énerver au point de faire ressortir le caractère de Maddox davantage que le sien. Le sien, qui est égal à celui d’Infini : si colère, elle est froide, et la contenance en écharpe. Il ne lève pas la voix ; elle contient ce qu’il faut d’animosité. Bien sûr, elle a l’avantage de ne pas être en remontée ainsi qu’il l’est, et se pique d’avoir plus de maîtrise que lui ; mais Absolem demeure Destin, l’immuable, l’implacable et le cruel Destin. Et il lui semble qu’elle a oublié que comme elle, il est archange. Un archange qui mérite un peu plus que sa suffisance, ou son arrogance.

« Je ne suis pas idiot. Bien sûr qu’il vaut mieux que nos identités restent secrètes autant qu’elles le peuvent, et je ne t’ai jamais dit que tu aurais dû te dévoiler à tout le monde. Ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit. » Il déteste qu’on manipule ses paroles. Il déteste davantage qu’on ne l’écoute qu’à moitié, sous prétexte qu’il n’est pas digne de sa fonction ou que savait-il encore de ce qu’on pouvait dire sur lui et ses ailes. « Mais comment peux-tu te tenir encore devant Père alors que tu trompes même les tiens ? » Elle lui a tourné le dos, observe la statue de la chapelle. L’endroit, fort heureusement, est vide. « Que tu te caches aux yeux des Templiers, pourtant nos fidèles – n’est-ce pas ? – chevaliers en ce bas-monde, très bien, je suis le dernier qui peut t’en blâmer. Mais nous ? » Une pause. « Moi ? » Cet aveu lui fait mal. Le rejet est tellement plus dur à supporter dans une peau humaine. « Ta sagesse est-elle si infiniment supérieure qu’elle éclipse tout le reste ? Qu’elle éclipse ton propre camp ? » Il sent le feu s’apaiser dans sa poitrine. Exprimer l’avait exorcisé, un peu. Il respire un peu mieux, et se calme. Sa tête, un peu plus froide, tourne et retourne la situation dans tous les sens, pour en tirer toutes les analyses critiques qu’un nouveau regard clinique peut lui apporter.

« Ou alors, t’es-tu laissée embarquer par cette inimitié presque naturelle qui nous a lié dès notre première rencontre dans cette réalité ? »

@Camille V. Rousseau
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 20/11/2017
Messages : 220
pretty face : Odeya Rush
julius caesar : (c)JO DE MON COEUR
legends never die : Ancienne premier séraphin de Dieu, voix de la Sagesse, elle est devenue Archange de l'infini suite à la chute d'Azazel.
the mighty bush : Vampire télépathique : Nom étrange, pour un pouvoir qui ne l’est pas moins. Capacité de pénétrer l’esprit, le corps d’un autre être, d’y emménager sa volonté, écrasant celle de l’autre. Accès aux souvenirs, pensées les plus secrètes, ressenti des émotions les plus profondes et totales. Elle peut par la même occasion modifier ce qu’elle perçoit, intégrer de nouvelles idées. Un contact physique facilite son utilisation, mais un simple contact visuel peut suffire sur les âmes les plus faibles. Se limitant à une seule personne à la fois, l’archange abuse de ce pouvoir. Quitte à ne plus discerner son passé de ceux qu’elle manipule…
Souffle de connaissance : capacité d’offrir des connaisses à une autre personne sur n’importe quel sujet. Celles-ci sont éternelles, et suivront donc la personne jusqu’à sa mort. Elle peut offrir aussi bien de vraies comme de fausses connaissances, voire modifier ce qui a déjà été appris.
Magnétisme :Capacité de manipuler les flux magnétiques, et notamment de faire bouger/voler les objets/liquides métalliques et aimantés (en utilisant son corps comme un aimant, répulsif ou attractif). Peut utiliser le champ magnétique de la Terre pour une seule attaque dévastatrice, au prix d’un coma ou d’une inutilisation de tout pouvoir les jours suivants.
Allegeance : Camille, sa loyauté va aux anges, envers et contre tout. Elle est une création de son Père, faite pour le servir. Jusqu’ici, jamais elle n’a renié sa nature et son allégeance, même après un retour sur Terre pas forcément voulu de sa part...
these streets : Oh, elle sait ce qui se dit, les connaissances angéliques et templières n’ont plus de secrets pour elle. Pour le reste… Pourquoi ils sont revenus, qui a brisé le pacte, tout est encore flou. En revanche, concernant le retour des Dieux… Il faut croire que son pouvoir lui permet d’avoir des doutes de plus en plus tangibles...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Anges

Sujet: Re: j'aimerais te dire que je te hais. (flashback) | camille Jeu 14 Juin 2018 - 23:04 ()


Anthem of the Lonely.
J'aimerai te dire que je te hais.



Y’eut l’ombre d’un sourire sur ses lèvres, aux propos d’Absolem. Ce n’était pas une question, mais une affirmation. Il paraissait si bien la connaître, se donner les raisons de connaître les tenants et aboutissants de ses choix. Après tout, il était le Destin, donc il devait bien avoir un droit de regard dessus… Pourtant, il ne pourrait jamais comprendre. Vehuhiah était déjà une traître depuis le début. Contrairement à tous les autres, elle n’avait pas été créée en tant qu’archange. Non, au début, elle n’était que garde de Père, sans aucune vocation à diriger une sphère. En fait, elle les regardait de loin, ceux qui avaient pour mission d’interargir avec les humains. Elle ne s’était jamais demandée comment c’était, si elle avait envie de leur parler, elle aussi. Sa tâche était de rester aux côtés de celui qui avait façonné son existence, qui lui avait insufflé la vie. La Sagesse, elle murmurait à l’oreille du Créateur, était elle-même une âme attentive. Quiconque ayant besoin d’aide pouvait venir la trouver. Parfois, elle avait pris la décision d’elle-même, ou sous l’impulsion de Père, comme pour Azrael. Elle avait perçu la détresse de l’Ange, et s’était glissée en elle pour la comprendre, et lui permettre de mieux assumer sa mission. A quel prix ? Qui ferait confiance à quelqu’un comme elle ?

Puis y’avait eu la chute de Lucifer, de celui qui fut l’un des anges les plus estimés. Et avec lui était tombé Azazel, et bien d’autres. Il avait fallu remplir les départs, pour éviter que le désespoir gangrène les troupes. Et elle avait hérité de l’Infini, comme un fardeau, comme un boulet. Elle avait assumé la charge d’un désormais lieutenant du Roi des démons. Alors… « Non, ça ne me dérange pas. Si ça permet de ressouder les autres, c’est tout ce qui compte. » C’était pour cela qu’elle avait adopté cette stratégie face à Gabriel. Qu’importait la menace de déchéance désormais au-dessus de sa tête, telle une épée de Damoclès. Elle sacrifierait tout Vehuhiah, même si l’esprit n’était plus aussi clair qu’auparavant, parasité par les milliers de personnes possédées, et leurs millions, milliards de souvenirs tournant dans sa mémoire. Qui es-tu vraiment ? Là était la question. Etait-elle vraiment elle, ou prenait-elle en compte les milliards d’expérience qu’elle avait perçues ?

Qui a-t-il derrière ces yeux bleus ?

Elle haussa les épaules la gamine, masquant l’épuisement moral qui l’étreignait. Elle était loin d’être infaillible, contrairement à l’image qu’elle laissait transparaître. En fait, l’Infini, elle n’avait pas le droit à l’erreur. C’était comme ça, c’était à cause de sa foutue Sagesse. Tout devait être calculé, tout devait être dénué de jugements. Mais Vehuhiah était terriblement seule, quand les choix ou les ressentis pesaient sur son cœur. Elle pensait pouvoir compter sur Azrael, elle pensait pouvoir compter sur Michael. Mais dans le fond, tous l’avaient abandonnée. Y’avait personne quand elle s’interrogeait, personne quand les peines et les plaies s’accrochaient au corps. Y’avait qu’elle et ce foutu silence, quand tout se barrait en couilles. « Tous les templiers n’ont pas entendu parler de toi, notamment dans les archives ou les ingénieurs. » Elle reglissa une mèche derrière son oreille. « Je ne sais pas d’où est venue cette rumeur. » Evidemment, ce n’était pas elle qui l’avait initiée. A vrai dire, elle l’avait d’abord vu en tant qu’humain, avant que le nom d’Absolem ressorte de la bouche des templiers. C’était eux qui lui avaient offert l’identité de l’homme. Et elle qui avait choisi de mentir. Parce qu’elle excellait Vehuhiah lorsqu’il s’agissait de manipulation. Elle excellait lorsque les connaissances passaient entre ses doigts.

Comment peux-tu encore te tenir devant Père ? La question la hantait depuis la nuit des temps. Pourtant, depuis l’arrivée sur Terre, elle avait pris une toute autre dimension. Vehuhiah avait perdu son lien avec le créateur, et jour après jour, elle semblait déterminée à le détruire un peu plus… Si elle avait été seule, elle aurait pleuré. Elle aurait laissé les perles transparentes rouler sur ses joues. Elle aurait craqué, parce que c’était tout ce qu’elle pouvait faire. Ici, elle se contentait de rester droite, de rester forte. Elle ignorait les picotements, la gorge qui se serrait. Elle déglutissait juste pour faire passer la sensation, comme si de rien n’était. N’était-elle pas reine des faux-semblants finalement ? « Je n’ai jamais été nommée archange parce que j’en avais envie ou que je pouvais assumer ce rôle. Mais c’était un choix de Père, et je ne suis pas encore déchue. » Même si ce n’était qu’une question de temps. Mais peut-être était-ce qu’il faudrait pour retrouver l’équilibre et l’unité. Avait-elle peur ? Oui. Elle avait tout sacrifié pour leur Créateur. Elle avait endossé la responsabilité d’une sphère, elle s’était dressée face à Lucifer, elle s’était infiltrée dans l’esprit de dizaines de démons pour semer la zizanie dans leurs rangs. Et elle n’était qu’une traitre aux yeux de tous.

Le regard se baissa légèrement. Y’eut quelques mots silencieux, accordés à Père. Instinctivement, Vehuhiah continuait d’essayer de communiquer avec lui, alors même qu’elle savait cela inutile. Tout pour se donner l’illusion qu’elle n’était pas seule, qu’elle n’avait pas perdu son seul soutien, qu’elle n’était pas en train de plonger dans les abysses… « C’était le plus sage, d’être ignorée du plus grand nombre, de passer sous silence ma nature. » Un murmure, mais une réalité surtout. Finalement, à part Azrael et Michael, puis plus tard Gabriel… Peu la connaissaient. De tout temps, elle avait été celle restant en arrière lors des combats et guerres. Elle avait offert nombres de connaissances aux humains, et certaines d’entre elles s’étaient transformées à échecs, comme la bombe atomique. Le propre des humains… Quoi qu’il en soit, la tacticienne qu’elle était avait choisi de se soustraire aux yeux du plus grand nombre. Car à rester dans l’ombre, elle pouvait influencer le jeu dans le sens des anges. Et elle n’était pas capable de l’expliquer. « Elle n’est pas supérieure Absolem, elle ne l’a jamais été. » Evidemment, elle donnait l’impression de tout savoir, d’avoir cet air suffisant. Mais tout n’était qu’une question d’aspect, pour mieux tromper…

« Il y a peut-être de ça. Et je dois dire que ta réputation n’est pas des plus glorieuses auprès des êtres de tout bord… » Tout ce qu’elle avait assimilé, tout ce qui la bousillait de l’intérieur, elle ne le contrôlait pas. Alors, peut-être était-ce de sa faute. Elle n’avait pas passé sous silence sa nature pour le blesser, même s’il y avait une partie qui s’était jouée aux ressentis, aux premières paroles, rencontres. « Sais-tu ce que ça fait d’entendre en permanence des milliers de voix dans ta tête ? De ne plus savoir quelles sont tes pensées, et quelles sont celles récupérées d’un tiers ? » C’était la malédiction de son pouvoir, de celui qui lui permettait aussi de tout savoir sur une personne, de ses sentiments les plus profonds, à tout ce qui lui était arrivé depuis sa naissance. « Mieux vaut garder sous silence que je peux tout connaître d’une personne en la touchant. Et que si nos ennemis arrivaient à récupérer cela, la partie tournerait en leur faveur. » Pause. « La stratégie est aussi de faire en sorte que le moins de personnes le savent. » Si personne n’était au courant, les fuites seraient forcément moindres, non ?  


_________________
Angel of Infinity
where did you find me
LE SEUL MONDE QUI MÉRITE D'ÊTRE CONQUIS EST CELUI QUE DÉLIMITENT LES FRONTIÈRES DE NOTRE CORPS ET CELLES DE NOTRE ESPRIT. L'AUTRE MONDE, CELUI QUI S'ÉTEND AUTOUR DE NOUS, N'A PAS BESOIN DE MAÎTRE.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3596-maddox-du-poison-sur-tes-levr
homecoming : 12/07/2017
Messages : 125
pretty face : colin o'donoghue.
julius caesar : tyrell ; signa : beylin.
legends never die : archange du destin, père des révolutions, prince des ères et des âges. De son souvenir, Absolem occupe ce poste depuis sa création et s’est toujours tué à sa tâche, jouant aux échecs avec les forces démoniaques pour tirer les humains vers les meilleures décisions pour leur avenir. Il est l’instigateur des royaumes, des empires et des démocraties, mais également de nombreuses batailles sanglantes et de lourds sacrifices. Il est connu pour son tempérament uni, implacable, et taxé de cruauté pour son manque d’empathie envers l’humanité qu’il s’efforce pourtant toujours d’emmener vers le meilleur. Il fait ce qu’il a à faire : il s’en donne tous les moyens
the mighty bush : résurrection d'âme. général des légions angéliques, il est de ceux qui proposent le choix aux humains en mort imminente, qui remplit les rangs de la Cité d'Argent. Il profite de l'instant pour choisir ses anges ; les siens, qu'il appelle les Gardiens. Il recueille les âmes des mortels en expérience de mort imminente et leur propose un choix : mourir, ou se réincarner en ange. C'est un nettoyeur d'âme, un recruteur.

nécromancie. les morts le hantent. Il ignore d'où provient ce pouvoir, il ne l'a jamais possédé, et ignore encore moins comment l'utiliser - les souvenirs des autres, il ne les possède que par pur accident. Peut-être est-ce une punition pour tout ceux qu'il a sacrifié au nom de ses desseins humanitaires, peut-être est-ce une justice, un bon vieux retour de karma. Dieu n'est pas là pour lui répondre.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Anges

Sujet: Re: j'aimerais te dire que je te hais. (flashback) | camille Mar 19 Juin 2018 - 19:52 ()
Il l’écoute. Il la laisse parler. Il la laisser se justifier. Mais il n’entend que plaintes, et non de véritables réponses, ou une légitimité d’action que tous les autres lui avaient refusé, à lui, Là-haut, et encore Ici-bas. Il n’entend que des plaintes qu’il ne peut accepter, simplement parce que ces plaintes auraient pu être les siennes. La sphère. Le choix. Les voix. La solitude. Pourquoi peut-elle, elle, les brandir pour s’en excuser ? Qui l’y légitime ? « Pauvre martyr. » Il croise les bras sur la poitrine. Il l’observe de pied en cap, contemple son visage juvénile, ces dix-neuf années qui vont si mal avec l’archange qui se cache sous ces traits. L’archange de l’Infini, l’anguille sous roche. « Tant de malheurs angéliques pour un si petit corps. » Il n’est pas vraiment sarcastique, mais il se sait un peu vache, un peu mordant. « Rien, absolument rien dans ce que tu m’as dit ne justifie que tu ne te sois pas fait un allié. Qui plus est, un allié qui t’aurait comprise. »

Il aurait pu s’attendrir. Il aurait pu s’apaiser. Peut-être, même, aurait-il pu lui pardonner. Mais de tous temps, il n’a jamais eu la moindre pitié pour qui la quémandait, pour qui s’y abaissait. Et chaque mot, chaque parole de Vehuhiah appelait à sa compréhension, à son pardon. Destin le cruel, Destin l’implacable. « Il faudrait qu’on te dédie un monument pour ton sens du sacrifice, peut-être. » Le sacrifice. Ce point si sensible qui avait signé sa rupture avec le Temple. Le sacrifice. Comment ose-t-elle brandir son propre concept devant lui, pour se légitimer ? Le sacrifice, le vrai, ne demande pas de reconnaissance. « Aucun de nous n’a choisi sa place, Là-haut. J’ai été créé pour être Destin, je n’ai pas eu le choix de ma réputation si peu glorieuse, que tu soulignes à juste titre. Les archanges font ce qu’ils doivent, le reste n’a pas d’importance. Et c’est pour cela que nous sommes tous capables de nous sacrifier, quitte à chuter. Tu peux oublier ce premier point de ta défense. » Il penche la tête sur le côté. Il entend encore ses mots, il entend encore son plaidoyer, et il sent tellement de rancœur, dans son cœur. « Pour ce qui est du second, manque de pot, je sais très bien ce que c’est que d’avoir des milliers de voix dans ma tête. Cela fait des millénaires que les hommes prient le destin pour qu’il lui soit favorable, et n’en déplaise à ma réputation, je les ai toutes écoutées. Absolument toutes. Et aujourd’hui, regarde autour de toi : quel être humain sensé ne prierait pas le destin pour que Paris sorte de cet enfer ? Ou le maudisse à cause de cet enfer, au choix. » Il marque une pause. Ses doigts fourmillent, il les plie et les déplie pour en calmer les frissons. « Et pour malédiction, j’ai également un pouvoir qui m’octroie les souvenirs des défunts. » Un rictus désabusé déforme ses lèvres. « Alors oui, je sais très bien ce que c’est. »

Dans le silence qui suit, il regarde autour de lui. La chapelle, vide, fait triste mine. Son regard est à son tour attiré par la statue, par leur Père, mais ses prières, les siennes, sont muettes. « Tu ne crois qu’en toi. Quel avenir pour l’humanité si les anges ne sont pas capables d’être unis. » C’est de la déception. La déception, amère, de voir l’un des siens s’ostraciser seul en s’estimant victime de son propre sort, et s’obligeant à y être héroïque. Mais il y a aussi cette déception, un peu plus humaine, un peu plus vulnérable, de voir qu’il n’est pas digne de confiance pour les autres. A peine l’eut-il ressentie qu’il la musèle. « Je ne te connais pas beaucoup, Infini. Nous avons pourtant le même nombre de siècles. Je ne pensais pourtant pas que tu serais du genre à te comporter comme un martyr. » Il s’interrompt ; son regard n’a pas quitté la statue. « Il n’y a qu’une seule chose que je t’envie : ta foi intacte. »

@Camille V. Rousseau

_________________
Fool
DESTINY
LE JEU EST UN CORPS-A-CORPS AVEC LE DESTIN

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: j'aimerais te dire que je te hais. (flashback) | camille ()
Revenir en haut Aller en bas
 
j'aimerais te dire que je te hais. (flashback) | camille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il y a tellement de choses que j'aimerais vous dire (avec Severus ROGUE)
» Quand Steven Bénoit ne trouve rien à dire
» Il ne faut jamais dire adieu, cela porte malheur.
» On s'entend tu pour dire que...
» Lui dire avec des fleurs...
like lightning
if you ride
ϟ you're gonna crash like thunder ϟ

a game of shadows :: Paris :: Nord-ouest :: Premier arrondissement :: Le louvre :: Le musée du Louvre :: Mona Lisa :: QG des templiers :: La chapelle