boom bitch
Le forum est de retour pour vous jouer de mauvais tours.
Pour tout savoir des nouveautés, c'est ici !
let the sky fall
Un accident d'avion, un trésor piégé et un équilibre mis à mal par l'arrivée de nouvelles forces dans le jeu d'ombres...
Voilà ce qui vous attend dans la nouvelle intrigue.
like I own it
Parfois, on a juste envie d'inaugurer un bâtiment tranquille. Malheureusement, on a souvent des invités surprise....
Participez au premier event de cette nouvelle saison ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 [Défi dieux] Pagaille dans le métro (Eric & Livie)
if you ride like lightning, you're gonna crash like thunder
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5877-eric-monfort-both-human-and-a http://www.gameofshadows.org/t5880-eric-monfort-dieux
homecoming : 20/06/2018
Messages : 493
pretty face : Jason Momoa
julius caesar : Lux Aeterna
legends never die : Héraclès, le plus glorieux et le plus adulé des héros de la mythologie grecque est devenu le dieu de la force, de l'héroïsme et du courage. Fondateur des Jeux olympiques, il est aussi la divinité du sport et de l'effort. Dans la sphère privée, on le priait comme Alexikakos (celui qui protège du mal).
the mighty bush : Vitesse décuplée ► dieu du sport, fondateur des Jeux Olympiques, athlète accompli et guerrier aux réflexes foudroyants, Héraclès peut se mouvoir à la vitesse de l'éclair. Fureur divine ► héritage d'un passé héroïque plus sauvage que chevaleresque, Héraclès est capable d'entrer dans une rage dévastatrice heureusement contrôlée. Cette frénésie porte sa force et ses réflexes à des niveaux démesurés, mais le laisse exsangue une fois son énergie consumée.
weapon : [i]Massue d'Héraclès ►[/i] arme primitive que le héros a lui-même taillée dans un olivier sauvage. Instrument emblématique de ses nombreux exploits guerriers, cette massue a le pouvoir d'assommer n'importe quel surnaturel frappé au niveau du crâne.
Allegeance : Esprit libre et indomptable, Héraclès est fidèle à ses valeurs plus qu'à des groupes ou des individus. Déifié après une vie tumultueuse de mortel, il s'est toujours senti plus proche des fragiles humains que des dieux arrogants. C'est aujourd'hui un dieu repenti, justicier et protecteur, qui veille sur les humains et les encourage à exprimer leur potentiel.
Il voue un profond respect aux Templiers, ces gardiens qu'il voit en héros des temps modernes (bien qu'il désapprouve leur culte du secret), ainsi qu'à Vox Populi dans leur quête de vérité (mais il condamne la plupart de leurs actions violentes).
Au fil des siècles, Héraclès a également appris à aimer sa famille olympienne, et ne cherchera jamais à les détruire. Pour autant, il n'hésite pas à s'opposer aux actions néfastes de ses pairs et n'accorde aucun passe-droit.
these streets : Dieu grec isolé depuis le Grand Retour, ange du sport factice, collaborateur occasionnel des Templiers, agent d'Interpol récemment affecté à Paris, il n'est que vaguement au courant de tout. Le détail des événements, du jeu des ombres et des conflits individuels lui échappent encore, mais il entend bien combler son ignorance.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dieux

Sujet: [Défi dieux] Pagaille dans le métro (Eric & Livie) Jeu 5 Juil - 22:09 ()
[Défi dieux] Pagaille dans le métro
Eric Monfort & Livie D. Delmas

Métro Châtelet, début de soirée.

Un disque orange caresse l’horizon de la capitale, déjà masqué par les hauts buildings du 1er arrondissement. Une armée de travailleurs jaillit de ces structures de béton, de verre et d’acier, las et éreinté après une nouvelle journée de labeur. L’air estival est encore chaud, le ciel bleu s’assombrira bientôt pour laisser place au spectacle mirifique des lointaines étoiles.
Simples fourmis ouvrières dans un Paris où dieux, anges et démons s’affrontent pour modeler leur destin, ces humains au visage anonyme s’engouffrent par colonnes entières dans les bouches de métro qui les ramèneront dans l’illusoire sécurité de leur foyer.

Centre névralgique d’une population abondante et active, le quai du métro Châtelet se remplit rapidement d’une foule disparate. Bermudas colorés et costumes sur mesure, sacs de sport et valises en cuir, cheveux crépus et tignasses rousses, peaux hâlées et livides, toutes les classes et toutes les origines semblent représentées.
Un homme, cependant, se distingue plus que les autres dans cet échantillon représentatif de l’espèce humaine.
Sa haute taille l’élève à une tête au-dessus des autres. Ses larges épaules et la musculature qui déforme ses vêtements amples contrastent avec les silhouettes citadines. Un soleil brûlant a bruni sa peau mate, fruit d’un métissage ultramarin. Plus singulier est son regard du même métal que les rails, où couve une énergie farouche, inhumaine, capable d’exploser à tout moment.

Héraclès apprécie en général le contact des humains, mais cette foule emmurée sous d’épaisses couches de béton l’indispose davantage chaque seconde qui passe.
Des gouttes de sueur perlent sur son front, son épaisse crinière est humide. La position surélevée de ses larges narines lui permet de mieux capter l’indispensable air frais, mais celui-ci est chargé d’odeurs nauséabondes et d’éléments nocifs, vicié par une palette de technologies modernes dont les humains sont si fiers.
Ces transports souterrains aux tunnels obscurs lui rappellent la route des Enfers, qu’il avait dû suivre pour affronter le sombre maître des lieux, Hadès, et enchaîner son terrible gardien à trois têtes. Les sentiers rocailleux et les forêts escarpées conviennent beaucoup mieux à ses pieds aventureux et son amour impérissable de la liberté.

Le dieu grec devenu agent d’Interpol saisit d’emblée pourquoi les Templiers surveillent ce grouillant lieu de passage : les démons, dieux et humains malveillants pourraient aisément y semer un grand chaos.

Comme en écho à ses noires pensées, les oreilles du géant frémissent à l’écoute de cris lointains. « Connards de flics ! », « Va niquer ta mère, bâtard ! », « Mort aux oppresseurs ! Victoire pour les opprimés ! », distingue-t-il parmi une kyrielle de jurons et de borborygmes. Sa compréhension innée des langages humains lui permet de saisir le contexte de cette joute verbale aux accents vulgaires : un groupe de citoyens vindicatifs, pour une raison encore inconnue, s’est heurté aux forces de police.

Rien de très surprenant dans le climat de zizanie qui secoue actuellement Paris, ni même de très alarmant.

Tour d’observation dressée au cœur de la foultitude, Eric mesure rapidement son erreur lorsqu’une cohorte d’agitateurs surexcités déboule des escaliers en poussant des cris de bêtes.
Plusieurs dizaines de globes exorbités, injectés de sang, jettent sur la foule de voyageurs des regards diaboliques. Beaucoup ont des gestes frénétiques, la bouche mauvaise. Une poignée de manifestants zélés brandissent farouchement des pancartes avec une allure menaçante. Certaines d’entre elles sont amochées, à moitié brisées après des échanges qu’on devine houleux. Quelques tribuns haranguent la foule et leur conjurent de s’opposer aux forces de l’ordre – légions du mal au service de vils oppresseurs.
Des hommes en uniforme se mêlent bientôt au groupe insolite. Leurs matraques s’agitent fébrilement, à la manière dont les Croisés brandissaient sauvagement leurs épées au cours du siège de Jérusalem.

Par Zeus ! Quel démon est à l’origine de cette folie ?

Le colosse se met en marche.
Statue d’airain évoluant à contre-courant dans une marée humaine, le géant à la peau brune joue précautionneusement des épaules et des coudes pour se frayer un chemin jusqu’à l’origine de la cohue.
La force et la rapidité surnaturelles du dieu ne lui sont d’aucune utilité au milieu de cette foule compacte. Eric pourrait incliner le buste, épaule en avant à la manière des rugbymen, et franchir les trente mètres qui le séparent des belligérants en une poignée de secondes. Mais combien de blessés, voire de morts, causerait pareille charge de taureau ? Sans compter la discrétion dont il doit faire preuve pour ne pas éveiller l’indésirable suspicion des Anges et des Templiers.

Loin de sa position, près des escaliers où continuent d’affluer civils et policiers belliqueux, la pression d’une masse croissante pousse les voyageurs en direction de la voie ferrée comme un troupeau de moutons au bord du précipice.
Une femme à la silhouette longiligne échoue entre les rails, manque de perdre l’équilibre en se cramponnant à son sac à main. Un vieil homme lui succède à quelques pas de distance, grimaçant de douleur tandis qu’il se redresse avec lenteur, une main collée au bas du dos.
-  a game of shadows, shall we play ?  - @Livie D. Delmas

_________________

Héraclès
A TRUE HERO ISN’T MEASURED BY THE SIZE OF HIS STRENGTH BUT BY THE STRENGTH OF HIS HEART ~ WHERE WE FALL ARE THE STEPPING STONES FOR OUR JOURNEY ~ THERE ARE ALL KINDS OF COURAGE IN THE WORLD, AND MOST OF IT TAKES PLACE FAR FROM BATTLEFIELDS.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3850-livie-l-anarchie-est-la-plus- http://www.gameofshadows.org/t5613-livie-d-delmas-dieux
homecoming : 27/07/2017
Messages : 292
pretty face : freya mavor
julius caesar : (c)
legends never die : déesse de l'anarchie, celle qui fait régner le chaos dans le monde, tomber les leaders et se battre le peuple pour la place. celle qui aime voir l'ordre s'effondrer que ce soit grâce à une bataille de crayons dans une salle face à un professeur incompétent ou des gouvernements chuter pour laisser place nette au chaos d'un peuple perdu mais libre
the mighty bush : pouvoir de discorde
controle des sentiments elle attise la haine et la colère chez ceux qui croisent son chemin
Allegeance : elle est seule dysnomie, contre tous. elle ne sait pas si elle compte réellement pour eux. ils sont ses frères et soeurs, mais ils ne la comprennent pas, elle et ses intentions. alors elle y sème également la discorde, parmi les troupes divines. parce qu'elle vit pour l'anarchie et tout ceux se mettant en travers de son chemin sont ces ennemis.
these streets : lorsqu'elle a appris le retour des autres dieux elle a compris qu'une fois de plus zeus s'était bien moqué d'eux, qu'il les mettait tous en danger en ayant capturé ces autres dieux qui ne les dérangeaient nullement. une fois de plus, ils allaient tous pâtir de sa quête de grandeur.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Admin

Sujet: Re: [Défi dieux] Pagaille dans le métro (Eric & Livie) Ven 13 Juil - 11:57 ()
[Défi dieux] Pagaille dans le métro
Eric Monfort & Livie D. Delmas
Métro, lieu qui tu n’appréciais que peu. Mais tu t’y faisais, avec le temps. Un lieu sombre où régnait trafics de toutes sortes et crimes peu intéressants. Lieu où régnait la loi du plus fort alors que personne ne semblait s’intéresser à son voisin. Lui où régnait cette loi car c’était un peu trop simple. Et ce jour-là, le plus fort portait un nom : police municipale.

1 minute avant le drame - Ton regard tombe sur la brunette qui se tient un peu plus loin. Tu ne la connais pas mais tu ne mets pas longtemps à repérer cette bombe qu’elle tient à la main. Bombe rouge. Peinture. Signe de la présence de révolutionnaires dans les lieux. La Vox allait frappé et toi tu regardais, spectatrice de ce spectacle qui n’allait pas tarder à se mettre en action. Premier jet de peinture qui s’affiche. Mur qui se teinte de rouge. Rouge pour la colère, rouge pour le sang et les blessures. Parce que ce n’était qu’une plaie béante chez eux. Parce qu’ils ne savaient pas comment réagir, eux qui avaient tout perdu. Eux à qui ont caché cette vérité. Et leur colère, tu la comprenais alors qu’ils étaient perdus, alors que les puissants contrôlaient tout, même leurs actions pour tenter de comprendre. Et toi, toi t’étais de leur côté, du côté de ceux qui restaient libres et dignes dans la défaite. Encore plus que leurs actions commençaient à cibler de plus en plus le pouvoir en place, Zeus, celui que tu voulais à tout prix voir tomber à ton tour.

---

Il y a ceux qui filment, les messages postés sur les réseaux sociaux, parce que t’as compris que c’était comme ça que ça fonctionnait désormais. Et tu t’en servais toi aussi. Pour le bien de la révolution, de l’anarchie et du chaos. Ça t’avait pris un peu de temps pour réussir à comprendre, mais c’était désormais chose faite après six ans dans ce Paris. Bruit des bottes qui claquent. Ils étaient là, les policiers. Et la gosse, elle ne met pas longtemps à être embarquée. Elle et ses deux copines un peu plus loin. Y a les cris. Et y a ta colère. Ta colère qui se diffuse à la foule. Aujourd’hui, les tout-puissants ne gagneraient pas. Y a le peuple qui se réveille et qui crie sa colère et sa rage, écho à la tienne. Parce qu’il ne fallait pas grand-chose pour l’enflammer alors que l’injustice était évidente, alors que tous pensaient ce que la Vox avait écrit, ce qu’elle soutenait avec les panneaux qui sortaient de certains qui semblaient déjà avoir prévu une action plus importante. Peut-être une photo ?

Coups qui pleuvent. T’as jamais été celle qui guidait les foules, tu te contentes de leur donner l’impulsion. Alors tu la laisses agir. Tu t’es contenté d’attiser un instant leur colère mais elle ne redescend pas, signe d’un malaise évident dans le Paris en proie au chaos depuis des années, dans le Paris sombrant un peu plus alors que les dieux se sont révélés. Elle s’échappe la foule prise en étau. Et elle dévale les marches pour atterrir sur les quais. Et ils sont là, tentant de convaincre les autres. Et toi, toi tu souris parce que ça fonctionne. Ils semblent enfin se réveiller.

BAM ! Tu prends un coup, dans le dos, et déséquilibrée tu t’effondres. C’est de la rage pure qui s’élève dans ton regard alors qu’il croise celui du policier à qui tu retournes une droite qui l’envoie droit dans le mur une fois relevée. T’es plus une déesse, t’es une combattante, comme tu l’avais été pendant les différentes guerres, choisissant toujours un camp et finissant par t’y perdre, pleurant tes morts comme tu aurais pleuré des frères et en voulant à tes véritables frères de ne que trop se soucier des morts humaines s’ils n’étaient pas de ceux les priant. Tu la vois même pas l’aura surnaturelle au loin. Parce qu’il n’y a que le combat qui compte, et le gagner avant que les renforts n’arrivent. Aujourd’hui, ce serait l’anarchie et la révolte qui gagnerait et non l’ordre et la puissance. Alors l’envie de vaincre, tu l’attises chez eux, les opprimés.

-  a game of shadows, shall we play ?  -


@eric monfort
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5877-eric-monfort-both-human-and-a http://www.gameofshadows.org/t5880-eric-monfort-dieux
homecoming : 20/06/2018
Messages : 493
pretty face : Jason Momoa
julius caesar : Lux Aeterna
legends never die : Héraclès, le plus glorieux et le plus adulé des héros de la mythologie grecque est devenu le dieu de la force, de l'héroïsme et du courage. Fondateur des Jeux olympiques, il est aussi la divinité du sport et de l'effort. Dans la sphère privée, on le priait comme Alexikakos (celui qui protège du mal).
the mighty bush : Vitesse décuplée ► dieu du sport, fondateur des Jeux Olympiques, athlète accompli et guerrier aux réflexes foudroyants, Héraclès peut se mouvoir à la vitesse de l'éclair. Fureur divine ► héritage d'un passé héroïque plus sauvage que chevaleresque, Héraclès est capable d'entrer dans une rage dévastatrice heureusement contrôlée. Cette frénésie porte sa force et ses réflexes à des niveaux démesurés, mais le laisse exsangue une fois son énergie consumée.
weapon : [i]Massue d'Héraclès ►[/i] arme primitive que le héros a lui-même taillée dans un olivier sauvage. Instrument emblématique de ses nombreux exploits guerriers, cette massue a le pouvoir d'assommer n'importe quel surnaturel frappé au niveau du crâne.
Allegeance : Esprit libre et indomptable, Héraclès est fidèle à ses valeurs plus qu'à des groupes ou des individus. Déifié après une vie tumultueuse de mortel, il s'est toujours senti plus proche des fragiles humains que des dieux arrogants. C'est aujourd'hui un dieu repenti, justicier et protecteur, qui veille sur les humains et les encourage à exprimer leur potentiel.
Il voue un profond respect aux Templiers, ces gardiens qu'il voit en héros des temps modernes (bien qu'il désapprouve leur culte du secret), ainsi qu'à Vox Populi dans leur quête de vérité (mais il condamne la plupart de leurs actions violentes).
Au fil des siècles, Héraclès a également appris à aimer sa famille olympienne, et ne cherchera jamais à les détruire. Pour autant, il n'hésite pas à s'opposer aux actions néfastes de ses pairs et n'accorde aucun passe-droit.
these streets : Dieu grec isolé depuis le Grand Retour, ange du sport factice, collaborateur occasionnel des Templiers, agent d'Interpol récemment affecté à Paris, il n'est que vaguement au courant de tout. Le détail des événements, du jeu des ombres et des conflits individuels lui échappent encore, mais il entend bien combler son ignorance.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dieux

Sujet: Re: [Défi dieux] Pagaille dans le métro (Eric & Livie) Sam 14 Juil - 11:50 ()
[Défi dieux] Pagaille dans le métro
Eric Monfort & Livie D. Delmas

Le dieu à la force sans égal insiste impuissant au spectacle de chaos et de désolation qui se déroule dans le tunnel artificiel. Sa colère croît de seconde en seconde, en réaction à sa frustration ; chaque pas est plus résolu que le précédent.
Une scène attire soudain son attention : une jeune femme d’apparence banale, inoffensive, frappe un policier d’un coup de poing. Porté avec une force supérieure à celle d’un boxeur poids lourd, le choc projette l’homme bien bâti contre le mur distant d’un mètre.
Eric Monfort marque un temps d’arrêt. Regard fixé sur l’inconnue, ses pupilles se dilatent tel un lion immobile dans les hautes herbes, avisant sa future proie. Car ce n’est pas une lumière ordinaire que captent les noirs disques en expansion, mais une aura singulière, surnaturelle.

Je te tiens, démone !

Un rictus sinistre dévoile les dents puissantes du géant, capable d’arracher les chairs et briser les os.
Le colosse longe le quai, use de sa voix rauque et sa stature herculéenne pour inciter au calme et à la prudence. Il tend un bras secourable au vieil homme frappé de lumbago, le ramène sur le béton d’un simple mouvement.
Vains efforts.
La force démesurée du dieu produit sur la foule le même effet qu’un coup de massue dans une rivière : un fracas inutile, emporté par le courant en un claquement de doigts.
Les protestataires zélés dressent leur pancarte dans les hauteurs, ciblant les caméras de surveillance qui pourraient tenir le monde au courant du drame à venir.
Derrière lui, déjà, le flot humain accule d’autres voyageurs en bordure du quai, nourrissant à nouveau le mortel couloir où roulent les impitoyables motrices.

Héraclès comprend qu’il doit agir vite. Neutraliser l’origine du tumulte, la démone aux cheveux blonds dont le pouvoir mystérieux excite les protestataires et les forces de l’ordre.
Le prochain métro arrive dans moins de dix minutes. Un délai suffisant pour que l’ancien héros accomplisse ce pour quoi il a toujours excellé : détruire une créature nuisible.

Le colosse se fraye un chemin jusqu’à la furie à l’aura inhumaine. Cette fois, Héraclès joue de sa force avec moins de précautions pour atteindre son objectif. Des jurons répondent à ses épaules qui brassent la foule, des cris de protestation insultent ses grandes mains d’ancien nageur qui dégagent les obstacles de chair.
Soudain, un objet contondant long et dur s’abat violemment sur son dos large et épais. Le géant réplique avec un grognement sinistre – celui du tigre qu’on dérange dans sa tanière. Avec la souplesse d’un félin, Héraclès pivote sur lui-même pour faire face à son audacieux agresseur.
Il s’agit d’un policier, dont les yeux injectés de sang trahissent la folie. Ceux-ci se voilent d’une panique primale, élémentaire, lorsqu’un antique instinct de préservation alerte sa conscience dérangée de la force inouïe qu’il vient de déchaîner.
Trop tard. Vif comme un cobra, le bras gauche du géant se détend pour s’emparer de la matraque qui vient de cogner. Son bras droit, avec un décalage infime, propulse un poing énorme avec la force et la célérité d’un marteau-piqueur.
L’instant d’après, le policier assommé gît sur l’épaule du colosse à présent armé. Une vilaine rougeur sur la tempe augure la bosse douloureuse qu’il portera au cours des jours suivants.
Eric, en tant qu’agent d’Interpol, n’aura aucun mal à justifier son geste raisonné. Son charisme de dieu appuiera si besoin ses propos. Il dépose le corps inconscient dans le coin formé par le mur et un distributeur automatique, puis bondit dans l’espace vide qui s’est formé derrière la démone aux cheveux blonds.
Mu par une rapidité surnaturelle, le dieu glisse la matraque devant la gorge de la jeune femme et la serre contre lui, une main à chaque extrémité du manche.
Baissant la tête jusqu’à ce que ses lèvres ardentes frôlent l’oreille délicate de sa proie, Héraclès murmure avec une voix résolue, lourde de menaces.

— Fais cesser cette folie, démone, ou je t’écrase la trachée avant de briser ta nuque fragile comme une brindille de bois mort. Personne ne t’entendra crier, et tu rejoindras la Cité de Dis avec le goût aigre de ta défaite au fond de la gorge.

Comme pour illustrer ses paroles, Héraclès raffermit sa prise et gravit quelques marches de l’escalier souterrain avec sa victime. Là, sous leurs yeux, des grappes entières de vies humaines se détachent de la foule amassée sur le quai pour échouer entre les rails.
Héraclès ignore les pouvoirs que maîtrise cet être surnaturel, mais les regards fous et les cris déments l’ont convaincu de son influence délétère sur la psyché des humains.
Il n’imagine pas une seconde qu’il vient de rencontrer une divinité grecque.
-  a game of shadows, shall we play ?  - @Livie D. Delmas

_________________

Héraclès
A TRUE HERO ISN’T MEASURED BY THE SIZE OF HIS STRENGTH BUT BY THE STRENGTH OF HIS HEART ~ WHERE WE FALL ARE THE STEPPING STONES FOR OUR JOURNEY ~ THERE ARE ALL KINDS OF COURAGE IN THE WORLD, AND MOST OF IT TAKES PLACE FAR FROM BATTLEFIELDS.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3850-livie-l-anarchie-est-la-plus- http://www.gameofshadows.org/t5613-livie-d-delmas-dieux
homecoming : 27/07/2017
Messages : 292
pretty face : freya mavor
julius caesar : (c)
legends never die : déesse de l'anarchie, celle qui fait régner le chaos dans le monde, tomber les leaders et se battre le peuple pour la place. celle qui aime voir l'ordre s'effondrer que ce soit grâce à une bataille de crayons dans une salle face à un professeur incompétent ou des gouvernements chuter pour laisser place nette au chaos d'un peuple perdu mais libre
the mighty bush : pouvoir de discorde
controle des sentiments elle attise la haine et la colère chez ceux qui croisent son chemin
Allegeance : elle est seule dysnomie, contre tous. elle ne sait pas si elle compte réellement pour eux. ils sont ses frères et soeurs, mais ils ne la comprennent pas, elle et ses intentions. alors elle y sème également la discorde, parmi les troupes divines. parce qu'elle vit pour l'anarchie et tout ceux se mettant en travers de son chemin sont ces ennemis.
these streets : lorsqu'elle a appris le retour des autres dieux elle a compris qu'une fois de plus zeus s'était bien moqué d'eux, qu'il les mettait tous en danger en ayant capturé ces autres dieux qui ne les dérangeaient nullement. une fois de plus, ils allaient tous pâtir de sa quête de grandeur.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Admin

Sujet: Re: [Défi dieux] Pagaille dans le métro (Eric & Livie) Mar 24 Juil - 0:47 ()
[Défi dieux] Pagaille dans le métro
Eric Monfort & Livie D. Delmas
Y a la foule qui hurle, qui s’énerve sous la perte de contrôle de ton pouvoir, sous ta colère décuplée. Y a les policiers qui frappent sans savoir qu’ils ont déjà tout perdu. Parce que c’était la colère qui régnait chez les autres et eux, eux c’était l’organisation, ils n’avaient pas de motifs pour se battre. Gagner du fric peut-être ? Le pouvoir ? Mais tout ça, tout ça ils auraient pu l’avoir différemment. Que la vérité, la liberté, ils ne pouvaient que se battre pour l’obtenir. Tu le sais que ça part dans tous les sens, tu peux le sentir alors que la foule devient un peu plus incontrôlable. Mais tu t’en moques. Aujourd’hui, ce serait ta victoire et rien ne pourrait te l’enlever. Non, rien ni personne ne pourrait te l’arracher. T’étais bien trop proche du but dans cette rame de métro. Bien trop occupée à voir l’étendue de ton action, bien trop occupée à te battre aux cotés des opprimés, pour ce combat qui devient le tien, tu ne vois pas le colosse qui arrive derrière toi. Ce n’est que lorsque l’objet froid se pose contre ta gorge que tu comprends qu’on vient de t’attraper. Et puis il y a ce murmure dans le creux de ton oreille. Murmure au milieu du chaos, des cris et hurlements.

« Fais cesser cette folie, démone, ou je t’écrase la trachée avant de briser ta nuque fragile comme une brindille de bois mort. Personne ne t’entendra crier, et tu rejoindras la Cité de Dis avec le goût aigre de ta défaite au fond de la gorge. » Et là, alors qu’il te tient, alors qu’il y a ta gorge qui est serrée par la matraque, t’éclates de rire. Ouais t’éclates de rire parce que c’est juste ridicule qu’on te prenne pour une démone alors que malgré tout, c’était le bien que t’offrait à ses gens. Mais les anges ne pouvaient pas comprendre, ils ne le pourraient jamais. Les tiens n’ont plus n’avaient jamais compris. « Tu peux toujours tenter. » Parce que t’étais invicible, dans ce corps comme dans ton ancien. Il n’était pas né celui qui arriverait à te tuer et ce n’était certainement pas une matraque qui viendrait à bout de ce que tu pouvais être. Parce qu’aujourd’hui, t’étais pas affaiblie, y avait ces humains qui croyaient en toi. C’était rare les moments comme ceux-là. Mais il était bien réel et tu y croyais toi aussi. Et puis, même sans tes pouvoirs, rien ne te disait que tu pourrais quand même mourir. Ils étaient juste aléatoires, pas complètement absent. « C’est vrai que c’est tellement angélique de laisser des humains dans l’ignorance, de les laisser se faire tabasser par des policiers sans rien dire. » Douce ironie qui pointe dans ta voix. T’en pensais pas moins. Y a les humains qui tombent au loin, y a la peur qui commence à se faire sentir alors qu’ils cherchent à remonter sans y parvenir. « Alors l’angelot, tu vas t’occuper de sauver l’humanité ou tu vas juste les laisser crever parce que je suis plus intéressante ? » Les anges, tu les avais jamais trop appréciés. Ou pas tous. Il y en avait peut-être qu’une qui avait tout admiration, celle qui insufflait les révolutions, celle que tu croisais régulièrement. La seule qui se battait pour la même chose que toi et qui s’était battue à tes cotés à de nombreuses reprises. Mais tous les autres, ils n’étaient bons qu’à suivre les ordres, petits pantins sous les ordres d’une entité supérieure. Mais dans le fond, ils l’étaient tous. Les démons suivaient leur grand leader qui ne cessait de changer pour ton plus grand plaisir, les templiers suivaient leur chef sans se poser de questions, les humains leurs patrons, leurs politiques, quant aux dieux, malgré leurs égos causant des problèmes à n’en plus finir, c’était les ordres de Zeus qu’ils acceptaient, ou ceux d’un autre qui ne cherchait que du pouvoir de son côté. Ta colère, tes paroles, tu les gardes pour toi, pour l’instant. Parce qu’il ne comprendrait pas, que ce n’est pas toi qui fait ça, que se rebeller c’était ce dont ils rêvaient depuis des mois et que tu n’avais fait que leur ouvrir les yeux sur les possibilités, chose que personne d’autre que toi ne faisait. Parce qu’il n’aurait pas fallu que le chaos s’installe, oh non jamais au grand jamais !

-  a game of shadows, shall we play ?  -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5877-eric-monfort-both-human-and-a http://www.gameofshadows.org/t5880-eric-monfort-dieux
homecoming : 20/06/2018
Messages : 493
pretty face : Jason Momoa
julius caesar : Lux Aeterna
legends never die : Héraclès, le plus glorieux et le plus adulé des héros de la mythologie grecque est devenu le dieu de la force, de l'héroïsme et du courage. Fondateur des Jeux olympiques, il est aussi la divinité du sport et de l'effort. Dans la sphère privée, on le priait comme Alexikakos (celui qui protège du mal).
the mighty bush : Vitesse décuplée ► dieu du sport, fondateur des Jeux Olympiques, athlète accompli et guerrier aux réflexes foudroyants, Héraclès peut se mouvoir à la vitesse de l'éclair. Fureur divine ► héritage d'un passé héroïque plus sauvage que chevaleresque, Héraclès est capable d'entrer dans une rage dévastatrice heureusement contrôlée. Cette frénésie porte sa force et ses réflexes à des niveaux démesurés, mais le laisse exsangue une fois son énergie consumée.
weapon : [i]Massue d'Héraclès ►[/i] arme primitive que le héros a lui-même taillée dans un olivier sauvage. Instrument emblématique de ses nombreux exploits guerriers, cette massue a le pouvoir d'assommer n'importe quel surnaturel frappé au niveau du crâne.
Allegeance : Esprit libre et indomptable, Héraclès est fidèle à ses valeurs plus qu'à des groupes ou des individus. Déifié après une vie tumultueuse de mortel, il s'est toujours senti plus proche des fragiles humains que des dieux arrogants. C'est aujourd'hui un dieu repenti, justicier et protecteur, qui veille sur les humains et les encourage à exprimer leur potentiel.
Il voue un profond respect aux Templiers, ces gardiens qu'il voit en héros des temps modernes (bien qu'il désapprouve leur culte du secret), ainsi qu'à Vox Populi dans leur quête de vérité (mais il condamne la plupart de leurs actions violentes).
Au fil des siècles, Héraclès a également appris à aimer sa famille olympienne, et ne cherchera jamais à les détruire. Pour autant, il n'hésite pas à s'opposer aux actions néfastes de ses pairs et n'accorde aucun passe-droit.
these streets : Dieu grec isolé depuis le Grand Retour, ange du sport factice, collaborateur occasionnel des Templiers, agent d'Interpol récemment affecté à Paris, il n'est que vaguement au courant de tout. Le détail des événements, du jeu des ombres et des conflits individuels lui échappent encore, mais il entend bien combler son ignorance.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dieux

Sujet: Re: [Défi dieux] Pagaille dans le métro (Eric & Livie) Jeu 26 Juil - 21:47 ()
[Défi dieux] Pagaille dans le métro
Eric Monfort & Livie D. Delmas

La colère d’Héraclès monte d’un cran lorsque la démone aux cheveux blonds rit de sa menace. Le mal se confond parfois avec la folie, et sous cette forme il est aussi incontrôlable qu’une tempête. Or, c’est de contrôle sur ce groupe d’humains en furie dont le dieu a besoin – immédiatement.
Héraclès, heureusement, ne cède pas à la rage que sa proie exacerbe en toute inconscience. Car la démone le provoque, l’invite presque à lui briser sa nuque fragile. Est-elle stupide ou démente ? Même un dieu au physique robuste comme celui d’Eric Monfort ne résisterait pas à une nuque brisée. Quels que soient les pouvoirs que détient cette surnaturelle en position précaire, aucun ne la sauvera si son enveloppe physique meurt sur le coup. Démons, anges, dieux, tous sont tributaires du corps qu’ils ont investi au moment du Grand Retour.

Indifférente au risque mortel de contrarier le dieu de la force, la démone poursuit avec un discours insensé sur la responsabilité des anges dans l’ignorance et les maux qui frappent les humains.
Héraclès presse la trachée de cette langue de vipère afin de lui signifier sa désapprobation.

— Te fiches-tu de moi ? Ce sont les démons qui contrôlent les médias, endorment et manipulent les humains au lieu de les éveiller. Ce sont les démons comme toi qui font bouillir leur sang et provoquent de violentes échauffourées.

Certes, la quasi-totalité des êtres surnaturels partageait une connivence discutable sur le secret de leur présence à Paris. Il aura fallu attendre l’arrivée des nouveaux dieux pour rebattre les cartes, bien que les Templiers continuent d’entretenir cette omerta irréaliste de toutes leurs forces.
Pour le reste, ce sont clairement les démons qui s’emploient continuellement à changer les humains en gastéropodes décérébrés, là où beaucoup d’anges et de dieux ont toujours contribué au progrès et à la connaissance.
Héraclès en aurait volontiers débattu si l’urgence de la situation n’impose une plus grande sobriété de paroles.

Un impératif dont la diablesse paraît consciente, et qu’elle cherche à utiliser pour échapper à son sort.
Le dieu gronde avec une force accrue. Il déteste que l’on prenne des humains en otages, d’autant que ces voyageurs du métro n’ont aucun lien avec une lutte quelconque.

— Sombre idiote ! Par ton influence délétère, cette rixe va dégénérer en carnage ! Si tu ne restaures pas le calme, ce ne sont pas les matraques de policiers qui vont s’abattre sur ces malheureux, mais la masse écrasante d’une rame de métro. J’ai vu la folie dans leurs yeux, la rage inhumaine que toi seule as pu leur instiller. Si je te brise le cou maintenant, peut-être que l’envoûtement à l’origine de cette folie cessera et qu’ils reprendront aussitôt leurs esprits. Je suis prêt à prendre ce pari, plutôt qu’abandonner ces humains à leur macabre destin. Mais si tu m’aides à les sauver, alors je te fais la promesse que nous ne serons plus ennemis. Peu me sied que tu sois une chienne de l’Enfer, dis-moi si tu es d’accord pour coopérer et donner à ces braves gens une chance de voir un nouveau jour se lever.

Héraclès est conscient qu’il est peut-être déjà trop tard. Contrairement à la majorité des êtres surnaturels, l’ancien héros ne détient aucun pouvoir capable d’influencer les humains – outre son charisme divin.
C’est pourquoi la démone qu’il tient à un geste du trépas représente son meilleur espoir. Qu’elle accepte ou refuse de collaborer avec lui, le héros fera le maximum pour les sauver tous.
-  a game of shadows, shall we play ?  - @Livie D. Delmas

_________________

Héraclès
A TRUE HERO ISN’T MEASURED BY THE SIZE OF HIS STRENGTH BUT BY THE STRENGTH OF HIS HEART ~ WHERE WE FALL ARE THE STEPPING STONES FOR OUR JOURNEY ~ THERE ARE ALL KINDS OF COURAGE IN THE WORLD, AND MOST OF IT TAKES PLACE FAR FROM BATTLEFIELDS.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3850-livie-l-anarchie-est-la-plus- http://www.gameofshadows.org/t5613-livie-d-delmas-dieux
homecoming : 27/07/2017
Messages : 292
pretty face : freya mavor
julius caesar : (c)
legends never die : déesse de l'anarchie, celle qui fait régner le chaos dans le monde, tomber les leaders et se battre le peuple pour la place. celle qui aime voir l'ordre s'effondrer que ce soit grâce à une bataille de crayons dans une salle face à un professeur incompétent ou des gouvernements chuter pour laisser place nette au chaos d'un peuple perdu mais libre
the mighty bush : pouvoir de discorde
controle des sentiments elle attise la haine et la colère chez ceux qui croisent son chemin
Allegeance : elle est seule dysnomie, contre tous. elle ne sait pas si elle compte réellement pour eux. ils sont ses frères et soeurs, mais ils ne la comprennent pas, elle et ses intentions. alors elle y sème également la discorde, parmi les troupes divines. parce qu'elle vit pour l'anarchie et tout ceux se mettant en travers de son chemin sont ces ennemis.
these streets : lorsqu'elle a appris le retour des autres dieux elle a compris qu'une fois de plus zeus s'était bien moqué d'eux, qu'il les mettait tous en danger en ayant capturé ces autres dieux qui ne les dérangeaient nullement. une fois de plus, ils allaient tous pâtir de sa quête de grandeur.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Admin

Sujet: Re: [Défi dieux] Pagaille dans le métro (Eric & Livie) Lun 30 Juil - 21:14 ()
[Défi dieux] Pagaille dans le métro
Eric Monfort & Livie D. Delmas
T’es bloquée mais tu restes libre. Parce que libre tu l’as toujours été. T’étais la seule qui avait refusé de te soumettre à Zeus et c’était pour ça qu’il avait fait de toi la blague à la base. Toi, la paria, la déesse de l’anarchie. Mais tu l’avais embrassé ton rôle et c’était ce que tu étais devenue. « Te fiches-tu de moi ? Ce sont les démons qui contrôlent les médias, endorment et manipulent les humains au lieu de les éveiller. Ce sont les démons comme toi qui font bouillir leur sang et provoquent de violentes échauffourées. » Et t’éclates à nouveau de rire. « Incapable de voir la poutre dans son œil. » Il a beau être costaud, il a beau avoir cette matraque contre ton cou, tu le craignais pas l’ange. Celui qui briserait la nuque de l'humaine dans laquelle tu te trouvais n'était pas encore né. Ou peut-être. Mais les anges n'étaient pas plus forts que vous. Actuellement peut-être, dans un autre lieu peut-être. Mais pas dans ce lieu où régnait l'anarchie. Parce que depuis des mois affaiblie, aujourd'hui, tu te sentais puissante. Et c'était peut-être à cause de ça que t'oubliais que t'étais dans ce corps humain. « Et ce sont les templiers et les anges qui ne cessent de leur mettre des bâtons dans les roues, de leur effacer la mémoire. Parce que c’est vrai, ils ne sont que des humains, il ne faudrait pas qu’ils sachent la vérité sur ce qu’il se passe à Paris. » Ironie alors que t’imites ce que tu penses être un ange en train de faire cette remarque.

Tu les vois qui chutent au loin et tu comprends la gravité de la situation. Bien sûr que tu la comprends. Mais le jeu devenait d’autant plus drôle alors que tu sentais l’ange sous pression à la vue de ces humains sur la rame. « Sombre idiote ! Par ton influence délétère, cette rixe va dégénérer en carnage ! Si tu ne restaures pas le calme, ce ne sont pas les matraques de policiers qui vont s’abattre sur ces malheureux, mais la masse écrasante d’une rame de métro. J’ai vu la folie dans leurs yeux, la rage inhumaine que toi seule as pu leur instiller. Si je te brise le cou maintenant, peut-être que l’envoûtement à l’origine de cette folie cessera et qu’ils reprendront aussitôt leurs esprits. Je suis prêt à prendre ce pari, plutôt qu’abandonner ces humains à leur macabre destin. Mais si tu m’aides à les sauver, alors je te fais la promesse que nous ne serons plus ennemis. Peu me sied que tu sois une chienne de l’Enfer, dis-moi si tu es d’accord pour coopérer et donner à ces braves gens une chance de voir un nouveau jour se lever. » Tu sais qu’il faudrait que tu l’aides. Parce que tu ne veux pas les voir mourir tes combattants. Pas pour une raison aussi bête. Parce que si ça venait à être le cas ton cœur souffrirait, comme à chaque fois que tu avais pu perdre des compagnons d’armes. Mais il t’énerve avec ses airs supérieurs. Avec ses remarques alors qu’il ne sait rien de toi, alors qu’il te prend pour une démone. Etait-il réellement possible de penser qu’une personne cherchant à ce que le peuple reprenne sa liberté pouvait être une démone ? « J'préfère mourir pour ma cause que d'être lâche. » Tu te tais alors que les cris continuent de s’élever dans les airs. Alors que les policiers ne cessent de s’abattre sur la foule. Peut-être qu'il allait le faire. Mais t'agirais avant. « De toute façon, ils n'arrêteraient pas. Je leur ai juste montré ce que cela faisait d’être libre. Libre, sans autorité au dessus de soi. Libre de faire ce que l’on désirait, libre de se battre pour savoir. Il n’y a rien que je puisse faire car cela fait bien longtemps que je ne fais plus rien. » Tu marques quelques secondes de pause. « Tu vois, c’est ça le problème à toujours vouloir garder l’ordre, la hiérarchie. Lorsqu’ils goûtent à autre chose, ils y prennent goût, parce que cette liberté, cette vérité, c’était ce qu’ils désiraient le plus au monde. » T’as le regard qui glissent sur la foule qui ne se calme pas. Qui tombe sur les matraques qui frappent. « Maintenant dis-moi, lequel d’entre nous est le plus démoniaque ? Moi qui montre aux hommes qu’ils peuvent être libres, qu’ils peuvent s’entraider et ne pas laisser la police les maitriser ou toi qui fermes les yeux devant les actions déplacées de ceux qui ont du pouvoir ? »

-  a game of shadows, shall we play ?  -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5877-eric-monfort-both-human-and-a http://www.gameofshadows.org/t5880-eric-monfort-dieux
homecoming : 20/06/2018
Messages : 493
pretty face : Jason Momoa
julius caesar : Lux Aeterna
legends never die : Héraclès, le plus glorieux et le plus adulé des héros de la mythologie grecque est devenu le dieu de la force, de l'héroïsme et du courage. Fondateur des Jeux olympiques, il est aussi la divinité du sport et de l'effort. Dans la sphère privée, on le priait comme Alexikakos (celui qui protège du mal).
the mighty bush : Vitesse décuplée ► dieu du sport, fondateur des Jeux Olympiques, athlète accompli et guerrier aux réflexes foudroyants, Héraclès peut se mouvoir à la vitesse de l'éclair. Fureur divine ► héritage d'un passé héroïque plus sauvage que chevaleresque, Héraclès est capable d'entrer dans une rage dévastatrice heureusement contrôlée. Cette frénésie porte sa force et ses réflexes à des niveaux démesurés, mais le laisse exsangue une fois son énergie consumée.
weapon : [i]Massue d'Héraclès ►[/i] arme primitive que le héros a lui-même taillée dans un olivier sauvage. Instrument emblématique de ses nombreux exploits guerriers, cette massue a le pouvoir d'assommer n'importe quel surnaturel frappé au niveau du crâne.
Allegeance : Esprit libre et indomptable, Héraclès est fidèle à ses valeurs plus qu'à des groupes ou des individus. Déifié après une vie tumultueuse de mortel, il s'est toujours senti plus proche des fragiles humains que des dieux arrogants. C'est aujourd'hui un dieu repenti, justicier et protecteur, qui veille sur les humains et les encourage à exprimer leur potentiel.
Il voue un profond respect aux Templiers, ces gardiens qu'il voit en héros des temps modernes (bien qu'il désapprouve leur culte du secret), ainsi qu'à Vox Populi dans leur quête de vérité (mais il condamne la plupart de leurs actions violentes).
Au fil des siècles, Héraclès a également appris à aimer sa famille olympienne, et ne cherchera jamais à les détruire. Pour autant, il n'hésite pas à s'opposer aux actions néfastes de ses pairs et n'accorde aucun passe-droit.
these streets : Dieu grec isolé depuis le Grand Retour, ange du sport factice, collaborateur occasionnel des Templiers, agent d'Interpol récemment affecté à Paris, il n'est que vaguement au courant de tout. Le détail des événements, du jeu des ombres et des conflits individuels lui échappent encore, mais il entend bien combler son ignorance.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dieux

Sujet: Re: [Défi dieux] Pagaille dans le métro (Eric & Livie) Mar 7 Aoû - 21:36 ()
[Défi dieux] Pagaille dans le métro
Eric Monfort & Livie D. Delmas

Alors que le rire sardonique de la blonde remonte aux oreilles d’Héraclès, celui-ci réalise la stupidité de son attaque. À aucun moment ses menaces de mort n’ont été en mesure d’inquiéter la démone – il lui suffit de se téléporter loin du danger au moment de sentir la pression de la matraque écraser sa gorge !
À son grand dam, le dieu grec aux pouvoirs vacillants doit adapter ses stratégies à cet environnement hostile : seul, il ne peut vaincre un démon que par surprise, ou sur un coup de chance. L’époque où il terrassait créatures fantastiques, Dieux et Titans au moyen d’armes rudimentaires est révolue. Les formidables pouvoirs magiques de ses ennemis et les armes modernes ont bouleversé les règles du combat : la force physique est désormais inefficace dans la plupart des conflits.

La sagesse du combattant finit par l’emporter sur l’impérieux désir de victoire. Le rôle de protecteur de l’humanité balaie la farouche animosité qu’Héraclès ressent pour les démons.
Dans le drame qui se déroule sous ses yeux, la ruse et un fond de vérité se montreront plus appropriés que ses formidables capacités physiques.
Ainsi Héraclès délaisse son étreinte inutile et fait pivoter la jeune femme d’un geste vif pour s’adresser à elle face à face.

— Tu ne dis pas que des bêtises et tu défends tes convictions avec courage. C’est une qualité que j’apprécie, indépendamment des motivations. Je te laisse donc une chance de prouver que tes belles paroles ne sont pas une ruse pour me corrompre. Tu peux employer ta force supérieure à maîtriser les plus violents, comme je l’ai fait avec cet homme. (Héraclès désigne le policier qu’il a assommé et adossé à un coin un peu plus tôt.) Le goût de la liberté sera bien amer aux humains qui finiront handicapés à vie ou rendront leur dernier souffle après un mauvais coup, ainsi qu’à tous ceux qui seront bientôt réduits à l’état de bouillie humaine si je n’agis pas immédiatement. C’est pourquoi je dois mettre un terme à notre discussion. Mais si tu fais preuve de magnanimité envers ces pauvres gens, je te donnerai la rare occasion de débattre avec un ange !

Après le bâton, la carotte.
Héraclès ne s’est pas dévoyé pour autant : il a toujours chéri sa liberté et celle d’autrui. De même qu’il a toujours soutenu ses défenseurs par principe, faisant la distinction entre la noblesse de la cause et les méthodes employées, souvent aussi cruelles que les exactions des oppresseurs.
Les arguments de la démone lui semblent au mieux naïfs et irréfléchis, mais chaque seconde perdue à développer sa pensée rapprochera les voyageurs d’une mort certaine.

Jouant le tout pour le tour, Héraclès tourne le dos à la supposée démone et se dirige vers le quai bondé qui déverse un nombre croissant d’usagers sur la voie sinistre.
Lui-même se jette volontairement entre les rails et saisit aussitôt une jeune adolescente par la taille. D’un geste souple, il soulève le corps léger et le remet à sa mère qui tendait vainement ses bras tremblants dans un déferlement de cris hystériques.

— Reculez, reculez ! vocifère le géant. Ces gens vont mourir si vous ne leur faites pas de la place !

L’autorité de l’agent d’Interpol (appuyé par le charisme divin) instaure un peu d’ordre dans le chaos ambiant, laissant entrevoir un nouvel espoir. La supposée démone s’en offusquerait certainement, préférant laisser à la foule désordonnée la liberté de laisser leurs semblables se faire cruellement faucher par une impitoyable motrice.
Eric Monfort extrait trois autres personnes de la voie – un garçon aux joues cramoisies, une vieille dame au regard éperdu et une femme à la cheville contusionnée. Instinctivement, l’ancien héros obéit à la règle tacite de sauver les plus vulnérables en priorité. Bientôt, il se réjouit d’apercevoir deux autres hommes vigoureux suivre son initiative.

Le pied posé sur un rail d’acier ressent soudain une vibration imperceptible à un humain plus léger et moins alerte, chassant le sourire optimiste qui est apparu sur ses lèvres.
Héraclès jette un regard affolé de part et d’autre de sa position, évaluant rapidement les grappes humaines qu’il reste à évacuer.
Par Zeus ! Nous n’aurons jamais le temps de tous les sauver ! Quiconque entend ma prière, aidez-moi à empêcher un drame de se produire !

Le crépitement des luminaires plonge alors le tunnel dans l’obscurité au cours de brefs intervalles.
En voilà, une idée lumineuse ! se réjouit le dieu en brandissant le poing de la victoire.
-  a game of shadows, shall we play ?  - @Livie D. Delmas

_________________

Héraclès
A TRUE HERO ISN’T MEASURED BY THE SIZE OF HIS STRENGTH BUT BY THE STRENGTH OF HIS HEART ~ WHERE WE FALL ARE THE STEPPING STONES FOR OUR JOURNEY ~ THERE ARE ALL KINDS OF COURAGE IN THE WORLD, AND MOST OF IT TAKES PLACE FAR FROM BATTLEFIELDS.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3850-livie-l-anarchie-est-la-plus- http://www.gameofshadows.org/t5613-livie-d-delmas-dieux
homecoming : 27/07/2017
Messages : 292
pretty face : freya mavor
julius caesar : (c)
legends never die : déesse de l'anarchie, celle qui fait régner le chaos dans le monde, tomber les leaders et se battre le peuple pour la place. celle qui aime voir l'ordre s'effondrer que ce soit grâce à une bataille de crayons dans une salle face à un professeur incompétent ou des gouvernements chuter pour laisser place nette au chaos d'un peuple perdu mais libre
the mighty bush : pouvoir de discorde
controle des sentiments elle attise la haine et la colère chez ceux qui croisent son chemin
Allegeance : elle est seule dysnomie, contre tous. elle ne sait pas si elle compte réellement pour eux. ils sont ses frères et soeurs, mais ils ne la comprennent pas, elle et ses intentions. alors elle y sème également la discorde, parmi les troupes divines. parce qu'elle vit pour l'anarchie et tout ceux se mettant en travers de son chemin sont ces ennemis.
these streets : lorsqu'elle a appris le retour des autres dieux elle a compris qu'une fois de plus zeus s'était bien moqué d'eux, qu'il les mettait tous en danger en ayant capturé ces autres dieux qui ne les dérangeaient nullement. une fois de plus, ils allaient tous pâtir de sa quête de grandeur.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Admin

Sujet: Re: [Défi dieux] Pagaille dans le métro (Eric & Livie) Mer 29 Aoû - 22:24 ()
[Défi dieux] Pagaille dans le métro
Eric Monfort & Livie D. Delmas
Y a le rire qui s’échappe de tes lèvres devant sa remarque. Tellement angélique. Tellement naïf. Persuadé d’amener la joie pour le peuple alors qu’il ne le comprenait tout simplement pas. Quel pouvait bien être son rôle ? Tu te le demandais alors que tu réfléchissais quelques instants. De tous les anges, combien pouvaient réellement te comprendre. Certainement uniquement celle qui amenait la révolution, une ange prête à tout pour que le peuple se soulève. Peut-être aussi ceux se battant pour la liberté. Tu n’en savais rien. Mais ils étaient bien trop nombreux à ne pas comprendre le reste, oui, bien trop nombreux. « Tu ne dis pas que des bêtises et tu défends tes convictions avec courage. C’est une qualité que j’apprécie, indépendamment des motivations. Je te laisse donc une chance de prouver que tes belles paroles ne sont pas une ruse pour me corrompre. Tu peux employer ta force supérieure à maîtriser les plus violents, comme je l’ai fait avec cet homme. Le goût de la liberté sera bien amer aux humains qui finiront handicapés à vie ou rendront leur dernier souffle après un mauvais coup, ainsi qu’à tous ceux qui seront bientôt réduits à l’état de bouillie humaine si je n’agis pas immédiatement. C’est pourquoi je dois mettre un terme à notre discussion. Mais si tu fais preuve de magnanimité envers ces pauvres gens, je te donnerai la rare occasion de débattre avec un ange ! » Sourire narquois qui vient se peindre sur ton visage alors que tu te retournes pour lui faire face. Que savait-il de tes motivations ? Que savait-il de qui tu étais alors qu’il était toujours persuadé de faire face à une démone ? S’il y avait bien une chose que tu ne ferais pas c’était tenté d’en faire un membre de votre cause. Il était bien trop borné et à l’esprit étriqué pour cela. Tout le monde n’était pas fait pour se battre, tu l’avais compris avec le temps. Il était des personnes qu’il était inutile de tenter de changer, ils resteraient juste tristes toute leur vie. « Parce que tu penses sincèrement que j’ai envie de débattre avec quelqu’un qui n’a aucune idée de ce qu’est la réelle liberté ? » Non, tes débats, tu les gardais pour ceux qui en rêvaient. Il n’y avait rien à tirer de lui. Bien trop ordonné. C’était ton ennemie éternelle avec qui il lui faudrait débattre. Elle, la déesse de l’ordre. Elle qui montait les gouvernements parfaits au point d’être si parfaits qu’ils devenaient des dictatures. L’ordre. L’ordre privant de cette liberté dont tu ne pouvais te passer. Et tu le laisses partir sauver le peuple à grand renfort de gesticulation.

« Reculez, reculez ! Ces gens vont mourir si vous ne leur faites pas de la place ! » Tu l’entends alors qu’il tente de faire de la place. Il remportait une pseudo-victoire mais il était évident qu’il n’y aurait pas de place pour tout le monde. Même avec l’aide que semblait être en train de lui fournir les autres. Vague de terreurs dans les esprits. Sensation que tu n’usais que bien trop rarement. Parce qu’elle n’était pas celle que tu aimais. Tu fermes les yeux alors que tu te concentres. Panique à bord et cœurs qui s’accélèrent. Premier cri bientôt suivi d’un autre. Panique sur les quais alors que chacun ressent une seule et unique chose : la peur. La peur de ce qui doit se dresser au loin. Une peur inconnue mais qui pousse à agir, à s’éloigner de ces rails, de cette ligne de métro. Et la place se fait alors que la bousculade est partout. Parce que tu n’es pas de celle maitrisant les foules, tu laisses couler, comme toujours. Y a les coups et la colère toujours présents chez certains. Y a les policiers qui ont tout aussi peur pour ton plus grand plaisir. Et puis il y a lui qui les sort de cette voie. Et toi qui t’approches, qui te tiens au dessus de lui alors qu’il fait sombre dans la station désormais. « Suffisant ? » Ironie qui grince autant que le bruit de ce métro arrivant bientôt en gare alors que tu attrapes une gosse par le bras et que tu la tires sans ménagement sur le quai.

Spoiler:
 

-  a game of shadows, shall we play ?  -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5877-eric-monfort-both-human-and-a http://www.gameofshadows.org/t5880-eric-monfort-dieux
homecoming : 20/06/2018
Messages : 493
pretty face : Jason Momoa
julius caesar : Lux Aeterna
legends never die : Héraclès, le plus glorieux et le plus adulé des héros de la mythologie grecque est devenu le dieu de la force, de l'héroïsme et du courage. Fondateur des Jeux olympiques, il est aussi la divinité du sport et de l'effort. Dans la sphère privée, on le priait comme Alexikakos (celui qui protège du mal).
the mighty bush : Vitesse décuplée ► dieu du sport, fondateur des Jeux Olympiques, athlète accompli et guerrier aux réflexes foudroyants, Héraclès peut se mouvoir à la vitesse de l'éclair. Fureur divine ► héritage d'un passé héroïque plus sauvage que chevaleresque, Héraclès est capable d'entrer dans une rage dévastatrice heureusement contrôlée. Cette frénésie porte sa force et ses réflexes à des niveaux démesurés, mais le laisse exsangue une fois son énergie consumée.
weapon : [i]Massue d'Héraclès ►[/i] arme primitive que le héros a lui-même taillée dans un olivier sauvage. Instrument emblématique de ses nombreux exploits guerriers, cette massue a le pouvoir d'assommer n'importe quel surnaturel frappé au niveau du crâne.
Allegeance : Esprit libre et indomptable, Héraclès est fidèle à ses valeurs plus qu'à des groupes ou des individus. Déifié après une vie tumultueuse de mortel, il s'est toujours senti plus proche des fragiles humains que des dieux arrogants. C'est aujourd'hui un dieu repenti, justicier et protecteur, qui veille sur les humains et les encourage à exprimer leur potentiel.
Il voue un profond respect aux Templiers, ces gardiens qu'il voit en héros des temps modernes (bien qu'il désapprouve leur culte du secret), ainsi qu'à Vox Populi dans leur quête de vérité (mais il condamne la plupart de leurs actions violentes).
Au fil des siècles, Héraclès a également appris à aimer sa famille olympienne, et ne cherchera jamais à les détruire. Pour autant, il n'hésite pas à s'opposer aux actions néfastes de ses pairs et n'accorde aucun passe-droit.
these streets : Dieu grec isolé depuis le Grand Retour, ange du sport factice, collaborateur occasionnel des Templiers, agent d'Interpol récemment affecté à Paris, il n'est que vaguement au courant de tout. Le détail des événements, du jeu des ombres et des conflits individuels lui échappent encore, mais il entend bien combler son ignorance.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dieux

Sujet: Re: [Défi dieux] Pagaille dans le métro (Eric & Livie) Dim 2 Sep - 12:04 ()
[Défi dieux] Pagaille dans le métro
Eric Monfort & Livie D. Delmas

Ainsi, miss Pagaille n’a aucune envie de débattre avec lui ? Parfait ! Cela lui évitera de perdre un temps inutile, du temps qu’il pourra consacrer à rechercher Hébé. Car de toute évidence, la supposée démone est aussi ouverte au dialogue qu’un fanatique religieux brandissant son tome sacré comme l’expression d’une vérité absolue.
Héraclès est familier de la condescendance dont fait preuve cette jeune femme. Depuis des siècles et des siècles, la plupart des divinités de l’Olympe cultivent la leur avec la minutie d’un vigneron crétois pour son précieux cépage. Notamment envers lui, le héros musculeux né mortel, l’engin de combat cantonné aux attributions physiques.
Cette blonde serait en bonne compagnie parmi les miens, songe Héraclès. Peut-être s’agit-il d’une démone supérieure, de nature aussi arrogante que les dieux grecs ? Malgré ses quelques années à collaborer avec l’Ordre grec des Templiers, le nouvel Eric Monfort reste un médiocre évaluateur en matière de puissance des êtres surnaturels. Surtout lorsqu’il s’agit de pouvoirs subtils et insidieux comme celui d’influencer les sentiments ou comportements humains.

Alors que le protecteur des mortels et des dieux s’efforce d’éviter le drame au milieu de la voie ferrée, un changement soudain se produit. Par un mystérieux tour de magie dont l’étrange blonde maîtrise les arcanes, un sentiment d’effroi gagne la foule telle la vague irrésistible d’un tsunami.
Dans un premier temps, Héraclès redoute la catastrophe : la terreur mène à des comportements irrationnels, à se lancer dans une fuite effrénée au détriment de sa propre survie.
Heureusement, le mouvement de repli général balaie vite ses craintes. Les abords de la voie se découvrent comme une plage à la marée basse. Cette fois, le chaos a produit un effet salutaire, un résultat salvateur pour la masse humaine.

Zeus soit loué, cette démone a pris la bonne décision.

Zeus n’a rien à voir avec ce miracle, mais un tic de langage vieux de 2500 ans ne disparaît guère facilement. Car il s’agit bien d’un petit miracle : il aurait suffi qu’un individu paniqué s’engouffre en courant dans le tunnel du métro pour que d’autres le suivent vers une mort certaine. L’instinct grégaire de l’être humain est un outil à double tranchant.
Héraclès n’aura donc pas besoin de mettre son plan à exécution. En dernier recours, il comptait profiter de sa rapidité surnaturelle pour courir jusqu’au prochain transformateur électrique et le détruire, afin de priver la motrice de courant et forcer son arrêt avant l’arrivée en station.
Preuve de sa bonne volonté, la supposée démone apporte même son aide à une petite fille en tirant brusquement un de ses bras fragiles. Pour l’enfant, se dit Héraclès avec pragmatisme, une légère subluxation de l’épaule vaudra mieux qu’une chute ou une collision mortelle, et supporter la douleur la rendra plus forte !

D’un bond, Eric Monfort remonte sur le quai alors qu’approche la rame désormais bienvenue. Le flot de voyageurs arrivants et partants dissipera de lui-même l’atmosphère de chaos comme le vent balaie les noires fumées toxiques.
La haute stature du colosse s’arrête devant la blonde aux mystérieux pouvoirs.

— Tu as sauvé ces pauvres gens, aussi je te donnerai un conseil que tu es libre de suivre. Fuis, et ne viens plus jamais semer la zizanie en ce lieu. Les Templiers surveillent cet endroit de près, une de leurs équipes d’intervention doit être sur le point d’arriver au moment où nous parlons. S’ils te trouvent, tu périras ou tu seras à jamais dans leur collimateur. Ta liberté de mouvement en pâtirait grandement, à moins d’accepter une mort prématurée de leurs mains. Je ne te dénoncerai pas pour cet incident, mais je considère que nous sommes quittes. Et peut-être qu’avant de nous séparer, tu me diras qui tu es réellement.

Spoiler:
 
-  a game of shadows, shall we play ?  - @Livie D. Delmas

_________________

Héraclès
A TRUE HERO ISN’T MEASURED BY THE SIZE OF HIS STRENGTH BUT BY THE STRENGTH OF HIS HEART ~ WHERE WE FALL ARE THE STEPPING STONES FOR OUR JOURNEY ~ THERE ARE ALL KINDS OF COURAGE IN THE WORLD, AND MOST OF IT TAKES PLACE FAR FROM BATTLEFIELDS.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3850-livie-l-anarchie-est-la-plus- http://www.gameofshadows.org/t5613-livie-d-delmas-dieux
homecoming : 27/07/2017
Messages : 292
pretty face : freya mavor
julius caesar : (c)
legends never die : déesse de l'anarchie, celle qui fait régner le chaos dans le monde, tomber les leaders et se battre le peuple pour la place. celle qui aime voir l'ordre s'effondrer que ce soit grâce à une bataille de crayons dans une salle face à un professeur incompétent ou des gouvernements chuter pour laisser place nette au chaos d'un peuple perdu mais libre
the mighty bush : pouvoir de discorde
controle des sentiments elle attise la haine et la colère chez ceux qui croisent son chemin
Allegeance : elle est seule dysnomie, contre tous. elle ne sait pas si elle compte réellement pour eux. ils sont ses frères et soeurs, mais ils ne la comprennent pas, elle et ses intentions. alors elle y sème également la discorde, parmi les troupes divines. parce qu'elle vit pour l'anarchie et tout ceux se mettant en travers de son chemin sont ces ennemis.
these streets : lorsqu'elle a appris le retour des autres dieux elle a compris qu'une fois de plus zeus s'était bien moqué d'eux, qu'il les mettait tous en danger en ayant capturé ces autres dieux qui ne les dérangeaient nullement. une fois de plus, ils allaient tous pâtir de sa quête de grandeur.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Admin

Sujet: Re: [Défi dieux] Pagaille dans le métro (Eric & Livie) Mer 12 Sep - 23:56 ()
[Défi dieux] Pagaille dans le métro
Eric Monfort & Livie D. Delmas
Peur sur le quai. Hurlement de panique. Tu ne sais pas ce qu’ils voient. Tu ne sais même pas s’ils voient quelque chose où s’ils ressentent juste une peur profonde les faisant fuir. Main qui vient attraper le bras d’une gosse pour la remonter. Puis les deux mains d’une femme d’une cinquantaine d’année qui n’a pas de mal à finir de se hisser. Tu l’entends déjà qui arrive le métro. Mais ça va vite. Et t’as un soupir de soulagement qui franchit la barrière de tes lèvres alors que tu sens son souffle contre ta peau alors qu’il passe à quelques dizaines de centimètres de toi mais que tout le monde est à l’abri. Pourtant, y a la colère qui gronde dans ton cœur, dans ton regard. Parce qu’ils avaient pas gagné les révolutionnaires. Parce que la police s’en était sortie. « Tu as sauvé ces pauvres gens, aussi je te donnerai un conseil que tu es libre de suivre. Fuis, et ne viens plus jamais semer la zizanie en ce lieu. Les Templiers surveillent cet endroit de près, une de leurs équipes d’intervention doit être sur le point d’arriver au moment où nous parlons. S’ils te trouvent, tu périras ou tu seras à jamais dans leur collimateur. Ta liberté de mouvement en pâtirait grandement, à moins d’accepter une mort prématurée de leurs mains. Je ne te dénoncerai pas pour cet incident, mais je considère que nous sommes quittes. Et peut-être qu’avant de nous séparer, tu me diras qui tu es réellement. » Regard qui se braque dans le sien. S’il avait comme tu t’en contrefichais des templiers. Tu ne les craignais pas car ils n’avaient pas encore le pouvoir de vous détruire. Tu n’étais pas une démone comme il pouvait le penser et si les templiers avaient en leur possession une arme capable de vous tuer, tu en aurais entendu parler. Ce n’était malheureusement pas le cas. Pas pour l’instant. Car tu ne doutais pas un seul instant qu’ils devaient être sur le pied de guerre pour vous contrer.

Tu hésites, lui dire, ne pas lui dire. Tu n’en sais rien. Mais que pourrait-il de toute façon. Qu’est-ce que cela changerait qu’il connaisse ton rôle dans cette guerre parisienne. Car tu n’avais toujours eu qu’un seul but, un seul objectif. Un objectif que tu cherchais à atteindre plus que tout. Cet objectif que personne ne comprenait. Tes méthodes qui étaient critiquées par tes pairs alors que tu te complaisais dans ce chaos. Alors que tu l’aimais, ce chaos, cette colère des humains. T’avais l’impression qu’ils te comprenaient alors, qu’ils étaient capables de faire ce qu’aucun dieu n’était jamais parvenu à faire. Ils étaient comme toi et ils ressentaient la même émotion, la même colère. « Je suis l’anarchie. » Oui, tu l’étais. Et tu régnerais. Pour de bon. Peut-être qu’un jour elle serait là. Parfaite. Lorsque les têtes seraient enfin tombées. Et alors tout pourrait se tasser. Mais tu savais qu’ils ne te laisseraient pas faire. Parce qu’ils ne comprenaient pas. Combien étaient-ils à réellement la comprendre, à ne pas déformer sa beauté. Miss chaos qu’ils t’appelaient parfois sans même comprendre que ce n’était qu’un moyen, qu’il fallait se battre pour changer les choses. Ce n’avait pas toujours été nécessaire. Les révolutions pouvaient également être silencieuses. Un mutin déposant son arme. Un soldat fusillé pour trahison, puis son camarade le matin suivant et un autre le jour d’après. « Et Monsieur l’ange aux grands conseils, qui es-tu ? » Lueur de malice dans le regard. Tu te moques ouvertement de lui. « L’ange de l’ordre. L’ange qui ne veut rien voir changer par peur du bonheur réel ou de la liberté parfaite ? » Mutine, révoltée, tu le serais toujours. Tu l’étais depuis bien trop longtemps, depuis ce jour où tu avais dit ne pas comprendre pourquoi il était le seul en droit de donner des ordres, depuis ce jour où tu t’étais mis Zeus et toute une partie du panthéon, depuis ce jour où il avait fait de toi la déesse de l’anarchie pour se moquer de toi alors que tu en avais fait ta force et ton destin. « Un jour, peut-être que tu comprendras et que toi aussi tu en rêveras. » Mais pas encore maintenant apparemment.

-  a game of shadows, shall we play ?  -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5877-eric-monfort-both-human-and-a http://www.gameofshadows.org/t5880-eric-monfort-dieux
homecoming : 20/06/2018
Messages : 493
pretty face : Jason Momoa
julius caesar : Lux Aeterna
legends never die : Héraclès, le plus glorieux et le plus adulé des héros de la mythologie grecque est devenu le dieu de la force, de l'héroïsme et du courage. Fondateur des Jeux olympiques, il est aussi la divinité du sport et de l'effort. Dans la sphère privée, on le priait comme Alexikakos (celui qui protège du mal).
the mighty bush : Vitesse décuplée ► dieu du sport, fondateur des Jeux Olympiques, athlète accompli et guerrier aux réflexes foudroyants, Héraclès peut se mouvoir à la vitesse de l'éclair. Fureur divine ► héritage d'un passé héroïque plus sauvage que chevaleresque, Héraclès est capable d'entrer dans une rage dévastatrice heureusement contrôlée. Cette frénésie porte sa force et ses réflexes à des niveaux démesurés, mais le laisse exsangue une fois son énergie consumée.
weapon : [i]Massue d'Héraclès ►[/i] arme primitive que le héros a lui-même taillée dans un olivier sauvage. Instrument emblématique de ses nombreux exploits guerriers, cette massue a le pouvoir d'assommer n'importe quel surnaturel frappé au niveau du crâne.
Allegeance : Esprit libre et indomptable, Héraclès est fidèle à ses valeurs plus qu'à des groupes ou des individus. Déifié après une vie tumultueuse de mortel, il s'est toujours senti plus proche des fragiles humains que des dieux arrogants. C'est aujourd'hui un dieu repenti, justicier et protecteur, qui veille sur les humains et les encourage à exprimer leur potentiel.
Il voue un profond respect aux Templiers, ces gardiens qu'il voit en héros des temps modernes (bien qu'il désapprouve leur culte du secret), ainsi qu'à Vox Populi dans leur quête de vérité (mais il condamne la plupart de leurs actions violentes).
Au fil des siècles, Héraclès a également appris à aimer sa famille olympienne, et ne cherchera jamais à les détruire. Pour autant, il n'hésite pas à s'opposer aux actions néfastes de ses pairs et n'accorde aucun passe-droit.
these streets : Dieu grec isolé depuis le Grand Retour, ange du sport factice, collaborateur occasionnel des Templiers, agent d'Interpol récemment affecté à Paris, il n'est que vaguement au courant de tout. Le détail des événements, du jeu des ombres et des conflits individuels lui échappent encore, mais il entend bien combler son ignorance.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dieux

Sujet: Re: [Défi dieux] Pagaille dans le métro (Eric & Livie) Dim 16 Sep - 16:08 ()
[Défi dieux] Pagaille dans le métro
Eric Monfort & Livie D. Delmas

Héraclès n’a jamais cru en l’anarchie. Le concept est très séduisant pour un individu aussi attaché que lui à la liberté, mais totalement irréaliste pour qui a vécu assez longtemps parmi les mortels. Au cours des millénaires à venir, l’espèce humaine aux comportements et humeurs extrêmement versatiles réussira peut-être à se débarrasser des horribles défauts et des effrayants travers qu’une liberté totale mettrait à nu. En attendant, l’ancien héros est convaincu qu’un minimum de règles communes, ainsi qu’une forme de pouvoir pour les faire respecter, est indispensable pour empêcher les mortels de se nuire (voire s’entretuer) sans restriction.
Ainsi, Héraclès n’est guère surpris qu’une démone nourrisse le sombre dessein de plonger l’humanité dans le chaos inhérent à l’anarchie. Le monde ressemblerait alors à un immense champ de bataille où s’affronteraient avec une violence et une cruauté sans limites des bêtes à visage humain. Fait-elle partie des premiers démons ? Une ancienne ange de l’ordre déchue, peut-être ? À moins que son âme ait subi un horrible conditionnement après une vie humaine marquée par la misère ?
Quoi qu’il en soit, Héraclès reconnaît à cette blonde mystérieuse le courage de se battre pour ses convictions. Elle lui rappelle une déesse mineure de son propre panthéon qu’il connaissait vaguement, ne l’ayant jamais réellement fréquentée – la politique et la philosophie sont des sphères très éloignées des exploits physiques et des prouesses sportives dont il est le champion intemporel.

— L’anarchie est un concept, pas un nom. D’ailleurs, tu n’es pas la première à s’en revendiquer, loin de là. Vous devriez songer à unir vos forces et fonder un Ordre des Anarchistes.

L’oxymore fait naître un sourire chargé d’ironie sur les lèvres du colosse.
D’ailleurs, sans être un spécialiste du sujet, on lui a dressé un rapide portrait des pléthoriques groupes anarchistes (plus ou moins organisés et hiérarchisés) actifs à travers le monde lors d’une formation à Interpol. La plupart des mouvements se forment et se disloquent comme des nuages, avec de surcroît un talent inégalé pour se chamailler entre eux. Si leurs rangs comptent une majorité d’idéalistes inoffensifs, les plus radicaux représentent une menace concrète – trop faible pour menacer l’ordre étatique, mais capable de nuire aux individus entraînés dans leur quête furieuse.

Aussi aveugle et bornée que ses congénères, la jeune femme décrit le géant sous les traits d’un ange de l’ordre craignant le bonheur et la liberté. Une provocation énoncée avec plus de malice que de haine – un bon point pour elle. Et pourtant si éloignée de la vérité… si elle savait à qui elle parle !
L’homme à l’allure sauvage fronce les sourcils et caresse sa barbe, feignant une intense réflexion. Certes, l’idée de décliner son identité réelle lui a traversé l’esprit. Chez un homme fier et indomptable comme Héraclès, la franchise vient toujours plus naturellement que le mensonge. Mais il se contraint à jouer son rôle d’ange du sport, au moins jusqu’au jour où il retrouvera Hébé. Ironiquement, sa bienaimée lui reprocherait peut-être de se dévoyer de la sorte. Ne l’aimait-elle pas pour ce qu’il était, un dieu franc et honnête ?
Quelques secondes plus tard, un gros rire tonitruant s’échappe de sa gorge.

— L’ange que tu décris me paraît rudement ennuyeux, du genre à se fourrer le manche de vos pancartes dans le derrière. Ce représentant de l’ordre n’en resterait pas moins bienveillant et pétri de bonnes intentions, ce que je respecte. Mes domaines, jeune fille, sont le sport et le courage. Alors vois-tu, je ne redoute pas le changement, le bonheur ou la liberté. En revanche, je combats les menaces qui pèsent sur les fragiles mortels que j’ai faits le serment de protéger. L’ordre oppressant en fait partie, l’anarchie destructrice également. Je n’ai pas la prétention d’être un grand philosophe ou un visionnaire ; je brille par ma force et mon adresse, non par mon intelligence et ma sagesse. Le béotien que je suis croit que la liberté parfaite s’imposera d’elle-même lorsque l’égalité et la fraternité seront suffisamment ancrées dans le cœur des humains. Plus tôt, c’est un rêve impossible aux conséquences tragiques, catastrophiques. Peut-être me démontreras-tu un jour qu’une autre voie est possible, mais tu renforceras mes convictions chaque fois que tu utiliseras tes pouvoirs pour exacerber la haine et la violence.

Je ne t’ai pas répondu avec plus de franchise que toi, Anarchie. Cependant, mes paroles ont également le mérite d’être sincères.
-  a game of shadows, shall we play ?  - @Livie D. Delmas

_________________

Héraclès
A TRUE HERO ISN’T MEASURED BY THE SIZE OF HIS STRENGTH BUT BY THE STRENGTH OF HIS HEART ~ WHERE WE FALL ARE THE STEPPING STONES FOR OUR JOURNEY ~ THERE ARE ALL KINDS OF COURAGE IN THE WORLD, AND MOST OF IT TAKES PLACE FAR FROM BATTLEFIELDS.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: [Défi dieux] Pagaille dans le métro (Eric & Livie) ()
Revenir en haut Aller en bas
 
[Défi dieux] Pagaille dans le métro (Eric & Livie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Flémeth, les dieux elfiques, etc!
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» haiti dans les annees 50
» Les changements climatiques menacent le tourisme dans les Caraibes
like lightning
if you ride
ϟ you're gonna crash like thunder ϟ

a game of shadows :: Paris :: Nord-ouest :: Premier arrondissement :: Métro : Châtelet