boom bitch
Le forum est de retour pour vous jouer de mauvais tours.
Pour tout savoir des nouveautés, c'est ici !
let the sky fall
Un accident d'avion, un trésor piégé et un équilibre mis à mal par l'arrivée de nouvelles forces dans le jeu d'ombres...
Voilà ce qui vous attend dans la nouvelle intrigue.
like I own it
Parfois, on a juste envie d'inaugurer un bâtiment tranquille. Malheureusement, on a souvent des invités surprise....
Participez au premier event de cette nouvelle saison ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 il est temps d'embraser la nuit (astrid/siam/gautier)
if you ride like lightning, you're gonna crash like thunder
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: il est temps d'embraser la nuit (astrid/siam/gautier) Sam 7 Juil - 16:24 ()
IL EST TEMPS D'EMBRASER
LA NUIT

« le combat est une danse.. sauf lorsqu'il est exécuté par un tas de gens bourrés »
Il fume sa cigarette au bar, sans gène, sans haine. Sans rien, en fait. Il se sent vide. Vide de sens. Vide de nouvelles expériences. Qu'est-il, après tout, dans un monde qui ne se souvient à peine de son nom. De son vrai nom. Montou. Comme un murmure d'outre tombe. Comme une illusion qui s'échappe déjà. Il n'est plus rien dans ce monde qui tourne à cent à l'heure. Alors qu'il pourrait faire partie des grands de ce monde. Mais non. Il est coincé dans ce corps délabré. Corps qui lui donne à peine une petite chance de survivre dans un monde qu'il ne comprend même pas. Raté au coeur ancien, il ne peut que se résoudre au chagrin d'une vie lointaine, dont il a peur de bientôt ne plus se souvenir.

Il observe les gens qui l'entourent, qui dansent. Qui semblent se perdre dans leurs pas effrénés, endiablés. Il n'apprécie pas particulièrement la musique mais ne peut nier qu'il apprécie l'ambiance, la chaleur des corps collés les uns contre les autres. La tension dans les membres de chacun, prêts à changer de rythme au gré de la musique. Il apprécie l'énergie, les ondes qui se heurtent à son corps crispé et il se décide enfin à se diriger vers la piste, vers une once de liberté. Après tout, maintenant qu'il est libre, il serait stupide de ne pas vouloir en profiter.

Et au bout d'un temps qu'il ne saurait vraiment définir, temps passé à danser et se laisser aller.. Il commence à sentir en lui des sentiments mitigés. Il a besoin de faire quelque chose, de faire changer les choses. Il a besoin de revenir dans la partie et de compter à nouveau dans le coeur des Hommes. Il veut de nouveau être adulé, adoré. Il veut reprendre sa place. Il veut faire payer ceux qui l'ont enfermé, ceux qui l'ont privé de tout ça. Alors, la rage au ventre, il sort de l'Opium. Il sort prendre l'air, il sort pour se calmer. Il tente de dominer ses émotions avant qu'elles ne le dominent mais il n'est pas bon à ça, il n'est pas bon à ce jeu.. Alors il doit déployer beaucoup d'énergie, allumant une nouvelle clope censée l'aider dans sa démarche..

(c) DΛNDELION


Dernière édition par Gautier M. Wagner le Lun 30 Juil - 23:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1298-la-rose-n-a-d-epines-q
homecoming : 05/01/2017
Messages : 402
pretty face : Bridget Satterlee
julius caesar : Fae & Helpers
the mighty bush : Superforce, je crois que c'est assez explicite pour que j'en dise plus, non ? En gros, je vous mets un pain dans la gueule et vous avez mal, voilà.
Allegeance : Je sais pas comment on pourrait me qualifier, je pense que je suis un peu l'opportuniste de service qui a suivi sa cousine et qui a trouvé ça cool. Après voilà, je veux des réponses, mais si je les ai pas, je m'en fous. Si je peux foutre un peu plus le boxon en ville, c'est bien aussi, m'voyez ?
these streets : Y'a un truc, c'est plus que certains. Quoi ? Je sais pas exactement, je vous l'avoue, mais y'a un truc. Mes cousins sont un peu louche, et puis tout ceux qui sont revenus aussi, enfin certains.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revolutionnaires

Sujet: Re: il est temps d'embraser la nuit (astrid/siam/gautier) Sam 7 Juil - 16:49 ()
il est temps d'embraser la nuit
Astrid - Gauthier - Siam


Une soirée de relâche voilà ce qui s'offre à toi, et ce n'est pas pour te déplaire évidemment, bien au contraire. Cependant, tu te demandes bien ce que tu vas pouvoir faire. Tu devrais te reposer un peu, pour une fois, mais ton corps ne veut pas, il n'arrive pas à rester en place, il ne sait pas, il ne veut vraiment pas. Tu es une pile électrique, toujours à bouger, à foutre le bordel là où elle passe, tu es comme ça, on ne peut pas te refaire. Et ça te fait sourire carrément. Tu te dis que peut être tu devrais aller voir Sophie qui doit être au Moulin Rouge pour une bonne petite partie de jambes en l'air. Tu te dis que c'est une excellente idée que voici, alors tu t'habilles bien, comme il faut pour sortir. Tu optes même pour une coiffure différente de ce que tu as habituellement. La robe est sexy à souhait, mais elle te permettra de mettre des grands kicks en pleine gueule s'il le faut. Juste avant cependant, tu fais une petite prière à Enyo devant le petit autel que tu as fait à son effigie dans ton appartement. Il est discret, mais si quelqu'un vient voir ta chambre, il pourra voir cela, une totale hérésie te diront-ils mais tu t'en fous, tu as vu la différence, tu as sentis la différence, tu veux devenir aussi forte qu'Arla, car cette fille envoi tellement du lourd, que tu te dois d'être comme elle. Tu connais tes forces, tu sais que tu frappes fort, mais il faut apprendre à cibler tes frappes pour encore plus d'efficacité. Alors ce soir, tu as envie de t'envoyer en l'air avec Sophie, et de la frapper, un peu, tu sais qu'elle appréciera l'audace de ces gestes là, mais elle ne se trouve pas au Moulin Rouge. Te voilà frustrer, te voilà d'une humeur massacrante. Tu demandes à ton copain le barmaid qui t'offre un verre, mais il ne l'a pas vu de la journée. Tant pis, tu n'as pas envie de te pointer au boulot pour voir si elle ne serait pas là-bas, mais il va falloir que tu te défoules, et pas qu'un peu. Alors tu te décides à aller chez la concurrence, après tout, tu es déjà habillée pour. Tu vas chez Louis Dyonisos Yount, à l'Opium's Nightclub, l'ambiance ici est bien, tu l'apprécies même si ce n'est pas ton lieu de plaisir favori, il reste dans le haut du panier clairement. Tu connais les videurs, tu n'as pas de mal à entrer dans la boite de nuit, et déjà l'ambiance est chaude mais tu te montres raisonnable. Tu te cales au bar, tu commandes un verre, mais tu ne parles à personne, tu te mets en mode observation pour trouver une cible potentiellement compatible avec toi, et sinon, à défaut de cela pour le ou la frapper si jamais tu lui trouves quelques choses qui ne convient pas. Et ton regard se porte sur cet homme qui semble terriblement seul. Il boit, puis finalement, il se laisse porter par l'ambiance sur la piste de danse avant de s'en aller quelques minutes plus tard, visiblement en colère. Alors tu décides de le suivre dehors, il va fumer une clope et tu l'abordes avec un sourire plus que carnassier. Et s'il était ta cible du soir ?

" L'ambiance de la soirée vous plait ? "

Une phrase d'accroche comme une autre après tout n'est ce pas ? Oui, c'est ce qu'on peut dire mais tu ne sais même pas s'il va te répondre quoique ce soit tellement il a l'air sur les nerfs. Peut être qu'il va t'exploser dessus, et dans ce cas, il ne sait pas à quoi s'attendre, mais tu verras bien.

- a game of shadows, shall we play ? -

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 09/03/2018
Messages : 169
pretty face : Mimi Elashiry
julius caesar : (c)myself & (c)Crack in time
the mighty bush : Auras. T'as des couleurs qui se sont mêlées à une blancheur trop envahissante. Au début, ça t'avait intrigué, mais tu t'es toujours facilement adaptée. T'as compris que les tâches sont liées à un humain, à sa silhouette, de même que la légère odeur qui s'y mêle. C'pas pour autant que tu vois. Mais maintenant, au moins, t'as plus de chance de pouvoir éviter un corps. Et parfois, quand le peu de vision qui reste est trop fatiguée, il y a des sons qui apparaissent, douces mélodies qui te font frémir.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Humains

Sujet: Re: il est temps d'embraser la nuit (astrid/siam/gautier) Lun 16 Juil - 1:14 ()
IL EST TEMPS D'EMBRASER
LA NUIT

« le combat est une danse.. sauf lorsqu'il est exécuté par un tas de gens bourrés »
C’est jamais une bonne idée de se retrouver dans un lieu bondé, où alcool et drogue coulent à flot, quand on est handicapé, et encore plus lorsque la cécité est ce handicap. T’as été stupide, mais t’as quand même voulu te retrouver dans un bar. Seule. A à peine dix-huit ans. Pourtant, personne ne t’a causé de problèmes. On semble d’éviter. Tu te doutes que les noms de ceux te protégeant, te mécénant, maintiennent les mains baladeuses hors de ton périmètre. Mais ce que tu ne sais pas, c’est que leur identité résonne bien au-delà du monde humain. T’as pas idée, ni conscience, de la protection que ça t’offre, d’avoir le Destin et l’Orgueil autour de toi. Qui irait t’attaquer, sachant que les représailles seraient sanglantes ? Le surnaturel avait eu en spectacle l’archange lors de cette inauguration. Qui serait assez fou pour le défier ? Et toi, tu ne sais rien. T’es l’ignorance même dans ce monde qui vrille un peu plus à chaque seconde qui passe. T’as beau donné l’illusion, t’as beau ne pas faire attention, t’as beau te prendre pour une reine avec ton talent, avec ton oreille, tu n’es en vie que grâce à ceux qui t’ont prise sous leur aile. Le monde est bien trop dur pour toi…

T’as les doigts qui remettent en place les bandages autour de ton bras, pourtant masqués par les manches longues les recouvrant. T’as bien choisi ta tenue, avec la chaleur qui règne dans les lieux. Le short va à merveille avec le top à manches longues, dos partiellement nu. Tout pour masquer les souvenirs de cette terrible soirée… Tu t’en es toujours pas vraiment remis à vrai dire, et cela explique peut-être ta présence ici. Un besoin de t’oublier, d’oublier tout simplement. D’enterrer la douleur loin, très loin au fond de ton cœur. T’es pas faite pour ressentir ça, mais faut croire que le Destin se fout toujours autant de toi. T’entends ta voix au-dessus du brouhaha ambiant, demandant un cocktail alcoolisé. Maddox te tuerait certainement s’il te voyait avec une telle boisson entre les doigts, dans un bar, sans personne pour te surveiller. Quoi que, tu mettrais ta main à couper, que quelqu’un gardait un œil sur toi. Après tout, tu ne peux pas vraiment sortir habituellement, et y’a toujours une personne à ta porte… Ton regard se promène sur les différentes silhouettes colorées, avant que les lunettes noires ne soient rabattues devant tes yeux. Définitivement, tu préfères les ténèbres à cette chose que tu ne comprends pas, et qui te permet de distinguer les couleurs… Un jour, tu devras te pencher sérieusement dessus. T’en as déjà parlé à Jules, mais peut-être que Maddox pourrait t’aider…

La musique sonne atrocement fausse à tes oreilles, entre les enceintes de piètres qualités, et les Hommes chantant tous plus ou moins en rythme. T’as envie de tout arrêter, d’appuyer sur stop devant ce massacre. Faut dire que pour la musicienne que tu es, autant habituée aux classiques qu’à la variété, ces sons s’apparentent à une cacophonie totale. Et à cela il faut ajouter les mélodies émanant des êtres humanoïdes eux-mêmes. T’as pas encore capté cela, mais tes entrailles si. C’est pour cela que t’évites le maire, que t’as été capable de repérer les agresseurs au Panthéon. Ils avaient la même musique… Mais t’en as pas conscience. Parce que ton cerveau te protège, ton cerveau ne veut pas te voir folle, même s’il est déjà trop tard…

Et c’est cette oreille absolue qui te permet de capter le bruit de trop. Bagarre, ou juste une vitre brisée ? Tu ne sais pas trop, mais ça t’intrigue, ce petit trop. Alors, tu te frayes un chemin entre les corps échauffés et brûlants. Tu remontes la source, tu entends les voix énervées, jusqu’à ce que la fraîcheur relative de la nuit effleure ton visage rosi. Le propre son de ta voix te semble étrange, quand il quitte ta gorge : « Y a-t-il un problème ? » T’aurais dû faire demi-tour, ou passer ton chemin. Car tu n’as jamais fait le poids face aux forces de ce monde…



(c) DΛNDELION


Spoiler:
 

_________________
And some things that were not meant to be forgotten were lost.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Invité
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: il est temps d'embraser la nuit (astrid/siam/gautier) Ven 3 Aoû - 0:19 ()
IL EST TEMPS D'EMBRASER
LA NUIT

« le combat est une danse.. sauf lorsqu'il est exécuté par un tas de gens bourrés »
Il tire sur la cigarette, tendu, la mâchoire crispée. Il ne peut s'empêcher, Montou, de penser aux centaines d'années gâchées. A ce qu'il aurait pu faire, accomplir. Il a la rage au ventre, la vengeance se cachant dans les tripes. Mais il sait bien que pour gagner, il doit trouver des alliés.. Le problème c'est qu'il n'est pas forcément le plus avenant des hommes, surtout dans cette carcasse miteuse. Et puis, il a du mal à faire confiance, le bougre, beaucoup de mal. Alors, pour le moment, il est plutôt isolé, plutôt seul. Il ne peut s'en prendre qu'à lui-même, il le sait, mais il n'en a pas envie. Il aurait plutôt tendance à vouloir s'en prendre aux autres, dans ces cas là. Juste ? Non. Mais il n'en à que faire ! C'est un dieu, après tout, pas un simple mortel.. Et il estime que les règles sont différentes pour lui.

« L'ambiance de la soirée vous plait ? » Il lève le regard sur la gamine qui l'aborde. Elle doit avoir une vingtaine d'années, pas plus. Elle semble si frêle et pourtant, elle vient aborder un homme, un inconnu, en pleine nuit. Il semblerait qu'elle ne fasse pas parti des peureuses, mais il se fait la réflexion que Paris n'est plus vraiment un lieu sûr, de nos jours. Il se méfiait de chaque personne qu'il croisait. Après tout, même la gamine pouvait être un démon. Ou autre chose. Mais si elle n'était qu'humaine, alors elle ne savait certainement pas tous les dangers qu'elle pourrait courir. Lui-même pouvait lui faire du tort, que ce soit la pousser à la rage ou, tout simplement, la désintégrer. La faire cesser d'exister comme ça, en une seconde à peine, en un claquement de doigt. Si seulement elle savait à qui elle parlait.. « Vous appelez ça une soirée ? » Il prononce ce dernier mot de façon presque bourgeoise, pensant aux soirées luxueuses des anciens temps qu'il connaissait alors.. « Il y a mieux que cette musique qui trucide mes pauvres oreilles pour danser.. » Il soupire. Le monde qu'il connaissait n'était plus. Tout avait changé, tellement changé qu'il en était presque perdu. Tous ces néons, toutes ces lumières, toutes ces technologies qu'il ne connaissait même pas, qu'il ne comprenait pas toujours. Il était las d'être dans ce nouveau monde, nostalgique de son temps. Il était en rage qu'on l'ai privé de cette évolution qui lui faisait défaut aujourd'hui.

Il aurait voulu discuter avec la jeunette, mais il n'était pas d'humeur. Il n'avait pas envie. Il ne pensait qu'à cette rage sourde au fond de son âme. Alors, il décide d'activer son pouvoir, de se sentir à nouveau lui-même, enfin. Il laisse les ondes de violence parcourir les créatures qui l'entourent. Il se fiche pas mal qu'elles soient humaines ou non, il veut simplement déployer sa colère. Les disputes éclatent, les poings se serrent et se lèvent. La dizaine de personne présente commence à se chahuter, à se haïr sans véritable raison, leur esprit trouvant une excuse pour taper sur l'autre. Pour entrer en conflit. La rage s'étend doucement, dans un premier temps et c'est la colère qui pré-domine, mais il sait que s'il le souhaite, il peut amener ces pauvres créatures à s'entre-tuer.. Et alors, un sourire s'étend sur ses lèvres.

« Y a-t-il un problème ? » Il tourne alors le regard vers la nouvelle arrivante. Elle semble intriguée par le bruit, par les cris, par la haine. Montou ne peut rater les lunettes sombres qu'elle porte sur le bout du nez et alors il comprend assez facilement qu'elle est aveugle. D'ailleurs, elle n'avance plus, comme si elle craignait de subir la colère d'un inconnu. Montou ne répond pas à la question de la nouvelle venue, se contentant de la percuter de plein fouet avec son don qu'il déploie en cette chaude nuit d'été..

Spoiler:
 
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t1298-la-rose-n-a-d-epines-q
homecoming : 05/01/2017
Messages : 402
pretty face : Bridget Satterlee
julius caesar : Fae & Helpers
the mighty bush : Superforce, je crois que c'est assez explicite pour que j'en dise plus, non ? En gros, je vous mets un pain dans la gueule et vous avez mal, voilà.
Allegeance : Je sais pas comment on pourrait me qualifier, je pense que je suis un peu l'opportuniste de service qui a suivi sa cousine et qui a trouvé ça cool. Après voilà, je veux des réponses, mais si je les ai pas, je m'en fous. Si je peux foutre un peu plus le boxon en ville, c'est bien aussi, m'voyez ?
these streets : Y'a un truc, c'est plus que certains. Quoi ? Je sais pas exactement, je vous l'avoue, mais y'a un truc. Mes cousins sont un peu louche, et puis tout ceux qui sont revenus aussi, enfin certains.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revolutionnaires

Sujet: Re: il est temps d'embraser la nuit (astrid/siam/gautier) Mer 22 Aoû - 17:28 ()
il est temps d'embraser la nuit
Astrid - Gauthier - Siam


De toute évidence, il n'est pas dans son élément, pas dans son assiette aussi peut être, il n'est pas à sa place, raison pour laquelle il s'en va dehors. Pourtant, il t'intrigue plus que de raison. Cela ne devrait pas être le cas pourtant, mais c'est ce qui se produit, tu aimes tellement t'approcher du danger, que tu vas finir par te brûler une nouvelle fois. Mais t'es comme ça, la peur n'a pas pour habitude de te tirer les entrailles dans tous les sens, alors que pourtant, il le faudrait bien. Mais tu n'es qu'une enfant, parfois trop gâtée qui s'amuse de sa vie, qui provoque, se moque, sans véritablement vouloir des conséquences de tout cela. Tu le sais, mais tu n'en fais qu'à ta tête, jusqu'à peut être que du plomb vienne se greffer là où il faudrait. Mais c'est ton tempérament, t'es une tête brûlée, et tu ne changeras jamais, parce que tu as toutes les raisons de ne pas changer. Tu ne vois que ce verre à moitié rempli, mais pas de n'importe quoi, de folie, tu ne vois pas que l'autre moitié est remplie d'un calme presque olympien. Non, toi tu veux que ça bouge, même si pour le moment, tu es assez calme, même si pour le moment, tu n'as fait que suivre cet homme mystérieux. Et tu l'abordes, de la plus simple des manières en cette soirée. Et très vite, il lève le regard vers toi, prêt à te fusiller. Tu pourrais presque lire dans son regard : " Dégage de là pouffiasse. " C'est peut être ce qu'il pense et qu'il va te dire. Peut être restera-t-il un brin plus poli, tu n'en sais rien, et au fond, tu t'en fiches complètement. Tu veux juste voir ce qu'il va répondre à ta question. S'il est venu ici, c'est que la soirée ne lui convient pas, sinon, il serait resté à l'intérieur, à boire et à danser. Et sa réponse ne se fait pas attendre, il n'aime pas, il déteste, il vomit cette "soirée" de sa bouche, notamment la musique qui n'a ni queue ni tête pour lui. Elle agresse cette musique, ces tympans n'apprécient pas. Pourtant, c'est le style du lieu, alors s'il n'aime pas ça, pourquoi être venu ici. Tu as envie de lui poser la question, ce genre de lieu n'est effectivement pas pour tout le monde. C'est alors que les gens autour de vous commencent à se battre, et tu as une furieuse envie de te joindre à eux. Tu as envie de cogner sur ce gringalet qui n'aime pas la musique, lorsqu'une brunette apparait et demande s'il y a un problème. Ses lunettes noires te font comprendre qu'elle est aveugle. Mais qu'est ce qu'elle fout ici ? Parfois le comportement des gens te dépassent. Alors le gars qui n'aime pas la musique ne réponds pas, mais il ne bouge pas. Serait-il devenu muet ? Soudain, un homme agit en brute. Il la percute, sans rien dire de plus. Alors tu poses ta main sur son épaule pour le forcer à s'arrêter et à se retourner vers toi. Pour le moment, tu ne seras pas violente avec tes poings, juste avec tes mots.

" Qu'est ce que tu fais là ? Elle te demande s'il y a un problème et tu la charges alors qu'elle est aveugle ? Si t'as un soucis, va falloir d'abord me passer sur le corps. "


Et le type ne te dit rien, il tente juste de te donner un coup de tête après tes questions mais tu l'évites et tu le lui rends dans les testicules. Il tombe au sol sans demander son reste. Et l'autre, celui qui n'aime pas la musique, il reste là, comme impassible. Il t'intrigue tellement, trop fortement pour te laisser pleinement insensible. Si ce n'est pas cela d'ailleurs, tu viendrais aider l'autre, pour voir si elle va bien, mais ce n'est pas le cas. T'es tellement concentré sur le ronchon, que limite, tu l'ignores, même si dans tes propos, tu montres que ce n'est pas le cas.

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 09/03/2018
Messages : 169
pretty face : Mimi Elashiry
julius caesar : (c)myself & (c)Crack in time
the mighty bush : Auras. T'as des couleurs qui se sont mêlées à une blancheur trop envahissante. Au début, ça t'avait intrigué, mais tu t'es toujours facilement adaptée. T'as compris que les tâches sont liées à un humain, à sa silhouette, de même que la légère odeur qui s'y mêle. C'pas pour autant que tu vois. Mais maintenant, au moins, t'as plus de chance de pouvoir éviter un corps. Et parfois, quand le peu de vision qui reste est trop fatiguée, il y a des sons qui apparaissent, douces mélodies qui te font frémir.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Humains

Sujet: Re: il est temps d'embraser la nuit (astrid/siam/gautier) Dim 9 Sep - 11:04 ()
IL EST TEMPS D'EMBRASER
LA NUIT

« le combat est une danse.. sauf lorsqu'il est exécuté par un tas de gens bourrés »
Pourquoi es-tu sortie ? Tu sais bien que c’est une idée stupide, que de vouloir profiter de la nuit, des danses, de la fièvre naturelle des bars et discothèques. Parfois, tu veux juste agir comme une fille de tout âge, de celles qui entament une première année d’études supérieures, de celles qui s’en vont rire face à la pleine lune, avec toute une bande d’amis, et de connaissances d’un soir. Toi, tu attends juste entre les quatre murs de ton loft, quand les soirées mondaines ne prennent pas tout ton temps. En fait, y’a que Jules dans tes âges avec qui tu converses, avec qui tu te sens bien, même si vous passez plus de temps à vous engueuler qu’à réellement vous discuter. C’est peut-être mieux comme ça, au moins, tu ne te rends pas compte des horreurs qu’il vit, des actes qu’il commet. C’est plus simple, plus facile, et t’as besoin de vivre dans le déni. Y’a déjà tout qui se barre en couilles autour de toi, tu ne supporteras pas d’en rajouter une couche supplémentaire.

Tu perçois les bagarres qui semblent se lancer, les insultes qui volent d’une gueule à l’autre. Ca arrache les oreilles, ça crée une dissonance dans la musique. Les dents se serrent, les paupières se ferment, dans la vaine optique de calmer le marteau-piqueur dans ton crâne. Mais tu n’as pas trop de temps de réagir, avec la colère qui enfle, qui enflamme ton cœur. T’aurais bien frappé quiconque passe sous tes doigts, même si cela t’expose à des retours de flamme assez violents.

Sauf que tu n’as pas le temps, de réfléchir, de mettre en action ce que tes tripes réclament. Y’a un coup qui te bouscule, un corps massif qui te propulse au sol. Le souffle coupé, la douleur aigue qui part de ton estomac, pour courir le long de la cage thoracique, tu t’écrases lamentablement. Enfin, pas exactement. Tu rapes en partie sur le goudron, arraches un bout de manche, de bandage. Les blessures ne sont pas entièrement cicatrisées, et les gouttes de sang perlent déjà sur ta peau, douce chaleur du liquide sur l’épiderme malmenée. Tu te redresses, te pousses à retrouver ton équilibre, mur en soutien. T’entends à peine les propos de la fille qui est venue à ton secours, a mis hors d’état de nuire ton agresseur. T’as juste besoin de te concentrer, de retrouver ta respiration.

Puis y’a ton regard qui se heurte à cette couleur différente, à cette mélodie mélange d’épique et de brisure. Etre oublié, vide prenant, y’a la voix qui finit par s’élever : « Pourquoi les gens deviennent fous ? » C’est trop clair comme ton, et la situation, comme tu ne la vois pas, devient plus étrange à tes yeux. Ou alors, t’es juste encore bien naïve de croire que le bien existe encore. Est-ce le cas ? Le cerveau s’interroge, doute. Il cherche à creuser, à découvrir, mais ta conscience t’en empêche, ton besoin de ne rien savoir, ou voir, aussi.

Les yeux ne se détachent pas de la silhouette différente, et pourtant familière. Quelque chose cloche, définitivement. « Que faites-vous ici ? » Les lunettes sont tombées, dévoilant ton regard, ces pupilles bien trop pastel. Ton attention ne cesse d’être dérangée, par les allers et venues, les chutes et les combats. Faut juste que ça s’arrête…



(c) DΛNDELION

_________________
And some things that were not meant to be forgotten were lost.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: il est temps d'embraser la nuit (astrid/siam/gautier) ()
Revenir en haut Aller en bas
 
il est temps d'embraser la nuit (astrid/siam/gautier)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Déterre la tombe d'Astrid pdt la nuit (pv Luca et Victoir)
» La nuit du renouveau.
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Prix du petrole a travers le temps
like lightning
if you ride
ϟ you're gonna crash like thunder ϟ

a game of shadows :: Paris :: Sud-Ouest :: seizième arrondissement :: Opium's nightclub