boom bitch
Le forum est de retour pour vous jouer de mauvais tours.
Pour tout savoir des nouveautés, c'est ici !
let the sky fall
Un accident d'avion, un trésor piégé et un équilibre mis à mal par l'arrivée de nouvelles forces dans le jeu d'ombres...
Voilà ce qui vous attend dans la nouvelle intrigue.
like I own it
Parfois, on a juste envie d'inaugurer un bâtiment tranquille. Malheureusement, on a souvent des invités surprise....
Participez au premier event de cette nouvelle saison ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 am i beautiful as i tear you to pieces ? (sohan)
if you ride like lightning, you're gonna crash like thunder
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t4349-the-world-is-a-filthy-place-i
homecoming : 15/05/2017
Messages : 326
pretty face : kaya scodelario.
julius caesar : fair game / beylin
the mighty bush : Résonance de relaxation : Par sa simple présence, la poupée peut calmer les êtres à proximité. Effaçant l’anxiété et l’agitation des pensées, elle est une drogue dure qui ne perd pas de ses saveurs malgré les aigreurs qui perdurent.

Touché mortel : Du bout de ses phalanges glacées, elle peut briser tout ce qui est à sa portée. Détruire pour remodeler. Saccager pour reconstruire. Que ce soit la nature dans sa beauté, que ce soit les humains et leurs médiocrités. Il suffit d’un toucher pour que la poupée laisse le contrôle de côté. Un effleurement, une caresse. Pour que l’ivresse devienne détresse.
Allegeance : Solitaire au coeur poussière, elle voit le monde dans sa misère, elle voit sa famille à l’envers. Dieux qui subissent l’incroyance et la médisance, et qui se renferment dans la violence. Elle les voit se décomposer à force d’espérer. Que tout va s’arranger, que leur grandeur sera un jour récompensé. Elle voudrait les rassurer, mais cet univers ne cesse de se détruire dans son apogée. Alors elle observe le chaos qui se dessine en échos, elle se nourrit de cette terre qui attend l’échafaud. Comme un bourreau, elle attend sagement le jour du jugement.
these streets : Elle sait tout ce qu’il a à savoir.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dieux

Sujet: am i beautiful as i tear you to pieces ? (sohan) Ven 13 Juil - 3:13 ()

Am I beautiful as I tear you to pieces ?
Take me I'm alive, never was a girl with a wicked mind but everything was better when sun goes down. I had everything, opportunities for eternity and I could belong to the night...You make me wanna die I'll never be good enough and every time I look inside your eyes you make me wanna die.

Les lèvres enfumées sous le ciel éclairé, les effluves s’essoufflent entre le silence latent quand le temps s’immole un instant. Quiétude avant la solitude. Illusion de calme avant le vacarme. Et ces silhouettes qui s’entassent sous les lampadaires bipolaires pour oublier la misère. Ames vagabondes en recherche de réconfort pour taire les remords. Elles cogitent à l’entrée de cette bâtisse décrépie, murmurant leurs secrets avant de s’enfermer dans la folie. Paradis inconscient, enfer béant. Les contrastes s’emmêlent dans cette bulle, fissure spatio temporelle. Comme si Paris n’avait rien subi. Comme si la léthargie avait gardé ces consciences bien endormies. Innocence qui gave l’ignorance. Aveuglement qui empêche les hurlements. Ils se tiennent bien droits les pantins, prêts à se faire articuler pour un peu de volupté. Et au milieu de cette masse uniforme, sous les chuchotements déments, elle se tient l’enfant, le visage absent et le besoin de se foutre en sang. Anxiété camouflée sous les soupirs de fumée. Le besoin de s’oublier, d’effacer la panique sous cette traque constante et oppressante. Alors elle traine des pieds, la veste bien ajustée sur son corps dénudé, elle rôde avant la condamnation à perpétuité. Et le bourreau quémande la clé pour sa liberté, mot de passe erroné. La sentence glisse sur la bouche, luxure avant l’usure. Puis les portes s’ouvrent sous les éclats stellaires, néons parsemés sur les carcasses entremêlées.

Et un pas avant de sombrer…
Une expiration avant de brûler…

Et la veste tombe quand la chair apparait, vêtement jeté sur un canapé à proximité. Y’a les regards indiscrets qui se posent sur la peau scarifiée, qui contemplent les cicatrises et les ailes de la poupée. Coupures parsemées dans le dos, mensonge sur la nature divine pour une identité plus angélique. Puis les prunelles s’immolent sur les courbes mordues par la lingerie fine, dentelle noire sur le corps naufrage. Sous vêtements et porte jarretelle pour une torture de carnage. Elle disparait la môme sous les yeux grands écarquillés par des lueurs horrifiés ou tentées. Elle s’immole dans l’immensité, abandonnant sa carcasse dans la cohue opaque. Et elle danse l’astre éteint sous les lumières, elle se balance dans cette misère. Quand personne n’ose s’approcher par peur de la briser. Quand le monde semble s’oublier pour un peu de ce divertissement particulier. Et elle se consume juste ici, fermant ses paupières pour s’essouffler, s’imaginant une autre réalité. Le corps à l’abandon et le coeur en suspension. Plus d’affront, plus de provocation. Juste la liberté à confusion. Juste la légèreté avant la condamnation.

_________________

Go ahead and cry little girl nobody does it like you do.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5936-play-with-me-sohan
homecoming : 09/07/2018
Messages : 20
pretty face : dylan o'brien
julius caesar : dark dreams. (av) tweek + vocivus (icons)
legends never die : lieutenant de la sphère de la peur, <i>démon de l'angoisse</i>, il est les griffes qui torturent les âmes, qui déchirent l'esprit, il est ce souffle de crainte, le cauchemar réel qui s'infiltre dans les crânes.
the mighty bush : <i>hallucination cauchemardesque ;</i> capacité à transformer les peurs et les cauchemars d'un individu en sombres hallucinations. Les illusions sont intangibles, ne peuvent blesser physiquement mais peuvent tétaniser celui qui en est victime.
weapon : dague du paradis (bien cachée merci bien)
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Démons

Sujet: Re: am i beautiful as i tear you to pieces ? (sohan) Mar 17 Juil - 17:05 ()

Y'a les chairs qui valsent, les néons qui écrasent la masse. Et y'a ce lion affamé qui parcourt cette jungle où chaque membre qui gigote se transforme en jambon à faire glisser entre ses crocs aiguisés. Loin de ses crayons de papiers, l'humanité de Sohan écarté, le prédateur rôde lentement, croisant quelques fois d'autres lions venus chasser dans ce bar qui pue la luxure. Pas de jeux de gamins avec Jadis ce soir. Pas de supplice à infliger à Grazyna ce soir. Monsieur fait cavalier seul cette nuit. Monsieur chasse ailleurs cette nuit.
Puis y'a les silhouettes qui défilent sous ses prunelles lubriques. Et parmi l'effluve, les opales captent l'obsession perdue au milieu des corps presque devenus troubles. De la bouffe devenue figurante. De la bouffe devenue insignifiante alors que l'acide de la rage ronge les poumons. Torrent amer dans la gueule pâteuse. Et c'est comme si la musique venait de s'arrêter. C'est comme s'il n'entendait plus que sa respiration et la sienne. Comme s'il n'y avait que ce doux son, mélodieux écho, de son cœur qu'il rêve d'arracher qui pompe là bas. Enfin si proche de ce fou abandonné. Et dans son coin, isolé de l'ambiance fébrile, le démon reste là, à contempler. Comme un guépard fixant la gazelle qu'il s'apprête à croquer. Comme un stratège qui s'apprête à bouger un pion sur l'échiquier.
Muscles paralysés par l'euphorie de l'avoir retrouvé. Palpitant excité par le prochain coup à jouer. Xezbeth est coincé entre l'extase et les scénarios macabres qui pètent à nouveau derrière ses rétines. Entre précipitation et modération. Frénésie difficile à museler, furie difficile à contrôler. Pauvre Xezbeth réduit à s'plier à la prudence imposée par ses rangs alors que le désir de s'relever et d'arracher la belle à sa danse est en train de le consumer. Oh grand lieutenant mis à mal par cette pute qui arriverait presque à lui faire craquer les plans de sa hiérarchie. Parce que sa cruauté n'a jamais eu autant envie de se lâcher depuis qu'il l'a rencontré. Elle qui l'a balancé dans la déchetterie de l'humiliation. Elle, cette garce qui n'a eu besoin que d'une seule nuit chaude pour devenir un fantôme mordu à ses fantasmes lubriques ou glauques. Cette salope qui hante un pauvre fou qui a pourtant d'autres mortels à torturer. Et sa simple existence le bloque. Tant qu'elle sourit, tant qu'elle respire, il n'arrivera plus à s'concentrer sur plus important, sur des projets moins égoïstes.
Elle est son cauchemar.

Mais quand un autre s'approche de sa proie de trop près, quand un humain imprudent ose se glisser devant la peau satinée sous les néons, y'a un truc qui lui tire les tripes et lui mord le ventre. L'inconscient effleure la peau, frôle son obsession. Et ça part en brille dans la caboche dérangée. Et déjà il est là, à repousser brusquement le Don Juan cartonnée de son tourment sur pattes. Intrus dans son décor balancé à quelques pas alors que les prunelles s'aimantent à ceux de son emmerdement aux boucles sombres. Et les griffes se referment autour du bras de la brune. La pression faible pour provoquer les cris, la pression pas assez forte pour faire craquer les os. Et déjà il l'emmène un peu plus loin. Un coin plus calme, contrastant atrocement avec le rythme du palpitant déréglé. Xezbeth déchiré entre le besoin de discrétion et l'envie extrême de décapitation. Mais le démon, aussi intense et démesurée soit sa rancune, est obligé de garder son spectacle fantasmé loin des mirettes curieuses et des esprits fragiles et naïves qui traînent ici. Et pourtant les corps continuent de s'entrechoquer, de se provoquer, de s'allumer, ne s'occupant pas vraiment du duo qui s'éloignent des valses érotiques.

La princesse des garces prisonnière entre le mur et les bras du bourreau, princesse dont il n'arrive pas à décrocher le regard.
Sale pute.
Il fait claquer une lanière du porte-jarretelle sur la cuisse immaculée. Le sourire de connard impatient, la pulpe des doigts effleurant le derme qu'il rêve de déchirer, les griffes brûlantes de s'y figer. L'électricité indescriptible d'un gosse qui touche son rêve du bout de ses doigts. D'un cinglé qui frôle son étoile quitte à s'y cramer. « Je t'ai longtemps cherché, j'ai longtemps espéré te revoir. » Le ton suit pas les paroles niaises. Les flammes dans ses opales ne crépitent pas de romantisme, elles s'agitent de rage. « Je vais enfin pouvoir te buter. »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
 
am i beautiful as i tear you to pieces ? (sohan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» beautiful dream
» Tear [Libre]
» Beautiful eyes, Beautiful lies... [Livre 1 - Terminé]
like lightning
if you ride
ϟ you're gonna crash like thunder ϟ

a game of shadows :: Paris :: Nord-ouest :: Neuvième arrondissement :: Et elle croqua la pomme