boom bitch
Le forum est de retour pour vous jouer de mauvais tours.
Pour tout savoir des nouveautés, c'est ici !
let the sky fall
Un accident d'avion, un trésor piégé et un équilibre mis à mal par l'arrivée de nouvelles forces dans le jeu d'ombres...
Voilà ce qui vous attend dans la nouvelle intrigue.
like I own it
Parfois, on a juste envie d'inaugurer un bâtiment tranquille. Malheureusement, on a souvent des invités surprise....
Participez au premier event de cette nouvelle saison ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 trainer le sublime dans la poussière | ft. Aria
if you ride like lightning, you're gonna crash like thunder
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
En ligne
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t6081-perfidie-melgalath http://www.gameofshadows.org/t6185-b-alastair-delpire-demons#159196
homecoming : 13/08/2018
Messages : 855
pretty face : brendon urie.
julius caesar : faust (ava) dandelion (gifs/sign)
legends never die : Commandant des Cultes, roi des pécheurs, d'une religion bafouée et mensongère, chevalier des croyances perverties et sectaires, maître des satanistes, adulant les offrandes dégueulasses, détournant les fois pour mieux les rendre perfides. Double jeu délectable.
the mighty bush : Persuasion, sifflant les horreurs pour mieux plier aux volontés. Utile pour glaner, récolter, insuffler de quelconques croyances et idées perfides. Indispensable pour entretenir un culte quelconque, être adulé, rendre captif les quidams égarés, les tenir en haleine par des persuasions de bien être.
Souffle de connaissances, voix infime qui s'infiltre, murmure quelques vérités et souvenirs, transmission d'éléments intentionnellement succincts, souvent incomplets, font travailler les esprits.
weapon : Connaissance accrue des cultes et autres magouilles, les phalanges habiles pour tracer les sceaux de Salomon et Enochien, ainsi qu'un cercle d'Hermès hostile. Relique biblique, bâton de Moïse changeant l'eau en ondine purpurine, première plaie d'Egypte assoifant par son cruor.
Allegeance : Loyauté apposée envers Dis et ses entrailles dégueulasses, ne croyant désormais plus en un Lucifer déchu au profit d'une Reine perfide. Culte demeurant à sa place, se complaisant dans un rôle qui lui sied sans en exiger d'avantage, veille sur ses ouailles tout en méprisant les suppôts de sphères étrangères.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Démons

Sujet: trainer le sublime dans la poussière | ft. Aria Mer 15 Aoû - 14:38 ()
trainer le sublime dans la poussière
Aria O. Greenway & B. alastair delpire

Le monde aime à noircir ce qui rayonne et à traîner le sublime dans la poussière
Obsidienne. Voûte crépusculaire dégueulant sur Paris, voilant les carnes pour mieux laisser s'échapper les ombres, se mouvant entre les bâtisses clinquantes aux néons fébriles. L'hideur s'immisce, débute, voyant naître les vices les plus pernicieux. Murmures et chuchotements. Aux heures où le monde s'endort, ralentis. Carnes gangrénant, trouvant refuge dans l'antre dégueulasse au nom trompeur, à l'image de lueurs dans l'obscurité pour mieux saisir les insectes égarés. Quête de réponse et d’apaisement, quidams embourbés dans des fils hostiles, ne flairent plus le danger, conditionnés. L'opulence dégueule. Soirée douçâtre aux fragrances exquises d'alcools ambrés, les oreilles bercées par quelques artiste au jazz enivrant. Allures et teintes mordorées qui en sortiraient presque d'un roman de Scott Fitzgerald. Perfidie démoniaque prédominante sous forme de personnel, lorgnant sur les captifs aux bons soins, choyés. Naïveté typiquement humaine.

Ambre porté aux lippes, en savourant les nuances. Maître des lieux tiré à quatre épingle, dissimulé dans l'ombre d'un coin empli de discrétion, solitaire, les mirettes capturant les agitations, lorsque quelques carnes éprises de convoitise ne quémandent guère une bonne parole ou apaisement douçâtre par la persuasion. Culot coutumier. Il aurait très bien put arborer une quelconque couronne l'infâme, les tenant tous au creux de la paume. Bienveillance trompeuse. Factice. Il ricane le Culte, profite de son adoration, rictus aux babines.

Intrusion. Étrangère. Donzelle égarée au crin de feu, faciès inconnu au bataillon. Il ne se souvint pas Melgalath, avoir eut vent d'une quelconque nouvelle recrue en perdition et quête de vérités. Pourtant il le sut, que l'opulence mordante attisait les curieux, club hupé, prisé, dont on voudrait en connaître les secrets. Mystères omniprésents dont l'extérieur du monde ne sut pas grand chose. « Amène-la moi. » Souffle suave malgré la soudaine irritation, à peine audible, atterrissant dans le lobe d'un serveur dissimulant les cornes, suppôt, filant dans la foule pour mieux intercepter l'intruse, la priant en un rictus douçâtre de disparaître dans le calme dominant d'un coin plus tranquille, invitée pour un verre en privé.

Pièce voisine silencieuse et à l’abri d’œillades indiscrètes. Salon au velours dominant. Haussement de sourcil, gratifiant la jeune femme d'un rictus en coin quelque peu circonspect. Maître des lieux avenant, dénichant la bouteille d'un grand cru pour mieux lui tendre un verre. « Comment êtes-vous entrée ? Ce n'est pas comme si les invitations pullulaient. » Nul animosité, le ton suave et interrogatif, n'était guère de ceux déclenchant les hostilités par pure caprice, d'autant plus sans connaître la nature de l'autre. Nombre de possibilités. Peut-être même innocente ramener et convertie par un tiers. Une paume se tend, tout de même prudente, enregistrant les traits de son minois pour le moins délicieux. « Alastair Delpire, maître de cérémonie. » Sens propre, à peine voilé, il attend le Culte, qu'elle parle et sorte de quelconques explications, méfiance prédominante, ravalée pour n'en afficher qu'un calme plat et à semi déconcerté.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t6077-gravity-aria#156239
homecoming : 12/08/2018
Messages : 84
pretty face : Schizophrenic
julius caesar : (c) dent-de-lapin
legends never die : Ange supérieur de la Volonté - Sphère du Destin
the mighty bush : Les rêves prémonitoires : Damabiah peut connaître le destin des êtres qu’elle croise ou frôle en un instant. Ils apparaissent comme des flashs, et sont déterminés en fonction des choix qu’ils ont pu effectuer par le passé, et s’ils continuent dans cette même direction.
La manipulation gravitationnelle : Damabiah est capable de faire flotter/manipuler un objet ou même une personne par la simple force de la pensée.
weapon : Damabiah possède un arc.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Anges

Sujet: Re: trainer le sublime dans la poussière | ft. Aria Mer 15 Aoû - 17:43 ()

"Alastair & Aria"


Trainer le sublime dans la poussière



Paris avait enfilé sa grande cape noire, plongeant dans l’obscurité ses recoins. Cachant la misère et la salubrité. Les gamins étaient rentrés chez eux, tel un couvre-feu. Les routes pavées suintaient la crasse, encore noires et humides de la veille. Seuls quelques téméraires, sans doute à la recherche d’un peu d’adrénaline, osaient se pointer. Mais celle-ci était de courte durée et ils rentreraient bientôt chez eux, la queue entre les jambes. Prétendant à un semblant de courage.

La chaleur était encore étouffante à cette heure-ci, comme retenue dans un étau. Et elle, elle était là, petite femme à l’allure frêle et la peau laiteuse. Sa stupidité était un fait. A être trop serviable, trop aimable. Parfois, elle aurait aimé pouvoir dire « non » sans remords, mais ce mot ne semblait pas exister au sein de son registre. Il l’avait encore eue, son patron. Ivrogne sans vergogne, dont la bedaine imposante ressortait du costume qu’il persistait à prendre en taille XL. Les jours fériés, très peu pour lui. Sirotant son verre dans whisky dans son canapé de cuir, il prenait plaisir à diriger, à donner des ordres mal placés. Mener à la baguette comme on aiguillerait un troupeau de moutons. C’était peut-être ce qu’elle était, au final, Damabiah. Un mouton.

Elle vit enfin se dessiner le club dont la description collait parfaitement avec ce qu’on lui en avait fait. S’en dégageant une aura à faire pâlir les petites filles. Calomnie et fourberie. Aria avait toujours eu un faible pour les reportages, c’est qu’elle avait le goût du risque, la petite. Mais n’était point suicidaire.
Elle s’y approcha avec retenue, d’un pas incertain. Après tout, c’était légitime. Sa tenue lui sembla soudainement inappropriée, trop habillée et surtout trop colorée pour l’endroit. Elle ressemblait à une sucrerie dont ils ne feraient qu’une bouchée, ces gros gaillards. Certainement grossiers voire mal élevés.

Elle était persuadée qu’ils ne la laisseraient pas entrer, si elle décidait de s’introduire par la voie principale. Voyez-vous, elle n’entrait pas dans « le moule », presque sectaire. Elle contourna le bâtiment à tâtons, à la recherche d’une faille par laquelle elle pourrait s’introduire. Sortant de son sac une veste en cuir, elle passera toujours mieux avec. Le club disposait de ce qu’elle supposa être un coin fumeur donnant sur extérieur. Deux jambes par-dessus la barrière et la voilà à l’intérieur. Son plan était simple ; prendre quelques photos, une ou deux vidéos, et le tour était joué. Jusque-là, c’était la routine, rien de bien compliqué pour cette journaliste expérimentée.

Discrétion était le maître mot, bien que ne se fondant pas dans la masse malgré les efforts. Misérable. Les complications s’annoncèrent d’emblée, lorsqu’un garde du corps à la dégaine de Magic Mike l’aborda. Elle aurait bien détourné son invitation à « boire un verre » mais sa couverture n’en aurait été que plus écaillée. Il l’entraîna dans la pièce voisine, lui tenant fermement le bras comme s’il craignait qu’elle ne lui échappe. C’était dans ce genre de moments que Damaliah aurait souhaité être bibliothécaire. Où ébéniste. Soit, quelque chose de bien moins risqué.  

Ses yeux se posèrent sur un homme à l’allure distinguée, tranchant avec le contexte. Plutôt bel homme, il fallait avouer. Ses lèvres se rejoignirent en un rictus qu’elle ne connaissait que trop bien. Dangereux et fallacieux.
Comment êtes-vous entrée ? Ce n'est pas comme si les invitations pullulaient. Avait-il prononcé en lui tendant un verre qu’elle tarda à prendre. Un "bonsoir" aurait été la moindre des politesses, et la méfiance devait probablement se lire dans ses pupilles. Les yeux ne trahissaient pas, et les siens cachaient quelque chose. Feindre l’imbécillité lui sembla être un échappatoire.
Je devais rejoindre un ami, mais il semble que je me sois trompée d’adresse.
Il se présenta comme étant le « Maître de cérémonie ». Damabiah ignorait même qu’on l’emploie encore. Elle ne jugea pas nécessaire de lui rendre la pareille et de lui donner satisfaction. La jeune femme lui rendit simplement sa poignée de main, espérant écourter la conversation.
Enchantée. Encore navrée pour le désagrément, je m’en vais de ce pas. trancha-t-elle avant de commencer à tourner les talons. Priant intérieurement pour qu’on la laisse simplement partir sans accroc.

Code by Sleepy

_________________
you just need
to believe
in Humanity

(c) beylin


Dernière édition par Aria O. Greenway le Ven 17 Aoû - 16:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
En ligne
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t6081-perfidie-melgalath http://www.gameofshadows.org/t6185-b-alastair-delpire-demons#159196
homecoming : 13/08/2018
Messages : 855
pretty face : brendon urie.
julius caesar : faust (ava) dandelion (gifs/sign)
legends never die : Commandant des Cultes, roi des pécheurs, d'une religion bafouée et mensongère, chevalier des croyances perverties et sectaires, maître des satanistes, adulant les offrandes dégueulasses, détournant les fois pour mieux les rendre perfides. Double jeu délectable.
the mighty bush : Persuasion, sifflant les horreurs pour mieux plier aux volontés. Utile pour glaner, récolter, insuffler de quelconques croyances et idées perfides. Indispensable pour entretenir un culte quelconque, être adulé, rendre captif les quidams égarés, les tenir en haleine par des persuasions de bien être.
Souffle de connaissances, voix infime qui s'infiltre, murmure quelques vérités et souvenirs, transmission d'éléments intentionnellement succincts, souvent incomplets, font travailler les esprits.
weapon : Connaissance accrue des cultes et autres magouilles, les phalanges habiles pour tracer les sceaux de Salomon et Enochien, ainsi qu'un cercle d'Hermès hostile. Relique biblique, bâton de Moïse changeant l'eau en ondine purpurine, première plaie d'Egypte assoifant par son cruor.
Allegeance : Loyauté apposée envers Dis et ses entrailles dégueulasses, ne croyant désormais plus en un Lucifer déchu au profit d'une Reine perfide. Culte demeurant à sa place, se complaisant dans un rôle qui lui sied sans en exiger d'avantage, veille sur ses ouailles tout en méprisant les suppôts de sphères étrangères.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Démons

Sujet: Re: trainer le sublime dans la poussière | ft. Aria Jeu 16 Aoû - 21:39 ()
trainer le sublime dans la poussière
Aria O. Greenway & B. alastair delpire

Le monde aime à noircir ce qui rayonne et à traîner le sublime dans la poussière
Elle est belle l'égarée, prise sur le vif. De ces galbes qu'on voulut retenir au creux des reins pour l'ombre d'une nuit. Crin incandescent. D'avantage lorsque la naïveté semble vouloir s'extirper de ses babines de façon vicieuse pour mieux tromper. Fausse innocence. Dissimulant ses secrets pour prendre le rôle d'une môme vagabonde et égarée, ignorant définitivement où elle mettait les pieds.

« Trompée d’adresse ? » Scepticisme. Il transpire par tous les pores, alors qu'elle se serait inévitablement faite rejetée à l'entrée, à l'image de trop nombreux badauds désireux de s'infiltrer pour des raisons abstraites et quelconques. Mot de passe à persiffler au démon gardien des lieux qu'elle ne semblait pas connaître, petite fouineuse ayant trouvé un quelconque stratagème pour duper et s'infiltrer. « Un aussi gros mensonge ne vous sied pas au teint. » Il en jubilerait presque le culte, lisant son envie de s'envoler et s'extraire dans ses mirettes. Curieuse captive. « Personne n'entre ici sans y avoir été invité, encore moins en s'y perdant par mégarde. » Irritable de songer aux sbires n'ayant pas accomplis leur tâche correctement, à laisser une intrusion s’opérer juste sous leur nez. Remontrances à venir.

Maigre gorgée, enregistrant la façon dont elle tourne les talons, à la manière d'un oisillon cloué au sol et cerné par les fauves affamés, persuadé qu'elle sentait dans quoi elle venait de mettre les panards. Belle égarée. Œillade en direction de celui qui l'eut ramenée quelques instants plus tôt, resté dans un coin de la pièce, démon se mouvant pour mieux se prostrer devant la porte en un ordre muet, barrage infranchissable, condamnant l'unique sortie. « Je n'en ai pas fini. » Il prend place l'infâme, trouvant un fauteuil en guise de trône, levant son verre pour lui faire comprendre qu'elle ne filerait pas tant que la conversation ne serait pas terminée. Caprice. Précaution. La méfiance grandissant envers la jeune femme à la chevelure de flamme. Il attend Melgalath, qu'elle prenne place et retrouve un cristal abandonné trop tôt et dans une hâte qui fut presque considérée comme un affront.

« Que cherchez-vous en ces lieux ? Et certainement le plus important, qui êtes vous exactement ? » Trop d'options possibles, allant de la simple donzelle en quête d'adrénaline, en passant par un journaliste quelconque, pour enfin finir par une intrusion surnaturelle dans le but de nuire. La paranoïa s'immisce, doucement. Alors le perfide s'immisce, capturant ses iris pour mieux les soutenir. « Répondez-moi. » Il s'infiltre l'ordre, le murmure généré par un don de persuasion pernicieux, lui imposant une volonté étrangère pour mieux délier ses lippes plus aisément. Tricherie. Qu'importe, si cela pouvait générer l'assurance qu'elle ne fut en réalité pas hostile, la condamnant à ouvrir les labres avec sincérité.


@Aria O. Greenway

_________________


bitch plz:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t6077-gravity-aria#156239
homecoming : 12/08/2018
Messages : 84
pretty face : Schizophrenic
julius caesar : (c) dent-de-lapin
legends never die : Ange supérieur de la Volonté - Sphère du Destin
the mighty bush : Les rêves prémonitoires : Damabiah peut connaître le destin des êtres qu’elle croise ou frôle en un instant. Ils apparaissent comme des flashs, et sont déterminés en fonction des choix qu’ils ont pu effectuer par le passé, et s’ils continuent dans cette même direction.
La manipulation gravitationnelle : Damabiah est capable de faire flotter/manipuler un objet ou même une personne par la simple force de la pensée.
weapon : Damabiah possède un arc.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Anges

Sujet: Re: trainer le sublime dans la poussière | ft. Aria Ven 17 Aoû - 10:49 ()

"Alastair & Aria"


Trainer le sublime dans la poussière



Il était devenu beau, le monde. A croire qu’on pouvait tout décider, qu’on pouvait tout contrôler. Elle se battait pour l’innocence et se retrouvait dans la violence. Le respect était mort et plus personne ne voulait faire d’effort. Elle le savait, elle le sentait, qu’il n’était pas qu’un simple humain. Il n’était qu’un pantin, qui se battait pour une cause qui le dépassait surement. Il se tenait devant elle, l’air autoritaire voire presque sermonnaire. A lui cracher son venin en pensant qu’il l’atteindrait. Depuis quand pouvait-on l’écraser, la rabaisser.
Bien qu’elle paraisse faible la petite, au milieu de tous ces gaillards. Ils n’étaient que des tocards désirant prétendre à un semblant d’intelligence. Elle avait appris, avec le temps, à ne plus avoir peur des oppresseurs.

Trompée d’adresse ? Un aussi gros mensonge ne vous sied pas au teint. Qu’il aille au diable, avec ses phrases acerbes qui en donneraient presque la gerbe. La jeune femme pouvait sentir son rythme cardiaque s’accélérer en réponse à son énervement, tel un poison la dévorant, se répandant dans les veines. Elle se battait encore à l’encontre de ses réactions physiques et épidermiques, typiquement propres à son enveloppe charnelle. Pauvre humaine que de ressentir cela. Elle le toisait d’un air de dégoût qu’elle ne maîtrisait plus ; si bien que lui parvint la réflexion qu’elle ne valait guère mieux que lui. Aberration. A entrer dans son jeu afin qu’il puisse jouer aux marionnettes. La satisfaction dans les mirettes.

Personne n'entre ici sans y avoir été invité, encore moins en s'y perdant par mégarde lui avait-il répondu, désireux de la piéger afin qu’elle se perde dans des absurdités.
« Aucune sécurité n’est infaillible, Monsieur Delpire, si j’étais à votre place je la vérifierais. » rétorqua-t-elle, d’un air cynique destiné à le provoquer de manière identique.
Ses petits hommes de main étaient ridicules, à lui obéir au doigt et à l’œil. Crapules prostrées devant la porte. Gestuelle obstructive afin de la retenir captive.

Je n'en ai pas fini. Que cherchez-vous en ces lieux ? Et certainement le plus important, qui êtes vous exactement ? Demanda-t-il avec persistance, s’asseyant dans son fauteuil tel un seigneur. Beau parleur. Il ne faisait que brasser de l’air avec ses commentaires. Son insistance, mêlée à son arrogance finirait par un jour, l’entraîner à sa perte. Soit, si tel était son souhait, elle s’adapterait.
Concluant qu’il ne la laisserait pas partir sans obtenir ce qu’il cherchait, elle se saisit du verre auparavant abandonné, prenant place sur le sofa. Le dévisageant toujours, à la recherche d’une faille qu’elle pourrait exploiter pour mieux le balader. Son regard était insoutenable et relevait de l’affront. Damabiah savait qu’elle devait le tromper pour s’échapper, mais les mots qui s’arrachèrent de sa gorge n’étaient pas ceux qu’elle désirait dire. Ils lui écorchèrent les lèvres alors qu’elle essayait de les retenir, mais ils se firent fugaces et imprévisibles. Ignorant en premier lieu la raison, elle lui apparut soudainement comme une évidence.  

« Mon nom est Aria Greenway, je suis journaliste » Avait-elle articulé, non sans mal. La vérité lui brûlait l’œsophage. « Puis-je partir désormais ?  ».

Elle savait que la stratégie qu’elle devait employer désormais n’était plus le mensonge, mais simplement celle de camoufler certaines vérités. Elle en tirerait les morales qui s’imposent, dès lors qu’il la laisserait filer. Elle l'observait telle une enfant, attendant qu'on lui accorde la permission de s’éclipser.

Code by Sleepy

_________________
you just need
to believe
in Humanity

(c) beylin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
En ligne
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t6081-perfidie-melgalath http://www.gameofshadows.org/t6185-b-alastair-delpire-demons#159196
homecoming : 13/08/2018
Messages : 855
pretty face : brendon urie.
julius caesar : faust (ava) dandelion (gifs/sign)
legends never die : Commandant des Cultes, roi des pécheurs, d'une religion bafouée et mensongère, chevalier des croyances perverties et sectaires, maître des satanistes, adulant les offrandes dégueulasses, détournant les fois pour mieux les rendre perfides. Double jeu délectable.
the mighty bush : Persuasion, sifflant les horreurs pour mieux plier aux volontés. Utile pour glaner, récolter, insuffler de quelconques croyances et idées perfides. Indispensable pour entretenir un culte quelconque, être adulé, rendre captif les quidams égarés, les tenir en haleine par des persuasions de bien être.
Souffle de connaissances, voix infime qui s'infiltre, murmure quelques vérités et souvenirs, transmission d'éléments intentionnellement succincts, souvent incomplets, font travailler les esprits.
weapon : Connaissance accrue des cultes et autres magouilles, les phalanges habiles pour tracer les sceaux de Salomon et Enochien, ainsi qu'un cercle d'Hermès hostile. Relique biblique, bâton de Moïse changeant l'eau en ondine purpurine, première plaie d'Egypte assoifant par son cruor.
Allegeance : Loyauté apposée envers Dis et ses entrailles dégueulasses, ne croyant désormais plus en un Lucifer déchu au profit d'une Reine perfide. Culte demeurant à sa place, se complaisant dans un rôle qui lui sied sans en exiger d'avantage, veille sur ses ouailles tout en méprisant les suppôts de sphères étrangères.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Démons

Sujet: Re: trainer le sublime dans la poussière | ft. Aria Lun 20 Aoû - 23:01 ()
trainer le sublime dans la poussière
Aria O. Greenway & B. alastair delpire

Le monde aime à noircir ce qui rayonne et à traîner le sublime dans la poussière
Le ton monte, tranchant, aussi affuté qu'une lame de rasoir, enregistrant la façon dont l'autre ne prend plus la peine de dissimuler son mépris prédominant, le minois tenant tête, évinçant ses fausses innocences précédentes une bonne fois pour toute. Forte tête. Il en sourirait le Culte, demeurant plongé dans un sérieux marqué par le jeu d'acteur, les épaules carrées enfoncées dans le dossier de son siège de velours, jubilant intérieurement du petit ton parasitaire tout à fait délicieux de la belle.

Elle eut au moins le mérite de pointer le problème, songeant déjà aux façons perfides de remettre un peu d'ordre dans l'organisation des tours de gardes, faisant comprendre à quelques quidams que la chose ne se répèterait pas deux fois, marquant leurs chairs s'il le fallut. Il en crispe la mâchoire Melgalath, lui donnant raison. Amateurisme flagrant de la part de quelques sbires à l'esprit visiblement égaré dans les festivités.  

Serpent. Mirettes aux aguets, ne lâchant guère l'autre tout au long de ses gestes. Orgueilleux égaré sur son trône, le verre porté aux lippes pour mieux exiger les quelques syllabes qui peinèrent à venir, savourant les quelques arômes d'alcool en guise d'amuse-gueule, l'esprit attentif plongé dans un suspens qui en devint insoutenable, imaginant le pire. Elle vient la locution régie par la contrainte, enregistrant son sobriquet avant d'esquisser un rictus à son titre. « Une fouineuse donc. » Charogne de journaliste.

Ça ne luit plut guère au Culte, d'avoir la langue déliée d'une commère parée à distribuer quelques murmures et secrets à tout va, répandant l'hideur présente telle une gangrène hostile. Mauvaise publicité. Voyant déjà d'ici les quelques méfiances grandissantes chez les égarés potentiels. Il y eut une frustration sur le faciès de son hôte à Melgalath, les sourcils prostrés marquant une maigre ridule sur son front, peinant à savoir exactement ce qu'il fallut en faire, doutant fortement qu'elle appartienne à la sphère des médias à la résonance démoniaque. « J'espère, dans notre intérêt commun, que la pêche n'a pas été trop fructueuse. »

Le cristal se pose, laisse une infime note s'élever dans l'air, tel un glas sinistre. Il se lève l'infâme, s'approche de l'autre à la crinière de flammes dansantes, lui rappelant les tréfonds d'un enfer manqué. Quelques phalanges fermes saisissent son menton, le redressent pour mieux plonger dans l'abysse de ses pupilles, geste ô combien culotté, se délectant déjà d'avance de sa répulsion. « Je veux savoir ce que vous avez trouvé ici, particulièrement s'il y a des anomalies. » Sifflement sec, réitérant la chose pour mieux la forcer à répondre en une volonté factice, ordre, usant une nouvelle fois de persuasion pernicieuse, dans un besoin de savoir si elle fut véritablement danger potentiel pour le bien des petites affaires dissimulées dans l'ombre, préférant être certain de sa bonne fois et d'esquiver les quelques mensonges qu'elle semblait manier à merveille. Et il songeait déjà Melgalath, à la façon de la faire disparaître, si elle en sut trop, la carcasse sacrifiée en un quelconque rituel qu'ils inventeraient pour mieux divertir. Autant qu'elle soit utile.


@Aria O. Greenway

_________________


bitch plz:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t6077-gravity-aria#156239
homecoming : 12/08/2018
Messages : 84
pretty face : Schizophrenic
julius caesar : (c) dent-de-lapin
legends never die : Ange supérieur de la Volonté - Sphère du Destin
the mighty bush : Les rêves prémonitoires : Damabiah peut connaître le destin des êtres qu’elle croise ou frôle en un instant. Ils apparaissent comme des flashs, et sont déterminés en fonction des choix qu’ils ont pu effectuer par le passé, et s’ils continuent dans cette même direction.
La manipulation gravitationnelle : Damabiah est capable de faire flotter/manipuler un objet ou même une personne par la simple force de la pensée.
weapon : Damabiah possède un arc.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Anges

Sujet: Re: trainer le sublime dans la poussière | ft. Aria Jeu 23 Aoû - 14:55 ()

"Alastair & Aria"


Trainer le sublime dans la poussière



Il avait une certaine audace, elle devait bien lui accorder. Tout du moins, il avait la faculté de lui imposer la vérité. S’en servant sans doute pour asseoir une certaine autorité. Après tout sans cela que lui restait-il ? Sûrement son joli profil, mais certainement plus ses vigils.
Damabiah avait remarqué nombre de similitudes chez ces êtres fallacieux et celles-ci s’étaient avérées véridiques durant les nombreuses années de son existence. Notamment leur besoin d’être bien entourés et toujours sur-jouer.  Comme si leur stature était déterminée par le nombre d’employés. Un bras de fer insistant entre tous les suppôts de Satan.  

Ce Maître de Cérémonie ne faisait pas exception à la théorie. Avec ses agissements et ses faux-semblants.
J'espère, dans notre intérêt commun, que la pêche n'a pas été trop fructueuse. Avait-il prononcé d’un air caustique et absolument méprisable. Soutenant son regard comme s’il y cherchait la réponse qui se faisait attendre. Elle opta pour ne pas lui donner satisfaction, retenant l’explication.

L’infâme s’était levé, l’air afféré, pour lui soutirer les données. Soulevant son menton d’un geste brusque, l’entourant comme on le ferait avec un adolescent. Il ne fit qu’un tour, son sang, bouillonnant dans ses veines à en rompre une artère. S’arrachant à son étreinte, elle dû se faire violence sévèrement afin que sa main ne vienne pas s’écraser sur son faciès irritant.

« Pour qui vous prenez-vous, à oser poser vos mains sur moi ? Je ne suis pas l’une de vos pitoyable subordonnée. Vous n’avez plus intérêt à le refaire, si vous souhaitez continuer à rester discret.» Avait-elle ajouté en hurlant presque de fureur. Elle pouvait sentir son cœur, bondissant dans la poitrine avec acharnement, cognant contre sa cage thoracique avec entêtement. Respiration frénétique qu’elle tentait vainement de maîtriser promptement.
Je veux savoir ce que vous avez trouvé ici, particulièrement s'il y a des anomalies. La domination qu’il tentait d’avoir sur elle ne sembla plus œuvrer, ni le cynisme. La fureur atteignant son paroxysme, il provoquait l’aveuglement et l’annihilation de la persuasion.

« Rien ne m’oblige à vous répondre, je n’ai pas d’ordres à recevoir et certainement pas de vous. » Le brasier sembla s’apaiser, dès lors que les mots franchissaient le palais. « Je vous propose un marché, le silence contre la liberté. Nous serions tous deux gagnants. » Consciente que ses dires ne faisaient pas preuve de professionnalisme, elle n’allait pas se mettre en péril pour du journalisme.

Elle l'observait, capturait ses mirettes parallèlement à la mémorisation. Toutes les issues et options qu’elle pourrait mettre en action. Damabiah avait elle aussi des capacités, bien qu’elle ne souhaitait pas les utiliser. Ce n’était pas ces corniauds qui allaient la retenir dans un étau.

@B. Alastair Delpire

Code by Sleepy

_________________
you just need
to believe
in Humanity

(c) beylin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: trainer le sublime dans la poussière | ft. Aria ()
Revenir en haut Aller en bas
 
trainer le sublime dans la poussière | ft. Aria
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Arrête de traîner dans mes pattes ! ... Partie de jeu ? » [PV : Petit Laurier.]
» Souffler sur la poussière [PV]
» Sur cette terre, comme l'ombre nous passons. Sortis de la poussière, nous y retournerons. PV Louvly
» Souviens-toi que tu es né poussière et que tu redeviendras poussière (Rhaego Ba'al)
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
like lightning
if you ride
ϟ you're gonna crash like thunder ϟ

a game of shadows :: Paris :: Nord-ouest :: Huitième arrondissement