boom bitch
Le forum est de retour pour vous jouer de mauvais tours.
Pour tout savoir des nouveautés, c'est ici !
let the sky fall
Un accident d'avion, un trésor piégé et un équilibre mis à mal par l'arrivée de nouvelles forces dans le jeu d'ombres...
Voilà ce qui vous attend dans la nouvelle intrigue.
like I own it
Parfois, on a juste envie d'inaugurer un bâtiment tranquille. Malheureusement, on a souvent des invités surprise....
Participez au premier event de cette nouvelle saison ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 (Infini) ◊ « So angels please, please stay here, take the pain, take the fear. »
if you ride like lightning, you're gonna crash like thunder
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5663-cora-it-kills-me-sometimes-ho http://www.gameofshadows.org/t5709-cora-de-fontanges-templiers
homecoming : 18/05/2018
Messages : 241
pretty face : Danielle Campbell.
julius caesar : (c) avatar by greenhouselab & mckenzistuff, signature by bat'phanie.
the mighty bush : - Renaissance, incapacité crasse à rendre un dernier souffle définitif, car dés lors que le coeur s'arrête, le don s'active et la vie repart, envers et contre tout. Et à petits feux brûle la santé mentale.
+ Projection d'âme [en sommeil] qui l'extirpe de son enveloppe charnelle lors de la mort, la condamnant à errer entre deux plans mais stabilise, en contre partie, son esprit lorsqu'elle revient à la vie.
+ Sursaut des immortels ramène le souffle de vie immédiatement, l'adrénaline et l'urgence dans les veines. Le coeur se fracture, la douleur fait du corps son empire, l'esprit à la dérive et l'humanité en déroute.
weapon : Dague du Paradis (affectueusement nommée Kısmet) équipée de la technologie Boomerang des Templiers héritée de son père, apte à tuer les anges et les bannis tout comme les démons lieutenants et les inférieurs.
Allegeance : Loyauté assumée envers les Templier, elle coopère cependant aisément avec les anges et ne refuse pas totalement la communication aux démons.
these streets : Cora sait tout ce qu'un Templier digne de ce nom doit savoir sur les évènements qui secouent Paris.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: (Infini) ◊ « So angels please, please stay here, take the pain, take the fear. » Sam 15 Sep - 2:48 ()

So angels please, please stay here,
take the pain, take the fear.
« Why do people have to be this lonely ? What's the point of it all ? Millions of people in this world, all of them yearning, looking to others to satisfy them, yet isolating themselves. Why ? Was the earth put here just to nourish human loneliness ? » - Haruki Murakami.
La froideur de la lame lui manque. Le contact rassurant et glacé du métal glissant sur sa peau provoque un vide. C’est comme les abysses, là, au creux de sa poitrine. Les abysses qui ont suivi les griffes délicates de l’Angoisse trop près de son âme, qui ont ramené brutalement à la vie tous les sens en souffrance, toutes les mémoires et les absences. Elle doit récupérer Kismet, elle en a besoin, c’est comme si on venait de craquer une allumette dans son esprit pour faire remonter de soudaines vérités. Depuis quand n’a-t-elle pas revu Absolem ? Combien de temps est-elle restée si inerte, si écartée du monde ? Combien de temps depuis la Plage ? Combien de temps depuis la Mort ? Combien de minutes, d’heures ou de jours enfermée ? Combien de Cauchemars, combien d’envies, combien d’horreurs ? Elle s’observe dans le miroir, encore une fois, et dans ses yeux verts elle a l’impression de reconnaître le noir que Sohan a fait naître, dans le reflet de la surface vitrée, elle semble encore trop proche, bien trop proche d’abandonner. C’est ce qui la décide à retrouver ce qu’elle est, ce qu’elle doit être de mieux, parce qu’il n’aurait probablement même pas de pitié pour elle, le Destin. La pitié, c’est faible, n’est-ce pas ? Elle retourne chercher la dague, l’arme fidèle, cette amie de toujours, cette compagne inflexible. Elle a besoin de devenir inflexible, impitoyable peut-être. Besoin de devenir autre chose. Et s’il ne la lui rendait pas ? Elle ne se souvient presque pas des post-it sur les plats qu’elle a apporté quand il n’était pas là, tout est trop flou, trop loin - même la douceur dans les lettres rondes sur les papiers colorés, même toute son affection pour l’Archange. Si elle l’a déçu, qu’importe, elle ne peut pas se défaire de Kismet. Elle atteint toujours les bonnes cibles, celles que le coeur vise, que l’inconscient fustige.

Je suis désolée. disait le morceau d’un rose criard. Pour ta fille, si elle a envie de nouveauté, sur le morceau jaune. Merci pour tout, sur le blanc coupable. Et il n’y’en avait plus eu, des mots, collés de-ci, de-là. Plus de petits paquets déposés, soigneusement emballés, plus de traces de vie de la part de la petite Cora, si fragile, trop fragile n’est-ce pas ? Gardez-la pour moi. Jusqu’à ce que je la mérite. aurait pu être inscrit sur l’arme, quand plus rien d’autre n’était resté mais elle n’avait pas besoin de l’écrire, pas besoin de le dire, parce qu’Absolem la connaissait comme s’il l’avait faite de sa propre volonté. Et elle, elle n’avait pas supporté le poids du malheur après la caresse rassurante d’une place qu’elle n’aurait jamais - celle, tout près, dans l’ombre, au-delà d’un trépas définitif.

A mi chemin de sa destination pourtant, elle s’arrête. Ca brûle un peu, dans sa gorge, d’un trop plein d’amertume. Elle se sent seule, atrocement seule, et qu’importe que Mort soit délicate, qu’importe que Mort ait un sourire rare autant que délicieux, qu’importe que la Littérature porte tranquillité, que Cauchemar expie les fautes, elle se sent à nouveau délaissée dans un plan du monde qui n’accueille jamais personne d’autre. Elle relève le nez, ça lui donne un petit air de fierté, elle ravale sa peine, ça lui donne une petite moue de mépris et elle pousse les portes de la Chapelle. Ses cheveux relevés en un chignon sophistiqué laissent voir les ailes gravées sur la peau, marquées à l’encre, en souvenir douloureux, en croyance greffée à l’âme et la tenue noire semble porter le deuil, même si le son des escarpins siffle sa détermination à se contrôler. Elle doit aller le voir.

Cora a la sensation terrible de n’être presque plus rien, parce que Zak ne reviendra jamais, elle l’a su dés qu’elle n’a plus entendu le son de sa voix, quand il n’est pas venu veiller sur sa petite soeur, si infernale et râleuse petite soeur. Elle l’aimait, Zakariah et elle n’avait pas besoin de lui dire. Pourquoi ? Est que c’est avec lui que sa Foi est morte ? Est-ce que c’est avec lui qu’est née l’envie de mettre le feu à ses devoirs de Templier ? Est-ce qu’ils sont tombés pour rien, à cette maudite plage ? Pourquoi l’univers tournait comme cela ? La flamme épouse la cire, la ronge doucement, commence le meurtre délicat du cierge qu’elle allume. Dieu est-il sourd ? Quelqu’un a-t-il les réponses ? Y’a-t-il une seule sagesse dans cet enfer ? Doit-elle abandonner ? Elle observe les vitraux, la lumière qui danse en nuances dans la pénombre relative des lieux. Devra-t-elle mourir mille fois pour des réponses ? Le Ciel aura-t-il enfin pitié de l’Humanité ? Elle s’assied, finalement, sur le bord d’un banc, le regard dans le vague. Ca va aller, tu vaux mieux que tes doutes. tente-t-elle de se convaincre. Elle voudrait valoir tellement mieux que cette humanité crasse qu’elle commence à abhorrer. Elle voudrait se défaire de cette prison mortelle, de cette enveloppe frêle qui l’entrave, elle, l’increvable qui ne peut rien faire, qui ne parvient pas à sortir du cycle infernal de la douleur, de la tristesse, de la folie qui la désire un peu trop fort. Elle ne sait plus comment faire pour supporter cet état, pour accepter de n’être rien, pas même un pion valable pour le Temple, pas même une chair sacrifiée à la cause des Anges.

« Bonsoir. » souffle-t-elle doucement, à la jeune apparition. La soleil se couche déjà, dehors, et elle sait qu’elle n’a pas eu le courage d’aller trouver Destin, de lui demander pardon, de traverser le QG à sa recherche. Elle sait aussi que malgré la jeunesse des traits, la femme en face n’est pas ce qu’elle paraît. « Je suis navrée, je .. ne me souviens pas de votre identité. » La mort ne discrimine pas mais la mort prend beaucoup, elle arrache, froide, des morceaux du passé à défaut d’obtenir la fin programmée. La mort, surtout, n’y est pour rien, n’y peut rien. « Ce n’est pas contre vous, simplement : plus rien n’a de sens. » Elle soupire, redresse un peu le dos, c’est facile, trop facile de feindre, d’avoir l’air d’une jeune femme assurée, il suffit d’y mettre une dose de volonté ; les yeux, eux, ne mentent pas. L’esprit, lui, ne combat pas. Le livre intérieur est morcelé, chaotique, il manque des scènes, parfois, il manque des souvenirs mais ceux qui restent sont d’une intensité rares : la venue d’Azraël brille doucement dans un coin de la tête, comme le commencement d’un espoir. Il y’a Iahhel, qui conseille, mais par moments les mots s’effacent du fil, de la trame. Il y’a Sohan qui fait si mal, l’infinie douleur de la terreur qu’il inflige et qu’elle demande, dans une ombre que rien ne semble égaler en son coeur sinon les pertes innommables des templiers de sa famille, de son jumeau victime des lois du karma, la peur de finir comme ça, les prunelles noires d’encre et l’enfer comme destination. Et au milieu des petites lumières, il y’a l’ambivalente présence de Destin, l’impact de ses doigts sur sa peau comme une libération délicate, le goût de l’alcool et les rires, rien de plus important que les rires et les sourires, que les pages tournées dans les archives, que cette nuit à l’Opéra. Et ensuite, le vide. L’impression de mourir une énième fois, mais pas dans le sang ou la douleur, seulement dans le silence. C’est le bordel, à l’intérieur, et elle n’est qu’une pauvre humaine qui ne peut rien contre la roue écrasante d’un avenir qui n’existe plus. Au pied du mur, Cora n’a plus les réponses. Elle ne peut absoudre la faute, obtenir le pardon, lutter contre elle-même, avancer malgré tout, sans savoir pourquoi.

Elle déteste l’impuissance.
Elle ne la supporte plus.
Elle ne pourra pas tolérer éternellement de se battre contre les obstacles invisibles, contre l’impossible renaissance. Si son âme reste là, ne peut-elle pas au moins lui donner les moyens de ne pas se broyer comme on casse un jouet d’enfant ?

code by bat'phanie

_________________
Inner demons don't play by the rules
pain is what you desire † the pen is mightier than the sword, then how did we get here, my God, sail among liars, blame the deniers. if history is dead and gone then how did we get here, my God.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 20/11/2017
Messages : 432
pretty face : Odeya Rush
julius caesar : (c)ALA LE PLUS CHOU
legends never die : Ancienne premier séraphin de Dieu, voix de la Sagesse, elle est devenue Archange de l'infini suite à la chute d'Azazel.
the mighty bush : Vampire télépathique : Nom étrange, pour un pouvoir qui ne l’est pas moins. Capacité de pénétrer l’esprit, le corps d’un autre être, d’y emménager sa volonté, écrasant celle de l’autre. Accès aux souvenirs, pensées les plus secrètes, ressenti des émotions les plus profondes et totales. Elle peut par la même occasion modifier ce qu’elle perçoit, intégrer de nouvelles idées. Un contact physique facilite son utilisation, mais un simple contact visuel peut suffire sur les âmes les plus faibles. Se limitant à une seule personne à la fois, l’archange abuse de ce pouvoir. Quitte à ne plus discerner son passé de ceux qu’elle manipule…
Souffle de connaissance : capacité d’offrir des connaisses à une autre personne sur n’importe quel sujet. Celles-ci sont éternelles, et suivront donc la personne jusqu’à sa mort. Elle peut offrir aussi bien de vraies comme de fausses connaissances, voire modifier ce qui a déjà été appris.
Magnétisme :Capacité de manipuler les flux magnétiques, et notamment de faire bouger/voler les objets/liquides métalliques et aimantés (en utilisant son corps comme un aimant, répulsif ou attractif). Peut utiliser le champ magnétique de la Terre pour une seule attaque dévastatrice, au prix d’un coma ou d’une inutilisation de tout pouvoir les jours suivants.
weapon : [u]Pendule de Famine[/u] : Trouvé durant la soirée Halloween 2045 par Adèle Duval, le pendule semble appartenir au Cavalier Famine, qui avait à cœur de le récupérer. Toutefois, en tentant de s'en emparer le démon s'est brûlé la main. Le Pendule a été récupéré par Camille. Si son pouvoir est encore inconnu, il semble que le Pendule protège quiconque le porte contre les pouvoirs du cavalier de l'apocalypse. // Arc d'Auriel : Arc de lumière confectionné par Michael, il est désormais matérialisé sur le plan réel par la volonté de Vehuhiah, et n’est cédable que sur un ordre explicite de sa part. Cette arme à longue portée blesse ceux touchés par les flèches mais la souffrance dépend de chacun. Plus une personne est du côté obscur, plus la douleur sera grande. Inversement, plus l’être est bon, moins l’arme aura d'impact (peut n'en avoir aucun). L'arc gagne en puissance en présence d'autres anges, mais principalement aux côtés de Michael. Il puise directement dans la force vitale et la puissance de Vehuhiah.
Allegeance : Camille, sa loyauté va aux anges, envers et contre tout. Elle est une création de son Père, faite pour le servir. Jusqu’ici, jamais elle n’a renié sa nature et son allégeance, même après un retour sur Terre pas forcément voulu de sa part...
these streets : Oh, elle sait ce qui se dit, les connaissances angéliques et templières n’ont plus de secrets pour elle. Pour le reste… Pourquoi ils sont revenus, qui a brisé le pacte, tout est encore flou. En revanche, concernant le retour des Dieux… Il faut croire que son pouvoir lui permet d’avoir des doutes de plus en plus tangibles...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Anges

Sujet: Re: (Infini) ◊ « So angels please, please stay here, take the pain, take the fear. » Sam 6 Oct - 0:56 ()

So angels please, please stay here,
take the pain, take the fear.
« Why do people have to be this lonely ? What's the point of it all ? Millions of people in this world, all of them yearning, looking to others to satisfy them, yet isolating themselves. Why ? Was the earth put here just to nourish human loneliness ? » - Haruki Murakami.
Certains acceptaient l’horreur d’une vie, l’horreur d’un monde, en riant, en plaquant sur leurs lèvres un sourire sincère, au-delà des espérances de Père qui souhaitait voir en ce peuple qu’il avait créé un peuple heureux. D’autres s’enfonçaient, s’enlisaient dans un magma dégoûtant et dégueulasse, débordant de haine et de peur, pleurant à chaque événement terrible, à chaque fois qu’un stigmate s’ancrait sur cette terre, dans cette population déjà bien trop touchée. C’était à ceux-là que les anges tendaient la main en premier, vers ceux-là qu’ils se dirigeaient en premier lieu. Pourtant, il ne fallait jamais oublier les autres, ceux dont la façade résistait plus longtemps, avec plus de beauté. On sous-estimait souvent la bataille derrière les rires, derrières les prunelles amusées. Cependant, chaque humain, quel qu’il soit, devait faire face à son existence chamboulée, à ce qu’il ne comprenait pas dans le plus simple des cas, à ce qu’il comprenait, connaissait dans le pire des cas. Aujourd’hui, ceux sachant n’étaient guère mieux lotis que les ignorants, eux qui étaient bloqués dans un massacre les dépassant, sans contrôle sur la situation. Les pouvoirs se déchaînaient, bataille ancestrale mêlant anges et démons, dieux de tous horizons s’ajoutant à l’équation. Que pouvaient-ils faire contre cela ? Que pouvaient-ils faire pour ce monde s’écroulant ?

Les questions se bousculaient sous le crâne de l’archange, doutes ne venant pas d’elle-même pour une fois. La tête se releva, doucement, et le corps s’extirpa du lit dans lequel elle avait été clouée de force par sa date. Les paupières se fermèrent, l’esprit s’accrocha au fil d’Ariane lancé dans sa direction, à la prière silencieuse lui étant adressée. Evidemment, le nom n’était jamais nommé, si discrète que l’archange était. Cependant, voilà bien longtemps qu’elle n’en avait plus besoin, tant que l’être réclamait des réponses, elle captait, elle remontait. Les iris bleutées revinrent dans le monde réel, alors que les vêtements se changeaient en quelques secondes. Elle récupéra un jean et un chemisier des plus banals, pour remplacer le pyjama multicolore offert par la mère Leroy. Non pas que l’apparence avait un quelconque impact pour elle, mais l’Infini faisait déjà suffisamment peur aux humains et aux templiers pour ne pas non plus débarquer habiller étrangement. Même si c’était à tenter, et elle le nota dans un coin de son esprit pour son prochain échange avec Noah.

**

Un bruissement d’ailes, une téléportation, et le corps de l’archange se retrouva dans un lien qu’elle connaissait bien : la chapelle du Temple. Un lieu mythique, fort en histoire, où les templiers venaient pour retrouver la foi, quand celle-ci venait à manquer, quand les missions s’enchaînaient et que le sens de toutes ces actions disparaissait. Peu de templiers étaient réellement croyants, ou le restaient longtemps après leur entrée dans l’Ordre. Et Vehuhiah les comprenait. Ils se rendaient compte que Père n’était plus là, que les anges étaient prompts à chuter, à torturer, à tuer. Les idéaux se brisaient contre la réalité, comme des vagues sur les falaises. Pas assez puissants pour faire la différence, du moins, pas sur le court terme. Pour changer profondément une culture, une hiérarchie, il fallait compter sur l’érosion, mais qui aurait des millénaires, si ce n’est des millions d’années, à mettre dans une telle entreprise ? Personne, et encore moins un humain qui devait déjà se débattre avec ses émotions, ses pensées, ses doutes…

Elle l’apercevait la silhouette, assise sur un banc, droite, fière, rongée par les remords et les interrogations. Elle la détaillait, glissée entre deux ombres, refusant de prendre part à la scène qui se déroulait devant ses yeux. Vehuhiah, elle avait toujours été un séraphin, un archange mystérieux. Voix de la Sagesse, résumé succinct de son rôle, présumant aussi que ses pensées ne seront jamais en adéquation avec les siens. La Sagesse, cela nécessitait un certain libre-arbitre, de se détacher du bien et du mal, tout comme d’accepter les failles dont les êtres pouvaient faire preuve. La Sagesse, elle ne s’embarrassait pas de tact ou de rumeurs. Elle était brute, elle balançait quelques mots, sans jamais y réfléchir, sans jamais faire attention. Cependant, peut-être qu’aujourd’hui, elle arrondirait les angles l’Infini, pour tendre une main, plutôt que pour marcher à côté…

C’était le silence qui accompagnait ses pas, quand elle s’approcha, quand les doigts se posèrent avec tendresse sur l’épaule de l’enfant. Il n’y avait aucune violence, quand l’esprit glissa sur la volonté de l’autre, prenant la place de la conscience sans la moindre hésitation. Poupée de chiffon réclamant les sentiments, le passé de l’autre. Les souvenirs, c’était ancré dans l’esprit, tout comme dans le corps, source de stress infini, même quand ils s’effaçaient sous l’impact du pouvoir, mémoire morcelée au fil des années et des morts. Elle écoutait Vehuhiah, simple spectatrice d’un spectacle à la fois magnifique et écoeurant, prouvant à quel point les anges ne pouvaient tout savoir. Il y avait du bonheur, des images bercées par les rires et les sourires. Et il y avait la triste réalité, cachée dans les coulisses, derrière les lourds rideaux rouges. Mais l’archange savait, l’archange y avait accès. Et elle plongea, ignorant les battements de son propre cœur explosant. La peur se faufilait sous l’échine, en même temps que les questions. Elle n’avait pas loupé l’Infini, la relation avec Absolem, les regards avec Azrael, la recherche constante de la Mort, et à défaut, celle de la douleur. Et elle ne pouvait pas se résoudre à l’abandonner Vehuhiah. Alors, elle en ferait un cas personnel, comme peu il y en avait eu.

Le contact se stoppa, et le corps se glissa doucement à ses côtés, sur le banc. Tout n’avait duré que quelques secondes, car l’archange n’avait pas trouvé nécessaire de modifier le passé, les souvenirs. Parfois, elle le faisait, sans demander leur avis aux humains. Sauf que pour le coup, ça ne ferait qu’aggraver le problème. Mieux valait parler, dans ce cas…

« Bonjour Cora. » La voix juvénile contrastait avec la maturité du ton. Les pupilles cherchaient celles de la templière, pour la rassurer, pour l’ancrer dans le présent, envers et contre tout. L’âme en éclats se présentant face à elle se devait d’être recollée, d’être maintenue en vie. C’était écrit, mais à quel prix ? « Vous savez, même les autres anges ont tendance à oublier mon identité, il faut dire que la Sagesse et l’Infini semblent en décalage avec cette guerre. » Toi aussi, tu as ce sentiment d’impuissance qui s’accroche à tes entrailles. Elle souriait, doucement, accentuant le sentiment que beaucoup avaient, sans jamais percevoir au-delà de la façade montrée au monde. « Je suis Vehuhiah. » Identité déclinée, dans un calme absolu. Elle savait l’archange, que la sérénité pouvait impacter autant que la colère et les mouvements de foule. Plus la personne en face de vous restera dans le calme, plus vous réagirez de la même manière. « J’ai cru comprendre. » Pause. « J’ai perçu beaucoup de vos interrogations, et de vos doutes. » Première remarque, avant d’enchaîner. « Mais aussi votre sentiment d’impuissance. » Celui qui faisait tant écho à l’archange…

Doucement, la main vint se poser sur le poignet, le serra légèrement. « Désirez-vous… Pouvoir mourir ? » Une question étrange, peut-être trop directe. Cependant, Cora comprendrait, par rapport à son don, à sa malédiction diront certains. Ne pas pouvoir mourir, quitter cette vie quand elle devenait trop lourde. Revenir sans cesse, avec des morceaux de moins, et une psyché à l’abandon. Qui accepterait cette vie ? Qui choisirait cette existence ? « Que se passera-t-il, le jour où nous cesserons tous de lutter ? » Le mystère glissait sur le bout de la langue, chaque question faisant écho aux ressentis captés dans l’esprit et le cœur de la jeune femme.

« Je suis là pour répondre à toutes vos interrogations. » Pause. « Et trouver des solutions, si vous le désirez. » Porte ouverte, main tendue.

Y’avait juste à répondre, à ne pas se laisser bouffée par la fierté.

Juste une fois.

code by bat'phanie

_________________
Car nos coeurs

sont hantés
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5663-cora-it-kills-me-sometimes-ho http://www.gameofshadows.org/t5709-cora-de-fontanges-templiers
homecoming : 18/05/2018
Messages : 241
pretty face : Danielle Campbell.
julius caesar : (c) avatar by greenhouselab & mckenzistuff, signature by bat'phanie.
the mighty bush : - Renaissance, incapacité crasse à rendre un dernier souffle définitif, car dés lors que le coeur s'arrête, le don s'active et la vie repart, envers et contre tout. Et à petits feux brûle la santé mentale.
+ Projection d'âme [en sommeil] qui l'extirpe de son enveloppe charnelle lors de la mort, la condamnant à errer entre deux plans mais stabilise, en contre partie, son esprit lorsqu'elle revient à la vie.
+ Sursaut des immortels ramène le souffle de vie immédiatement, l'adrénaline et l'urgence dans les veines. Le coeur se fracture, la douleur fait du corps son empire, l'esprit à la dérive et l'humanité en déroute.
weapon : Dague du Paradis (affectueusement nommée Kısmet) équipée de la technologie Boomerang des Templiers héritée de son père, apte à tuer les anges et les bannis tout comme les démons lieutenants et les inférieurs.
Allegeance : Loyauté assumée envers les Templier, elle coopère cependant aisément avec les anges et ne refuse pas totalement la communication aux démons.
these streets : Cora sait tout ce qu'un Templier digne de ce nom doit savoir sur les évènements qui secouent Paris.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Re: (Infini) ◊ « So angels please, please stay here, take the pain, take the fear. » Dim 7 Oct - 3:00 ()

So angels please, please stay here,
take the pain, take the fear.
« Why do people have to be this lonely ? What's the point of it all ? Millions of people in this world, all of them yearning, looking to others to satisfy them, yet isolating themselves. Why ? Was the earth put here just to nourish human loneliness ? » - Haruki Murakami.
Le temps cesse de tourner dans la douceur d’un instant improbable, sous le regard si bleu de l’archange dont elle croise les prunelles. C’est comme un fil invisible qui vient les relier, un instant, trop court pour apaiser l’âme morcelée, trop long pour qu’elle ne perçoive pas la tension des corps emprisonnés dans l’échange. Ca ne l’effraye pas, de se voir ainsi scrutée, sans nul doute sondée comme jamais auparavant et rien en elle n’oppose la moindre résistance, offerte au jugement de celle dont elle ne remet pas l’identité. « Bonjour Cora. » Le contact a cessé, il n’y’a à nouveau plus que le froid et la solitude, plus que le malheur et le souvenir de la douleur. Elle baisse légèrement ses billes vertes vers le sol tandis que la si jeune femme se glisse sur le banc, à ses côtés. « Vous savez, même les autres anges ont tendance à oublier mon identité, il faut dire que la Sagesse et l’Infini semblent en décalage avec cette guerre. » Elle a un rire nerveux, un de ceux auxquels Azraël avait déjà eu affaire, indication criarde de son embarras, du malaise qui vient s’emparer d’elle quelques secondes. « J’ai dérangé l’Infini.. » Y’avait-il une super-puissance céleste qu’elle ne s’amuserait pas à priver de sa tranquillité ? Destin et Mort ne suffisaient-ils pas ? Quelle créature arrogante était-elle pour croire qu’ils se préoccuperaient plus de son sort que de celui des autres ? Ca n’était pas seulement pour son propre compte qu’elle priait mais ça ne l’empêchait pas d’en éprouver du remords, après toutes ces années confrontées au silence. « Je suis Vehuhiah. » Elle hoche la tête, note mentalement l’identité en espérant qu’elle ne s’efface pas à son prochain décès - l’idée de vivre durablement ne l’effleure même plus. Elle est si calme, Infini, que ça apaiserait presque son coeur chagriné. « J’ai cru comprendre. » L’attention hésite, se pose sur l’archange et revient rencontrer les vitraux en face, sans un mot. « J’ai perçu beaucoup de vos interrogations, et de vos doutes. » Elle en déduit immédiatement que Vehuhiah est douée d’un don de télépathie, que c’est ce qu’elle a ressenti un peu plus tôt. Elle ignore si elle doit se sentir d’autant plus gênée, elle pourrait, elle n’y parvient pas réellement.

« Mais aussi votre sentiment d’impuissance. » Il la tiraille, l’emprisonne et la détruit, ce sentiment d’impuissance, fait naître la colère, la révolte, la violence, parfois la rage insensée. Plus récemment, l’abandon, elle qui n’était pas de ceux qui baissaient les bras, elle qui avait toujours accepté son destin, qui avait lutté pour avancer malgré les obstacles. Où allait-elle, sans Zakariah ? Et il y’avait sa peur que Noah finisse par trépasser aussi, qu’elle rende l’âme près de lui et que le karma fasse le reste. Fuir l’humanité était tout ce qu’elle avait trouvé pour ne plus se faire dévorer par de nouveaux remords. « Désirez-vous… Pouvoir mourir ? » L’intérêt est si vite attrapé qu’elle tourne le visage vers l’être céleste, fronçant les sourcils. Elle ne devrait pas être surprise, parce que c’est l’énigme qui lui permet d’être encore là envers et contre toutes les lois de la nature. La Sagesse et l’Infini étaient deux notions intrinsèquement liées à la résolution de mystères. « Que se passera-t-il, le jour où nous cesserons tous de lutter ? » « L’Apocalypse mettra un terme à ces guerres incessantes que nous menons, en vain. » souffle-t-elle, sans en sembler particulièrement effrayée - rien n’échappe à l’Apocalypse, pas même une bizarrerie comme elle. « Je suis là pour répondre à toutes vos interrogations. » Elle songe à nouveau à Mort, à celle qui parlait si peu mais dont la froideur paraissait apaiser les agitations de son âme, celle dont elle cherchait la proximité, dont elle ne se souvenait pas la présence lorsqu’elle s’effondrait, lorsque le coeur cessait de battre. « Et trouver des solutions, si vous le désirez. » Cette fois, elle se lève, fait quelques pas qui résonnent dans la chapelle. Elle croise les bras, le dos tourné à l’Infini, lâchant un soupir forgé d’hésitations, de lassitude. « C’est ce que vous ressentez, n’est-ce pas ? L’impuissance. » Elle a la voix douce, presque tendre. Elle a toujours de la tendresse envers les anges, elle a grandi en croyant en eux, en confiant sa foi d’abord à la religion puis à sa vocation soudaine de Templier. « Tout ce pouvoir piégé dans des enveloppes charnelles limitées, cruellement mortelles. » Elle supposait que c’est ce qui l’avait faite terminer la course entre les draps d’Absolem : ils subissaient les affres de l’humanité, avec tout ce qu’elle a de compliqué, de difficile. « C’est atrocement ironique, alors, qu’une mortelle se retrouve soudain incapable de rendre l’âme, non ? » Elle pivote sans décroiser les bras, sans agressivité non plus. « Je voudrais mourir parce que c’était écrit, Vehuhiah, parce que depuis c’est une hécatombe autour de moi, ceux que j’aime sont condamnés quand je ne peux pas l’être. » Ca la rend triste, ça se lit dans ses prunelles même si il n’y’a plus de larmes qu’elle puisse pleurer. « Je suis devenue Templier en croyant que je pourrais faire partie d’un tout capable de préserver l’humanité et me voilà dans une chapelle à prier pour avoir d’autres moyens de le faire.. on n’en est plus capable, on a trop à coeur d’éviter les pertes humaines. » Elle se mord la lèvre parce qu’elle se dit que bien peu d’archanges sont aptes à comprendre ce point de vue souvent jugé cruel, excessif, détaché. « On ne gagne pas une guerre avec des fleurs. » Elle a l’air si sévère, si rigide, soudain, la gamine dont les croyances partent en fumée. « On ne la gagne pas non plus en préservant les soldats. » Alors autant laisser tomber, autant rester là à regarder l’oeuvre brûler, sans plus rien faire, parce que tout lui semble voué à l’échec, dans la sécurité des archives, simple remplaçante de ceux qui sont blessés, de ceux qui ne peuvent pas assurer leur mission. Arthur veut la protéger, Noah veut l’éloigner pour son bien, elle veut simplement trouver une raison à tout ceci, à son sort, qu’importe si ça implique de tomber mille fois pour servir une cause qu’elle juge juste. « C’est presque blasphématoire que de dire à l’Infini que l’on perd la Foi. » Elle tente un pauvre sourire qui meurt sur le coin de ses lèvres.

code by bat'phanie

_________________
Inner demons don't play by the rules
pain is what you desire † the pen is mightier than the sword, then how did we get here, my God, sail among liars, blame the deniers. if history is dead and gone then how did we get here, my God.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 20/11/2017
Messages : 432
pretty face : Odeya Rush
julius caesar : (c)ALA LE PLUS CHOU
legends never die : Ancienne premier séraphin de Dieu, voix de la Sagesse, elle est devenue Archange de l'infini suite à la chute d'Azazel.
the mighty bush : Vampire télépathique : Nom étrange, pour un pouvoir qui ne l’est pas moins. Capacité de pénétrer l’esprit, le corps d’un autre être, d’y emménager sa volonté, écrasant celle de l’autre. Accès aux souvenirs, pensées les plus secrètes, ressenti des émotions les plus profondes et totales. Elle peut par la même occasion modifier ce qu’elle perçoit, intégrer de nouvelles idées. Un contact physique facilite son utilisation, mais un simple contact visuel peut suffire sur les âmes les plus faibles. Se limitant à une seule personne à la fois, l’archange abuse de ce pouvoir. Quitte à ne plus discerner son passé de ceux qu’elle manipule…
Souffle de connaissance : capacité d’offrir des connaisses à une autre personne sur n’importe quel sujet. Celles-ci sont éternelles, et suivront donc la personne jusqu’à sa mort. Elle peut offrir aussi bien de vraies comme de fausses connaissances, voire modifier ce qui a déjà été appris.
Magnétisme :Capacité de manipuler les flux magnétiques, et notamment de faire bouger/voler les objets/liquides métalliques et aimantés (en utilisant son corps comme un aimant, répulsif ou attractif). Peut utiliser le champ magnétique de la Terre pour une seule attaque dévastatrice, au prix d’un coma ou d’une inutilisation de tout pouvoir les jours suivants.
weapon : [u]Pendule de Famine[/u] : Trouvé durant la soirée Halloween 2045 par Adèle Duval, le pendule semble appartenir au Cavalier Famine, qui avait à cœur de le récupérer. Toutefois, en tentant de s'en emparer le démon s'est brûlé la main. Le Pendule a été récupéré par Camille. Si son pouvoir est encore inconnu, il semble que le Pendule protège quiconque le porte contre les pouvoirs du cavalier de l'apocalypse. // Arc d'Auriel : Arc de lumière confectionné par Michael, il est désormais matérialisé sur le plan réel par la volonté de Vehuhiah, et n’est cédable que sur un ordre explicite de sa part. Cette arme à longue portée blesse ceux touchés par les flèches mais la souffrance dépend de chacun. Plus une personne est du côté obscur, plus la douleur sera grande. Inversement, plus l’être est bon, moins l’arme aura d'impact (peut n'en avoir aucun). L'arc gagne en puissance en présence d'autres anges, mais principalement aux côtés de Michael. Il puise directement dans la force vitale et la puissance de Vehuhiah.
Allegeance : Camille, sa loyauté va aux anges, envers et contre tout. Elle est une création de son Père, faite pour le servir. Jusqu’ici, jamais elle n’a renié sa nature et son allégeance, même après un retour sur Terre pas forcément voulu de sa part...
these streets : Oh, elle sait ce qui se dit, les connaissances angéliques et templières n’ont plus de secrets pour elle. Pour le reste… Pourquoi ils sont revenus, qui a brisé le pacte, tout est encore flou. En revanche, concernant le retour des Dieux… Il faut croire que son pouvoir lui permet d’avoir des doutes de plus en plus tangibles...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Anges

Sujet: Re: (Infini) ◊ « So angels please, please stay here, take the pain, take the fear. » Ven 9 Nov - 0:04 ()

So angels please, please stay here,
take the pain, take the fear.
« Why do people have to be this lonely ? What's the point of it all ? Millions of people in this world, all of them yearning, looking to others to satisfy them, yet isolating themselves. Why ? Was the earth put here just to nourish human loneliness ? » - Haruki Murakami.
Elle détaillait la silhouette de la jeune femme qu’elle avait sondée quelques secondes auparavant. Celle-ci s’en était-elle rendue compte ? Si oui, comment l’avait-elle perçue, cette intrusion dans sa vie privée, dans ce qu’elle avait de plus intime ? Souvent, les humains pensaient leurs esprits, leurs pensées, à l’abri de tout et tous. Rien n’était plus faux. Désormais, l’humanité s’était vu doter de pouvoirs, de dons permettant la lecture dans les pensées. Au-delà de cela, il y avait aussi les anges et les démons, qui arpentaient cette terre, aux côtés des anciens dieux. Autant de surnaturel qui réduisait en charpie la possibilité de survie des Hommes. Oui, Vehuhiah s’en voulait, de venir sur terre, de détruire les hommes et femmes, protégées de Père. Mais elle n’avait pas le choix. Elle n’avait jamais eu le choix… « Vous ne m’avez pas dérangé. Je suis venue car j’en avais le temps, et que c’est mon rôle aussi. » La voix gardait son calme, et sa détermination. Elle n’était pas là pour effrayer Cora, quand bien même son frère craignait l’ange. Cette fois-ci, elle avait adopté une autre stratégie l’enfant. Elle s’était calmée sur l’humour, sur son utilisation abusive et très noire. Parfois la sérénité avait plus d’impact que le reste….

Chaque mot prononcé était soigneusement choisi pour faire réfléchir et parler Cora. Rien de bien sorcier, quand on connaissait un peu les rouages de la psychologie humaine, quand on s’y était un peu attardé. Ce que Vehuhiah avait fait. Par instinct. Par besoin d’aider ces créatures. Entrailles qui réclamaient. Les pupilles soutenaient celles de l’humaine, de la templière, cherchaient à lui offrir une partie d’elle, car si le vampire télépathique se retournait contre elle. Sauf que ça ne fonctionnerait jamais ainsi. Elle sourit légèrement aux propos de la jeune femme. « Il ne faut pas être aussi défaitiste. L’Apocalypse a déjà eu lieu à de multiples reprises, a été utilisée comme étendard des centaines de fois.. » Le passé, Vehuhiah l’avait vécu. Non pas au travers de livres ou de récits, mais de ses propres yeux. Elle était le premier séraphin de Père, celle d’où tout cela avait commencé. Inconnue à l’humanité la plupart du temps, elle soufflait pourtant la sagesse dans le creux des oreilles des anges, cherchant rigueur et équilibre quand la noirceur s’étendait dans les cœurs. L’archange avait tout vécu, parfois le meilleur, souvent le pire. Elle connaissait les Guerres, les Apocalypses, et les Renouveaux, tout ce qui arrivait dans un cercle vertueux et vicieux.

Et rien ne pourrait jamais y mettre fin.

Elle l’écouta, attentivement. Mettre des mots sur ses ressentis, voilà qui l’aiderait certainement, d’autant plus que l’Infini était là, en face d’elle. Certes, Vehuhiah était loin de se penser la meilleure, cependant, il fallait être honnête, de la majorité des anges, elle restait la plus à même à faire preuve d’empathie. Peut-être parce qu’elle se glissait dans les esprits avec tant de facilité… Mais aussi parce qu’elle s’était obligée à être humaine. Elle avait terminé le lycée, continuait dans des études en droit. Ironique de continuer à vouloir apprendre, quand on était l’écrin-même des connaissances. « Beaucoup de mes frères et sœurs d’armes ont cette impression en effet. » Ne pas mentir, pour la mettre en confiance. « Mais au-delà de cela, c’est peut-être voir à quel point il est plus facile pour un humain de pencher du côté des démons qui les désole… » La foi de leurs ennemis était bien plus rapide à s’étendre que la leur… Elle, elle avait appris à ne jamais baisser les bras, alors même qu’elle était bloquée dans le corps d’une gamine de dix-neuf ans. Pitoyable pour une archange, non ? Sauf qu’elle continuait à avancer, plutôt que de s’apitoyer sur son sort. Parce que Père lui avait toujours demandé de se battre pour le bien des humains. Et c’était ce qu’elle ferait. Jusqu’à sa mort.

« Ce n’est pas de votre faute s’ils rendent l’âme. Parfois, c’est le cours naturel de la vie. Tout comme il doit y avoir une raison pour qu’un tel pouvoir échoue entre vos mains. » Ne pas le voir comme une malédiction, ce serait déjà un premier avancement. « Mais je suis sûre qu’il vous quittera un jour. Si c’est votre désir, je peux me pencher sur la question dès à présent. » La tête se pencha légèrement, accompagnée d’un sourire. Elle souhaitait ardemment mourir l’humaine, chose que Vehuhiah ne pouvait comprendre par son immortalité même. L’archange ne devait pas mourir, mais pouvait être tuée. Juste… Elle n’était pas conditionnée à cette fin. Le corps se leva, et elle s’approcha de Cora, silencieuse un temps. Réfléchir, poser ses pensées, chercher les mots. Parfois, elle s’attardait trop l’Infini, perdue dans ses réflexions…

« Vous n’êtes pas la première à la perdre. Je n’ai jamais considéré cela comme une tare ou un problème. Mais je peux peut-être vous aider à la retrouver. » La Chapelle avait retrouvé de sa splendeur, quand elle y était revenue à la suite de l’appel d’Absolem. Elle y fit quelques pas, venant et s’éloignant de l’humaine. « Comment voulez-vous vivre votre mission templière, vous ? » Et si on occultait tous les autres, comment elle estimait-elle devoir vivre cette cause ? Serait-elle plus violente ? Irait-elle plus directement dans le tas ? Ou au contraire, déborderait-elle de prudence ? S’il n’y avait pas les hommes dans sa vie pour la mettre à l’abri de ce qu’ils pensaient être dangereux pour elle ?

« Il est cependant normal que vous souhaitiez qu’il y ait le moins de pertes humaines possibles. C’est pour cela que vous êtes dotés d’empatie. » Contrairement à l’archange. Mais elle comprenait Vehuhiah. Les templiers tentaient de se battre sans avoir les armes pour. Néanmoins, ils étaient importants pour les anges.

Car ils étaient la preuve que ce monde n’avait pas encore entièrement sombré…

code by bat'phanie

_________________
Car nos coeurs

sont hantés
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5663-cora-it-kills-me-sometimes-ho http://www.gameofshadows.org/t5709-cora-de-fontanges-templiers
homecoming : 18/05/2018
Messages : 241
pretty face : Danielle Campbell.
julius caesar : (c) avatar by greenhouselab & mckenzistuff, signature by bat'phanie.
the mighty bush : - Renaissance, incapacité crasse à rendre un dernier souffle définitif, car dés lors que le coeur s'arrête, le don s'active et la vie repart, envers et contre tout. Et à petits feux brûle la santé mentale.
+ Projection d'âme [en sommeil] qui l'extirpe de son enveloppe charnelle lors de la mort, la condamnant à errer entre deux plans mais stabilise, en contre partie, son esprit lorsqu'elle revient à la vie.
+ Sursaut des immortels ramène le souffle de vie immédiatement, l'adrénaline et l'urgence dans les veines. Le coeur se fracture, la douleur fait du corps son empire, l'esprit à la dérive et l'humanité en déroute.
weapon : Dague du Paradis (affectueusement nommée Kısmet) équipée de la technologie Boomerang des Templiers héritée de son père, apte à tuer les anges et les bannis tout comme les démons lieutenants et les inférieurs.
Allegeance : Loyauté assumée envers les Templier, elle coopère cependant aisément avec les anges et ne refuse pas totalement la communication aux démons.
these streets : Cora sait tout ce qu'un Templier digne de ce nom doit savoir sur les évènements qui secouent Paris.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Re: (Infini) ◊ « So angels please, please stay here, take the pain, take the fear. » Dim 11 Nov - 23:38 ()

So angels please, please stay here,
take the pain, take the fear.
« Why do people have to be this lonely ? What's the point of it all ? Millions of people in this world, all of them yearning, looking to others to satisfy them, yet isolating themselves. Why ? Was the earth put here just to nourish human loneliness ? » - Haruki Murakami.
Cora n’est pas douée pour le bonheur, c’est un fait, un quelque chose qui rampe sous sa peau depuis qu’elle sait qu’elle n’a pas droit au repos. Elle est si mauvaise au jeu du bonheur que dés l’instant où elle le touche du bout des doigts, où elle en goûte les contours, la faculté incroyable à faire oublier le pire, elle s’effondre - elle s’effondre pour ne pas devenir accro. L’Apocalypse ? C’est l’espoir, pour elle, c’est quelque chose que Dieu et le Diable auraient mis en place pour faire table rase sur un combat éternel qui ne peut trouver de finalité que dans la destruction. Bien sûr, ça ne veut pas dire qu’elle a raison, c’est seulement ainsi qu’elle perçoit les textes, qu’elle interprète ce qui est bien au-delà de la compréhension des mortels. Elle ne dit rien, elle songe qu’Infini n’a pas besoin qu’elle prononce sa pensée pour la percevoir, c’est ce qu’elle suppose du premier contact qu’elles ont eu. Un pauvre sourire contrit se dessine sur les lèvres de la jeune femme. « Beaucoup de mes frères et sœurs d’armes ont cette impression en effet. » Ce doit être terrible, d’être une création de Dieu, un être de puissance réduit à ce qui n’est rien, à ce qui a trop peu d’influence sur un monde qui s’étiole. « Mais au-delà de cela, c’est peut-être voir à quel point il est plus facile pour un humain de pencher du côté des démons qui les désole… » Elle soupire, parce que ça la désole aussi, Cora, et d’un autre côté elle comprend, elle qui sent sa foi lui glisser entre les mains un peu plus chaque jour. Elle comprend qu’il soit si tentant de se faire charmer jusqu’à s’en cramer l’âme, qu’il n’en reste rien que des cendres - souvent, elle regrette de ne pas savoir être ainsi, à se jeter à corps perdu dans les mauvais choix volontaires, sans culpabilité aucune. Elle n’est que cela : culpabilité. « Nous sommes faibles, depuis la première Tentation. » Curieux aussi, quel cruel défaut que celui de l’Homme.

« Ce n’est pas de votre faute s’ils rendent l’âme. Parfois, c’est le cours naturel de la vie. Tout comme il doit y avoir une raison pour qu’un tel pouvoir échoue entre vos mains. » Ca la met un peu en colère, une colère qu’il lui faut réprimer car Vehuhiah n’est pas responsable, elle n’est pas la cause de ces morts, de cette immortalité relative non plus. « Mais je suis sûre qu’il vous quittera un jour. Si c’est votre désir, je peux me pencher sur la question dès à présent. » « S’il y’avait une raison, juste une toute petite, je ne serais pas aussi incapable de le gérer. Empêchez-moi de devenir complètement folle, c’est tout ce que je demande… » Seulement de ne pas sombrer, si il n’y’a pas de méthode rapide pour lui retirer cette capacité. Elle imagine bien que si on lui coupait la tête, elle ne reviendrait pas, toutefois elle n’était pas certaine que son âme rejoindrait l’un ou l’autre des côtés, elle ne pouvait pas prendre ce risque, pas une fois de plus. Le suicide était une faiblesse à laquelle elle ne voulait plus toucher.

« Comment voulez-vous vivre votre mission templière, vous ? » Cora reste interdite, le regard dans celui de l’Archange. Quelle importance puisqu’elle n’y pouvait rien changer ? Elle n’est même pas certaine de savoir l’exprimer avec des mots - elle ressent très clairement que son chemin n’est pas le bon, que depuis sa première mort elle fait fausse route mais ça ne l’aide pas à trouver ni comment ni pourquoi. En dehors d’Absolem, elle n’avait rien pour la guider, redresser le chaos qu’elle percevait comme une torture perpétuelle. « Il est cependant normal que vous souhaitiez qu’il y ait le moins de pertes humaines possibles. C’est pour cela que vous êtes dotés d’empatie. »

Elle demeure silencieuse un long moment, d’abord les sourcils froncés puis les yeux contemplant les vitraux de la chapelle. « C’est une guerre, l’Ordre ne devrait pas s’occuper d’épargner ses rangs. C’est notre rôle, jusqu’à ce que la mort nous sépare de nos voeux. » Elle a toujours les bras croisés et elle ne regarde pas l’Infini en reprenant la parole. C’est comme un mariage, pour elle, de faire partie des Templiers, c’est un sacrifice et des compromis avec son humanité, c’est un rôle qu’on ne prend pas pour s’occuper les week-end d’ennui. « Il n’est pas question d’empathie, il est question de gagner ou de perdre une partie d’échecs sur un plateau qui dépasse notre nature. » Leur nature de mortels, de créatures fragiles qui devaient s’aider d’armes et de courage. « Sans vouloir être pessimiste - quoique je le suis en permanence - j’ai l’impression que le Temple est corrompu, qu’on est incapables de vous aider par fierté ou méfiance, les deux peut-être. » Elle se sent sévère, sur l’instant. Elle n’est pas mieux qu’eux, elle le sait, elle finira bien pire, elle s’en persuade, sentant les conséquences de ce pouvoir qui lui est tombé dessus s’étendre. « Je crois que.. je devrais prendre des risques pour les collègues qui ne se relèveraient pas en cas de défaite, ceux qui ne voudraient pas prendre le risque d’y laisser leur peau. »

code by bat'phanie

_________________
Inner demons don't play by the rules
pain is what you desire † the pen is mightier than the sword, then how did we get here, my God, sail among liars, blame the deniers. if history is dead and gone then how did we get here, my God.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: (Infini) ◊ « So angels please, please stay here, take the pain, take the fear. » ()
Revenir en haut Aller en bas
 
(Infini) ◊ « So angels please, please stay here, take the pain, take the fear. »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fiche technique et news de Stay with me
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dark Angels + Ultra Marines + titan Ork VS GI
» Forteresse of doom Dark Angels de planetstrike
like lightning
if you ride
ϟ you're gonna crash like thunder ϟ

a game of shadows :: Paris :: Nord-ouest :: Premier arrondissement :: Le louvre :: Le musée du Louvre :: Mona Lisa :: QG des templiers :: La chapelle