boom bitch
Le forum est de retour pour vous jouer de mauvais tours.
Pour tout savoir des nouveautés, c'est ici !
let the sky fall
Un accident d'avion, un trésor piégé et un équilibre mis à mal par l'arrivée de nouvelles forces dans le jeu d'ombres...
Voilà ce qui vous attend dans la nouvelle intrigue.
like I own it
Parfois, on a juste envie d'inaugurer un bâtiment tranquille. Malheureusement, on a souvent des invités surprise....
Participez au premier event de cette nouvelle saison ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 Nuit Blanche ♔ Alastair
if you ride like lightning, you're gonna crash like thunder
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t6304-kalei-cocaine-song-and-women- http://www.gameofshadows.org/t6309-kalei-hogan#162076
homecoming : 15/09/2018
Messages : 38
pretty face : lalisa manoban
julius caesar : queenshady (avatar)
legends never die : démon des religions absurdes, des pensées obsédantes qui tourne et bourrique dans le vacarme de l'esprit jusqu'à prendre les rennes de votre vie.
the mighty bush : manipulation des esprits ↯ il suffit d'une idée, un murmure glisser dans le confort de votre intimité, dans les dédales des songes colorés, ou au détour d'un verre échangé. Une idée qui croit, s'épanche jusqu'à tout submerger, pour finalement totalement vous obsédez. Une simple idée, qui devient le centre de votre réalité.
weapon : un sabre accroché au mur de son appartement, décoration fictive qui luit aux vus et aux sus de tous
Allegeance : Elle est versatile, fiable à demi-mesure, efficace dans ses démesures. Elle brille de sa présence à chaque fois qu'on fait appel à la source de ses tourments, même si on ne la comprend pas vraiment.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Newbie

Sujet: Nuit Blanche ♔ Alastair Dim 16 Sep - 22:04 ()
Alastair D. &
Kalei H.

Nuit Blanche
Le crépuscule parisien.
Il y a une lueur qui glisse par les vitres de la fenêtres, sournoise, insidieuse, et elle commence à saupoudrer une peau de cuivre pour la faire luire, métallique. Dans les draps blancs qui habillent tous les dieux tombés dans les bras de Morphée c'est un mollet qui se détache d'abord, ferme, accompagné de la cuisse qui rebondit tout en haut sur sa fesse. Tout ceci, impudique, mais la démone n'est jamais pudique, s'est écartée de l'étreinte du draps blanc afin de recevoir, c'est ainsi l'espoir, le baiser de la nuit sur la chaire nue. Elle s'éveille l'amante, drapée de tout ce que l'inconscient n'avait sut effacé, alors que l'air résonnait encore de leurs caresses inhumaine, en songeant qu'elle avait horreur de ça, du vide après l'amour, des cris sans échos encore inscrit dans le grain de peau.

Un soupir, un souffle suspendu, des lèvres brûlés aux cendres crachotés comme aux baisers, des dos écorchés, déchirés, et des mots qu’il n’y avait besoin de prononcer.  Paris devenait soudainement plus belle, lorsque la vie s'y faisait vibrante, étourdissante, nue jusqu'à la moelle dans ces élans merveilleusement décadent. Ce soir, la muse des uns, la muse des autres, des damnés et des proscrit, la muse se retrouve démunie - la muse s'ennuie. C'est rare, silencieux, quand on s'aventure dans le désordre de l'appartement, la muse est seule. Son seul artifice était cette nuit glacée qu'elle affectionnait à demi-mesure, entêtante, mais harassante, infidèle, mais sensuelle. Elle s'éveilla, glissa quelques mètres de chaire sous la tenture des draps, pour sentir son corps frémir, rougir de quelque chose d'aussi stupidement banal que la caresse du tissu sur sa chaire nue. Elle rejeta ses cheveux en arrière, le regard embrumé, la moue contrarié. 
Elle se leva.

Kalei.
Elle s'aventura vers la penderie, s'emmitouflant dans une des chemises de son ami - de Minki. La préparation pour être parfaite ne s'éternisait jamais pour Kalei, elle se suffisait à sa seule perfection. Seul le rouge à lèvre aux teintes groseilles était sa marque de fabrique. Par mademoiselle Kalei Hogan. Il va s'en dire qu'elle ne comptait pas aller bien loin ainsi vêtu - les moeurs ne le lui permettrait pas. Elle déambulait, fouinait dans les placard à la recherche de mets susceptible de la contenter, garnissait un plateau de viennoiserie et tasses à café. Elle bailla, jetant un rapide coup d'oeil vers l'horloge murale, coinçant un dernier pain chocolat entre ses dents avant de s'en trouver satisfaite et de pivoter sur elle même. La pièce se tordit, une seconde la cuisine de Minki, la suivante dans une salle de bain aux allures chics.
Elle n'eut même pas le bon goût de paraitre embarrassée.

▬ Tu as vraiment des goûts de noble intellectuel Mel.

Et l'enfant souriait.
Et l'enfant regardait l'homme alanguit dans son bain accueillir son arrivé avec déplaisir.
Oh elle savait qu'elle n'était pas désirée Kalei - qu'elle perturbait sa sérénité par sa seule présence en ces lieux de paix. Mais elle se faisait désiré et se rendait désirable, c'était là toute la différence. Alors qu'elle abandonnait son plateau garnit sur le bord de la baignoire dans un équilibre des plus que précaire,  attrapant une tasse pleine de caféine et se percha au sommet d'un lavabo - était-ce du marbre ou du granit? Elle n'était jamais sûre de savoir. 

▬ Je m'ennuie.

Comme si tout était aussi simple que cela.
Et sans doute l'était-ce dans la tête de Yénit, qu'il suffisait d'un soupir et d'un battement de cil pour que son commandant, son père de substitution, lui trouve une quelconque occupation ou subisse ses babillages incessant. Elle mordit dans sa viennoiserie, chassa quelques miettes dorés du bout de l'index et l'observa, attentive. Comme presque.... tranquille.
Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
En ligne
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t6081-perfidie-melgalath http://www.gameofshadows.org/t6185-b-alastair-delpire-demons#159196
homecoming : 13/08/2018
Messages : 855
pretty face : brendon urie.
julius caesar : faust (ava) dandelion (gifs/sign)
legends never die : Commandant des Cultes, roi des pécheurs, d'une religion bafouée et mensongère, chevalier des croyances perverties et sectaires, maître des satanistes, adulant les offrandes dégueulasses, détournant les fois pour mieux les rendre perfides. Double jeu délectable.
the mighty bush : Persuasion, sifflant les horreurs pour mieux plier aux volontés. Utile pour glaner, récolter, insuffler de quelconques croyances et idées perfides. Indispensable pour entretenir un culte quelconque, être adulé, rendre captif les quidams égarés, les tenir en haleine par des persuasions de bien être.
Souffle de connaissances, voix infime qui s'infiltre, murmure quelques vérités et souvenirs, transmission d'éléments intentionnellement succincts, souvent incomplets, font travailler les esprits.
weapon : Connaissance accrue des cultes et autres magouilles, les phalanges habiles pour tracer les sceaux de Salomon et Enochien, ainsi qu'un cercle d'Hermès hostile. Relique biblique, bâton de Moïse changeant l'eau en ondine purpurine, première plaie d'Egypte assoifant par son cruor.
Allegeance : Loyauté apposée envers Dis et ses entrailles dégueulasses, ne croyant désormais plus en un Lucifer déchu au profit d'une Reine perfide. Culte demeurant à sa place, se complaisant dans un rôle qui lui sied sans en exiger d'avantage, veille sur ses ouailles tout en méprisant les suppôts de sphères étrangères.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Démons

Sujet: Re: Nuit Blanche ♔ Alastair Lun 17 Sep - 16:11 ()
Nuit Blanche
Kalei Hogan & B. Alastair Delpire

There are things, I have done. There's a place, I have gone. There's a beast, and I let it run. Now it's runnin' my way.
Oiseau de nuit. Sorgue délicieuse au mutisme prédominant. Envolés les pollutions sonores de Paris et ses badauds, préférant dévoiler les ombres qui dégueulent sur le pavé et sous la lueur hostile des néons, qu'importe l'empire des lueurs qui voulut concurrencer le jour pour ne jamais laisser le sommeil régner. Heures délicieuses. Lorsqu'il fut trop tard pour le monde, que seuls quelques quidams pathétiques vacillaient maladroitement dans les ruelles ivres morts. Instants privilégiés, délicieux. Il s'est égaré, Culte, dans la chaleur fumante d'une baignoire devenue trône aux effluves savonneuses, encombrée d'une mousse protectrice, la carne paisible pour quelques longs instants, voyant baisser les flammes incandescentes de bougies à la teinte infernale, prenant soin d'y passer les doigts de temps à autre d'un geste machinal pour en sentir la caresse maternelle. Caprice en une salle de bain qui dégueule d'opulence. Alors que les mirettes sont plongées dans une édition poussiéreuse aux textes abstraits, les verres sur les neaseaux. Tranquillité. Presque.

Et il ne décroche pas ses iris des glyphes apposés dans le codex, Melgalath, relevant à peine un sourcil en percevant cet autre, perturbateur, qui trône désormais dans ce qui fut cocon douçâtre et havre de paix. Quarante-deux minutes, à remettre de l'eau brûlante pour maintenir la fournaise, voilà ce que sa pauvre bulle loin de toute responsabilité et de mômes parfois trop capricieux aura tenu. « -galath. » Qu'il siffle, l'infâme, rectifiant les syllabes de l'autre qui se laisse aller dans sa fantaisie, lui faisant comprendre qu'il fut paré à lui trancher la langue si elle tentait d'écorcher une nouvelle fois son nom. « Frapper est devenu une option je présume. Au même titre que s'habiller apparemment. » Guère besoin de tourner le faciès pour percevoir du coin de l’œil qu'elle fut attifée telle une amante en fuite, à l'allure de môme égarée dans une chemise trop grande.

L'ouvrage se referme après une dernière ligne pour être posé sur un meuble, où gisait un verre vide, rejoint par la paire de lunettes repliée avec soin. Et il daigne enfin, Culte, poser les yeux sur la trop jeune disciple qui abandonne quelques victuailles en guise d'offrandes. « Tu as au moins le mérite d'avoir apporté un en-cas. » Soupir, dénichant une viennoiserie pour faire écho à l'autre qui prend ses aises, le concept d'intimité annihilé, au même titre que la pudeur de toute façon abstraite dans les tréfonds de la cité infernale, une pointe de déception amère face à l'absence de chocolat chaleureux, vice ridicule, assumé.

« A moins de vouloir barboter sagement en ma compagnie en évitant de réduire à néant mes livres, je ne vois pas trop en quoi cela me concerne. » Babines qui se referment sur leur prise en une bouchée, un sourcil redressé toisant l'autre, emmerdé de devoir dénicher une occupation un tant soi peu prolifique à cette heure pour éviter de l'avoir dans les pattes jusqu'à l'aube. « Tu m'emmerdes. » Sifflement venimeux, reposant la viennoiserie à peine entamée en capitulant, sentant déjà qu'elle dut jubiler comme une gosse ayant gagné dans son caprice. La carcasse se déplie, se dresse tout en s'imposant, le derme pâle rougit par l'ondine et ses vapeurs, tournant le dos à Yénit pour mieux s'extraire et retrouver le sol, faisait abstraction de cette intruse le temps de sécher la carne, la couenne exposée dans une indifférence mordante, finissant par toiser l'autre une seconde avant de disparaître vers un dressing dans la pièce voisine. « J'espère que tu as au moins un embryon d'idée pour avoir le culot de venir interrompre ma tranquillité à cette heure. »

@Kalei Hogan

_________________


bitch plz:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t6304-kalei-cocaine-song-and-women- http://www.gameofshadows.org/t6309-kalei-hogan#162076
homecoming : 15/09/2018
Messages : 38
pretty face : lalisa manoban
julius caesar : queenshady (avatar)
legends never die : démon des religions absurdes, des pensées obsédantes qui tourne et bourrique dans le vacarme de l'esprit jusqu'à prendre les rennes de votre vie.
the mighty bush : manipulation des esprits ↯ il suffit d'une idée, un murmure glisser dans le confort de votre intimité, dans les dédales des songes colorés, ou au détour d'un verre échangé. Une idée qui croit, s'épanche jusqu'à tout submerger, pour finalement totalement vous obsédez. Une simple idée, qui devient le centre de votre réalité.
weapon : un sabre accroché au mur de son appartement, décoration fictive qui luit aux vus et aux sus de tous
Allegeance : Elle est versatile, fiable à demi-mesure, efficace dans ses démesures. Elle brille de sa présence à chaque fois qu'on fait appel à la source de ses tourments, même si on ne la comprend pas vraiment.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Newbie

Sujet: Re: Nuit Blanche ♔ Alastair Lun 17 Sep - 18:35 ()
Alastair D. &
Kalei H.

Nuit Blanche
Melgalath, il s'attachait aux convenances comme seuls le pouvaient ces vieux démons.
Yénit esquissa un sourire face à cette cocasse constatation.
Et puis, elle accueillit la réprimande dans un léger rire, inclina son visage dans une moue chafouine pour souffler le mot de la peine: Mel-ga-la-th. Et il y avait les lèvres de Kalei qui se mouvaient dans la plus tendre expression de son inexistence - deux pétales roses dessinée par le faisceau de son imagination. Deux courbes charnues, une délicatesse toute féminine, plus brillante que le soleil et qui frappait les iris d'une douceur nouvelle. Dans cette absence de lumière, mademoiselle revêtait des airs d'aquarelle, de toile inachevée qui ne cessait de se réinventer au rythme des variations de la luminosité.
Yénit elle était de ceux qui semblait pouvoir se volatiliser soudainement dans un écran de fumé.

▬ J'aurai aimé dire que j'en suis embarrassée mais ce serait mentir. Et je m'en voudrais cruellement de mentir à une personne que je respecte autant.

Et elle blottissait ses lèvres contre la brûlure de la céramique, avec ses grands yeux de gosses qui brillent comme des étoiles, qui s'illuminent comme des billes. Et son palpitant qui tangue et vacille lorsque l'homme balance entre agacement et résignation. Le plaisir du jeu, le plaisir des guerres vaines dont on connait les tenant et les aboutissements. Ca cogne et ça tremblote, ça frémit dans tout son corps et fait naitre la chaire de poule. Installée comme elle est sur son nid d'opulence et de nonchalance, elle tourne son nez vers la fenêtre, là où Paris se fait avaler par le néant. Irrésistible. Yénit, elle attend. Elle se fait minuscule sur son assise, petite boule compact de taquine minauderie qui esquive le sarcasme comme elle sait rompre l'ennuie. Elle louvoyait, anticipait ce moment où son agacement, son rejet, se réduirait en bouts de riens, perdus dans la vasque informe de leur quotidien. Il en avait soupé à la longue Melgalath, des frasques de Yénit, des caprices de Yénit. Il les connaissait par coeur, ces soupirs affectés, ces moindres excentricité. Et il y avait de l'affection dans les grondements rauques de son ton. Lorsqu'à corps défendant, il quittait son cocon infernal sous le sourire de l'enfant.
Tu m'emmerdes.
Peut-être n'étaient-ils tous que ça finalement, une succession de résignation.

▬ Mais moi aussi je t'aime Mel-ga-la-th.

Et Yénit, ça glisse brûlant sur sa langue, entre vérité et mensonge, tromperie et attachement. Ca remue sous son crâne, ça tournique et ça bourrique alors qu'elle tend ses jambes pour les poser sur le bord de la baignoire légèrement éclairé alors qu'il exigeait d'elle un effort dont elle se serait volontairement passée. Est-ce qu'elle en avait même jamais eut? L'esquisse d'une idée, d'un plan qui amènerait à une solide continuité. Un peu plus qu'une simple impulsion qui conduirait à une autre jusqu'à constituer tous le pans de leurs absurdité. Avait-elle seulement fait autre chose que sauter? Sauter dans le vide, dans les ennuis, sauter pour s'évaporer, finir éclater contre les rochers pour totalement se réinventer. Un plan. Une idée. De l'ordre et de la rigueur. Tout ce qu'elle détestait.

▬ Non... Peut être?

Elle incline son buste, guette du coin de ses pupilles les déambulations de son aîné. Elle n'avait entraperçut que son dos, un dos comme elle en avait vu beaucoup, comme elle en verrait d'autres. Un dos aux muscles renforcés qui éructait tout ce que le tissu des veines et des muscles gorgés de sang savaient rendre saillant. Elle tira la langue au vide.

▬ On t'a déjà dit que tu avais un très beau dos Mel...Galath?

Parce que même en état de guerre, il fallait savoir apprécier la beauté d'un corps savamment formé.

▬ Disons que la dernière fois je me suis perdu sur un forum parlant des reptiliens et j'ai trouvé ça... édifiant.

Et elle se redressa, ramenant un genou contre sa poitrine, son attention entièrement tournée vers une activité qu'elle ne pouvait que deviner.
Pando


@B. ALASTAIR DELPIRE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
En ligne
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t6081-perfidie-melgalath http://www.gameofshadows.org/t6185-b-alastair-delpire-demons#159196
homecoming : 13/08/2018
Messages : 855
pretty face : brendon urie.
julius caesar : faust (ava) dandelion (gifs/sign)
legends never die : Commandant des Cultes, roi des pécheurs, d'une religion bafouée et mensongère, chevalier des croyances perverties et sectaires, maître des satanistes, adulant les offrandes dégueulasses, détournant les fois pour mieux les rendre perfides. Double jeu délectable.
the mighty bush : Persuasion, sifflant les horreurs pour mieux plier aux volontés. Utile pour glaner, récolter, insuffler de quelconques croyances et idées perfides. Indispensable pour entretenir un culte quelconque, être adulé, rendre captif les quidams égarés, les tenir en haleine par des persuasions de bien être.
Souffle de connaissances, voix infime qui s'infiltre, murmure quelques vérités et souvenirs, transmission d'éléments intentionnellement succincts, souvent incomplets, font travailler les esprits.
weapon : Connaissance accrue des cultes et autres magouilles, les phalanges habiles pour tracer les sceaux de Salomon et Enochien, ainsi qu'un cercle d'Hermès hostile. Relique biblique, bâton de Moïse changeant l'eau en ondine purpurine, première plaie d'Egypte assoifant par son cruor.
Allegeance : Loyauté apposée envers Dis et ses entrailles dégueulasses, ne croyant désormais plus en un Lucifer déchu au profit d'une Reine perfide. Culte demeurant à sa place, se complaisant dans un rôle qui lui sied sans en exiger d'avantage, veille sur ses ouailles tout en méprisant les suppôts de sphères étrangères.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Démons

Sujet: Re: Nuit Blanche ♔ Alastair Hier à 17:50 ()
Nuit Blanche
Kalei Hogan & B. Alastair Delpire

There are things, I have done. There's a place, I have gone. There's a beast, and I let it run. Now it's runnin' my way.
Soupir. Il en dégagerait une vapeur aussi brûlante que celle de la carne encore chaude, comme dégueulée des tréfonds de Dis. Et il médite Culte, à comment se débarrasser de l'autre, pourrie gâtée comme la totalité de ses gosses démoniaques. Père trop aimant. Surprotecteur. Pourtant avide de tranquillité pour retrouver ses lectures tant aimées, dans un besoin de toujours tout savoir empoignant les tripes et à l'érudition dissimulée derrière un faciès jugé parfois trop juvénile. Curiosité mordante. Œillade distraite, dénichant le premier pantalon à la teinte abyssale venu pour le passer.

Il revient pour mieux la toiser un instant Melgalath, les phalanges s'affairant à boutonner une chemise immaculée, les iris d'un hôte disparaissant pour retrouver leurs obsidiennes infernales, marquant le terrible, le temps d'un battement de cils, ne sachant guère comment prendre et ingurgiter ce qui ressemble à un compliment. Et ça lui manque au Culte, d'être lui-même, ne plus demeurer dans une carcasse étriquée qui ne lui appartenait pas, d'être monstrueux, les cornes trop longues se tordant autour du faciès, marquées par les millénaires, le derme de nuit à force d'avoir bouffé le sacre et le bénit pour mieux le noircir, mais surtout les ailes terribles et colossales s'étirant dans la nuit, déchirant la carne pour fendre les omoplates. Humanité ennuyeuse. Elle fut en quelque sorte comprise Yénit.

Retrait, la carne trouvant le bord d'un lit pour y trôner, soufflant à l'autre un signe succinct pour mieux s'installer et prendre place. « Le monde est chiant de toute façon. » Qu'il persifle l'infâme, dans une confession sous forme de soupir. Parce qu'ils perdaient en gallons les suppôts, face aux divinités choyées par le Maire, face aux guerres puériles et combats de rues fatigant, là où les muscles et le sexe furent visiblement plus à la mode que les cerveaux et réflexions. Bien que les nouvelles politiques infernales demeurent annonciatrices de maux et changements délicieux. Complice de machinations perfides. Paris tremblerait. Bientôt. Mirettes qui s'égarent dans le lointain, pensives.

« De mémoire c'est l'un des nôtre qui a édifié cette théorie qui veut que les notables et têtes d'affiches ne sont autre que des lézards hostiles. » Songerie, retrouvant quelques brides d'une idée abstraite qu'elle eut tenté de souffler, relevant un sourcil. « Et que veux-tu faire ? L'approfondir ? Répandre des idées de langues fourchues envers les Maire ? Monter un culte reptilien pour améliorer les concept ? Pousser au sacrifice au nom d'un saint raptor ? Monter une foi toute aussi tordue ? » Il cherche, Culte, à titiller ses idées folles et son potentiel grandiose, sachant pertinemment qu'elle serait capable de trouver une absurdité alléchante. Esprit malade et déraisonnable. Délicieux.

Carcasse qui se redresse, une idée vagabonde qui germe, revint en tête. Il s'impose Melgalath, un rictus carnassier se fendant aux babines. « Il y a une reproduction d'un texte apocryphe rarissime que j'aimerai beaucoup lire. » Pour ne pas dire dérober à son propriétaire afin d'en faire l’acquisition tout en agrandissant une bibliothèque personnelle et collection expansive. « Manque de chance, il se trouve dans la petite bibliothèque personnelle d'un templier plutôt bien entrainé. » Attrait du jeu, friction avec le danger face à une demeure très certainement piégée pour le moindre individu dissimulant des cornes qui oserait entrer. Mutisme soudain, s'engouffrant dans le dressing pour mieux chercher l'esquisse d'une robe abandonnée par la petite amie d'un hôte évincée depuis longtemps, probablement un peu grande, mais incontestablement plus décente que son accoutrement dérobé à un amant quelconque, la lui lançant. « Un petit cambriolage nocturne ? A moins que tu ne préfères rester à te blottir et lamenter sur ton ennui entre mes pattes. »

@Kalei Hogan

_________________


bitch plz:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t6304-kalei-cocaine-song-and-women- http://www.gameofshadows.org/t6309-kalei-hogan#162076
homecoming : 15/09/2018
Messages : 38
pretty face : lalisa manoban
julius caesar : queenshady (avatar)
legends never die : démon des religions absurdes, des pensées obsédantes qui tourne et bourrique dans le vacarme de l'esprit jusqu'à prendre les rennes de votre vie.
the mighty bush : manipulation des esprits ↯ il suffit d'une idée, un murmure glisser dans le confort de votre intimité, dans les dédales des songes colorés, ou au détour d'un verre échangé. Une idée qui croit, s'épanche jusqu'à tout submerger, pour finalement totalement vous obsédez. Une simple idée, qui devient le centre de votre réalité.
weapon : un sabre accroché au mur de son appartement, décoration fictive qui luit aux vus et aux sus de tous
Allegeance : Elle est versatile, fiable à demi-mesure, efficace dans ses démesures. Elle brille de sa présence à chaque fois qu'on fait appel à la source de ses tourments, même si on ne la comprend pas vraiment.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Newbie

Sujet: Re: Nuit Blanche ♔ Alastair Aujourd'hui à 0:28 ()
Alastair D. &
Kalei H.

Nuit Blanche
Et la créature prenait ses aises.
Et Yénit souriait prenant des petits airs d'enfant battu. Ah, la vile.
Et Yénit était l'envie, envie d'envahir son univers, envie qu'il s'occupe plus d'elle. Elle avait voulut l'attention d'un homme, l'attention d'un père, elle avait voulu les grands feux d'artifices, les rivages infernaux du Styx, l'esprit qui crépitent et les crocs qui s'aiguisent, elle avait voulut une explosion – une foutu révolution ! Elle avait voulu tellement plus qu'une banale escalade – qu'une banale révolte si peu révoltante. Elle avait toujours tout voulut - voudrait toujours tout. Mais la rigueur, la nécessité d'un renversement, du chaos et des grandes effusions - se construisaient dans la patience et avec attention.
Tant de choses ennuyantes qu'elle peinait parfois à comprendre.

▬ Quelque chose comme ça. Au début, c'était de la littérature et de la filmographie puis la théorie a eut un regain d'intérêt avec la popularisation des forums et des théories du complot. Je me demandais si on pouvait se servir de ça pour diffuser un message: Raptor Jésus est réel, et il viendra tous nous sauver.

Et l'enfant prenait sa moue moqueuse.
Une moue qui annonçait les pires cataclysme et les plus grands miracles. Une moue du j'en ai terriblement envie, mais pas trop. Une moue du j'ai déjà commencé, mais peut être. Une moue qui disait tout et rien à la fois. Mais ça Yénit s'en moquait soudainement - il y avait quelque chose de plus intéressant. Elle ne s'y était jamais réellement penché, sur le cas des templiers. Sur ces hommes qui avaient juré de tous les renvoyés, dans cet imaginaire dont les légendes les constituaient. Le Dis, c'était indescriptible, il fallait le vivre pour en sentir l'essence, une marque troublante qui persistait, s'attardait jusque dans le sang. La souillure, elle les remplissait, tous, du bout de leurs cornes jusqu'à la moelle. Il n'y avait pas plus impropre qu'une souillure sur une toile vierge. Pas plus incongru qu'un cornu dans la maison des prêcheurs convaincu. Ou tout du moins, si ce n'était à leur insu. Kalei, elle s'était tu. Elle avait abdiqué - où, fait semblant, patiente, mais elle avait abdiqué tout de même. L'idée lui plaisait bien.

▬ Est ce que je dois m'inquiéter du fait que tu sois prêt à te retrouver enfermer dans un pentacle pour un bouquin?

Mais elle est déjà debout, retirant la chemise sans faire grand cas de sa nudité pour enfiler la robe prêté. Elle avait la bravade Kalei, déjà convaincu dès le premier sous entendu, dès le premier silence interrompu par un souffle de connivence. Et puis, il gagnait Mel, il avait trouvé un moyen efficace de la faire taire. Enfin, jusqu'à ce qu'elle s'en souvienne.

▬ Donc, où va-t-on? Et comment entre-t-on?

La logistique, elle n'en avait touché qu'à petite dose. Pas assez pour s'être déjà aventuré dans la tanière d'un templier. Elle avait les sourcils arqués dans une interrogation muette, peu incline à admettre que la situation lui était nouvelle même si l'aîné s'en doutait.  
Pando


@B. ALASTAIR DELPIRE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: Nuit Blanche ♔ Alastair ()
Revenir en haut Aller en bas
 
Nuit Blanche ♔ Alastair
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» [Bande] Gobelins de la nuit
» La nuit, même si on est nyctalope, peut être dangereuse... [PV Gïlh'Or]
like lightning
if you ride
ϟ you're gonna crash like thunder ϟ

a game of shadows :: Paris :: Nord-ouest :: Huitième arrondissement