boom bitch
Le forum est de retour pour vous jouer de mauvais tours.
Pour tout savoir des nouveautés, c'est ici !
let the sky fall
Un accident d'avion, un trésor piégé et un équilibre mis à mal par l'arrivée de nouvelles forces dans le jeu d'ombres...
Voilà ce qui vous attend dans la nouvelle intrigue.
like I own it
Parfois, on a juste envie d'inaugurer un bâtiment tranquille. Malheureusement, on a souvent des invités surprise....
Participez au premier event de cette nouvelle saison ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 ashes blowing in the air ✣ arthur
if you ride like lightning, you're gonna crash like thunder
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t2012-could-be-brave-or-insa http://www.gameofshadows.org/t5642-jo-c-duval-revo#147882
homecoming : 18/02/2017
Messages : 1522
pretty face : jlc
julius caesar : tony stark (av)
the mighty bush : Pauv' humaine dans un monde de fou, trop fragile, jo, trop inconsciente et rien pour se défendre qua sa langue acérée et ses coups dans le vide.
these streets : Jo, la révo, la vox populi, qui sait rien que ce coeur ne veut lui dire, rien que les secrets qui s'entassent, les mystères, les hallucinations, des trucs qu'elle voit, qu'elle comprend pas. Jo, la scientifique sans plus d'certitudes que l'monde fout le camp.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revolutionnaires

Sujet: ashes blowing in the air ✣ arthur Dim 16 Sep - 19:02 ()
ashes blowing in the air
If you ain't livin' in hell then how you gon' make it to heaven ? what goes up must come down, what comes around goes around. 'Cause this game is like a fucking trap, sometimes I feel like I'm stuck and I won't make it back.




Enchantée Jo.

Piège qui se referme. Bar délaissé. Crâne défoncé. Carcasse traînée, entrepôt abandonné. Seringues et aiguilles. Sourire éteint, lupin malsain. Jolie poupée trop poudrée. Tête désarticulée, des liens à ses poignets. Proie et prédatrice. Jouet et dégénérée.

Court, elle court, et ça tonne, et ça craque. Les rues d’paris se confondent de tragédies. Vides. Détruites. Fuir, il faut fuir. Et y’a son cœur qui va s’arrêter à trop gueuler.
Ce soir toutes les deux on va bien s’amuser !
Oublier. Larmes salées ravalées, visage torturé et mâchoire serrée. La cadence qui ralentit, ‘sait plus, ‘sait plus depuis combien d’temps qu’elle force les guibolles à tenir en équilibre l’corps en mouvement. S’arrêter, laisser les genoux s’effriter contre l’bitume, s’prendre la gueule entre ses griffes et crever là, hurler là.

Lames de rasoirs, espoir dérisoire. Scalpel dans la cuisse. Ça éviscère, ça lacère. Faudrait hurler, supplier. Disque rayé, pupilles dilatées. Cris sur les murs gris d’un taudis. Jean rongé par l’hémoglobine. Loyauté mal placée dans l’corps défiguré. C’est mieux de rire que de pleurer quand les fresques horrifiques écartent les pupilles d’horreurs.

Lydie. Lydie, elle veut jouer, jo.
Joue avec moi.
Non, non, non.
Si, si, si.  

Murmures de tortures, menaces mortuaires. Démence. Violence. Bestiale qui lui bouffe l’âme. Et y’a personne, bordel, personne sous le tonnerre qui déchire la nuit, qui détruit jo. Couteau entre les doigts blancs à trop serrer. Et le sang, partout, de la plaie dans la cuisse qui dégouline, des milles et une coupures sur la peau nue et du front au-dessus de l’œil gauche, taillade qu’aveugle la mirette, s’écoule jusqu’aux lippes teintées de rouges.

Elle veut pas y penser, veut pas savoir comment elle a réussi, la belle, pour traîner sa carcasse dehors, veut pas se souvenir de l’éclair entre ses doigts, l’boom sans bombe qu’a foudroyé le diable au loin.
Mais elle crépite, putain.
Elle s’allume comme une foutue de guirlande de noël. Bleu électrique dans les veines. L’éclair mutile son derme, son être qui échoue en sanglots bas son agonie.

Elle n’a qu’un remède. Elle a reconnu le quartier, un nom sur un panneau oublié. Elle lui a couru après. Aveugle. Parce qu’elle est plus qu’un bout d’elle, elle s’exprime en poings déchaînés sur sa porte trouvé. Elle cogne, elle frappe, elle déverse les monstres qui crèvent en elle.

« enchantée Jo. »
« enchantée Jo. »
« enchantée Jo. »

Et quand il ouvre, elle est à genoux et pleure.
Sauve-moi.


@Arthur M. Leroy

_________________
mama bore a girl with a gun for a mouth and lips bleeding red. Lashes curled for war, onyx armour for my eyes, tongue waxing lyrical of both beauty and battle cries
i don't want your crown. see i've come to burn. your kingdom down
Revenir en haut Aller en bas
 
ashes blowing in the air ✣ arthur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un article pour le Roi Arthur !!!
» Une aide innatendu, un interêt étrange... [pv Arthur]
» Arthur Ambre.
» Arthur Lockhart
» Où l'on converse avec sérénité | Arthur
like lightning
if you ride
ϟ you're gonna crash like thunder ϟ

a game of shadows :: Paris :: Nord-ouest :: Premier arrondissement :: Ruelles et passages :: Habitations