boom bitch
Le forum est de retour pour vous jouer de mauvais tours.
Pour tout savoir des nouveautés, c'est ici !
let the sky fall
Un accident d'avion, un trésor piégé et un équilibre mis à mal par l'arrivée de nouvelles forces dans le jeu d'ombres...
Voilà ce qui vous attend dans la nouvelle intrigue.
like I own it
Parfois, on a juste envie d'inaugurer un bâtiment tranquille. Malheureusement, on a souvent des invités surprise....
Participez au premier event de cette nouvelle saison ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 We're all alone, walking in twilight (Eliane)
if you ride like lightning, you're gonna crash like thunder
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 25/07/2017
Messages : 379
pretty face : Alexandra Daddario
julius caesar : (c)MATT LA CHOUPINETTE & (c)Beylin
legends never die : Enyo, déesse de la guerre destructive, des batailles. Là où Arès représente la guerre dans son côté glorieux, combattant, héroïque, elle, elle est la personnification de l'horreur de celle-ci. Elle fut surnommée "la destructrice de villes" dans plusieurs écrits. Déesse guerrière, elle est l'inhumanité qui se cache dans chaque bataille menée par les Hommes.
the mighty bush : Désintégration : Capacité de réduire en poussière n'importe quelle chose ou être au toucher, en fonction de la puissance qui lui fait face.
Résonance de violence : Ah, la petite Arla, elle aime ce pouvoir... Attiser la violence, de pousser les êtres l'entourant à la révolte... Lorsqu'elle est là, les batailles se font plus enragées, les morts s'entassent, et le monde perd la raison.
Allegeance : Arla, elle est supposée suivre les ordres donnés par les Olympiens. C'est l'illusion qu'elle donne en tout cas. Cependant, elle préfère se frayer son propre chemin. Elle se mêle aux révolutionnaires, se fait passer pour une humaine lambda. Elle cède le doute dans l'esprit des humains, des anges et des démons. Elle se joue de tout le monde, même son propre camp, au risque que cela lui retombe.
these streets : La déesse est au courant de tout, que ce soit par rapport à l'arrivée des dieux, anges et démons ou des différentes prophéties. Néanmoins, elle se contente de faire profil bas et d'observer les évolutions du monde, en attendant le bon moment pour faire tomber le masque...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dieux

Sujet: We're all alone, walking in twilight (Eliane) Mer 3 Oct - 21:24 ()


We're all alone, walking in twilight
Faithless is he that says farewell when the road darkens.



Le ciel s’est teinté d’une lumière rougeâtre, alors que le soleil descend doucement dans les profondeurs de la terre. Depuis l’arrivée des dieux maudits, tu ne peux t’empêcher de ressasser ce vieux mythe égyptien, celui qui relate la vie de l’astre solaire, de Rê durant la journée, ce merveilleux voyage qui finit dans la douât, s’enfonce dans les entrailles de la Terre. Et là, les guerriers se multiplient auprès de la barque solaire, tous prêts à se sacrifier pour protéger les leurs de la perfidie des ténèbres. T’aurais presque pu t’imaginer à cette place, luttant de toutes tes forces contre les forces du chaos. Sauf que le problème, c’est que tu fais toi-même partie des ombres. Tu n’es pas une guerrière appréciée ou acclamée. Tu n’es ni Athéna, ni Arès, ni un quelconque héros. Ca te bouffe toujours autant de voir des mortels, des demi-frères et sœurs, gagner le cœur des Hommes, obtenir leur foi et leur amour, quand toi tu ne mérites que la haine et l’opprobre. Peut-être que tu devrais te remettre en question. Peut-être que tu n’as tout simplement pas envie de te dire que c’est de ta faute, même si ce n’est pas le cas. Et que tu entraves ta liberté toute seule, pour une pseudo-famille sans intérêt…

Pourtant, alors que tu es perdue au sommet de la Tour Montparnasse, t’es presque prise de remords à l’encontre d’Hébé. Si tu as accepté de la protéger, de te battre pour elle, sur demande de ton frère, et parce que tu sais sa présence importante, tu passes ton temps à la rejeter, elle comme ses pouvoirs. Parce qu’au fond, elle te rappelle ce que tu aurais pu être, si tu étais née du bon côté. Y’a rien de bon, rien de mauvais pourtant, dans le monde des dieux, mais tu ne l’as jamais ressenti comme ça. Ou alors tu aimes bien, te considérer en victime, en martyr. Tu as envie d’avoir une raison de te battre, pour ne plus te perdre dans un magma brûlant de haine et de dégoût. Pour toi. Pour les tiens. Pour le monde. Celui-ci, tu veux le voir à feu et à sang, mais seulement pour te dire que tu n’es pas la seule dans ton état. Tu le veux à ton image, détruit et en cendres, pour te bercer d’illusions. A défaut de te soigner, de remonter la pente, tu exploseras les parois qui t’entourent, pour faire chuter ceux qui t’entourent, à des kilomètres au-dessus de ton corps.

Je suis là pour t’aider, et t’as toujours les mots d’Hébé qui tournent dans un coin de ta tête. Ton regard se pose sur l’écran de ton téléphone, et tu sais que son numéro est quelque part dedans. Un soupir, et les doigts récupèrent l’objet, précieusement. Il ne faut que quelques secondes pour envoyer le message, perche dissimulant un appel à l’aide des plus étonnants de ta part. Tu ne sais même pas comment elle réagira, à ta demande de venir ici, alors que la nuit s’installe sur Paris. P’t’être qu’elle s’en moquera, ne fera pas un seul geste dans ta direction, et qui pourrait lui en vouloir ? Tu n’es pas la plus aimante des sœurs, au contraire, y’a plus de haine en toi que d’amour. Parce que tu ne sais pas comment faire, toi qui te complais dans le sang et la mort. Le smartphone est retrouvé sur le sol du toit de la tour Montparnasse. Tu t’es vraiment exilé, tu t’es glissé dans le seul endroit où personne ne viendrait te chercher : au plus proche des tiens. Tu ressentirais presque leur énergie battre sous toi, au dernier étage si mystérieux de la bâtisse. Pour quelqu’un ne supportant pas sa famille, allant jusqu’à faire un pacte avec le Diable en personne pour l’éliminer, tu tournes toujours autour des endroits marqués par leur présence. Comme si tu les recherchais inconsciemment…

Un rire est étouffé, et tu jettes un regard à la lune, seule témoin de tes pupilles vidées de leur substance, des failles qui parcourent ton âme, au-delà de celles qui se dessinent sur ton corps. Une gorgée de ta flasque finit dans ton œsophage, alcool engourdissant les muscles au fur et à mesure que la quantité dans le contenant diminue. Tu t’perds ce soir, tu t’abimes définitivement. La Guerre se dévoile, s’esquive de son manteau fait de chair et de sang, de morts et d’assassins. Tu n’as jamais été qu’un monstre avide de carnages, pour masquer les doutes et les interrogations. Et aujourd’hui, y’a plus les grandes batailles, les champs maculés de carmin et de tissu, les terres retournées par les armes, les pas et les sabots. Il n’y a plus rien pour arrêter le cheminement de tes pensées, et l’action corrosives qu’elles ont sur ton cœur.

C’est une mort en suspens, une épée de Damoclès au-dessus de ta tête.

C’est une chute du haut d’un précipice, le long de parois glaciales et entièrement lisses, sans accroche.

C’est l’eau en-dessous, si bas, si profonde.

C’est le corps qui s’enfonce dans la masse aqueuse, qui se retrouve broyé, noyé. Et la respiration qui est coupée, rendue impossible par le poids sur la carcasse…




@Eliane Lavalle

_________________
Divide &
CONQUER
BECAUSE THAT'S WHAT WE DO. WE NEVER STOP FIGHTING

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t4711-we-are-young-eliane-lavalle http://www.gameofshadows.org/t5898-eliane-lavalle-dieux
homecoming : 13/11/2017
Messages : 435
pretty face : Emilia Clarke
julius caesar : Matt
legends never die : Déesse de la jeunesse, de la vitalité et de la vigueur. Protectrice des jeunes mariées. Détentrice du délectable Nectar et conservatrice de la précieuse Ambroisie. Echanson des dieux sur Terre, ancien échanson des dieux sur l’Olympe, Hébé est également l’oreille à l’écoute, l’amie et la confidente de ces êtres d’un autre temps.
the mighty bush : Souffle de jouvence : D’un simple touché, Hébé peut rajeunir n’importe qui, octroyant vigueur et vitalité. Plus la jeunesse durera dans le temps, plus cela coûtera en énergie.
Guérison : Capacité de guérir toutes les blessures confondues d'une autre personne. L'intensité du pouvoir varie selon le statut du personnage. Selon la gravité des blessures, l'utilisation du pouvoir peut affaiblir son utilisateur.
Allegeance : Eliane soutient et aide anges et templiers, tout en restant en retrait. Elle reste cependant une déesse et, en tant que tel, elle garde secret son identité pour tout autre qui n’est pas comme elle. Cependant, elle a ses propres affinités divines et aspirations. C’est à celles-ci qu’Hébé est fidèle.
these streets : Hébé est au courant de tout et en sait bien plus que les anges et les démons. Ces derniers ignorent que les Dieux sont parmi eux et qu’ils les observent attentivement, mais le mot d’ordre est de conserver l’anonymat sur leur divine identité. Pour sa propre survie, son avenir et celui des siens, Hébé obéit, même si elle redoute toujours cette Prophétie et les conséquences qu’elle pourrait engendrer.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dieux

Sujet: Re: We're all alone, walking in twilight (Eliane) Dim 4 Nov - 12:32 ()
We're all alone, walking in twilight
« Voilà une bonne journée qui s’achève ! »

Eliane était contente. Ça lui faisait toujours plaisir lorsqu’une journée se déroulait sans encombre. La boutique avait bien fonctionné et il avait fait beau toute la journée. Elle n’avait pas besoin de plus pour garder le sourire. Ou était-ce parce que cette fois-ci elle n’avait croisé ni anges, ni démons ni dieux se battant au beau milieu de Paris. La nuit tombant, il était temps de rentrer chez elle. Elle s’apprêtait à fermer l’herboristerie quand la sonnerie de son portable retenti. Un message et pas de n’importe qui. Eliane fut surprise en voyant le prénom d’Arla apparaître sur l’écran. C’était inédit qu’elle lui écrit. C’était-il passé quelque chose ? Avait-elle parlé trop vite ? Cette journée n’allait peut-être pas bien se terminer.

Malgré tout, Hébé regarda de plus près et lu son message. Un soupçon d’inquiétude se mêla à sa surprise. Hébé ne comptait plus le nombre de fois qu’elle avait dit à Enyo qu’elle était là, qu’elle pouvait l’aider ou la soigner lorsqu’elle se blessait. Elle le lui avait encore proposé la semaine dernière dans le parc quand elle l’avait vu se battre contre Gautier. Mais là c’était plus que ça… Cet appel à l’aide était-il lié à cette fois-là ? C’était possible. Que ce soit le cas ou non, Hébé ne tergiversa pas. Avant de fermer sa boutique, Hébé alla chercher quelque chose dans sa réserve, le rangea dans son sac à bandoulière, vérifia une dernière fois les lieux et partie après avoir tout verrouillé.

Hébé ne mit que quelques minutes à arriver jusqu’à la tour Montparnasse. Heureusement que leur quartier général n’était pas loin de l’herboristerie. Elle n’avait aucune envie de faire attendre plus longtemps Enyo. Elle ne voulait pas qu’elle s’imagine des choses fausses. Sans passer par les salles communes –elle n’avait pas le temps de bavasser avec les dieux présents sur les lieux-, Hébé monta directement jusqu’au toit. Là-haut, elle s’arrêta net en voyant Enyo au bord du précipice. Elle l’observa, saisit par l’instant. Sans faire de bruit, elle referma la porte et s’approcha doucement. Elle ramassa le téléphone par terre qu’elle devina appartenir à Arla et continua d’avancer, sans crainte de l’effrayer. Il en faudrait bien plus pour la surprendre et puis, c’était elle qui l’avait appelé.

« Tu es encore suffisamment consciente pour savoir que cette chute ne t’apporteras pas ce que tu cherches ? Cependant, je conçois que la vue est à coupé le souffle, mais pas pour nous. »

Rien n’équivalait les vues du Mont Olympe. Quant à la chute… A part lui donner du fil à retordre en la soignant et souffrir grandement, Enyo n’en mourra pas. Mais était-elle encore suffisamment consciente ? La distance ne l’avait pas empêché de remarquer la flasque dans la main de la déesse guerrière. N’importe quel alcool que contenait cette flasque, il était certainement moins fort et appréciable que ce qu’elle avait apporté. Elle avait décidément bien fait. En s’approchant de sa sœur, sans se soucier le moins du monde de la hauteur et du vide environnant, Hébé sortie la bouteille de nectar de son sac et la montra à Arla.

« Allez viens, descend de là et regarde ce que j’ai apporté. Ce sera tout de même meilleur que ce que tu as là-dedans, mais ne dit pas aux autres que tu as eu le droit à une bouteille entière. »

Un sourire complice bien trop rare entre les deux demi-sœurs. Ce soir, elles étaient plus sœurs que demi. Ce soir, Hébé ne tiendrait pas compte de leurs nombreux désaccords et du fait qu’elles ne s’appréciaient pas vraiment, car les liens familiaux chez eux étaient bien plus complexes à gérer qu’entre humains. Puis, ils avaient des millénaires de vie. Il lui était aisé d’effacer d’un revers de la main tous les mauvais moments définitivement ou momentanément. Ne comptant pas l’attendre indéfiniment debout, Hébé s’assit par terre, adossée contre le rebord du toit, elle déboucha la bouteille et tapota la place à ses côtés.

« Assieds-toi. Tiens » dit-elle en lui donnant la bouteille avant de fouiller dans son sac et de lui rendre son smartphone qu’elle avait ramassé tantôt. « Garde-le aussi, ne l’oublie pas, il s’avère bien utile. »

Un petit clin d’œil, histoire de détendre l’atmosphère et parce que, mine de rien, la situation était à la fois étrange et particulière. Elles ne s’étaient pas retrouvées beaucoup de fois ainsi. Hébé renversa la tête en arrière, la posa sur le rebord et observa le peu d’étoiles dans le ciel. La Ville Lumière était sublime de nuit, mais quel gâchis d’en éclipser à ce point le spectacle qu’offrait tous les soirs la voûte stellaire. Les nuits olympiennes lui manquaient… Sans dire un mot, elle resta ainsi, laissant le silence (un silence tout relatif, car les bruits criards de la ville, Hébé s’en passerait bien. Ils étaient loin du paisible silence d’une nuit étoilée qu’offraient les temps anciens) s’emparait d’elles, de l’instant présent. Laissant tout le temps nécessaire à Enyo de décider ce qu’elle souhaitait faire. Elle n’allait pas l’acculer de questions, de bons conseils ou de bonnes paroles sans l’avoir écoutée ou laissée parler. Peut-être avait-elle uniquement besoin d’une présence, de savoir qu’elle n’était pas seule dans cette grande famille. Peut-être avait-elle juste besoin de savoir qu’on ne la détestait pas au point de l’abandonner. Hébé ignorait à quoi elle pensait. Ce qu’elle avait. Ou plutôt : il existait plusieurs possibilités. Alors au lieu de toutes les énumérer les unes après les autres, elle préférait laisser le temps au temps.
- a game of shadows, shall we play ?  -  #0099FF ELIANE

_________________
Irrésistible Jeunesse
I miss your touch
When she laughed, she was beautiful.When she cried, she was beautiful, but when she was determined, she was sexy as hell.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 25/07/2017
Messages : 379
pretty face : Alexandra Daddario
julius caesar : (c)MATT LA CHOUPINETTE & (c)Beylin
legends never die : Enyo, déesse de la guerre destructive, des batailles. Là où Arès représente la guerre dans son côté glorieux, combattant, héroïque, elle, elle est la personnification de l'horreur de celle-ci. Elle fut surnommée "la destructrice de villes" dans plusieurs écrits. Déesse guerrière, elle est l'inhumanité qui se cache dans chaque bataille menée par les Hommes.
the mighty bush : Désintégration : Capacité de réduire en poussière n'importe quelle chose ou être au toucher, en fonction de la puissance qui lui fait face.
Résonance de violence : Ah, la petite Arla, elle aime ce pouvoir... Attiser la violence, de pousser les êtres l'entourant à la révolte... Lorsqu'elle est là, les batailles se font plus enragées, les morts s'entassent, et le monde perd la raison.
Allegeance : Arla, elle est supposée suivre les ordres donnés par les Olympiens. C'est l'illusion qu'elle donne en tout cas. Cependant, elle préfère se frayer son propre chemin. Elle se mêle aux révolutionnaires, se fait passer pour une humaine lambda. Elle cède le doute dans l'esprit des humains, des anges et des démons. Elle se joue de tout le monde, même son propre camp, au risque que cela lui retombe.
these streets : La déesse est au courant de tout, que ce soit par rapport à l'arrivée des dieux, anges et démons ou des différentes prophéties. Néanmoins, elle se contente de faire profil bas et d'observer les évolutions du monde, en attendant le bon moment pour faire tomber le masque...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dieux

Sujet: Re: We're all alone, walking in twilight (Eliane) Jeu 6 Déc - 2:43 ()


We're all alone, walking in twilight
Faithless is he that says farewell when the road darkens.



La couleur rougeâtre s’étale sur les toits parisiens, sous ton regard déjà bien engourdi par l’alcool. Tu n’as pas arrêté, sans jamais jeter un seul coup d’œil à la boisson qui diminue doucement mais sûrement dans son contenant. Bien. Et au fur et à mesure que les minutes défilent, tu te demandes si tu as bien fait d’envoyer ce message à ta sœur. Certes, elle a toujours montré un besoin viscéral de t’aider, surtout quand tu ne le souhaitais pas, mais serait-elle là aujourd’hui que tu réclames son attention ? Parce qu’il faut être honnête, tu n’as jamais été au plus bas. Avec la révélation des dieux au commun surnaturel, à cette traque dans les différents groupes, tu as un peu plus perdu ta place dans ce monde. Tes manipulations deviennent vaines, et tu te dois de créer des alliances hautement dangereuses pour ta survie. Comme celle avec Lucifer et Samaël. Plus tu y repenses, plus tu t’y attardes, et plus tu te rends compte à quel point tu as peut-être eu tort. Néanmoins, ton ressenti, à l’instant où la promesse fut scellée, tu ne peux pas le supprimer. Il reste présent, dans un coin de ton cœur, battant douloureusement alors que tu es si proche des tiens. Tu as trahi, et il n’est plus question de faire marche arrière…

La voix te fait sursauter, tu ne l’as pas entendu arriver, Hébé. La tête se tourne légèrement, pour détailler ses traits. « C’est le plus haut que j’ai été, au-delà des montagnes naturelles. » C’était y’a longtemps, si longtemps… Mais tu n’es jamais monté sur l’Olympe toi. Tu ne sais pas quelle est la vue de là-haut, si elle est mieux, ou moins bien. T’es pas une déesse importante, et ta place, elle est sur un champ de bataille, pas dans un jardin d’Eden. « Et je dois bien pouvoir mourir, en m’éclatant d’aussi haut. » A quel point êtes-vous immortels ? Votre corps est peut-être plus fort, plus résistant que la moyenne, mais la chute serait telle… Y’aura du sang. Et la nuque brisée, en même temps que chaque os de ton organisme. Comment ta sœur peut-elle croire que tu t’en sortiras ? Tu ne vis pas dans une illusion de toute puissance toi, alors même que des humains recommencent à prier pour toi. Tu peux le sentir par moment, ce pouvoir glissé sous ta peau. Il revient, lentement. Et il restera, tu te le promets.

Nectar ? le sourcil s’arque, la question se lit dans ton regard. Comment a-t-elle… ? Evidemment, Hébé. C’est elle qui apporte la boisson divine à tous les banquets. Dernier regard dans le vide, attirance certaine pour la chute. Mais tu t’en décroches. Tu débats avec toi-même, quand tes pieds t’éloignent de ton désir. Peut-être que l’alcool est plus important que la mort finalement. Le sourire en réponse à celui de l’autre femme, bien trop rare à s’afficher sur tes lèvres. T’es la Guerre après tout, reine des assassins, pas du bonheur. « Merci. » De m’apporter de quoi me bourrer la gueule, et oublier. Parce que c’est ce que tu ferais ce soir. Tu veux oublier ta vie, tes vies. Tu veux oublier le passé, et rendre le futur d’autant plus flou. Le smartphone retrouve ta main, en même temps que la bouteille. Tu soupires doucement, le ranges dans une poche. Dans le pire des cas, t’en aurais racheté un, société de consommation oblige. Tu t’en moques des billets à dépenser, et tu n’as aucune attache sentimentale envers les objets.

Le bouchon saute, et une première gorgée finit dans ta gorge. Ca brûle, et ça détend en même temps. Et c’est le silence qui complète l’acte. Parce que tu ne sais pas quoi dire, sur le coup, et que tu t’attends à une remarque, à des questions, comme elle le fait si bien habituellement. Cette fois, non. Alors, tu la fixes un instant, tu repenses à la haine et la rancœur qui te bercent depuis tant d’années, et tu finis par lâcher, dans un murmure : « Qu’est-ce que ça fait d’être appréciée et protégée par tous ? » D’être humaine en fin de compte, de faire réellement partie d’une famille ? Parce que tu rêves de sa place, depuis tellement de temps, que ce soit auprès d’Arès, ou auprès de Poséidon. Mais non. Toi tu dois être l’enfant rebelle, l’enfant violente. Elle… La seconde, la sagesse, la douceur. Et si tu la sais forte, tu sais qu’elle n’est pas ce monstre que tu peux être. C’est ce qui doit intéresser… « Y’a quoi à la place de la haine ? » Ca fait martyr, ça fait comme si tu te plaignais de tout. Et c’est peut-être le cas au fond, comme tu veux inspirer autre chose que du dégoût ou de la colère. Tu ne sais juste pas comment faire, et ça te bouffe.



@Eliane Lavalle

_________________
Divide &
CONQUER
BECAUSE THAT'S WHAT WE DO. WE NEVER STOP FIGHTING

   
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: We're all alone, walking in twilight (Eliane) ()
Revenir en haut Aller en bas
 
We're all alone, walking in twilight (Eliane)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Twilight Imperium - Samedi 19 Mars
» Twilight Imperium
» SAGA TWILIGHT- Twilight, New Moon, Eclipse, Breaking Dawn
» Twilight Imperium 3E - FFG - en juin ?
» The Twilight
like lightning
if you ride
ϟ you're gonna crash like thunder ϟ

a game of shadows :: Paris :: Sud-Est :: quatorzième arrondissement :: Quartier Montparnasse :: Tour Montparnasse