boom bitch
Le forum est de retour pour vous jouer de mauvais tours.
Pour tout savoir des nouveautés, c'est ici !
let the sky fall
Un accident d'avion, un trésor piégé et un équilibre mis à mal par l'arrivée de nouvelles forces dans le jeu d'ombres...
Voilà ce qui vous attend dans la nouvelle intrigue.
like I own it
Parfois, on a juste envie d'inaugurer un bâtiment tranquille. Malheureusement, on a souvent des invités surprise....
Participez au premier event de cette nouvelle saison ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 Fratricide - Lucifer&Azazel
if you ride like lightning, you're gonna crash like thunder
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 08/10/2018
Messages : 41
pretty face : Tom Hardy
julius caesar : lux aeterna (av) gifs (tumblr)
legends never die : Commandant du Chaos, Grand Bourreau des Enfers, Persécuteur et Tourmenteur du Royaume de Dis. Faisant hurler les damnés entre ses doigts expérimentés. Démon des Hautes Sphères, Ancien Archange de L'infini, Déchu pour échapper à la soumission. Il est l'un des grands noms de Dis, craint et admiré par tous les démons qui ont suivi.
the mighty bush : Corruption - Il se glisse dans l'esprit de ses victimes, leur susurre des douceurs démoniaques à l'oreille. L'homme droit devient adultère, l'homme pieu devient criminel, la femme chaste devient esclave de la nuit, le calme devient violence incarnée. Il fait perdre la tête à Paris, il joue avec ses habitants, fais d'eux l'objet de ses désirs, les façonne à sa guise.
Dégradation Psychologique - Le Chaos dans la tête, l'esprit de l'homme est fragile, et les idées noires ne demandent qu'à être exploitée. Il ne crée pas la dépression, il la nourrit, le moindre petit obstacle devient insurmontable, et la victime en est terriblement affaiblie. Seuls les esprits les plus forts peuvent résister dans une certaine mesure à ce don du démon, mais peu ne ressentent aucunement les effets de ce pouvoir.
weapon : Une lame forgée par Azazel lui même, une simple coupure avec ce fer forgé dans le feu de Dis provoque une douleur intense à la victime.
Allegeance : Il n'a plus d'allégeance aujourd'hui. Il ne voit que son être, satisfait ses désirs les plus sombres, les plus fous. Viole la liberté de Paris et se repaît de sa peur ambiante et des cris de ses victimes. Pendant longtemps, le trône de Lucifer lui faisait de l’œil au déchu, fin stratège cherchant à voler le royaume de son frère affaibli. Et aujourd'hui, après avoir disparu pendant une longue année, la Discorde est assise couronnée. Usurper le trône ? Récupérer sa place ? Dominer Paris ? Les choix sont nombreux, le jeu plus attrayant que jamais
these streets : Azazel sait tout ce qui se trame dans les rues de Paris, des anges aux dieux. Il sait tout sur cette guerre qui fait rage. Et il s'amuse de la situation, profites de la guerre pour satisfaire chacune de ses envies.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Démons

Sujet: Fratricide - Lucifer&Azazel Sam 13 Oct - 9:41 ()
fratricide
J'établirai mon trône sur les nuées et serai semblable au Très Haut

C’était ce genre d’histoires qui se répétaient encore et encore. Une banalité ambiante qui puait le coup de tête du destin. Fallait se l’avouer, des millénaires ça forge une relation. Quelle qu’elle soit. Deux frères à l’origine du temps, avant même la création. Et Azazel c’était le p’tit frère qui admirait le grand. Aveuglé par la beauté, la lumière qui se dégageait de l’étoile du matin. Il aurait fait n’importe quoi pour Lucifer, merde, il a tout fait pour Lucifer. Parce que y’avait ce truc, un je ne-sais-quoi, une offre de liberté qui émanait du favoris de Dieu. C’était une putain de danse, dans un rythme étonnant, encore jamais vu, quand Azazel avait vu Lucifer debout, refusant de s’agenouiller devant Adam alors que tous les anges étaient déjà couchés devant l’humain. Et il l’avait suivi, dans cette chute, cette damnation éternelle. Le monde connaissait cette histoire, ils savaient que Lucifer avait été banni, que d’autres anges avaient suivi dans la chute. Qu’Azazel avait insufflé le pêché dans le cœur des hommes alors que Lucifer croquait dans la pomme avec Eve. Ça aurait put se passer comme ça. Tout simplement. Deux frères contre tout. Mais l’enfer avait joué de son art sur le lien qui les unissait. Christopher tirait sur son cigare. Crachant la fumée en se massant légèrement le cou. Cette histoire il la connaissait par cœur. Les moindres détails, les moindres mots qu’ils s’étaient échangés. Il se souvient facilement de leur complicité d’antan, quand Azazel admirait Lucifer plus qu’il n’admirait Dieu. Il se souvient l’avoir suivi sans la moindre hésitation. Il se souvient être devenu le Bourreau du Roi des Enfers, avoir saisi cette lame qui était celle du Roi, et d’un coup sec, il avait tranché les ailes blanches de l’Archange, alors que les siennes s’étaient tendues de tout leur long, tâchées et pourries par endroit. Il attrapait son verre de scotch pour en vider le continu. Parce qu’il se rappelait pas vraiment de quand tout avait tourné à l’envers. Quand ce trône sur lequel Lucifer prenait ses aises s’était mis à résonner dans l’esprit du Bourreau. Que Samaël et lui se disputaient les droits d’une révolution infernale. Quand en était-il arriver à détester Lucifer au point de vouloir le voir souffrir. Il aurait tout donné Azazel, pour être celui à arracher la couronne des cornes du Diable. Il aurait tout donné pour le jeter en bas du trône et l’utiliser en repose pieds. Mais Lucifer était tombé, emportant Azazel avec lui. Oh il lui en voulait le bourreau, il lui en voulait d’avoir été si faible, d’avoir permis à un démon de le détrôner. Il lui en veut d’avoir prouvé qu’on pouvait s’attaquer aux hautes sphères. Conduisant le Chaos à se cacher pendant tout ce temps. Flashs de colère. Des images qui se gravaient dans l’esprit d’Azazel quand il perdait la tête, quand il voulait frapper, quand le sang lui manquait, quand il voyait le visage de Lucifer sous ses outils. Et la colère grondait, un peu trop fort ce soir là dans l’âme déchirée du Démon. Il en avait assez, Malphas se jouait de lui, il devait tout reconstruire auprès des démons, et il n’avait pas le temps pour cela. Il écoutait la musique pourrie de ce pub miteux. Avalant un nouveau scotch cul sec. Il levait les yeux sur ce miroir faisant face au bar, ce miroir qui lui offrait une vue d’ensemble sur cette salle, une vingtaine de personnes à tout casser, qui buvaient sans se douter de quoi que ce soit. C’était dans ce miroir qu’il avait vu ce type, grand barbu, qui allait le bousculer. Le gamin n’avait sans doutes pas fait exprès, trop bourré pour tenir stable il s’était rattrapé sur le mauvais démon. Et Azazel voulait simplement s’amuser un peu, il avait attrapé le cou du gamin, le levant à sa hauteur, pour se glisser à son oreille. Serpent crachant son venin, pouvoir emplissant cette pièce. L’Archange punissait cette erreur. Il apportait le chaos dans Paris, partout où il le voulait. « Laisses toi aller...Laisses sortir le monstre qui est en toi » Glissant un couteau dans la main de l’humain en perdition. Et les cris avaient commencé. Alors que Alastair sortait du bar, cigare en bouche et verre à la main. Naviguant seul dans les rues sombres de Paris. Respirant une grosse bouffée d’air alors que les cris derrière lui étaient une mélodie qu’il entendait et adorait. Et la corruption se transmettrait, et ce pub ne serait qu’un bain de sang quand le soleil viendrait l’éclairer de ses rayons timides. Et il fermait les yeux, ressentant ce vertige qu’il avait appris à dompter depuis qu’il était coincé dans ce sac de chair. Grimaçant légèrement à la faiblesse de l’être humain. Il était arrivé dans une de ces nombreuses rues de Paris, de celles qui se ressemblent toutes et qui pues la même odeur de pisse, de celles qui comptent quelques sans domicile étalés de tout leurs longs sous les porches et les gouttières. Observant la structure comme il le faisait souvent, buvant une gorgée en tirant sur son Havane. Il avait senti la présence près de lui. Depuis toutes ces années, ils avaient appris à se reconnaître. Il restait immobile pourtant. Sans dire un mot. Prenant son cigare en main en crachant sa fumée grise au ciel effrayé. Et les étoiles fuyaient comme les nuages. Parce que le monde n’aimait pas que les deux frères se réunissent. « Lucifer...je ne m’attendais pas à ce que tu viennes traîner dans les parages. » Il se tournait vers l’ancien Roi en souriant. Lui qui avait formé et créé la nouvelle Reine. Il offrait une putain d’image d’ivrogne imbécile le Bourreau. Et sur son visage en voyait qu’il en avait marre maintenant. Il était prêt à rentrer, que les choses reprennent leur court normal. « Je te pensais caché sous une roche quelque part loin de Paris... »
- a game of shadows, shall we play ?  -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 09/03/2018
Messages : 270
pretty face : Jared Leto
julius caesar : @Avatar Morphine @Signature Beylin aka Matt D. Lefèvre
legends never die : Porteur de Lumière, Ancien Roi des Enfers, Commandant de l'Orgueil, Général Flamboyant, Jadis Colonel des Légions de Feu, Autrefois Maréchal des Armées Divine, Souverain Légitime de Dis, Ingénieur Général de l'Équilibre, Dompteur du Chaos ;
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Démons

Sujet: Re: Fratricide - Lucifer&Azazel Lun 15 Oct - 21:50 ()

some secrets should never be discovered, my friend.

F.R.A.T.R.I.C.I.D.E
“C'est l'Orgueil qui arma Caïn de la massue Fratricide...”



Qui y a-t-il de plus beau ? La création ou la créature ? Ce moment fatidique où la lumière nous éblouit ou cet instant de sérénité quand les ténèbres nous envahissent ? Une question plutôt ironique quand elle vient de l'étoile du matin. On l'avait accusé d'être beaucoup de choses, rebelle, traître, fratricide, déchu et orgueilleux. Il était tout cela à la fois et il n'en était rien. Entre le Bourreau et l'Exécuté, qui était le condamné ? Celui à l'origine du pêché et du mal, ou celui qui lui retirait tout espoir de rédemption ? Alors les simples diront : « Il aurait dû réfléchir. », les imbéciles répondront : « Il n'aurait pas dû faire. ». Enfin, viennent les sages, les oubliés ou les hypocrites comme les surnomment les humains, ceux-là diront : « Il a agi. Peu importe la raison. ». Les murmures ont bourdonné dans les oreilles, pourtant, personne n'a su comprendre cette émotion qui émanait du cœur de la ruche.

Alors, la reine s'envole, les petits s'affolent et le braconnier s'abreuve. Les rumeurs s'étaient logées dans les lobes du roi d'antan, elles sifflaient, d'une façon si cinglante que même une harpie en aurait honte. Le Déchu garde la mélodie dans l'esprit, fredonne l'air entre ses lèvres sanguines tandis qu'il descend de cette berline aux allures ténébreuses. Des habits sombres et une garde rapprochée qui faisait de l'ombre. Pourtant, le seigneur des ténèbres n'était pas revêtu de cet uniforme strict et d'une sévérité implacable. Le sieur Lucas était juste vêtit d'un jean noir délavé et d'un t-shirt aussi obscur que la mort, le sieur Lucas avait l'air d'un simple adolescent rebelle, reniant l'image de la haute société qu'il représentait. Aujourd'hui, il n'était plus une âme dans un corps humain, ce soir il redevenait le démon originel qu'il a toujours été.

Un pas devant l'autre, les mains ensevelies sous le tissu, caressant délicatement ses cuisses musclées, il s'avançait la tête baissée, le regard enterré par sa chevelure, le fils déchu se rapprochait de son passé. Lucifer était à peine sur le seuil de la porte de ce bar miteux, qu'il pouvait en ressentir toute l'aura négative qui s'en dégageait. Les morts ne mentaient donc pas. Le boucher était donc passé par là. Instinctivement, l'archange déchu s'arrêta et se passa une main délicate sur l'un de ses omoplates… Il lui manquait quelque chose. Quelque chose de naturel, de divin et d'oublier. Non. Ce n'étaient rien que des stigmates. Alors, pourquoi pousser cette porte d'entrée ? Pour ce simple plaisir masochiste qui consistait à apprécier la douleur. Pour ce simple désir nostalgique qui consistait à regretter le passé. Tant qu'il se n'en était pas défait, nul avenir ne pouvait se présenter.

Hésitant, l'Orgueil retenait dans le creux de sa main la poignée de cette porte si froide. La première sentinelle qui l'accompagnait fit un pas en avant, très vite interrompu par la main libre de Lucifer qui l'interdit d'avancer. Le Déchu devait entrer seul dans cet antre, sans parure, sans armure. Lentement, il entre et referme la porte derrière lui, nul autre que lui. Dante avait repeint les lieux, ce bar où s'entremêlait sueur et alcool n'avait plus qu'une seule odeur, celle du chaos. Le sang avait recouvert le sol et les murs, mêmes les verres en étaient remplis. Un pas après l'autre, le fils rebelle observait ces corps sans vie, d'autres étaient aux portes de la mort, aux portes de Dis vue la façon dont la faucheuse avait récupéré leurs âmes. L'air était nauséabond, l'obscurité profonde, dans cette salle il n'y avait que la mort qui était féconde.

Le regard vide, stoïque et sans peine pour ces perdus qui gisaient, l’archange déchu s’avança jusqu’au bar. Quelques secondes, c’est tout ce qu’il lui fallut pour renifler l’odeur de son frère. Alors, il s’approche du bar et s’enivre du parfum chaotique qui s’en émane, son attention est portée par un cendrier dans lequel repose cigarettes et cigares. Les êtres surnaturels avaient cette chance d’avoir les sens plus développés que ces piètres humains et ils savaient s’en servir pour arriver à leurs fins. Il n’était pas loin. C’était la raison pour laquelle Lucifer calculait le moindre de ses gestes, prenait le temps d’exécuter le moindre de ses mouvements. Lent certes, mais précis, c’est subitement que sa main s’abattit sur un corps. Une gorge, celle d’un gamin en sang, couteau en main malgré la vie qui le quittait. Pourquoi garder l’arme en main alors que le combat était fini ?

Sans empathie, le fils rebelle souleva ce corps à moitié mort, tremblant dans le creux de sa main. Instinctivement, ce pauvre hère indiqua la porte de sortie à l’arrière du bar. Ce pauvre fils d’Adam avait reconnu le regard de Lucifer, comme s’il l’avait déjà vu. Oui, il avait vu quelque chose de semblable il y a quelques minutes. Il avait vu une créature semblable à celle qui allait lui ôter la vie. Alors, d’un geste rapide et précis, le diable lui arracha la jugulaire et laissa retomber le corps sans vie sur le sol. Sans prendre le temps de se rendre présentable, Satan suivi le chemin de son frère et finit par retrouver les rues de Paris. Ce soir, c’était lui le boucher. Il s’était laissé porter par cette arabesque, par cette fumée propre à cet être, par une odeur que nul ne pouvait porter. Et il ne s’était pas trompé.

Azazel fume son cigare. Azazel recrache la fumée. Azazel souffle sur les flammes de l’enfers.

« Je pourrais en dire autant de toi… Mon frère. »

Un sourire, c’est tout ce que l’Infini pouvait lui offrir. Un sarcasme, c’est tout ce que le Chaos lui offrait. Le fils rebelle demeurait aussi inexpressif, aussi stoïque, la seule chose que son aura dégageait était de la rancœur. Enfin, il faisait face au Bourreau, à celui qui avait juré d’exécuter ceux qui seraient hors de leurs lois, à ceux qui ne sauraient se plier à leurs lois. A ceux qui ne sauraient s’incliner devant leur Roi.

« Je l’étais, mais maintenant que tu es là, je vais t’enterrer sous la même roche… »

Petit à petit, il s’avance le roi d’antan. Petit à petit, il relève la tête et entre ses cheveux obscurs, on pouvait apercevoir l’océan profond de sa vengeance. Où était-il quand il avait eu besoin de lui ?  Il était temps que son frère s’explique, il était temps que chaque démon rende des comptes. Alors, les poings se resserrent et les phalanges craquent.

« As-tu une dernière confession à faire… Mon frère… ? »

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________
The Fallen
follow the light and rise up from the darkness
« Comme tu es tombé du ciel fils de l'aurore ! Comme tu as été renversé jusqu'à terre, dompteur des nations ! Tu disais en ton cœur : "Je monterai au ciel, au-dessus des étoiles de Dieu j'érigerai mon trône, je m'assiérai sur la montagne du rendez-vous, dans les profondeurs du Nord. Je monterai sur les hauteurs des nuées, je serai l'égal du Très-Haut." »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur
homecoming : 08/10/2018
Messages : 41
pretty face : Tom Hardy
julius caesar : lux aeterna (av) gifs (tumblr)
legends never die : Commandant du Chaos, Grand Bourreau des Enfers, Persécuteur et Tourmenteur du Royaume de Dis. Faisant hurler les damnés entre ses doigts expérimentés. Démon des Hautes Sphères, Ancien Archange de L'infini, Déchu pour échapper à la soumission. Il est l'un des grands noms de Dis, craint et admiré par tous les démons qui ont suivi.
the mighty bush : Corruption - Il se glisse dans l'esprit de ses victimes, leur susurre des douceurs démoniaques à l'oreille. L'homme droit devient adultère, l'homme pieu devient criminel, la femme chaste devient esclave de la nuit, le calme devient violence incarnée. Il fait perdre la tête à Paris, il joue avec ses habitants, fais d'eux l'objet de ses désirs, les façonne à sa guise.
Dégradation Psychologique - Le Chaos dans la tête, l'esprit de l'homme est fragile, et les idées noires ne demandent qu'à être exploitée. Il ne crée pas la dépression, il la nourrit, le moindre petit obstacle devient insurmontable, et la victime en est terriblement affaiblie. Seuls les esprits les plus forts peuvent résister dans une certaine mesure à ce don du démon, mais peu ne ressentent aucunement les effets de ce pouvoir.
weapon : Une lame forgée par Azazel lui même, une simple coupure avec ce fer forgé dans le feu de Dis provoque une douleur intense à la victime.
Allegeance : Il n'a plus d'allégeance aujourd'hui. Il ne voit que son être, satisfait ses désirs les plus sombres, les plus fous. Viole la liberté de Paris et se repaît de sa peur ambiante et des cris de ses victimes. Pendant longtemps, le trône de Lucifer lui faisait de l’œil au déchu, fin stratège cherchant à voler le royaume de son frère affaibli. Et aujourd'hui, après avoir disparu pendant une longue année, la Discorde est assise couronnée. Usurper le trône ? Récupérer sa place ? Dominer Paris ? Les choix sont nombreux, le jeu plus attrayant que jamais
these streets : Azazel sait tout ce qui se trame dans les rues de Paris, des anges aux dieux. Il sait tout sur cette guerre qui fait rage. Et il s'amuse de la situation, profites de la guerre pour satisfaire chacune de ses envies.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Démons

Sujet: Re: Fratricide - Lucifer&Azazel Jeu 18 Oct - 7:41 ()
fratricide
J'établirai mon trône sur les nuées et serai semblable au Très Haut

Au diable les douces manières. Et la douceur d'une âme torturée. Quand la lune est seule témoin sous le voile de la nuit, que le soleil hésite à se lever sur cette douce comédie. Le monde avait vu des combats, et les pierres s'en rappellent encore si les hommes ont oublié. Le ciel avait fondé quand les frères côtés à côté dansaient. Quand le sang glissait délicatement sur leurs armes et sur leurs mains. Le ciel et les nuages se soutenaient des cataclysmes, des ouragans et de la colère. De cette époque où l'orgueil et le chaos se chérissaient l'un et l'autre. Les peintres avaient immortalisé ce triptyque anormal. Quand les trois frères ne faisaient qu'un. Ces trois anges, Lucifer Samael et Azazel. Qui apportaient la damnation et la destruction d'un simple murmure. Ils étaient artistes eux aussi, et ils maîtrisaient leur art à la perfection. Mais les douces couleurs de la rancœur et de l'usure venaient gâcher ce tableau, et les cœurs unis se déchiraient les uns les autres à l’image de ces toiles abîmées et jaunies par le soleil et le vent. Les Démons Originel, sous l'étreinte de ce roi déchu, qui faisait plier des royaumes à ses pieds. Longue vie au Roi! Azazel se rappelait lui, il se rappelait de chaque moments passés ensemble, des cris et des visages effrayés par les Archanges. L'infini se souvenait de la création et de l'âge des hommes. Et le chaos enfermé dans cette prison de chair et d'os hurlait d'être libéré, de se déchaîner sur ce monde triste. Les mortels autour d'eux se dissipaient rapidement, ceux à qui on avait tout retiré et qui avaient pour toit les étoiles assassinent, comme sentant la puissance cachée des titans qui se disaient sans plier. Chiens de faïences, prédateurs démoniaques. Douce tragédie. Et le chaos souriait quand le roi s’avançait, ce sourire carnassier qui s'étendait sur ce visage trop humain. Mais ses yeux n'avaient plus rien d'humain, emplis de colère et de désir de vengeance pour ce frère qui l'avait trahis. Ou peut-être le traître n'était autre que le chaos lui même. Sans doutes personne ne saurait lequel avait trahi en premier. Une mélodie éternelle, requiem qui l'avait jamais sonné sa dernière note.

Il lâchait un rire fou Christopher. Jetant son verre contre un mur ancien. Tirant une nouvelle fois sur ce cigare avant de le laisser lui aussi embrasser le sol. [volor=teal] « Peut-être devrais-je prier une dernière fois ? Que notre père pardonne mes péchés ? »[/color] Il haussait les épaules dans une fausse sincérité. L'air été doux pour une dernière nuit sur terre et le chaos en inspirait une bouffée, gonflant ses poumons humains de l'odeur ignoble des trottoirs parisiens. « Et toi mon frère qu'elles seraient t'es dernières volontés ? Je t'avoue que je suis curieux de savoir ce qu'un roi relégué au rang de cafard peut bien penser » et il décrochait un nouveau sourire, vulgaire et violent alors que ses poings serrés blanchissaient ses phalanges. « J'ai tellement attendu ce moment Lucifer... » c'était presque poétique cet affrontement, comme deux animaux primitifs cinglant des railleries emplies de sarcasme en attendant que l'un porte le premier coup. Comme une retenue presque sacré. Voyant le visage d'un frère sous les traits d'un ennemi. Il en serait presque désolé le chaos, si la colère n'était la seule émotion qu'il ressentait ce soir. « Mais dis moi, avant que l'un de nous ne rejoigne Dis, est-ce la perte de ta couronne qui fait gronder ton courroux ? » Le monde entier semblait retenir son souffle, dans le silence d’une nuit sombre, où la lune timide regardait curieuse la scène qui s’offrait à elle. Lequel ferait le premier pas, quand les deux auras se jugeaient, sans bouger, mais cette puissance qui se dégageait d’eux était suffocante, et l’atmosphère autour des deux êtres était bien lourde de ressentiment et de colère.

Et le Chaos savourait son goût, le goût de ce qui naissait chez Lucifer, de ce qui grandissait, de ce désir de vengeance qui coulait par tous ses pores. Il n’avait pas peur, peut-être aurait-il dû le démon, il n’avait pas peur parce que la folie s’était glissée dans son esprit, parce qu’il attendait cette vengeance depuis trop longtemps. Ce clash qui était destiné à arriver. Car Lucifer ne récupérerait pas sa couronne. Et Lucifer ne baiserai pas les pieds de Malphas comme il ne s’était pas prosterné devant Adam. Il voulait son royaume l’étoile du matin, mais celui que dieu avait rendu fort crevait aussi d’envie de s’asseoir sur le trône. Alors il serrait les poings, se sourire toujours gravé sur ses pommettes, ses yeux crachant leur haine et la folie qui se mêlait à eux, et le temps semblait s’arrêter, quand les frères se regardait dans les yeux. Le temps semblait s’arrêter quand le monde retenait sa respiration. Le temps semblait s’arrêter, alors que Dis attendait patiemment le retour de l’un d’eux.
- a game of shadows, shall we play ?  -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: Fratricide - Lucifer&Azazel ()
Revenir en haut Aller en bas
 
Fratricide - Lucifer&Azazel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A quand l'arrestation de Lucifer en personne?
» HAITI YON PARADI OU YON LANFE AVEC R G P POU LUCIFER ????
» Une bataille Fratricide dans les plaines du Riddermark
» Fiche Technique de Lucifer
» AZAZEL ◭ Pile tu meurs, face je te tue !
like lightning
if you ride
ϟ you're gonna crash like thunder ϟ

a game of shadows :: Paris :: Nord-ouest :: dix-huitième arrondissement :: ruelles et passages