fermeture du forum
Après plus de deux ans de bons et loyaux services, GOS ferme ses portes.
On vous remercie pour cette aventure et pour en savoir plus, c'est .

 
 the show must go on ✗ eric (défi)
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Livie D. Delmas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t3850-livie-l-anarchie-est-la-plus-
the last young renegades
homecoming : 27/07/2017
Messages : 332
pretty face : zendaya coleman
julius caesar : (c) kane
legends never die : déesse de l'anarchie celle qui se plait au milieu des révoltes, des manifestations, celle qui fait chuter les dictatures et les pyramides. celle qui rêve un peu trop. qui aimerait que tout le monde ait le même idéal qu'elle mais qui se perd sur la route. celle qui emprunte la violence pour atteindre ses objectifs de paix et de liberté.
the mighty bush : pouvoir de discorde l'éclat initial. celui qui déclenche tout. les situations qui basculent entre chacun elle sème le trouble entre les gens, déclenche des inimitiés par de simple mot. ils se détestent sans en savoir la raison qui n'est autre que son passage. les situations virent au drame en quelques mots, quelques gestes.
contrôle des sentiments elle attise la colère, le désir, l'envie. celle de liberté. celle de se battre contre le pouvoir. celle de leur en vouloir pour tout ça. elle fait naitre le désir de se battre pour la liberté qu'ils ont aperçu auparavant.
Allegeance : elle n'est loyale qu'à elle-même dysnomie. parce qu'elle ne se sent pas acceptée parmi les dieux. parce qu'elle ne mène pas les mêmes combats qu'eux. ils sont les autres membres de sa famille, ceux qu'elle est obligée de côtoyer en repas sans réellement les comprendre et avoir des choses à partager avec eux.
Admin

the show must go on ✗ eric (défi) Empty
Sujet: the show must go on ✗ eric (défi) Mar 26 Fév - 0:32 ()
the show must go on

citation citation

Y a les doigts qui s’agitent sur la page, la voix qui brise pendant quelques secondes le silence qui s’était installé dans le bureau. Elle est fière Dysnomie. Fière de ce qu’elle est en train de créer. Oui, elle l’est et elle peut l’être. Parce qu’elle amène des sourires sur les lèvres des humains. Parce qu’elle les fait réfléchir sur le devenir de leur monde. Pièce de théâtre choisie avec précision pour les amener doucement là où elle voulait aller. Y a la ville qui part en vrille. Y a les humains qui se tournent vers des dieux, des anges ou des démons pour prendre les décisions qu’ils devraient être capables de prendre tout seul. Et elle se perd au milieu de tout ça. Parce qu’elle a besoin de les sentir libre pour se sentir vivante. Elle avait pas besoin des prières la déesse de l’anarchie. Non, elle avait besoin de la liberté. La sienne et celle du peuple qui l’entourait. Mais elle avait plus ça. Elle les voyait qui tombaient sous le joug d’Enyo par exemple et ça la révoltait. Parce que ça allait finir en guerre. Entre anges, démons, dieux, templiers et la milice. Et y aurait les victimes innocentes, ceux qui avaient juste essayés de s’en sortir. Elle ferme les yeux quelques secondes avant que sa voix ne brise le silence. « Moins de lumière à droite. » Tout devait et serait parfait pour la première de sa nouvelle pièce. Y avaient les clients qui savaient, qui commençaient à venir de plus en plus et elle avait eu besoin de renouveau.

Y a les derniers réglages qui sont faits et la voilà, habillée, maquillée, accueillant les visiteurs dans ce théâtre restauré. Elle sourit quand elle les voit arriver. Parce qu’ils sont plus nombreux qu’espéré. Parce qu’ils lui sourient. Parce qu’elle reconnait quelques visages qu’elle avait déjà vus. Et puis aussi quelques amis. Ceux qui pensaient comme elle. Ou des révolutionnaires qu’elle avait appris à connaitre et qui cherchaient peut-être à comprendre ce qu’elle était derrière ce corps humain dans lequel elle était tombée. Elle cachait plus son identité la déesse, elle l’avait embrassé. Elle avait tout plaqué pour partir les aider. Parce que dans le fond, malgré tout ce qu’ils disaient sur elle, elle n’avait jamais voulu moins de chose que leur bonheur. Un bonheur à travers une liberté totale. Sans contrainte idiote. Une société où chacun pourrait vivre en harmonie avec son voisin sans chercher à prendre le dessus sur lui.

Elle se glisse dans les coulisses et elle observe. D’ici, elle a une vue imprenable sur la salle. Et au milieu. Au milieu elle le reconnait. Le maudit ange qui avait tout fait pour l’empêcher de mener à bien une action nécessaire. Celui avec qui elle avait débattu avant de comprendre que c’était peine perdue. Que jamais elle n’arriverait à lui faire entendre raison et comprendre le bien fondé de ses actions. Elle a un sourire victorieux quand le rideau se ferme et que les applaudissements éclatent de l’autre côté de la salle. Elle est heureuse. Pour elle et pour eux aussi. Ceux qui jouent dans cette pièce et qu’on vient récompenser pour leur travail. Elle devrait pas être ici, elle devrait être dans la salle, elle était pas metteur en scène. Mais elle s’en moque. C’est avec eux qu’elle veut être. Elle les félicite, elle dit qu’elle paye la bouteille en fin de soirée quand ils seront rhabillés. Et puis elle quitte tout pour aller dans le hall. Et y a son regard qui croise le sien. Et la colère qui vient presque immédiatement noircir ses yeux bleus. Pourquoi est-ce qu’il était là ? Pourquoi est-ce qu’il était venu ?

Revenir en haut Aller en bas
Eric Monfort
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t5877-eric-monfort-both-human-and-a
the last young renegades
homecoming : 20/06/2018
Messages : 904
pretty face : Jason Momoa
julius caesar : beylin
legends never die : Héros adulé de la mythologie grecque devenu le dieu de la force, de l'héroïsme et du courage. Fondateur des Jeux olympiques, il est aussi la divinité du sport et de l'effort. Champion et protecteur de l'Olympe comme de l'humanité.
the mighty bush : Fureur divine ► héritage d'un passé héroïque plus sauvage que chevaleresque, est capable d'entrer dans une rage dévastatrice heureusement contrôlée. Cette frénésie porte sa force et ses réflexes à des niveaux démesurés, mais le laisse exsangue une fois son énergie consumée. Persuasion ► Grâce à son charisme, sa carrure hors norme et son éloquence, est capable d'influencer par la parole et de persuader une autre personne de faire quelque chose ou de croire quelque chose. Matérialisation ► Capacité à rendre réel un être ou un objet imaginé, pendant 24h maximum. L'énergie demandée est plus importante pour un être que pour un objet. Ces derniers sont soumis aux aléas de l'existence (blessure, cassure…)
weapon : Massue d'Héraclès ► arme primitive que le héros a lui-même taillée dans un olivier sauvage. Instrument emblématique de ses nombreux exploits guerriers, cette massue a le pouvoir d'assommer n'importe quel surnaturel frappé au niveau du crâne.
Allegeance : Héraclès est fidèle à ses valeurs de justice, de bienveillance et de liberté. Déifié après une vie tumultueuse de mortel, il s'est toujours senti plus proche des fragiles humains que des dieux arrogants. C'est pourquoi il peut aider un démon agissant dans l'intérêt de tous ou combattre un frère olympien qui sème la destruction.
these streets : Longtemps isolé après le Grand Retour, il en sait autant que tous les dieux grecs depuis fin 2046.
Dieux

the show must go on ✗ eric (défi) Empty
Sujet: Re: the show must go on ✗ eric (défi) Dim 3 Mar - 17:47 ()
[Défi dieux] The show must go on
☙ Livie/Dysnomie & Eric/Héraclès ❧
Lorsqu’une cliente de leur centre s’est approchée d’Héraclès pour l’informer qu’une  déesse grecque, Dysnomie, réhabilitait le  Théâtre du Globe afin d’y jouer des pièces, le dieu du sport a explosé de rire.
Il n’a jamais été proche d’elle, ou plutôt elle n’a jamais été proche de lui. Ou d’un quelconque résident de l’Olympe, d’ailleurs. Pas même quand Héraclès vivait son existence humaine pétrie de gloire.
L’aversion de Dysnomie pour Zeus était connue de tous, mais comme elle ne se mêlait pas des affaires de l’Olympe, le roi des dieux avait la magnanimité de la laisser libre de ses mouvements. Il aurait pu l’enfermer dans une obscure anfractuosité du Tartare, ou lui faire subir une torture comparable au sort de Prométhée – titan bienveillant envers l’humanité qu’Héraclès a libéré de ses propres mains.
En tout cas, il imaginait Dysnomie en cheffe révolutionnaire plutôt qu’en directrice de théâtre. L’action directe, croyait-il, était davantage son style. Héraclès approuvait néanmoins l’évolution, lui qui était contemporain de Socrate et d’autres grands noms de la philosophie antique grecque.

Héraclès étant… qui il est, il se mêle à la foule pour la grande première, si tant est qu’un géant sorti d’un texte homérique, à la stature herculéenne et au charisme tout aussi impressionnant puisse se mêler à un public relativement chic et raffiné.
Il choisit évidemment de s’installer au centre de la salle, prend ses aises, occupant plusieurs sièges à lui tout seul – nul n’ose s’assoir devant, derrière ou à côté de ce phénomène de foire. Il se murmure même parmi les spectateurs que l’homme serait lui aussi un dieu, habitant le quartier Montparnasse avec sa divine épouse.

Hormis son assurance ostentatoire, le colosse se comporte durant toute la représentation en spectateur modèle : son regard sombre reste fixé sur la scène, il ne parle pas, ne mange pas, ne boit pas, ne se cure pas le nez, ne se ronge pas les ongles. Pas même un bâillement d’ennui ne sort de sa bouche.
À la fin de la pièce Eric se lève comme les autres, immense statue de bronze qui surpasse l’auditoire, puis applaudit de ses deux mains grandes comme une tête humaine.
Sauf qu’il ne regagne pas la sortie avec le reste du public. Le dieu grec a senti la présence surnaturelle, tapie à l’écart de la scène, organisatrice de cette représentation moderne qui a recueilli des éloges mérités.
Il attend sagement dans le hall l’inévitable moment de la rencontre. Ou plutôt de la confrontation, comme l’indique le regard noir que lui lance… non ? elle !
Eric éclate de rire.

— Jolie, ta nouvelle coiffure, Dysnomie.

Celui qui s’était présenté à elle comme un ange, dans le métro, appuie sur le nom et fixe la déesse avec un air de défi. Une partie de sa lèvre supérieure se soulève, dévoilant une rangée de dents robustes. Avec sa coiffure sauvage et ses épais sourcils menaçants, Eric ressemble à un grizzli sur le point de charger une biche.

Contre toute attente, il finit par lever une main amicale et s’approche de la jeune femme d’un pas souple.

— Ta pièce valait le détour, chère déesse, Socrate lui-même aurait apprécié, pour ce que j’en sais. Alors comme ça, on ne se cache plus ? Avant que tu m’invectives de tous les noms, laisse-moi t’aider à choisir les bons : je suis Héraclès, fils de Zeus et héros parmi les mortels.
-  a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

Héraclès
A TRUE HERO ISN’T MEASURED BY THE SIZE OF HIS STRENGTH BUT BY THE STRENGTH OF HIS HEART ~ WHERE WE FALL ARE THE STEPPING STONES FOR OUR JOURNEY ~ THERE ARE ALL KINDS OF COURAGE IN THE WORLD, AND MOST OF IT TAKES PLACE FAR FROM BATTLEFIELDS.
Revenir en haut Aller en bas
 
the show must go on ✗ eric (défi)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retro Taco Show.
» Armée démon best of show peinture Throne Of Skulls
» SHOW ME YOUR TEETH.
» 02. Wait a minute girl, can you show me to the party ?
» Fc Barcelone (Show Time !)
like lightning
if you ride
you're gonna crash like thunder

a game of shadows :: 
midnight in paris
 :: Sud-Est :: quatorzième arrondissement :: Quartier Denfert-Rochereau :: Le théâtre du roc