boom bitch
Le forum est de retour pour vous jouer de mauvais tours.
Pour tout savoir des nouveautés, c'est ici !
let the sky fall
Un accident d'avion, un trésor piégé et un équilibre mis à mal par l'arrivée de nouvelles forces dans le jeu d'ombres...
Voilà ce qui vous attend dans la nouvelle intrigue.
like I own it
Parfois, on a juste envie d'inaugurer un bâtiment tranquille. Malheureusement, on a souvent des invités surprise....
Participez au premier event de cette nouvelle saison ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 Il fut un temps où l'on pouvait boire une bonne bouteille par ici - Feat Matt
if you ride like lightning, you're gonna crash like thunder
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t732-renee-denise-castel
homecoming : 17/11/2016
Messages : 443
pretty face : Gwyneth Paltrow
julius caesar : Tumblr & Money Honey
Allegeance : Les templiers sont tous ce que j'ai, jamais je ne pourrais les abandonner. Je suis leur garde-fou, leur modèle à tous, je ne peux pas faillir à ma mission. Ce n'est pas possible.
these streets : Les anges et les démons sont arrivés sur terre, il y a plus de trois années maintenant. Ce ne sera pas une mince affaire de faire régner l'ordre, surtout avec Vox Populi qui nous donne du fil à retordre, mais cette mission n'est pas impossible.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Il fut un temps où l'on pouvait boire une bonne bouteille par ici - Feat Matt Ven 2 Déc - 1:04 ()
Il fut un temps où l'on pouvait boire une bonne bouteille par ici
Renée & Matt


Il fut un temps que les moins de vingts ans n'ont pas pu connaître malheureusement, ou presque. C'était un temps où ta vie n'avait pas pris des proportions si dramatiques dirons-nous, une vie où les anges et les démons n'étaient pas revenus sur terre de façon si ostensiblement ostentatoire comme à présent. C'était un temps où tu avais encore un mari, un temps où tu étais heureuse d'une façon bien différente d'aujourd'hui. C'était un temps qui n'avais pas encore franchi certains paliers dans l'absurdité la plus totale. Mais tu ne pouvais rien y faire, absolument rien. Pourtant, la cave à vin La Rochefoucauld avait plusieurs saveurs pour toi, au départ, c'était une saveur douce à ton palet avant que cette douceur ne devienne aigre, de plus en plus aigre même. La première fois que tu es venue dans ce lieu, le grand départ n'avait même pas eu lieu, rien de tout cela, c'était avec ton mari. Comme toute bonne cave à vin qui se respecte, vous étiez venus faire quelques achats alors que vous étiez encore de jeunes mariés, histoire d'avoir quelques bonnes bouteilles en réserve pour les heureux événements à venir. A cette époque, tu espérais en vivre, mais cela n'aura jamais été le cas malheureusement, jamais. Parce que tu devais mener une double vie, tu n'as jamais vraiment connue de jours très heureux avec ton mari, même si au début vous filiez le parfait amour. Mais tu ne le connaissais pas assez, tu aurais du attendre un peu, tu aurais dû véritablement l'aimer pour te marier, mais tu avais fait l'erreur de le faire. Tu l'as compris quelques années après, lorsqu'il a choisi le suicide au divorce tellement la vie était devenue insipide pour lui. Tu aurais préférée qu'il te demande le divorce, cela aurait été plus simple pour toi, mais cela avait été radical. Un soir, alors qu'il t'attendait depuis des heures, il avait décidé de passer à l'acte, de t'attendre cependant pour le faire, comme pour te faire comprendre que tu ne pourrais pas l'arrêter. Depuis ce soir là, tu le vois régulièrement dans tes pires cauchemars, tu revois ce regard plein de désespoir, te disant que tu avais été une mauvaise épouse, pas assez à l'écoute de ton mari, celui-ci ayant décidé de mettre fin à ces jours. Tu ne l'avais pas entendu, dès qu'il t'avait vu, il avait sauté ou presque, mais si tu avais observé ces lèvres à ce moment là, peut être que tu aurais pu y lire ce genre de déclarations : " Tu ne peux plus rien pour moi. " " Tu m'as abandonnée. " Mais tu n'as vu que son regard vide, et son corps tombant s'écrasant au sol la tête la première. Parfois, tu te consoles, tu te dis qu'au moins, il n'a pas souffert puisqu'il a dévalé la dizaine d'étage d'un coup son crâne se disloquent sous l'impact. Mais aujourd'hui, tu étais ici à la cave à vin La Rochefoucauld, pour te souvenir de ces quelques bouteilles que vous aviez achetés pour célébrer les grandes occasions comme vous vous étiez dit ce jour là. Douces illusions, belles foutaises que voilà. Si tu fouilles dans tes placards, tu dois encore trouver certaines de ces bouteilles sans doute. Tu ne sais pas si elles ont bien vieillies, mais tu t'en fiches, parce que cette cave à vin est ensuite passée aux mains des révolutionnaires. C'était un de leur lieu de réunion, du coup, tu la faisais surveiller, jusqu'à ce qu'elle soit détruite lors d'un affrontement entre créatures surnaturelles, il y a de cela quelques mois maintenant. Tu n'avais pas été présente lors de cette bataille, mais un templier avait été là cependant. Il s'était sacrifié pour la cause, comme ta mère, des années auparavant. Tu ne sais pas de quoi serait faite ta vie si ta mère n'était pas morte sous les coups d'un démon, tu ne sais pas de quoi serait faite ta vie, si tu n'avais pas eu des parents templiers. Peut être que tu serais en train de diriger un empire de l'informatique, ou que tu serais colonel dans la police. Tu ne sais pas où est ce que tu serais, mais si parfois tu doutes l'espace de quelques instants, tu sais très bien que ta place est ici, dans les plus hautes marches de la hiérarchie des templiers. Tu es une forteresse, un phare au milieu de la tempête, tu es calme, analysant la situation, trouvant des solutions. Tu étais tellement dans tes pensées que tu n'avais pas vu arriver cette personne que tu connais, puisque tu vas régulièrement manger dans son restaurant même si c'est assez mauvais.


- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t261-matt-be-brave-now http://www.gameofshadows.org/t5625-matt-lefevre-humains#147659
homecoming : 21/03/2015
Messages : 6718
pretty face : Francisco Lachowski
julius caesar : I ♥ coco
the mighty bush : technopathie : Depuis le grand retour, Matt peut contrôler les objets électroniques par la simple force de sa pensée. Il ne comprend pas exactement comment, ni pourquoi, mais il trouve ça bien utile, surtout lorsqu'il s'agit d'effacer des données compromettantes.
these streets : Dire que Matt ne sait rien est un euphémisme. En vérité, il se fiche un peu de ce qui est arrivé à Paris et, même s'il entend souvent parler de Lucifer & co dans son restaurant, il n'y prête pas la moindre attention.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
admin du dimanche

Sujet: Re: Il fut un temps où l'on pouvait boire une bonne bouteille par ici - Feat Matt Mar 27 Déc - 23:50 ()

https://www.youtube.com/watch?v=TXaezgbE-Zg
they said shoot and run
that's a job well done

Il court. Il défie l’horizon, à chaque respiration. Il court parce qu’il est en possession d’un objet qui ne lui appartient pas. Il court parce que son propriétaire s’en est rendu compte un peu trop vite et que Livie l’a laissé tomber. Il est seul, le visage zébré d’ombre et de lumière, une étincelle dans les yeux, l’adrénaline dans le sang. Il a le cœur qui bat trop vite et le souffle un peu trop court. Ses pieds, ils frôlent le sol, à présent, mais ça ne l’empêche pas d’entendre l’écho de ses pas et les sirènes de police qui s’y mêlent. Symphonie en trois mouvements pour un mec qui part en vrille. Mélodie qu’il écrit avec chacun de ses gestes. Le plissement de son blouson, la pluie qui le percute, et sa respiration, toujours un peu trop courte. Il tourne la tête. Il est toujours là. Merde. Il n’a pas d’autre solution, il s’engouffre dans le labyrinthe, ces ruelles dont il ne connaît pas l’issue, mais qui lui feront gagner un temps certain. Les néons grésillent sur son passage. C’est comme ça, il n’y peut rien. Son pouvoir, il ne le contrôle pas. Pas vraiment. Parfois, il fonctionne. Plus souvent, il disparaît. Il n’arrive pas à le comprendre, et peut-être que c’est mieux comme ça.

Il n’était pas comme les révolutionnaires. Il n’était pas coincé dans ses questions, puisque les questions, il les fuyait. Il utilisait ce que la vie lui avait donné, à défaut de pouvoir se réfugier dans ce qu’elle lui avait pris. Des souvenirs, c’était tout ce qu’il lui restait. Des souvenirs, comme une toile, dont il était prisonnier. Deux yeux écrasés par la fatigue, des tatouages ancrés dans ses bras qui couvrent à peine les hématomes. Il s’est battu la veille, mais peu importe, ce soir-là, il est en pleine forme. Voyou à ciel ouvert, il scinde l’air en deux lorsque ses pas s’écrasent sur le sol pavé de ses bonnes intentions. Il a le cœur qui tambourine sous les étoiles assassines. Mais, là, sur son passage, il est comme l’acide sur le métal. Les néons explosent, l’un après l’autre. Pour le suivre à la trace, il suffit de suivre son chaos. Et il y a l’autre qui ne lâche toujours pas l’affaire.

Alors, lorsqu’il aperçoit l’immeuble, à moitié fermé, à moitié ouvert, il n’hésite pas une seule seconde à s’y engouffrer. Là, dos au mur, il reprend son souffle et il observe l’étendue des dégâts. Ruines en décomposition, filaments de poussière en suspension, murs décrépis, fendus du sol au plafond. Eclats de verre sur le sol, mosaïque de débris sur le sol perturbée par le lierre. Et puis, au centre, sous un lustre qui n’a pas produit de lumière depuis trop longtemps, elle est là. Elle. Il ne connaît pas son prénom. Enfin, il n’est pas censé le connaître. Mais il est écrit sur sa carte de crédit et il n’a pas pu s’empêcher de regarder. Renée Castel. Une habituée du pêché mignon. Il se demande bien pourquoi, d’ailleurs. Les femmes comme elle, ça mérite mieux qu’un restaurant comme le sien. Il la regarde, sans savoir ce qu’il est censé dire, avec l’impression qu’il a interrompu quelque chose.  « Hey. » Il articule ça dans un souffle. S'il avait pu, il aurait foutu le camp au moment même où il l'avait vue. Mais il n'avait pas le choix. Il était coincé là, avec elle, sans trop savoir quoi lui dire. Finalement, il sort une cigarette qu’il glisse entre ses lèvres. Il l'allume discrètement avec le briquet qui était contenu dans la poche de son blouson. Sous la mince lumière des lampadaires, il n'a plus l'air du manager du Pêché Mignon, mais des fauteurs de trouble dont il vaut mieux ne pas trop s'approcher.  « Ca vous dérange si j’reste là cinq minutes ? » Pure question de politesse. Il ne partira pas.



_________________

i spiral down again
Who remains when you drop? Who do you call when it stops? I spiral down again Somebody protect me or I'm gone


autres comptes : jasper a. deslauriers & eponine a. de stahl & léo g. sorel & roman d. gariel

Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t732-renee-denise-castel
homecoming : 17/11/2016
Messages : 443
pretty face : Gwyneth Paltrow
julius caesar : Tumblr & Money Honey
Allegeance : Les templiers sont tous ce que j'ai, jamais je ne pourrais les abandonner. Je suis leur garde-fou, leur modèle à tous, je ne peux pas faillir à ma mission. Ce n'est pas possible.
these streets : Les anges et les démons sont arrivés sur terre, il y a plus de trois années maintenant. Ce ne sera pas une mince affaire de faire régner l'ordre, surtout avec Vox Populi qui nous donne du fil à retordre, mais cette mission n'est pas impossible.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Re: Il fut un temps où l'on pouvait boire une bonne bouteille par ici - Feat Matt Mer 28 Déc - 16:42 ()
Il fut un temps où l'on pouvait boire une bonne bouteille par ici
Renée & Matt


Tes pensées sont profondes, tes souvenirs refont surface, devant tes yeux comme si tu étais en train de les revivre, comme si ton mari était encore là avec toi pour acheter une bouteille, comme si cette cave était encore en état de réjouir qui que ce soit. Mais il ne restait pas grand chose, à peine plus qu'un tas de ruines. Tu avais abaissée ta garde quelques instants, cela aurait pu être fatal, mais heureusement pour toi, la personne qui arrive ici n'est pas une mauvaise personne bien au contraire. Tu le connais bien, enfin, façon de parler, parce qu'en vérité, tu le connais mais lui ne te connais pas vraiment, parce que tu es déjà venue manger dans le restaurant où il est manager ou quelques choses dans ce style là et que tu l'as vu utilisé ces nouvelles capacités. Enfin, nouvelles, plus vraiment, puisque comme beaucoup d'humains, il les a reçu il y a maintenant plusieurs années, lors du grand retour. Tu te dis que parfois, tu aurais bien voulu posséder une de ces capacités toi aussi, que peut être cela te permettrait d'avoir des avantages dans certaines situations mais en fin de compte, cela n'a pas d'importance pour toi. Tu es celle que tu dois être, avec ou sans capacité surhumaine. Tu sais que Matt communique plus que bien avec la technologie, tu te dis que cela pourrait servir dans bien des cas la cause des templiers, mais il n'est qu'un simple humain, ne sachant rien de ce qui l'entoure même s'il doit se poser des questions depuis qu'il y a eu la convention sur les disparus. Tout le monde en ville se pose des questions, toi la première d'ailleurs. C'est tellement étrange ce qui s'est passé, mais pour le moment, tu n'as pas toutes les réponses en main, juste quelques cartes pour avancer dans cette aventure, où les anges, les démons, vox populi et peut être d'autres avancent plus ou moins masqués. Les templiers savent des choses que les humains et ces stupides de révolutionnaires ne savent pas. Matt arrive alors vers toi. Tu ne sais pas pourquoi il est ici, parce qu'ici, personne ne vient ou presque. Il te salut brièvement, comme s'il se sentait coupable d'avoir interrompu quelques choses, enfin, c'est l'impression qu'il te donne. Mais pourtant, sa présence est la bienvenue, parce que tu vas pouvoir lui parler vraiment, en dehors du cadre de son travail, pas simplement les commodités de vos vies. Tu t'es souvent forcée à aller manger un morceau dans son restaurant même si ce n'est pas très fameux, il faut en convenir. Mais si tu payes, ce n'est pas pour voir ces beaux yeux, il est un peu trop jeune pour toi, mais pour l'observer, pour voir comment il gère le stress, pour voir comment il est avec ces clients, pour voir s'il ne pourrait pas faire une bonne recrue parmi les templiers. Et cette rencontre va être un test grandeur nature pour lui même s'il ne va pas s'en rendre compte une seule seconde. Il s'allume alors une cigarette, te demandant si cela te dérange s'il reste là quelques minutes. Il ne semble pas vouloir partir tout de suite, et c'est tant mieux.

" Cela ne me dérange pas du tout. Matt, c'est ça ? Je crois que c'est la première fois qu'on se croise en dehors de votre lieu de travail, du moins véritablement. Vous vous êtes perdu pour arriver par ici ? "

La question est bien entendue intéressée, la seconde, parce que tu es sûre à 100% qu'il s'appelle Matt, mais tu ne veux pas passer pour une voyeuse auprès de lui, même si tu es une habituée du Péché Mignon. Tu ne sais pas ce qu'il va te répondre mais tu attends sa réponse avec impatience, comme si peut être on lui avait donné rendez-vous ici, comme s'il était là par hasard, ou alors que justement, il te suivait même si tu l'aurais sans doute remarqué avant.

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t261-matt-be-brave-now http://www.gameofshadows.org/t5625-matt-lefevre-humains#147659
homecoming : 21/03/2015
Messages : 6718
pretty face : Francisco Lachowski
julius caesar : I ♥ coco
the mighty bush : technopathie : Depuis le grand retour, Matt peut contrôler les objets électroniques par la simple force de sa pensée. Il ne comprend pas exactement comment, ni pourquoi, mais il trouve ça bien utile, surtout lorsqu'il s'agit d'effacer des données compromettantes.
these streets : Dire que Matt ne sait rien est un euphémisme. En vérité, il se fiche un peu de ce qui est arrivé à Paris et, même s'il entend souvent parler de Lucifer & co dans son restaurant, il n'y prête pas la moindre attention.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
admin du dimanche

Sujet: Re: Il fut un temps où l'on pouvait boire une bonne bouteille par ici - Feat Matt Ven 27 Jan - 19:06 ()

song
i don't wanna live forever
cause i know i'll be living in vain

«  Cela ne me dérange pas du tout. Matt, c'est ça ? Je crois que c'est la première fois qu'on se croise en dehors de votre lieu de travail, du moins véritablement. Vous vous êtes perdu pour arriver par ici ? » Il penche légèrement la tête sur le côté et tire sur sa cigarette : il l’analyse. Les employés de Carter peuvent se trouver n’importe où, surtout là où on ne les soupçonne pas. Il le sait mieux que personne. Le gamin s’est foutu dans la merde et a accumulé les dettes. Il s’est cru plus malin que le diable, et a fini par tomber dans son propre piège. Alors il la dévisage avec une certaine méfiance. Il ne trouve pas étrange qu’elle connaisse son prénom vu qu’elle vient souvent au Pêché Mignon. Toutefois, il finit par trouver étrange le fait qu’elle soit presque devenue une habituée alors que la bouffe qu’il sert est dégueulasse. Personne ne vient à son restaurant par hasard et il le sait. Les doutes se bousculent jusqu’à écraser ses yeux. Matt, il n’a jamais su faire la différence entre ceux qui lui veulent du mal et ceux qui viennent l’aider.  Il sait qu’il y a toujours un intérêt caché dans un sourire bienveillant. Alors il le cherche, cet intérêt. Il le cherche dans son regard et son visage. Il se demande ce qu’elle veut. Quel piège elle essaye de lui tendre. C’est un réflexe, chez lui, de rester sur ses gardes et d’attendre le pire. Un réflexe qu’il n’a pas toujours eu, mais qu’il a appris à la dure. Parce qu’il sait mieux que personne ce qui arrive à ceux qui ne l’ont pas. Il est tellement habitué aux mensonges et aux manipulations qu'il ne voit pas la vérité béante qui se dessine dans ses yeux. Il est tellement habitué aux illusions et aux chimères qu'il ne reconnaît plus la réalité. Il hausse les épaules, prend un air détaché. « Vous savez comme moi qu’on n’arrive pas jusqu’ici en se perdant. » Il se méfie et il épie chacune de ses réactions. Il n’a jamais fait confiance à personne et surtout pas à ses clients. Il ouvre la bouche pour lui demander ce qu’elle peut bien foutre là, mais il est coupé par les bruits de pas dans l’allée. « Merde. » Il était persuadé de l’avoir semé, pourtant. Il soupire, il écrase sa cigarette contre le sol, et accourt dans la direction de Renée. Il sait que, dans la pénombre de l’ancienne cave à vin, ils ont toutes les chances de passer inaperçu. Et Matt, il n’a pas envie d’affronter le propriétaire de l’objet qu’il a dérobé. Il a besoin de l’argent qu’il pourrait lui rapporter. Hors de question de perdre ici.  Hors de question de se remettre à courir. La réponse à sa question est là, juste là. Une série de mauvais choix, une série d’aventures insensées, de nuit trop éternelles, de levers de soleil qu'on ne voit pas passer, voilà ce qui l’a conduit jusqu’ici. Peut-être bien qu’il s’était perdu, après tout. Il pensait encore avoir la maîtrise de la situation. Ca faisait des années qu'il tombait en continu, pourtant, attendant avec impatience l'impact qui finirait par tout faire exploser. Tout ce qu’il savait, c’était qu’il ne voulait pas être sauvé. Pas vraiment. Alors, il attrape le bras de sa cliente, et la plaque contre un des murs. Lui, il se tient juste en face d’elle, un peu trop près. Fondus dans l’ombre, il est impossible de distinguer la masse qu’ils forment. Ils se cachent et attendent que la voie redevienne libre. « Faites-moi confiance. » Un murmure perdu d'avance.




_________________

i spiral down again
Who remains when you drop? Who do you call when it stops? I spiral down again Somebody protect me or I'm gone


autres comptes : jasper a. deslauriers & eponine a. de stahl & léo g. sorel & roman d. gariel

Revenir en haut Aller en bas
avatar
crash like lightning
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t732-renee-denise-castel
homecoming : 17/11/2016
Messages : 443
pretty face : Gwyneth Paltrow
julius caesar : Tumblr & Money Honey
Allegeance : Les templiers sont tous ce que j'ai, jamais je ne pourrais les abandonner. Je suis leur garde-fou, leur modèle à tous, je ne peux pas faillir à ma mission. Ce n'est pas possible.
these streets : Les anges et les démons sont arrivés sur terre, il y a plus de trois années maintenant. Ce ne sera pas une mince affaire de faire régner l'ordre, surtout avec Vox Populi qui nous donne du fil à retordre, mais cette mission n'est pas impossible.
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Templiers

Sujet: Re: Il fut un temps où l'on pouvait boire une bonne bouteille par ici - Feat Matt Mer 8 Fév - 18:20 ()
Il fut un temps où l'on pouvait boire une bonne bouteille par ici
Renée & Matt


Il te regarde, il te scrute, il t'examine, il te jauge. Son regard est clairement inquisiteur, mais tu ne dis rien de plus, pour le moment, tu attends qu'il te parle et te donne le fond de sa pensée parce qu'il ne restera pas indéfiniment ainsi tu le sais plus que personne. On se pose des questions quand une presque inconnue vous appelle par votre prénom et vous pose une question qui est tout sauf anodine. Ce lieu a de nombreuses saveurs pour toi, et même s'il n'émane plus vraiment d'effluves d'alcool, tu peux encore sentir ce bon vin dans tes narines respirant les vieux futs de chênes. Mais il n'en reste rien, ou presque rien depuis une fameuse bataille. Ce lieu n'est plus ce qu'il était par le passé. Mais Matt ne cherche pas la signification de ce lieu, il cherche le pourquoi de ta présence ici, pourquoi tu lui adresse la parole, parce qu'il se méfie, plus que de raison, mais il se méfie, cela se lit sur son visage, comme dans un livre ouvert. Toi, tu restes là, paisible, douce, sans être brusque pour ne pas le faire fuir, ce n'est pas ce que tu désires n'est ce pas ? Non, tu veux lui parler, tu veux le jauger pour voir si oui ou non, il serait digne de recevoir un certain secret, certaines informations. Tu as déjà foiré, une fois, et tu as été obligée de donner des réponses à un gamin qui n'aurait peut être pas dû les avoir, parce que ça le dépasse complètement, parce qu'il n'était pas prêt à recevoir cela. Alors maintenant, tu essayes de mieux préparer le terrain. Avec Matt, cela a été simple, tu es venue et revenue manger dans son restaurant des plats pas très fameux, mais tu as fait l'effort d'être là pour pouvoir mieux l'observer. Tu sais qu'il peux gérer le stress quand c'est le coup de bourre au Péché Mignon, et d'après ce que tu as pu voir il s'en sort bien alors ce sang froid pourrait servir, mais c'est bien au delà de ceci que Matt t'intéresse, bien au delà. C'est un jeune homme encore, mais sa capacité pourrait être très intéressante pour nous autres templiers. Il te répond alors une réponse qui te plait et te fait légèrement sourire. Il n'est donc pas là par hasard, mais qui voulait-il voir ? Qui attendait-il ? Tu ne le sais pas, parce que visiblement des bruits de pas arrivent, et ils sont nombreux, ou alors pas ceux qu'il désirait entendre. Il pousse un juron. Visiblement, la personne en a après lui. Matt aurait-il des ennuis ? C'est une idée que tu envisages un instant, mais s'il faut te battre, tu n'as pas peur, tu espères seulement que ce ne sera pas utile. Mais si toutefois, il faut le faire, tu espères ne pas avoir à faire à une personne trop puissante pour toi, pour vous deux. Mais alors que tu pensais qu'il allait vouloir affronter les ennuis de face, il te prends le bras et plaque au mur, comme s'il allait t'embrasser sauvagement, sauf que ce n'est pas du tout son intention. Serré contre toi, il veut que vos corps se confondent parfaitement dans la pénombre, comme si vous n'étiez pas là, ou plus là, mais tu as bien peur que les choses ne soient pas aussi simple. Tu regarde le sol, tu vois sa cigarette qui fume encore, signe de sa présence encore trop récente pour qu'il soit parti très loin. Mais ça, bien entendu, il n'y a pas réfléchi. Toutefois, dans la pénombre, tu ne pipes pas un mot, et tu fais un signe positif de tête. Après tout, son stratagème pourrait être le bon, et si tu lui "obéis" peut être arriveras-tu à gagner plus facilement sa confiance. Les bruits de pas s'approchent, bientôt vous pourrez distinguer des visages, peut être qu'ils te seront connus même si au fond tu ne l'espères pas.

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
crash like lightning
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Sujet: Re: Il fut un temps où l'on pouvait boire une bonne bouteille par ici - Feat Matt ()
Revenir en haut Aller en bas
 
Il fut un temps où l'on pouvait boire une bonne bouteille par ici - Feat Matt
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Prix du petrole a travers le temps
» Arrêter le temps...
» Lit sa si t'a du temps a perdre mon chou =D
like lightning
if you ride
ϟ you're gonna crash like thunder ϟ

a game of shadows :: Paris :: Sud-Ouest :: seizième arrondissement :: Cave à Vin la Rochefoucauld