boom bitch
Après un week end de liane foly, le forum ouvre ses portes !
Pour tout savoir sur les news de cette version, c'est par .
are you ready for it ?
Un cavalier de l'apocalypse, une pénurie inédite, un trésor chelou de ouf et surtout la fashion week...
Venez découvrir l'intrigue et ses quêtes ici.
quand on est un vrai
Kidnappez des gens en votant par là.
Vous pouvez aussi poster sur nos sujets de publicité ici et !

 
 Confession sous fond de pluie - Feat Vaÿlinn
sunsets on the evil eye, always on the hunt for a little more time
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t292-pascaline-estelle-sabot
Humains
homecoming : 29/10/2016
Messages : 11457
Louis d'or : 2091
pretty face : Teresa Palmer
julius caesar : Class Whore + Garance + Ophélia
these streets : Pascaline ne sait rien ou presque, mais ça ne saurait tarder si vous voyez ce que je veux dire.

Sujet: Confession sous fond de pluie - Feat Vaÿlinn Mer 7 Déc - 19:15 ()
Confession sous fond de pluie
Pascaline & Vaÿlinn


En général, tu aimes bien participer à ce genre d'événements, pour aider, pour soutenir les autres volontaires, être au petit soin avec eux quand tu le peux, parce que c'est dans ta nature d'agir de la sorte, et cela continue de l'être malgré tous les événements qui se passent récemment. Tu ne sais pas encore où cela va te mener, tu tiens le cap, depuis des années, mais qui sait ce qui pourrait advenir de toi, peut être que tu viens de mettre le pied sur une pente savonneuse ? Peut être que tu viens de mettre le doigt dans un engrenage et que tu ne pourras l'enlever ? Peut être que tu es en train d'être attirée par le côté obscur sans t'en rendre compte ? Non, pas encore, pas pour toi, parce que tu vois le monde avec ton coeur mielleux, celui qui dit à ton esprit que le monde peut encore être sauvé, qu'il n'est pas trop tard, qu'il ne court pas à sa perte. Mais c'est bien plus imperceptible que tu ne le penses sans aucun doute petite Pascaline. Quoiqu'il en soit, tu es là, au marché de Noël, et comme beaucoup de personnes tu as un peu froid. Tu aides ceux qui ont des petits bobos, mais il n'y a pas grand chose à déplorer, fort heureusement, ce serait dommage de faire les courses de Noël et de se blesser, n'est ce pas ? Alors, tu patientes, tu discutes, tu bois un peu de vin chaud pour te réchauffer, et pour une fois, tu ne te rends pas compte de ce que tu es en train de faire, parce que tu le fais de façon tout à fait innocente, juste pour te garder au chaud même si tu es quand même bien habillée. Alors tu écoutes les gens autour de toi, tu sers même quelques verres de vins chauds même si ce n'est pas vraiment ton rôle, tu te prêtes au jeu, jusqu'à ce qu'une de tes connaissances arrive pour elle aussi prendre un peu de vin chaud. Tu te dis que tu n'as pas discuté avec Vaÿlinn depuis un long moment, trop longtemps même et que cela fera l'occasion de renouer avec un passé pas si lointain, mais qui l'est quand même un peu. Vous vous étiez rencontrées voilà quelques années maintenant, dans le cadre de MSF, vous aviez été sur les mêmes missions, et vous aviez sympathisé et puis le grand départ avait happé la métisse sans que tu ne t'en rende totalement compte. Elle était donc revenue, un peu différente, changée à jamais par l'expérience qu'elle avait connue. Elle venait donc d'arriver, tu ne savais pas combien de verres tu avais pu boire, mais on aurait dit que ce lieu t'avait incité à en boire plus que tu ne l'aurais fait en temps normal. Bien entendu, tu ne t'en rendais même pas compte.

" Salut Vaÿlinn, comment vas-tu ? "

Sans doute qu'elle n'allait pas si mal que ça, même si tu n'en savais rien, mais quoi de plus basique pour commencer une conversation, n'est ce pas ? Oui, c'était ce que tu te disais même si tu avais envie de lui parler, beaucoup, trop sans doute.

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

« you got to be good to be true »
▬ Pascaline. Let my soul smiles through my heart and my heart smiles through my eyes, that I may scatter rich smiles in sad hearts.


Mes Goscars:
 

Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t360-bastet-i-d-live-for-you
Dieux
homecoming : 30/10/2016
Messages : 251
Louis d'or : 109
pretty face : shanina shaik
julius caesar : o.dream ©, sign par beylin ©
legends never die : déesse de la joie du foyer, de la chaleur du soleil et de la maternité. son alter égo est la déesse guerrière, maîtresse des vents du désert, fureur de rê.
the mighty bush : Métamorphose ; la déesse peut prendre l'apparence qu'elle souhaite, lorsqu'elle en possède l'envie. Son apparence favorite demeure celle d'une chatte noire aux yeux vairons (vert et bleu). Pyrokinésie ; sous ses paumes, le feu lui obéit, répond à ses attentes Gare au carnage si Sekhmet s'en fait maitresse.
Fléaux, à l'image des plaies d'Egypte, la déesse guerrière peut invoquer les pires maux sur terre.
Allegeance : Joueuse et discrète, Bastet se fait passer pour une nymphe aux yeux des dieux de l'olympe, un ange auprès des templiers. Elle n'est pas tout à fait neutre dans le conflit, mais n'essaie pas non plus d'y prendre totalement part. Elle observe pour l'heure, se fait suiveuse face à ceux qu'elle a infiltré, quand elle n'a jamais été que leader dans ses vies passées.
these streets : Elle sait tout et se tait, attend son heure avec une patience calculée.

Sujet: Re: Confession sous fond de pluie - Feat Vaÿlinn Mer 21 Déc - 12:58 ()
En plusieurs millénaires de vie, tu n’as jamais participé à ce genre d’événement, c’est une première, et tu l’espères, ce ne sera pas la dernière. Tu as toujours aimé ces effets de foules, ils ont sur toi un effet salvateur, bienvenu. Dans l’ancienne Égypte, tu étais la dernière à arriver sur les places de marchés pour profiter de cette ambiance spéciale. La joie te nourrit, tu t’en repais comme tu bois un bol de lait. Et même si l’époque est différente, tu ressens ce même atmosphère, entre le brouhaha des passants, les propositions des marchands. De temps en temps, tu t’arrêtes pour observer ce que l’on vend. Adam, ton frère, t’as rappelé avec une certaine exaspération que Noël arrive à grand-pas, et que tu n’as toujours rien acheté, que tu n’as même pas fait l’effort de t’y intéresser. Tu t’étais offusquée sur le moment, mais il n’avait pas tort. Plongée dans ta mission personnelle, tu n’avais pas vu le temps défiler, abandonnant dès lors ton compagnon humain en faisant mine d’être vexée pour mieux te cacher sous un meuble, de sorte à ce qu’il ne te trouve pas de la journée. Tu étais d’abord repassée chez toi, afin de nourrir tes enfants et te changer, choisissant une tenue plus adéquate pour cette température hivernale. Et te voilà, le nez caché sous une grosse écharpe de laine, les mains enfoncées dans les poches de ta longue veste grise. Râ t’en étais témoin, tu détestais l’hiver, peu habituée à ces températures extrêmement froides. Pour un peu, tu aurais presque regretté de ne pas sortir sous une de tes peaux de félin. Mais hélas, tu as une mission aujourd’hui : trouver des cadeaux. Ce qui n’est pas aussi aisé qu’il n’y paraît, tandis que tu t’aventures le long du marché, tes yeux de jade parcourant les divers établis. Devant l’un d’eux, tu finis par t’arrêter, trouvant un petit quelque chose intéressant pour celle qui est la mère de ton hôte. Une jolie broche. Tu sais qu’elle aime ce genre d’accessoire pour en avoir vu plusieurs fois sur elle. Alors tu ne comptes pas, tu achètes, et tu repars avec un air de satisfaction sur le visage, bien que toujours caché sous ta grosse laine. Râ que tu hais le froid.

Mais que le Dieu dit universel soit loué, tu trouves quelque chose qui saura réchauffer ta carcasse humaine. Tu as déjà eu l’occasion de goûter ce breuvage chaud, et tes papilles en salivent d’avance. Le vin chaud, la presque meilleure invention de l’homme ! Tu te sers du gobelet pour te réchauffer les mains, mais ton impatience à tôt fait de vider le verre, alors tu te ressers, et tu repars à ton exploration, te mêlant à la foule. Pour un peu, tu pourrais presque ronronner de plaisir ! Et plus tu avances, plus tu oublies ton ouvrage pour lequel tu avais pourtant mit du cœur ! Et puis, au détour d’un stand, une voix qui t’interpelle, et tu observes de tes yeux de jade la jeune femme qui t’a posé une question. Tu ne sais pas vraiment qui elle est, mais elle, elle te connaît. Tu pries intérieurement pour qu’elle ne soit pas un membre de la famille, auquel cas, tu devras lui trouver un cadeau tout en jouant les devinettes. « Eeeh ! Très bien et toi ? » Tu laisses la discussion s’amorcer, après tout, ça ne peut pas te faire de mal, et tu avales une nouvelles gorgée de ton vin. Hélas, tu arrives à la fin. Beaucoup trop vite à ton goût, ça se boit comme du petit lait après tout. « Je vois que tu profites du marché ! Tu as trouvé des choses intéressantes ? »

_________________

   
Devoted to destruction
   Walk slow through the fire

   
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t292-pascaline-estelle-sabot
Humains
homecoming : 29/10/2016
Messages : 11457
Louis d'or : 2091
pretty face : Teresa Palmer
julius caesar : Class Whore + Garance + Ophélia
these streets : Pascaline ne sait rien ou presque, mais ça ne saurait tarder si vous voyez ce que je veux dire.

Sujet: Re: Confession sous fond de pluie - Feat Vaÿlinn Ven 23 Déc - 1:38 ()
Confession sous fond de pluie
Pascaline & Vaÿlinn


Tu ne t'attendais pas à trouver la sage-femme ici, après tout, si vous étiez amies avant, depuis le grand départ et le grand retour, vous ne vous êtes pas vraiment parlées, juste vue comme ça de loin, comme si vous faisiez partie du paysage de l'une ou de l'autre. Mais là, elle est libre de tous mouvements, alors tu l'accostes, simplement, pour savoir si elle va bien, parce que physiquement, ça semble être le cas, mais qu'en est-il mentalement parlant ? Tu n'en sais rien à vrai dire, parce que tu as vu certains revenant partir dans des délires hallucinatoires incroyables, comme Amaury qui rôde toujours près de l'hôpital, toujours. Mais pour la jeune femme métisse, tu n'en sais rien, tu n'as pas eu le temps de lui parler depuis trois ans maintenant. Oui, tu t'en rends compte, cela fait trop longtemps, mais tu n'as pas pris ce temps pour le faire, autrement dit, tu vas te rattraper aujourd'hui, parce que c'est le moment pour ça. Tu ne sais pas combien de verres de vins chauds tu as pu boire depuis que tu es là, deux, trois voire même quatre sans doute. Vaÿlinn a aussi un verre à la main, qu'elle vient de vider d'ailleurs, parce que sans doute, elle aussi a un peu froid, tu ne saurais dire.

" Oui, moi aussi ça va, même si j'ai un peu froid, enfin rien de dramatique, du coup, je me dandine un peu, pour me réchauffer et je bois un peu de vin chaud. D'ailleurs, je vois que tu as fini ton verre, je t'en paye un autre ? "

La demande n'en est pas vraiment une, parce que toi aussi tu viens de finir ton verre alors tu te diriges vers le bar avec la jeune femme pour prendre un autre verre. Ce sera peut être le verre de trop toi qui ne boit en général jamais d'alcool ou presque. En vérité, tu n'en sais rien, peut être que cela servira simplement à te réchauffer, qui sait ? Elle te demande alors si tu as trouvé des choses intéressantes et tu en souris.

" J'ai un peu regardé, mais pour le moment, je n'ai rien acheté, à part du vin chaud, c'est bête hein ? Allez dis moi, qu'est ce que tu deviens depuis ton retour parmi nous ? Le temps passe si vite qu'on n'a même pas eu le temps d'avoir une discussion. Pourtant, quand je te vois, je me dis : Il faudrait que tu lui parles un peu. Mais je fais un autre truc et je ne te vois plus. Mais aujourd'hui, on va pouvoir rattraper le temps perdu, n'est ce pas ? "

Ou pas, tu n'en sais rien du tout. Vos verres de vins chauds arrivent alors. Tu le prends dans tes mains qui sont froides et cela te réchauffe déjà alors que le contenu du verre est encore parfaitement intact. Sans t'en rendre compte cependant, de petits nuages se forment au dessus de vos têtes, ils ne sont pas encore menaçants, mais qui sait ce qui pourrait advenir dans les minutes à venir.

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

« you got to be good to be true »
▬ Pascaline. Let my soul smiles through my heart and my heart smiles through my eyes, that I may scatter rich smiles in sad hearts.


Mes Goscars:
 

Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t360-bastet-i-d-live-for-you
Dieux
homecoming : 30/10/2016
Messages : 251
Louis d'or : 109
pretty face : shanina shaik
julius caesar : o.dream ©, sign par beylin ©
legends never die : déesse de la joie du foyer, de la chaleur du soleil et de la maternité. son alter égo est la déesse guerrière, maîtresse des vents du désert, fureur de rê.
the mighty bush : Métamorphose ; la déesse peut prendre l'apparence qu'elle souhaite, lorsqu'elle en possède l'envie. Son apparence favorite demeure celle d'une chatte noire aux yeux vairons (vert et bleu). Pyrokinésie ; sous ses paumes, le feu lui obéit, répond à ses attentes Gare au carnage si Sekhmet s'en fait maitresse.
Fléaux, à l'image des plaies d'Egypte, la déesse guerrière peut invoquer les pires maux sur terre.
Allegeance : Joueuse et discrète, Bastet se fait passer pour une nymphe aux yeux des dieux de l'olympe, un ange auprès des templiers. Elle n'est pas tout à fait neutre dans le conflit, mais n'essaie pas non plus d'y prendre totalement part. Elle observe pour l'heure, se fait suiveuse face à ceux qu'elle a infiltré, quand elle n'a jamais été que leader dans ses vies passées.
these streets : Elle sait tout et se tait, attend son heure avec une patience calculée.

Sujet: Re: Confession sous fond de pluie - Feat Vaÿlinn Ven 23 Déc - 18:28 ()
Quelque part, tu es toujours ennuyée de croiser quelqu’un que ton TOI, cette vie que tu as volé pour mener une nouvelle existence, a connu. Tu ignores qui est cette jeune femme aux cheveux blonds, et, contrairement à d’autres instants moins bien choisis, tu n’as aucune réminiscence, aucune indication sur qui elle se trouve être. Une bien mauvaise plaisanterie de la véritable Vaÿlinn, tu en conviens. Mais tu n’es pas un être asocial, bien au contraire, et chaque nouvelle connaissance, ou retrouvailles, est pour toi bénéfique. Alors tu te plies de bonne grâce à cette conversation, tu observes le petit être au nez rougi par le froid… ou par la chaleur du vin chaud, tu l’ignores. Peut-être en apprendras-tu d’avantage en t’obligeant à fouiller dans tes souvenirs en même temps. Après tout, peut-être qu’un détail te sautera aux yeux. Elle te propose de te payer un autre verre, et ton sens de la politesse – ainsi que ta gourmandise bien connue – te pousse a acquiescer d’un signe de tête. « J’accepte volontiers. C’est que je le trouve excellent ce vin chaud… Tu penses qu’on peut demander la recette ? J’aimerai beaucoup en refaire chez moi ! » Et tu ne saurais mentir. Tu en consommerai bien tous les soirs, hélas, tu finirais certainement par t’en rendre malade… ou t’en écœurer. Alors tu fais mine de réfléchir un instant, fugace, le temps d’un battement de cils. « En fait non. Non je ne veux pas la recette, il faut que ça reste exceptionnel. Mais j’en veux bien un autre ceci-dit ! » Alors tu la suis, parce qu’après tout, elle t’a déjà prit ton verre. Tu ressens déjà les effets de l’alcool chez elle. Les femmes et les verres n’ont jamais fait très bon ménage, et comme elle te paraît sympathique, tu préfères veiller sur elle. Toi, tu es immortelle après tout (et visiblement, tu n’as pas encore conscience que toi aussi tu peux très vite finir saoule.)

Une fois ton verre en main, tu en profites pour te réchauffer les phalanges. Elles te semblent gelées, et tu regrettes de ne pas avoir prit de gants. L’ennui, c’est que tu ignores où tu les as rangé. Peut-être dans un tiroir de ta commode, ou dans les cartons dans la cave. Tu n’es pas bordélique, mais tu as tendance à oublier rapidement ce qui te paraît inutile. Tu te décides enfin à avaler une gorgée, et c’est un mmmmhh d’extase qui coule dans ta gorge, sans franchir la barrière de chair que représentent tes lèvres roses. Si ton corps humain pouvait le faire, tu ronronnerais de plaisir. « On fera un tour ensembles si tu veux, j’ai encore quelques achats à terminer, mais je n’arrive pas à me décider. » Tu marques une pause. Tu n’es pas douée pour ce genre de cadeaux. Dans ton ancien temps, une peau de bête, un vin coûteux ou un bijoux aurait fait l’affaire… Aujourd’hui, on ne parle plus que de parfums, d’appareils électroniques, de voyages, de chocolats… Tu ne sais plus où donner de la tête. Et cette nouvelle valeur de l’argent n’est pas pour t’aider. « Oh tu sais, rien de bien nouveau. La routine je dirai ! » Mensonge. Tout est nouveau, rien n’est plus comme avant. Tu oscilles entre ta vie d’humaine et ta vie de déesse, entre les anges, les démons et les templiers. Rien n’est banal. « Et toi ? Qu’est-ce que tu peux me dire de nouveau sur toi ? » À commencer par ton prénom, penses-tu intérieurement, mais tu te tais, avalant une nouvelle gorgée de vin, puis une encore. Cette boisson est délicieusement enivrante. « RAAAH. J’adore. Tu penses que si on part avec la marmite ils le remarqueront ? » Tu n’as jamais été aussi sérieuse en vérité. Tes prunelles brillent de cette audace mue par la gourmandise.

_________________

   
Devoted to destruction
   Walk slow through the fire

   
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t292-pascaline-estelle-sabot
Humains
homecoming : 29/10/2016
Messages : 11457
Louis d'or : 2091
pretty face : Teresa Palmer
julius caesar : Class Whore + Garance + Ophélia
these streets : Pascaline ne sait rien ou presque, mais ça ne saurait tarder si vous voyez ce que je veux dire.

Sujet: Re: Confession sous fond de pluie - Feat Vaÿlinn Lun 26 Déc - 19:27 ()
Confession sous fond de pluie
Pascaline & Vaÿlinn


Elle acceptait ta proposition, celle qui consistait à lui payer un nouveau verre de vin chaud pour continuer à se réchauffer alors que le bout de vos nez commençaient doucement mais sûrement à rougir. A cause du froid ? Ou bien à cause de l'alcool que vous étiez en train de boire ? Vous ne savez pas trop, parce que vous n'avez même pas vu la différence, par rapport à d'habitude. Enfin, toi en tout cas, tu ne te rends compte de rien. L'idée de Vaÿlinn te fait même rire. Demander la recette pour pouvoir en refaire à la maison, en voilà une idée folle mais qui sur le moment te plait tellement. Mais avant que tu ne puisses dire quelques choses, elle est revenue sur ce qu'elle vient de dire et finalement tu es d'accord. Si ce vin chaud devient accessible à tout le monde, alors la magie de celui-ci à cette période qu'est Noël disparaîtra à jamais.

" C'est vrai, si on en buvait tous les jours, ça ne serait plus pareil, comme toutes les bonnes choses, les meilleures sont les plus rares en quelques sortes, n'est ce pas ? "

Oui, quand une chose est bonne et qu'elle reste exceptionnelle, elle reste bonne, quand ce genre de choses revient souvent, elle devient ordinaire et incontestablement, elle devient moins bonne. C'est comme ça que tu le vois et qu'elle aussi le voit visiblement, mais vous n'êtes pas contre un nouveau verre, au contraire, il vous en faut, parce que c'est trop bon. Et vous voilà à la buvette du marché de Noël à boire un nouveau verre de vin chaud même si pour le moment, il est avant tous entre vos doigts, comme pour réchauffer vos mains avant de réchauffer votre âme. Elle te dit donc qu'elle n'arrive pas à se décider sur certains achats et que donc, ton avis est requit. Ce n'est pas une mauvaise idée, vraiment pas, surtout que tu as plutôt bon goût en général, non ?

" Oh oui, c'est une bonne idée que voici. Je ne sais pas pour qui tu veux faire des cadeaux, mais je serais ravie de t'aider un peu en tout cas. "

Et puis qui sait, peut être que tu te décideras toi, sur ce que tu veux acheter aussi, parce que de bases, tu ne voulais rien prendre mais il y a tellement de belles choses que cela sera difficile de résister. Et puis Vaÿlinn aussi a bon goût normalement, tu ne vois pas pourquoi cela aurait changé avec le temps, il n'y a qu'à voir sa tenue actuelle pour s'en rendre vraiment compte. En tout cas, il ne semble rien y avoir de nouveau sous le soleil de la sage-femme comme si sa vie était finalement presque monotone. Tu ne saurais cependant dire mais la tienne pourrait l'être aussi sauf que tu sais y ajouter ce supplément d'âme. Elle ne semble rien vouloir te dire sur elle alors elle te retourne la question, procéder classique en fin de compte. Tu ne sais cependant pas ce qu'il y a eu de nouveaux depuis la dernière fois, si ce n'est ce que tout le monde sait. Mais une fois encore, tu n'as rien le temps de dire qu'elle s'extasie avec ce vin chaud.

" Je pense que si on part avec la marmite, ils vont le voir Vaÿlinn, et puis, ce ne serait pas sage de ta part d'agir de la sorte. "

Tu viens de faire un petit jeu de mots par rapport à son métier, mais c'était involontaire, tu ne sais pas si elle va le comprendre, mais en tout cas, tu viens de le comprendre et cela te fait rire, plus que d'ordinaire, signe que ton coeur est encore plus réjouis avec ce vin chaud. En tout cas, elle semble vraiment vouloir la marmite. Tu la regardes donc avec de grands yeux et tu rigoles. Puis sa question te revient en mémoire. Qu'est ce que tu pourrais dire sur toi qu'elle ne sait pas déjà ? Ton esprit quelques peu dénué de honte te parle de ta dernière fois, mais devrais-tu lui en parler ? Cela ne la regarde pas.

" Je sais plus de quoi on a parlé la dernière fois tu sais, ça remonte à un bout de temps déjà en fait. Je crois qu'on était ensemble, je ne sais plus où avec Médecins Sans Frontières et qu'on lorgnait sur le même type. Et bien, j'ai réussi à avoir son numéro, et avant qu'on ne parte du pays, on a couché ensemble. Oui, je sais, ça me ressemble pas, mais ça s'est fait tellement naturellement que voilà ... "

Peut être que Pascaline n'aurait pas dû dire cela à son amie, n'est ce pas ? Peut être que si Vaÿlinn était vraiment la Vaÿlinn d'alors, elle serait un peu jalouse mais là, peut être pas. Mais tu l'as dit, et tu ne peux plus revenir en arrière. Tu bois une nouvelle gorgée de ce vin chaud, sans voir le petit nuage au dessus de vos têtes.

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

« you got to be good to be true »
▬ Pascaline. Let my soul smiles through my heart and my heart smiles through my eyes, that I may scatter rich smiles in sad hearts.


Mes Goscars:
 

Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t360-bastet-i-d-live-for-you
Dieux
homecoming : 30/10/2016
Messages : 251
Louis d'or : 109
pretty face : shanina shaik
julius caesar : o.dream ©, sign par beylin ©
legends never die : déesse de la joie du foyer, de la chaleur du soleil et de la maternité. son alter égo est la déesse guerrière, maîtresse des vents du désert, fureur de rê.
the mighty bush : Métamorphose ; la déesse peut prendre l'apparence qu'elle souhaite, lorsqu'elle en possède l'envie. Son apparence favorite demeure celle d'une chatte noire aux yeux vairons (vert et bleu). Pyrokinésie ; sous ses paumes, le feu lui obéit, répond à ses attentes Gare au carnage si Sekhmet s'en fait maitresse.
Fléaux, à l'image des plaies d'Egypte, la déesse guerrière peut invoquer les pires maux sur terre.
Allegeance : Joueuse et discrète, Bastet se fait passer pour une nymphe aux yeux des dieux de l'olympe, un ange auprès des templiers. Elle n'est pas tout à fait neutre dans le conflit, mais n'essaie pas non plus d'y prendre totalement part. Elle observe pour l'heure, se fait suiveuse face à ceux qu'elle a infiltré, quand elle n'a jamais été que leader dans ses vies passées.
these streets : Elle sait tout et se tait, attend son heure avec une patience calculée.

Sujet: Re: Confession sous fond de pluie - Feat Vaÿlinn Jeu 2 Fév - 10:41 ()
Tu acquiesces, tout en avalant une gorgée de cet exquis breuvage. Si les Égyptiens t’avaient vénérés avec ce genre d’alcool, il ne faisait aucun doute que tu les aurais récompensé avec bien plus de gentillesse que tu ne le faisais déjà. Hélas, le passé étant, ton culte s’était achevé, éteint au cours des siècles… Ne subsistait de toi que des bribes dans des musées, des informations incomplètes et erronées pour la plupart. Mais qui étais-tu pauvre humaine en cette vie, pour rectifier les erreurs du passage de l’Homme ? Tu n’es que Vaÿlinn, une sage-femme dans un hôpital quelconque de Paris, tu n’es qu’une humaine avec une famille que tu évites pour ne pas les faire souffrir. Tu n’es pas toi, et en même temps tu l’es. L’alcool embrume ton esprit, passivement, avant que tu ne secoues la tête et esquisse un sourire amusé, bientôt caché par le verre que tu goûtes plus que trop rapidement. Et bientôt, la conversation embraye sur autre chose, et tu sembles ravie qu’elle accepte ta proposition. Plus que ravie même, tu ne sais pas faire des cadeaux, on te les offre, rarement l’inverse. « Pour mes parents et mon frère. L’ennuie, c’est que je ne sais jamais quoi leur offrir… Que peut-on offrir à qui possède tout ? » Le concept de l’intention ne t’est pas familier. Au Pharaon, tu savais que lui offrir de quoi asseoir son pouvoir ou remplir ses coffres était bienvenu. Hélas, l’époque était autre, et ta bourse bien plus sonnante qu’actuellement. Quelle plaie d’être une déesse mais de ne rien posséder !

Et en bonne féline, tu dévies de sujet, encore, rabrouée par celle qui est l’amie de ta peau. « Mais… » Tu bougonnerais presque, mais tu sais qu’elle a raison. Tu es censée être sage, mais l’as tu jamais été ? Aucun félin n’est indéfiniment « sage ». « Une bouteille alors ? Un bol ? Une bolinette… C’est un petit bol… » Tu proposes, des fois qu’elle accepterait, avant de finir par hausser les épaules. Tant pis.

Alors tu finis par caler ton bras sous elle, parce qu’elle te tiendra chaud et que tu pourras en faire de même, tandis que tu l’entraines dans les allées du marché de noël. Elle revient sur ta question précédente, et tu plisses un instant le nez. Tu ne possèdes pas de souvenir du type dont elle parle. La vie de Vaÿlinn t’est inconnue. Tu sais qu’il y a des albums photos quelque part dans ton appartement, mais tu n’as pas daigné jeter un coup d’œil… Te sens-tu coupable de lui avoir volé sa vie ? Pas tant que cela. Elle était condamnée de toute manière, tu lui offres une chance de continuer de respirer… Certes, son âme n’est plus, mais son enveloppe charnelle si. Tu lui fais un immense honneur finalement en l’ayant choisi pour te véhiculer. C’est là tout ce que ton esprit de déesse pense, accentué par l’alcool que tu continues d’ingurgiter. « Oh… Et vous êtes resté en contact ? » Tu ne sais pas comment réagir face à cette révélation. Dois-tu être jalouse ? Ton hôte l’était-elle tout du moins ? « Non parce que ce serait dommage de ne pas l’avoir fait s’il te plait ! » Tu esquisses un sourire bien amusé, puis tu entraines ton amie vers un stand où quelque chose de brillant a attiré ton regard. « Oh regarde ! J’aime beaucoup quand ça brille ! Le mieux, c’est quand ça se reflète sur les murs… J’aime bien sauter contre les murs pour attraper la lumière ! » Hum… Ta personnalité féline ressors, sans que tu ne t’en rendes compte… Il est vrai qu’Arthur, ton maître insouciant, aime bien jouer avec les effets de lumière pour amuser la minette que tu es.

_________________

   
Devoted to destruction
   Walk slow through the fire

   
Revenir en haut Aller en bas
oh, look what you made me do
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gameofshadows.org/t292-pascaline-estelle-sabot
Humains
homecoming : 29/10/2016
Messages : 11457
Louis d'or : 2091
pretty face : Teresa Palmer
julius caesar : Class Whore + Garance + Ophélia
these streets : Pascaline ne sait rien ou presque, mais ça ne saurait tarder si vous voyez ce que je veux dire.

Sujet: Re: Confession sous fond de pluie - Feat Vaÿlinn Ven 3 Fév - 1:15 ()
Confession sous fond de pluie
Pascaline & Vaÿlinn


Un peu de vin chaud, tu n'en raffoles pas en général, mais là, là, il passait plus que bien, il faut dire que tu étais avec Vaÿlinn aussi, alors peut être qu'inconsciemment de vieux souvenirs revenaient à toi, de bons souvenirs et que sa compagnie te plaisait, que tu l'appréciais vraiment, que tu étais à l'aise et donc que tu avais envie de boire du vin chaud. Doux paradoxe avec le peu d'alcool que tu bois en général, mais aujourd'hui, ton bon sens et celui de ton amie en même temps semblait s'être envolé loin de vous deux. Le marché de Noël s'ouvrait donc à vous deux, et elle ne savait pas quoi offrir à ces parents  et son frère, parce qu'ils avaient déjà tout, mais tu n'étais pas de cet avis, bien au contraire.

" Tu sais, je pense que si tu leur offre ta présence, ce sera déjà un beau cadeau. Après, peut être que tu pourrais leur acheter un vieux pull bien pourri dans l'esprit de Noël, ou alors quelques choses de drôle, pour qu'en plus de ta présence, le geste compte, même si le cadeau est inutile si tu vois ce que je veux dire. "

Oui, parfois, tu avais l'esprit blagueur plus que de raisons et aujourd'hui, avec ce vin chaud, c'était effectivement le cas. Tu ne savais pas si elle allait apprécié ce que tu venais de dire, peut être qu'elle n'était pas du genre à faire ces cadeaux là à Noël, mais bon, comme elle ne semblait pas savoir quoi acheter, ça pourrait être drôle. En tout cas, elle semblait vouloir du vin chaud plus que de raison, en te sortant une réplique d'un vieux film : Astérix et Obélix Mission Cléopatre, vous savez, ça fait un moment que tu ne l'as plus vu, mais c'est ce moment où le personnage jouer par Jamel Debbouze demande au druide s'il peut emporter avec lui de la potion magique. Et du coup, la réplique de Vaÿlinn te fait éclater de rire, parce que c'est un classique pour toi, un film qui est bien plus vieux que vous deux, mais qui reste toujours aussi marrant, même quarante ans après.

" Mais non, on ne vole rien du tout même si breuvage n'a d'égal que notre plumage même si ce n'est pas un fromage. "

Elle avait tenté de faire un fixette sur un film, toi tu visais encore plus vieux, avec une plus vieille référence à une célèbre fable. Cela ne te disait rien de voler cet élixir de vie, même s'il était très bon, trop bon même. Vous repartez donc en direction du marché de Noël, et puis tu lui parles de ce jeune homme que tu avais croisé et avec qui le courant été naturellement bien passé. Tu n'es pas du genre à parler de tes conquêtes amoureuses en général, mais là, c'était sortie tout seul sans que tu ne t'en aperçoive vraiment. Et elle te pose la question qui fâche, enfin, celle qui fait mal, parce que s'il n'avait pas été ailleurs dans le monde, que vous ne vous seriez pas retrouvés à des milliers de kilomètres, cette histoire aurait pu se faire, se concrétiser.

" Non, pas vraiment, enfin, je veux dire, je crois que je l'ai en ami sur facebook, mais on n'allait pas au même endroit par la suite, et je me voyais mal vivre quelques choses à distance si tu vois ce que je veux dire. Mais qui sait ? Peut être qu'un jour, on se retrouvera, mais il n'est pas français, je crois même qu'il n'est jamais venu en France. "

Sa nationalité ? Tu ne t'en souvenais pas, peut être que l'information était sur son compte facebook, mais bon, tu n'es pas vraiment une accroc de ces réseaux sociaux qui sont là depuis déjà un bon moment. Mais il ne faut jamais dire jamais, tu le savais bien, il suffisait qu'il soit là, sans que tu ne le saches, après tout, pourquoi pas ? Mais bien vite, elle changeait de conversation, parlant d'un objet brillant qui l'avait attiré.

" En fait, t'aime bien tout ça, comme un chat qui joue avec la lumière ou une pelote de laine, avoue. Non, mais c'est vrai que c'est jolie. Tu le veux pour toi ou pour l'offrir du coup ? Ton frère aimerait bien ça ? "

Tu souris parce que ça semble lui plaire, mais ce n'est pas garanti que ça plaise à son frère ou ces parents à vrai dire. Mais après tout, pourquoi pas ? Elle n'a pas grand chose à perdre que d'acheter cet objet.

- a game of shadows, shall we play ?  -

_________________

« you got to be good to be true »
▬ Pascaline. Let my soul smiles through my heart and my heart smiles through my eyes, that I may scatter rich smiles in sad hearts.


Mes Goscars:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
oh, look what you made me do

Sujet: Re: Confession sous fond de pluie - Feat Vaÿlinn ()
Revenir en haut Aller en bas
 
Confession sous fond de pluie - Feat Vaÿlinn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sous fond de musique techno (PV Nathanaël J. Collins)
» Confession en rose gélatine [Feat Morph] / CLOS
» Jouer sous les étoiles [feat. Abraxas] Bisounours passez votre chemin, Merci
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» Voir Nice Sous la Pluie
Ready for it ?
Are you
i see how this is gonna go, touch me & you'll never be alone

a game of shadows :: Paris :: Nord-ouest :: Neuvième arrondissement :: Au bonheur des âmes :: Le magasin